Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre XIV. Les capitaines de l’ordonnance

Texte intégral

  • 1 « Charge » : B. N., n. a. fr. 8607, f  69 (1456) ; « charge et retenue » : ibid., f  30 (1451) ; «  (...)

1Les cadres institutionnels de l’armée permanente se sont trouvés établis par la réforme de 1445. Mais les cadres ne sont rien sans les hommes qui les soutiennent, les remplissent, leur donnent vie. Ces hommes, de quelles régions viennent-ils, de quels milieux sociaux sont-ils issus, connaissent-ils de véritables carrières, quels avantages, quels inconvénients retirent-ils du service du roi, à quelles tâches sont-ils astreints, où et comment vivent-ils ? Autant de questions auxquelles il s’agit de répondre, tant au niveau des simples combattants qu’à celui des chefs. Cette seconde catégorie sera d’abord évoquée : il a paru profitable ici de centrer l’enquête sur les capitaines auxquels le roi a confié la « charge », la « charge et retenue », la « conduite », ou, selon la formule qui l’emporte à partir de 1470, la « charge et conduite » des compagnies de la grande ordonnance : de fait, c’est à eux qu’appartient le rôle essentiel, durable, dans le commandement et l’articulation de l’armée plus encore qu’aux lieutenants et capitaines généraux qui ont la responsabilité suprême pour les campagnes et qui d’ailleurs, le plus souvent, possèdent en temps ordinaire leur propre compagnie1.

A. RENOUVELLMENT DES CAPITAINES

L’épuration de 1445

2Aussi médiocre qu’il soit, l’état de la documentation permet de relever les noms de la plupart des capitaines de compagnie retenus par le roi à la suite de la réforme de 1445. Ce sont les deux maréchaux de France, Philippe de Culant et André de Laval-Lohéac — ce dernier, capitaine de 60 lances ; 9 capitaines de 100 lances : Charles, duc de Bourbon, Poton de Saintrailles, Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, Joachim Rouaut, Robert de Floques, Arnaud-Amanieu d’Albret, seigneur d’Orval, Pierre Louvain, vicomte de Berzy, Pierre de Brézé, seigneur de la Varenne, et Charles de Culant, frère du maréchal. Jean de Bueil avait la charge de 80 lances, Robert Coningham de 40, Galéas Jambe de 10, Étienne de Lespinasse de 20 ; Tristan l’Hermite, prévôt des maréchaux de France, avait sous ses ordres 21 gens de guerre ; puis avec un nombre indéterminé d’hommes d’armes et d’archers, Robin Pettylow, Regnault du Dresnay, Olivier de Coëtivy, Boniface de Valpergue, Martin Garcie, Geoffroy de Couvran, Guillaume de Rosnyvinen et Olivier de Broons. En tout 24 capitaines dont les commandements étaient étonnamment inégaux, bien que 9 d’entre eux au moins aient compté le chiffre maximum et réglementaire de 100 lances fournies. A cette liste, on peut encore ajouter les noms des deux capitaines des hommes d’armes et archers de la garde du corps du roi, les Ecossais Nicole et Cristye Chamber (annexe IV A).

  • 2 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 31.
  • 3 Liste des capitaines au service du roi en 1444, fournie par B. N., fr. 32511, f  90 sq. et par les (...)

3Ce choix éliminait, par dizaines, des chefs de guerre, qui, jusqu’au bout, avaient combattu dans les rangs des armées royales : l’année précédente encore, ils étaient conduits par le dauphin Louis contre les Suisses ; quelques semaines plus tôt, ils se trouvaient au siège de Metz avec Charles VII. Un des cas d’exclusion est bien connu : c’est celui d’Antoine de Chabannes, qui, de désespoir, se présenta au roi vêtu d’une robe noire et d’un chaperon de deuil, lui déclarant que c’était lui ôter la vie que lui ôter ses gens d’armes2. Mais il y en eut combien d’autres ! Pierre Michel, Geoffroy de Saint-Belin, Christophe de Coëtivy, Amaury d’Estissac, Jean et François d’Apchier, Jean de Blanchefort, des Écossais comme le seigneur d’Azay, des Bretons comme Thugdual le Bourgeois et Mathelin Lescouet, des Gascons comme Dimanche de Court, Gaston Lérigot, le grand et le petit Estrac, des Castillans comme Jean de Salazar, Conques ou Gonzalès, des aventuriers au surnom pittoresque ou inquiétant, Guillaume Chenart dit « le Roussin », Guillaume de la Salle dit « Marmier », des hommes de naissance illégitime comme les bâtards de Beauvoir et de Limeuil ou le bourc de Marsac, autant de noms qui disparaissent alors de la liste des capitaines3.

  • 4 Escouchy, Chronique, t. III, p. 9. Cf. supra, p. 271.

4Elimination brutale, rapide, décisive mais — les documents le montrent — nullement improvisée. La réforme de 1445 avait été précédée, un an plus tôt environ, par un premier projet où se trouvaient énumérés les chefs de compagnie prévus à cette date (annexe IV A) : il est curieux de constater que, sur 18 noms cités, près des deux tiers furent éliminés lors du choix définitif. Sur 18 des chefs retenus lors de la tentative de réorganisation de 1440, 2 seulement, Floquet et Saintrailles, ont encore des charges de gens de guerre après 14454.

  • 5 Artières, Hist. Millau, première partie, p. 101—102.

5Cette impitoyable sélection s’est donc opérée en fonction de certains critères : est-il possible de les découvrir ? A coup sûr, on écarta les éléments les plus indociles, comme Jean, bâtard d’Armagnac et Jean de Salazar qui, en dépit des ordres réitérés du roi, refusaient de repasser la Loire et de gagner la « frontière des Anglais », préférant dévaster de concert le plat pays de Languedoc5. Pour des motifs semblables, beaucoup d’Écorcheurs furent rejetés. Mais le caractère social du tri est peut-être encore plus marqué : dans la liste de 1445, aucun bâtard, un seul roturier. Furent retenus, au contraire, des hommes de naissance légitime, appartenant à la moyenne noblesse, dont les ancêtres apparaissent souvent, dès le début de la guerre de Cent ans, à la tête de petites compagnies d’hommes d’armes, avec les titres de chevalier bachelier ou de banneret, comme Joachim Rouaut, Robert de Floques et Jean de Bueil, ou même se rattachant à la très haute noblesse tels le sire de Torcy, le maréchal de Lohéac ou le sire d’Orval. Si un certain nombre d’Écorcheurs purent échapper à l’ostracisme, comme Valpergue, Floquet ou Louvain, assez nombreux en revanche, sont les nouveaux capitaines auxquels ne fut jamais associé ce qualificatif, tels les deux maréchaux de France, Pierre de Brézé, Jean de Bueil ou le sire de Torcy. Le choix s’est porté sur des hommes dont les carrières et les âges étaient variés, mais qui, dans l’ensemble, s’étaient signalés depuis une dizaine d’années au moins à la tête d’une compagnie de gens d’armes et de trait.

  • 6 Escouchy, Chronique, t. I, p. 54.
  • 7 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 158 ; Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. CXXXIII sq. ; B. N., fr. 6988, (...)
  • 8 B. N., fr. 6988, f  157—159.

6Par ailleurs, chaque catégorie d’étrangers qui avaient partagé la fortune du roi — les Écossais, les Espagnols, les Italiens — eut droit à sa ou ses compagnies. Un mobile s’est encore ajouté à ceux qu’on vient d’énumérer : le tri de 1445 fut le résultat de tractations d’ordre politique, d’accords intervenus avec le petit nombre de très grands seigneurs formant l’entourage du roi, dont l’approbation et le concours étaient indispensables à la réussite de la réforme. Mathieu d’Escouchy met ce fait en pleine lumière : évoquant les conseils où elle se discuta, à Nancy, il signale autour de Charles VII, la présence du dauphin, du roi René, du duc de Calabre, de Charles d’Anjou, du connétable de France Arthur de Richemont, du comte de Clermont, futur duc de Bourbonnais et d’Auvergne, de Gaston IV, comte de Foix, de Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, du comte de Tancarville, de Dunois, d’autres conseillers enfin « tant ecclesiastiques comme seculliers ». Et il ajoute : « Pour le mieulx, furent chargiez aucuns d’iceulx seigneurs de par le roy de parler secrettement a aucuns des principaulx qui avoient les gens de guerre a conduire, et dont la plus grant partie estoient ausdis seigneurs »6. Ces « seigneurs », bien que parfois placés par le roi à la tête des grandes expéditions militaires, ne retinrent aucune charge pour eux : la responsabilité de quelques centaines de combattants leur paraissait sans doute, à l’époque, une besogne trop obscure et trop mince pour leur rang ; de plus nul ne savait ce qu’allait donner la nouvelle institution ; pour qu’elle réussît, il fallait que les capitaines acceptent d’aller eux-mêmes conduire leurs hommes dans les provinces du royaume où on prévoyait de les loger, de vivre au milieu d’eux, de les surveiller, donc de s’éloigner de la cour du roi : autant de raisons pour les Grands de ne point prétendre à ce rôle subalterne. Ils comptaient seulement comme par le passé, obtenir, en cas de reprise des hostilités, le gouvernement de plusieurs de ces compagnies, dont les capitaines, leurs protégés, serviraient sous eux. On devine par exemple que le dauphin imposa Joachim Rouaut, qui appartenait à sa maison, et Jean de Bueil, qui prenait part alors à ses intrigues ; Pierre Louvain fut sans doute soutenu par son « patron », Gaston de Foix. Le clan angevin mit en avant Pierre de Brézé ; le connétable fit accepter ses Bretons, Coëtivy, Couvran, Broons, Rosnyvinen, ainsi que l’un de ses pensionnés, Tristan l’Hermite, dont il avait depuis longtemps favorisé la carrière7. Toutefois, en leur accordant ces places, Charles VII tint à souligner que les capitaines auxquels elles seraient attribuées reconnaîtraient en avoir la charge et conduite « sous le roy et de part le roy », et qu’ils ne se réputeraient « a autre qu’au roy ». Il leur fit prêter serment de le servir « bien et loyallement, envers tous et contre tous, sans nul excepter, soit leur seigneur naturel ou autre quelconque », de se tenir prêts, avec leur compagnie, à « aller et faire tout ce qu’il playra au roy leur ordonner et commander », enfin de ne se mettre au service « de quelque prince, seigneur ou autre, quel qu’il soit, pour quelque chose que puisse survenir, sans le congé et bon plaisir du roy » : « ordonnés et mis sus pour la garde et defense du royaume », ils devaient se tenir constamment au service de la chose publique8.

  • 9 Escouchy, Chronique, t. III, p. 18—19.

7Tel fut l’aboutissement d’efforts entrepris par la monarchie depuis plusieurs années. Entre 1440 et 1442, lors de la Praguerie, aux princes du sang, Charles de Bourbon, René d’Anjou, Jean d’Alençon, qui lui demandaient de choisir « capitaines convenables et suffisans, tant de ceulx du roy comme de mesdiz seigneurs », pour soutenir le fait de sa guerre, proposant ainsi un partage à l’amiable qui sauvegardait leurs intérêts et leur autonomie, Charles VII avait répondu, avec la plus grande fermeté, que « toute la guerre du royaume appartient au roy et a ses officiers, et non a autre, et n’est nul si grant audit royaume qui puisse ou doive mouvoir guerre ne tenir gens d’armes en icelluy sans l’auctorité, commission et mandement du roy » et que « nul n’a droit de faire guerre ne prendre prisonnier audit royaume sans l’auctorité et congié du roy »9. Mais il n’avait pu imposer ses vues.

  • 10 B. N., fr. 6988, f  157—159. De même Louis XI en 1465 ou 1466 : « Les gens d’armes sont au Roy et n (...)

8En 1445 au contraire, la monarchie sortait victorieuse de ce conflit. On comprend que cette date ait marqué, dans l’esprit même des contemporains, un tournant décisif ; 35 ans plus tard, Louis XI en faisait le point de départ d’une ère nouvelle. Désormais, soulignait-il, les compagnies levées par le roi, retenues par lui, ont été à son service exclusif. De cette totale dépendance, il donnait plusieurs exemples : lorsque le duc Charles d’Orléans se rendit dans le comté d’Asti pour revendiquer le Milanais, il demanda à Charles VII de lui prêter des troupes ; il lui fut accordé 220 lances sous Regnault du Dresnay, Geoffroy de Couvran et Olivier de Broons, « qui tous estoient par dela au nom du roy, et comme ses gens et serviteurs et non point ceux d’Orleans ». Lors de la guerre entre la ville de Metz et René d’Anjou, ce dernier demanda au roi de lui prêter Joachim Rouaut et ses gens, qui étaient alors logés à l’abbaye de Gorze, en Lorraine, mais, Charles VII n’y consentant pas, ils « n’y allèrent point ». Enfin, au cours du conflit qui opposa, pour le pays de Bresse, les ducs de Bourbon et de Savoie, des gens de guerre de l’ordonnance du roi, originaires des seigneuries et sans doute aussi vassaux de Charles de Bourbon, allèrent le servir : ils furent, à leur retour, chassés de l’armée royale, leurs biens mis dans la main du roi ; pour les récupérer et rentrer en grâce, ils durent demander des lettres d’abolition10.

