Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La subjectivité journalistique

 | 
Cyril Lemieux

Première partie. Marges de manoeuvre

Introduction

L’autonomie, nécessité de la pratique journalistique

Texte intégral

1Une erreur classique de perception incline à voir dans le journalisme une profession libérale. C’est ignorer la réalité industrielle de ce métier et le rôle que jouent dans son exercice, la relation salariale, la division du travail, les rapports hiérarchiques et la bureaucratisation. Il est cependant une autre erreur, en quelque sorte symétrique : le journalisme serait (ne serait plus aujourd’hui qu’) une activité de type taylorien, intégralement soumise au contrôle institutionnel et à la programmation scientifique et rationalisée des tâches. C’est négliger que ce métier conserve beaucoup des caractéristiques « artisanales » attachées à ce qu’était son exercice, alors qu’au milieu du xixe siècle, il n’était pas encore entré dans l’ère du salariat et de la grande entreprise. Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement d’un legs historique : il faut y voir plutôt, comme nous essaierons ici de le montrer, une nécessité pratique de son exercice.

2C’est à l’horizon de cette tension entre une dimension industrielle omniprésente et une irréductibilité de l’activité à la rationalisation industrielle que doit se lire l’importance politique prise aujourd’hui par la question de l’individualité, de la non-substituabilité et de l’autonomie au travail dans les univers de production de l’information. Pour approcher correctement cette question, l’enjeu est de réussir à se déprendre tout à la fois de la vision romantique d’un journalisme affranchi du carcan industriel et commercial dans lequel il s’est développé, et de l’illusion d’un journalisme dont les pratiques seraient entièrement et étroitement définies par la machinerie des entreprises de presse.

La « dépossession » industrielle

3Mentionnons, au risque de rappeler des évidences, quelques éléments qui déterminent la nature industrielle de l’activité journalistique telle qu’elle s’observe aujourd’hui dans les pays occidentaux. On peut en souligner quatre.

    • 1 Notamment, aux termes de la loi de 1935, une « clause de conscience » que le journaliste peut faire (...)

    Le rapport salarial implique une dépendance du journaliste vis-à-vis de son employeur, quand bien même, dans le cas français, le code du travail prévoit en la matière des protections spécifiques1. Il entraîne, par là même, l’insertion du journaliste à l’intérieur de lignes hiérarchiques (rédaction en chef, chefs de service.) qui le placent en situation de subordination fonctionnelle. Ainsi, comme le rappelle autour d’un exemple frappant le chapitre 2, il revient d’abord généralement au rédacteur en chef de définir-sous le contrôle des actionnaires ou d’un directoire-la ligne éditoriale que ses subordonnés doivent suivre. Celle-ci se traduit, en particulier, par des choix et des consignes quant aux événements à valoriser.

    • 2 Comme l’écrivait Edgar Morin (1961, p. 47): « Au sein de l’industrie culturelle se multiplie l’aute (...)

    La division du travail se manifeste par l’intervention permanente, dans la chaîne de production de l’information, de nombreux intervenants spécialisés, qui se trouvent en situation d’avoir à coopérer entre eux. En télévision, par exemple, la réalisation et la diffusion d’un reportage impliqueront la collaboration de professionnels aux attentes et à la culture technique différentes comme, notamment, des rédacteurs, des cameramen, des preneurs de son, des monteurs, des chefs monteurs et des présentateurs de journal télévisé (Siracusa, 2001). D’où, pour chacun de ces intervenants, une parcellisation du point de vue sur l’objet collectivement produit, et une difficulté à se reconnaître pleinement et personnellement dans le fruit de son travail2. C’est ce dont témoigne le cas empirique analysé au chapitre 1 : on y voit, au sein d’une grande agence de presse, une division du travail si poussée qu’elle tend à rendre impossible aux journalistes de se reconnaître à part entière la paternité des dépêches qu’ils rédigent et d’en assumer la responsabilité personnelle.

    • 3 Le terme désigne l’économie préétablie de temps et de moyens qui détermine, dans une entreprise de (...)

    L’absence de maîtrise individuelle sur les formats de production3 se traduit par la nécessité, pour le journaliste, d’inscrire son travail dans des normes temporelles (délais de fabrication, rythmes de production, deadlines.) qu’il ne fixe pas de son propre chef (Rozenblatt, 1995). Elle implique également qu’il ne puisse pas décider lui-même des moyens techniques, financiers et humains qui seront alloués à la réalisation des tâches qui lui incombent, ni, absolument, de la répartition globale de son temps de travail ou, a fortiori, des standards de productivité du travail auxquels il doit s’astreindre. Le chapitre 5 en offre un aperçu lorsqu’il évoque le fait que les journalistes du site d’information Mediapart, quoique relativement libres d’organiser eux-mêmes leurs journées de travail, n’ont pas, vis-à-vis de leur rédaction en chef, l’absolue liberté de ne pas consacrer une part minimale de leur temps à répondre en ligne aux commentaires suscités par leurs articles.

    • 4 Ce terme renvoie à la longueur d’un article ou à la durée d’un reportage mais également à son angle (...)

    L’absence de maîtrise individuelle sur les formats de diffusion4 s’observe à travers l’obligation, pour le journaliste, de « faire entrer » l’information qu’il a à traiter-quitte à la retailler-dans des formes préétablies qu’il lui est prescrit d’honorer et qu’il n’a pas lui-même créées. Dans certains cas, ce type d’obligation peut concerner des conventions narratives, des procédés de mise en scène ou des types de diction que le journaliste n’a pas inventés, et qu’il doit employer sous peine de passer auprès de ses pairs pour un piètre professionnel (Schudson, 1989). Le chapitre 4 donne une idée de l’importance qui revient, dans la détermination du travail journalistique, à ce pouvoir des formes, quand le journaliste étudié décrit, pour s’en démarquer, l’emprise sur les journalistes de télévision des codes de l’interview politique « standard » et des façons de filmer et d’interroger qu’ils impliquent.

  • 5 Voir sur ce point, dans le contexte américain, l’étude pionnière de Warren Breed (1955), ainsi que (...)
  • 6 Même les pigistes et les journalistes free-lance, dont il sera question au chapitre 6, doivent, pou (...)

