Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Conclusion

Peut-on enquêter en sciences sociales sur des individualités ?

Texte intégral

  • 1 Sauf peut-être à titre proprement heuristique, comme on peut en faire le crédit à l’individualisme (...)
  • 2 Ce qui ne veut pas dire, au contraire, une fiction sans valeur (Durkheim, 1970).
  • 3 D’une façon qui n’est pas d’abord stratégique de leur part, comme l’a défendu au chapitre 3 Marie-L (...)

1Ce livre a voulu suggérer que des phénomènes comme la personnalité, l’inventivité ou le libre choix peuvent être analysés comme proprement sociaux, pourvu qu’on cesse de les penser en dehors de leur fondement pratique. De ce point de vue, la figure de l’homo clausus promue par la pensée économique des modernes est, par excellence, le type d’abstraction qui ne convient pas à la démarche des sciences sociales1. L’individualité s’y trouve en effet coupée de son enracinement et de ses contradictions pratiques pour être projetée sur la scène fabuleuse d’une « pure » autonomie. C’est ce qui la rend à bien des égards si impossible à croire, au point que certains, frappés par ce manque de crédibilité, vont parfois jusqu’à douter de l’existence même d’une individualité pratique. Ils ont tort. Si l’individualité abstraite est, par définition, une fiction métaphysique et juridique2, l’individualité pratique, elle, existe bel et bien : cet ouvrage voulait le rappeler. Introuvable tant que l’on persiste à la concevoir sur le mode d’une substance, elle devient tangible et descriptible dès lors qu’on accepte d’y voir une performance collective, ou, si l’on préfère, une conséquence de la pratique. C’est en effet seulement en agissant et en jugeant que les individus peuvent avoir de la personnalité, du charisme, de l’inventivité ou de l’indépendance. Alors seulement, suivant des règles partagées avec d’autres, ils ne peuvent manquer de produire, dans ce suivi, des écarts de style qui les rendent plus ou moins remarquables3, et permettent de leur attribuer une identité propre.

  • 4 Ce que dans l’introduction de la seconde partie de ce livre, nous avons appelé le « décentrage » qu (...)

2Cela explique que, du point de vue de la méthode, les sciences sociales réclament pour analyser les individus de commencer par en « sortir4 ». Cet élargissement du regard n’a rien de paradoxal : sur le plan pratique, de l’individualité ne peut advenir que si l’individu est engagé dans des actions réciproques avec d’autres. La « source » de sa personnalité ne doit donc jamais être recherchée dans son intériorité, mais plutôt dans les relations qu’il entretient, et a entretenu, à l’extérieur de lui. Comme on l’a soutenu dans la troisième des « leçons » de ce livre, une telle extériorité mérite d’être repérée à trois niveaux différents. En premier lieu, il convient de la reconnaître dans le fait que la personnalité d’un individu ne peut être produite indépendamment des jugements que les autres portent sur lui (niveau réputationnel). En second lieu, on doit l’observer dans le fait que ces jugements ne pourraient pas être produits sans l’existence de règles partagées, dans le suivi desquelles l’acteur concerné, du fait même qu’il agit et juge, tend à produire des écarts qui le rendent singulier (niveau praxéologique). Enfin, il faut l’identifier également dans le fait que ces écarts ont pour origine, chez l’acteur, ses expériences antérieures et les tendances à agir qu’elles lui ont communiquées et qu’il manifeste maintenant (niveau dispositionnel). Pour qui considère ces trois niveaux, qui s’emboîtent l’un dans l’autre, la tâche des sciences sociales ne pourra plus être pensée comme l’exploration de l’opposition entre individu libre et contrainte collective, à la manière dont l’idéologie romantique, entre autres, nous prescrit d’apprécier les choses. Le but devient plutôt de comprendre comment l’individualité humaine s’ancre et se développe d’une façon entièrement pratique, c’est-à-dire à l’horizon d’une socialité qui la constitue et dont elle ne peut être abstraite que fictivement.

  • 5 Il se peut, dans ce cas, que ceux qui étaient attachés à l’identité précédente du personnage, réagi (...)