  • 11 Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 298.
  • 12 Escouchy, Chronique, t. I, p. 52.
  • 13 Chastellain, Chron., t. II, p. 179.
  • 14 Cosneau, Richemont, app. LXXXIII, p. 609—610.
  • 15 B. N., fr. 32511, f  100r , 101v  et 102v . Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 435—437.
  • 16 B. N., fr. 32511, f  96r  et 102r . En 1464, il est chargé de passer la montre des gens de guerre e (...)
  • 17 B. N., fr. 32511, f  100v  et 167r  ; p. o. 783, dossier Clermont, n  18 et 2483, dossier Rieux, n  (...)

9Une fois obtenu l’accord de ceux que Guillaume Tringant, le commentateur du Jouvencel, appelle les « grans princes, lieutenans en plusieurs pays »11, une fois choisie cette élite de capitaines, sans doute peu nombreuse, mais capable et respectée, il fut apparemment plus aisé de licencier le surplus des chefs de guerre et d’éviter ce que certains des conseillers de Charles VII avaient redouté par-dessus tout : la formation, comme sous Jean le Bon et Charles V, de compagnies franches12. En tout cas, on ne relève dans les documents du temps pratiquement aucune trace de ce phénomène. Les témoignages contemporains insistent au contraire sur la rapidité quasi miraculeuse du retour à l’ordre13. Certains des capitaines exclus — tel le bâtard de Limeuil14 — furent chargés de ramener chez eux, dans leurs « hostels », les gens de guerre licenciés. A d’autres, comme Jean Béchade, Jean de Blanchefort, Dimanche de Court ou Guillaume de la Salle, on accorda, outre les classiques lettres de rémission qui les mettaient, en principe, à l’abri de toute poursuite judiciaire en raison de leurs crimes passés, des dons et des pensions qui récompensaient leurs peines ou dédommageaient les dépenses qu’ils avaient pu faire au service du roi15. Enfin, dans la mesure où les compagnies nouvellement créées comptaient, en général, des effectifs plus importants que les formations dissoutes, on put intégrer à l’ordonnance du roi d’anciens capitaines et sans doute aussi une partie de leurs hommes, soit comme simples combattants — tel Guillaume Chenart, qu’on retrouve homme d’armes sous le sire de Torcy16 — soit, plus souvent, comme lieutenants du capitaine ou chefs d’un petit détachement ; Estevenot de Tallauresse, Jacques de Clermont, Jean d’Apchier, Louis Sorbier, Blain Loup, sire de Beauvoir, Pierre Michel secondèrent désormais le sire d’Orval, Pierre de Brézé, le maréchal de Culant, Joachim Rouaut et Robert de Floques17.

L’avènement de Louis XI

  • 18 Charles de Culant : Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 449—453. Nomination par Charles VII de Poton (...)
  • 19 B. N., p. o. 78, dossier Apchier, n  63 et 2787, dossier Thalauresse, n  3. Après la mort de Jacque (...)
  • 20 En 1455, contre le comte d’Armagnac ; en 1456, occupation du Dauphiné ; en 1457, expédition contre (...)
  • 21 B. N., fr. 23271, f  527—535.

10Durant les dix dernières années du règne de Charles VII, les changements dans le commandement des compagnies d’ordonnance furent assez peu nombreux. Il y eut le lot habituel et inévitable des décès et des disgrâces — celle des Culant, en 1451 et 1453, celle de Robert Coningham en 145518 ; des places se trouvèrent ainsi disponibles, dont profitèrent soit des lieutenants de compagnie, comme Jean d’Apchier ou Estevenot de Tallauresse, soit des personnages écartés de la première fournée, comme Antoine de Chabannes et Geoffroy de Saint-Belin19. Mais ce renouvellement, de médiocre ampleur, n’eut aucun caractère systématique. Les chefs sortis victorieux de la dernière phase de la guerre de Cent ans purent jouir en paix des charges et offices que leur offrit la monarchie. Les quelques expéditions auxquelles ils durent participer ne furent que des promenades militaires, sans danger sinon sans fatigue20. A la mort de Charles VII, le 22 juillet 1461, 57 % des capitaines de la grande ordonnance exerçaient leur commandement depuis une quinzaine d’années, 17 % depuis une dizaine d’années21.

  • 22 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 69.
  • 23 Dépêches des ambassadeurs milanais en France, t. I, p. 101, lettre XXII. Cf. aussi Basin, Hist. Lou (...)
  • 24 B. N., fr. 20489, f  51.

11Louis XI, « comme il se trouva grant et roy couronné, d’entrée ne pensa qu’aux vengeances »22. Depuis longtemps, il nourrissait une haine violente et ouverte à l’égard de son père, de son entourage, de ses favoris. Son avènement entraîna aussitôt une épuration massive qui n’affecta pas seulement les possesseurs des grands offices de la couronne, les cadres de l’administration provinciale, mais aussi le commandement de l’armée permanente. C’est à ce dernier aspect que furent le plus sensibles les contemporains perspicaces, comme les envoyés du duc de Milan23. Et de fait, il y allait de la sûreté du royaume et du roi. Aussi Louis XI, révélant un des traits les plus frappants de son caractère, usa-t-il à la fois de prudence et de brutalité. Avant même d’être sacré, il entendit qu’on reçût les serments des gens d’armes de l’ordonnance, et que les capitaines vinssent lui prêter le leur, en personne. Parmi eux, un choix serait opéré : les uns gagneraient Paris, les autres accompagneraient le roi à Reims. Des commissaires devaient prendre leur place durant leur absence, les amuser des « meilleures paroles », les entretenir « en bonne esperance », jusqu’à ce que Louis XI eût fait son choix24.

  • 25 Ibid., 20495, f  5.
  • 26 Ibid., f  66. Bournazel n’obtint pas sa charge de capitaine, mais fut sénéchal de Toulouse (G. R., (...)
  • 27 B. N., fr. 20487, f  96. Sur le rôle joué à cette occasion par Jean Bourré, cf. Basin, Hist. Louis (...)

12En dépit de ces précautions, un vent de panique souffla aussitôt parmi les nantis, tandis qu’une foule de quémandeurs allaient remettre aux conseillers du nouveau souverain leurs requêtes et leurs placets25. On demandait plusieurs faveurs à la fois, ainsi Hugues Mancip, seigneur de Bournazel, qui souhaitait non seulement qu’on le confirmât dans sa capitainerie d’Allevard mais qu’on lui accordât celle de Buzet, la sénéchaussée de Toulouse et une compagnie de 100 lances26. Une note conservée dans les papiers d’un des conseillers de Louis XI, Jean Bourré, permet d’entrevoir la façon dont on procéda. Elle concerne Jean et Gaspard Bureau et porte d’abord, en quelques lignes d’une écriture soignée, l’énumération des offices tenus par les deux frères sous Charles VII. Gaspard Bureau par exemple avait la maîtrise de l’artillerie, la capitainerie du Louvre par achat, et celle du pont de Poissy, sans gages. La même note porte ensuite le résultat, consigné d’une main hâtive, du conseil réuni à Ta vaux, le 7 août 1461 : Gaspard a prêté, en tant que maître de l’artillerie, le serment au roi qui, pareillement, a confirmé dans ses charges, Giraud de Samain, l’un des grands techniciens de cette arme, et retenu sans changement la totalité des canonniers27.

  • 28 Dunois conserva son commandement mais fut envoyé, en semi-exil, défendre le comté d’Asti (ibid., p. (...)
  • 29 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 158.
  • 30 L’expression est de Chastellain. Particulièrement forte était la « merveilleuse haine » que le nouv (...)
  • 31 Sur Jean d’Armagnac, cf. Jaurgain, Deux comtes de Comminges béarnais ; sur Jean de Montauban, Pilot (...)
  • 32 B. N., fr. 23271, f  527—535 et 20692, f  188v -193r .
  • 33 Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 103, et B. N., fr. 32511, f  221r .

13Gaspard Bureau ne fut pas le seul des chefs de guerre à être maintenu en place : Dunois28, Robert de Floques, Guillaume Chenu, Estevenot de Tallauresse, Geoffroy de Saint-Belin, Tristan l’Hermite, immuable prévôt des maréchaux, le comte du Maine, Joachim Rouaut, enfin, ancien écuyer d’écurie de Louis XI quand ce dernier n’était encore que dauphin29, furent conservés par le nouveau roi. Mais à eux tous, ils ne représentent qu’une assez petite minorité. 25 capitaines, soit 75 % des chefs, furent destitués ; parmi eux, se trouvaient non seulement ses deux « mortels ennemys »30, Pierre de Brézé et Antoine de Chabannes, qu’il rendait, à tort ou à raison, responsables de ses malheurs, mais les deux maréchaux de France, Lohéac et le vieux Saintrailles, l’amiral de France, Jean de Bueil, le maître des arbalétriers, le sire de Torcy, le duc de Bourbonnais et d’Auvergne, qui, un moment, avait caressé l’espoir d’obtenir l’office de connétable, vacant depuis la mort d’Arthur de Richemont, en 1458. Pour les remplacer, Louis XI fit surtout appel à des hommes qu’il connaissait de longue date et sur la fidélité desquels il pouvait à bon droit compter ; je veux dire ce petit groupe de compagnons qui formait son état-major depuis de nombreuses années et qui avait partagé son exil de Genappe : Jean, bâtard d’Armagnac, devint maréchal de France, Jean de Montauban, amiral ; Jean du Fou, Jean d’Estuer, seigneur de la Barde, Gaston du Lion, Louis de Crussol, Jean de Garguesalle, Antoine du Lau se partagèrent le commandement de ses compagnies31. On compléta le nouvel encadrement avec des hommes que Charles VII avait écartés, tels l’Écossais Robert Coningham et l’Espagnol Jean de Salazar32. Enfin, par égard pour Philippe le Bon et le comte de Charolais, Louis XI accorda à un membre de leur entourage, Jean, sire et ber d’Auxy, chevalier de l’ordre de la Toison d’Or, la charge de maître des arbalétriers, honorable sans doute mais dépourvue dès lors d’importance pratique33.

  • 34 Basin, Hist. Louis XI, p. 44.
  • 35 Typique à cet égard le cas du seigneur du Lau : « Icelluy seigneur du Lau estoit ung povre gentilho (...)

14Ainsi, une nouvelle génération d’hommes prit alors le commandement des troupes de l’ordonnance : souvent plus jeune, peut-être moins expérimentée aussi34, n’ayant eu que peu de responsabilités militaires durant les dernières années de la guerre de Cent ans, cette camarilla d’assez petits nobles, d’assez minces personnages, sans indépendance, sans position sociale assurée, qui devaient toute leur fortune et leur puissance à la faveur royale, ne pouvait, dans l’esprit de Louis XI, qu’être tout à fait docile à ses ordres35.

Disgrâces et promotions sous Louis XI

  • 36 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 311.
  • 37 B. N., fr. 20692, f  188v —193r .
  • 38 Ibid., 6971, f  239—243 ; G. R., n  4248 ; B. N., p. o. 2732, dossier Stuer, n  4.
  • 39 Stein, Charles de France, p. 576 et B. N., p. o. 2902, dossier Urfé, n  2 et 3.
  • 40 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 20.
  • 41 Morice, Preuves, t. II, col. 1777 et 1778 et t. III, col. 119—125.

15Peu de temps avant sa mort, Louis XI recommandait à son fils, le dauphin Charles, de ne changer, à son avènement, aucun des titulaires d’offices ou de charges, car en révoquant « tous les bons et notables chevalliers du royaume » qui avaient aidé son père à chasser les Anglais, « il en eut la guerre appelée le Bien Public (...) qui cuyda estre cause de luy oster la couronne »36. De fait, les mutations de 1461 créèrent un noyau de mécontents qui, s’estimant injustement lésés, allèrent offrir leurs services aux princes, trop heureux de grossir de la sorte le nombre de leurs fidèles. Pierre d’Urfé, qui avait exercé un petit commandement à la fin du règne de Charles VII37, Patrick Folcart, l’ancien chef de la garde écossaise, remplacé sous Louis XI par Thomas Stuyer38, rejoignirent le clan du frère du roi, Charles de France39. Les Bretons chassés lors du nouveau règne, Couvran, Rosnyvinen, Broons, Lohéac, auxquels on peut ajouter le Gascon Odet d’Aydie que les hasards de la guerre avaient implanté en Cotentin, se réfugièrent auprès du duc de Bretagne, François II40. Celui-ci s’empressa de les utiliser : dès 1462, il chargeait Broons et Rosnyvinen de faire la montre de ses nobles ; en 1465, quatre des anciens capitaines de Charles VII se trouvaient à la tête des compagnies bretonnes qui envahirent le royaume41.

