Desktop versionMobile Version

Une autre histoire

 | 
Jacques Revel
, 
Jean-Claude Schmitt

IV. L'homme public

Les engagements polonais de Le Goff

Krzysztof Pomian

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Il a déjà été question de la Pologne dans les communications de Jean-Claude Schmitt et de Jacques Revel, qui l’a même qualifiée d’« autre patrie » de Le Goff. Et c’était, en effet, sa patrie d’élection. Pourquoi ? Deux sentiments semblent avoir eu dans ce choix un rôle déterminant : l’amour et l’amitié. L’amour, c’est évidemment Hanka ; sur ce point, Le Goff lui-même a dit tout ce qui pouvait l’être. L’amitié, elle, concerne, s’agissant des Polonais, un nombre de personnes relativement large. Je n’en retiendrai ici que deux : Witold Kula (1916-1988) et Bronislaw Geremek (1932-2008).

Avant de revenir à eux, une remarque sur l’arrière-plan idéologique du choix existentiel de la Pologne. Différent en cela de plusieurs historiens de sa génération, Le Goff n’a jamais été membre du PCF. Et il a vécu à Prague, en février 1948, la prise du pouvoir par les communistes. D’où son peu d’enthousiasme pour les pays que l’on qualifiait à l’époque de « démocratie populaire ». En même temps, il était...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search