Version classiqueVersion mobile

Les embarras des recruteurs

 | 
Emmanuelle Marchal

Deuxième partie. Les aléas des correspondances à distance

La diversité des langages et des marchés du travail

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nécessité de se coordonner à distance place au premier plan la question du choix des repères à exhiber à l’autre partie. Nous avons vu que les conseils donnés aux candidats mettent constamment l’accent sur la nécessité d’ajuster la réponse à l’offre, en reprenant les termes de l’annonce. La possibilité d’une mise en correspondance de l’offre et de la demande, a fortiori lorsqu’elles doivent transiter par Internet, repose pour beaucoup sur le vocabulaire employé. C’est à cette question du langage du marché que nous allons nous intéresser. Ni trop idiosyncrasique, c’est-à-dire trop attaché aux entreprises et aux personnes, ni trop général, autrement dit formulé en des termes trop communs dans lesquels tout offreur et tout demandeur seraient susceptibles de se reconnaître, le vocabulaire choisi est primordial : il s’agit de bien régler son ouverture. De ce choix dépend la possibilité d’interpeller les bonnes entités, celles avec lesquelles on aimerait entrer en relation, tout en évi...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search