Version classiqueVersion mobile

Retours d'exil

 | 
Laurent Lardeux

Deuxième partie. Le temps de l'exil

Cartographie de l’exil

Des camps et des villes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si une très large majorité des réfugiés dans le monde sont recensés dans des camps, plus encore en Afrique où ils représenteraient près de 60 % des situations d’exil (UNHCR, 2011), la plupart des Congolais de RDC installés au Congo-Brazzaville et en République centrafricaine échappent à la règle, en raison notamment des nombreuses difficultés logistiques et techniques rencontrées par le HCR pour établir ce type de campement dans une zone inondable et inaccessible en saison des pluies. Au plus fort de la guerre, les personnes forcées de quitter la région de l’Équateur, dans le nord-ouest de la RDC, ont eu comme première contrainte de s’installer, au moins provisoirement, dans un nouveau lieu. Certains se sont dispersés dans les principales villes de la région de la Likouala et de Mossaka au Congo-Brazzaville (Impfondo, Loukolela, Bétou), d’autres, en plus grand nombre, se sont répartis dans une soixantaine de sites, le long du fleuve Congo ou de la rivière Oubangui, en se réfugiant c...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search