Version classiqueVersion mobile

Le dilemme des frontières

 | 
Benjamin Boudou

Deuxième partie. Souveraineté, communauté, identité

6. Au nom des institutions : faire valoir ses droits

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les êtres humains partagent leurs fins essentielles et valorisent leurs institutions et leurs activités communes comme des biens en eux-mêmes. »
John Rawls, 1997, p. 566.

J’ai avancé un certain nombre de critiques contre ceux qui argumentent en faveur du contrôle des frontières, mettant en évidence trois logiques problématiques : la logique de l’intériorité, de l’appartenance et du consentement. D’une manière ou d’une autre, leur vision de la communauté politique est biaisée. Elle est souveraine et traversée par des « significations partagées », ce qui signifie généralement qu’elle doit être plus ou moins homogène culturellement. L’identité et la souveraineté se révèlent être des arguments censés clore la discussion quant aux droits ou revendications éventuels des étrangers. Les intérêts des citoyens priment ainsi toujours sur ceux des étrangers. Or nous avons vu d’une part que les définitions proposées de l’identité de la communauté sont insatisfaisantes ou incohérentes, et d’autre...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search