Version classiqueVersion mobile

L’événement en perspective

 | 
Jean-Luc Petit

Présentation

La constitution de l’événement social

Jean-Luc Petit

Texte intégral

1L’objectif de ce volume est d’attirer l’attention sur l’existence de convergences entre trois secteurs de la recherche en sciences humaines, qui se sont développés jusqu’à présent indépendamment les uns des autres, et de créer un espace de discussion commun entre eux. Ces secteurs sont : l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation ; l’histoire des discours et des textes ; l’analyse sémantique du langage naturel.

2La question des convergences entre ces trois secteurs est posée par le fait que la relation entre langage et événement y a pris un relief particulier, bien que ce soit sur la base de motivations fort différentes. En réaction contre un certain chosisme des faits sociaux de la part de la sociologie post-durkheimienne, l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation font valoir que la réalité sociale se structure à partir des événements qui se constituent dans l’interaction. En réaction contre une certaine pesanteur « matérialiste » du conditionnement des agents humains par les structures économiques et sociales dans l’approche de l’École des Annales, l’histoire des discours et des textes revient également aux événements. Pas, sans doute, aux « grands événements » répudiés par l’historiographie braudélienne, mais aux modes historiquement déterminés de saisie et d’interprétation des événements, quels qu’ils soient, dans des textes. En ce qui concerne la sémantique du langage naturel, il ne serait pas faux de dire qu’elle aussi réagit contre une certaine conception de la réalité (physique) et de l’explication causale, qui en excluait l’action humaine, et qu’elle montre que l’usage quotidien du langage sur les actions nous engage déjà en faveur d’un monde d’événements. La conception critiquée n’était pas tant celle du positivisme physicaliste que celle des philosophes néo-wittgensteiniens d’Oxford. Voulant sauvegarder la spécificité du langage ordinaire sur les actions humaines, ceux-ci avaient créé une opposition artificielle avec le langage des sciences de la nature. De sorte que la sémantique a dû lutter contre leur influence en philosophie analytique pour pouvoir faire une place aux actions humaines, comme événements dans la nature.

3Mais ces ressemblances sont encore superficielles. D’un autre point de vue, on pourrait ranger dans un même camp, celui des disciplines « humanistes », l’ethnométhodologie, l’analyse de conversation, l’histoire des discours et des textes, et les opposer à la tradition analytique dont la sémantique relève (même en tenant compte du fait que cette tradition ne se limite pas au positivisme logique avec lequel on l’a souvent identifiée). Ce qui intéresse les chercheurs du premier groupe, c’est l’événement chargé de significations humaines, sociales, etc. Les seconds s’en tiennent à l’événement dans l’acception la plus pauvre du terme : « ce qui est arrivé », où le caractère proprement « humain » n’est pas spécialement marqué. Ainsi, Carl Hempel prend-il comme exemple d’événement l’explosion d’un carburateur sous l’action du gel, prétendant par là illustrer la fonction des lois en histoire. Son but : défendre l’objectivité de la science historique (Hempel, 1942, p. 35-48). Et il faut lui concéder que l’événement n’est pas un objet d’étude nécessairement plus humain que les faits, comme semblent le supposer certains sociologues et historiens, qui valorisent l’événement par réaction contre 1’« anonymat » qu’ils imputent aux seuls faits. Pour dégager le vrai sens du retour de l’événement, tentons donc d’éclaircir dans le langage des sciences humaines - mais aussi dans celui des logiciens (Reichenbach, 1947, p. 269-272 ; Austin, 1961, p. 104 ; Davidson, 1980, p. 132) - la relation entre fait et événement, en rappelant leur différence logique, c’est-à-dire grammaticale et sémantique.

L’anonymat du fait et de l’événement

4En effet, du point de vue strictement logique et grammatical, le fait est anonyme, parce qu’il correspond à une phrase (Ramsey, 1950, p. 138-141) et qu’une phrase n’est pas un nom. Tandis que l’événement porte un nom, qu’on obtient, par exemple, en nominalisant certaines phrases de fait. Un éclairage décisif a été projeté sur le statut grammatical de l’événement par la théorie de la nominalisation parfaite et imparfaite de Zeno Vendler (1967 ; 1968), théorie réhabilitée à juste titre par Jonathan Bennett (1988, p. 4). D’après Vendler, il existe deux types de nominalisations : les nominaux imparfaits (ou gérondifs), qui conservent les propriétés syntaxiques et sémantiques des verbes dont ils sont issus, et les nominaux parfaits, qui, eux, perdent ces propriétés, en quittant la condition du verbe pour celle du nom. A ce dernier type appartiennent les noms d’événements habituels, qui semblent, en effet, représenter une certaine dégénérescence de la capacité informationnelle des verbes correspondants. Ces verbes sont « morts comme verbes » à l’intérieur des expressions nominalisées, qui les ont métamorphosés en noms en les enveloppant : « … a explosé --- » --> « une explosion a eu lieu » ; « … est arrivé --- » --> « une arrivée a eu lieu » ; « … s’est marié --- » --> « un mariage a eu lieu », etc. (Vendler, 1967, p. 131). La flèche symbolise une transformation grammaticale, qui laisse tomber du contenu de signification descriptif, et renvoie au contexte la quasi-totalité de l’information relative à l’agent de l’action ou à la substance concernée par le changement, ainsi qu’aux circonstances de cette action ou de ce changement. En nommant « une arrivée » l’événement qui a eu lieu du fait que X est arrivé dans les circonstances Y, le locuteur se contente d’un prédicat, sans doute vrai et intrinsèque, mais sommaire. Bennett en conclut que « notre concept d’événement est essentiellement imprécis et peu informatif » (1989, p. 18-19 ; 129-130). Pourquoi ? Parce que le contenu d’information de l’expression du nom d’événement est dépouillé des propriétés relationnelles, qui composent le fait complet concernant la personne, ou la substance impliquée dans cet événement. Dans la mesure où un pareil nom ne saurait être un « nom propre », l’événement qui le porte (sauf pour la propriété exprimée) garde l’anonymat.

5Anonyme, l’événement peut l’être aussi en un autre sens, sémantique ou ontologique, dans la mesure où l’analyse sémantique est amenée à détacher l’événement-action de la substance qui le porte - l’agent humain - et à lui conférer un statut ontologique équivalent à celui d’une telle substance. Car, même sans savoir à qui attribuer un événement comme action, nous sommes capables de renvoyer toujours à nouveau au même événement, lorsque nous en détaillons les circonstances, exactement comme nous renvoyons au même agent humain, lorsque nous énumérons les qualités de celui-ci. C’est ainsi, – Paul Ricœur le souligne dans sa critique à Donald Davidson (1990, p. 93-108) – que les événements peuvent ne pas être moins anonymes que les faits, par exemple, si on les entend, à la façon de Davidson, comme purs référents de termes singuliers (noms d’événements), ou comme purs vérificateurs de phrases d’événements ou de jugements causaux singuliers. En ce sens, l’événement, sans être tout à fait une « chose », – individu particulier qui possède la « mêmeté » sans 1’« ipséité » (termes de Ricœur) – s’apparente plus à une telle chose que le fait, qui demeure propositionnel, étant ce que décrit une phrase complète (Davidson, 1989, p. 135, n. 26 ; p. 162, n. 11). Ajoutons qu’une proposition est elle-même anonyme, si l’on veut dire par là que pour fixer sa signification, on doit y inclure toute l’information nécessaire, de façon à rendre sa valeur de vérité indépendante de tout contexte (à commencer par le contexte d’énonciation). Comment, dès lors, échapper à l’anonymat, en un sens ou en un autre ? Convient-il seulement, en sciences humaines, de tenter d’échapper à l’anonymat ?

Le lien entre langage et événement

6La séparation entre les partisans de l’événement plein de signification et les partisans de l’événement vide de signification, ne tient pas compte de la relation qu’il y a entre le langage (discours quotidien, discours de l’historien ou du sociologue) et les événements. Nous ne nous contentons pas de superposer, grâce à l’emploi d’un certain lexique de prédicats, des couches de signification aux événements du monde, en eux-mêmes indifférents. Nous renvoyons normalement à des choses et à des événements, également à des actions humaines intentionnelles, qui ont lieu dans le monde, en dehors de nos usages linguistiques, peut-être pour une part aussi en dehors du cercle de nos usages sociaux : dans la nature, donc. Et notre mode de renvoi à ces choses et événements serait probablement fort différent si nous étions persuadés qu’ils se limitent à des façons de parler et que leur portée s’arrête aux codes de bonne conduite dans la société. Comme l’a bien vu Gottlob Frege, dans les circonstances normales, la référence prétend être référence objective. Là-dessus, il y a consensus entre ethnométhodologie, histoire des textes et analyse sémantique, non, sans doute, pour défendre une conception étroitement frégéenne de la référence, mais pour s’accrocher dans toute la mesure du possible à l’interprétation littérale de l’usage quotidien du langage – interprétation qui fait, au moins intuitivement, une large place à la référence à des événements.

7Ainsi, lorsque nous attribuons une action à un agent, nous ne nous contentons pas d’employer un lexique de noms et de prédicats, de manière à produire des énoncés corrects du point de vue de la grammaire et des multiples systèmes de pertinence en vigueur dans notre groupe social. Nous prétendons dire vrai. Même s’il y a quelque chose comme la structure pragmatique de notre langage, et si nous devons relativiser cette prétention en effectuant tous les renvois de sens indexicaux qui rattachent l’énoncé à son contexte d’énonciation, il n’en demeure pas moins que, prise avec son contexte, une attribution usuelle d’action à un agent véhicule une prétention de vérité qui est absolue, au sens qu’Alfred Tarski a tenté de (et renoncé à) formaliser. Si une attribution d’action est vraie, il doit y avoir quelque chose dans le monde, indépendamment du langage, qui se produit et la rend vraie. Quelle chose ? Celle qu’énonce la phrase en question, qui ne doit donc contenir que l’indication des conditions objectives qui doivent être satisfaites pour qu’elle soit vraie. Pour nos phrases dans la vie quotidienne, en majorité phrases d’action, Davidson soutient que ce sont des événements qui les rendent vraies. Si tel est le cas, leur signification consiste en la détermination et la caractérisation de l’événement qui les rend vraies.

