Version classiqueVersion mobile

Une autre histoire

 | 
Jacques Revel
, 
Jean-Claude Schmitt

IV. L'homme public

Les engagements polonais de Le Goff

Krzysztof Pomian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il a déjà été question de la Pologne dans les communications de Jean-Claude Schmitt et de Jacques Revel, qui l’a même qualifiée d’« autre patrie » de Le Goff. Et c’était, en effet, sa patrie d’élection. Pourquoi ? Deux sentiments semblent avoir eu dans ce choix un rôle déterminant : l’amour et l’amitié. L’amour, c’est évidemment Hanka ; sur ce point, Le Goff lui-même a dit tout ce qui pouvait l’être. L’amitié, elle, concerne, s’agissant des Polonais, un nombre de personnes relativement large. Je n’en retiendrai ici que deux : Witold Kula (1916-1988) et Bronislaw Geremek (1932-2008).

Avant de revenir à eux, une remarque sur l’arrière-plan idéologique du choix existentiel de la Pologne. Différent en cela de plusieurs historiens de sa génération, Le Goff n’a jamais été membre du PCF. Et il a vécu à Prague, en février 1948, la prise du pouvoir par les communistes. D’où son peu d’enthousiasme pour les pays que l’on qualifiait à l’époque de « démocratie populaire ». En même temps, il était...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search