3Il en découle, pour le chercheur en sciences sociales, une difficulté méthodologique : en enquêtant sur des personnalités, il court nécessairement le risque de les transformer. En effet, étant donné que l’individualité a une existence pratique, elle tend à pouvoir être affectée par son étude – ce qui n’arriverait pas si elle n’était qu’abstraite. Pour l’historien qui travaille à partir d’archives, sur des individus qui ne sont plus nos contemporains, ces looping effects, comme les appelle Ian Hacking (1995), ne joueront que sur la dimension réputationnelle de l’individu étudié : on aura montré que celui-ci n’était pas tout à fait, ou pas du tout, celui que l’on croyait jusqu’alors5. Pour le sociologue qui recourt à l’entretien ou pour l’anthropologue qui privilégie l’immersion dans un groupe, seront en jeu, de surcroît, les dimensions praxéologique et dispositionnelle : la première, dans la mesure où l’interaction avec un chercheur pourra conduire l’individu étudié à adapter son comportement à la situation, c’est-à-dire à produire, en présence de son interlocuteur, une certaine personnalité ; la seconde, dans la mesure où ce type d’interaction pourra lui communiquer de nouvelles tendances à agir ou modifier l’équilibre de celles qu’il possédait-ainsi, s’il est affecté d’une manière ou d’une autre par ce que le chercheur lui dit ou écrit sur lui. L’ensemble de ces problèmes figure au cour de la réflexion méthodologique en sciences sociales. Il rappelle que l’enquête sur une individualité humaine est toujours une action réciproque, non pas une relation d’objectivation unilatérale. C’est d’ailleurs pourquoi le chercheur lui-même ne peut pas en sortir totalement indemne.

Des réputations à protéger

  • 6 Telle est la raison pour laquelle les abus d’anonymisation des sources sont parfois décriés en jour (...)
  • 7 Voir sur le sens de cette notion, que nous empruntons à Florent Champy (2009), l’introduction de la (...)

4L’anonymisation des données constitue sans doute l’une des manifestations les plus évidentes des problèmes que pose aux sciences sociales le fait d’avoir, à travers leurs discours, la capacité à transformer leurs objets. De fait, s’ils n’avaient jamais conscience de leur pouvoir d’affecter, par leurs analyses, la réputation des acteurs qu’ils étudient, les chercheurs en sciences sociales ne ressentiraient pas, parfois, la nécessité de rendre ces derniers non reconnaissables pour le public ou certains lecteurs. Encore faut-il noter que cette réduction des possibilités d’identification tend à se faire au détriment du caractère vérifiable de l’analyse : moins le lecteur sait sur qui, précisément, porte l’étude – a fortiori, dans quelle entreprise cet individu travaille, dans quel lieu il vit, etc. –, moins il est en mesure de pouvoir vérifier, s’il le voulait, les données qui sont fournies6. L’anonymisation des données, de ce point de vue, ne saurait relever d’une attitude systématique. Elle est plutôt du ressort d’une pratique prudentielle, c’est-à-dire d’une activité fondée sur l’engagement par le praticien de capacités de discernement et de jugement pratique face à des problèmes à traiter qui n’acceptent pas de solution simple ou standard7.

  • 8 Cette note de recherche, comme celles que nous citerons ensuite, ont été produites par les auteurs (...)

5Dans ce livre, plusieurs contributeurs y ont recouru ; ils ont changé les prénom et nom des journalistes qu’ils étudiaient et parfois même, n’ont pas précisé, à dessein, le nom de leur entreprise de presse ou la période d’exercice durant laquelle ils les avaient observés. Leur justification principale aura été le souci de protéger la réputation de l’enquêté. Par exemple, lorsque Marie-Laure Sourp-Taillardas (chapitre 3) choisit d’attribuer un pseudonyme au journaliste qu’elle étudie, c’est pour que certains éléments biographiques qu’elle rapporte, et qui ne sont pas connus de tous, ni dans le journal qui employait alors l’enquêté (Libération), ni parmi ses sources (les dirigeants du Front national), ne soient utilisés à son détriment. Pour des raisons similaires, si les descriptions des rédactions des Dernières Nouvelles d’Alsace (chapitre 2) et de Mediapart (chapitre 5) n’ont pratiquement pas fait apparaître de noms propres, c’est que les auteurs ont senti qu’affecter à certains propos rapportés le nom de leur auteur n’apportait rien de plus à l’analyse et pouvait mettre les interviewés en difficultés vis-à-vis de leurs confrères ou de leurs supérieurs. Dans d’autres cas, comme celui de journalistes sanctionnés pour faute professionnelle (chapitre 1) ou acculé à la démission (chapitre 11), l’anonymisation s’est imposée comme un moyen de ne pas rajouter une sanction supplémentaire à l’opprobre ou à la disgrâce qui frappent les interviewés. Dans d’autres cas enfin, elle a eu pour but inverse de ne pas accroître leur prestige personnel. C’est ce qu’explique Olivier Pilmis dans une note de recherche préparatoire au chapitre 68 :

