Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

5. 17 mai 1940 : se perdre avec Claude Simon

p. 85-100


Extrait

1Poursuivons avec un poème de Charlotte Delbo :

Qu’on revienne de guerre ou d’ailleurs
quand c’est d’un ailleurs
aux autres inimaginable
c’est difficile de revenir

Qu’on revienne de guerre ou d’ailleurs
quand c’est d’un ailleurs
qui n’est nulle part
c’est difficile de revenir
tout est devenu étranger
dans la maison
pendant qu’on était dans l’ailleurs

Qu’on revienne de guerre ou d’ailleurs
quand c’est d’un ailleurs
où l’on a parlé avec la mort
c’est difficile de revenir
et de reparler aux vivants.

Qu’on revienne de guerre ou d’ailleurs
quand on revient de là-bas
et qu’il faut réapprendre
c’est difficile de revenir
quand on a regardé la mort
à prunelle nue
c’est difficile de réapprendre
à regarder les vivants
aux prunelles opaques1.

*
* *

2Je passe ici à un autre événement, à une autre scène de guerre. Il s’agit de la description littéraire d’un moment de la débâcle de 1940, centrée sur un soldat traumatisé, pensant mourir, sur le point de mourir. On pourrait dire que par rapport à cet événement traumatique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.