Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Marges de manoeuvre

5. Ce que le web 2.0 fait à l’autonomie journalistique

L’expérience Mediapart

Caroline Datchary

Texte intégral

  • 1 Au début des années 1980, selon Rémy Rieffel (1984, p. 95-96), «l’élite des journalistes » reçoit e (...)
  • 2 Voir sur ce point Dujarier (2008).

1Dans les années 1980, en France, le courrier des lecteurs demeurait un phénomène relativement restreint1. Sans doute le fait que les chances de voir sa lettre recevoir une suite ou une réponse, a fortiori être publiée, étaient des plus limitées explique-t-il le peu d’empressement des lecteurs à écrire aux journalistes. Depuis la fin des années 1990, le web 2.0 a rendu possibles des échanges plus interactifs. Il a permis, pour les lecteurs, la publication immédiate, systématique et non filtrée ex ante par la rédaction, de leurs plaintes et de leurs commentaires, conduisant parfois les journalistes mis en cause à répondre en descendant à leur tour dans ces « arènes de confrontation » (Lemieux, 2000, p. 64-66). Certains y ont vu un moyen de retisser un lien de confiance avec des lecteurs critiques voire désabusés (Matheson, 2004). De fait, l’attention croissante portée aux membres du public et à leurs opinions – qui se manifeste également dans d’autres médias par la multiplication des programmes de libre antenne ou de talk-shows – peut être interprétée comme une avancée démocratique et une contribution au renouvellement du débat public (Neveu, 2001, p. 102-105). Mais on peut aussi y voir une technique de marketing, assise sur des impératifs marchands : la volonté de « mettre le client au travail » est une tendance aujourd’hui en plein essor, qui a pour visée d’attirer et de fidéliser l’acheteur potentiel en l’impliquant toujours davantage dans la production de ce qu’il achète2.

  • 3 C’est d’ailleurs l’une des justifications du titre Mediapart qui renvoie à la notion de « média par (...)
  • 4 Comme nous aurons l’occasion de le souligner, une objectivation sociologique du public réel de Medi (...)

2Lancé en mars 2008, le site d’information généraliste Mediapart entend pousser cette logique coproductive jusqu’au bout. Il se veut interactif et participatif3 et, à cette fin, combine les fonctionnalités des journaux en ligne classiques avec des outils communautaires collaboratifs : le lecteur adhérent est invité à commenter, échanger, rédiger, devenant ainsi coauteur et coproducteur de l’information qui lui est vendue. Exigences civiques et marchandes se combinent si étroitement dans un tel projet qu’il serait mal inspiré de vouloir les démêler ou les opposer absolument : Mediapart se veut un moyen de donner la parole à des non-professionnels du journalisme et de faire participer au débat public l’ensemble des citoyens qui le souhaitent4. Mais il se veut tout autant un modèle économique rentable fondé sur la fidélisation de ses abonnés par leur implication dans la discussion continue des contenus publiés et, pour partie, dans l’autoproduction de certains de ces contenus. Notre but sera ici d’examiner ce que cette dimension participative et coproductrice tend à faire aux pratiques journalistiques. La question se pose, en particulier, de savoir en quoi les formats de production et de diffusion mis en place dans cette nouvelle forme de journalisme peuvent avoir un effet libérateur sur les contraintes du travail des professionnels de la rédaction.

Le desserrement des formats de production

  • 5 En presse écrite, ce modèle économique n’est mis en ouvre en France que par le Canard enchaîné. Il (...)
  • 6 Sur l’acception exacte de ce terme, voir supra, p. 27, note 3.
  • 7 Sur ce succès, voir notamment Figeac (2009).

3Les fondateurs de Mediapart veulent voir dans le modèle économique qu’ils tentent de mettre en place-celui d’un quotidien en ligne non pas gratuit mais payant, financé non par la publicité mais par la souscription et l’abonnement – un moyen d’échapper aux pressions des annonceurs et des financeurs, et, par là même, de gagner en indépendance éditoriale5. Le décrochage ainsi opéré par rapport aux médias les plus directement impliqués dans les luttes concurrentielles pour le contrôle du marché publicitaire permet d’envisager un desserrement et un allongement significatifs des formats de production6. Les dirigeants de Mediapart affirment ainsi refuser de couvrir l’actualité à travers les temporalités courtes que favorisent les médias les plus commerciaux : pas question, disent-ils, de sombrer dans le commentaire en flux tendu de dépêches AFP, quand bien même ce type de « produits » rencontrerait un succès certain7. Comme l’expliquait Edwy Plenel au moment de formaliser le projet du journal :

  • 8 Projet du journal Mediapart, publié le 2 décembre 2007, consultable sur le site du journal, dans la (...)

Notre objectif n’est pas de couvrir dans une fausse exhaustivité l’ensemble de l’actualité. Nous nous concentrerons, dans « le meilleur de l’info », sur la production de quatre ou cinq sujets par jour offrant une très forte plus-value en termes d’exclusivité, de révélation, d’angle, d’expertise. Il s’agit d’offrir, au bon moment, le bon tri, la bonne sélection, la bonne idée : ce qui fait sens, éclaire, explique8.

