Version classiqueVersion mobile

Le dilemme des frontières

 | 
Benjamin Boudou

Deuxième partie. Souveraineté, communauté, identité

5. Au nom de la République. Promouvoir le bien commun

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La domination des citoyens sur les non-citoyens, des membres sur les étrangers est probablement la forme la plus commune de tyrannie dans l’histoire humaine. »
Michael Walzer, 1997, p. 102.

Face à ces définitions essentialistes de la communauté politique, associées à un contrôle des frontières largement pris pour acquis, la République peut apparaître comme une alternative. Elle garde vivante l’idée d’un bien commun, c’est-à-dire d’une société réunie autour de quelque chose à défendre, mais semble refuser l’imaginaire moral des communautariens. Liberté, égalité, fraternité, voilà sans doute des principes qui devraient garantir un traitement juste de tous ceux qui souhaitent prendre part au contrat social républicain, à condition qu’ils en respectent la principale élaboration, la loi. La citoyenneté républicaine, marquée par une homogénéité en droit, la défense de l’autonomie individuelle conquise grâce à l’éducation, l’ambition universaliste fondatrice des droits de l’homme, la sépar...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search