  • 42 Chron. Mont-Saint-Michel, t. I, p. 75—77. Les ambassadeurs milanais fournissent des renseignements (...)
  • 43 Lohéac prit la place du bâtard d’Armagnac en novembre 1465 (La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis (...)
  • 44 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 76.
  • 45 Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 9, n. 3 et Dict. biographie franç., t. VI, col. 1408—1409.
  • 46 Les nouveaux venus de 1464 (B. N., fr. 6971, f  239—243) sont Poncet de Rivière, lequel, lieutenant (...)

16Pris à la gorge par la plus redoutable des coalitions, Louis XI fut contraint, à l’issue de la guerre du Bien Public, de céder du terrain. En octobre 1465, ses adversaires lui arrachèrent des concessions exorbitantes. En particulier, des compagnies de 100 lances furent promises au duc de Bourbon, au comte d’Armagnac, au duc de Nemours42. Si, par la suite, il parvint à ne pas respecter tous ses engagements, il dut néanmoins réintégrer l’un après l’autre bon nombre des anciens disgraciés : Lohéac, qui redevint maréchal de France, Antoine de Chabannes, Odet d’Aydie, Jean de Bueil, le sire de Torcy, de nouveau maître des arbalétriers, et Geoffroy de Couvran43. En même temps, il confia l’office de connétable à un très grand seigneur qui l’avait combattu à Montlhéry, le comte de Saint-Pol44 et, après la mort de Montauban, en mai 1466, celui d’amiral de France, avec une charge de cent lances, au bâtard Louis, frère d’un de ses anciens adversaires, le duc de Bourbon45. Si de 1461 à 1464, 3 nouveaux capitaines de compagnies apparaissent seulement, durant un laps de temps inférieur, entre 1464 et 1466, on relève 9 nominations46.

  • 47 B. N., fr. 20498, f  106—109. Disparaissent le bâtard d’Armagnac, qui meurt le 9 juin 1473 (Jaurgai (...)
  • 48 23 capitaines en 1466, 33 en 1473.

17Alors se trouve réalisée, entre les ralliés de la veille et les fidèles de longue date, une sorte d’équilibre qui peut expliquer la relative stabilité du haut personnel militaire durant les premières années de la lutte contre le Téméraire : entre 1466 et 1473, en moyenne, chaque année un seul nom disparaît de la liste des capitaines47. Il est vrai qu’avec l’augmentation des effectifs, les commandements disponibles se multipliaient, permettant de satisfaire un plus grand nombre d’ambitions48.

  • 49 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 97.
  • 50 Ibid., p. 283.
  • 51 Molinet, Chron., t. I, p. 306.
  • 52 Pierre de Rohan, seigneur de Gié, s’est vu confier par Louis XI une charge de 40 lances fournies en (...)
  • 53 Antoine, grand bâtard de Bourgogne, fils naturel de Philippe le Bon, eut une compagnie de 100 lance (...)
  • 54 Il s’agit du duc de Bourbon, du maréchal de Lohéac, de Jean Blosset, seigneur de Saint-Pierre, de l (...)

18En revanche, durant les 10 dernières années du règne, Louis XI multiplia les révocations. A l’extrême fin de sa vie, il confiait à Commynes « qu’il passoit temps a faire et a deffaire gens »49. Pour expliquer cette obsession, il faut évidemment tenir compte de la méfiance croissante du roi, de sa peur maladive des complots ; c’était aussi un moyen pour cet homme, très affecté par sa déchéance physique et mentale, de prouver qu’il était encore le maître absolu50. Sa volonté était manifeste d’entretenir à tout prix l’inquiétude dans son entourage. Employant par système les menaces et les promesses, il en espérait un service plus zélé et plus exact. De plus, dans ces années décisives, les occasion et les projets, les possibilités et les problèmes, les réussites et les échecs se multipliaient. Aux destitutions, dont certaines sont célèbres, comme celles de Joachim Rouaut et du connétable de Saint-Pol, s’ajoutèrent les morts au combat : sur une vingtaine de capitaines de compagnies présents à Guinegatte, deux moururent51. Afin de se ménager des intelligences au sein de la haute noblesse bretonne, le roi continuait à confier des charges de gens d’armes à certains de ses représentants comme le maréchal de Gié ou François de Pontbriant52. Mais surtout, à partir de 1477 et de la difficile mainmise sur l’Artois, sur la Bourgogne et la Franche-Comté, il engagea à son service de grands personnages qu’il gagnait ainsi à sa cause : le Grand Bâtard de Bourgogne, Philippe de Crèvecœur, Philippe de Hochberg, seigneur de Bande-ville, qu’il fit maréchal de Bourgogne, Hugues de Chalon, seigneur de Château-guyon53. Réunies, ces causes entraînent la plus rapide des rotations : chaque année, entre 1473 et 1483, plus de 8 % du total des capitaines de compagnies sont éliminés : sur 43 capitaines en place au moment de sa mort, 7 seulement — soit le sixième — détenaient leur commandement depuis dix ans ou plus54.

Le temps des princes

  • 55 B. N., lat. 5414 A, f  143—144 et, pour le duc de Lorraine, A. D. Meurthe-et-Moselle, B 527, n  44. (...)
  • 56 B. N., Moreau 734, f  240—241.
  • 57 Ainsi le seigneur de Vergy, lieutenant du duc de Lorraine, puis redevenant capitaine par la suite ( (...)
  • 58 Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 200.

19La contraction des effectifs qui marqua l’avènement de Charles VIII ne put qu’entraîner l’élimination d’un certain nombre de chefs de guerre. Mais Pierre et Anne de Beaujeu, instruits par le précédent de 1461, pratiquèrent une politique inverse de celle de Louis XI : alors que ce dernier, tout en conservant le même nombre de lances, avait, pour des raisons militaires d’ailleurs valables, diminué celui des compagnies, suscitant ainsi plus de mécontents qu’il ne faisait d’heureux, les Beaujeu eurent l’habileté de conserver un maximum de capitaines, en ne leur attribuant qu’un petit nombre de gens de guerre, 30 ou 40 lances fréquemment. Mais les conditions politiques avaient changé : six charges de 100 lances furent aussitôt attribuées aux « seigneurs du sang » — le duc d’Orléans, le comte d’Angoulême, le duc de Lorraine, le comte de Dunois, le sire d’Albret, Pierre de Beaujeu lui-même55. En 1486, le prince d’Orange vint se joindre à eux56. Leur commandement fut évidemment plus symbolique que réel, les tâches effectives revenant fréquemment aux anciens capitaines devenus leurs lieutenants57. Enfin, complétant la revanche des Grands, le duc de Bourbon obtint, dès 1483, l’office de connétable de France58.

  • 59 La comparaison est de Henri Baude.
  • 60 Cité par Calmette et Déprez, L’Europe occidentale, 2e partie, p. 169.

20On sait comment les princes usèrent de leur nouvelle influence pour susciter, en accord avec François II, soucieux de maintenir l’indépendance bretonne après sa mort, cette sorte de « nouveau Bien Publicque »59, la Guerre Folle, qui groupa, autour du futur Louis XII, Jean de Foix, le comte de Dunois et Alain d’Albret. Le duché de Bretagne, devenu selon le mot du chroniqueur breton d’Argentré, « l’ordinaire refuge des princes de France qui se mecon-tentoient ou s’estimoient offensez des roys »60, fut, à partir de 1487, le centre de résistance à Charles VIII. Ces événements eurent leur contrecoup dans l’encadrement de l’armée : de 1486 à 1490, environ 30 % des capitaines furent éliminés. Les circonstances politiques imposèrent ainsi aux Beaujeu, en dépit de leur intention première, des mutations tout aussi fréquentes que celles pratiquées sous le règne de Louis XI : malgré ses progrès, le pouvoir royal était encore incapable, durant la seconde moitié du 15e siècle, d’imposer à tous les chefs de guerre une fidélité inébranlable. Peut-être la persistance des mêmes errements sous ses successeurs, permet-elle de décharger Louis XI du grief d’instabilité ? En bien des cas, c’est leur conduite seule qui le contraignit à frapper ses serviteurs.

B. TYPES DE CARRIÈRE

  • 61 Cosneau, Richemont, p. 321 ; Commynes, Mémoires, éd. Lenglet-Dufresnoy, t. III, p. 482—483.
  • 62 Lanier, « Recherches sur Tristan l’Hermite ».

21Le commandement des compagnies de l’ordonnance n’a pas seulement un caractère militaire mais politique. Le roi se sert de ces « charges » comme d’autant de prébendes qu’il distribue au gré des intérêts publics et privés. Il n’est donc pas une crise politique importante qui ne se reflète dans la composition des cadres de l’armée. Disgrâces et promotions expliquent qu’en moyenne les carrières soient relativement courtes : une douzaine d’années sous Louis XI et Charles VIII, une quinzaine sous Charles VII. Toutefois, ces chiffres ne rendent qu’imparfaitement compte de la réalité. En effet, si de nombreuses carrières sont fort brèves, d’autres, exceptionnelles il est vrai, ont pu atteindre ou dépasser une trentaine d’années : ainsi, celle de Joachim Rouaut, déjà signalé comme capitaine de gens d’armes au siège de Pontoise, en 1441, retenu au service du roi en 1445, puis servant sans interruption Charles VII et Louis XI, jusqu’à son procès et son emprisonnement en 147661 ; plus longue encore, celle de Tristan l’Hermite : capitaine de Mussy-l’Evêque en 1431, un temps maître de l’artillerie, désigné par Richemont comme prévôt des maréchaux en 1434, il garda ses fonctions de prévôt jusqu’à sa mort, en 1478 ou 147962. Un troisième exemple est fourni par le neveu de la Hire, le Gascon Estevenot de Tallauresse, qu’on rencontre dès 1439, au siège de Meaux, puis à celui de Pontoise en 1441, et dans l’armée du dauphin en 1444. Simple lieutenant, l’année suivante, de la compagnie d’ordonnance dont le capitaine était le sire d’Orval, il est de nouveau capitaine en 1448, échappe aux disgrâces de 1461 et conserve son commandement jusqu’à sa mort, en 1477. De dimensions comparables, les carrières de Gaston du Lion et du bâtard Louis de Bourbon, amiral de France en 1466, commencées toutes deux avec l’avènement de Louis XI, et s’arrêtant seulement à leur mort, en 1491 et 1488. Quant aux chefs de guerre ayant conservé une vingtaine d’années leur charge, ils sont nombreux : pour ne citer que les principaux, Robert de Floques, Dunois, Jean du Fou, Robert de Balsac, le maréchal de Gié, le Moine Blosset... Les carrières les plus longues sont souvent celles de personnages relativement subalternes, sans grande surface sociale, n’ayant pas joué un rôle politique de premier plan ; si la monarchie ne se sépara pas d’eux, c’est sans doute qu’il s’agissait d’hommes capables ; c’est aussi qu’elle n’avait rien à redouter de leur part.

  • 63 La Trémoïlle, Une succession en Anjou au xve siècle, p. 208—209 ; Anselme, Hist. maison royale, t. (...)
  • 64 Gruel, Chron. Richemont, p. 137 et 144 ; Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI ; (...)

22Il est d’autres capitaines dont le service auprès du roi a connu, pour des raisons variées, une ou plusieurs interruptions. Parmi ces carrières à éclipse, on peut ranger celle d’André de Laval-Lohéac qui fit ses premières armes au combat de La Gravelle en 1423 — il avait alors seize ans. Il apparaît ensuite dans l’entourage de Richemont en 1429 et participe à un grand nombre de campagnes, de la chevauchée du sacre au siège de Caen, en 1450. Dis-grâcié par Louis XI, à son avènement, il passa alors au service du duc de Bretagne, mais en 1465, il fut rétabli dans sa dignité de maréchal de France qu’il conserva, avec son commandement de cent lances, jusqu’à sa mort, en 148563. Un autre Breton, Geoffroy de Couvran, connut une destinée parallèle : en 1437, ce serviteur du connétable fut armé chevalier, au siège de Montereau. En 1439, il avait déjà « belle compagnie » de gens de guerre ; en 1445, il obtint le commandement de 30 lances, en garnison à Lyon, puis, après la reconquête de la Normandie, de 40 ; cassé par Louis XI en 1461, il regagna la Bretagne et entra au service de François II ; en 1468, il participa à la tentative de conquête de la Normandie en faveur de Charles de France ; au cours d’une rencontre, il fut fait prisonnier par Jean d’Estouteville, sire de Bricquebec, Guillaume de Vallée et Jean Chenu, tandis que restaient sur le terrain 18 à 20 hommes de sa compagnie. Louis XI le racheta alors à ses maîtres, lui promettant « charge de gens, estât et offices et de tous autres biens plus largement et a plus grant honneur qu’il eut oncques soubz maistre qu’il servit ». En fait, ses responsabilités militaires restèrent longtemps modestes : capitaine de 19 lances en 1473, il n’en a encore que 37 en 1475 ; c’est seulement en 1477 que lui fut attribué un commandement de 100 lances qu’il conserva jusqu’à sa mort, l’année suivante64.