Certains enquêtés (notamment lorsqu’ils appartiennent à des groupes dont le prestige est mis en question) appré hendent parfois l’occasion de rencontrer un sociologue ou, plus généralement, un chercheur en sciences sociales, comme une opportunité pour faire porter leur voix ou leur message au-delà de la sphère strictement professionnelle. Ceci a été particulièrement net dans le cas des pigistes, qui acceptent souvent d’autant plus facilement les entretiens avec le chercheur qu’ils ont « bien des choses à dire » et des « messages à faire passer ». Dans ce type de contexte, la non- anonymisation peut contribuer à faire du sociologue le « complice » plus ou moins volontaire de l’entreprise morale menée par les enquêtés-un peu à la manière dont Bourdieu (1986) décrit la complicité qui s’instaure entre enquêteur et enquêté autour de l’illusion biographique. En n’anonymisant pas, le sociologue contribue effectivement à la diffusion d’un discours particulier, qui vise autant à décrire le monde qu’à le transformer. Situation qu’il peut juger gênante. À l’inverse, l’anonymisation peut apparaître, dans ce contexte, comme une forme de violence à l’encontre de prises de position dont le sérieux ou la pertinence seraient alors comme mis en doute par le sociologue.

6Il est révélateur que les contributeurs du présent ouvrage qui n’ont pas ressenti le besoin d’anonymiser leurs données enquêtaient souvent sur des journalistes qui ne sont plus nos contemporains-tels Hippolyte de Villemessant, Marguerite Durand ou Albert Londres. Dans d’autres cas, où les journalistes étudiés étaient en vie, c’est le fait que l’analyse ne divulgue pas d’informations diffamantes qui a rendu inutile l’anonymisation-ainsi, dans le portrait que donne Philippe Riutort du journaliste Michel Samson (chapitre 4). Ou bien, en dépit de certains éléments pouvant être jugés compromettants, c’est leur caractère déjà plus ou moins public-lié à la célébrité du journaliste-qui a réduit la tentation de l’anonymat. Ainsi dans l’analyse de la trajectoire d’Anne Sinclair que propose Pierre Leroux (chapitre 9), le fait que cette journaliste ne dispose pas d’un bagage professionnel standard ne constitue une révélation que pour ceux des lecteurs qui ignorent totalement son parcours, et un motif de dénigrement que pour ceux qui demeurent hermétiques à la posture sociologique.

  • 9 Plus précisément, cette autonomie découle de la mobilisation d’un certain sens du réalisme – lié à (...)
  • 10 Il y a donc bien, comme le suggère Corbin, un geste politique dans le choix que fait l’historien ou (...)
  • 11 Voir à ce propos les réflexions de Nahtalie Heinich (1991), qui montre à quel point les ouvrages le (...)

7Finalement, l’absence de critère strict et définitif en matière d’anonymisation des données témoigne d’abord du fait qu’il s’agit là d’une pratique génératrice chez le chercheur d’incertitude pratique, c’est-à-dire d’autonomie9. Une telle pratique rend manifeste, en ce sens, l’engagement d’une responsabilité personnelle de la part du chercheur. Elle soumet ses choix à une critique de ses pairs qui n’est plus seulement technique mais aussi bien morale – dans la mesure où l’anonymisation des données peut porter atteinte à la morale professionnelle des chercheurs, soit parce que son absence met trop en danger les enquêtés, soit parce qu’à l’inverse, son emploi trop poussé détruit toute possibilité théorique de vérification des données. À cela on peut ajouter que même dans les cas où l’effet qu’induit un manque d’anonymisation des données sur la réputation de l’enquêté ne peut pas être jugé négatif pour cette dernière, il n’en est pas moins à prendre en compte réflexivement par le chercheur : dès lors en effet qu’il rend publics des noms propres, le chercheur tend immanquablement à distinguer ceux qui les portent de la masse de leurs contemporains, et ne laisse donc jamais leur réputation inchangée. Lorsqu’il s’agit d’individus peu connus, cet effet de distinction viendra du simple fait de leur consacrer une étude-ainsi Louis-François Pinagot qui, grâce à l’attention que lui a portée Alain Corbin (2002), fut voué à une forme de célébrité posthume pour le moins inattendue10. Lorsque les individus sont déjà célèbres, l’étude accroîtra, ne fût-ce que très marginalement, leur statut distinctif – que le chercheur le veuille ou non11.