4La dimension industrielle constitutive du journalisme moderne peut donc bien, au final, être réputée avoir un effet de « dépossession » sur le journaliste : elle tend à le priver de la capacité à définir lui-même les conditions pratiques de son travail, en même temps qu’elle limite ses possibilités de prendre des décisions souveraines dans le cadre de son activité5. Encore faut-il préciser, cependant, que cet effet n’est descriptible que dans la mesure où l’« idéal » journalistique est pensé selon le modèle du travailleur indépendant ou de celui du professionnel libéral. Or, en pratique, ces modèles alternatifs de journalisme, si tant est qu’ils aient jadis existé, ne sont guère observables aujourd’hui6.

5Le rappel de la dimension industrielle du travail journalistique est décisif pour comprendre le rapport que nombre de journalistes entretiennent vis-à-vis des logiques marchandes. La « dépossession » industrielle les place en effet, à titre individuel, en rapport d’extériorité face aux décisions que leurs employeurs prennent lorsqu’ils modifient les dispositifs d’organisation du travail, en vue de le rendre plus productifs et plus rentables. Ce n’est que collectivement-nous y reviendrons-que les journalistes peuvent envisager de contester de telles décisions. Seuls, ils ne peuvent éprouver que leur défaut de maîtrise sur les changements introduits par leurs supérieurs dans les manières d’organiser la production et d’améliorer la compétitivité de l’entreprise. C’est là un point essentiel pour comprendre la relative vulnérabilité des pratiques journalistiques à l’imposition de nouvelles contraintes économiques, telle qu’elle s’est fait jour à partir des années 1980 dans la totalité des pays occidentaux.

  • 7 Ce dont témoignent par exemple le développement du marketing rédactionnel et, plus globalement, le (...)
  • 8 Voir par exemple Fiala et Habert (1989) ; Lagane (1997).

6Cette modification massive des pratiques journalistiques, qu’une abondante littérature a documentée, a consisté, pour l’essentiel, en une redéfinition du « professionnalisme » autour des règles de réalisme économique : non seulement le respect des formats de production et de diffusion et le non-dépassement par la concurrence sont devenus des règles plus structurantes dans la pratique, mais encore les formats eux-mêmes ont été modifiés et les outils permettant de mesurer ses performances par rapport à celles des concurrents, perfectionnés. Les pressions pour améliorer l’efficacité et la prévisibilité du travail se sont ainsi traduites, au niveau des formats de production, par une intensification des rythmes de l’activité ; le développement du journalisme « assis » ; l’encouragement à la polyvalence et à la substituabilité ; l’externalisation des coûts (notamment par le recours aux pigistes) ; et un droit d’ingérence plus important des services non rédactionnels (publicité, études marketing, services commerciaux) dans l’activité journalistique elle-même7. Sur le plan du non-dépassement par la concurrence, les nouveaux dispositifs ont consisté en une quantification accrue des résultats de l’activité (mesures d’audience, de ventes, de parts de marché publicitaire, de productivité.), permettant des comparaisons plus fines et plus immédiates avec les performances des concurrents directs ; la généralisation de pratiques de monitoring de la concurrence ; et l’encouragement à la « réactivité », c’est-à-dire à la réduction du temps mis à s’aligner sur l’information publiée par des concurrents. Au plan des formats de diffusion, enfin, l’évolution a conduit, de manière générale, au raccourcissement des durées et des longueurs (Hallin, 1992), et à une intensification du rythme, à l’intérieur des journaux radiophoniques et télévisés aussi bien qu’en presse écrite. Elle s’est également traduite, en presse écrite, par des mises en scène de l’information recourant beaucoup plus systématiquement à l’image et par l’adoption, dans tous les médias, de styles langagiers plus directs et moins formels8.

7La montée en puissance du réalisme économique au sein des entreprises de presse, ces trente dernières années, permet indubitablement de parler du journalisme actuel, dans les pays occidentaux, comme d’une forme d’activité professionnelle beaucoup plus contrainte qu’elle ne l’était jusque dans les années 1980. Les journalistes ont aujourd’hui à respecter, plus que ce ne fut jamais le cas auparavant, des formats de production et de diffusion très strictement définis, et à s’infliger, à un degré et avec une constance inconnus de leurs prédécesseurs, la pression de la concurrence. Pour autant, rien ne serait plus faux que d’imaginer le monde journalistique d’avant les années 1980 comme ignorant les règles de réalisme, y compris celles du réalisme économique. La « dépossession » industrielle du journalisme est, par définition, aussi ancienne que le journalisme moderne.

Les fondements pratiques de l’autonomie

  • 9 Voir à ce sujet les résultats convergents auxquels est parvenue la sociologie française des organis (...)

8En symétrique de l’erreur consistant à ignorer, dans l’analyse du journalisme contemporain, sa dimension industrielle fondatrice, se trouve l’illusion de croire que le journalisme est aujourd’hui devenu une activité entièrement soumise au contrôle organisationnel et à la rationalisation des tâches. Cette croyance peut certes être partagée par certains managers de presse et certains actionnaires, qui s’en réjouissent, comme par certains critiques du capitalisme, qu’elle terrifie et révolte : elle n’en est pas moins erronée. Une première limite, décisive, que l’on doit lui reconnaître, est celle qu’ont avancée les sociologues interactionnistes lorsqu’ils ont montré que l’application des règles imposées hiérarchiquement tendait à susciter, sur les lieux de travail, des négociations pratiques9. Anselm Strauss a parlé à ce propos d’un « ordre négocié » : dans le cas de l’hôpital qu’il a étudié, les conventions nécessaires à la coopération entre les acteurs sont en permanence réaffirmées ou modifiées par eux, y compris par les acteurs disposant des ressources les plus faibles (i.e. les malades). Des dérogations sont trouvées ; des exceptions, admises ; des compromis, noués (Strauss, 1992b). Dès lors que l’on repart du lieu de travail, la vision par trop lisse des chaînes de commandement et d’obéissance qui se font respecter sans coup férir se complexifie. Il faudrait en effet, pour que cette vision fût réaliste, que les acteurs concernés partagent tous également les mêmes attentes et les mêmes intérêts pratiques, et marchent ainsi, spontanément, comme « un seul homme ». Ce n’est jamais le cas, suggère Strauss, et c’est pourquoi l’ordre est toujours négocié. On en trouvera au chapitre 2 un exemple édifiant : la différence d’attentes et d’intérêts pratiques entre les journalistes des sièges parisiens de la télévision et de la radio publiques, et leurs correspondants des antennes alsaciennes, se traduit par la réticence des seconds à satisfaire certaines demandes formulées par les premiers, n’exécutant leurs commandes qu’en traînant des pieds et parfois même, refusant purement et simplement de les honorer.