  • 65 Coningham : interruption de 1455 environ à 1461 ; Aydie : de 1461 à 1465, puis nouvelle interruptio (...)
  • 66 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 67.

23Il serait aisé de multiplier les exemples de ce genre : Robert Coningham, Odet d’Aydie, le sire de Torcy, Jean de Bueil, Pierre d’Urfé, ont subi, dans leur carrière de capitaines au service de la monarchie, des interruptions plus ou moins longues65. Souvent ils purent trouver auprès des adversaires du roi — le duc de Bretagne ou Charles de France — un refuge qui leur permettait de maintenir leur rang et leurs activités. C’est dire qu’en les récupérant, le pouvoir royal ne cherche pas seulement à s’assurer le concours de chefs dont la valeur est éprouvée, mais à priver de leur soutien ses ennemis. Une fois revenus à son service, le roi oubliait volontiers les torts réciproques. Ainsi Louis XI : « Ceulx qu’il avoit chassez et deboutez en temps de paix et de prospérité, il les rachetoit bien cher quand il en avoit besoing, et s’en servoit, et ne les avoit en nulle hayne pour les choses passées »66.

  • 67 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, p. 31.
  • 68 G.R., n  4889.
  • 69 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 48.
  • 70 Chabannes, Preuves, t. II, p. 54.
  • 71 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 113—114.
  • 72 Allusion à l’ordre de Saint-Michel, dont Chabannes avait été fait chevalier dès la première promoti (...)
  • 73 Ibid., p. 452—453.
  • 74 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 221 sq.

24A cet égard, le plus beau cas est sans doute celui d’Antoine de Chabannes. Né en 1408, il pouvait, en 1445, se vanter de suivre la guerre depuis 20 ans67. Celle du roi sans doute, mais aussi la sienne propre, que ce prince des Ecorcheurs mena avec la plus sauvage brutalité. Fut-ce là le motif qui l’empêcha d’être retenu, lors de la création des compagnies d’ordonnance ? Il ne put que ronger son frein pendant plusieurs années, refusant avec orgueil la pension qu’à titre de dédommagement Charles VII lui proposait. En 1452, il rentra en grâce et obtint la sénéchaussée de Carcassonne68 ; l’année suivante, après avoir en vain demandé l’office de Grand Maître d’Hôtel, vacant par la mort de son frère Jacques, il obtint celui de Grand Panetier, ainsi qu’une charge de 100 lances69. Le voilà cette fois en pleine faveur : en 1455, Pierre Doriole, général des finances, pouvait lui écrire : « Me semble que chascun jour l’affection naist au roy envers vous »70. Avec l’avènement de Louis XI, seconde éclipse, qui se prolongea plusieurs années. Puis, à l’issue de la guerre du Bien Public, dont il fut l’un des protagonistes, il se réconcilia avec le roi, retrouva un commandement, devint enfin Grand Maître de France71. De 1470 à 1474, il joua un rôle déterminant dans la lutte contre Charles le Téméraire. Par la suite, semble-t-il, ses responsabilités militaires diminuèrent progressivement, mais il gardait sa compagnie ainsi que le commandement de la garnison de Harfleur. Troisième disgrâce en 1478 : Louis XI lui conservait sa pension, son office de Grand Maître, mais lui ôtait ses charges de gens de guerre, « non obstant », ajoutait le roi pour adoucir le coup, « que j’entends bien que je n’ay homme en mon royaulme qui entende mieulx le faict de la guerre que vous et ou gist plus ma fiance, s’il me venoit quelque grande affaire ». Son âge — il avait alors soixante-dix ans — justifiait assez cette mesure. Cependant, le vieux soldat la ressentit douloureusement. Dans une lettre adressée au roi, il exhale sa rancœur, en l’assurant toutefois de sa parfaite soumission : «... Sire, j’avois bien sçeu paravant qu’il estoit bruit que vous aviez volonté de ce faire ; mais je ne le pouvois croire et me tenois aussi seur de cet estat que de rien que j’aye. Considerez que j’ay longuement servi et qu’il vous a pleu me faire cet honneur de m’en donner vostre Ordre72 ; que les miens ont servy le feu Roy vostre pere, que Dieu pardoint, en ses grandes affaires, et en temps qu’il en estoit besoin pour les grands troubles qui estoient lors en ce royaume ; en quoy ils ont finé leurs jours ; c’est a sçavoir feu mon pere en la bataille d’Azincourt, mon frere Estienne a Crevan, et mon frere dernier en Guyenne ; et de moy, Sire, depuis que j’ay pu monter a cheval, j’ay servi le Roy vostre pere et vous le mieux que j’ay peu, et non pas si bien que j’en ay eu vouloir en ma vie, que, la mercy Dieu, vous n’y ayez eu perte ny dommage, et ne vous ay point fait de faute. Toutefois, Sire, puis qu’ainsi en cela tout est a vous, vostre bon plaisir en soit fait »73. Dans la dernière partie de sa vie, Chabannes parvint encore à se rallier aux Beaujeu, sans cependant jouer un rôle actif : il n’était désormais qu’un vieux serviteur auquel Charles VIII faisait la charité d’écrire de temps à autre, soit pour le tenir au courant des grandes affaires, soit pour lui demander un conseil mineur, rendant ainsi un délicat hommage « a ses sens, discretion, prudence, loyauté, prudhommie et bonne diligence »74. 15 ans de service comme capitaine de gens d’armes et de trait avant la création des compagnies d’ordonnance, puis 8 ans, enfin 13 ans : une carrière militaire mouvementée mais bien remplie !

  • 75 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. XXII.
  • 76 Antoine de Chabannes fut d’abord page d’un de ses parents, le vicomte de Ventadour ; il assista à l (...)
  • 77 Né en 1451 (Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. XVIII)
  • 78 Né en 1454 (Bovet, Philippe de Hochberg, p. 5).
  • 79 Né le 30 août 1426, à Moulins (Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 27).
  • 80 Reilhac, Jean de Reilhac, t. II, p. 293 sq., n  CIII ; homme d’armes dès 1453 (A. N., AB XIX 692).
  • 81 B. N., fr. 20496, f  96, où le Groing est signalé comme capitaine des 50 lances fournies de la gard (...)
  • 82 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 353—406. Sa date de naissance — 1439 — est incertai (...)
  • 83 Aimés, « Prigent de Coëtivy ».
  • 84 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. CLXVI.
  • 85 Né vers 1412 (G. R., n  7070).
  • 86 Perret (Louis Malet de Graville) le fait naître entre 1441 et 1450.
  • 87 Lohéac est né en 1407 (La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis XI, p. 208), Saintrailles, vers 1390 (...)
  • 88 Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, p. 111.
  • 89 Dans le procès intenté sur ordre de Louis XI en 1477 contre le prince d’Orange, témoignage de plusi (...)

25La longueur de multiples carrières montre qu’il serait faux d’imaginer un commandement foncièrement jeune. Sans doute, surtout si l’on est de bonne naissance, est-il possible de devenir capitaine de gens d’armes assez tôt : Jean de Bueil est à la tête d’une petite troupe dès 1428, à 22 ans75 ; Antoine de Chabannes avait le même âge quand il défendait Compiègne, en 143076, tout comme Pierre de Rohan, seigneur de Gié, lorsque Louis XI lui confia mie compagnie de 30 lances, en 147377 ; en 1477, Philippe de Hochberg fut institué maréchal de Bourgogne à 23 ans78 ; à 23 ans aussi, le futur duc de Bourbon, alors comte de Clermont, était l’un des chefs de l’armée qui opéra le « recouvrement de Normandie »79 ; Louis de la Trémoïlle avait 28 ans lorsqu’il commanda l’armée française pendant la campagne de 1488, à l’issue de laquelle il remporta la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier. Mais c’est en général entre 30 et 40 ans que, durant la seconde moitié du 15e siècle, on obtenait le commandement d’une compagnie. La moyenne paraît se situer entre le cas de Guérin le Groing, homme d’armes de la compagnie du duc de Bourbonnais en 145980, placé à la tête des hommes d’armes de l’Hôtel en 1468, à 42 ans, puis capitaine d’une compagnie de cent lances, six ans plus tard81, et celui de Gilbert de Chabannes ; ce dernier, neveu d’Antoine, fut d’abord au service de Charles de France ; il fut l’un de ses conseillers et chambellans, capitaine de 30 lances en 1471 — il avait alors environ 32 ans — puis passa au service de Louis XI qui, dès l’année suivante, lui accorda le commandement d’une compagnie de 90 lances82. Fréquemment même, les offices les plus honorifiques, les plus importants, sont accordés à des personnages plus âgés. Parmi les amiraux de France, Prigent de Coëtivy avait 40 ans lors de sa nomination83 ; Jean de Bueil 44 ans84 ; Montauban, 50 environ85 ; Louis Malet de Graville plus de 4086. Durant cette même période, il y eut trois connétables de France : si Richemont n’avait que 35 ans lorsqu’il le devint en 1425, le comte de Saint-Pol en avait 47 et le duc de Bourbon 57 lorsqu’ils obtinrent cette dignité, respectivement en 1465 et 1483. Encore s’agit-il là des âges atteints au moment des nominations. Si l’on prend, à quinze ans de distance, le cas des maréchaux de France, on constate qu’en 1455, Lohéac avait 48 ans, Saintrailles 65 environ ; en 1470, Rouaut avait sûrement plus de 50 ans et Lohéac, cette fois, 63 ; en 1485 enfin, Lohéac, toujours là, atteignait 78 ans, Gié 34, Jean de Baudricourt, nommé l’année précédente maréchal extraordinaire de France, plus de 40, Philippe d’Esquerdes 67 ans87. Peut-être, compte tenu de l’inégale durée des carrières, pourrait-on situer entre 40 et 50 ans, l’âge moyen des capitaines de compagnie ! Il s’agit donc, dans les conditions démographiques de l’époque, d’hommes d’âge, ayant pratiqué le « mestier de la guerre » depuis 20 à 30 ans, à peine plus jeunes que les clercs arrivés aux échelons les plus élevés de la hiérarchie ecclésiastique88, plus vieux que beaucoup de souverains. La plupart de ces chefs devaient être dotés d’un tempérament de fer, d’une vigueur et d’une santé peu communes qui leur permettaient de supporter jusqu’à un âge avancé le poids du harnois et les fatigues d’une campagne89.

  • 90 B. N., fr. 1246, f  21r .

26Cette incontestable maturité qui, on le verra, ne se retrouve pas au niveau des combattants ordinaires, s’explique, du côté des capitaines, par un désir bien naturel de conserver leur commandement le plus longtemps possible, d’avoir part jusqu’à la fin aux honneurs et aux profits qu’il leur procurait ; du côté monarchique, elle provient d’une volonté délibérée de disposer de chefs rompus à toutes les formes de la guerre. La prudence et l’expérience des capitaines : tel est en effet l’un des premiers préceptes que les traités du bon gouvernement ou de l’art militaire enseignaient aux princes : « Ceulx qui ont le plus veu à la guerre et y ont demeuré trente ou quarante ans ne sçavent pas... la moytié de ce qui leur en seroit besoing »90.

C. CONSTRASTES SOCIAUX ET GÉOGRAPHIQUES

  • 91 Infra, p. 359 sq. et p. 365 sq.

27Le rythme des carrières dépend en grande partie de l’origine sociale des chefs de guerre. C’est elle qu’on va examiner maintenant. Un premier fait ne peut manquer de frapper : une fois exclu le cas des capitaines de gens de pied ou de francs-archers évoqué précédemment91, j’ai pu relever, parmi les capitaines de la grande et de la petite ordonnance, les maîtres de l’artillerie et les chefs des mortes-payes, seulement trois personnages dont l’origine est incontestablment roturière : Gaspard Bureau, maître de l’artillerie, Charles des Marets, capitaine de Dieppe puis de Perpignan, Pierre Louvain, capitaine de la grande ordonnance sous Charles VII.

