Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Marges de manoeuvre

4. Comment peut-on être journaliste ethnographe ?

À propos de Michel Samson, correspondant du Monde à Marseille

Philippe Riutort

Volltext

1« Entrer dans la grande salle du conseil municipal de Toulon et regarder, avec des yeux naïfs. S’étonner. Écouter aussi, l’oreille ingénue, en supposant que le bruit a du sens. » Ainsi commence le premier chapitre d’un ouvrage publié en 1997 sous le titre Le Front national aux affaires. Son auteur, Michel Samson, y explique qu’au moment de pénétrer dans cette salle du conseil, il est surpris par la faiblesse du brouhaha, qui contraste, à ses oreilles, avec l’agitation précédant l’ouverture des séances du conseil municipal de Marseille, dont il est familier. Ce silence ne s’expliquerait-il pas par l’extrême tension que manifeste l’absence d’échanges complices, voire amicaux, entre élus de « bords » différents, à la différence de ce que l’on observe à Marseille ? Suit un descriptif détaillé des tenues vestimentaires des élus FN qui frappent l’observateur par la vivacité de leurs couleurs, aux antipodes du sobre « costume cravate » de l’édile marseillais. L’auteur en vient alors à se demander si de tels accoutrements ne constitueraient pas des indices de l’« amateurisme » des élus frontistes. Puis il s’intéresse, plus directement, à l’origine sociale des élus FN. La liste des professions qu’ils occupent fait apparaître une nette sous-représentation des catégories supérieures, hormis quelques notables (militaires et médecins). Analysant enfin le déroulement des séances, l'auteur y décèle l’impréparation des élus frontistes à leurs fonctions, qu’il reconnaît à travers la forme de leurs prises de parole, la multiplication des invectives et les mises en cause personnelles des élus de l’opposition. Le faible talent oratoire des élus-à la notable exception du maire qui, en tant qu’ancien membre de cabinet ministériel et ex-dirigeant local du Mouvement des Républicains indépendants, est rôdé aux joutes politiques – les distingue, une fois de plus, de leurs homologues marseillais.

  • 1 Ainsi entendu, le « journalisme ethnographique » ne saurait être confondu avec le « new journalism  (...)

2Michel Samson est-il un chercheur en ethnologie ou en sociologie politique ? Sa façon d’aborder son objet dans une perspective immédiatement comparatiste, les questions qui l’animent, le regard qu’il pose, enfin, sur d’infimes détails dont il révèle la signification sociologique, pourraient le laisser penser. L’auteur du Front National aux affaires, pourtant, n’a aucun diplôme universitaire à son actif – il a entamé sans les achever des études de sociologie à la faculté d’Aix en Provence à la fin des années 1960 –, et sa carte professionnelle est celle d’un journaliste, nommé depuis peu – lorsque paraît son ouvrage – correspondant du journal Le Monde à Marseille. Un journaliste certes quelque peu singulier ; on le conçoit vite en parcourant son livre. En vain, dans cette étude consacrée à la gestion municipale de la seule ville de plus 100 000 habitants que le FN eût jamais à gérer, le lecteur cherche des révélations croustillantes et des confidences. Ce qu’il trouve en lieu et place est un ensemble de descriptions et d’analyses relevant de ce que l’on serait tenté d’appeler du « journalisme ethnographique » – entendons par là une tentative, originale, pour produire des comptes rendus journalistiques de la réalité qui accordent plus d’intérêt aux mécanismes sociaux qui la produisent qu’aux jugements moraux que l’on peut lui opposer1.

3Notre objectif sera ici de comprendre comment un journaliste du Monde – par ailleurs auteur de nombreux livres et films documentaires – en est venu à développer ce type d’approche journalistique, en net contraste avec les pratiques qui dominent dans son milieu professionnel. Nous essaierons de préciser à la faveur de quelles expériences antérieures et de quelle organisation de sa pratique, il y a été conduit ; de repérer également les limites qu’il a pu rencontrer dans cette entreprise. L’enjeu est tout à la fois d’analyser les conditions qui, au sein des univers contemporains de production de l’information, rendent possibles et viables – jusqu’à un certain point – des façons de faire qui divergent des pratiques instituées en se rapprochant, en l’occurrence, du modèle des sciences sociales et d’estimer, sur cette base, dans quelle mesure une approche journalistique comme celle qu’a progressivement façonnée Michel Samson est ou non reproductible.

De plus près et de plus loin : une autre façon de faire du journalisme

  • 2 L’anecdote m’a été rapportée par Michel Samson au cours des entretiens qu’il m’a accordés en févrie (...)