  • 10 On se réfère ici au modèle de la pratique journalistique développé dans Lemieux (2000), qui repose (...)
  • 11 Ce qui explique, comme le montre Éric Lagneau (chapitre 1), que même dans un univers aux pratiques (...)
  • 12 C’est un aspect sur lequel insiste Marie-Laure Sourp-Taillardas (chapitre 3), lorsqu’elle décrit ce (...)
  • 13 Les exemples de pratiques prudentielles que donne Florent Champy concernent notamment les professio (...)

9Une seconde limite est plus spécifique au journalisme. Elle tient à la pluralité des règles pratiques que les journalistes ont à respecter dans l’exercice de leur activité. Ce ne sont pas seulement en effet des règles de réalisme. Certaines relèvent d’autres grammaires de l’action, à savoir de la grammaire naturelle et de la grammaire publique10. Les journalistes disposent de ce fait d’un point d’appui, institué dans leurs pratiques professionnelles, pour relativiser leurs propres règles de réalisme, notamment de réalisme économique. De là découlent nombre de situations professionnelles dans lesquelles se posent à eux des dilemmes pratiques : en présence d’un scoop non vérifié, faut-il respecter la règle de non-dépassement par la concurrence ou plutôt celle du recoupement de l’information ? Disposant d’un « savoir coupable » avec une source, faut-il respecter avec elle la règle de restitution ou plutôt, en prenant le parti de trahir sa confiance, celle de la conservation de l’initiative ? Ayant recueilli des indices qui accablent un individu, faut-il respecter la règle d’administration de preuves juridiquement recevables pour accuser publiquement, et pousser plus loin l’enquête, ou respecter plutôt le format de production, et stopper là une enquête jugée déjà trop coûteuse en temps et en moyens ? Ces tensions rapprochent le journalisme d’une profession libérale. Car elles font de la capacité du praticien à discerner, en situation, la bonne attitude à tenir face aux deux branches d’une alternative pratique, la clé de son professionnalisme. Elles sont aussi, par là même, ce qui lui octroie des marges d’interprétation dans l’application des règles11. Elles sont donc aussi ce qui lui confère une certaine autonomie dans la conduite du travail. Elles sont enfin un principe de singularisation et de différenciation des comportements individuels au sein d’un même collectif de travail12. Bref, l’existence de ces tensions fait de l’activité journalistique, bien qu’elle se déploie dans un contexte industriel, ce que Florent Champy (2009) a proposé d’appeler une « pratique prudentielle », c’est-à-dire une activité professionnelle fondée sur l’engagement par le praticien de capacités de discernement et de jugement pratique face à des problèmes à traiter qui n’acceptent pas de solution simple ou standard13.

  • 14 Motoko Tsurumaki (chapitre 2) met parfaitement en lumière cette dimension de savoir pratique propre (...)
  • 15 Ainsi, par exemple, comme le montre bien Marie-Laure SourpTaillardas (chapitre 3), les tendances du (...)

10Cette dimension prudentielle du travail des journalistes suggère que leur socialisation professionnelle ne peut pas se réduire entièrement à l’acquisition de savoirs formels. En effet, le type de compétence au discernement qui est impliqué est quasi impossible à formaliser intégralement, car il est lié, d’abord, à l’expérience pratique et à une casuistique14. Il importe de voir en outre que ce type de compétence n’est pas réductible, par définition, à la maîtrise des seules règles de réalisme15. On touche ici, au passage, aux limites des approches de l’activité journalistique en termes de routines. Ces approches disent quelque chose de très juste quant au type de compétences impliquées dans l’activité, dont la spécificité est bien de résulter d’expériences et d’habitudes, et non pas d’un savoir formalisé et théorique (Gans, 1980). En revanche, la notion de routine tend à sous-estimer systématiquement les tensions, mêmes minimes, qu’introduit en permanence dans une pratique prudentielle comme le journalisme, le pluralisme grammatical des règles à concilier. L’activité journalistique même la plus ordinaire –  « routinière » en ce sens – est travaillée par des contradictions grammaticales qui la rendent beaucoup plus « inquiète » et incertaine que la notion de routine ne tend à le suggérer.

  • 16 Se fait jour ici la différence entre le journalisme et les autres métiers industriels : non que l’a (...)
  • 17 Contrairement à ce que suggère l’approche de Le Bohec (2000). Voir aussi, sur ce type de réductionn (...)
  • 18 Ce « nécessairement » est à entendre comme une contrainte définitionnelle : si l’on s’accorde à app (...)

11En somme, si nous cherchons le fondement pratique de l’autonomie journalistique, c’est dans la pluralité grammaticale des règles qu’ils ont à respecter, qu’il nous faut le reconnaître. En effet, si les journalistes n’avaient pas à engager régulièrement, dans l’exercice de leur métier, des règles de la grammaire naturelle (notamment, dans leur relation avec des sources) et de la grammaire publique (notamment dans leur relation au public), le journalisme pourrait s’exercer entièrement dans des formes de vie contraintes. Les journalistes n’éprouveraient plus, alors, l’irréductibilité de leurs pratiques à un savoir formalisé, ni le sentiment que leur compétence professionnelle ne se résume pas au seul respect des règles de réalisme économique16. L’approche praxéologique nous conduit ainsi à inverser la perspective sociologique habituelle : l’autonomie journalistique n’est pas seulement ou d’abord la revendication d’un groupe professionnel soucieux de défendre ses intérêts. Elle n’est pas seulement, ni d’abord, une rhétorique professionnelle ou un discours de défense corporatiste17. Elle n’est donc pas non plus, seulement ou d’abord, le legs de la façon particulière dont la profession journalistique, en tel ou tel pays, s’est construite historiquement. Il faut voir plutôt, et d’abord, une telle autonomie comme la conséquence du type de contradictions pratiques qui caractérise nécessairement l’activité journalistique18.

