Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Seconde partie. L’amour du métier

Leçon n°10

Penser la dimension non intentionnelle de l’invention personnelle

Texte intégral

Ce chapitre ne livre pas seulement un nouvel exemple d’inventivité due à un désajustement partiel de l’acteur aux normes en vigueur dans l’espace professionnel qu’il entend intégrer. Il montre aussi que l’invention de formes nouvelles (ici, une façon inédite de conduire, à la télévision, les interviews avec des personnalités) peut présenter un caractère relativement aveugle et involontaire aux yeux mêmes de l’inventeur. Cette invention, en effet, n’apparaît pas toujours comme un but en soi ou comme un objectif pratique clairement établi mais plutôt comme l’effet non intentionnel d’un effort (intentionnel, lui) d’ajustement au monde professionnel. En somme, le mécanisme est le suivant : l’individu ressent, dans le cadre de son activité, un handicap professionnel ou un déficit de savoir-faire ; il engage spontanément, pour y pallier, certaines des tendances à agir qu’il a acquises dans d’autres mondes sociaux-en l’occurrence, un art de la réception bourgeoise et de la conversation mondaine qui lui fut « enseigné » dans son enfance et sa jeunesse ; il en résulte une façon novatrice d’essayer de pratiquer l’activité professionnelle qui créé, avec les façons jusque-là dominantes, un écart de style que les pairs auront à apprécier.
Dans ce scénario, ce n’est que rétrospectivement, parce que l’invention a réussi et dans l’exacte mesure où elle a réussi – i.e. dans l’exacte mesure où le déplacement qu’elle opère dans les pratiques a été validé et célébré par la communauté de travail-que l’acteur peut se voir attribuer, et se reconnaître à lui-même, une identité d’innovateur. Son intégration professionnelle, dans ce cas, est renforcée : non parce qu’il a réussi à se plier aux standards de la pratique professionnelle mais plutôt, au contraire, parce qu’il est parvenu à amener à lui, un tant soit peu, les standards de la pratique professionnelle et à faire partager par d’autres l’intérêt d’un tel déplacement. L’inventeur n’a donc, par lui-même, rien de tout-puissant : il est vulnérable à la validation de son invention par d’autres que lui. C’est pourquoi, lorsqu’il réussit, sa puissance n’est pas tant individuelle que collective : elle résulte des appropriations de son invention opérées par d’autres que lui, selon un schéma dont il n’a pas la maîtrise (Latour, 1984 ; Akrich et al., 1988). Ainsi en est-il des éléments constitutifs du style d’interview créé par Anne Sinclair que le public, à travers les verdicts de l’audimat, a approuvés et dans lequel, de ce fait, les dirigeants de TF1 ont vu un intérêt pour l’audience et l’image de la chaîne.
L’ensemble de ces remarques suggère à quel point peut être trompeuse, pour le chercheur, l’image d’innovations individuelles entièrement intentionnelles et d’inventeurs maîtrisant, à eux seuls, le mécanisme de leur réussite. Ces visions doivent être rejetées comme non sociologiques. Car en imputant aux individus beaucoup plus de visées stratégiques qu’il ne leur est possible d’en avoir, et en leur attribuant une capacité de contrôle du jeu collectif dont ils sont par définition incapables, elles placent dans ces individus un pouvoir qu’ils n’ont pas à titre individuel et qui ne leur appartient qu’à titre collectif.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par