4C’est sans doute à travers ce qui le distingue des pratiques journalistiques dominantes que le journalisme « ethnographique » de Michel Samson se laisse le mieux appréhender. On sait, par exemple, qu’en matière d’information politique, la posture journalistique « standard » est celle du « spécialiste du jeu politique » (Legavre, 2005) amené à suivre au jour le jour les péripéties de la compétition politique et à démonter les coups et stratégies de ses principaux protagonistes. Dans l’optique de ce genre de « spécialistes » – tel l’éditorialiste, enclin à évaluer les situations en position de surplomb, en formulant diagnostics et conseils (Riutort, 2009) –, l’affichage d’une distanciation de principe à l’égard des politiques fait figure de norme. À l’opposé, l’approche de Michel Samson est fondée sur le refus délibéré d’endosser un point de vue normatif a priori et de juger avant de comprendre. Elle se garde, notamment, de soumettre le travail d’enquête à un angle qui préjugerait de ses résultats et le contraindrait à ne déboucher que sur l’illustration d’une thèse préconçue. Il s’agit, pour le journaliste ethnographe, de décrire bien plus que de prescrire et, par conséquent, de suspendre son jugement le temps de la description. Cette pratique peut, par son caractère inhabituel en journalisme, provoquer parfois la surprise et l’incompréhension des interlocuteurs : Bruno Mégret, alors maire FN de Vitrolles, intrigué à la suite d’un « papier » consacré au marché de sa ville qui ne lui paraissait pas particulièrement à charge, a ainsi pu se demander si Le Monde n’avait pas changé de « ligne » à son égard2.

  • 3 Jean-Louis Comolli et Michel Samson ont réalisé, entre 1989 et 2001, sept films documentaires porta (...)

5Le détour « compréhensif » auquel s’oblige Michel Samson est lourd d’implications pratiques. Dans une série de films documentaires co-réalisés au cours des années 1990 avec son ami, le cinéaste Jean-Louis Comolli, le parti pris explicite fut de refuser tout cadrage « négatif », afin de mettre au jour le plus cliniquement possible l’emprise que le FN exerçait alors, en Provence, sur l’ensemble des acteurs politiques locaux3. Ce choix fut à l’origine, pour les deux réalisateurs, d’une modification substantielle de leurs dispositifs filmiques aussi bien que journalistiques. Ainsi Michel Samson se tient-il dans certains de ces films – en particulier, La campagne de Provence (1992) – à une distance physique plus grande qu’il n’en a l’habitude vis-à-vis des acteurs politiques qu’il interroge. Ce choix procède d’un double refus en forme de double contrainte : refus, d’abord, d’entrer avec les membres du FN dans une relation de familiarité, du type de celle qui peut se nouer avec les membres d’autres partis ; refus, ensuite, d’accorder au FN le moindre statut d’exceptionnalité. La solution a consisté à traiter à bonne distance non seulement les membres du FN mais encore les autres acteurs politiques. Ici encore, comme nous l’explique Michel Samson, ce sont les pratiques journalistiques courantes qui ont servi de contre-exemple : « On ne va pas faire une contre-plongée assassine comme ceux [les auteurs d’un reportage diffusé sur France 2 dans le magazine Envoyé spécial ] qui sont allés filmer Le Pen dans sa salle de bains. Après, ils vont voir un de ses anciens amis espagnols en lui faisant dire que c’est un Nazi. Mais ils vont quand même dans sa salle de bains. »

6De la même façon, c’est en considérant la pratique ordinaire de l’interview politique que l’on peut saisir ce qu’ont d’inhabituel les manières d’interroger ses interlocuteurs qu’a développées Michel Samson. À l’interview, forme d’échange codifiée, routinisée et si maîtrisée par les participants que « rien », selon Samson, ne s’y produit en fin de compte, ce dernier oppose ce qu’il nomme l’« entretien », un cadre d’interaction dans lequel le journaliste doit accepter de se délester de certaines des protections dont il se prévaut habituel lement, pour s’exposer et « se découvrir », non pas dans une situation publique mais dans l’intimité d’un tête-à-tête avec son interlocuteur – le plus souvent, un déjeuner. Une telle pratique comporte des exigences : puisque c’est le journaliste qui sollicite la rencontre, il se doit d’inviter son interlocuteur-autrement dit, de payer la note du restaurant-afin d’éviter de se retrouver en position d’obligé. Comme l’explique Michel Samson à propos d’un responsable politique local : « Je le déteste, donc je vais y aller. Il veut m’inviter dans un restaurant de luxe. Mais c’est moi qui vais payer. Il va falloir que je négocie avec lui le fait que je paye. Mais c’est ça, le plus difficile, pas le reste. » Ce genre de face-à-face, qui peut s’avérer tendu, a, pour Michel Samson, l’avantage de permettre que se produisent des « instants de vérité », ce qu’il juge capital pour pouvoir appréhender qui est exactement son interlocuteur : « Je pars du principe qu’en laissant parler les gens, en les sortant de leur cadre habituel, on peut arriver à obtenir entre guillemets des “ instants de vérité ” […] La politique, ce n’est que de la conflictualité et beaucoup de vin [rires]. Je pense que l’une des caractéristiques de la politique, c’est justement son caractère oral. »

