Version classiqueVersion mobile

Une autre histoire

 | 
Jacques Revel
, 
Jean-Claude Schmitt

VI. Entretiens

La nuit du médiéviste

Guitta Pessis-Pasternak

Note de l’auteur

Cet entretien a été publié dans Le Monde, daté 2-3 juin 1985. © Jacques Le Goff, Guitta Pessis-Pasternak et Le Monde, 1985.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Guitta Pessis-Pasternak : Depuis l’Antiquité, on guette la météo ; car, si la pluie est vitale à la survie, le soleil est propice aux fêtes, aux voyages, bref à la joie ; dès lors, n’est-ce pas paradoxal que certains créateurs semblent plutôt inspirés par un ciel de plomb, de sombres nuages ou une mer houleuse ?

Jacques Le Goff : De façon générale – il n’y a qu’à regarder la peinture – on est davantage inspiré par l’Enfer que par le Paradis ! Dans le noir, il se passe des choses, alors que sous le soleil tout est fade. Il me paraît donc naturel que le créateur cherche la nuit, cette pénombre propice au bouillonnement d’idées. D’ailleurs, par mes racines méridionales, je suis un homme de l’ombre, car, comme vous le savez, pour nous, le soleil est l’ennemi. L’historien que je suis ne fait pas qu’apprendre, noter, s’informer, mais, par l’écriture, il a, lui aussi, l’illusion de créer ou de recréer un monde ; et l’inspiration ne me vient guère avant dix heures du soir. J’ai besoin de la ...

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search