Version classiqueVersion mobile

Le dilemme des frontières

 | 
Benjamin Boudou

Troisième partie. Liberté, égalité, hospitalité

9. Au nom des intérêts : démocratiser le pouvoir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mais pourquoi tracer les frontières du démos aux frontières d’un pays ? D’un autre côté, pourquoi pas ? » Robert Dahl, 1982, p. 98.

Le libéralisme, le communautarisme et le républicanisme semblent ne pas tenir leur promesse d’expliciter le bien commun tout en évitant d’en proposer une définition arbitraire. Le nationalisme méthodologique rend difficile la justification des frontières auprès des non-citoyens, parce qu’il néglige cette exigence. J’ai montré pourquoi prendre les frontières telles qu’elles sont, sans les remettre en question, empêchait de considérer la liberté de circulation à sa juste valeur.

Les communautariens proposent un double standard de la morale, en cherchant à garantir une justice minimale vis-à-vis des étrangers, sans leur permettre de participer à l’élaboration des « significations partagées », à l’identité de la communauté. La protection d’un « éthos républicain » réitère le problème en prenant mal en compte la domination des étrangers. Seul un républicanis...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search