  • 92 Jacqueton, Documents administration financière, p. 9. C’est en 1470, après la mort de Gaspard Burea (...)
  • 93 Le Livre de Podio, éd. A. Chassaing, t. II, Le Puy-en-Velay, 1869, p. 33 sq. ; Champion, Ouillaume (...)
  • 94 Homo plebeyus et, ut aiebant, aggerum et fossarum faciendorum artifex (Basin, Hist. Ch. VII, t. I, (...)

28La maîtrise de l’artillerie était une fonction importante : mais pendant longtemps elle eut un caractère financier marqué. Par bien des côtés, son titulaire pouvait être considéré comme un officier des finances, au même titre que le trésorier des guerres92. Lorsque à partir de 1470, ses responsabilités devinrent purement militaires, le maître de l’artillerie fut toujours recruté dans la noblesse. Pierre Louvain était le fils d’un « bourgeois » du Puy-en-Velay ; un texte dit de lui qu’il était un homme de « bas estat »93. Quant à Charles des Marets, ce qu’en dit Thomas Basin indique nettement le caractère exceptionnel de sa fortune : l’auteur de l’Histoire de Charles VII, Cauchois tout comme des Marets, ne pouvait ignorer ses humbles origines. Sans doute les deux hommes se sont-ils connus, vers 1467—1468, lorsque l’évêque de Lisieux était chancelier de Roussillon et son compatriote capitaine de Perpignan ? « Homme roturier », dit Basin qui ajoute : « à ce qu’on dit pionnier affecté aux fortifications »94. Manifestement courageux et capable, il eut l’audace, en 1432, d’effectuer « par eschielle et d’emblée », la prise du « fort chastel de Rambures ». Il devint capitaine de cette place qu’il tint pour le roi de France avec quelques compagnons, puis renouvela son exploit, s’emparant tour à tour de Saint-Valery-sur-Somme, de Rue, de Fécamp, enfin de Dieppe qu’il sut défendre lors du siège de 1442. Charles VII récompensa ses services en le faisant dès 1436 capitaine de la ville ; à partir de 1450, jusqu’à la fin du règne, on le voit commander à une garnison de 25 hommes d’armes et 50 archers de la petite ordonnance. Après la première conquête du Roussillon, en 1462, Louis XI l’appela pour défendre Perpignan avec 40 hommes d’armes, 80 archers et 40 guisarmiers. Carrière honorable, certes, mais, eu égard à ses capacités éclatantes dans l’art des sièges, carrière malgré tout modeste, dont il faut expliquer les limites par la médiocrité de son origine sociale.

  • 95 A. N., JJ 178, n  256 : Jean et Gaspard Bureau furent reconnus nobles par Charles VII, sur le vu de (...)
  • 96 Encore en 1453, Gaspard Bureau est qualifié d’écuyer (B. N., Clair. 49, n  134) ; de chevalier en 1 (...)
  • 97 Aymard, « Doc. hist. Velay », p. 672—673.
  • 98 Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 276.
  • 99 Roman, n  7030 et 7031.
  • 100 Sur C. des Marets, note de Hellot dans son édition des Cronicques de Normandie, p. 258—274 ; G. R.,(...)

29Ce n’est sans doute pas par hasard si des Marets, Louvain et Bureau percèrent à la fin de la guerre de Cent ans, c’est-à-dire durant une période spécialement critique où les talents pouvaient plus aisément compenser une naissance inférieure. Enfin, tous trois ont été anoblis, ou du moins reconnus nobles : Gaspard Bureau le fut en même temps que son frère Jean en 144795. On les trouve ensuite qualifiés de chevaliers96. Des lettres patentes de Charles VII, datant de 1449, qualifient Pierre Louvain d’écuyer97 ; ce dernier fut fait chevalier au siège de Fronsac en 145198. Pour Charles des Marets, l’affaire est moins claire : en 1442, Jean Chartier lui accorde le titre d’écuyer. Jusqu’en 1463, les documents officiels le qualifient ainsi. A-t-il été anobli ? S’est-il « anobli » lui-même ? Il eut, semble-t-il, l’habileté de reprendre les armes d’une famille de chevaliers cauchois, éteinte au 15e siècle, qui portait le même nom99. A partir de 1464, il est qualifié de chevalier ; en même temps, d’écuyer d’écurie, il devint maître d’hôtel du roi. Sa noblesse, dès lors, ne peut plus être contestée100.

  • 101 Les registres de la chancellerie royale (série JJ des A. N.) contiennent en assez grand nombre des (...)
  • 102 Ainsi Cardonne (B. N., fr. 7643), Martin Enriquez (A. N., JJ 190, n  35), et le bâtard de Moreuil ( (...)

30Trois noms sur plusieurs centaines : la proportion est infime. Un second fait vient encore confirmer le caractère de classe du recrutement des chefs : après 1445, parmi les capitaines de la grande ordonnance, les bâtards ne forment qu’un petit groupe d’une dizaine de noms. Encore la plupart d’entre eux sont-ils issus, au moins par leur père, de très grandes maisons : Dunois, bâtard d’Orléans, le Grand Bâtard de Bourgogne, fils de Philippe le Bon, Louis, bâtard de Bourbon, fils du duc Charles, les bâtards Mathieu et Charles de Bourbon, fils du duc Jean. Quatre autres sont de naissance légèrement ou franchement inférieure : Jean, bâtard d’Armagnac, fils d’Annette d’Armagnac et d’Arnaud-Guillaume de Lescun, évêque d’Aire, Martin Enriquez de Castille, fils d’Alphonse Enriquez de Castille, comte d’Asturies, le bâtard de Cardonne, fils de Jean, comte de Cardonne et de Prades, connétable d’Aragon, enfin le bâtard de Moreuil, seigneur de Tenques101. Beaucoup d’entre eux furent d’ailleurs légitimés par un acte de la chancellerie royale102. Toutefois, sur les quelque 150 capitaines qui se partagèrent le commandement de la grande ordonnance durant le premier demi-siècle de son existence, la proportion des bâtards — un peu plus du quinzième — n’est pas négligeable : à aucune époque, ils ne furent systématiquement évincés, mais, par comparaison avec la période antérieure, on s’aperçoit que les bâtards issus de la petite noblesse, n’avaient plus guère de chance d’obtenir une charge de capitaine. Ecartés lors de l’opération de 1445, ils ne retrouvèrent jamais plus la place qu’ils avaient occupée à la génération précédente.

  • 103 Pasquier, « Boffille de Juge » ; Perret, « Boffille de Juge ».
  • 104 Perret, « Jacques Galeot ». Je préfère la forme Galiot, employée à l’époque en France.
  • 105 1461 : Martin Enriquez de Castille, Odet d’Aydie, Robin Pettylow. 1466 : Gaston du Lion, Robert Con (...)
  • 106 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 666 et 704.
  • 107 En 1483 : Boffille de Juge, Gaston du Lion, le bâtard de Cardonne, Jacques Galiot, Odet d’Aydie, Gr (...)

31Dans leur immense majorité, les capitaines de l’ordonnance se sont donc recrutés parmi les nobles de naissance légitime. Mais ces nobles sont loin de former un groupe homogène. Géographiquement d’abord. On relève, en effet, une proportion notable d’étrangers : Ecossais comme Robert Cunningham, dont le nom fut francisé en Coningham ou Conigan, Patrick Folcart, Robin Pettylow, parfois appelé Petit-Loup, Thomas et William Stuyer, dont la présence s’explique par la traditionnelle amitié de la France et de l’Ecosse ; Castillans ou Navarrais, comme Martin Garcie, Martin Enriquez, Jean de Salazar et Gracien d’Aguerre, auxquels on peut ajouter les Béarnais Odet d’Aydie, Jean de Méritain et Gaston du Lion, dans la mesure où la vicomté de Béarn, sous les comtes de Foix, se constitua en Etat indépendant ; des Italiens, comme Boniface de Valpergue, Boffille de Juge, devenu comte de Castres et vice-roi du Roussillon, originaire sans doute d’une vieille famille d’Amalfi, les del Judice103, ou Jacques Galiot104, ces deux derniers venus du royaume de Naples, ayant servi sous Jean de Calabre les intérêts de la maison d’Anjou dans le sud de la péninsule et en Catalogne, avant d’être retenus par Louis XI ; de grands seigneurs issus des anciennes terres d’Empire, tels le comte Philippe de Bresse, futur duc de Savoie, Robert de la Marck, seigneur de Sedan, Philippe de Hochberg. Ces étrangers forment une minorité notable : pour la seule grande ordonnance, 10 % des capitaines en 1460, 20 % en 1466, 11 % en 1476105. C’était là un groupe assez important pour exciter la jalousie de la noblesse du royaume, dont l’une des doléances, aux états de Tours, en 1484, fut de demander au roi qu’il voulût bien la préférer aux étrangers dans la distribution des « grands estatz et offices du royaulme », en particulier les « capitaineries des gens d’armes »106. Habilement présentée comme conforme à l’intérêt public, cette requête eut beau recevoir l’approbation apparente des Beaujeu, elle ne fut pratiquement pas suivie d’effet : la proportion des capitaines étrangers dans l’ordonnance du roi, qui s’élevait à 19 % en 1483, était encore de 17 % en 1490107.

  • 108 Béraud Stuart, appartenant à la troisième génération de sa famille fixée en France, est encore qual (...)
  • 109 Dict. biographie franç., t. IV, col. 179—180.
  • 110 Cf. L’Hermite-Souliers, Hist. généalogique, p. 152—155 et Roolles des bans et arrière-bans de la pr (...)

32Parmi ces étrangers, la distinction s’impose entre les aventuriers de moindre rang d’une part et de l’autre les très grands seigneurs ou princes territoriaux qui, comme le duc de Lorraine ou le seigneur de Bresse, gravitaient dans l’orbite politique de la monarchie des Valois et purent se voir confier, en général pour un temps assez court, une compagnie de gens d’armes, mais qui restaient décidés à conserver leurs domaines, leurs états, leur indépendance. Les premiers, à la différence des capitaines étrangers du siècle précédent, finissaient bien souvent par se fixer dans le royaume ; ils s’y mariaient, y acquéraient des biens, jouissaient des seigneuries que le roi leur accordait libéralement, obtenaient enfin de la chancellerie la libertas testandi ou des lettres de naturalité. Ainsi firent-ils souche de maisons qui, tout en conservant le souvenir de leur origine étrangère108, s’intégrèrent aux autres familles nobles du royaume et fournirent à la monarchie d’Ancien Régime quelques-uns de ses grands serviteurs. Tel fut le cas, vers 1430, des Stuart d’Aubigny, fixés dans le Berri à la suite des dons de Charles VII109, ou, une génération plus tard, d’une autre grande famille écossaise apparentée à la maison royale, les Coningham : Robert Coningham fut capitaine d’une compagnie de la grande ordonnance sous Charles VII et Louis XI, puis capitaine de la garde écossaise ; son fils Joachim, qui avait acquis des terres en Poitou, lui succéda dans la première puis dans la seconde de ces charges110.

  • 111 Capitaines d’origine bretonne :
    — en 1461 : Guillaume de Rosnyvinen, Geoffroy de Couvran, Olivier de (...)

33Tout en n’étant point, stricto sensu, des étrangers, nombre de capitaines sont originaires de régions du royaume constituées pratiquement, dans la seconde moitié du 15e siècle, en Etats indépendants : tels sont les Bretons, tels sont aussi les sujets de l’Etat bourguignon111. Mais, tandis que les premiers formèrent un contingent important à toute époque, aussi bien sous Charles VII que sous Louis XI et Charles VIII, les seconds, originaires du Boulonnais, de l’Artois, parfois de la Flandre, enfin des deux Bourgognes, ne servirent qu’après 1477, une fois ouverte la succession du Téméraire.

  • 112 En 1461, avant l’avènement de Louis XI, à côté des étrangers et des Bretons, qu’on a déjà évoqués, (...)

34Il reste enfin les capitaines originaires des provinces où l’autorité du roi s’exerce sans partage ; ils constituent une forte majorité, se situant presque invariablement aux environs de 70 %. Leur origine géographique à l’intérieur du royaume est extrêmement variée. Tout au plus » peut-on constater, jusqu’en 1461, la prépondérance des capitaines originaires des régions situées au sud de la Loire, le commandement des compagnies d’ordonnance ayant été en grande partie confié, lors de leur création, aux chefs de guerre issus des provinces restées fidèles à Charles VII112. Puis, progressivement, ce sont les nobles venus des provinces frontières qui dominent : Normands, Picards, Champenois, Bourguignons enfin après 1477.