8Ainsi, le lien entre langage et événement n’a pas le caractère arbitraire et superficiel qui serait celui d’une simple superposition ou projection de significations linguistiques sur des événements non linguistiques. La banale référence de quelques-uns de nos mots aux événements extralinguistiques, la triviale vérité par satisfaction, par ces événements, des conditions inscrites dans quelques-unes de nos phrases, recèlent un potentiel de signification que ne soupçonnent pas ceux qui se plaisent à dire « banale » cette référence, « triviale » cette vérité. Ce potentiel de signification « remonte », en quelque sorte, à tous les niveaux d’articulation du discours pratique de la vie quotidienne, et, de là, réinvestit jusqu’au discours scientifique de l’historien et du sociologue, pour autant que leur intervention prolonge une élaboration d’information commencée – dès toujours – par ce discours pratique. Référence, vérité et signification ne font qu’un, avec, en face de nous, ou plutôt autour de nous, le monde des événements. Quelque déterminées qu’elles soient à prendre de la distance par rapport à une histoire et à une sociologie naïvement « factuelles », l’histoire et la sociologie d’aujourd’hui ne sont pas prêtes à en finir avec la référence objective et avec la vérité objective. Jusqu’à preuve du contraire, elles assument donc les engagements ontologiques du langage quotidien, et si l’analyse sémantique de ce langage fait voir que nous sommes engagés en faveur d’un monde où, avant toute autre détermination, ou interprétation, il y a des choses qui se passent, on sera forcé de reconsidérer d’un autre œil ces événements « pauvres » : je veux dire les reconsidérer comme fondements primaires de la constitution des événements sociaux et historiques.

Pour une théorie de la constitution des événements

9Mais en quoi consiste cette « constitution » ? Admettant que le sociologue ou l’historien ont au moins affaire – comme base minimale – aux événements « nus » auxquels renvoie le langage quotidien, on serait tenté de répondre que la constitution est l’opération de revêtir ces événements de significations sociales. Mettant de côté une représentation psychologique de la projection mentale de l’individu isolé, le sociologue pensera assez naturellement en termes de processus, de mécanismes, voire d’appareils sociaux de production de significations, métaphores familières dans le discours de l’analyse de conversation (Sacks, 1984, p. 418) et de l’histoire des discours ou des textes (Chartier, 1989, p. 1511-1514).

10Quelques métaphores technologiques ne font cependant pas une théorie de la constitution. Pis, leur emploi n’est pas sans danger, parce qu’elles font oublier que le constitué de cette constitution, l’événement social ou historique, est sens et signification, et que si l’on sait assez bien reconnaître ce qui a un sens et ce qui n’en a pas, on n’a pas encore trouvé le procédé pour produire du sens. Or, en fait de théorie de la constitution, il en existe deux dans la tradition philosophique : celle de la phénoménologie husserlienne, celle de la grammaire logique wittgensteinienne. L’une et l’autre s’accordent pour condamner l’idée d’une production réelle (non métaphorique) de significations, pour des événements qui en seraient par eux-mêmes dépourvus. Produire la signification des événements, cela ne pourrait être que la fonction causale d’une classe d’activités mentales accomplies par le sujet, en tant qu’agent : « mythologie des activités, proteste Edmund Husserl, la pensée de l’activité doit demeurer absolument exclue » (1962, p. 181-182). La visée d’une signification comme étant celle « du même » événement pose un objet idéal, corrélat du vécu intentionnel qui s’y rapporte, qui le vise, le touche ou le manque, mais ne le produit pas. Quant à la signification d’un événement en tant qu’usage d’un signe, Ludwig Wittgenstein nous a obligé à reconnaître qu’aucun usage ne saurait être produit par un processus qui l’enchaînerait causalement à une occurrence précédant son entrée en vigueur. S’imaginer l’usage en termes de production, c’est se laisser abuser par un certain symbolisme, se faire « une mythologie du symbolisme » : conception primitive du langage (Petit, 1991a et b). Cet usage est simplement défini par mon choix d’utiliser le signe comme ceci, et non pas comme cela, – cette différence existant à l’intérieur d’un certain système de conventions grammaticales, que je pose dans l’acte même.

11Evidemment, si un Husserl ou un Wittgenstein peuvent se permettre de nous renvoyer, le premier à l’idée d’une genèse transcendantale des idéalités, le second à une vision de survol (Übersicht) des différences et ressemblances d’usages linguistiques, la communauté des professionnels de l’histoire et de la sociologie ne saurait s’en satisfaire. Et s’il y a un sens à l’entreprise d’une philosophie pour les sciences humaines, c’est que la question reste posée, de la nécessaire naturalisation de la théorie de la constitution des significations d’événements, c’est-à-dire de ce que ces disciplines s’accordent aujourd’hui à reconnaître comme leur objet de base. La donation de sens doit être repensée comme historiquement et socialement déterminée. Il faut donc se résoudre à naturaliser le transcendantal. Mais pour naturaliser faut-il qu’on parle de produire, construire, et – tant qu’à faire – fabriquer des significations ? Comment des événements notoirement fabriqués par nous pourraient-ils nous servir de caution ontologique du discours, de référent, de base de vérité ?

12Finissons-en avec l’opposition ruineuse entre constitution (transcendantale) d’événement et fabrication (empirique) d’événement. Pour cela, nous avons besoin en sciences humaines d’une solide théorie philosophique de la constitution de l’événement, autant que d’une sérieuse enquête empirique sur les conditions concrètes de cette constitution. Le philosophe est tenté de dire : quand nous disposerons d’une bonne théorie philosophique de la constitution, nous pourrons toujours mettre en route un programme d’enquête empirique pour la naturaliser. C’est peut-être la seule façon d’échapper au réductionnisme, auquel nous condamne fatalement le procédé inverse. Mais il ne faut pas oublier que l’analyse philosophique et l’enquête empirique ne se suppléent pas plus qu’elles ne se subordonnent l’une à l’autre. Elles s’exigent l’une l’autre, et leur relance mutuelle ne peut que hausser le ton des sciences humaines contemporaines.

13Mais, une fois admis le principe de la naturalisation de la constitution transcendantale, on ne saurait se contenter de dégager réflexivement de pures conditions de possibilité a priori, comme si l’on pouvait s’estimer quitte en les attribuant « au Sujet » (comme, d’autres, « à la Grammaire Logique du Langage »). Dans le cadre de son herméneutique du récit, Ricœur a fortement établi que la signification sociale et historique de l’événement lui vient de son intégration à une intrigue, et que la « mise en intrigue » – concept qui remonte à la Poétique et à la Rhétorique d’Aristote – est la médiation qui assure le sens et l’intelligibilité de l’expérience humaine du temps, au trois niveaux de sa préfiguration pratique, de sa configuration épistémique, et de sa refiguration herméneutique. Le champ pratique est d’emblée structuré d’une manière telle que son intelligibilité repose sur la distinction entre nos actions, comme dignes de récit, et les événements de la nature (Mimesis I). Le territoire de l’historien, si désireux que soit celui-ci d’y mettre au jour des structures intemporelles qu’il puisse traiter comme objets de science, s’organise de telle façon qu’il n’y rencontre que des quasi-événements qu’il lui faut enchaîner dans des quasi-intrigues (Mimesis II). Le cercle herméneutique se referme par le renvoi du récit et du texte à l’événement vif, qui s’accomplit dans l’acte de la lecture, ou tout autre mode d’appropriation, comme confrontation du monde fictif du texte avec le monde réel des lecteurs (Mimesis III). Ainsi, la signification sociale et historique des événements se constitue-t-elle en un ample mouvement : d’abord inscrits dans des textes, ils sont réactivés dans des usages sociaux inédits de ces textes, en chaque contexte de communauté humaine.

14Prenons donc les différentes étapes de la constitution d’événement idéalisées par Ricœur, et tentons de les assigner chacune à un domaine d’enquête empirique. De prime abord, l’entreprise est fort intimidante. Un court-circuit, toutefois : l’analyse de conversation et l’ethnométhodologie existent, l’histoire des textes et de leur réception existe ; en comparaison de l’histoire et de la sociologie classiques, avec le chosisme des structures qui les caractérise, nous devinons que ces nouvelles disciplines ne sont pas sans pertinence pour une théorie de la constitution d’événement. Eh bien, je propose qu’on les assigne hardiment, la première à Mimesis I, la seconde à Mimesis III ; et qu’elles encadrent ainsi la Mimesis II, où Ricœur a installé, avec, semble-t-il, l’approbation des historiens de métier (Chartier, 1988), l’histoire des structures économiques et sociales, sur laquelle il a fait reposer sa démonstration que toute histoire se configure narrativement.

La référence aux événements en histoire

15Passons à l’examen des problèmes épistémologiques que pose ce programme d’une théorie de la constitution d’événement. Ces problèmes ont deux titres : « Référence » et « Vérité ». J’évoquerai d’abord l’histoire des textes, et les difficultés de son interprétation comme domaine de naturalisation d’une herméneutique de la réception. Il y a du nouveau, quelque chose d’inédit se produit, et cela se situe dans l’acte de la lecture. Mais peut-on parler d’un nouveau référent, et d’une vérité nouvelle ? Dans La Métaphore vive, Ricœur avait d’abord pensé que la métaphore poétique et le modèle heuristique jouissaient, par essence, du pouvoir d’engendrer une nouvelle référence, à côté de la référence des expressions ordinaires aux choses de l’environnement, une nouvelle vérité renvoyant au « monde de l’œuvre », à côté de la vérité empirique. Dans Temps et Récit, il renonce à cet idéalisme, mais pas à l’idée d’un dédoublement de la référence et de la vérité. L’événement, désormais immanent au phénomène de la lecture (au sens herméneutique du terme), surgit de la confrontation entre deux mondes, même s’il s’agit, en fait, du monde pratique, tel qu’il est configuré par le texte, et du même monde pratique, mais refiguré par l’appropriation du texte (Ricœur, 1983, p. 109 ; 1985, p. 231).