7L’entretien – notamment lorsqu’il prend la forme d’un déjeuner – amène ainsi le journaliste à sortir de sa neutralité imposée, à dialoguer, voire à s’affronter vivement avec son interlocuteur : « Quand je partage un cigare avec Le Chevallier [le maire FN de Toulon], est-ce que je me suis vendu ? Je pense qu’il était important pour moi, pour comprendre comment marchait la mairie de Toulon, de partager deux bouteilles de Bandol et un cigare avec lui. Il était indispensable de faire ce détour. »

  • 4 Michel Pezet, l’un des anciens « dauphins » de Gaston Defferre fut considéré comme son meurtrier «  (...)

8La démarche ethnographique de Michel Samson le conduit d’une autre façon encore à s’écarter des codes de l’interview politique « standard ». Dans Marseille de père en fils (1989), film consacré à l’élection municipale qui suivit la mort de Gaston Defferre, la longueur des entretiens, de deux à quatre heures, prend le contre-pied de l’interview classique. Il s’agissait de « laisser parler » les hommes politiques, confrontés à une situation inédite et parfois dramatique4. D’où notamment le choix de les filmer dans un cadre qui soit pour eux familier : Jean-Claude Gaudin converse avec Michel Samson en marchant le long du pavillon de son père ; Michel Pezet discute avec lui dans son appartement donnant sur le Vieux Port. Ce mode de traitement de la parole politique, qui s’inscrit explicitement en opposition avec les formats de l’interview en vigueur dans les médias dominants, ne manque pas, une fois encore, de dérouter les interlocuteurs : « Le premier film, au début évidemment, ils [les hommes politiques] avaient des doutes. Mais ils ont assez vite compris qu’on les écoutait. Donc, ils ont beaucoup parlé pour cette raison, parce qu’on les écoutait. C’est aussi bête que cela. Leur compétence, c’est de sentir qui est en face d’eux. Ils ont été stupéfaits qu’on les écoute. »

  • 5 Après avoir lu ses articles dans Libération, Jean-Louis Comolli prit contact avec Michel Samson, d’ (...)

9Soulignons encore un autre déplacement que le journalisme ethnographique opère par rapport aux pratiques journalistiques les plus communes : loin de se draper dans la figure d’un observateur de la scène politique, c’est en tant qu’acteur de celle-ci que se présente Michel Samson. Les films réalisés avec Jean-Louis Comolli le montrent jouant, devant la caméra, son propre rôle de correspondant local du Monde couvrant la campagne électorale5. Le journaliste, à l’écran, déambule parmi les divers protagonistes, côtoie militants et responsables politiques, les questionne sur le déroulement de la campagne. Il s’efforce de saisir sur le moment les divers événements, la décision de figurer sur une liste, l’évocation d’un thème de campagne, le choix d’un mot d’ordre. Ici, le corps du journaliste n’est plus escamoté derrière la caméra mais exposé au devant. Il s’y déploie dans toute la gamme de ses expressions, jusqu’à ne rien masquer, parfois, de sa gaucherie ou de son désarroi. Ainsi, lorsque seul dans une cabine téléphonique, Samson avoue son scepticisme et sa lassitude face à un jeu politique dont il éprouve bien des difficultés à dénouer les fils : « Dans la scène de la cabine téléphonique, je dis : “ Je suis paumé ”. Les journalistes politiques, ils ne sont jamais paumés. Ils savent toujours. Moi, je ne savais pas, pour de vrai. Cela montre que le journaliste politique, en fait, est souvent désemparé. »

10Pris sur le fait, dans le cours ordinaire de son travail, discutant librement avec un élu, échangeant des plaisanteries, tutoyant et embrassant des militants devenus des familiers, le journaliste ethnographe ne cherche pas à se présenter en rapport d’extériorité vis-à-vis d’un jeu dont il assume être l’un des protagonistes. La caméra de Comolli agit ici comme un révélateur de pratiques journalistiques ordinaires qui, généralement, demeurent dans les coulisses :

Dans le film [Marseille contre Marseille], on voit des choses intolérables pour un journaliste. Quand Pierre Caravano [un candidat « tapiste » tentant de constituer une liste] m’embrasse, cela ne se pose même pas de savoir si on laisse ça au montage. C’est simple pour moi. Autant je n’accepterai pas que Michel Pezet m’embrasse [car il est supérieur à moi]. Mais là, si je refuse, c’est moi qui me mets dans une position supérieure en lui disant : « Toi, tu n’as pas le droit de m’embrasser » alors qu’en fait, je le remets à mon niveau, puisqu’il est plus faible que moi.