35Bien qu’ils soient à peu près tous issus de la classe nobiliaire, soit française, soit étrangère, dont ils partagent, en conséquence, le mode de vie et les préjugés, les idéaux et les privilèges, bien qu’ils soient, en d’autres termes, unis par une certaine forme de solidarité sociale, ces chefs de guerre sont loin de posséder une fortune ou un prestige comparable. De par leur naissance, ils ne peuvent avoir que des ambitions, des possibilités, des soucis différents, cette variété même expliquant, en grande partie, la variété des carrières.

  • 113 G. R., n  7841.

36Une première catégorie comprend les éléments issus de la petite et de la moyenne noblesse. Selon qu’il s’agit d’aînés ou de puînés, leurs biens patrimoniaux sont moyens, médiocres ou inexistants. A une époque où les malheurs de la guerre s’unissent à la conjoncture économique pour amoindrir le revenu des terres, ces biens ne peuvent leur promettre au départ qu’un style de vie étriqué, sans horizon. Toutefois, beaucoup de ces nobles sont les héritiers de vieilles traditions militaires : il n’est pas rare que leurs pères ou leurs ancêtres aient exercé de petits commandements au cours de la guerre de Cent ans — capitainerie de place ou bien compagnie de gens de guerre sous le gouvernement d’un grand seigneur. Ils sont fréquemment issus de familles où la qualité de chevalier continue d’être d’un usage courant. Ils ont pu bénéficier de la protection de quelque prince du sang auprès duquel, très jeunes, ils ont été nourris et qui les a ensuite recommandés au roi. Formés aux usages de la cour et de la guerre, il leur appartient alors de mettre à profit cette chance, soit par l’intrigue, soit par les capacités militaires. Parfois, des hommes de ce niveau social ont pu se voir attribuer, d’un seul coup, leurs charges et offices. C’est le cas, en particulier, des favoris du dauphin Louis, qui, une fois leur maître devenu roi, récoltèrent brusquement les fruits de longues années d’attente : ainsi Louis de Crussol, dont le château de famille, en face de Valence, domine le Rhône ; il entra jeune au service du dauphin, dont il était en 1447 le valet d’écurie. Après avoir partagé son existence, il reçut, en 1461, une charge de cent lances, la sénéchaussée de Poitou et l’office de Grand Panetier de France ; en 1469, il fut de la première promotion des chevaliers de l’ordre de Saint-Michel ; en 1473, il obtint le gouvernement du Dauphiné113. Toutefois ce type de promotion très rapide, transformant un noble moyen, tel qu’il en existait des centaines dans le royaume, en un parvenu de première grandeur, est assez rare ; on ne le rencontre guère qu’au début du règne de Louis XI, dans des circonstances particulières. Il est sûr d’ailleurs que ces réussites furent très mal accueillies par les grands seigneurs qui ne les pardonnèrent ni au roi, ni à sa mémoire.

  • 114 D’hermine au chef losangé d’or et de gueules.
  • 115 B. N., fr. 32510, f  383r , 384r , 385r .
  • 116 Beaucousin, Histoire de la principauté d’Yvetot.
  • 117 B. N., fr. 21497, n  141.
  • 118 Ibid., 10238, f  74.
  • 119 Ibid., 32511, f  282v .
  • 120 Jean Chenu était également lieutenant pour le roi des ville et château de Chinon (B. N., Clair. 31, (...)
  • 121 B. N., p. o. 1375, dossier Gourdon, n  14. Wavrin, Recueil des Croniques, t. V, p. 386 ; B. N., fr. (...)
  • 122 Stein, Charles de France, p. 624, 659 et 790.
  • 123 B. N., Clair. 838, f  24v .
  • 124 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 224.
  • 125 B.N., fr. 21497, n  186 et 21499, n  84 ; lat. 5414 A, f  143—144 ; fr. 8269, f  332—333.
  • 126 Capitaine de 100 lances en 1483 (B. N., lat. 5414 A, f  143—144), puis lieutenant de la compagnie d (...)
  • 127 B. N., fr. 6759, f  77v  ; 21499, n  268 et 20692, f  188v —193r  ; p. o. 2964, dossier Verdun, n  (...)
  • 128 Capitaine en 1479 (B. N., fr. 5727, f  122v ) puis homme d’armes de la compagnie du maréchal de Gié (...)

37Plus nombreux, plus typiques que ces quelques favoris, sont les nobles, issus d’un milieu social comparable, mais qui ont mis davantage de temps à percer, gravissant un à un les échelons de la hiérarchie militaire. Voici un gentilhomme fixé en Normandie, Jean Chenu. Un de ses parents — les deux hommes ont les mêmes armes114 — Guillaume Chenu, fut un chef de guerre notable sous Charles VII : il fut en 1438—1440 capitaine de Saint-Denis et participa au siège de Meaux en 1439115. Ecarté en 1445, il retrouva un commandement de 70 lances à la fin du règne et fut l’un des chefs de l’expédition lancée contre la ville de Sandwich en 1457, d’où il rapporta un important butin. Deux ans plus tard, grâce à ses profits de guerre, il acheta pour 3 800 l.t. la seigneurie allodiale d’Yvetot116. Guillaume, qui garda encore sa charge de gens d’armes dans les premières années du règne de Louis XI, put procurer à son parent une place dans l’ordonnance. Dès 1461, ce dernier était homme d’armes dans la compagnie de Dunois117. En 1468, il fit la campagne de Normandie contre François II et Charles de France, au cours de laquelle il eut la chance de s’emparer, avec d’autres compagnons, d’un prisonnier de marque, Geoffroy de Couvran118. Il le conduisit à Senlis, jusqu’au roi119, qui lui racheta sa part de rançon contre un droit de pêcherie120. En 1471, il était passé sous la charge du grand sénéchal de Normandie, Jean Blosset ; en même temps, il était élu extraordinaire sur le fait des aides à Caen ; en 1474, il obtint un commandement de 100 lances qu’il conserva jusqu’à la mort de Louis XI. Sa charge fut alors réduite, mais non supprimée : on le trouve signalé comme capitaine de 30 lances jusqu’en 1501. Voici encore Jacques Galiot de Genouillac : issu d’une vieille famille du Quercy, dont une branche, celle des Gourdon, avait jusqu’alors mieux réussi, il commença lui aussi sa carrière sous Dunois, dans la compagnie duquel il sert comme homme d’armes en 1458, 1461 et 1465121 ; il passa ensuite au service de Charles de France dont il fut écuyer d’écurie en 1467 ; en 1472 il était homme d’armes dans sa garde du corps122, puis, après la mort de son protecteur, il réussit à se faire retenir par Louis XI comme un des cent gentilshommes de l’Hôtel123 ; le roi lui confia alors le commandement d’une des bandes d’artillerie ; enfin, en 1479, il devint maître et visiteur général de l’artillerie de France, office qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 1493124. Avec ou sans les fonctions de lieutenant, quantité de futurs capitaines de compagnie servirent un temps plus ou moins long dans les ordonnances du roi avant d’obtenir un commandement (annexe IV B). Parfois même — c’est le cas de Pierre d’Aulx125 et de Brandelis de Champagne126 — un capitaine a pu céder sa place au profit, le plus souvent, d’un grand seigneur qu’il s’agissait de satisfaire rapidement, et continuer à servir en qualité de simple homme d’armes ou de lieutenant dans la même compagnie. Jean de la Perche, dit « Verdun », gentilhomme gascon, se fit remarquer en 1449 en prenant « par eschelles » deux places fortes du Bordelais ; Charles VII l’en récompensa d’une charge de 20 lances qu’il conserva de 1451 à 1461. Il fut alors destitué par Louis XI, gagna sans doute la Bretagne puis revint servir en France le maréchal de Lohéac ; sous le nom de capitaine Verdun — son titre lui resta après sa disgrâce — il fut lieutenant de la compagnie de Lohéac jusqu’en 1475 au moins127. Briant Gravys, après avoir été homme d’armes sous le sire de Craon, vers 1470, obtint une compagnie de 50 lances en 1475, de 100 l’année suivante, la conserva jusqu’en 1483, puis perdit son commandement au début du règne de Charles VIII pour le retrouver, mais avec 40 lances seulement en 1490128.

  • 129 Je ne vois pas pour la deuxième moitié du 15e siècle un exemple comparable à celui de Biaise de Mon (...)

38S’il n’existe donc pas une hiérarchie établie et rigide, toutefois un certain nombre d’usages ou d’habitudes sont respectés dans le mécanisme des promotions : avant de devenir capitaine, l’homme de guerre devait, le plus souvent, faire ses preuves comme lieutenant. En revanche, on ne voit guère d’exemple d’un futur capitaine commençant la carrière des armes comme archer d’ordonnance ; presque toujours, on le trouve d’emblée homme d’armes, sans doute parce que sa fortune et sa naissance lui permettaient d’obtenir aussitôt une place à ce niveau. En d’autres termes, même noble, un simple archer semble n’avoir pratiquement aucune chance d’accéder au sommet de la hiérarchie129. Enfin, les charges de capitaines étant en petit nombre, il est naturel que non seulement l’immense majorité des hommes d’armes n’en aient pas obtenu mais encore que bien des lieutenants, vieillis sous le harnois, n’aient jamais été choisis par le roi pour commander une compagnie d’ordonnance.

  • 130 B. N., fr. 8269, f  332—333 et 294—297.
  • 131 Sur le dernier, seigneur de Richebourg, Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 25.
  • 132 Vers 1455, le comte du Maine pouvait prétendre, par exemple, qu’Antoine de Chabannes n’était un « s (...)
  • 133 Sur ce titre, cf. le recueil formé par Gaignières : B. N., fr. 22293.

39Aux capitaines issus de la petite et de la moyenne noblesse, qui, de par la modestie de leur origine, ne pouvaient, au départ, être assurés d’une carrière sortant du commun, s’opposent les grands seigneurs dont les chances de parvenir aux postes de commandement étaient beaucoup plus fortes et qui même, souvent, n’acceptaient de servir dans l’armée royale que s’ils obtenaient d’emblée la charge d’une compagnie. C’est le cas des grands noms de la noblesse « étrangère » auxquels le roi faisait volontiers appel : la famille de Rohan qui, à la fin du 15e siècle, avec le vicomte de Rohan, le seigneur de Quintin et le maréchal de Gié130, comptait trois chefs dans les ordonnances, le connétable de Saint-Pol, ainsi que son frère Jacques de Luxembourg, qui continua à servir Louis XI même après le célèbre procès de 1475131, Louis Hallwin, seigneur de Piennes, Philippe de Hochberg, Philippe de Clèves, ancien familier des ducs de Bourgogne, le seigneur de Bresse, futur duc de Savoie... Pour le royaume au sens restreint, on peut rattacher à ces personnages de « tres grand estat », les membres des familles qui, traditionnellement, remplissaient de hautes fonctions auprès de la monarchie : lieutenances de par le roi, grands offices de cour, maréchalat ou maîtrise des arbalétriers de France par exemple. Ce sont les Torcy-Estouteville, les Malet de Graville, les Trémoïlle, les Chabannes, moins anciens sans doute mais qui, dès le milieu du 15e siècle, avec la réussite d’Antoine et de Jacques, ont acquis une position solide, les Candale, branche cadette de la maison de Foix, les Orval, qui se rattachent à celle d’Albret. A ces « seigneurs »132, que le roi appelle fréquemment ses « cousins »133, même si les liens de parenté qui les unissent aux Valois sont lointains, il faut à fortiori ajouter les personnages de rang princier, étroitement liés à la dynastie, comme les Orléans, les Anjou, les Bourbon, y compris leurs branches collatérales de Vendôme et de Montpensier.

  • 134 B.N., fr. 20491, f  54.
  • 135 B. N., Clair. 1021, f  78.

40Pour la plupart des membres de cette classe supérieure, une compagnie de gens d’armes, même obtenue fort jeune, n’est guère qu’une faveur — ou un dû — parmi bien d’autres. Deux exemples illustreront cette attitude : un document de 1462 fait allusion à un « appointement » passé entre Louis XI et le comte de Candale, selon lequel le roi lui promettait une compagnie de 100 lances134 ; une trentaine d’années plus tard, Louis de Miolans énumérait à Charles VIII, dont il était le conseiller, ce qu’il fallait offrir, selon lui, au comte de Genève pour l’attirer dans l’alliance française : de 12 000 à 16 000 francs de pension, « quelque gouvernement de pays en France », le Dauphiné de préférence, à proximité de ses domaines, et « une charge de C lances » qui lui permettrait de placer dans les ordonnances un bon nombre de jeunes gentilshommes » de son pais de Genevois, tant de sa maison que aultre, qui ont grant vouloir au service du roy »135.