  • 12 Voir l’introduction générale.

8Dans certains cas, cet effet d’élection et de célébration – dans lequel il n’y a pas nécessairement de raison de voir un problème – peut s’avérer plus fort encore : lorsque le chercheur se laisse aller à une héroïsation des personnages qu’il analyse. C’est ce qui survient quand il consacre ses efforts à mettre en avant l’excellence d’une façon d’être et de faire, d’un courage ou d’une intelligence. Face à ce problème (car cela en est bien un, cette fois-ci), la solution préconisée dans cet ouvrage aura été de s’en tenir au postulat de pluralisme12. Ce qui s’avère gênant en effet dans l’héroïsation des enquêtés n’est pas tant l’orientation normative qu’implique une telle opération, que le fait qu’elle homogénéise abusivement leur personnalité autour d’un motif déterminé et empêche, de ce fait, de saisir au mieux les tensions et les contradictions constitutives de leur individualité et parfois de leur génie. On aura pris soin ici, au contraire, de porter attention à la pluralité des tendances à agir, souvent contradictoires, qui habitaient des individus comme Hippolyte de Villemessant, Marguerite Durand ou Albert Londres, pluralité sans laquelle leur inventivité demeurerait inexplicable (leçon n°9). Contre la thèse de l’invention pure, cette approche nous a conduits à récuser « l’image d’innovations individuelles entièrement intentionnelles et d’inventeurs maîtrisant, à eux seuls, le mécanisme de leur réussite » (leçon n°10).

9Est-ce à dire que les héros n’existent pas ? Ce n’est pas la conclusion à laquelle a abouti cet ouvrage. Son argument a été plutôt de rap peler que l’héroïsme n’est jamais le fruit d’actions « purement » individuelles. Il a été également de tirer de ce constat, à titre de conséquence méthodologique, que la façon dont les sciences sociales doivent « travailler » la réputation des héros ne consiste ni à déconstruire leur héroïsme ou leur génie inventif, ni, à l’inverse, à renforcer une approche individualiste de ceux-ci, mais plutôt à en proposer une lecture proprement sociologique, c’est-à-dire à en montrer l’ancrage dans des pratiques.

Des contradictions pratiques à restituer

  • 13 Un problème qui aura pu se poser notamment dans les enquêtes présentées aux chapitres 10 et 11.
  • 14 Voir, dans cette perspective, Thévenot (1990 et 2006).