16La difficulté est que nous ne possédons pas la théorie de la signification ou la sémantique appropriée pour gérer la référence et la vérité par rapport à un monde dédoublé. C’est déjà s’avancer beaucoup de dire que la sémantique classique maîtrise le fonctionnement de la référence et de la vérité pour le langage ordinaire, et par rapport au monde des choses ordinaires. Disons qu’elle éclaire partiellement ce fonctionnement. En tout cas, il est clair qu’on ne parviendra pas à naturaliser l’herméneutique, si on ne la met pas en accord avec ce que nous savons de la structure sémantique du langage ordinaire, donc avec une référence et une vérité classiques, dont l’emploi impose au locuteur un engagement ontologique en faveur de ce monde-ci – quelle que soit, d’ailleurs, la représentation qu’il s’en fait. Rabattre l’herméneutique de la lecture sur l’histoire effective des conditions sociales de l’appropriation des textes impose que l’on force la nouveauté qui se signifie là, où « découvrir et inventer sont indiscernables », à réintégrer, d’une façon ou d’une autre, le mécanisme sémantique de la référence. Car si nous voulons décrire la constitution d’événement historique, nous n’entendons pas renoncer au privilège de la vérifonctionalité, qui fait que le discours ordinaire (parce que référentiel, descriptif et constatif) nous met en contact avec le monde. Dilemme, Ricœur nous en avertit, car :

Le problème serait non seulement insoluble, mais insensé, s’il restait posé dans les termes traditionnels de la référence […]. Nous atteignons ici le point où découvrir et inventer sont indiscernables. Le point, donc, où la notion de référence ne fonctionne plus […]. Le point où, pour signifier quelque chose comme une référence productrice […] la problématique de la refiguration doit s’affranchir définitivement du vocabulaire de la référence. (Ricœur, 1985, p. 228-9)

17Et l’on pourrait, effectivement, être tenté de se débarrasser pour de bon de la théorie classique de la référence, si l’ontologie supposée par cette théorie ne contenait, et ne pouvait contenir, que des événements dépourvus de signification humaine, simples occurrences datées et localisées dans un réseau de causalités physiques. La prise de conscience progressive, par Ricœur, des limites d’une approche de l’événement par la même théorie de la référence explique que le lecteur, qui accompagne son itinéraire de Temps et récit à Soi-même comme un autre, peut avoir l’impression de passer d’une apologie de l’événement à une critique de l’événement. Aucune inconsistance en cela, d’ailleurs. L’apologie de l’événement était dirigée, dans Temps et récit I, contre l’éclipse de l’événement (humain) imputée à l’histoire scientifique (Ricœur, 1983, p. 287-311). La critique de l’événement, dans Soi-même comme un autre, s’adresse à l’événement en un autre sens, physique, dégagé de tout rapport à l’agent humain par l’analyse sémantique du langage. Or, que le langage quotidien et le langage des sciences de la nature, d’un côté, le langage de l’histoire, de l’autre, ne sont pas exactement sur le même plan, on doit en convenir. Il n’empêche que l’événement, dans Temps et récit, est compris expressément comme « ce qui a eu lieu », « trait commun – Ricœur le précise bien – aux événements physiques et historiques » (ibid., p. 139) : à ce titre, au moins, il ne diffère pas de l’événement critiqué dans Soi-même comme un autre. En outre, peut-il vraiment y avoir conflit - et résolution de ce conflit par une option aussi dramatique que celle de « renoncer » à la référence – entre l’ontologie du discours quotidien et l’ontologie du discours historiographique ? L’objectivité de l’histoire, comme science, la vérité de l’histoire peut-elle donc couper les ponts avec la vérité de l’usage du langage naturel, c’est-à-dire la vérité au sens classique, ou absolu ?

18Pour ces questions, on voudra savoir si nous avons quelque perspective de solution à suggérer. Celle que voici peut déjà dissiper l’apparence de contradiction entre une (nécessaire) apologie et une critique (non moins nécessaire) de l’événement. « L’histoire est science » : prétention insoutenable s’il n’y a pas une réalité objective de l’événement historique, comme fondement de vérité pour les énoncés de l’historien. Mais « réalité objective » ne veut pas forcément dire réalité purement physique. Le caractère historique, social, humain, qu’un événement « reçoit » dans le contexte d’explication de l’histoire et des autres sciences humaines, ne fait certainement pas que se superposer à sa constitution physique, car l’idée de science exclut pareil arbitraire. Dans l’intérêt même des sciences humaines, il faut prendre au sérieux ce caractère historique, social ou humain, et oser l’incorporer sans restriction à la réalité objective de l’événement lui-même. Car, de même que tout fait n’est pas purement physique, puisqu’il y a aussi des faits institutionnels, de même, tout événement n’est pas purement physique (exemples : la nomination à un poste, l’entrée en vigueur d’une convention, l’arrivée à échéance d’un contrat, l’expiration d’un délai de paiement, ou de l’ultimatum pour une reddition). Que ce soit dans la conversation courante, dans le compte rendu journalistique, dans le récit historique, ou dans la description sociologique, nous traitons ces événements avec un total sérieux, comme ne faisant pas moins partie du monde que les événements physiques. Nous y référons, nous les identifions, nous les décrivons, nous généralisons à partir d’eux, etc. Et dans ces actes de référence, d’identification, de description, ou de généralisation, ce ne sont pas des événements qui seraient avant tout physiques, que nous entendons prendre comme référents, comme objets de description ou comme fondements de généralisation.

19Même la solution davidsonienne, consistant à admettre que des événements, en soi toujours et uniquement physiques, puissent être appréhendés par nous à « plusieurs niveaux de description distincts », ne répond pas vraiment à nos intentions comme locuteurs. En fait, ce qu’il faut admettre, c’est que parmi les événements du monde, bases de vérité pour nos assertions, il y en a qui sont de constitution sociale, voire linguistique, par exemple les « actes de parole ». Malheureusement, la tradition – à commencer par leur « inventeur », John Langshaw Austin – a toujours refusé que ces énoncés performatifs soient des assertions. Et la pragmatique conversationnelle a refoulé toute question sémantique sur leurs conditions de vérité. Celles-ci sont pourtant assez claires : l’occurrence physique de leur énonciation (dire : « Je promets… ») dans le contexte approprié, fait partie des conditions qui doivent être satisfaites, afin qu’un certain état soit instauré chez le locuteur ou l’auditeur, ou au sein de leur communauté. Il s’agit d’un état institutionnel (comme : être « appelé », « invité », « nommé », etc.), qui ne se confond absolument pas avec un état naturel. On ne saurait confondre un tel acte instaurateur avec les causalités naturelles, à l’origine des seuls événements physiques.

20Ce dont nous avons besoin, si nous voulons une théorie de la constitution de l’événement social ou historique, c’est donc d’une méthode d’analyse sémantique des énoncés d’actes psycho-sociaux qui nous débarrasse du préjugé positiviste et physicaliste, selon lequel la structure sémantique du langage nous engagerait en faveur d’un monde d’abord et uniquement physique. Jean-Louis Gardies a mis en œuvre une analyse de ce genre dans le domaine des actes juridiques, en montrant que le caractère « humain » (c’est-à-dire normatif, institutionnel, ou intentionnel) peut, pour ainsi dire, être « infiltré » dans des énoncés sur les événements munis d’une structure sémantique transparente, sans toucher à l’extensionnalité ni à la vérifonctionnalité. Si ce concept d’énoncé « déclaratif-performatif » pouvait être généralisé à l’ensemble des actions ou des événements sociaux de constitution linguistique, on aurait introduit le cheval de Troie des sciences humaines dans la citadelle de la science (Gardies, 1987, chap. ΙII et IV ; Petit, 1991b, p. 172-182).

Sémantique de l’action et ontologie des événements

21Revenons à la question de savoir si on peut identifier Mimesis I avec le domaine de l’ethnométhodologie et de l’analyse de conversation ; ces disciplines possèdent-elles les titres épistémologiques pour décrire la constitution de l’événement social dans le tissu des interactions interpersonnelles quotidiennes ? A première vue, la situation est plus favorable que tout à l’heure à une naturalisation du transcendantal. Ne s’agit-il pas de restituer à l’anthropologie empirique cette structure d’intrigue que le philosophe – Ricœur, marchant dans les pas d’Aristote et de Wittgenstein (1951, § 642) – a empruntée à l’anthropologie empirique ? Car, la thèse de Hayden White, que Ricœur a adoptée, est une thèse d’anthropologue :

L’encodage des événements en fonction de telle ou telle structure d’intrigue est un des procédés dont une culture dispose pour conférer un sens à un passé personnel ou public. (Ces structures sont des formes) que des situations humaines significatives doivent prendre en vertu de la participation de l’historien aux processus spécifiques de formation du sens qui font de lui le membre d’un héritage culturel plutôt que d’un autre. (White, 1974, p. 283)

22Or on sait que la naissance de l’ethnométhodologie date du jour où un semblable mode linguistique de constitution d’événement a été rencontré sur le terrain de l’enquête empirique. Harold Garfinkel a mis le doigt sur l’accountability (descriptibilité) essentielle de tout événement social, en vertu de laquelle rien ne saurait faire occurrence dans l’interaction sociale, qui ne soit immédiatement dicible et communicable. Cette possibilité du compte rendu n’est pas contingente pour l’événement, elle est fondatrice. Quelque rénovatrice et critique que soit sa position par rapport à la sociologie traditionnelle, l’ethnométhodologie ne pense pas se dépouiller de son statut de discipline empirique en l’affirmant. Est-il donc possible d’assumer un rôle transcendantal, non seulement sans passer par la réflexion a priori, mais sans s’en rendre compte ?