  • 136 Ibid., 156, n  40.

41Sans doute, entre la petite et la moyenne noblesse d’une part, la grande de l’autre, que de transitions ! En leur sein que de nuances ! Il serait évidemment possible de multiplier les échelons intermédiaires. D’une génération à l’autre, la même famille peut passer du niveau inférieur au niveau supérieur. Si par exemple Louis de Crussol, le favori de Louis XI, doit être rangé dans le groupe le plus bas, il n’en est plus de même pour son fils, Jacques. C’est déjà un héritier, bénéficiant d’une belle situation sociale, ayant des amis et des alliés à la cour. Sa figure, son nom sont familiers au roi. Dès son jeune âge, il avait toute raison d’obtenir une place d’hommes d’armes dans le corps d’élite des 100 gentilshommes de la maison du roi et d’assez bonnes chances de devenir — comme il le fut — capitaine des archers de la garde française136.

42Cependant, en dépit des difficultés, des cas douteux, il n’a pas semblé impossible de cerner d’assez près l’origine sociale des capitaines pour fixer sans trop d’arbitraire les proportions de ceux qui relèvent de l’un ou l’autre des niveaux sociaux envisagés.

  • 137 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 516.
  • 138 Charles et Philippe de Culant sont les neveux de Louis de Culant, amiral de France en 1422 (G. R., (...)
  • 139 Baude, Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 134.

43En 1445, au moment de la création des compagnies d’ordonnance, à une date où les grands seigneurs n’ont pas daigné recevoir un commandement militaire à cet échelon subalterne, ce furent les couches moyennes et inférieures de la noblesse qui fournirent la majorité des cadres : sur 25 noms relevés, seuls font exception le duc de Bourbon, le sire d’Orval, qu’un document contemporain qualifie de de sanguine regali137, le maréchal de Lohéac, Jean d’Estoute-ville, Jean de Bueil, dont le père a été maître des arbalétriers de France, les deux Culant, Charles et Philippe, enfin Bertrand de Beauvau138, soit 32 %. Henri Baude pouvait louer Charles VII d’avoir retenu des « capitaines vaillans et saiges, rotiers et expers en fait de guerre et non jeunes et grans seigneurs »139.

  • 140 B. N., fr. 20692, f  188v —193r .
  • 141 B. N., fr. 6972, f  86.

44Quinze ans plus tard, à la fin du règne de Charles VII, la catégorie supérieure fournit la même proportion de capitaines, mais les princes sont plus nombreux ; on y relève en effet Dunois, le comte du Maine et le duc de Bourbon. L’avènement de Louis XI fut marqué par un recul d’influence pour ces derniers : si Dunois conserva son commandement, Bourbon le perdit et le comte du Maine, en dépit de ses protestations, n’obtint qu’une force symbolique de 10 lances140. Aussi l’une des revendications essentielles des princes, ligués pour le Bien Public, fut-elle d’obtenir des charges de gens d’armes ; ils comprenaient que c’était là un des principaux moyens d’imposer leur volonté au roi et de mettre la monarchie en tutelle. Interrogé à ce sujet par l’amiral de Montauban, Philippe de Crèvecœur, membre important de leur parti, ne le cachait pas : bien qu’ils n’en discutassent jamais ouvertement, mais s’en ouvrissent seulement à leurs familiers, Charles de France comme le duc de Bretagne, Philippe de Bourgogne comme Jean de Bourbon, avaient bien l’intention, s’ils réussissaient, d’obtenir chacun leur « portion et quantité » de gens d’armes141. Dans une large mesure, Louis XI parvint à éviter ce péril, sans pour autant se priver des services de la haute aristocratie : au bout de quinze ans de règne, en 1476, 36 % des capitaines de la grande ordonnance peuvent être classés dans la noblesse de premier rang, le duc de Bourbon et son frère le bâtard Louis étant seuls à représenter la caste des princes.

  • 142 Seyssel, La monarchie, p. 121—122.
  • 143 Même constatation, pour un autre domaine, chez Guenée (Tribunaux et gens de justice, p. 445), mais (...)

45Franchissons encore quinze ans : en 1489—1490, la catégorie supérieure est montée à 48 % du nombre des capitaines ; de plus, c’est elle qui s’est vue attribuer les plus grosses compagnies ; mais surtout, à cette date, au clan des Bourbon, plus représenté que jamais avec Pierre de Beaujeu, devenu l’année précédente, à la mort de son frère Jean, duc de Bourbon, les bâtards Mathieu et Charles de Bourbon, les comtes de Vendôme et de Montpensier, s’ajoutent d’autres princes ; le seigneur de Bresse et le comte de Poix. Au terme d’un demi-siècle d’évolution, on peut donc constater un relèvement marqué dans le niveau social des capitaines de la grande ordonnance ; en une génération, de 1460 à 1490, la proportion des capitaines appartenant à la catégorie supérieure est passée de 29 % à 48 % (annexe IV C). Il ne s’est cependant pas produit de véritable bouleversement : dès le début d’assez grands personnages ont été choisis par le roi. De plus, au-dessus des simples capitaines, il a existé, pendant les dernières campagnes de la guerre de Cent ans, de 1449 à 1453, des chefs d’armée responsables de plusieurs compagnies qui, eux, appartenaient au monde des princes, comme Dunois, Richemont, les comtes de Clermont et de Foix. La grande différence est que des hommes situés à ce niveau social reçurent la charge d’une compagnie en même temps qu’ils eurent, en tant que lieutenants du roi, la responsabilité d’une armée en campagne. Du coup, au lieu de n’avoir que des commandements temporaires, limités à un théâtre d’opérations donné, ils entrèrent au service permanent de la monarchie. Quant aux nobles de rang inférieur, ils ne furent pas systématiquement éliminés ; avec l’augmentation des effectifs et la multiplication des compagnies, ils eurent même, à leur disposition, pour la seule grande ordonnance, davantage de places, auxquelles s’ajoutèrent, en nombre également croissant, les charges des mortes-payes et des bandes d’infanterie. Toutefois, une certaine mainmise de l’aristocratie supérieure sur les commandements les plus importants, les plus prestigieux, est indéniable. Ce sont les Grands, écrit Claude de Seyssel, qui ont « charge de gens d’armes, plus grande ou moindre selon leur qualité et vertu »142. Il semble que les dernières années du 15e siècle aient été le temps des héritiers plutôt que celui des parvenus : peut-être le retour à l’ordre, l’amélioration continue des mécanismes politiques et des rouages administratifs ont-ils conduit — contrepartie inévitable — à une moindre mobilité au sein de la classe noble où il fut désormais plus malaisé de passer d’un niveau à l’autre143 ?

  • 144 Candale : Jean de Foix, comte de Candale, de Benauge et de Lavau, captai de Buch, capitaine de 70 l (...)
  • 145 F. de Vaux de Foletier, Jacques Galiot de Genouillac, Paris, 1925. Etienne de Vignolles, dit la Hir (...)
  • 146 En 1476, par exemple, Antoine de Chabannes a 100 lances et son neveu Gilbert 90 lances de la grande (...)
  • 147 Pilot de Thorey, Catalogue, t. I, p. 317, note. Hugues d’Amboise a été capitaine de 100 lances de 1 (...)
  • 148 G. R., n  6591.
  • 149 Ibid., n  6295.
  • 150 Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 58.
  • 151 B. N., p. o. 2744, dossier Saint-Belin ; G. R., n  6850.
  • 152 G.R., n  4100.
  • 153 Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 230, n. 1.
  • 154 Ibid., t. I, p. 37, n. 1.
  • 155 Perret, Louis Malet de Graville, p. 3.

46L’étroitesse du milieu où se recrutent un nombre croissant de capitaines de l’ordonnance apparaît d’autant plus marquée que, fréquemment, plusieurs d’entre eux appartiennent à la même famille. Ce sont tantôt des hommes de génération différente, grand-père et petit-fils comme les Malet de Graville, père et fils comme les Candale, les Orval, les Crussol, les Coningham144, servant ainsi successivement Charles VII, Louis XI et Charles VIII, ou bien oncle et neveu, comme les deux Galiot de Genouillac, les deux Vignolles, les deux Poisieu145. Tantôt aussi il s’agit de contemporains, accaparant simultanément les commandements : les trois Chabannes, les trois Blosset, les Groing, les Balsac, les Fou, les Rohan, les Bourbon, les Stuyer, les Bonneval146. Bien mieux : entre nombre de ces familles, des liens matrimoniaux se nouent. Voici quelques exemples de semblables alliances : Hugues d’Amboise, seigneur d’Aubijoux, épousa la fille posthume du bâtard d’Armagnac147 ; Charles d’Amboise avait pour mère une sœur de Jean de Bueil148 ; Adrien de l’Hôpital se maria avec la fille de Joachim Rouaut149, le bâtard Charles de Bourbon avec celle de Gaston du Lion150 ; Geoffroy de Saint-Belin épousa la sœur de Jean de Baudricourt151 qui, lui-même, se maria avec la veuve du maréchal de Culant152 ; Georges de la Trémoïlle eut pour femme la fille de l’amiral de Montauban153 ; sa demi-sœur Marie, bâtarde de la Trémoïlle, épousa Jean de Salazar154, tandis que Montauban était l’oncle de l’amiral Louis Malet de Graville155 ; ce dernier enfin, épousa une sœur de Robert de Balsac dont la femme était fille d’Antoine de Castelnau, seigneur du Lau.

  • 156 Fédou, Les hommes de loi lyonnais, p. 414—418.
  • 157 Statuts de l’ordre de Saint-Michel, Paris, 1725. Liste des quinze premiers membres du nouvel « Ordr (...)

47Sans doute l’existence d’un tel réseau de parentés n’est pas propre au milieu des chefs de guerre ; on constate ce phénomène, à la même époque, chez les hommes de loi lyonnais156 ; on le retrouverait aisement parmi d’autres groupes sociaux, d’autres catégories de serviteurs de la monarchie ; il n’est pas spécifique d’un milieu professionnel donné, d’un certain genre d’activité, il est bien davantage un trait général de l’époque. Toutefois, il n’est pas impossible que ces liens familiaux aient été particulièrement nombreux au sein de la société militaire supérieure qui avait mainte occasion d’éprouver sa solidarité sur les champs de bataille. Peut-être la fraternité d’armes, cette sorte de lien familial artificiel entre deux hommes de guerre, a-t-elle aidé à l’union par le sang de leurs lignages ? Le roi lui-même s’est efforcé, dans son intérêt propre, d’étayer cette solidarité : tel est bien, en particulier, l’un des buts recherchés par la création, en 1469, de l’ordre de Saint-Michel ; dans sa première promotion, ce n’est pas un hasard si 13 sur 15 des nouveaux chevaliers avaient charge de gens d’armes dans l’ordonnance ; or, les statuts de l’ordre, en même temps qu’ils imposaient à ses membres « grande et entiere loyauté » envers le souverain et envers le royaume, prévoyaient entre les chevaliers une conduite fraternelle : si l’un d’eux faisait un de ses confrères prisonnier à la guerre, il devait lui rendre la liberté sans rançon157.

  • 158 Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 103.
  • 159 Chron. Martiniane, p. 69—70. Morice, Preuves, t. III, col. 265—266.

48Enfin, les privilèges de l’hérédité ne donnent pas seulement à ceux qui en bénéficient de belles chances d’obtenir un commandement : de véritables spécialités familiales s’instaurent également, tolérées, voire favorisées par le roi. Les deux Galiot de Genouillac, l’oncle et le neveu, furent ainsi, l’un sous Louis XI et Charles VIII, l’autre sous François 1er, maîtres de l’artillerie de France ; Jean, ber d’Auxy, occupa quelque temps, après l’avènement de Louis XI, l’office de maître des arbalétriers que reçut également, à la fin du 15e siècle, son gendre Jean de la Gruthuse158 ; Jean de Montauban fut amiral de France, tout comme, plus tard, son neveu, Louis Malet de Graville. Il arrive parfois que le frère succède au frère dans le même commandement, ou bien le fils au père : en 1453, à la mort de son frère Jacques, Antoine de Chabannes hérita de sa compagnie ; Joachim Coningham fut placé à la tête de la compagnie des Ecossais, lorsque son père, Robert, reçut la conduite de la garde écossaise du corps159.

  • 160 Chabannes, Preuves, t. I, p. 163, 174, 333 et 370.
  • 161 B. N., fr. 22223, f  63r .
  • 162 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 204, n. 4 ; B. N., fr. 32511, f  248r  ; Roye, Chron. scand (...)
  • 163 Sur l’hérédité et la vénalité des charges dans les offices de justice, cf. Fédou, Les hommes de loi (...)