10La capacité des chercheurs à accroître la réputation des acteurs qu’ils étudient – le cas échéant en l’endommageant ou en la sacralisant – n’est jamais que le premier niveau auquel s’observent des looping effects entre les sciences sociales et leurs objets. Le même type de boucle rétroactive est repérable au plan de la capacité des chercheurs à susciter chez ceux qu’ils étudient, par leur présence même, un changement d’attitude et une adaptation du propos-ceci du moins, lorsque les méthodes d’enquête impliquent un face-à-face, qu’il s’agisse d’entretien ou d’observation de type ethnographique. On peut en voir la trace dans l’importance que revêt, dans le cours même de ce type d’interactions, la question du tact : ainsi par exemple quand il s’agit, pour l’enquêteur, de trouver les mots justes et les bonnes attitudes pour réussir à évoquer avec un interviewé ce qui fait figure d’échec dans sa carrière ou de déclassement13. Ou, lorsqu’il pratique l’enquête ethnographique, de ne pas forcer le seuil des lieux dans lesquels se sont retirés certains acteurs, ou de ne pas écouter d’une manière qui pourrait être jugée indiscrète des conversations privées, dont il est tenu à l’écart. Plus généralement, cette dimension interactive qui préside à la production de la parole de l’enquêté comme au caractère observable de son compor tement emporte une conséquence méthodologique, qui découle une fois encore du postulat de pluralisme, à savoir que les attitudes que démontrent les enquêtés à l’observateur, comme les discours dans lesquels ils lui parlent d’eux-mêmes et de leurs expériences, doivent être reconnus dans leur lien avec des situations sociales qui ont chacune leurs exigences propres. En d’autres termes, il nous faut toujours, « considérer la situation comme le moule qui donne forme au témoignage » (Pollak, 1990, p. 186). C’est la raison pour laquelle, notamment, l’impossibilité qu’ont certains interviewés à évoquer un événement qui les concerne en face du sociologue ne saurait être interprétée comme un « impensable » : elle doit être vue plutôt comme un « indicible », c’est-à-dire comme la reconnaissance active par l’acteur que ce qu’il serait en mesure de dire ne convient pas au caractère trop public de la situation dans laquelle il se trouve actuellement, quoique cela pourrait convenir dans un autre type de situation14. À vrai dire, nombre de chercheurs s’épargneraient des interprétations erronées sur l’incapacité, qu’ils s’empressent d’identifier chez certains agents, à former certaines pensées et à se distancier de certaines croyances, s’ils prenaient davantage en compte les variations situationnelles conduisant le même qui s’est tu en public, à se révéler extrêmement disert dans l’entre-soi d’une situation confiante.

  • 15 Cette démarche ne doit pas être assimilée à celle qui reposerait sur le principe selon lequel la pr (...)

11C’est dire également que la situation d’interview, comme a fortiori toutes celles qui imposent à la prise de parole de fortes contraintes de publicité, tendent à susciter chez les acteurs étudiés, du seul fait de leur compétence à identifier les situations où ils se trouvent, des effets d’autocensure, effets qui seront d’autant plus élevés que les situations sur lesquelles il leur sera demandé de rapporter se caractériseront par des exigences pragmatiques contradictoires avec celles d’une situation publique – ainsi de certains « secrets inavouables » propres à la « cuisine » de leurs pratiques professionnelles. Dans ce livre, nous en avons tiré comme consigne de tenter de développer sur la pratique d’un individu un point de vue qui soit toujours à la fois diversifié et global (leçon n°4). C’est en effet dans la variété de ses engagements que l’individu doit être saisi, si l’on ne veut pas avancer à son propos des conclusions qui risquent d’être erronées, à partir de ce qu’il aura dit ou fait en une seule situation. Mais c’est aussi, et tout autant, dans l’unité qu’il s’efforce de donner à sa pratique qu’il convient de l’appréhender, lorsqu’il entreprend face au chercheur de donner un sens acceptable à certaines de ses contradictions, ou qu’il fait jouer de manière compensatoire certains pans de son activité par rapport à d’autres15. Cette exigence impose de ne pas s’en tenir, dans la mesure du possible, à un seul type de source sur un individu ou un collectif de travail. Comme l’explique, par exemple, Caroline Datchary dans une note de recherche préparatoire au chapitre 5 :

Les données dont nous nous servons ici, sont issues de la première phase d’une enquête en cours, menée avec Roland Canu, bénéficiant du soutien de l’ANR (ANR-08-COMM-039). Celle-ci repose principalement sur une ethnographie en ligne du site de Mediapart, au cours de laquelle ont été enregistrées et analysées les traces horodatées de l’activité des journalistes. Ces données sont évidemment lacunaires puisque toute l’activité est loin de se faire via l’interface (échanges verbaux) et que certaines activités ne sont pas enregistrées (messagerie personnelle par exemple, même si un journaliste nous a donné accès à certains de ses messages personnels). Ces données ont donc été complétées par plusieurs journées d’observation dans les locaux de la rédaction et des entretiens informels et formels auprès de journalistes de Mediapart et de lecteurs contributeurs, par ailleurs journalistes.

  • 16 Voir, autour de cet argument, l’introduction de la seconde partie du présent ouvrage (en particulie (...)

