Version classiqueVersion mobile

Éduquer sous contrainte

 | 
Nicolas Sallée

Première partie. L'éducation placée sous la main de la justice

3. Des éducateurs à la Justice

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès sa création comme une division autonome du ministère de la Justice en 1945, la PJJ, alors encore « Éducation surveillée », apparaît comme l’îlot judiciaire d’un champ plus vaste du traitement de l’enfance inadaptée, implanté en majeure partie – en héritage des années vichystes – sur le territoire du ministère de la Santé. De taille relativement modeste à l’échelle de la fonction publique française et déléguant une large partie de son activité au secteur associatif, la PJJ a, dès ses premières années de fonctionnement, cherché à cultiver sa différence en décidant de former en interne le groupe professionnel qui, depuis 1949, a toujours constitué au moins 50 % de son effectif total : les éducateurs (voir graphique 1). Dans le courant des années 1960 et 1970, la montée en charge du corps éducatif a permis à la PJJ de se défaire de son dérangeant passé pénitentiaire, en construisant des modèles de traitement de la jeunesse délinquante censés lui être propres. En retour, cette logiqu...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search