Version classiqueVersion mobile

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Marges de manoeuvre

Leçon n°2

Rapporter les jugements individuels à leurs conditions matérielles et organisationnelles de production

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce chapitre souligne en quoi la question de l’objectivité-en l’occurrence journalistique mais il en irait de même pour l’objectivité scientifique, juridique ou autre-est peut-être mal posée, lorsqu’elle l’est, comme c’est le cas le plus fréquent, sur la base d’un postulat individualiste, c’est-à-dire en présumant une opposition simple entre, d’un côté, un sujet (le journaliste) et, de l’autre, un objet (l’événement à traiter). La démarche sociologique conduit à réintroduire, dans l’analyse de tout acte de jugement individuel du journaliste, ce qu’il doit à l’organisation du travail dans laquelle est inséré son auteur-selon la perspective inaugurée par le travail pionnier de David White (1950). C’est cette dimension matérielle et organisationnelle de sa pratique qui offre en effet au journaliste plus ou moins d’autonomie de jugement et qui, surtout, contribue à ce que les jugements qu’il est amené à produire s’inscrivent dans un type d’orientation collective déterminé-comme celles qu...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search