23Si Mimesis I doit être le domaine d’enquête de l’analyse de conversation, celle-ci peut d’abord s’entendre en un sens restreint comme un simple prolongement de la grammaire logique d’Oxford, de la théorie des actes de langage d’Austin, et de la pragmatique du langage naturel. Sa tâche serait alors de cribler le résidu de ces autres théories pragmatiques, en y employant les méthodes spécifiques d’une sociologie des conditions contextuelles de la communication. Bien que cette façon de pratiquer l’analyse de conversation soit non problématique, elle aurait l’inconvénient de la réduire au rang d’auxiliaire d’une théorie de la signification ou de l’usage du langage, et de lui retirer le droit, ou la prétention, de décrire la constitution de l’événement social, en sa phase de signification préfigurante. Car alors cette constitution de l’événement social se limiterait à un pur codage sociologique des occurrences de l’environnement, ce qui serait le degré zéro de la constitution de signification. Certes, en ce cas, il n’y aurait pas d’incompatibilité possible avec l’ontologie des événements de l’analyse sémantique. Mais ce serait dû au fait qu’un système de codage sociologique présente un caractère purement grammatical, c’est-à-dire infra-sémantique : pur lexique de prédicats, ou d’expressions fonctionnelles et non référentielles, ce système de codage ne reflèterait que le mode de découpage conventionnel de l’expérience, en vigueur dans la communauté qui l’emploie. Comme les prédicats non structurés du logicien, il serait sans engagement ontologique particulier.

24En revanche, si l’analyse de conversation prend au sérieux son rôle de description de Mimesis I, elle aura des prétentions ontologiques, qui pourront éventuellement la mettre en conflit avec la sémantique classique. Son « phénomène conversationnel » englobera en réalité le champ pratique, c’est-à-dire le monde quotidien, précompris comme monde de l’action humaine. Le conversationnel, première articulation du narratif, est cette fois la praxis humaine linguistiquement informée, cette praxis qui nous interroge, appelle à sa propre description, est source d’exigences d’explication, etc., comme matrice d’événements intersubjectivement notables. Si l’engagement ontologique de cette analyse n’est peut-être pas déjà en faveur de la personne, il sera indubitablement en faveur de l’existence d’actions humaines, de capacités humaines, etc. :

L’intelligence engendrée par la mise en intrigue, dit Ricœur, trouve un premier ancrage dans notre compétence à utiliser de manière significative le réseau conceptuel qui distingue structurellement le domaine de l’action de celui du mouvement physique. (Ricœur, 1983, p. 88)

25Toutefois, l’analyse de conversation ne saurait se confondre avec une phénoménologie (merleau-pontienne) de l’expérience pré-linguistique. La conversation est langage. C’est bien ainsi que Ricœur entend Mimesis I : « une phénoménologie implicite ou explicite de l’expérience du faire » est toujours le corrélât fondationnel de « cette relation de présupposition qui établit le discours narratif sur la base de la phrase d’action » (ibid., p. 90). Mais cette présupposition est annonciatrice de difficultés. Car, ce qui est présupposé là n’est pas seulement la phrase d’action telle que, d’après sa structure sémantique, elle renvoie à un monde d’événements échus, pris dans le réseau de leurs relations causales. Mais, alors, où se situent les actions, et autres événements sociaux, par rapport au monde naturel ? Réciproquement, où se situent les événements physiques par rapport au champ pratique ? La discipline qui voudrait prendre en charge la description de Mimesis I, est désormais sous la menace d’une analyse sémantique du discours pratique telle que celle de Davidson, si c’est un fait, comme soutient cet auteur, que la référence de ce discours se fait à de simples événements du monde. Comment appeler des chercheurs à travailler dans l’épaisseur du langage pratique sur la constitution de l’événement social, si ce champ est destiné à être nivelé et mis à plat par le rouleau compresseur d’une pareille logique élémentaire (élémentaire voulant dire, non pas rudimentaire, mais strictement indispensable) ? Et cependant, s’il était vrai que l’analyse sémantique des phrases d’action exige une ontologie d’événements de constitution non conversationnelle, le fait que cette ontologie semble effacer la question de l’agent en tant que personne ne serait pas un argument suffisant pour la rejeter (c’est un argument suffisant non pour la rejeter mais pour la dépasser).

26Si nous devions persister dans l’option du rejet de la sémantique des événements, voici un aperçu de l’énormité de la tâche qui, nous incomberait alors : il faudrait proposer une autre analyse de la signification des phrases d’action, des jugements de causalité, etc. Ou montrer que ces phrases d’action (et autres) n’exigent pas fatalement une ontologie d’événements. Ou que chez Davidson, cette ontologie d’événements trahit un présupposé métaphysique (le « physicalisme » que Ricœur lui reproche), et que ce présupposé a influencé sa théorie sémantique. Ou, enfin, qu’il n’existe aucune relation nécessaire entre analyse sémantique et ontologie des événements. En effet, c’est une question en soi de déterminer, grâce à l’analyse du concept d’événement de la pensée commune, la liste des propriétés de personnes ou de substances qui sont exemplifiées concrètement par un certain événement dans une certaine région du monde. C’en est une autre, de savoir si les conventions du langage quotidien exigent que le nom de cet événement contienne un prédicat exprimant la somme des propriétés qu’il exemplifie. De sorte que chacune de ces questions non seulement peut, mais doit être traitée indépendamment de l’autre, sous peine de confusion (Bennett, 1988, p. 95 ; p. 100-101). Par contre, il n’y a rien de tel, si la sémantique du langage suffit à décider de l’ontologie du locuteur, comme Davidson le suggère.

27Une théorie, même non satisfaisante, vaut mieux, dit-on, que pas de théorie du tout. Avant de rejeter la sémantique des événements, il serait donc raisonnable d’examiner de plus près les limites de son postulat – qui demande que l’on accorde l’existence d’événements, sans plus – afin de voir si, au lieu qu’il ferme la porte, comme le présume Ricœur, à toute alternative au physicalisme, ce postulat n’ouvrirait pas plutôt un large éventail de possibilités pour une investigation ontologique, sans exclusive métaphysique, sur la nature de ces événements (Davidson, 1980, p. 146). Apparemment, quoi de plus neutre en métaphysique, que de poser qu’il y a des événements – entre autres choses, et quels qu’ils soient – et de considérer ce qu’on peut en dire de vrai dans le discours habituel sur les actions, sur les causes, etc. ?

28Ricœur semble persuadé que la réduction de l’ontologie aux seuls événements fait partie du programme de Davidson. Or, ce dernier prétend que son programme se limite à l’introduction d’événements dans l’ontologie – à côté et sur un pied d’égalité avec les objets et les personnes, peut-être aussi les temps et les nombres. Il prend nettement ses distances à l’égard des physicalistes éliminativistes, en se défendant d’être comme eux un fanatique de l’économie ontologique : « Qu’est-ce donc que l’économie ontologique a de si bon ? La clarté est souhaitable, mais l’économie peut aller ou ne pas aller vers la clarté » (1980, p. 183).

Herméneutique et sémantique de l’événement

29Faisons le point. La critique de Ricœur vise une sémantique adossée à une ontologie physicaliste, pour laquelle le monde se composerait exclusivement d’événements. Ou bien la sémantique de Davidson s’identifie avec celle-là, et elle est radicalement incompatible avec l’herméneutique, ou bien elle en diffère, et une forme de compatibilité demeure possible. Pour en décider, il ne suffit pas que Davidson laisse la porte ouverte à d’autres entités que les événements, car lui-même jette un doute sur la réalité de cette ouverture en concentrant son intérêt sur les seuls événements. Il faut encore savoir si, pour Davidson, les événements, constitués tels que nous les connaissons dans notre expérience phénoménologique, saturés de significations sociales que nous interprétons avec nos méthodes herméneutiques, ne sont pas, en définitive, un vain décor peint par nos habitudes et conventions de langage. Et si, pour lui, notre discours habituel sur ces événements n’a pas, comme uniques fondements solides de vérité et de signification, les purs corrélais de relations causales et les pures déterminités locales et temporelles, qui sont opératoires dans sa sémantique.

30La pierre d’achoppement pour l’herméneute, malgré l’attrait persistant de la position davidsonienne, est peut-être le « tranchant en quelque sorte cubiste » (Ricœur, 1990, p. 86) de sa décision d’identifier les événements à des causes, qui nous renvoie à Hans Reichenbach et à la théorie de la relativité, dont Davidson a manifestement retenu que l’identité, la coïncidence (simultanéité) et la causalité sont des concepts étroitement corrélatifs (Reichenbach, 1958) :

Les événements ont une position unique dans le cadre des relations causales entre événements, un peu à la manière dont les objets ont une position unique dans le cadre spatial des objets. [] La connexion causale procure « un cadre général et d’usage permanent » pour identifier et décrire les événements, analogue à beaucoup d’égards au système de coordonnées spatio-temporelles pour les objets matériels. (Davidson, 1980, p. 179-80)

31Position cubiste, en effet, puisque les cubistes ambitionnaient de régler notre vision sur la représentation quadri-dimensionnelle de la théorie de la relativité, et prétendaient représenter l’objet non tel qu’il apparaît, du point de vue où je suis, maintenant, dans mon présent de conscience (perception impressionniste), mais tel qu’il est, dans la simultanéité de tous ses aspects sous toutes les perspectives. Les soupçons de Ricœur seraient donc justifiés, si l’association de l’analyse sémantique de nos phrases sur les événements à l’ontologie des événements s’avérait n’avoir été qu’un procédé stratégique pour greffer la représentation quadri-dimensionnelle sur la conception des événements dans le langage quotidien. Car, en effet, d’après cette représentation, les événements physiques sont par principe tous uniformément échus, et forment avec leurs coordonnées spatio-temporelles un seul et même bloc topologique solidaire, qui constitue la réalité objective de l’espace et du temps. Chacun est éternellement fixé en un point de la multiplicité spatio-temporelle, que quatre nombres suffisent à déterminer : trois coordonnées d’espace, une coordonnée de temps. Pourquoi, alors, ne pas affirmer carrément : « les événements ne passent pas » ?