Comment peut-on être ethnographe et journaliste ?

  • 6 Outre des études de sociologie inachevées à la fin des années 1960, Michel Samson a partagé la vie (...)

11Comme en témoignent ses façons singulières de concevoir l’entretien et de pratiquer l’observation, la plupart des innovations qu’a introduites Michel Samson au sein de sa pratique journalistique ont découlé de sa capacité à s’approprier les méthodes des sciences sociales. De fait, quoiqu’autodidacte, selon ses propres termes, Michel Samson manifeste une connaissance de première main de nombreux travaux de sciences sociales6. Il déclare lire « en amateur » de nombreux ouvrages relevant de ce domaine qui alimente sa curiosité. Au final, son recours aux sciences sociales ne se borne pas, comme il est courant, à solliciter des spécialistes : ses lectures orientent directement la conception et le contenu de ses « papiers » en y injectant des questionnements d’ordre sociologique. Ainsi, cette page « Horizon » du Monde qu’il consacra aux routes du cannabis dans le Rif, après avoir lu les écrits d’une doctorante en sociologie sur le sujet.

  • 7 « Pérennité du defferrisme à Marseille », Le Monde, 9 mai 2006.
  • 8 «L’OM, objet politique épineux », ibid., 26 mars 2006.
  • 9 « Pourquoi Marseille n’a pas explosé », ibid., 15 décembre 2005.
  • 10 On peut voir dans cet intérêt aigu pour la « question urbaine » et la territorialisation des questi (...)

12Nombre de textes de Michel Samson reposent ainsi sur un usage des sciences sociales qui, pour minimaliste qu’il soit dans la forme (au point d’apparaître partiellement invisible aux yeux d’un lecteur non averti), n’en constitue pas moins le soubassement du propos. Tel cet article consacré aux cérémonies du vingtième anniversaire de la mort de Gaston Defferre qui s’attache à analyser l’homogénéité du recrutement social des élus marseillais7. Ou cet autre, consacré aux clubs de supporters de l’Olympique de Marseille, qui examine leur rôle politique et l’intérêt, en retour, des élus pour le football8. Ou encore cette enquête réalisée à la suite des « émeutes de banlieue » de novembre 2005, qui s’interroge sur les causes sociologiques et urbanistiques de la faible mobilisation des quartiers « difficiles » de Marseille9. Une même inspiration anime les articles, nombreux, que Michel Samson aime consacrer aux projets urbains des élus. Qu’il s’agisse de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, de l’édification d’un nouveau bâtiment pour le conseil général ou de la réalisation de nouveaux projets architecturaux, ceux-ci sont systématiquement abordés sous l’angle de l’arbitrage entre groupes sociaux et politiques dont ils sont la matérialisation ou encore, sous celui de leurs effets, attendus ou effectifs, sur la composition sociale de la population10.

13Cette démarche permet de comprendre que, lorsqu’au milieu des années 2000, Michel Samson entreprend de consacrer un livre à la vie politique marseillaise qu’il suit depuis près de vingt ans, c’est avec un sociologue, Michel Péraldi, plutôt qu’avec un confrère journaliste, qu’il préfère s’engager dans l’écriture. Comme il l’explique : « J’ai scruté la vie politique avec un cinéaste. Quand il voit quelqu’un, il se dit : “ Comment je vais traiter son corps ?”. Ça m’intéresse. Péraldi me demande : “ Quelle est la profession de ses parents ?”. Ça m’intéresse aussi. »

  • 11 Michel Péraldi et Michel Samson, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais (...)

14Le résultat de leur collaboration est un ouvrage qui tourne résolument le dos au modèle du « livre politique » tel qu’ont coutume d’en publier les journalistes politiques11. L’action des élus locaux, loin d’être saisie à partir de traits psychologiques individuels, y est référée aux territoires sur lesquels ils ont tenté d’édifier leur pouvoir et aux jeux d’alliance qu’ils ont établis avec divers groupes sociaux – des minorités successives de migrants au syndicat Force ouvrière, des promoteurs immobiliers aux « parrains » du milieu criminel, des entrepreneurs culturels aux responsables religieux. Pas de « révélation » donc, mais une thèse, au demeurant plus sociologique que politique : les « communautés » présentées à Marseille comme incontournables par les politiques ne seraient, en définitive, qu’une « création » confortée par les maires successifs, désireux de posséder des interlocuteurs fidèles, capables de leur rallier des obligés et de mobiliser, le cas échéant, des électeurs.

