Version classiqueVersion mobile

Pie XII après Pie XII

 | 
Muriel Guittat-Naudin

Deuxième partie. Le Vicaire et ses prolongements (1963-1969)

Le Vicaire ou le dévoilement du passé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1963, l’image positive de Pie XII, déjà écornée par les scandales ayant suivi son décès, se fracasse donc brutalement sur la pièce de Rolf Hochhuth. Jeune protestant d’une trentaine d’années, Hochhuth est alors un parfait inconnu qui ne fréquente pas les cercles littéraires ouest-allemands. Obligé d’interrompre ses études pour des raisons financières, c’est un autodidacte qui a lu ses premiers ouvrages historiques sur le génocide dans le cadre de son activité professionnelle de lecteur dans une maison d’édition.

Sans appartenir au milieu littéraire allemand, Rolf Hochhuth s’inscrit néanmoins dans la tradition du « théâtre politique » allemand qui prend pour objet d’étude l’histoire collective. En faisant état de révélations, de ce qui est encore dissimulé de l’histoire, des mécanismes sociaux, économiques ou politiques qui la sous-tendent, ce type de pièce est conçu « comme le lieu du dévoilement » du passé1. Erwin Piscator, le metteur en scène, grande figure du théâtre politique ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search