Version classiqueVersion mobile

Pie XII après Pie XII

 | 
Muriel Guittat-Naudin

Première partie. Le silence de Pie XII, la mémoire et l'oubli (1944-1962)

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ceux qui ne fréquentent pas Le bœuf sur le toit où Léo Ferré dénonce les silences de « L’homme en blanc » ont une tout autre image de Pie XII : celle d’un pape qui n’a pas hésité à souiller sa soutane pour aller réconforter les victimes du bombardement de Rome le 19 juillet 1943, celle d’un pape qui a obtenu le statut de ville ouverte pour la Ville éternelle et celle d’un chef d’une Église qui s’est engagée dans la Résistance pour lutter contre l’occupation allemande. Le rôle de l’Église est d’ailleurs célébré en 1945 dans Rome, ville ouverte, le film de Roberto Rossellini. Les images de milliers de Romains en liesse, massés sur la place Saint-Pierre le 4 juin 1944 pour remercier Pie XII de l’aide qu’il leur a apportée pendant l’occupation allemande, révèlent le prestige accru du Vatican : seul repère pour des Italiens déboussolés par la chute de Mussolini, le pape est en effet perçu comme le défenseur de la cité et le bienfaiteur des plus faibles1. Quatre ans plus tard, le 27 juin ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search