Version classiqueVersion mobile

Retours d'exil

 | 
Laurent Lardeux

Première partie. Le rapatriement (in)volontaire. Incitation, régulation et détournement

Pratiques contemporaines du rapatriement

Le cas congolais

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De manière générale, le rôle du HCR dans le domaine du rapatriement devait initialement se limiter à celui de simple « facilitateur » des retours. Mais au moment où cette question est devenue essentielle dans l’ordre des priorités de l’organisation, l’approche jusqu’alors adoptée, qui consistait à se borner à un plaidoyer purement passif en faveur de la collaboration, n’était plus adaptée aux attentes des États financeurs. Face à cette situation, le HCR s’est progressivement repositionné comme un acteur central des activités de réintégration des réfugiés dans leur région d’origine, allant jusqu’à se substituer aux gouvernements dans le domaine de la sécurisation et de la réhabilitation des zones de retour. En RDC, les programmes de rapatriement à grande échelle initiés entre 2005 et 2009 à partir du Congo-Brazzaville et de la République centrafricaine font apparaître une interprétation élargie de la Convention de 1951 et de la Convention de l’OUA et une extension du mandat du HCR da...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search