12Le chemin analytique doit, en quelque sorte, être parcouru en sens inverse : c’est en considérant d’abord la manière dont les acteurs se servent du fondement pratique de leur autonomie comme d’un appui critique (notamment, pour lutter contre une totale dépossession industrielle de leur travail) que doit être compris le travail historique de construction de leur profession ou bien encore, le développement de leurs rhétoriques professionnelles et leur effort pour défendre les intérêts de leur corporation. Éric Lagneau (chapitre 1) donne une bonne illustration de cette démarche, lorsqu’il met en lumière que les agenciers ne sont pas convaincus par l’idée que ce serait le système productif lui-même qui serait « responsable » de la faute qui a été commise au sein de leur entreprise : le penser reviendrait en effet pour eux à nier le fondement pratique de leur autonomie.

  • 19 Comme le montre Olivier Pilmis (chapitre 6), la nécessité pour la communauté journalistique de main (...)
  • 20 Ce reproche peut être adressé aux travaux, par ailleurs fort éclairants, de Gaye Tuchman (1978) ou (...)

13Apparaît ici une troisième limite à opposer à la croyance selon laquelle le journalisme serait devenu aujourd’hui une activité entièrement régie par la rationalisation des tâches et par un contrôle organisationnel étroit : l’autonomie comme exigence de la pratique tend à offrir un point d’appui collectif aux journalistes pour contester certaines des modifications de leurs conditions de travail imposées par leurs employeurs – en particulier, celles qui entraînent un moindre accès, dans l’exercice de leur activité, à la grammaire publique ou à la grammaire naturelle19. En d’autres termes, l’autonomie envisagée en son fondement pratique fournit une base de mobilisation collective aux journalistes, dès lors qu’ils ont le sentiment que les manières d’organiser la production et d’améliorer la compétitivité de l’entreprise (mais aussi, par exemple, certaines pressions politiques) réduisent cette autonomie – i.e. font perdre sa substance à l’activité elle-même ou, si l’on préfère, en dénaturent le contenu. On peut parler sans doute ici de « culture professionnelle » et d’un attachement culturel des journalistes à l’autonomie de leur pratique, qui se transmet de génération en génération et s’entretient, tout en se modifiant, par voie de socialisation professionnelle. Mais c’est à condition, répétons-le, de ne pas faire de cette culture professionnelle un ensemble de croyances arbitraires ou contingentes, c’est-à-dire coupées de leur fondement pratique20. Cette culture professionnelle, en outre, n’implique pas mécaniquement de mobilisation collective en cas de réduction de l’autonomie au travail. Elle implique plutôt la survenue, en pareil cas, d’un inconfort moral, d’un malaise professionnel ou d’une frustration chez les journalistes concernés : la question de savoir si de tels sentiments pourront se muer en des processus critiques ouverts (et donner lieu à mobilisation) a elle-même à voir, nous y reviendrons, avec les dispositifs organisationnels dans lesquels ouvrent les individus.

  • 21 En l’occurrence, le type d’expertise journalistique que Motoko Tsurumaki appelle « naturaliste », e (...)
  • 22 On parle ici d’une pluralité « virtuellement produite », dans la mesure où l’introduction de règles (...)

14En outre, comme le montre Motoko Tsurumaki (chapitre 2), une réduction de l’autonomie au travail sur un certain plan peut être d’autant mieux acceptée des journalistes qu’elle ne remet pas en cause le principe général de leur autonomie, en leur offrant par exemple, sur un autre plan, de nouvelles possibilités d’honorer certaines règles de la grammaire publique21. De même, comme le montre Caroline Datchary (chapitre 5), si les nouvelles exigences de justification et d’accountability qu’impose aux journalistes l’organisation productive d’un site d’information comme Mediapart ne soulèvent pas de leur part de critiques trop ouvertes, c’est d’abord qu’elles peuvent recevoir un sens positif dans la grammaire publique et être conçues, par conséquent, comme ne réduisant pas l’autonomie globale de la pratique, voire comme l’accroissant. Ici encore, il se pourrait que l’analyse du journalisme en tant qu’activité prudentielle dans un contexte industriel puisse nous éclairer sur la façon dont des métiers plus complètement industriels (c’est-à-dire tendanciellement dépourvus de dimension prudentielle) ont connu ces trente dernières années un renforcement important au plan organisationnel des contraintes pesant sur l’activité productive. Ce renforcement, comme on le voit dans le toyotisme et les nouvelles formes d’organisation flexible du travail, s’est accompagné d’un usage réaliste de certaines règles de distanciation (grammaire publique) ou d’engagement (grammaire naturelle), la pluralité grammaticale ainsi virtuellement produite pouvant donner le sentiment d’introduire plus d’autonomie au travail22. Il n’est pas certain, de ce point de vue, qu’un pur renforcement des contraintes productives – i.e. un simple resserrement du carcan des règles de réalisme – eût été aussi bien accepté des travailleurs.

De la question de l’autonomie à celle des processus critiques

15Qui admet que l’autonomie journalistique a un fondement pratique, ne peut que renoncer à aborder les problèmes qu’elle suscite dans les termes, habituels, d’une opposition entre l’individu et l’organisation productive. L’idée de fondement pratique implique en effet celle d’une expérience partagée par ceux qui exercent la pratique. L’autonomie, dans cette perspective, ne peut plus être conçue comme une propriété de l’individu : elle apparaît comme un effet de la pratique. Cette perspective praxéologique nous conduit à prendre définitivement congé de l’opposition entre individualisme et holisme : les pratiques productives, et partant le degré d’autonomie (c’est-à-dire de pluralisme grammatical) qu’elles manifestent, ne sont jamais ni « purement » individuelles, ni totalement déductibles d’une culture professionnelle qui, en quelque sorte, s’imposerait d’elle-même aux acteurs. C’est pourquoi l’attention analytique, s’il s’agit de comprendre l’autonomie dont un individu dispose au travail, ne doit pas porter d’abord sur cet individu en tant que tel, ni non plus sur les croyances partagées au sein de son entreprise, mais sur l’organisation des pratiques au sein du collectif de travail dont il fait partie. C’est à ce niveau, en effet, que se produit de l’autonomie-entendons par là de l’incertitude pratique.

