Version classiqueVersion mobile

Retours d'exil

 | 
Laurent Lardeux

Deuxième partie. Le temps de l'exil

Préambule

L’ethnographe et le réfugié

Monnaie d’échange et fausse monnaie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Adonis me reçoit dans sa maison. Des photos de ses proches parsèment les murs. Un calendrier poussiéreux de l’année 1997 surplombe encore l’entrée. Le passé est cloué au mur, le présent figé dans la pièce. « Certains sont morts pendant la guerre, d’autres ont disparu, quelques-uns se sont réfugiés vers d’autres lieux… le temps s’est arrêté depuis la guerre. » Je reconnais sur l’une des photos Patrice, un réfugié congolais rencontré à Yaoundé quelques semaines plus tôt. « Patrice est un très bon ami à moi. Nous nous sommes connus à Kinshasa, quand nous étions tous deux militants actifs à l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), le parti de Tshisekedi. Quand la guerre a commencé en 1997, nous avons dû fuir ensemble à Bangui. Puis, quelques mois plus tard, il a préféré poursuivre sa route jusqu’à Yaoundé. Je suis resté ici. Voilà. » D’abord quelques mots. Seulement deux ou trois phrases pour retracer un exil de plusieurs années. Quelques documents qu’Adonis me tend ensui...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search