12Loin d’avoir pour but de prendre en faute les enquêtés, en montrant que ce qu’ils disent publiquement (en situation d’interview ou dans des déclarations officielles) ne correspond pas à ce qu’ils font « réellement » en coulisses, l’approche consiste ici à mettre systématiquement en lumière les contradictions pratiques devant lesquelles ils se trouvent placés en raison de l’hétérogénéité grammaticale de leur pratique. De telles contradictions sont la chose du monde la mieux partagée16. Il y a donc moins d’intérêt pour un chercheur en sciences sociales à les dénoncer qu’à repérer la forme spécifique qu’elles prennent chez l’individu qu’on étudie, et à comprendre leur dynamique. Dans cette optique, tant que le portrait qu’il dresse d’un enquêté reste lisse, tant qu’aucune tension interne ne vient l’animer, le chercheur peut être certain que des aspects de la pratique de l’enquêté ne lui apparaissent pas et qu’il est, d’une certaine façon, en train de passer à côté de ce qu’est « réellement » cet enquêté.

Un dynamisme biographique à respecter

13Enfin, un troisième et dernier niveau, où s’observent des effets de boucle entre les sciences sociales et leurs objets, concerne la façon dont les enquêtés peuvent comprendre, et éventuellement tenter de modifier, leurs propres tendances à agir, en raison même des discours que produisent les chercheurs. Sur ce plan, peut-être, les sciences sociales pourraient être rapprochées de la psychanalyse : soit parce qu’elles pointent dans le passé de l’acteur l’origine sociale de certaines de ses dispositions actuelles, d’une manière qui l’aide à mieux s’analyser et éventuellement à s’émanciper ; soit, plus fréquemment sans doute, parce qu’en décrivant une telle origine chez un acteur donné, elles permettent à d’autres de réaliser que leur propre cas n’est pas sans analogie. Encore convient-il, pour que cette perspective ait quelque valeur libératrice – plutôt qu’elle ne nourrisse des illusions réalistes sur soi –, que nulle grille d’explication ne soit plaquée a priori. Tel est en effet le risque dès lors qu’un parcours biographique est compris comme l’illustration d’une théorie ou comme cas typique, représentatif d’une « loi sociale » (Passeron, 1990).

14L’enjeu est donc ici de savoir quels éléments d’une histoire personnelle, parmi ceux auxquels le chercheur accède, méritent de figurer dans le récit qu’il donnera et duquel devra émerger une explication de certaines des tendances à agir manifestées par l’individu étudié. Rien n’est moins évident que cette opération de sélection, comme le souligne Pierre Leroux dans une note de recherche préparatoire au chapitre 9 :

Reconstruire la carrière d’une journaliste comme Anne Sinclair, c’est se trouver confronté à des enjeux contradictoires : il faut faire percevoir le caractère « exceptionnel » du succès professionnel de la journaliste ; mais il faut aussi proposer des éléments d’explication rabaissant inévitablement les éléments de « distinction » et d’« originalité » que la reconstruction biographique avait contribué à mettre en place. Le choix d’éléments « significatifs » (c’est-à-dire considérés comme pertinents) de la description comme de l’analyse pourrait de fait se trouver en butte à une double critique : d’un côté, les éléments donnés ne rejoignent qu’en partie – par leur caractère inévitablement lacunaire – la perception que des lecteurs informés avaient pu se construire ; de l’autre, la sélectivité des éléments biographiques ne parvient que très imparfaitement-pour des lecteurs sans connaissance du parcours analysé – à introduire des éléments de définition de la personnalité qui s’incarnaient dans le personnage public.

  • 17 Voir, sur leur définition respective, l’introduction générale.
  • 18 Ainsi par exemple, dans le cas d’Anne Sinclair, l’analyse s’est centrée sur la tension entre son as (...)

15Dans ce livre, la solution à de tels problèmes a été recherchée, une fois encore, à travers le recours conjoint aux postulats de pluralisme et d’indétermination relative17. Le pluralisme a conduit, on l’a dit, à favoriser l’analyse des contradictions internes des individus et partant, à faire de ces contradictions le principe dynamique au fondement de l’évolution de leur personnalité18. C’était, du même coup, valoriser l’indétermination relative puisque, dès lors que l’accent était mis sur ce que l’individualité a de dynamique, l’action devenait impossible à déduire strictement des dispositions ; tout au plus était-elle rendue prévisible par le passé de l’acteur. On s’épargnait ainsi d’écraser le parcours biographique sous le poids d’une thèse préconçue ou d’une détermination rigide du présent par le passé, prêtant attention au contraire aux déplacements de la personnalité suscités par l’ouverture ou la fermeture d’opportunités, et par la confrontation à des expériences partiellement inédites aux yeux de l’acteur.