  • 23 Il est vrai que même dans les métiers les plus industriels, l’incertitude pratique n’est jamais tot (...)
  • 24 D’autres formes pathologiques seraient celles qui réduiraient au minimum l’accès des journalistes à (...)
  • 25 On peut penser ici à certains journaux de collectivités territoriales ou d’entreprise qui respecten (...)

16Parce que dans les activités prudentielles, une telle incertitude pratique apparaît, par définition, impossible à éliminer23, un programme de recherche concernant ce type d’activités devra sans doute moins consister à étudier si de l’autonomie y est produite (tel est toujours le cas) qu’à examiner comment elle l’est, sous quelle forme et à quel degré. Il serait tentant, de ce point de vue, de réintroduire, dans une perspective durkheimienne, l’opposition entre des formes de division du travail « normales » et « pathologiques ». Une division du travail pathologique concernant une activité prudentielle telle que le journalisme, est celle, notamment, qui réduit au minimum les chances d’accès des journalistes à d’autres grammaires que celle du réalisme24. La figure-limite d’une telle situation pathologique est la sortie du journalisme, c’est-à-dire une perte de substance de l’activité journalistique telle qu’il devient impossible aux consommateurs, comme aux producteurs eux-mêmes, d’y reconnaître encore du journalisme25.

17Un aspect central de ce programme de recherche apparaît ici : c’est l’étude des malaises et des frustrations professionnels que suscite chez les journalistes l’organisation de leurs pratiques, dès lors que celle-ci évolue de manière pathologique (au sens qui vient d’être précisé). Dans ce cas en effet, la réduction, dans leurs pratiques productives, des chances d’accès à d’autres grammaires que la grammaire du réalisme tend à empêcher les producteurs de se reconnaître pleinement comme pratiquant le métier de « journaliste » et d’en tirer fierté et estime de soi. C’est là l’amorce possible, on l’a dit, de processus critiques dont l’expression ouverte n’a rien de mécanique, dans la mesure où le lieu de travail, dans ce scénario pathologique, est devenu, pour l’essentiel, une forme de vie contrainte. Dès lors, étudier en sociologue l’autonomie des journalistes au travail est une tâche qui peut être reformulée dans les termes d’une analyse des processus critiques sur le lieu de travail. Il s’agit, d’une part, de comprendre ce qui suscite de tels processus-à savoir, les limitations qu’une certaine division du travail apporte dans les chances d’accès des travailleurs à une autre grammaire que celle du réalisme. Mais il s’agit aussi, et tout autant, de comprendre ce qui permet l’expression ouverte de ces processus critiques ou qui, au contraire, contribue à leur inhibition et à leur refoulement sous forme de frustration et de malaise. L’étude de l’autonomie au travail, en d’autres termes, ouvre à l’examen systématique de ce qui la limite.

  • 26 Voir l’introduction générale.
  • 27 On entend par là le fait qu’un individu qui aperçoit, dans son environnement, une raison de s’auto- (...)
  • 28 On peut renvoyer par exemple aux attitudes adoptées par certains agents, des caisses d’allocations (...)
  • 29 Ce type de renversement doit constituer, pour le chercheur, une invitation à ne jamais réifier la r (...)

18D’un point de vue méthodologique, une telle orientation de recherche impose aux chercheurs au moins trois partis pris. Le premier est de ne jamais considérer les individus au travail, fût-ce dans des univers de travail très contraints, comme entièrement réalistes. C’est là une conséquence directe de ce que nous avons appelé « postulat de pluralisme26 ». C’est parce qu’ils possèdent un accès à d’autres grammaires que celle du réalisme que les acteurs peuvent ressentir vis-à-vis de leurs conditions de travail actuelles, une insatisfaction. Cela est vrai dans les métiers les plus industriels comme dans les professions à dimension plus prudentielle comme le journalisme, à cette différence près que dans les secondes, l’accès à la pluralité grammaticale peut être revendiqué comme une exigence de la pratique professionnelle elle-même. Si le chercheur ne reconnaît pas aux individus qu’il étudie des capacités à ne pas être réaliste (s’il les envisage, autrement dit, comme totalement soumis, par intérêt et par crainte, aux contraintes productives), il ne lui sera plus possible de donner un sens positif aux attitudes qu’ils adoptent, lorsque, face aux exigences qui leur sont imposées, ils se laissent parfois aller à des expressions libératrices27. Ces dernières consistent par exemple à humaniser certaines relations de travail, c’est-à-dire à réintroduire dans la pratique des règles de la grammaire naturelle, là où devrait prévaloir seulement, selon ce que le dispositif de travail prescrit, des règles de réalisme28. Ou bien encore, elles consistent à critiquer ouvertement certains dispositifs de travail, c’est-à-dire à rappeler des règles de la grammaire publique, là où était attendu un respect inconditionnel des règles de réalisme. De telles expressions libératrices, quand bien même elles s’avéreraient fugaces et éphémères, soulignent la fragilité du réalisme et les limites pratiques qu’il rencontre. De ce point de vue, la façon dont les partenaires de l’action réagissent devant de telles expressions libératrices est essentielle pour appréhender leur capacité collective à modifier la réalité dans laquelle ils évoluent : tant que ces expressions ne sont appréciées que comme des fautes (i.e. des manques de réalisme), leurs auteurs sont immanquablement renvoyés à leur individualité et à leur singularité, voire à leur anormalité, et jugés de ce fait mal adaptés au cadre productif ; plus, en revanche, ces expressions font tache d’huile au sein des collectifs de travail et y sont validées en pratique, plus elles apparaissent comme représentatives d’une aspiration qui était partagée, et plus le cadre productif est alors jugé mal adapté aux individus29.