32Parce que, pour notre expérience, comme pour nos habitudes de langage, les événements passent. D’abord, ils ne sont pas tous déjà là. Auparavant, ils « se préparent », s’« annoncent » par des signes « avant-coureurs », ils « sont menaçants », « imminents », ils « approchent », ils sont « tout près ». Puis, ils « surviennent », certaines fois ils « naissent » tout doucement, d’autres fois ils « éclatent », ils « s’abattent sur nous », ils « battent leur plein », ils « font rage ». Enfin, ils « reculent », s’« estompent », « décroissent », « meurent », ils sont « finis » : ils sont passés ! (Victor Hugo, Les Djinns).

33Conservatoire des formes signifiantes de cette phénoménologie, le langage quotidien indexe les événements sur la structure dynamique du temps vécu. Il ne les reconstruit pas sur un modèle abstrait répondant aux exigences de détermination exacte de la science. Il met plutôt en œuvre une certaine constitution mimétique opérant la configuration des événements par le discours historique en une chronogenèse qui les rattache à la trame de l’histoire mondiale. Leur préfiguration dans la conversation les y prépare. Leur refiguration dans la lecture les réintègre au temps vécu, ou plutôt au monde de la vie pratique.

34Autant la détermination expresse de Reichenbach, de rompre avec la description phénoménologique du temps et de corriger notre conception commune des événements en l’ajustant aux progrès de la science, et en l’isolant de ses fondements dans le temps vécu, est cohérente avec son positivisme (1947, p. 286-287) ; autant le programme de Davidson, que lui-même prétend être celui d’une métaphysique du langage quotidien, devrait lui imposer de ne pas attribuer aux locuteurs des engagements ontologiques qu’on ne saurait honnêtement imputer à leur savoir implicite.

35Dans la philosophie contemporaine, la sauvegarde de l’autonomie des significations d’événements par rapport à la causalité a inspiré comme alternative certaines positions héroïques (intenables). Déjà Husserl, comme Wittgenstein, avaient pris un maximum de risques en tentant de soustraire l’événement à la causalité. Dans Ideen II, le premier s’est efforcé de tenir séparées motivation psychologique (impliquant donation de sens) et causalité physique, en remontant jusqu’au tout premier surgissement de l’objet dans le champ de l’attention. Surgissement primordial, qu’il fut ainsi amené à décrire en des termes quasi magiques, comme si le sujet percevant n’avait pas affaire à de simples occurrences événementielles dans l’environnement, mais à une véritable « séduction » exercée sur lui par les multiples pôles de ses intérêts pratiques (Husserl, 1982, p. 304).

36Wittgenstein, de son côté, était prêt à « renverser la causalité », au nom de l’autonomie grammaticale des « jeux de langage » par rapport au monde naturel (le « monde social » étant lui-même tissé par nos jeux de langage), et par rapport à l’expérience des agents humains d’avoir un corps. Pour lui, monde physique et expérience corporelle pouvaient, à la limite, être dépourvus de structure propre, ou en proie au hasard le plus capricieux, sans que nos façons de parler des événements en soient essentiellement altérées. C’était convenir qu’il pourrait y avoir des événements psychologiques, sociologiques ou historiques (domaine de l’usage du langage), auxquels ne correspondent aucun événement ni aucune séquence régulière d’événements physiques ou physiologiques. C’est pourquoi il envisageait, sans sourciller, de substituer à la causalité physique quelque chose comme l’« enchaînement » de la conversation ou du récit, oral ou écrit : acte de naissance du « narrativisme » actuel (1967, § 608-610).

37Maintenant, n’y aurait-il pas une possibilité d’échapper à cette alternative du causal et du non causal ? On citera la réhabilitation de l’explication téléologique d’Aristote pour (ou plutôt contre) les sciences humaines, telle qu’elle est conduite par Hans-Georg Gadamer et ses élèves. Ne nous dissimulons pas leur ambiguïté. Le rejet pur et simple de la causalité, au bénéfice d’une herméneutique de la compréhension (calquée sur l’intuition esthétique) des actions et autres événements humains, a une contrepartie : il retire toute détermination à ces événements, s’il est vrai que cette détermination requiert leur insertion dans des chaînes causales. Mais Aristote n’a-t-il pas déjà surmonté cette difficulté ? D’un côté, selon l’Ethique à Nicomaque, n’est action effective, « eupraxia », que l’action qui procède d’une décision (« proairesis »), où l’homme se manifeste comme être rationnel visant des buts éthiques généraux et communautaires. De l’autre, si persuadé qu’il fût de la spécificité intentionnelle des actions humaines, l’auteur de la Physique ne s’est pas moins interrogé sur ces actions, en tant qu’événements dans la nature, et que mouvements corporels. Il est donc tentant de chercher dans Aristote le modèle d’une conception unifiée – anté-galiléenne – de l’intentionnalité de l’action et de l’effectivité causale de l’événement correspondant. Expectative vouée à la déception, car l’examen des textes (avec Carlo Natali) révèle plus de scission, chez Aristote, que d’unité. Quoi qu’il en soit, en attendant une conjoncture plus favorable pour la restauration d’une synthèse de l’action et de l’événement en contexte de science galiléenne, nous devons nous débrouiller avec notre conception éclatée actuelle.

38Notre problème demeure donc celui-ci : où se situent dans l’intervalle entre la conception causale et la conception non causale, l’herméneutique des événements sociaux, et, du coup, l’analyse de conversation et l’histoire des textes, qui, dans l’optique proposée ici, donneraient à cette herméneutique un état civil en sciences humaines ? Si la conception causale nous impose une réelle frustration comme phénoménologues et herméneutes, la conception non causale est intenable, s’il s’avère que la causalité fait partie intégrante de la constitution de quelque chose comme un événement humain. Prenons une action humaine : elle répond, assurément, à des motivations (Husserl), et à des raisons (Wittgenstein). Mais, d’abord et avant tout, elle est une chose qu’on effectue, qui a effectivement lieu quelque part et à un certain moment. Or, affirmer qu’une action possède une identité événementielle bien déterminée, c’est assumer tout un système de langage, avec son appareil de conventions sémantiques, impliquant référence, vérité objective, et relation causale. Dater une action, c’est essentiellement convenir de la simultanéité d’événements voisins rapportés par des témoins différents, qui possèdent des horloges qu’il a fallu synchroniser, et inférer cette simultanéité sur la base de certaines chaînes causales, ne serait-ce que celles qui ont dû véhiculer le signal lumineux jusqu’à leurs organes de perception. Pas d’action intentionnelle, pas d’événement social qui puisse être en même temps indéterminé : impossibilité linguistique, avant que d’être physique. Impossibilité physique, également, puisqu’elle est impliquée dans la première. Car la détermination est toujours et nécessairement relative à l’insertion d’un événement dans un réseau de causalités physiques. Prétendre contextualiser une action dans le seul réseau des intentions de l’agent, des raisons qu’on en donne dans la conversation, ou dans la structure narrative du récit qu’on en fait, cela équivaudrait à dissoudre le statut ontologique de cette action dans les jeux du langage, en lui retirant sa base de réalité effective.

39Or, Ricœur affirme la nécessité, pour une herméneutique du monde pratique qui se veut réaliste, de reprendre et prolonger le mouvement de « véhémence ontologique » qu’il applaudit chez Davidson, philosophe dont l’alliance est précieuse aujourd’hui, dans la lutte contre le grammaticisme analytique, comme celle de Frege l’était naguère, dans la lutte contre le structuralisme linguistique (Ricœur, 1990, p. 348-350). Cela implique, il le concède, de reconnaître la validité de l’analyse sémantique « au niveau qui est le sien », donc de maintenir l’événement dans sa fonction de référent ou de condition de vérité des désignations ou phrases d’action. Ne fait-il pas trop de concessions à Davidson pour pouvoir protester contre la détermination causale de l’événement ?

Je ne conteste pas l’acquis de (la théorie de Davidson), à savoir, ni que l’événement, en tant qu’occurrence, ait droit à un statut ontologique au moins égal à celui de la substance (ici : la personne), ni qu’il puisse faire l’objet d’une description impersonnelle. Je dis qu’en entrant dans le mouvement d’un récit qui conjoint un personnage à une intrigue, l’événement perd sa neutralité impersonnelle. (Ibid., p. 169)

40Si Ricœur concède à Davidson la validité de son analyse sémantique des phrases, c’est donc en misant tout sur la théorie du récit, dans l’idée que si la phrase nous engage envers un monde d’événements impersonnels, l’intrigue (dramatique, romanesque, ou historiographique) nous engage envers le monde des actions et des agents. La mise en intrigue joue alors le rôle d’un opérateur de connexion des événements, et de ceux-ci aux agents, analogue à celui de la causalité dans l’explication physique.

La phrase peut-elle référer à un événement ?