  • 9 Article de Michaël Hadjenberg en date du 8 avril 2009.
  • 10 Édition participative « Vivre à la rue tue ».
  • 11 Sur la notion de « contretemps », son rapport avec la conservation de l’initiative journalistique e (...)

4Les formats de production mis en place au sein des médias les plus orientés vers les luttes commerciales, tendent à favoriser l’information la plus immédiatement et la plus facilement disponible au détriment de celle qu’il est plus long, plus malaisé et plus aléatoire de se procurer – ce qui a pour effet d’exposer ces médias à l’accusation de « suivisme ». Au rebours de cette tendance, la rédaction en chef de Mediapart entend imposer à ses journalistes une organisation de la production qui leur permette de ne pas chercher à s’aligner à tout prix sur les médias concurrents et à emboîter leur pas. Soit par exemple, un article publié sur Mediapart le 8 décembre 2008 sous le titre « La mort des sans-abri : un sujet dont on parle trop ou pas assez ». Son auteur, Michaël Hajdenberg, y explique que, contrairement à ce que peuvent laisser penser généralement les médias, et à ce qu’affirme fréquemment la communication gouvernementale, les personnes sans domicile fixe ne meurent pas davantage en hiver qu’en été. Lorsque, plus tard, le même journaliste reprendra cette thématique des SDF, ce sera à nouveau en cherchant à produire un décalage avec l’actualité que privilégient au même moment les médias dominants (ainsi, par exemple, lorsque les élections européennes deviendront pour Mediapart l’occasion d’« un tour d’Europe des sans-abri9 ») ou encore, en instaurant un « devoir de suite », via la création d’une « édition participative » permanente qui se donne pour objectif de recenser tout au long de l’année les décès des sans-abri et d’en dresser une carte interactive10. Ces exemples illustrent le fait qu’à Mediapart, le genre des « séries » réalisées sur un même phénomène social est vivement encouragé, ce qui permet aux journalistes de traiter d’une question sous plusieurs angles successifs et de suivre son évolution dans le temps, en marge de ce que « l’actualité » prescrit de faire. Se fait jour ici une tentative pour inscrire et systématiser dans les formats de production eux-mêmes le principe des « contretemps11 ».

  • 12 Voir par exemple, dans le cas de la télévision, Siracusa (2001).
  • 13 La polyvalence technique peut évidemment être dénoncée comme imposant le modèle d’un « journaliste (...)

5À Mediapart, une autre caractéristique des formats de production tient au fait qu’ils imposent aux journalistes une obligation de flexibilité fonctionnelle, de polyvalence, notamment à l’endroit des activités techniques relatives à la publication d’un article. Contrairement à ce que l’on observe dans les médias traditionnels, au sein desquels règne une très forte division du travail12, les rédacteurs de Mediapart sont enjoints par leur hiérarchie de réaliser un certain nombre de tâches traditionnellement dévolues à des collaborateurs ou à d’autres catégories de journalistes. Ainsi, ce sont les journalistes eux-mêmes qui éditent leurs articles via la plateforme technique, dans un éditeur en ligne. Ils sont par ailleurs invités à apprendre à monter des « sons » voire de l’image, ou encore, à créer des cartes interactives ou des nuages de tags. L’acquisition de ces compétences techniques nouvelles et la réalisation des tâches auxquelles elles correspondent peuvent être décrites comme contraignantes. Elles le sont tout particulièrement pour les journalistes qui ont du mal à les maîtriser. Mais elles tendent à avoir, tout autant, une dimension habilitante : nombre de journalistes y voient en effet un gain en autonomie et en capacité de création. La polyvalence technique leur donne alors le sentiment de se réapproprier le processus de production auquel ils participent, sentiment qui tranche avec l’impression de dépossession caractéristique des grandes industries médiatiques et culturelles, dans lesquelles la division du travail est poussée à l’extrême13.

6Une troisième et dernière particularité des formats de production imposés aux journalistes de Mediapart tient au fait qu’il leur faut prendre en compte, dans leurs méthodes de recueil de l’information et la conduite de leurs enquêtes, la dimension participative du journal. Ainsi, par exemple, lorsqu’un lecteur dépose un commentaire dans lequel il entreprend de conseiller le journaliste :

Journaliste A,
La grève a apparemment cessé et le travail repris.
Je trouverai cela intéressant pour « clore le dossier » de faire un retour sur expérience. J’aurais plein de questions du genre : est-ce que le deal est suffisant ?

  • est-ce que cela valait le coup

  • comment peut-on recroiser/retravailler après des échanges verbaux ou même physiques de cette nature

  • et après ?