19Un deuxième parti pris, qu’impose le fait d’approcher la question de l’autonomie au travail depuis celle des processus critiques, tient à la nécessité d’analyser la pratique productive (ici, journalistique) comme un tout. Ainsi par exemple, comme le montre Philippe Riutort (chapitre 4), l’existence de tâches imposées ou répétitives ne signifie pas que l’ensemble de la pratique relève d’une forme de vie contrainte : le même journaliste peut, dans d’autres compartiments de sa pratique, honorer pleinement des règles de la grammaire publique ou de la grammaire naturelle, et trouver ainsi un équilibre général qui le satisfait, c’est-à-dire qui s’avère suffisamment respectueux, à ses yeux, de l’autonomie de travail exigée par son activité. C’est aussi ce qui explique, comme le suggère Olivier Pilmis (seconde partie, chapitre 6), que les discours les plus misérabilistes tenus à l’égard des journalistes précaires peuvent facilement échouer à convaincre ces derniers, dans la mesure où l’économie de leur pratique ne comporte pas seulement le respect de règles de réalisme économique auquel ils sont alors renvoyés mais aussi celui d’autres règles, dérivées notamment de la grammaire publique et de la grammaire naturelle, dont le suivi est pour eux générateur d’estime de soi et de plaisir. Ainsi, au final, nous sommes orientés vers une analyse des effets globaux et compensatoires que peut avoir sur la satisfaction personnelle au travail l’accès, même minimum, à de l’autonomie (c’est-à-dire à du pluralisme grammatical). Comme on l’a dit plus haut, cet accès minimum, même lorsqu’il est en partie virtuel comme ce peut être le cas dans les métiers industriels dépourvus de dimension prudentielle, est un élément central pour comprendre l’adhésion des personnes à des conditions de travail qui se révèlent, sous bien des rapports, dégradées ou précarisées. À n’en pas douter, la promesse d’un minimum d’autonomie n’est pas étrangère à l’attractivité persistante du journalisme, malgré la connaissance de plus en plus aiguë que les prétendants à ce métier ont de sa dimension industrielle et contraignante.

  • 30 Voir par exemple la façon dont l’introduction de bureaux paysagés au Monde y a rendu les pratiques (...)
  • 31 31. Voir, dans cet ouvrage, les remarques de Motoko Tsurumaki (chapitre 2) sur les effets qu’ont l’ (...)
  • 32 Voir notamment Ruellan et Thierry (1998).
  • 33 Voir, dans cette perspective, la comparaison opérée par Franck Esser (1998) sur le fonctionnement d (...)
  • 34 C’est précisément sur ce dernier point, comme le souligne Philippe Riutort (chapitre 4), que la tra (...)

20Un troisième parti pris, enfin, qu’impose le programme de recherche consistant à lier autonomie au travail et processus critiques sur le lieu de travail, est l’attention analytique qui doit revenir aux dispositifs matériels et organisationnels au sein desquels ouvrent les individus étudiés (concentration et densité des équipes rédactionnelles, organisation spatiale des bureaux30, cloisonnement entre services31, accès à certains objets techniques32.). Non pas que ces dispositifs soient par eux-mêmes agissant : le penser serait en revenir à une forme de déterminisme strict peu respectueuse de ce que nous avons appelé dans l’introduction générale de cet ouvrage « postulat d’indétermination relative ». Mais ces dispositifs donnent aux individus plus ou moins de chances d’agir de telle ou telle façon33. Ils leur donnent, notamment, plus ou moins de chances d’éprouver dans leurs pratiques certaines tensions grammaticales (incertitudes, hésitations pratiques, dilemmes moraux) ou encore, plus ou moins de chances de ne pas craindre de produire des « expressions libératrices » et de ne pas être sanctionné pour cela. L’analyse ne peut donc pas reposer uniquement sur la socialisation professionnelle antérieure des individus : elle doit aussi prendre en compte la façon dont les dispositifs qu’ils rencontrent et au sein desquels ils travaillent, leur fournissent des appuis pour juger et agir de telle ou telle manière, en faisant preuve, dans ces jugements et ces actions, de plus ou moins d’autonomie – et ce d’une façon et avec une latitude qui peuvent s’avérer contradictoires avec ce qu’ils ont appris à faire antérieurement. Ainsi, par exemple, le dispositif de l’AFP étudié au chapitre 1 limite-t-il considérablement les chances des journalistes de faire prévaloir certaines règles de la grammaire naturelle sur des règles de la grammaire publique, même si, précisément, le cas analysé montre qu’il ne s’agit là que de chances, et non pas d’un mécanisme imparable. De même, comme le montre Philippe Riutort (chapitre 4), le dispositif de la correspondance régionale du Monde fournit à son titulaire plus de chances qu’à nombre de ses confrères du même journal, de faire prévaloir dans son activité la règle de conservation de l’initiative, même si tous les correspondants régionaux du journal n’en profitent pas nécessairement pour honorer au même degré une telle règle34.

21On notera encore, dans cette perspective, que les changements intervenant dans les dispositifs de travail méritent tout particulièrement de retenir l’attention, s’il s’agit de lier autonomie et processus critiques. Les modifications, a fortiori les restrictions, qu’une nouvelle organisation du travail apporte à l’incertitude pratique dont jouissaient précédemment les individus, sont en effet susceptibles de provoquer chez ces derniers des malaises et l’amorce de processus critiques. L’analyse vaut donc d’être dynamique : les ressorts de la critique sur le lieu de travail ne sont jamais mieux saisis que lorsqu’est envisagée la façon dont sont affectées par des changements organisationnels et matériels non pas d’abord les croyances des individus mais leurs pratiques. Concrètement, il s’agit d’observer comment d’anciens appuis du jugement et de l’action sont retirés des pratiques productives, ou rendus moins disponibles aux acteurs, par leurs supérieurs, tandis que de nouveaux sont introduits par ces derniers. Si, en effet, l’ordre sur le lieu de travail est bel et bien constamment « négocié », ainsi que le suggère Anselm Strauss, les capacités à introduire ou à retirer des appuis matériels qui puissent servir de support à l’action et au jugement (et donc aussi aux négociations pratiques) ne sont pas également distribuées entre les subordonnés et leurs supérieurs.

Notes

1 Notamment, aux termes de la loi de 1935, une « clause de conscience » que le journaliste peut faire jouer pour démissionner, en obtenant généralement de fortes indemnités de départ, en cas de « changement notable dans le caractère ou l’orientation du journal ».