16Cette démarche a entre autres avantages d’obliger le chercheur à toujours considérer la trajectoire d’un individu comme étant, à quelque moment qu’il l’envisage, en mouvement, et cela y compris dans les phases où elle peut pourtant sembler stagner ou avoir été stoppée net. Ainsi par exemple, comme le précise Christiane Restier-Melleray dans une note de recherche préparatoire au chapitre 11, l’avenir professionnel du journaliste qu’elle étudie pouvait-il paraître bouché au moment où elle débuta la recherche. Ce n’était pourtant pas une raison de le décrire comme arrêté :

Il faut signaler que la séquence privilégiée pour rendre compte de la carrière [du journaliste étudié] a été elle-même tributaire du moment choisi par notre groupe pour la rédaction finale. Trois ans plus tôt, le sujet de l’étude et l’analyse de sa trajectoire auraient été différents. Il me semble qu’il est important d’insister sur la dépendance du chercheur par rapport à l’inscription contextuelle de l’acteur qu’il observe : ici les transformations actuelles du métier de journaliste, la crise de la presse papier et le développement de la presse en ligne, qui ont donné des opportunités nouvelles [au journaliste étudié]. Ce choix du moment privilégié pour l’étude a également été tributaire des analyses formulées par certains au sein du groupe de travail : je résistais à l’objectivation qui conduisait à conclure à l’inéluctabilité de la fin de carrière de celui dont j’avais le plus scrupuleusement possible retranscrit la trajectoire.

17Notons que même si le journaliste ici étudié n’avait pas « rebondi » professionnellement, son parcours n’aurait pas davantage mérité d’être vu comme arrêté. Car une trajectoire de déprofessionnalisation n’en reste pas moins une trajectoire, c’est-à-dire le renforcement d’un certain processus, et pour l’individu d’un changement dans ses tendances à agir. Pareille démarche nous immunise donc également contre la tentation de décrire une histoire de vie du point de vue de sa fin. Elle contraint le chercheur, au contraire, à se placer, à chaque moment qu’il examine, au début de l’histoire – au moment où, pour l’acteur et ses partenaires, les jeux n’étaient pas faits et où certains horizons restaient ouverts et plausibles. Comme Philippe Riutort l’explique dans une note de recherche préparatoire au chapitre 4, au sujet du portrait sociologique qu’il dresse du correspondant du Monde à Marseille, Michel Samson :

L’une des exigences est certainement de refuser l’« explication » ex post par la réussite ou l’échec, la nécessité inscrite dès l’origine (qui ne saurait valoir pour toute trajectoire) et de faire d’un moment unique la clé interprétative. L’enjeu est d’éviter de surinterpréter un événement ou un moment (ce que le sociologue a tendance à faire en raison de l’information nécessairement limitée dont il dispose : l’origine sociale, le poste occupé, l’engagement politique).

  • 19 Voir l’introduction de la seconde partie.

18Bannir ainsi la perspective téléologique ne signifie certes pas qu’il faille y substituer une conception purement aléatoire du monde social, dans laquelle le passé serait sans poids sur l’action présente et où les chances d’agir seraient également réparties entre les individus19. Ainsi, ce que nous avons appelé postulat d’indétermination relative se traduit-il par la revendication du fait que rendre compte de la prévisibilité de l’ordre social et tenter d’expliquer par ses expériences passées les tendances à agir manifestées par un individu sont des tâches essentielles des sciences sociales. Comme l’écrit encore Philippe Riutort :

Dans la trajectoire de Michel Samson, un certain nombre de choses semblent accidentelles, comme son passage par le secrétariat de rédaction ou ses rencontres avec des universitaires (Anselme, Comolli, Péraldi). Elles n’en sont pas moins déterminantes et rejoignent tout de même des inclinations (un habitus, si l’on veut) présentes depuis longtemps, avant même son entrée en journalisme (l’intérêt pour le terrain, les rencontres inopinées, l’engagement y compris corporel.).