15Si les dispositions de Michel Samson au « journalisme ethnographique » peuvent être éclairées par sa longue familiarisation avec les sciences sociales, d’autres dimensions de sa biographie méritent d’être prises en compte pour compléter l’explication. La filière du militantisme, voie par laquelle il est devenu journaliste, est indéniablement l’une d’entre elles. Permanent à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) au cours des années 1970, il fut alors chargé du secrétariat de rédaction du journal Rouge. Une formation qui allait lui permettre une courte expérience au magazine Afrique / Asie et, par la suite, d’être embauché au quotidien Le Matin, puis en 1983, à Libération. Il dirige le secrétariat de rédaction de ce quotidien plusieurs années durant avant d’en intégrer le service politique et de se spécialiser dans le suivi du Parti socialiste, puis de devenir responsable des pages « Rebonds ». Il entrera au Monde en 1996. L’expérience militante de jeunesse est d’importance dans le déroulement de cette carrière. Non seulement les compétences techniques acquises à Rouge se sont avérées transposables ailleurs et professionnellement payantes, mais encore de nombreuses connaissances rencontrées à l’époque où il militait à la LCR se sont plus tard transformées en des contacts professionnels utiles, notamment au moment d’entrer au Matin et au Monde. Présenté rétrospectivement comme le substitut d’une formation universitaire inachevée (« On travaillait douze heures par jour sur le Moyen-Orient [rires]. Moi, ce sont mes études ! »), le militantisme initial de Michel Samson l’a sensibilisé à l’importance que revêt, pour toute organisation partisane, le travail politique le plus ordinaire. Son approche journalistique de la politique en reste profondément marquée, qui dirige son attention, de façon privilégiée, vers les situations banales – celles-là même que les commentateurs légitimes du jeu politique tendent à voir comme insignifiantes –, tels le déroulement d’une réunion de section, le travail d’un colleur d’affiche ou les poignées de main d’un élu sur un marché.

  • 12 Quoiqu’elle s’attire parfois, comme à Libération (Blin, 2002), une certaine estime professionnelle.
  • 13 Jean Guisnel, Libération. La biographie, Paris, La Découverte, 1999, p. 286-290.
  • 14 Ses adieux au quotidien en 2008, à la faveur d’un plan de départ volontaire, signeront ainsi la fer (...)

16Du parcours professionnel de Michel Samson, en ce qu’il éclaire sa propension au « journalisme ethnographique », on soulignera encore l’une de ses constantes les plus marquantes : le maintien récurrent d’une distance à l’égard de la tutelle rédactionnelle, qui se traduit par l’occupation de postes permettant de s’affranchir de sa dépendance directe. Ainsi, l’exercice, durant de longues années, dans différents journaux, de l’activité de secrétaire de rédaction-fonction souvent jugée mineure et ingrate12 – lui confère une position d’extériorité au sein des rédactions qui l’emploient, en raison de ses conditions même d’exercice : le travail, en effet, a lieu en soirée, à des moments où la plupart des journalistes ne se trouvent plus physiquement dans les locaux du journal. Ce même type de positionnement-à la fois « dans » et « hors de » la rédaction – caractérise le poste de responsable des pages « Rebonds » et de divers suppléments que Michel Samson occupera à Libération : « ça m’a beaucoup plu parce que je faisais ce que je voulais. Je montais une équipe de dix personnes [...] J’avais ma petite entreprise qui travaillait la nuit. » Seule expérience de membre « à part entière » d’une rédaction, le suivi du Parti socialiste au sein du service politique de Libération n’aura duré que trois ans. Seule esquisse de prise de responsabilité rédactionnelle, la tentative pour prendre la direction du service culture de Libération avortera, devant l’hostilité des figures « historiques » du service13. Au Monde, Michel Samson se « fera » progressivement si bien au poste de correspondant régional qu’il refusera à plusieurs reprises de rejoindre la rédaction nationale pour y occuper des responsabilités. Son poste finira d’ailleurs par constituer une véritable exception au sein du journal, la totalité des correspondants régionaux ayant été progressivement supprimés au cours des années 199014.

  • 15 Soit, au hasard, le mois de juin 2008 : Michel Samson y a publié cinq « papiers » consacrés à un fa (...)