41Essayons de nous représenter ce que signifierait du point de vue logique et sociologique la levée de cet anonymat imposé par l’analyse sémantique. Il existe au moins une voie de recherche possible : la prise en compte de l’indexicalité. Or, c’est un préjugé tenace que référence (ou vérité) et indexicalité sont dans une alternative radicale. Ou bien, se dit-on, les locuteurs font habituellement référence aux événements comme à des entités translinguistiques, et ces entités sont transcendantes par rapport à l’interaction conversationnelle. Ou bien les locuteurs ne prétendent jamais référer à des événements transcendants, et leurs énoncés ne comportent que des renvois indexicaux au contexte intersubjectif du discours (Garfinkel et Sacks, 1970, p. 348-349). Pour les uns, la référence aux événements implique inévitablement décontextualisation, c’est-à-dire détermination complète, fermeture de l’énoncé : ne plus dire « moi », « toi », « lui » ; mais indiquer un lieu, une date, une identité. Voulant sauvegarder le rôle du contexte d’interaction, les autres jettent étourdiment par-dessus bord toute signification déterminée. En réalité, il n’y a pas cette alternative insurmontable : l’indexicalité de l’énoncé n’annule pas son intention référentielle ; quant à la référence – véhicule sémantique de cette intention – elle traverse les opacités contextuelles avec une facilité déconcertante (autant pour les sémanticiens quiniens, que pour leurs adversaires pragmaticiens néo-wittgensteiniens). Afin de mieux rendre justice aux intuitions des analystes de la conversation et des historiens du discours, et de nous assurer que leur domaine est bien constitué, il convient de rompre avec cette polémique sans issue, et d’entendre l’événement en un sens qui transcende – sauf impossibilité logique, évidemment – l’opposition du référentiel et de l’indexical. Essayons de penser l’événement comme ce qui correspond (objectivement donc) à une phrase indexicale, prise avec tous ses indices de relativité contextuelle, et par-delà la phrase, ce qui correspond à un procès conversationnel complet en un contexte social clairement défini.

42Faisons l’essai, mais sous l’œil des logiciens. De leur part on peut s’attendre à deux attitudes : la grogne ou la courtoisie. Le logicien grognon protestera qu’on n’a pas le droit de traiter un énoncé complet comme référant à quelque chose, substance ou événement ; que le référent, entité particulière concrète, est obligatoirement le but de renvoi d’un terme singulier ; tandis qu’une phrase -– fût-elle phrase d’événement – ne contient, en tant que telle, aucune ressource logique pour référer à un événement. Un argument de Davidson irait en ce sens : selon lui, la phrase d’action (ou d’événement) est toujours seulement générale et existentielle par rapport à un monde d’événements, globalement pris (1980, p. 135). Elle déclare que le monde n’est pas vide de l’événement correspondant, mais elle ne suffit pas à identifier un événement déterminé. Il n’y a donc pas de relation logique entre la phrase d’événement et le nom, ou la description définie d’un événement :

En fait, la proposition que Brutus a embrassé César semble avoir une valeur de vérité univoquement déterminée… Mais [] « Brutus a tué César » ne décrit pas, en vertu de sa seule signification, un acte unique. (Ibid., p. 114)

43Comme, d’après cette analyse, la signification et la vérité des phrases d’action dépend d’événements qu’elles sont incapables de décrire (ibid., p. 117), Davidson n’hésite pas à substituer systématiquement à nos phrases d’action habituelles, sous prétexte qu’elles seules en « donnent la forme logique », ses propres paraphrases qui quantifient sur des événements (ibid., p. 116). Tout se passe comme si, chaque fois que nous attribuons une action à quelqu’un, nous pensions, en fait, que le monde n’est pas vide de l’événement correspondant, et comme si nous n’avions – littéralement – rien d’autre à dire que cette vague idée sur le monde. Pauvre langage pratique : il lui manquera toujours la pointe, l’acribie du langage physique !

44Le logicien Gerold Stahl, remontant à Reichenbach, inspirateur (comme on l’a vu) de la théorie des événements de Davidson, oppose à ce dernier une objection, qui, il est vrai, ne se fonde pas directement sur l’univers davidsonien (extensionnel) des événements, mais sur un univers de discours intensionnel (non extensionnel), contenant, outre les objets physiques et les personnes, des « éventualités » : une éventualité déterminée correspond extra-linguistiquement à chaque phrase du langage. En référence à cet univers plus étendu, on peut procéder à l’analyse sémantique des phrases selon la méthode habituelle (extensionnelle). Un événement est alors ce dont on peut dire qu’il « a lieu » chaque fois qu’une phrase d’action ou d’événement est vraie. Sur cette base, on peut démontrer contre Davidson qu’il existe une relation logique entre phrase d’action ou d’événement et description de l’événement correspondant (Stahl, 1984, p. 478-479).

45Que cette objection soit décisive, ou non, Davidson tient en réserve un autre argument en faveur de l’anonymat des événements : s’il est essentiel au contexte de conversation qu’il implique les attitudes propositionnelles des interlocuteurs (désir, croyance, volonté, etc.), il nie que les événements faisant partie de l’ontologie implicite du langage quotidien soient les objets de ces attitudes propositionnelles (1980, p. 196). Être désiré, voulu, réalisé comme action n’est certes pas la même chose qu’être l’effet du hasard, ou d’une cause aveugle non humaine. Il n’en reste pas moins que ce qui a lieu, a lieu de la même façon, – que ce soit désiré, voulu, réalisé comme action, ou l’effet aveugle d’une cause non humaine :

Si je tombe par terre, c’est un événement, que je le fasse intentionnellement ou non. Si vous avez cru que ma chute était un accident, et avez ultérieurement découvert que je suis tombé à dessein, vous ne serez pas tenté de retirer votre affirmation selon laquelle vous avez assisté à un événement. (Ibid., p. 113)

46Davidson appuie sa thèse sur la logique des excuses, qui implique que l’action dont je suis accusé et l’action que j’admets avoir commise sont un événement unique et identique, mais qu’elles ne sont cet événement qu’en un sens purement extensionnel (qui n’est pas celui dans lequel je les appréhende au moment de les accomplir, c’est-à-dire comme voulues, connues, désirées, etc.), – en un mot, hors de tout contexte d’attitude propositionnelle (ibid., p. 109). De même, quand nous disons qu’une action a été faite par quelqu’un, nous ne voulons pas nécessairement dire qu’il l’a faite de façon intentionnelle. Sans doute, l’emploi de certains verbes implique-t-il, ou plutôt exprime-t-il directement, l’intentionnalité (« se battre », « injurier ») ; mais souvent, nous voulons, tout au plus, dire de l’action qu’elle a eu lieu en tant qu’événement. C’est ce qui justifie l’expulsion par Davidson de 1’« élément d’intentionnalité » hors du contenu de signification de la phrase d’action proprement dite, en tant que description de l’événement qui rend cette phrase vraie, et son renvoi au contexte d’explication de l’action par les croyances et autres attitudes de l’agent. De sorte que dire d’un événement que c’est une action intentionnelle n’ajouterait rien à sa description, en dépit du fait que ce « rien » établit la connexion de celui-ci avec la personne de l’agent (ibid., p. 121-122). Si c’est un paradoxe, Davidson l’assume, car il n’est pas de trempe à se laisser ébranler par la précarité de quelques-unes de ses raisons de séparer événement et objet d’attitude. Celle-ci, par exemple : « même si Sébastien ne s’est jamais promené à Bologne, sa promenade à Bologne peut être l’objet de la croyance de quelqu’un » ; tandis qu’un événement n’existe pas s’il n’a pas lieu. Surgit alors une difficulté, qui ne lui a pas échappé : « si je crois par erreur que Sébastien s’est promené à Bologne, […] je crois que cela a eu lieu. Son avoir lieu fait donc partie de l’objet de ma croyance. » (Ibid., p. 198). Mais alors, si l’événement lui-même (par opposition à l’éventualité correspondante) se confond avec son avoir lieu, on échappera difficilement à la conclusion que les événements sont les objets des attitudes.

47Le logicien James McCawley vient à la rescousse des analystes de la conversation avec une suggestion qui montre que leur entreprise n’implique aucune confusion logique. Lui-même est sensible à l’excessive rigidité de la théorie classique de la référence et interprète le programme de Davidson, comme un effort – trop timide, à son avis – pour recouvrer l’indispensable souplesse dans l’appareil de représentation formelle du langage naturel. Une phrase à verbe d’action ou d’événement affirme l’existence d’un événement correspondant, c’est-à-dire d’un événement au moins ; mais n’exclut pas l’éventualité qu’il y en ait plus d’un. Par exemple : la nominalisation d’une phrase telle que Le Vésuve a fait éruption en 79 av. J.C. donne – d’après Bertrand Russell – une « description définie », caractérisée par l’article défini singulier, qui implique l’unicité de l’événement en question. De sorte qu’une phrase composée avec cette description d’événement : L’éruption du Vésuve a eu lieu en 79 av. J.C., ne peut pas être vraie s’il y a eu plus d’un événement correspondant.

48Comment faire pour ne pas être réduit à dénoncer une incohérence logique dans un usage pourtant efficace et bien établi, celui de réemployer l’expression « l’éruption du Vésuve » à des étapes différentes d’une conversation, en renvoyant éventuellement à un événement différent ? McCawley avance une hypothèse sur le savoir commun des interlocuteurs : pour assigner un référent à une description d’événement, ils font appel à leur connaissance mutuelle de l’identité des événements en question. Ils ne sont pas astreints à un univers de discours fixe, qui contiendrait les valeurs pour toutes les variables du discours. Cela les obligerait à référer à une éruption unique du Vésuve, toujours la même, à chaque emploi de l’expression « l’éruption du Vésuve ». Ils opèrent plutôt au fur et à mesure de la conversation la sélection des événements pertinents, grâce à une relation d’identité événementielle définie sur les membres du domaine contextuel de cette conversation, et qui change en fonction de la progression de celle-ci. Le référent d’une occurrence particulière de « l’éruption du Vésuve » est alors « l’événement le plus saillant du domaine contextuel » à l’étape considérée de la conversation (1985, p. 188-190). Voilà qui peut suffire à ôter à l’historien et au sociologue la crainte que leur enquête sur la constitution de la référence à l’événement ne les mette en conflit avec la logique.