19En somme-et c’est sans doute là la conclusion la plus décisive de cet ouvrage -, le discours des sciences sociales ne saurait avoir d’effets pleinement émancipateurs qu’à condition de respecter les postulats de pluralisme et d’indétermination relative. C’est à ce prix, en effet, qu’il est en mesure de donner aux acteurs une explication des tendances à agir qui les animent, qui s’éloigne tout autant du déterminisme strict qu’impliquent les explications construites du point de vue de la fin, que du volontarisme naïf qui est la marque des visions asociologiques du monde.

Notes

1 Sauf peut-être à titre proprement heuristique, comme on peut en faire le crédit à l’individualisme méthodologique qui, comme son nom l’indique, n’est jamais que « méthologique ».

2 Ce qui ne veut pas dire, au contraire, une fiction sans valeur (Durkheim, 1970).

3 D’une façon qui n’est pas d’abord stratégique de leur part, comme l’a défendu au chapitre 3 Marie-Laure Sourp-Taillardas, et qui, par conséquent, ne saurait être réduite à une stratégie de distinction, sur le modèle des analyses de Pierre Bourdieu (1979)-étant plutôt d’abord une conséquence non intentionnelle de l’action au sens de Merton.

4 Ce que dans l’introduction de la seconde partie de ce livre, nous avons appelé le « décentrage » que les sciences sociales opèrent nécessairement lorsqu’elles s’emparent d’un phénomène communément présenté ou pensé comme individuel.

5 Il se peut, dans ce cas, que ceux qui étaient attachés à l’identité précédente du personnage, réagissent. Quoique mort depuis longtemps, un individu peut alors donner lieu à de vives controverses sur ce que furent exactement sa personnalité, sa singularité ou son inventivité.

6 Telle est la raison pour laquelle les abus d’anonymisation des sources sont parfois décriés en journalisme.

7 Voir sur le sens de cette notion, que nous empruntons à Florent Champy (2009), l’introduction de la première partie du présent ouvrage.

8 Cette note de recherche, comme celles que nous citerons ensuite, ont été produites par les auteurs à l’occasion des réflexions menées au sein du groupe de travail à l’origine du présent ouvrage. Sur la manière dont ce dernier a été conçu et rédigé, nous renvoyons à la fin de l’introduction générale.

9 Plus précisément, cette autonomie découle de la mobilisation d’un certain sens du réalisme – lié à l’anticipation du fait que les profanes utiliseront les données publiées non pour accroître leur compréhension sociologique mais pour faire des reproches à ceux dont la parole ou les agissements sont restitués, ou pour les dénigrer –, à l’intérieur d’une démarche qui devrait viser, idéalement, à satisfaire uniquement des contraintes de vérificabilité.

10 Il y a donc bien, comme le suggère Corbin, un geste politique dans le choix que fait l’historien ou le sociologue, d’analyser l’individualité des personnes jugées les plus ordinaires.

11 Voir à ce propos les réflexions de Nahtalie Heinich (1991), qui montre à quel point les ouvrages les plus critiques à l’égard de l’admiration populaire suscitée par l’ouvre de Van Gogh n’en ont pas moins contribué à l’édification de sa gloire posthume.

12 Voir l’introduction générale.

13 Un problème qui aura pu se poser notamment dans les enquêtes présentées aux chapitres 10 et 11.

14 Voir, dans cette perspective, Thévenot (1990 et 2006).

15 Cette démarche ne doit pas être assimilée à celle qui reposerait sur le principe selon lequel la pratique est toujours, d’emblée, unitaire et cohérente. On part ici du parti pris inverse, pour mieux saisir comment l’acteur parvient à des degrés divers-et échoue parfois-à unifier sa pratique.

16 Voir, autour de cet argument, l’introduction de la seconde partie du présent ouvrage (en particulier, la troisième section) supra, p. 160-167.

17 Voir, sur leur définition respective, l’introduction générale.

18 Ainsi par exemple, dans le cas d’Anne Sinclair, l’analyse s’est centrée sur la tension entre son aspiration à l’intégration professionnelle, d’une part, et son défaut de maîtrise relatif des standards professionnels, d’autre part.

19 Voir l’introduction de la seconde partie.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par