En effet, on voit souvent les crises mais pas ce qu’il en ressort.
Je trouve cela dommage.
Merci pour cette couverture en tout cas.
Par Abonné A’

7Cette pression des abonnés, qui s’auto-instituent comme critiques ou sources journalistiques, peut être décrite, elle aussi, comme contraignante pour les journalistes, dans la mesure où il leur est difficile, au vu de ce qu’est le projet participatif du journal, de la repousser comme illégitime et de marquer ostensiblement qu’ils n’en tiendront pas compte. Cependant, une telle pression peut aussi se voir reconnaître, en certains cas, une dimension habilitante : elle peut générer en effet une économie substantielle dans la recherche des faits et des informateurs pertinents. C’est le cas, notamment, lorsque des échanges avec certains abonnés sont mis à profit pour élaborer une idée de sujet, collecter des données ou encore bénéficier de précisions ou de corrections sur un sujet que l’on est en train de traiter. Ainsi n’est-il pas rare, dans certains des messages privés auxquels nous avons eu accès, de voir les lecteurs indiquer aux journalistes des liens vers des informations complémentaires, disponibles notamment sur des sites scientifiques et universitaires. De telles interventions sont d’autant plus profitables aux rédacteurs que certains de ces abonnés s’avèrent souvent d’un très haut niveau de compé tence sur le sujet qui les mobilise. On voit ainsi des lecteurs entrer subrepticement dans la conférence de rédaction par la voix des journalistes : « c’est notre abonné X qui nous a informé de la tenue de cette réunion » ou « cet événement sera de toute façon couvert par Y sur son blog ». Ou apparaître en marge des articles, quand les journalistes men tionnent dans la rubrique « boîte noire » que l’idée du présent article leur a été inspirée (plutôt soufflée en l’occurrence !) par tel abonné. Ces exemples soulignent combien la mise à disposition de faits et de commentaires par certains abonnés (notamment, par des acteurs des faits décrits ou encore par ceux qui présentent des garanties scientifiques et universitaires de crédibilité) peut se muer de contrainte en ressource et comment, intégrée dans les formats de production des journalistes, elle peut générer pour eux des gains de temps et des possibilités nouvelles de se créer, sans quitter son poste de travail, un réseau d’informateurs experts.

Nouveaux formats de diffusion et risque de déprofessionnalisation

  • 14 Sur l’acception exacte de ce terme, voir supra, p. 27, note 4.

8Ce n’est pas seulement au niveau de ses formats de production qu’un quotidien participatif en ligne comme Mediapart tend à introduire des écarts avec les organes d’information traditionnels : ses formats de diffusion, eux aussi, marquent une différence notable14. Les journalistes, en effet, ne se cantonnent pas ici aux formats conventionnels de l’article, du reportage ou de l’éditorial. Il leur est également donné-et d’une certaine façon, imposé-de publier dans ces formats nouveaux (non conventionnels, en ce sens) que sont les billets de blogs, les contributions à des éditions participatives et les réponses aux commentaires des abonnés. Un examen des heures et des jours où sont postés les deux types de contributions (conventionnelles et non conventionnelles) fait apparaître leur répartition équitable au fil de la journée et de la semaine. Il ne semble donc pas exister entre eux, au niveau de la pratique journalistique, une hiérarchie de légitimité très marquée. C’est là, sans doute, la principale innovation de Mediapart : répondre à des commentaires, alimenter son blog ou publier dans une édition participative sont des activités qui tendent à y faire partie intégrante du travail de journaliste, au même titre, ou presque, que publier un article ou une série de reportages.

9Il faut souligner que l’investissement dans des formats de diffusion non conventionnels est encouragé par la rédaction en chef afin d’inciter les journalistes à diffuser davantage d’informations et ce, en jouant sur le fait que celles qui seraient jugées « inintéressantes » ou « impubliables » dans un format conventionnel, peuvent devenir newsworthy dans un format non conventionnel. Ainsi par exemple, lors d’une conférence de rédaction à laquelle nous assistons, une journaliste annonce qu’elle va se rendre le soir à une réunion où les différentes têtes d’affiche pour les élections européennes doivent être présentes. Son intention de rédiger un article sur ce sujet est accueillie favorablement. Mais lors de la conférence du lendemain, elle explique que le « grand raout » annoncé a fait long feu : les têtes d’affiche ne se sont pas déplacées, pas plus que la presse. Le rédacteur en chef lui demande alors d’en faire un billet de blog. « Pour dire que c’était bidon ? », s’étonne-t-elle. « Oui, sur un mode factuel. » Finalement, le récit de la réunion qui a fait un four fera l’objet d’un article publié dans une édition participative – ce qui témoigne, au passage, de la relative convertibilité des différents formats de diffusion entre eux.

  • 15 Sur les vingt-six journalistes dont nous avons « tracké » (pisté) la production, tous avaient déjà (...)

