Version classiqueVersion mobile

L'échange économico-sexuel

 | 
Christophe Broqua
, 
Catherine Deschamps

Transactions sexuelles et imbrication des rapports de pouvoir

Christophe Broqua et Catherine Deschamps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La condition de possibilité du pouvoir, en tout cas le point de vue qui permet de rendre intelligible son exercice, jusqu’en ses effets les plus “périphériques”, et qui permet aussi d’utiliser ses mécanismes comme grille d’intelligibilité du champ social, il ne faut pas la chercher dans l’existence première d’un point central, dans un foyer unique de souveraineté […] ; c’est le socle mouvant des rapports de force qui induisent sans cesse, par leur inégalité, des états de pouvoir, mais toujours locaux et instables. »
Michel Foucault (1976, p.  122)

Naissance et reprise d’un concept

Forgée au cours des années 1980, la notion d’« échange économico-sexuel » constitue l’un des plus beaux fleurons de la pensée féministe. C’est dans un article devenu classique, « Du don au tarif : les relations sexuelles impliquant une compensation », publié en 1987 dans la revue Les Temps modernes, que l’anthropologue italienne Paola Tabet inaugure sa réflexion sur le sujet (Tabet, 1987). Les différents ja...

Auteurs

Socioanthropologue, docteur de l’EHESS, chercheur au Lasco/Sophiapol (université Paris Ouest Nanterre La Défense) et à l’UMI TransVIHMI. Ses recherches ont porté principalement sur les mobilisations collectives liées à l’homosexualité et au sida en France puis en Afrique de l’Ouest francophone (Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal). Il s’intéresse également à présent aux figures de la masculinité et aux évolutions des rapports de genre dans différents pays d’Afrique. Il a notamment publié Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida (Presses de Sciences Po, 2006) et coordonné « La fabrique des identités sexuelles » (Autrepart, 2009, no 49), « La question homosexuelle et transgenre » (Politique africaine, 2012, no 126) et « Masculin pluriel » (Cahiers d’études africaines, 2013, nos 209-210).

Socioanthropologue, docteure de l’EHESS habilitée à diriger des recherches, chercheuse au Lasco/Sophiapol (université Paris Ouest Nanterre La Défense) et enseignante à l’ENS d’architecture de Paris-Val-de-Seine. Ses travaux ont principalement porté sur la sexualité et les risques VIH. Depuis 2001, une enquête sur la prostitution de rue puis une autre sur les circulations spatiales de femmes hétérosexuelles à Paris l’ont conduite à questionner les formes de monétarisation de la sexualité ainsi que les articulations entre genre et espace public. Ces recherches ont fait l’objet de publications : Le sexe et l’argent des trottoirs (Hachette, 2006), Femmes publiques. Les féminismes à l’épreuve de la prostitution (avec Anne Souyris, Éditions Amsterdam, 2009) et « Les recherches sur la sexualité et le sida sous les fourches caudines du néolibéralisme » (L’Homme et la société, 2013, nos 189-190).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search