2 Comme l’écrivait Edgar Morin (1961, p. 47): « Au sein de l’industrie culturelle se multiplie l’auteur non seulement honteux de son ouvre mais niant que son ouvre soit son ouvre  »

3 Le terme désigne l’économie préétablie de temps et de moyens qui détermine, dans une entreprise de presse, la production des nouvelles (Lemieux, 2000).

4 Ce terme renvoie à la longueur d’un article ou à la durée d’un reportage mais également à son angle, son rythme, son ton, ses schémas narratifs, sa mise en scène, le mode de distribution des tours de parole qui y prévaut ou encore la distance aux protagonistes qui y est instaurée (Lemieux, 2000). C’est à travers le respect de formats de diffusion qu’ils n’ont généralement pas conçus eux-mêmes – ce travail de définition revenant le plus souvent aux supérieurs hiérarchiques aidés de professionnels du marketing – que s’exercent pour les journalistes « base » les contraintes commerciales de leur activité (ibid.).

5 Voir sur ce point, dans le contexte américain, l’étude pionnière de Warren Breed (1955), ainsi que celle de Lee Sigelman (1973).

6 Même les pigistes et les journalistes free-lance, dont il sera question au chapitre 6, doivent, pour vendre leur production aux entreprises de presse, accepter un minimum de « dépossession ». En particulier, il leur faut renoncer à définir les formats de diffusion et admettre que d’autres professionnels vont retravailler, parfois considérablement, leurs produits (Pilmis, 2007).

7 Ce dont témoignent par exemple le développement du marketing rédactionnel et, plus globalement, le pouvoir décisionnel désormais accordé aux acteurs extérieurs à la profession (gestionnaires et managers non issus du journalisme, professionnels du marketing, graphistes). Voir sur ce point, Benson (2000) ; Hubé (2008, p. 301-335).

8 Voir par exemple Fiala et Habert (1989) ; Lagane (1997).

9 Voir à ce sujet les résultats convergents auxquels est parvenue la sociologie française des organisations. En particulier, Dupuy et Thoenig (1985).

10 On se réfère ici au modèle de la pratique journalistique développé dans Lemieux (2000), qui repose sur l’identification de trois ensembles de règles (ou grammaires) auxquels les journalistes et leurs interlocuteurs tendent à s’obliger mutuellement selon les situations dans lesquelles ils s’engagent. 1) La grammaire publique, correspondant aux situations les plus publiques, a pour règle maîtresse la distanciation. Elle se spécifie dans des règles comme la distanciation énonciative, la conservation de l’initiative, le recoupement de l’information, la polyphonie (i.e. le respect du pluralisme) ou encore, la séparation des faits et des commentaires. 2) La grammaire naturelle, qui correspond aux situations les moins publiques, a pour règle maîtresse l’engagement spontané et la restitution. Elle se spécifie dans des règles comme la personnalité (traiter son interlocuteur comme une personne irréductible au rôle qu’elle occupe), l’intimité (le traiter de manière privilégiée) et la restitution (lui rendre quelque chose en échange de ce qu’il a donné). 3) Enfin, la grammaire du réalisme correspond aux situations où les individus s’efforcent, avant tout, de se montrer « réalistes » quant aux limites de leur action (manque de temps, insuffisance de moyens, risques de représailles, etc.). Elle se spécifie en des règles de réalisme économique (respect des formats de production et de diffusion, non-dépassement par la concurrence) aussi bien que de réalisme politique (anticipation des ruptures de coopération, interprétation stratégique du comportement d’autrui).

11 Ce qui explique, comme le montre Éric Lagneau (chapitre 1), que même dans un univers aux pratiques aussi standardisées que l’est une agence de presse, les journalistes ont régulièrement à prendre des risques, qui peuvent les conduire, au final, à commettre des fautes professionnelles.

12 C’est un aspect sur lequel insiste Marie-Laure Sourp-Taillardas (chapitre 3), lorsqu’elle décrit ce qui rend impossible, absolument parlant, la substitution au rubricard de Libération qu’elle étudie, de l’un de ses confrères.

13 Les exemples de pratiques prudentielles que donne Florent Champy concernent notamment les professions de médecin, d’avocat, de juge et d’architecte.

14 Motoko Tsurumaki (chapitre 2) met parfaitement en lumière cette dimension de savoir pratique propre au journalisme, lorsque, sous la notion d’« expertise contextualiste », elle décrit un ensemble de compétences fondées, chez les faits-diversiers qu’elle étudie, sur une connaissance approfondie des territoires où se déroulent les faits-divers, et sur une accumulation sur de longues durées de nombreux cas traités.

15 Ainsi, par exemple, comme le montre bien Marie-Laure SourpTaillardas (chapitre 3), les tendances du journaliste qu’elle étudie, à agir dans la grammaire naturelle avec ses sources sont impossibles à maîtriser entièrement par lui de manière réaliste.

16 Se fait jour ici la différence entre le journalisme et les autres métiers industriels : non que l’accès à la grammaire naturelle et à la grammaire publique soit impossible aux travailleurs de l’industrie sur le lieu même de leur travail, mais cet accès, à la différence de ce qui s’observe dans le journalisme, ne fait pas figure alors de contrainte pratico-logique de l’activité. Cette remarque fait apparaître, cependant, que même les métiers les plus « dépossédés » industriellement tendent toujours à faire place à un minimum d’autonomie, c’est-à-dire à un minimum de tension grammaticale. Pareille perspective pourrait conduire à redéfinir l’aliénation au travail comme l’« impossibilité pour les individus de s’extraire actuellement de formes de vie contraintes » et donc d’accéder, actuellement, à l’expérience d’une autonomie (Lemieux, 2009, p. 146).

17 Contrairement à ce que suggère l’approche de Le Bohec (2000). Voir aussi, sur ce type de réductionnisme, Paradeise (1985).