10Rajoutant du travail à celui, classique, qui consiste à rédiger des articles et à publier des reportages, les éditions participatives et les blogs personnels, eux aussi, peuvent être vécus par les journalistes comme des contraintes supplémentaires. S’il est vrai qu’à en croire les relevés d’activité en ligne, ces nouvelles contributions se distribuent temporellement de manière à peu près équitable avec les articles traditionnels et ne sont pas renvoyées aux marges de la journée de travail, le fait est que tous les journalistes ne s’y investissent pas de bon cour15. Reste que ces formats non conventionnels permettent aussi de se libérer partiellement des exigences associées aux formes journalistiques les plus classiques. Sur leur blog ou dans les éditions participatives, les journalistes ont en effet le loisir de traiter d’autres sujets, leur tenant à cour, moins aboutis, ou encore qui ne figurent pas dans les choix de la rédaction. Surtout, ils peuvent traiter de tels sujets de manière plus « personnelle », c’est-à-dire en respectant moins qu’à l’accoutumée le souci de neutralité professionnelle et en gérant comme ils l’entendent le ton, la longueur et le tempo de la publication. Un exemple révélateur de ces aspects « libérateurs » nous est fourni par un journaliste extérieur à la rédaction. Travaillant dans une grande radio nationale, il confie, lors d’un entretien, s’être mis à alimenter régulièrement une édition participative sur Mediapart, pour la seule raison que cela lui permettait de traiter plus longuement, et dans un timing dont il retrouvait l’entière maîtrise, des sujets qu’il couvrait pour sa radio, mais dans des formats et des temps imposés qui provoquaient sa frustration :

Quand je travaille par exemple sur Airbus, sur l’A 400M pour [ma radio], je vais retravailler le même sujet, je vais le réutiliser d’une autre manière sur Mediapart. D’abord les styles journalistiques ne sont pas les mêmes. Et puis dans un papier de quarante secondes sur [ma radio] ou dans un papier de deux minutes avec des interviews au milieu, on dit pas la même quantité de choses que dans un papier sur Mediapart [...] À la fois il y a un désir persistant et ancien chez moi de la presse écrite. Et puis il y a la radio qui me donne la visibilité mais la presse écrite m’a toujours intéressé. [...] mais le plus intéressant c’est qu’il n’y a pas d’obligation. Quand vous êtes correspondant quelque part il faut produire. Là je produis naturellement et spontanément. Je produis sur quoi j’ai vraiment envie. Et puis je produis si ça m’amuse entre une heure et deux heures du matin. Alors que dans un journal de presse écrite si effectivement la deadline c’est 22h00, il faut envoyer pour 22h00.

11L’écriture dans une édition participative permet ainsi à ce journaliste professionnel de bénéficier d’un espace d’expression publique où le respect des exigences professionnelles (à commencer par celui de règles usuelles de distanciation comme la séparation des faits et des commentaires) n’est plus aussi fortement requis. « Ce que je pense de ça ou ça, ça n’intéresse pas mon employeur et ça n’a pas de place dans les éditions sur nos antennes », explique-t-il. Sur Mediapart, en revanche, il peut « se faire plaisir » et « mettre des papiers de réflexion » où il dit enfin franchement ce qu’il pense des faits qu’il rapporte.

12On comprend, du coup, en quoi l’investissement des journalistes, qu’ils appartiennent ou non à la rédaction de Mediapart, dans les formats non conventionnels auxquels leur donne accès ce journal, peut mettre en danger la reconnaissance, par le public, de leur statut et de leurs compétences professionnelles. À partir du moment, en effet, où journalistes et profanes ont un droit égal à écrire et à réagir sur des blogs et des éditions participatives, le risque est grand d’une indifférenciation entre eux et, pour le journaliste, d’une perte d’autorité relative. Certes, à Mediapart, une couleur différente est attribuée aux journalistes de la rédaction d’une part (le marron) et aux abonnés d’autre part (le bleu), de sorte que, même sur leurs blogs, les premiers restent identifiables comme journalistes et se distinguent des non-professionnels. Cependant, le format du blog ou de l’édition participative donne au journaliste l’autorisation-et même, dans une certaine mesure, lui prescrit-de sortir de son rôle professionnel, entendu en sa définition la plus conventionnelle, et de s’engager sur le terrain de ses croyances personnelles. Il peut en résulter, comme en témoigne l’échange suivant, une perplexité sur le statut exact du journaliste dès lors qu’il se fait blogueur, et sur le degré auquel il est tenu, alors, au respect des règles de distanciation propres à son métier :

