Version classiqueVersion mobile

Les embarras des recruteurs

 | 
Emmanuelle Marchal

Troisème partie. Pour autant que l'on puisse en juger

À l’épreuve de toutes sortes d’incommensurabilités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En mettant l’accent, comme nous venons de le faire, sur la sollicitation des compétences interprétatives des recruteurs, nous pouvons donner à penser que toute lecture de dossier emprunte les chemins d’une analyse compréhensive. Mais la réception des CV est plus souvent l’occasion de mettre en œuvre un « jugement économique »1, et de traiter les candidats comme des candidatures : la possibilité d’opérer en « tas » – à voir, à éliminer, à garder « au cas où » – rend compte de l’application de règles de classement. Mais les « au cas où » sont aussi là pour marquer l’hésitation quant à la valeur des candidatures. D’autres méthodes permettent d’aller vite, en fixant des seuils d’admissibilité pour départager admis et refusés. C’est le cas lorsque les candidats sont soumis à des tests d’aptitudes ou de connaissances, à des examens de passage, ou que l’on vérifie s’ils possèdent bien un permis de conduire ou tel niveau d’anglais. Dans tous ces cas, ce sont des jugements sans appel, formul...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search