Version classiqueVersion mobile

Éduquer sous contrainte

 | 
Nicolas Sallée

Première partie. L'éducation placée sous la main de la justice

1. À protéger, mais responsables ?

L’ambiguïté fondatrice du droit pénal des mineurs (1800-1945)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand il est question du traitement français de la jeunesse délinquante, que l’on en défende la singularité historique ou que l’on en pourfende les soi-disant présupposés idéologiques, l’ordonnance du 2 février 1945 est systématiquement brandie, défendue, critiquée, interprétée et réinterprétée. Modifiée près d’une quarantaine de fois depuis sa promulgation, et près d’une vingtaine de fois depuis 1995, elle est devenue le symbole de « l’humanisme » d’un modèle de justice offrant une primauté à « l’éducatif » sur le « répressif », à distance du principe de « responsabilité » qui se trouve au cœur du droit pénal classique – et notamment de celui des adultes. Depuis une vingtaine d’années, quelques voix s’élèvent cependant pour souligner l’ambiguïté initiale d’un texte loin d’abolir, en réalité, toute référence à la responsabilité pénale1. En s’appuyant sur cette ambiguïté redécouverte, certains commentateurs, au ministère de la Justice, font de ce texte le socle d’un modèle de justice...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search