17Ainsi, Michel Samson a semblé privilégier, au cours de sa carrière, l’investissement dans des « niches » journalistiques capables de le préserver des pressions hiérarchiques les plus fortes et les plus directes. Au Monde, en particulier, il a pu goûter à la liberté relative que le statut de correspondant régional confère : une assez grande latitude dans le choix des sujets ; une diversité permise dans les genres journalistiques pratiqués ; une grande variété, enfin, des thématiques abordées15. Vis-à-vis de ses pairs et supérieurs hiérarchiques, l’ancienneté dans le poste a renforcé son autonomie : « Maintenant, j’ai un statut très singulier », nous disait-il ainsi en 2006. « Je suis le doyen de la profession, l’omniscient [rires] consulté par les journalistes qui arrivent de Paris. » Au plan local, c’est le prestige de l’organe de presse auquel il appartenait qui a contribué à accroître cette autonomie : « Le Monde est respecté, y compris par les mecs de droite qui préfèrent Le Figaro. Pour les préfets, les recteurs, il y a Le Monde et le reste du monde. Ça, ça joue. » C’est cette autonomie « de niche » qui, finalement, a permis à Michel Samson de redéfinir son poste en y introduisant des prérogatives qui excédaient de beaucoup la simple correspondance locale – comme en témoigne la rédaction par ses soins de nombreuses pages « Horizon » dévolues aux « grands reportages ». C’est elle aussi qui lui a valu d’exercer une certaine maîtrise sur son temps et de libérer ainsi suffisamment de moments pour conduire des enquêtes « ethnographiques ».

Les limites d’une pratique innovante

  • 16 S’il en fallait un indice supplémentaire, on le trouverait dans le film Le Monde dans l’arène : pre (...)
  • 17 Michel Samson se trouve, en somme, dans une position assez analogue à celle du journaliste reporter (...)

18L’approbation dont Michel Samson a bénéficié de la part de la hiérarchie du Monde ne s’est jamais démentie16. Elle n’en comporte pas moins une certaine ambiguïté. Ses confrères vantent ainsi volontiers son « flair » et sa capacité à « sentir » certains événements-comme le désintérêt rencontré à gauche par la campagne présidentielle de Lionel Jospin en 2002, ou la victoire du « non » en Provence lors du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005 – mais ils ne valorisent guère, en revanche, les éléments de sa pratique qui relèvent de ce que nous avons nommé « journalisme ethnographique ». La reconnaissance professionnelle dont il est l’objet prend ainsi systématiquement appui sur ses qualités journalistiques les plus « classiques » au détriment des traits les plus innovants et les plus originaux de sa pratique. Pour en prendre la mesure, il convient de ne pas oublier qu’une part quantitativement importante de la production de Michel Samson n’est pas « à sa main ». Ainsi, nombre de commandes qui émanent de la rédaction en chef lui imposentelles un angle prédéfini. C’est le cas, par exemple, pour certains papiers courts à visée illustrative, dans lesquels le correspondant local fait la preuve de son professionnalisme en remplissant, dans les règles de l’art, les attentes de sa hiérarchie. Son crédit journalistique se fonde ainsi principalement, aux yeux de la plupart de ses confrères et supérieurs hiérarchiques, sur sa capacité à respecter les formats exigés (de l’entretien avec la personnalité locale au compte rendu de la conférence de presse) et sur sa très bonne intégration à une ville dont il connaît les rouages intimes. Finalement, si la réputation de bon professionnel dont il jouit auprès de sa hiérarchie l’autorise à proposer avec succès des papiers plus « personnels » et qui lui tiennent à cour, c’est aussi que ces derniers ne constituent souvent, pour la rédaction en chef, qu’un enjeu assez faible – à l’exception peut-être de certains « grands reportages » pouvant faire l’objet de reprises par d’autres médias17.

  • 18 Ces activités prolongent souvent, sous d’autres formats, les mêmes questionnements. Ainsi, par exem (...)
  • 19 « Ce sont les critiques qui ont porté aux nues les films. Les chroniqueurs politiques, ça les bluff (...)