Abonné B : [...] Dans le cas précis de cette vidéo, et je serais tenté de généraliser à nombre d’autres articles, l’enjeu c’est de dénigrer plus que de débattre. Le débat, c’est justement de ne pas « ne pas se passer de commentaires », M. [Journaliste B]. On ne peut pas se permettre, dans une société hyper médiatique comme la nôtre, de pratiquer un tel « choc des images ». même de gauche. Le journalisme ne s’en sort pas grandi.
Journaliste B : Ce n’est précisément pas du journalisme : c’est un billet de blog ! Pas un article de Mediapart.
Abonné B : Reste donc à trouver un nouveau nom pour identifier cette prise de parole « non journalistique » d’un journaliste. Je trouve que votre commentaire (ci-dessus) ne vise qu’à légitimer le manque d’analyse. Le blog serait-il donc un paravent bien pratique ? C’est faire honte à ce nouveau mode de communication.
Journaliste B : Ce n’est pas parce que je suis « journaliste » que chacune de mes prises de parole dans l’espace public sont « journalistiques ». Je suis aussi un lecteur, un citoyen. C’est le sens de Mediapart : adosser un espace public (« le Club ») à un journal. Je ne vois pas en quoi il s’agit d’un paravent. Et quel journalisme y a-t-il à faire, s’agissant de cette prise de position de [acteur], si ce n’est transmettre l’information. Si vous voulez lire du journalisme sur cette question [...], Mediapart a publié de très nombreux papiers sur la question, et la journaliste qui la suit, [journaliste b], est autrement mieux informée que [acteur].
Abonné B : Votre réponse se tient, je le concède. J’ai simplement du mal, dans ce cas, à voir l’intérêt de la chose. [...] Ne voyez aucune malveillance dans mes propos, j’exprime un avis simplement. Je reste abonné et fidèle lecteur, conscient des dangers de notre société. Émettre des réserves, ce n’est pas forcément devenir ennemi.

  • 16 On entend par là le fait qu’une profession voit remis en cause le monopole qu’elle exerçait sur un (...)
  • 17 Il s’agit de François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel, qui se sont alliés (...)
  • 18 Tout comme son concurrent Rue 89, Mediapart utilise le logiciel Drupal qui offre le double avantage (...)

13Le risque que la frontière entre journaliste et profane ne s’estompe complètement-le risque, autrement dit, d’une déprofessionnalisation16 – conduit certains journalistes à essayer de réaffirmer, au fil des discussions en ligne ou au sein de la rédaction, ce qui distingue, à leurs yeux, un journaliste d’un non-journaliste. Ce travail de marquage des frontières fait apparaître que ce n’est pas du côté de leurs compétences en matière de multimédia et de leur maîtrise d’Internet que les journalistes de Mediapart tentent d’asseoir leur statut professionnel et de « refaire la différence » avec les internautes : c’est bien plutôt en revendiquant des savoir-faire et des conduites déontologiques liés au modèle de la presse écrite. D’une part, en effet, contrairement à ce qui s’observe dans la plupart des rédactions web, la spécialisation thématique des journalistes, selon le modèle des rédactions de presse écrite, a été conservée : les journalistes se présentent ici comme les spécialistes d’un domaine, sur lequel ils font valoir auprès du public une certaine forme d’expertise. D’autre part, l’équipe de rédaction s’est constituée à partir du réseau des quatre journalistes fondateurs, tous issus de la presse écrite17, qui ont recruté de jeunes journalistes, et d’autres plus expérimentés, dont le point commun était d’avoir fait leurs preuves dans ce type de presse (Le Monde, Libération, Les Inrockuptibles, notamment) et non pas, d’abord, sur Internet. Ceci explique que la maîtrise du multimédia n’a jamais été une condition du recrutement-même si, compte tenu de la nature du projet, une aversion complète n’était pas envisageable – et que, par ailleurs, la polyvalence technique que nous évoquions plus haut n’a jamais été exploitée au maximum18. Ainsi, ce n’est pas la maîtrise technique des outils liés au support mais la valeur professionnelle acquise préalablement dans l’exercice de la presse écrite qui a servi au moment du lancement du projet, et qui sert toujours aujourd’hui, de fondement à l’autorité dont les journalistes peuvent se prévaloir vis-à-vis des internautes. On comprend dès lors pourquoi, pris en défaut sur le plan de leur maîtrise des outils de traitement de l’image sur Internet, les journalistes de Mediapart répondent en avançant la centralité, à leurs yeux, de l’écriture journalistique et des qualités qu’elle exige :

Cher Abonné,
Vous avez entièrement raison. À Mediapart, nous sommes très en retard sur le traitement et la manière dont nous utilisons les photos.
Plusieurs explications à ce problème :

  • Publier des photos originales ou même d’agence coûte cher et nous n’avons pas, pour le moment, le budget pour cela. [...]

  • Notre logiciel de mise en page/mise en ligne ne fonctionne pas parfaitement [...].

  • La mise en ligne des textes et des photos est faite par les journalistes eux-mêmes, qui ne sont ni éditeurs photos de formation, ni maquettistes, ni secrétaires de rédaction (trois métiers distincts dans la presse traditionnelle sur papier). Nous vous demandons donc un peu d’indulgence, le temps que nous maîtrisions bien les outils.

  • Nous devrions disposer prochainement d’un lecteur vidéo qui fasse un peu mieux justice aux vidéos et aux diaporamas, qui sont pour l’instant trop petits et pas très élégants à regarder.

En bref, vous l’avez compris, nous avons d’abord concentré nos efforts sur les différents aspects du texte (enquête, écriture, réactivité), et nous avons du retard sur l’image. Mais nous y travaillons et j’espère que nous pourrons prochainement vous donner pleine satisfaction sur cet aspect qui, comme vous le dites, n’est pas négligeable.
Cordialement,
31 / 05/2008, 11h31, par Journaliste C

Un nouvel exercice journalistique : se justifier

  • 19 Il faut entendre par là un principe régulateur des pratiques journalistiques apparu très progressiv (...)
  • 20 Un de nos interviewés, journaliste à Mediapart, suggère que cette fréquence importante des remercie (...)

