Version classiqueVersion mobile

Le dilemme des frontières

 | 
Benjamin Boudou

Troisième partie. Liberté, égalité, hospitalité

8. Au nom de la liberté : ouvrir les frontières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« LIBERTÉ (liberty), ou FRANCHISE (freedom), signifie (proprement) l’absence d’opposition (par opposition, j’entends les obstacles extérieurs au mouvement). »
Thomas Hobbes, 2000, p. 336.

Le libéralisme est-il un cosmopolitisme ?

Est-il possible d’être libéral tout en théorisant une communauté dont il faudrait protéger les frontières ? Sans les justifications difficilement tenables des « significations partagées » ou de « l’éthos républicain », le bien commun libéral peine à tenir ensemble l’universalité de ses valeurs individuelles et la particularité de ses institutions. Doit-il alors renoncer à l’un de ces deux termes ?

Il faut abandonner la prétention à l’universalité, dit par exemple Richard Rorty, et miser sur la capacité typiquement libérale à l’universalisation par le bas, c’est-à-dire à l’extension progressive du cercle de la solidarité morale et politique. Les libéraux accueilleront avec enthousiasme ceux qui veulent vivre « comme eux1 ».

Il faut abandonner l’enracinement stato...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search