19Dans cette optique, les activités « annexes » (films et livres) que Michel Samson prend soin, quant à lui, de ne pas distinguer de son travail journalistique stricto sensu18 tendent à connaître, auprès de ses pairs, une fortune tout aussi ambiguë. Elles lui confèrent incontestablement un prestige et par conséquent une forme de crédit journalistique ; davantage cependant par la notoriété qu’elles lui valent (le fait de s’être fait, grâce à elles, « un nom ») que par leur contenu, dont l’originalité passe en partie inaperçue au sein de son milieu professionnel. Pour Michel Samson, la réaction de nombre de ses confrères-correspondants régionaux ou journalistes locaux, journalistes politiques ou membres de la rédaction en chef du Monde – relève bien souvent de la curiosité polie, et témoigne, lorsque ses films sont vus ou ses livres lus, de la surprise et parfois de l’incompréhension à l’égard d’une démarche en décalage avec de nombreuses attentes professionnelles : « ça ne les intéresse pas beaucoup. Le livre sur le FN, ils ont été étonnés. Certains m’ont dit : “ Il n’y a pas de scoops dans ton livre !” [rires]. » De façon plus flagrante encore, la série de films n’a provoqué que peu de réactions de la part des journalistes politiques, tandis qu’elle suscitait intérêt et commentaires chez les critiques de cinéma, les ethnologues ou encore, les militants19.

20Que l’élaboration des produits journalistiques les plus « personnels » de Michel Samson n’emprunte pas la voie du journalisme classique mais celle d’entreprises mixtes, qui combinent articles de presse, livres et cinéma, invite à souligner les difficultés d’exercice d’un « journalisme ethnographique » mené au quotidien dans le cadre d’un grand organe de presse. Ce type de journalisme est-il une innovation généralisable ? Tout conduit à y voir au contraire, pour l’heure, une exception malaisée à transposer. Non seulement parce que son exercice requiert une profonde imprégnation du journaliste aux savoir-faire et aux modes de questionnement propres aux sciences sociales-qui ne saurait se réduire à une formation initiale, aujourd’hui assez partagée chez les entrants en journalisme – mais aussi parce qu’à ce jour, ce type de journalisme n’offre, en lui-même, qu’une très faible reconnaissance professionnelle.

***

21Nous avons insisté ici sur les conditions particulières, tant au plan biographique qu’au plan des dispositifs de travail, qui avaient conduit un journaliste à s’inventer une pratique professionnelle nouvelle. Autodidacte, formé sur le tas, ne manifestant pas, à l’origine, de vocation particulière pour le journalisme, ayant effectué une longue carrière en secrétariat de rédaction, n’ayant quasiment pas, sauf de manière déléguée, exercé de responsabilités au sein d’une rédaction, Michel Samson nous est apparu, touche après touche, à travers ses décalages. En interne, la besogne nocturne du secrétariat de rédaction, comme plus tard le travail géographiquement éloigné de la correspondance régionale, lui ont permis de se créer des niches, dans lesquelles il s’est d’autant mieux maintenu à l’abri de la trop grande pression de ses pairs et de ses supérieurs qu’il s’acquittait très professionnellement – grâce à une forte productivité rédactionnelle et à une grande capacité d’expertise liée à sa bonne connaissance du « terrain » – de ce qui était exigé de lui. En externe, sa double implication dans le monde du cinéma documentaire et dans celui des sciences sociales lui a fourni des points d’appui solides pour reconfigurer, en retour, sa pratique journalistique, et éviter de se laisser enfermer dans les formats de production imposés par ses employeurs comme dans les façons d’être et de faire du journalisme politique « standard ». Voilà qui peut aider à comprendre, au final, qu’un exercice aussi atypique du métier ait pu se développer et s’épanouir, sans être davantage l’objet de sanctions professionnelles et de tentatives de « correction » par les pairs. Mais voilà qui, tout autant, permet de saisir pourquoi les conditions de possibilité d’un tel exercice sont si rarement réunies en pratique dans une seule personne, et pourquoi, lorsque tel est le cas, cet exercice a toutes les chances de rester invisible au sein de l’espace professionnel.

Anmerkungen

1 Ainsi entendu, le « journalisme ethnographique » ne saurait être confondu avec le « new journalism » qui, dans le sillage d’un Tom Wolfe, reposait sur un rapport surtout littéraire à la réalité et sur un tropisme affirmé à l’égard de la marginalité sociale.

2 L’anecdote m’a été rapportée par Michel Samson au cours des entretiens qu’il m’a accordés en février 2006 (une quinzaine d’heures au total). Je le remercie vivement pour sa disponibilité et sa confiance.

