Version classiqueVersion mobile

Les embarras des recruteurs

 | 
Emmanuelle Marchal

Troisème partie. Pour autant que l'on puisse en juger

Prudence et imprudences : délibération et choix expéditifs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La tentation est grande, dans les situations compliquées, de simplifier à l’extrême les ressorts de ses choix, pour éviter de se perdre dans les méandres de l’indécision et des argumentations. Comment les recruteurs s’y prennent-ils pour couper court aux tergiversations auxquelles mène la prise en compte de tous les éléments incommensurables pouvant accréditer la valeur d’un candidat ? Le moyen le plus classiquement évoqué, dans le milieu du recrutement, consiste à suivre son propre feeling. On s’interroge beaucoup sur la pertinence de cette méthode dont il semble difficile de se départir, tout en admettant qu’il est dangereux de s’y fier aveuglément1. Suivant ce point de vue, les recruteurs les plus professionnels auraient une capacité à maîtriser leur feeling, tandis que les amateurs suivraient leurs instincts de façon inconsidérée. Cette attitude relèverait d’un défaut de rationalité en jouant des tours au recruteur qui se laisse séduire par son interlocuteur. La question est par...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search