La constitution de l’événement comme praxis intersubjective

49Mais avons-nous les preuves concrètes, en analyse de conversation, de l’existence des relations d’identification idéalisées par le logicien ? Dans un cours de 1964-65 à l’Université de Californie sur « le suicide comme procédé pour découvrir si quelqu’un s’intéresse à vous », Sacks a analysé l’expression « il ne se passe rien », qui l’avait frappé par sa récurrence dans les conversations téléphoniques enregistrées impliquant un veuf ou une veuve suicidaire (Jefferson, 1990). Quelle interprétation littérale donner à cette expression ? Comment quelqu’un peut-il voir qu’il ne se passe rien, puisque c’est littéralement faux, ou absurde ? Non seulement toutes sortes d’événements se sont effectivement produits et continuent de se produire depuis le décès du conjoint, mais, même si per impossibile rien ne s’était passé, que rien ne se passe est une chose que l’on ne saurait voir. Son hypothèse est que le concept d’événement est relatif au repère temporel choisi par le locuteur, ou plutôt, fixé intersubjectivement. À côté, voire même à la place des repères officiels et anonymes, nous employons des repères « personnels », qu’il baptise « calendrier privé » : « Kennedy a été assassiné deux semaines après nos fiançailles. » Dans le langage de conversation du couple, les événements – Sacks précise : « pas seulement ceux de la vie conjugale, mais les événements du monde en général » – sont repérés sur une échelle de temps qui les relativise à la relation interpersonnelle actuelle. Dès le moment où cette échelle est rendue inactive par la mort du conjoint, ou le divorce, c’est en un sens absolument littéral qu’« il ne se passe rien » pour le conjoint survivant, ou solitaire. Plus d’événement, en tout cas, qui survienne aussi à un autre qui s’attendrait que je lui en rende compte en termes de notre relation mutuelle. Plus d’événement pour la personne, en tant que membre du couple, événement dans la description duquel le locuteur est sûr que son emploi du je sera toujours pertinent pour quelqu’un. Ainsi, on ne substitue pas impunément un calendrier privé au calendrier de n’importe qui : retirer leur anonymat aux événements affecte ceux-ci de la contingence et de la vulnérabilité d’une relation interpersonnelle. Ce qui occasionne la situation paradoxale où « la fin de cette relation fait qu’il n’y a plus d’événements sur le calendrier privé », tandis que les événements du calendrier public poursuivent leur cours indifférent. Toutefois, cette incompatibilité entre la référence à l’événement et l’usage d’un calendrier privé n’est pas constante, mais garde un caractère d’exception dramatique ; ce qui explique que, pour l’individuation des événements dans la vie quotidienne, nous persistions dans notre habitude de substituer nos critères personnels aux critères publics.

50On ne sera pourtant pas quitte avec la constitution de la signification « événement » en immergeant (build in), sans autre forme de procès, dans le fond de savoir mutuel concernant le domaine contextuel de la conversation, ce qu’historiens et sociologues ont eu d’excellentes raisons de traiter comme une praxis intersubjective : la praxis qui opère la sélection et la détermination, puis la caractérisation de plus en plus poussée de l’événement visé dans l’interaction conversationnelle. Le cas pur idéal est celui de la découverte scientifique. Dans L’Origine de la géométrie, Husserl s’était déjà attaqué à la tâche de décrire les opérations de sens qui constituent une idéalité nouvelle, transcendante par rapport aux opérations constituantes (1962b). Seulement, le choix de l’acte fondateur de l’idée géométrique, idéalité originaire pour toute notre science, lui avait imposé une orientation vers l’archè, qui le détournait de l’aspect événementiel de la découverte, au point qu’on a pu facilement confondre son projet avec le classique programme transcendantal de réflexion sur les condition a priori de possibilité. Cette fatalité était épargnée à Garfinkel (si son empirisme foncier n’avait pas suffi à le prémunir contre elle), lorsque Gerald Holton, épistémologue et historien de l’imagination scientifique, lui remit les enregistrements de la série d’observations qui ont conduit John Cocke et Michael Disney à découvrir le pulsar optique, le 16 janvier 1969.

51L’analyse de Garfinkel peut décevoir, non parce qu’elle reste schématique, comme lui-même le reconnaît volontiers, mais parce qu’elle est obérée par une polémique contre ce qu’il appelle le préjugé de l’objet indépendant, typique de la « science galiléenne » (expression de Husserl). Sans doute, une analyse conversationnelle de la découverte scientifique part-elle d’une saine réaction contre la réification du savoir, qui n’est pas imputable à la seule vulgarisation, mais commence dès la communication dans les revues scientifiques internationales. Mais attribuer la responsabilité du passage au statut d’objet indépendant au seul « préjugé » de la science galiléenne, c’est au mieux oublier qu’il n’est pas d’autre science que cette science galiléenne. Au pis, c’est se méprendre soi-même, ou favoriser la mécompréhension sur la signification de l’événement, comme « première fois », invention en quelque sorte, de la chose même, pour laquelle cette première fois n’en est absolument pas une. En effet, aucune propriété nouvelle n’est ajoutée au pulsar, niché qu’il est au voisinage de la double étoile centrale de la nébuleuse du Crabe, du fait que son existence a été reconnue par des observateurs humains et commentée fiévreusement durant les nuits qui ont précédé le 16 janvier 1969, à l’observatoire de l’Université d’Arizona.

52Il y a donc quelque provocation de la part de Garfinkel, à laisser croire que l’analyse de conversation va dissiper, comme simple préjugé, ce qu’il affecte de présenter comme une sorte de maquillage scientifique : la « formulation de pratiques astronomiques compétentes, corporellement attestables, comme propriétés transcendantes du pulsar galiléen indépendant » (Garfinkel, 1981, p. 132). Mais il y a aussi autre chose là-dedans que de la provocation, quelque chose qui confine à cette « naturalisation du transcendantal » qui nous paraît mobiliser une partie de la sociologie et de l’histoire d’aujourd’hui. Ce que Garfinkel veut, en fait, c’est explorer le soubassement pratique de l’insertion officielle d’un nouvel objet dans notre représentation du monde, non appeler à la révolte contre cette représentation. Il semble avoir mis le doigt sur les conditions constituantes en vertu desquelles c’est « seulement en tant que trait de son historicité locale, qu’une certaine série d’observations astronomiques a projeté comme sa possibilité qu’elle puisse devenir une collection détemporalisée de propriétés mesurables de fréquence d’impulsions lumineuses et de localisation d’étoile… » (ibid., p. 135).

53On devine ce que Garfinkel a en vue : le fait que l’application pleine et entière – et cette application seule – des habituelles contraintes professionnelles de la communauté scientifique aux stratégies méthodologiques mises en œuvre durant les séances d’observation (pour ne rien dire des pratiques techniques et théoriques mobilisées), a fait fonction de crible du champ d’objets, en même temps que d’inducteur d’une nouvelle référence – d’un nouvel objet pour la référence (au sens ordinaire). Mais il montre en même temps qu’il ne suffit pas de procéder en conformité avec toutes les règles de l’art, celles qu’on a codifiées et objectivées comme telles, pour faire une découverte géniale.

54C’est pourquoi nous devons accorder toute notre attention à ceci, qui est peut-être une pierre d’achoppement pour le programme ethnométhodologique. S’il existe une chose telle que l’ethnométhodologie, en tant que discipline empirique ayant à décrire un domaine spécifique, fermé, de phénomènes, alors il ne doit pas y avoir une différence essentielle entre les protocoles des observations astronomiques ayant conduit à la découverte du pulsar et les banales enquêtes de routine, que le médecin légiste demande à un service public comme le Centre de Prévention du Suicide de Los Angeles, pour pouvoir délivrer un certificat de décès. Et cependant qui ne voit la différence ? Une revue scientifique du niveau de la revue Nature n’eût jamais publié une découverte relative et sous bénéfice d’inventaire. Tandis que le médecin légiste, lui, n’attend qu’une « décision » toute relative de l’enquête destinée à départager un « vrai » suicide d’une mort, naturelle ou accidentelle, ou d’un meurtre. Il est « payé pour savoir » qu’une telle enquête ne sera jamais conduite qu’« à toutes fins utiles et sous bénéfice d’inventaire ». Ce qu’il peut tout juste demander, parce qu’il a compétence pour le faire, c’est la réouverture de cette enquête, réouverture qui en confirmera le caractère essentiellement provisoire. Or, le choix d’un pareil terme de comparaison n’est pas de moi, mais de Garfinkel : la comparaison lui vient naturellement, entre la découverte du pulsar et ce qu’il nomme « le problème du médecin légiste », analysé dans ses Studies in Ethnomethodology (1967, p. 11-18). Et s’il oppose les deux contextes, ce n’est pas en raison de la différence, en fait essentielle, entre une démarche réussie de découverte scientifique, qui a identifié un objet céleste auparavant inconnu, et une enquête de routine, dont le zèle se borne à épargner au préposé les désagréments d’une contre-expertise, avec peut-être, à la clé, blâme, retard d’avancement, licenciement, ou procès. La seule différence aperçue par Garfinkel, est que pour décrire la découverte astronomique en sauvegardant son sens de « first time through », il doit faire bien attention à s’abstenir de référer à l’objet céleste, puisque ce n’est qu’à partir d’elle qu’on a pu y référer ; tandis que l’enquête médicolégale, comme dans Mais qui a tué Harry ? d’Alfred Hitchcock, commence avec le cadavre et finit avec le cadavre, c’est-à-dire avec l’événement échu, quel qu’il soit (1981, p. 136).