3 Jean-Louis Comolli et Michel Samson ont réalisé, entre 1989 et 2001, sept films documentaires portant sur la vie politique à Marseille et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

4 Michel Pezet, l’un des anciens « dauphins » de Gaston Defferre fut considéré comme son meurtrier « symbolique » pour s’être opposé à lui la veille de sa mort lors d’une réunion du PS. Comme l’explique Michel Samson : « Je lui demande si consciemment aussi, il n’a pas tué le père. Il réfléchit et répond : “Consciemment aussi”. Et il commence à me raconter. Et là, je me régale. J’ai appris quelque chose et lui aussi, sur lui-même. Donc, il s’est passé quelque chose qui ne s’est pas passé à la télé ou quand j’ai fait une interview rapide pour Libé. »

5 Après avoir lu ses articles dans Libération, Jean-Louis Comolli prit contact avec Michel Samson, d’abord comme informateur puis pour coréaliser le projet : « Il [Michel Samson] acceptait la proposition que je lui fis d’entrée de jeu, de devenir ni plus ni moins le personnage principal du film. Ni lui, ni moi, ne voulions jouer au journaliste télévisé comme homme sans corps, rôle sans passion, savoir sans affect, pouvoir désincarné » (Jean-Louis Comolli, Voir et pouvoir. L’innocence perdue : cinéma, télévision, fiction, documentaire, Lagrasse, Verdier, 2004, p. 43-44).

6 Outre des études de sociologie inachevées à la fin des années 1960, Michel Samson a partagé la vie d’une ethnologue qui l’accompagna dans la démarche originelle de ses films. Il cite spontanément au cours des entretiens La distinction de Pierre Bourdieu, Howard Becker, son amitié avec Michel Wieviorka et les travaux de divers anthropologues.

7 « Pérennité du defferrisme à Marseille », Le Monde, 9 mai 2006.

8 «L’OM, objet politique épineux », ibid., 26 mars 2006.

9 « Pourquoi Marseille n’a pas explosé », ibid., 15 décembre 2005.

10 On peut voir dans cet intérêt aigu pour la « question urbaine » et la territorialisation des questions politiques le résultat d’une fréquentation ancienne et régulière de spécialistes de sociologie urbaine-ainsi, par exemple, de Michel Anselme, dont le journaliste fut l’ami. Voir la préface rédigée en hommage posthume à Michel Anselme, Du bruit à la parole, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube (coll. « Monde en cours »), 2000.

11 Michel Péraldi et Michel Samson, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La Découverte (coll. « : Cahiers libres »), 2005.

12 Quoiqu’elle s’attire parfois, comme à Libération (Blin, 2002), une certaine estime professionnelle.

13 Jean Guisnel, Libération. La biographie, Paris, La Découverte, 1999, p. 286-290.

14 Ses adieux au quotidien en 2008, à la faveur d’un plan de départ volontaire, signeront ainsi la fermeture du dernier bureau régional.

15 Soit, au hasard, le mois de juin 2008 : Michel Samson y a publié cinq « papiers » consacrés à un fait divers (un faux chirurgien esthétique ayant défiguré plusieurs victimes), deux reportages (l’un consacré à la pêche au thon en Méditerranée, l’autre à un congrès gastronomique en Crète), un article politique (sur les divisions de la droite au sein de la communauté urbaine) et un article culturel (à propos d’une découverte archéologique en Arles).

16 S’il en fallait un indice supplémentaire, on le trouverait dans le film Le Monde dans l’arène : premier tour (2007). La hiérarchie du journal a fait confiance à Michel Samson pour réaliser, avec Jean-Louis Comolli, ce documentaire, dont le projet était de suivre, au jour le jour, la façon de travailler des journalistes du Monde durant la campagne présidentielle de 2007.

17 Michel Samson se trouve, en somme, dans une position assez analogue à celle du journaliste reporter d’images qui se livre, à propos de sujets considérés comme « sans enjeu » par ses supérieurs, à des exercices de virtuosité qu’il ne peut se permettre en temps normal (Siracusa, 2001, p. 122-123).

18 Ces activités prolongent souvent, sous d’autres formats, les mêmes questionnements. Ainsi, par exemple, son activité de correspondant à Marseille a fourni à Michel Samson la matière de l’ouvrage écrit avec Michel Péraldi dont certains développements avaient préalablement fait l’objet d’articles dans Le Monde.

19 « Ce sont les critiques qui ont porté aux nues les films. Les chroniqueurs politiques, ça les bluffe, mais ils savent pas trop quoi en faire », explique encore Michel Samson. Les militants du PS l’ont invité à plusieurs réunions pour évoquer les questions soulevées dans certains de ses films. Les ethnologues ont discuté ses façons d’interroger les hommes politiques et ont sollicité, de lui et de Jean-Louis Comolli, la rédaction d’un article pour la revue d’anthropologie Terrain. Voir « Marseille de père en fils : filmer les hommes politiques », Terrain, no 15, 1990.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open Access
Leseansicht ePub PDF-Buch
Wird geladen… Kapitel-PDF

Exklusiver Zugang

Angeboten von