14Blogs et éditions participatives ne sont pas les seuls formats de diffusion non conventionnels que les journalistes de Mediapart sont invités, par leur hiérarchie, à investir. Un autre format de ce type leur est imposé, plus impérieusement encore : celui des réponses publiques qu’ils doivent rédiger face aux commentaires que suscitent, auprès des abonnés, leurs articles et leurs billets. Répondre en son nom propre, publiquement et assez rapidement à ses lecteurs n’est pas la norme sur tous les sites web des journaux de presse écrite. Mais cela s’apparente à un impératif dans un journal en ligne comme Mediapart, dont la conception initiale repose sur l’idée d’interactivité et de participation et qui, en somme, a fait du « retournement de l’impératif de communication » son credo19. Ainsi, tout journaliste de Mediapart qui publie un article doit s’attendre à être évalué publiquement par ses lecteurs et à devoir répondre, devant eux, de ce qu’il a écrit. Certes, les commentaires sont souvent élogieux20, mais ils sont aussi parfois hostiles et désagréables, comme en témoigne, par exemple, la réponse que publie ce journaliste après les attaques qui l’ont visé :

Chers commentateurs,
Comme souvent dès que l’on écrit sur Israël, vous lisez les articles avec vos lunettes idéologiquement colorées, et non pas l’article tel qu’il a été écrit. Je n’ai jamais accusé Ahmadinejad d’antisémitisme dans mon article, mais j’ai repris la lecture de son discours qu’en ont fait les gouvernements européens et Ban Ki-Moon lui-même.
Comme vous avez dû lire un peu rapidement, vous n’avez sûrement pas remarqué que ce n’était pas moi qui avais quitté la salle de l’ONU à Genève, mais les diplomates des 23 (ou 22, si la Belgique est restée, ce que je n’ai pas vérifié).
L’essentiel de ce que vous contestez dans mon article est des faits qui se sont déroulés lundi, et sur lesquels je n’ai aucune prise. Je me contente de les rapporter.
Quant au débat sur la politique d’Israël, je ne l’ai pas abordé, car ce n’était pas le sujet. Le travail d’un journaliste est de faire des choix. Hier, j’ai parlé de ce qui s’est passé autour du discours d’Ahmadinejad. Nous avons déjà parlé, et nous parlerons encore dans Mediapart, de la politique d’Israël. N’attendez simplement pas que chaque article qui évoque Israël soit un tract politique dénonçant la politique de son gouvernement.
L’analyse que j’ai livrée – et avec laquelle vous pouvez parfaitement être en désaccord – tournait autour de deux points. Primo, ce qui s’est déroulé hier était prévisible du fait du processus préparatoire de Durban II et que, dans ces conditions, les pays qui n’ont pas participé étaient plutôt avisés. Mais je comprends que l’on puisse soutenir le point de vue qu’il fallait néanmoins participer. Secundo, j’ai la conviction que ce genre de conférence est inutile : on ne va pas éradiquer le racisme avec de belles paroles (qui plus est négociées à 200 participants).
[Lectrice D] m’accuse de cynisme. C’est vrai, je plaide coupable. Pour le reste, lisez l’article attentivement tel qu’il est écrit et non tel que vous voudriez le voir écrit.
21 / 04/2009, 11h37, par Journaliste D

15Les journalistes de Mediapart sont ainsi incités à se justifier très régulièrement sur les termes qu’ils emploient et les analyses qu’ils produisent. Leur professionnalisme est souvent questionné. Qui plus est, l’implication du lecteur dans le processus de conception lui offre la possibilité de se mettre « à la place » du journaliste, opportunité d’autant plus saisie que les abonnés sont parfois eux-mêmes proches du milieu journalistique – ce qui fragilise dès lors à nouveau la frontière entre journalistes et profanes. Dans ce contexte, même les rédacteurs qui se montrent les plus avares en réponses aux commentaires suscités par leurs articles, n’en lisent pas moins les commentaires en question-ce qui peut avoir pour eux un certain coût psychologique.

  • 21 Les mêmes que ceux utilisés pour la présente enquête. Notons cependant que la nouvelle version du s (...)