55Ici, l’analyse de conversation est sur le fil du rasoir. Faire basculer l’objet physique dans le culturel devient une tentation irrésistible. Garfinkel y succombe, sans paraître s’apercevoir des implications épistémologiques. Rendant compte du mode de traitement appliqué par lui – conformément à sa méthode habituelle – aux enregistrements des séances d’observation, il se contente de noter : « Nous avons interprété le Pulsar Galiléen Indépendant (PGI) comme un “objet culturel”. » (Ibid., p. 137). Si le PGI n’est pas carrément défini – il s’en défend (ibid., p. 141, n. 28) – comme étant lui-même un « compte rendu » (« account »), au moins est-il réduit à un prétexte à compte rendu de la pratique professionnelle des astronomes. Ambiguïté de sa déclaration : « notre thèse est que l’astronomie, comme science de découverte, est une science d’action pratique. » (Ibid., p. 142, n. 28). L’expression « science d’action pratique » peut renvoyer tantôt à une science authentique, qui accomplit des actions pratiques pour découvrir ses objets (ordinaires) ; tantôt à une pseudo-science, dont l’objet n’est pas celui qu’on lui prête d’habitude, à savoir les corps célestes, mais un objet tout différent, du coup, plutôt énigmatique : « l’action pratique ».

La pression du naturalisme

56Faut-il s’étonner de ce qu’un programme de recherche mis en œuvre par les plus novateurs parmi les sociologues et les historiens contemporains fasse surgir à l’horizon le vieux spectre du naturalisme, sous ses formes familières : sociologisme, culturalisme, historicisme, pragmatisme (psychologisme même, puisque la science cognitive s’emploie à le ressusciter, et qu’elle n’est pas sans influence sur certains chercheurs en analyse de conversation) ? Cela n’a rien d’étonnant si l’on observe le mouvement des sciences humaines du point de vue du « logicien absolutiste », gardien de l’autonomie logique de la signification. Mais dans l’optique d’une philosophie pour les sciences humaines, on peut envisager l’avenir avec plus d’optimisme, en se disant qu’il ne saurait y avoir une contradiction insurmontable entre le progrès de l’enquête empirique sur les conditions sociales et historiques de la constitution des événements, et la sauvegarde de l’autonomie logique de leur signification par rapport au monde naturel et à la causalité.

57Toutefois, la pression – sensible – du naturalisme en ethnométhodologie et en histoire des textes est peut-être un symptôme inquiétant. Symptôme de quoi ? Peut-être d’une limite à la reformulation, sous la forme d’un programme de science humaine techniquement instrumenté, d’une question qui est d’origine réflexive : comment se constitue un événement en tant que signification sociale ? Cette pression du naturalisme se confond dangereusement avec la pression pour l’intégration de l’analyse sociologique et historique du contexte d’usage du langage naturel dans la pragmatique de ce langage, et de là, son intégration dans la cognition, de la cognition dans la psychologie, et de la psychologie dans la biologie (si ce n’est l’anatomie du cerveau et l’électro-chimie des neurones et des synapses, au moins la physiologie des fonctions cérébrales) (Searle, 1983, p. ix ; Sperber et Wilson, 1986, p. 46 ; Recanati, 1979). Or, c’est justement parce qu’elle ne voit pas d’aporie dans ce qui est pour nous le paradoxe de sa situation, qu’une pareille pragmatique ne saurait résoudre les problèmes de la constitution de l’événement social. C’est aussi pour cette raison qu’il nous a paru préférable d’affronter le problème de la référence à l’événement en ses termes primitifs, ceux de la sémantique du langage quotidien. De là, dans la discussion que nous proposons ici, la préférence accordée à la sémantique sur la pragmatique, comme interlocuteur des sciences humaines en théorie de la signification. Car l’analyse sémantique du langage a l’avantage de nous mettre face aux choses mêmes, c’est-à-dire au phénomène de la référence à des événements en contexte d’interaction pratique. Pour en désamorcer l’interprétation physicaliste – moins dangereuse car plus visible que les autres formes du naturalisme – il suffit qu’on la reconnaisse imputable aux critères ontologiques du théoricien, plutôt qu’à la structure sémantique du langage.

58Que l’analyse de conversation n’échappe pas au dilemme général des sciences humaines, comme sciences naturelles et comme sciences qui traitent de la constitution de la signification des événements humains, on s’en persuadera en se reportant à certaines déclarations emphatiques sur l’analyse de conversation comme science naturelle (Sacks, 1989, p. 211-215). Et l’on trouvera un semblable collapse de la réflexivité en fait de la nature chez Garfinkel, pour qui les phénomènes sociaux, dont la descriptibilité est un a priori des conditions d’intelligibilité, semblent avoir cette descriptibilité en vertu d’une loi empirique (1967, p. 33). Notre consolatio philosophi est que ces tendances naturalistes ne nous empêchent pas de reconnaître l’authentique progrès philosophique accompli par l’analyse de conversation. Quittant la réflexion a priori pour aller observer de près l’empirie des démarches de la découverte, et, plus généralement, les « ethnométhodes » de la vie quotidienne, si elle n’a pas précisément « attrapé au vol le travail de production de fait (d’événement) » (ibid., p. 79) comme elle l’ambitionnait d’abord, elle nous en apprend plus que la philosophie traditionnelle sur les conditions réelles de la constitution de cette signification d’événement Sans doute, on n’était pas sans savoir (en phénoménologie, en herméneutique, et ailleurs) que cette constitution a son site à l’interface entre l’intersubjectivité des pratiques constituantes des interlocuteurs de la conversation, ou des protagonistes de la recherche scientifique, et l’objectivité des objets absolus du sens commun, ou de la science officielle. Mais, de cette événementialité sociale en son originarité constituante, l’approche conversationnelle a l’incontestable avantage d’être une approche concrète, empirique, – « naïve », sans doute, mais on ne ferait rien sans une théorie naïve : « Garfinkel (on peut le dire avec Holton) nous fait nous demander ce que le scientifique (ou l’homme ordinaire) a réellement vu et réellement fait lors de sa rencontre avec l’événement qui a captivé son attention » (1981, p. 161).

Bibliographie

Austin John-Langshaw (1961), « Unfair to Facts », Philosophical Papers, Oxford, Clarendon Press.

Bennett Jonathan (1988), Events and their Names, Oxford, Clarendon Press.

Chartier Roger (1988), « Débat sur l’histoire », Esprit, no 140-141, p. 257-65.

Chartier Roger (1989), « Le monde comme représentation », Annales, E.S.C., no 6, p. 1505-1520.

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Gardies Jean-Louis (1987), L’erreur de Hume, Paris, Presses universitaires de France.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Garfinkel Harold (1981), « The Work of a Discovering Science Construed with Materials from the Optically Discovered Pulsar », Philosophy of the Social Sciences 11 (2), p. 131-158.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), « On Formal Structures of Practical Actions », in J.-C. Mc Kinney & E.-A. Tiryakian (eds), Theoretical Sociology, Perspectives and Developments, New York, Appleton Century Crofts, p. 338-366.

Hempel Carl G. (1942), « The Function of General Laws in History », The Journal of Philosophy, no 59, p. 35-48.

Hugo Victor (1829), Les orientales, XXVIII, « Les Djinns ».

Husserl Edmund (1959), Recherches logiques. I, Prolégomènes, trad. H. Elie, Paris, Presses universitaires de France.

Husserl Edmund (1962a), Recherches logiques. II, trad. H. Elie, Paris, Presses universitaires de France.

Husserl Edmund (1962b), L’origine de la géométrie, trad. J. Derrida, Paris, Presses universitaires de France.

Husserl Edmund (1982), Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pures, II, trad. E. Escoubas, Paris, Presses universitaires de France.

Jefferson Gail (ed.) (1990), H. Sacks. Lectures 1964-1965, Dordrecht, Kluwer Ac. Publ.

McCawley James (1985), « Actions and Events Despite Bertrand Russell », in E. LePore & B. Mc Laughlin (eds), Actions and Events, Perspectives in the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Basil Blackwell.

Petit Jean-Luc (1984), « La sémantique de l’action de D. Davidson », Archives de Philosophie, 47, p. 449-79.

Petit Jean-Luc (1991a), « Éléments pour une philosophie de la psychologie, à partir de la Grammaire philosophique de Wittgenstein », Revue de métaphysique et de morale, no 2.

Petit Jean-Luc (1991b), L’action dans la philosophie analytique, Paris, Presses universitaires de France.

Petit Jean-Luc (1991c), « La philosophie de la psychologie de Wittgenstein », Archives de Philosophie, à par.

Ramsey Frank (1926), « Facts and Propositions », in Id., Foundations of Mathematics, New York, Humanities Press.

Recanati François (1979), La transparence et l’énonciation, Paris, Le Seuil.

Reichenbach Hans (1947), Elements of Symbolic Logic, New York, MacMillan.

Ricœur Paul (1975), La métaphore vive, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1983), Temps et récit I, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1984), Temps et récit II, La configuration du temps dans le récit de fiction, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1985), Temps et récit III, Le temps raconté, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Sacks Harvey (1984), « On Doing “Being Ordinary” », in J. M. Atkinson & J. Heritage, eds, Structures of Social Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Searle John R. (1983), Intentionality, An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press.

Sperber Dan & Deirdre Wilson (1986), Relevance : Communication and Cognition, Oxford, Basil Blackwell.

Stahl Gerold (1984), Note 2 in Petit, 1984.

Vendler Zeno (1967), « Facts and Events », in Id., Linguistics in Philosophy, ch. 5, New York, Cornell University Press, Ithaca.

Vendler Zeno (1968), Adjectives and Nominalizations, I, Paris, Mouton.

White Hayden (1974), « The Historical Text as Literary Artefact », Clio, IIΙ, no 3.

Wittgenstein Ludwig (1951), Philosophical Investigations, trad. G.E.M. Anscombe, Oxford, Basil Blackwell.

Wittgenstein Ludwig (1967), Zettel, trad. G.E.M. Anscombe, Oxford, Basil Blackwell.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search