18 Ce « nécessairement » est à entendre comme une contrainte définitionnelle : si l’on s’accorde à appeler journalisme l’activité consistant à recueillir des informations au sujet d’événements récents, à les mettre en forme et, éventuellement, à les commenter, et à rendre le tout accessible à un public, alors tout journalisme, quelle que soit sa forme concrète, est générateur du type de contradictions pratiques qui est invoqué ici. S’il ne l’est pas, c’est qu’il s’éloigne de cette définition. Cette perspective, à n’en pas douter, renoue avec une approche « substantialiste » de l’activité professionnelle, c’est-à-dire qu’elle prend au sérieux le contenu même de cette activité (en arguant que ce qui nous permet de reconnaître dans une activité, une activité professionnelle d’un certain type, est précisément son contenu et non pas seulement une rhétorique ou un label). Mais ce substantialisme ne doit pas être assimilé, pour autant, à un essentialisme : on peut juger que les activités professionnelles ont des contenus qui les rendent descriptibles comme activités d’un certain type, sans pour autant prétendre qu’elles ont une « essence » intemporelle (Champy, 2009).

19 Comme le montre Olivier Pilmis (chapitre 6), la nécessité pour la communauté journalistique de maintenir, dans ses pratiques, un accès aux grammaires publique et naturelle est le principal motif autour duquel s’élabore le travail mené par certains pigistes pour anoblir leur condition et la présenter comme la meilleure sauvegarde de l’« esprit » de la profession.

20 Ce reproche peut être adressé aux travaux, par ailleurs fort éclairants, de Gaye Tuchman (1978) ou de John Soloski (1989). Pour ces auteurs, c’est la logique professionnelle des journalistes qui leur permet de conquérir des marges de manouvre face aux politiques de contrôle organisationnel mises en place par leur hiérarchie-Tuchman évoquant à ce propos le caractère nécessairement « fléxible » des entreprises de presse, soit l’impossibilité de les régir intégralement par un contrôle hiérarchique strict. La position ici défendue converge avec ce diagnostic, à cette différence près qu’elle insiste sur les fondements pratiques de la revendication journalistique à l’autonomie, là où l’approche de ces auteurs tend à situer l’origine d’une telle revendication uniquement dans des croyances partagées-autrement dit, dans une culture.

21 En l’occurrence, le type d’expertise journalistique que Motoko Tsurumaki appelle « naturaliste », en même temps qu’il standardise les pratiques et réduit considérablement, de ce point de vue, les marges
de manouvre des journalistes, leur offre des capacités de distanciation critique nouvelles vis-à-vis des pouvoirs locaux. Cette dernière dimension permet aux intéressés de surmonter leurs réticences de départ face à la réforme de leurs pratiques imposée par la hiérarchie.

22 On parle ici d’une pluralité « virtuellement produite », dans la mesure où l’introduction de règles d’engagement (grammaire naturelle) ou de distanciation (grammaire publique) dans les pratiques productives reste commandée, du point de vue de ses initiateurs, par une perspective exclusivement réaliste. L’autonomie acquise par les travailleurs est donc en grande partie virtuelle, puisqu’elle se présente comme une délégation de responsabilité qui n’est pas accompagnée d’une délégation de pouvoir (en l’occurrence, d’une capacité à relativiser certaines règles de réalisme). De ce fait, cette « autonomie » est moins productrice d’une incertitude pratique (sur le modèle des activités prudentielles) que d’une forme de vie contrainte.

23 Il est vrai que même dans les métiers les plus industriels, l’incertitude pratique n’est jamais totalement supprimable (Dodier, 1995). De ce point de vue, c’est beaucoup plus une question de degré d’autonomie au travail qui oppose métiers les plus industriels et activités les plus prudentielles. Plus exactement, c’est la question de savoir si l’incertitude pratique est comprise dans la définition de l’activité. C’est la question de savoir, en d’autres termes, si l’incertitude pratique est une dimension légitime de l’activité.

24 D’autres formes pathologiques seraient celles qui réduiraient au minimum l’accès des journalistes à une autre grammaire que la grammaire naturelle ou que la grammaire publique. Ces cas, intéressants à imaginer pour réfléchir a contrario sur le pluralisme grammatical à l’œuvre dans l’activité journalistique (Lemieux, 2000, p. 182), semblent assez théoriques, du fait de l’importance prise dans le journalisme moderne par la dimension industrielle-laquelle implique un ancrage fort des pratiques dans la grammaire du réalisme.

25 On peut penser ici à certains journaux de collectivités territoriales ou d’entreprise qui respectent si peu la grammaire publique que la plupart des contemporains (et les concepteurs mêmes des journaux en question) sont incapables d’y voir un travail « journalistique » authentique, qualifiant plutôt cette production de travail de « communication ».

26 Voir l’introduction générale.

27 On entend par là le fait qu’un individu qui aperçoit, dans son environnement, une raison de s’auto-contraindre qui lui permet de réaliser la limite de son action, passe outre néanmoins et ne s’auto-contraint pas (Lemieux, 2009, p. 147-149).

28 On peut renvoyer par exemple aux attitudes adoptées par certains agents, des caisses d’allocations familiales face à certains usagers en détresse (Dubois, 1999).

29 Ce type de renversement doit constituer, pour le chercheur, une invitation à ne jamais réifier la réalité sociale. Car si, comme on l’a dit plus haut, les capacités d’un individu seul à s’opposer aux réformes de sa pratique qu’impose sa hiérarchie sont des plus limitées dans un univers industriel comme l’entreprise de presse, il n’en va pas de même des capacités collectives des individus, au travail dans ces mêmes univers.

30 Voir par exemple la façon dont l’introduction de bureaux paysagés au Monde y a rendu les pratiques plus « réalistes » (Lemieux, 2000, p. 156).

31 31. Voir, dans cet ouvrage, les remarques de Motoko Tsurumaki (chapitre 2) sur les effets qu’ont l’isolement physique des faits-diversiers dans certaines rédaction et, au contraire, leur « mélange » avec les autres types de journalistes, dans d'autres.

32 Voir notamment Ruellan et Thierry (1998).

33 Voir, dans cette perspective, la comparaison opérée par Franck Esser (1998) sur le fonctionnement de quotidiens régionaux allemands et anglais, en rapport avec la façon dont sont matériellement organisées leurs rédactions respectives. Sur les chances d’agir que fournissent, en télévision, certains dispositifs matériels et organisationnels, voir Lemieux (2000, p. 247-279).

34 C’est précisément sur ce dernier point, comme le souligne Philippe Riutort (chapitre 4), que la trajectoire biographique de l’individu joue un rôle explicatif.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par