16Ajoutons que les lecteurs ont accès à des outils de pistage (tracking)21. Ils peuvent ainsi voir les différentes interventions des journalistes, qui plus est, horodatées. Lorsque certains se saisissent de ces outils, l’accountability devient orwellienne :

Cher Journaliste E,
Pour que je puisse déterminer si j’ai été effectivement à côté de la plaque dans mon commentaire, il faudrait que je sache quelles modifications vous avez apportées à votre article à 10h07.
Depuis les débuts de Mediapart je défends vainement l’idée que ces charcutages d’articles, souvent non signalés (heureusement que la rubrique Activity nous est ouverte), dégradent l’information sur le site.
Bien à vous,
21 / 04/2009, 12h42, par Abonné E
Qu’est-ce qu’on pouvait bien faire à 10h07 ? Ah oui, on a dû
réactiver un lien dans l’article de ce cher Journaliste E.
Merci de nous aider à rendre impérissables nos journées de travail.
21 / 04/2009, 19h57, par La rédaction de Mediapart
Merci de cette précision. Du coup j’ai pris la peine de retrouver le paragraphe litigieux :
[...] Ne restait donc plus, en « vedette américaine », que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Faisaient écho les conseils d’un Bernard Kouchner, enjoignant à son représentant de quitter la salle en cas d’« accusations racistes ou antisémites ». Ce qui s’est bien évidemment produit. Ahmadinejad, qui est en campagne électorale dans son pays, a doctement expliqué qu’« après la fin de la Seconde Guerre mondiale, [les Alliés] ont eu recours à l’agression militaire pour priver de terres une nation entière sous le prétexte de la souffrance juive. Ils ont envoyé des migrants d’Europe, des États-Unis et du monde de l’Holocauste pour établir un gouvernement raciste en Palestine occupée ». [...]
Je ne vois pas d’« accusations racistes ou antisémites » dans le propos prêté au président Ahmadinejad. On est au cœur de la fausse objectivité de cet article, certes bien écrit (bon style), mais ultra-superficiel. [...]
21 / 04/2009, par Abonné E

17Il n’est guère étonnant, dès lors, que l’obligation de répondre aux commentaires des lecteurs ne soit pas unanimement appréciée des journalistes. D’après l’une de nos interviewés, lors de la constitution de l’équipe initiale, certains journalistes sollicités refusèrent en donnant pour explication : « moi, ça me fait suer de répondre aux commentaires. » Il est ainsi arrivé, selon la même interviewée, que des journalistes reportent la publication d’un article, du simple fait qu’ils étaient fatigués par les commentaires. Cette exposition au jugement et à l’évaluation directe des lecteurs préoccupe grandement les journalistes. Plusieurs nous ont livré que, durant les premiers mois, ils consultaient régulièrement la plateforme – y compris tard le soir ou les week-ends –pour vérifier si de nouveaux commentaires n’étaient pas arrivés. La consultation des relevés du tracking confirme leurs dires : leur délai de réponse aux commentaires n’excédait souvent pas, alors, deux ou trois heures. Avec l’expérience, les délais se sont nettement allongés, et les réponses aux commentaires, mutualisées – le journaliste, comme dans l’exemple précédent, n’intervient plus qu’après plusieurs commentaires.

***

  • 22 Voir sur ce point Datchary (2005).

18Au final, la participation possible et souhaitée des lecteurs dans les processus rédactionnels donne-t-elle aux journalistes plus, ou moins, d’autonomie ? Nous avons suggéré ici qu’il était difficile d’apporter à ce genre de question, une réponse tranchée. D’un côté, le modèle interactif et participatif a, pour les journalistes, des effets indéniablement libérateurs : il leur offre, par le mode d’équilibre économique qu’il vise, plus de possibilités de produire des « contretemps », plus d’autonomie et de maîtrise personnelle dans la réalisation technique des articles et des enquêtes ; il leur donne également la possibilité de relâcher, sur les blogs, les éditions participatives et dans les réponses faites aux commentaires, certaines des censures en vigueur dans les formes journalistiques plus conventionnelles. D’un autre côté, ces déplacements opérés dans la pratique peuvent être considérés également sous l’angle des contraintes nouvelles qu’ils introduisent : le journaliste de Mediapart est obligé de devenir polyvalent au plan technique ; il doit admettre comme légitime, jusqu’à un certain point, que des profanes s’ingèrent dans les processus rédactionnels dont il a la conduite et qu’ils évaluent et critiquent publiquement son travail ; surtout, il doit être prêt à s’investir lui-même dans des formats non conventionnels (blogs, éditions participatives et réponses aux commentaires) et à y donner son opinion, au risque, alors, d’une certaine indifférenciation avec les « profanes ». On notera toutefois que ces investissements supplémentaires ne relèvent pas tant d’une intensification du travail au sens classique, c’est-à-dire d’une charge de travail accrue pour un temps constant, qu’elles ne se traduisent par la confrontation à des situations de dispersion (Datchary, 2008). Le terme est ici défait de sa connotation négative. Il renvoie au fait que les journalistes sont confrontés sur un temps très court à des engagements de nature différente. La maîtrise de différents registres d’expression et de différents cadres d’énonciation introduit chez eux des préoccupations nouvelles et l’exigence de nouvelles formes de disponibilité et de vigilance. Cela peut expliquer pourquoi la nouvelle économie des pratiques n’est pas nécessairement perçue négativement par les intéressés, loin s’en faut, la gestion de situations de dispersion pouvant aussi être une source d’excitation et de virtuosité22.

