Version classiqueVersion mobile

L'échange économico-sexuel

 | 
Christophe Broqua
, 
Catherine Deschamps

Miss Visa

Transactions et noces de papiers pour hommes forcés

Fatiha Majdoubi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un monde où les enjeux de mobilité rendent la question des papiers cruciale en distinguant les sans-papiers des nationaux mais aussi des autres migrants, des mariages s’arrangent entre des femmes qui ont des papiers et des hommes qui en sont dépourvus. Ces derniers, qu’ils soient candidats à la migration, là-bas, ou à la sortie de la clandestinité, ici, participent, forcés, à un phénomène que Georg Simmel aurait sans doute qualifié de « secret notoire1 ». Questionner ces unions articule un double jeu de représentations. A priori, quand dans la même phrase se suivent les mots « mariage » et « forcé », les rôles sont distribués autrement : on fait rarement référence aux hommes forcés tout comme on sort rarement de la sphère familiale pour expliquer cette force2. Le second niveau tient à la mise en lumière du rôle des femmes dans les discours médiatiques, politiques et scientifiques. Elles sont encore trop souvent enfermées dans une posture passive, objets du regroupement familial...

Auteur

Sociologue, est actuellement en interruption volontaire de thèse. Ses recherches proposent d’approfondir le concept d’altérité en analysant et en décrivant des pratiques discrètes mais répandues et des acteurs invisibilisés par la double injonction à être ni coupables ni victimes. Publications récentes : « Miss Visa, une certaine épaisseur affective au cœur des circulations migratoires » (Multitudes, 2012, vol. 2, no  49) ; « Miss Visa et ses articulations intimes entre espaces concrets et arrangements discrets : “Circulez, y a rien à voir !” », SociologieS, 2012, en ligne http://sociologies.revues.org/3868.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search