Versión clásicaVersión móvil

Une autre histoire

 | 
Jacques Revel
, 
Jean-Claude Schmitt

IV. L'homme public

Les engagements polonais de Le Goff

Krzysztof Pomian

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Il a déjà été question de la Pologne dans les communications de Jean-Claude Schmitt et de Jacques Revel, qui l’a même qualifiée d’« autre patrie » de Le Goff. Et c’était, en effet, sa patrie d’élection. Pourquoi ? Deux sentiments semblent avoir eu dans ce choix un rôle déterminant : l’amour et l’amitié. L’amour, c’est évidemment Hanka ; sur ce point, Le Goff lui-même a dit tout ce qui pouvait l’être. L’amitié, elle, concerne, s’agissant des Polonais, un nombre de personnes relativement large. Je n’en retiendrai ici que deux : Witold Kula (1916-1988) et Bronislaw Geremek (1932-2008).

Avant de revenir à eux, une remarque sur l’arrière-plan idéologique du choix existentiel de la Pologne. Différent en cela de plusieurs historiens de sa génération, Le Goff n’a jamais été membre du PCF. Et il a vécu à Prague, en février 1948, la prise du pouvoir par les communistes. D’où son peu d’enthousiasme pour les pays que l’on qualifiait à l’époque de « démocratie populaire ». En même temps, il était...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search