Notes

1 Au début des années 1980, selon Rémy Rieffel (1984, p. 95-96), «l’élite des journalistes » reçoit en moyenne dix à quinze lettres par semaine, 30 % d’entre eux n’en recevant que cinq à six.

2 Voir sur ce point Dujarier (2008).

3 C’est d’ailleurs l’une des justifications du titre Mediapart qui renvoie à la notion de « média participatif ».

4 Comme nous aurons l’occasion de le souligner, une objectivation sociologique du public réel de Mediapart ne manquerait sans doute pas de montrer que celui-ci, loin de représenter l’ensemble des citoyens, regroupe de manière privilégiée des détenteurs de fort capital culturel. On peut en trouver un indice dans la surreprésentation manifeste des enseignants, des universitaires et des étudiants parmi les abonnés qui s’investissent dans les éditions participatives du journal. Au demeurant, Mediapart s’adosse à la notion, élitiste par définition, de « club », fût-ce pour s’inscrire, comme le précise sa charte, « dans la tradition des clubs où fut énoncé et discuté l’idéal démocratique ».

5 En presse écrite, ce modèle économique n’est mis en ouvre en France que par le Canard enchaîné. Il se révèle d’ailleurs, pour cet hebdomadaire, un très grand succès (Martin, 2001).

6 Sur l’acception exacte de ce terme, voir supra, p. 27, note 3.

7 Sur ce succès, voir notamment Figeac (2009).

8 Projet du journal Mediapart, publié le 2 décembre 2007, consultable sur le site du journal, dans la rubrique « qui sommes-nous ? ».

9 Article de Michaël Hadjenberg en date du 8 avril 2009.

10 Édition participative « Vivre à la rue tue ».

11 Sur la notion de « contretemps », son rapport avec la conservation de l’initiative journalistique et les difficultés économiques de sa production, voir Lemieux (2000, p. 438-440).

12 Voir par exemple, dans le cas de la télévision, Siracusa (2001).

13 La polyvalence technique peut évidemment être dénoncée comme imposant le modèle d’un « journaliste à tout faire » (Estienne, 2006, p. 182-183). C’est toutefois ne pas prendre la mesure de l’importance qui revient à la « critique artiste » (Boltanski et Chiapello, 1999) dans les univers de presse : contre la division du travail, et la dépossession qu’elle entraîne, la maîtrise plus complète de ce qu’il produit, par le journaliste, est une revendication puissante, qui explique que la polyvalence ne soit pas nécessairement perçue, tout au contraire, comme une régression des conditions de travail (voir, sur ce point, le chapitre 6 du présent ouvrage).

14 Sur l’acception exacte de ce terme, voir supra, p. 27, note 4.

15 Sur les vingt-six journalistes dont nous avons « tracké » (pisté) la production, tous avaient déjà rédigé des réponses suite à des commentaires de leurs lecteurs. Mais cinq n’avaient jamais rédigé d’articles dans une édition participative, et cinq n’avaient jamais alimenté leur blog ; deux d’entre eux cumulaient ces deux caractéristiques.

16 On entend par là le fait qu’une profession voit remis en cause le monopole qu’elle exerçait sur un secteur d’activité et l’autonomie dont elle disposait pour réguler le flux d’entrée et de sortie en son sein (Paradeise, 1985).

17 Il s’agit de François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel, qui se sont alliés à deux spécialistes du web : Marie Hélène Smiéjan et Godefroy Beauvallet.

18 Tout comme son concurrent Rue 89, Mediapart utilise le logiciel Drupal qui offre le double avantage d’un coût minimal et de fortes possibilités de développement. Toutefois, alors qu’à Rue 89, le développement technique a été internalisé, ce qui permet d’autonomiser totalement l’innovation éditoriale (Dagiral et Parasie, 2010), la rédaction de Mediapart est restée dépendante à cet endroit d’une agence Internet, La Netscouade.

19 Il faut entendre par là un principe régulateur des pratiques journalistiques apparu très progressivement au cours des années 1990 et consistant pour les journalistes à accepter de retourner vers eux l’impératif de communication qu’ils imposent aux institutions et aux entreprises (Lemieux, 2000, p. 64). Avec ce principe, « Il s’agit de savoir dans quelle mesure le journaliste est lui aussi capable de donner publiquement les raisons de son comportement et d’expliquer la façon dont il procède » (ibid.).

20 Un de nos interviewés, journaliste à Mediapart, suggère que cette fréquence importante des remerciements et des éloges dans les commentaires des abonnés doit être mise en rapport avec le fait que l’abonnement est payant : « Si le lecteur s’est abonné, c’est qu’a priori il était plutôt favorable [.] En disant “ Merci de cet article ”, il justifie aussi les neuf euros qu’il dépense chaque mois. »

21 Les mêmes que ceux utilisés pour la présente enquête. Notons cependant que la nouvelle version du site mise en ligne au cours de l’été 2009 ne permet plus ce tracking, à part pour ses propres contacts.

22 Voir sur ce point Datchary (2005).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par