49En 1494, Geoffroy de Chabannes est remplacé à la tête de sa compagnie par son fils Jacques160 ; en 1505, Antoine de Baissey délaissa, avec le consentement du roi, « pour la caducité de sa personne, son gouvernement de la Valteline, ses gens d’armes et ses morte payes », à son frère Jean, gruyer de Bourgogne, qui jusqu’alors avait été son lieutenant161. Ainsi se répandaient des usages dangereux, limitant singulièrement le pouvoir qu’avait le roi de choisir les chefs de son armée, conduisant, par une pente insensible, à la vénalité des charges militaires, soit au profit de la monarchie, soit entre les intéressés. Toutefois, alors qu’un trafic de places existait, on le verra, au niveau des simples gens de guerre comme à celui du personnel subalterne de l’administration militaire, rien de semblable n’est attesté en ce qui concerne les capitaines. On constate seulement que parfois, à titre de compensation, le roi accorde une indemnité aux capitaines dont il se sépare : 120 livres à Martin Enriquez lorsqu’en 1461, Louis XI le remplaça par Jean de Salazar, 2 500 livres à Poncet de Rivière lorsqu’en 1465, son commandement lui est ôté162. Bref, en dépit de l’extension progressive d’usages nouveaux, en dépit de l’esprit du temps qui accordait une place si large à l’hérédité, aux considérationsset aux intérêts familiaux, le roi est resté longtemps libre dans le choix des capitaines de ses gens d’armes à une époque où déjà la vénalité s’instaurait dans les offices de sa justice163.

  • 164 Par Charles V, pour les chanceliers de France.
  • 165 B. N., fr. 5909, f  247—248r .

50Les nominations aux divers charges et offices de guerre se faisaient-elles en Conseil ? Y avait-il alors consultation régulière de l’entourage royal ? Une fois au moins, Charles VII eut recours à une procédure déjà utilisée au siècle précédent par Charles V164. La disgrâce de Philippe de Culant, en 1453, avait rendu vacant l’un des offices de maréchal de France. Pour y pourvoir, le roi entendit « procéder par bonne election et sans faveur aucune ». Il convoqua les membres de son Grand Conseil, les seigneurs du sang, le connétable de Richemont, le maréchal de Lohéac, le maître des arbalétriers, Jean de Torcy, l’amiral Jean de Bueil... A tous, il fit prêter serment de désigner le meilleur. Chacun fut alors interrogé. Plusieurs noms furent mis en avant ; mais Poton de Saintrailles, alors premier écuyer du corps, réunit la majorité des suffrages et Charles VII en fit son maréchal de France165.

  • 166 Ibid., 22223, f  61—73 (copie 17e siècle).
  • 167 A ce revenu, s’ajoutaient, selon Lantigeois, 10 000 francs de meuble.
  • 168 G. R., n  12121.
  • 169 Il est encore capitaine de 100 lances fournies durant le premier trimestre de 1483 (B. N., p. o. 17 (...)
  • 170 Lettres de Charles VIII, t. I, p. 334—335, n  207.
  • 171 « Der deutsche Bailli » (G. R., n  12121).
  • 172 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. III, p. 181.

51Deux documents contemporains permettent, pour la fin du 15e siècle et le début du 16e, de saisir sur le vif l’ensemble des phénomènes étudiés précédemment : charges militaires accaparées par les membres d’une même famille, liens du sang unissant les chefs de guerre, échelons de la hiérarchie gravis un à un — mais à des niveaux sociaux différents, qui correspondent aux deux groupes entre lesquels il a paru possible de répartir les capitaines. Le premier témoignage concerne une famille de la moyenne noblesse bourguignonne, telle qu’il en existait alors quelques dizaines pour l’ensemble du duché, celle des Baissey. Il s’agit des fragments d’une vie d’Antoine de Baissey écrite vers 1530 par son ancien secrétaire, Michel Lantigeois166. Le père d’Antoine, Jean de Baissey, fut porte-étendard de Bourgogne, charge honorifique mais dispendieuse ; afin de soutenir son rang, il dut dépenser sans mesure sa fortune patrimoniale ; quand il mourut, avant 1474, il ne laissait à Antoine, son fils aîné, qu’un revenu d’environ 500 livres par an167. Il lui aurait conseillé, alors, d’entrer au service soit du roi de France soit de l’Empereur, mais de ne pas s’arrêter à un simple prince, même s’il s’agissait du duc de Bourgogne. Antoine participa néanmoins aux dernières campagnes du Téméraire ; il fut fait prisonnier par le sénéchal de Toulouse, Gaston du Lion. Pour se l’attacher, Louis XI accepta sans doute de payer sa rançon comme il le faisait souvent. A peine achevée l’occupation de la Bourgogne, il fut nommé, le 28 juillet 1477, bailli de Dijon ; il devait le rester, sans interruption, plus de trente ans, jusqu’à sa mort, en 1508168. En 1478, il reçut un commandement de 100 lances, mais dans les derniers temps du règne de Louis XI, il fut en froid avec son protecteur, et perdit alors la moitié de sa pension, la moitié puis la totalité de sa compagnie169. Aussi, au début du règne suivant, songea-t-il, au dire de son biographe, à abandonner le service de Charles VIII pour se rallier au parti du duc d’Orléans et du prince d’Orange. Il ne s’y résolut pas, cependant, et rentrant décidément en faveur, il fut envoyé par les Beaujeu auprès des Ligues suisses afin d’y recruter plusieurs milliers de combattants, dont il devint le capitaine général170. C’est à leur tête qu’il fit la guerre de Bretagne, jouant un rôle déterminant dans la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488. Placé à l’avant-garde de l’armée française, il sut soutenir le choc de l’infanterie bretonne jusqu’à ce que deux autres capitaines au service de Charles VIII, Jacques Galiot — qui y trouva la mort — et le vicomte d’Aunay parvinssent, avec leurs troupes de cavaliers et d’arbalétriers à pied, à attaquer par le flanc le corps adverse et décider de la victoire. Baissey en retira un énorme profit : s’il abandonna aux Suisses le duc d’Orléans pour leur part de prisonniers, il eut pour lui le prince d’Orange et le comte de Scales, d’autres encore, « avec grands buttins, qui lui pouvoient estre d’environ cent mil francs de profit ». Le voilà dès lors spécialisé dans les rapports avec les Cantons. Sa connaissance de l’allemand le rendait fort précieux. Le « bailli allemand »171, comme on le surnommait, fut encore placé à la tête des 12 000 soldats des Ligues qui accompagnèrent Charles VIII dans le « voyage de Naples » ; en 1495, il était à Fornoue, avec une bande de 3 000 Suisses, « qui estoit l’esperance de l’ost »172. Par la suite, on l’a vu, il devint gouverneur de la Valteline.

  • 173 G. R., n  44.

52Il est frappant de voir ce que devint sa famille. Profitant de sa réussite, ses descendants, ses parents se partagèrent entre les deux vocations habituelles dans la noblesse : le service de Dieu et le service du prince. Des enfants qu’Antoine de Baissey eut de son mariage avec Jeanne de Lenoncourt, nièce d’un capitaine de l’ordonnance, Jean de Baudricourt, gouverneur de Bourgogne, quatre furent religieux ou religieuses, une fille épousa Antoine de Raffin, seigneur de Puycalvary, qui fut sénéchal d’Agenais et l’un des capitaines de la garde du corps173, un fils, Angilbert, seigneur et baron de Tilchâtel, fut l’un des gentilshommes de la maison de François 1er, qu’il accompagna à Pavie où il fut fait prisonnier. Quant à l’aîné, Claude, qui eut en partage la seigneurie de Longecourt, « avec maison très belle et fort chasteau tout environné d’eau vive, au milieu d’un petit étang, a trois lieues de Dijon, de la valeur d’environ 2 000 livres de rente », il fut homme d’armes dans la compagnie de Charles d’Amboise, seigneur de Chaumont. Puis sa connaissance de l’allemand, habituelle dans la famille, lui valut d’être choisi par les rois comme capitaine de lansquenets : à Marignan par exemple, il commandait une bande de 1 500 d’entre eux. A la génération suivante, les petits-enfants du bailli de Dijon connurent des destinées comparables : on y trouve des hommes d’Eglise et des moniales, mais aussi deux capitaines de lansquenets et un homme d’armes servant dans la compagnie de Guise, qui, à la mort d’un de ses oncles, obtint de prendre sa place comme gentilhomme de la maison du roi. Quant au frère d’Antoine, Jean de Baissey, il ne fut pas davantage oublié : il obtint d’abord l’office de gruyer de Bourgogne puis reçut la compagnie du bailli, dont le guidon était Guillaume de Trotedan, neveu du nouveau capitaine.

  • 174 Chabannes, Preuves, supp. I, p. 3—65.

53Le second document, une généalogie de la famille de Chabannes, établie en 1527 par « Pierre Barthelon, dit Marmande, natif de la bonne ville de Paris », serviteur de Jean de Chabannes, seigneur de Curton, évoque, cette fois, une famille appartenant à la très haute noblesse, au monde des « seigneurs »174. Si en effet la maison de Chabannes, originaire du Limousin, n’a connu, jusqu’au seuil du 15e siècle, qu’une modeste fortune, elle sortit alors brusquement de l’obscurité avec les deux fils de Robert de Chabannes et d’Alix de Bort, dame de Pierrefitte, Jacques et Antoine.

  • 175 Ibid., p. 13.
  • 176 G. R., n  16519.

54Tous deux firent de brillantes carrières auprès des Valois, comme administrateurs, chefs de guerre et conseillers politiques. Tous deux furent sénéchaux ou baillis, capitaines de l’ordonnance, tous deux occupèrent l’office de Grand Maître de France. Si l’incapacité naturelle de Jean, fils unique d’Antoine et de Marguerite de Nanteuil, comtesse de Dammartin, l’empêcha de mettre à profit ses chances, en revanche, Geoffroy et Gilbert, les enfants de Jacques, surent utiliser pleinement les leurs. Assez tôt orphelins de père, ils trouvèrent dans leur mère, Marie de Lavieu, d’une famille importante du Forez, un soutien et un conseil efficaces. Femme « de grande conduite », veillant de près à son patrimoine, elle sut trouver à ses fils les plus grands protecteurs, « bouttant » l’aîné auprès de Louis XI et le second auprès de Charles de France. Geoffroy fut ainsi capitaine de 100 lances, capitaine général de 4 000 francs-archers, sénéchal de Rouergue, « lesquelles choses il tint tant que vesquit, quelque mutation de rois de France qu’il y eut, comme serviteur loyal »175. Il épousa Charlotte de Prie, « qu’est une generation ancienne des barons de Busançois, sur les marches de Berry et Touraine », alors qu’elle était fille d’honneur de la femme de Charles VII, Marie d’Anjou. Gilbert, après la mort de son « bon maître », le duc de Guienne, perdit naturellement tous ses offices, mais peu à peu il se « rapaiza » avec Louis XI qui le fit gouverneur de Limousin et capitaine de 100 lances ; il se maria deux fois, brillamment : sa première femme fut Françoise, fille du comte Bertrand de Boulogne et d’Auvergne ; la seconde, Catherine de Bourbon-Vendôme, était la sœur de François de Bourbon, comte de Vendôme, de Jeanne de Bourbon, dernière femme de Jean II, duc de Bourbon et connétable de France, et de Charlotte, mariée à Engilbert de Clèves, comte de Nevers. Des alliances de ce rang expliquent assez la fortune des petits-enfants de Jacques de Chabannes, comme le fameux seigneur de la Palisse, qui mourut à Pavie, Jean, seigneur de Vandenesse, capitaine des ordonnances, Jeanne, mariée à Gabriel d’Alègre, capitaine des ordonnances et prévôt de Paris176, et Anne, mariée à Charles de Bourbon-Carency, lieutenant de la compagnie de son beau-père. Tant d’honneurs n’allaient pas sans risques, et nombreux furent les Chabannes qui, surtout à l’époque des guerres d’Italie, payèrent de leur vie leurs commandements dans les armées du roi. Enfin de combien de chefs de guerre les Chabannes étaient-ils les parents ou alliés ! Les deux Balsac, Ruffec et Robert, Georges de Craon et Louis de la Trémoïlle, Aymar de Prie, maître des arbalétriers, le comte de Penthièvre, Guichard d’Albon, seigneur de Saint-André, Eustache de Montbéron, vicomte d’Aunay, les Candale, les Albret, les Bourbon.

55Voilà donc deux maisons dont les membres sont entrés nombreux dans les cadres de l’armée monarchique. Ils se sont alliés à des familles qui, le plus souvent, éprouvaient les mêmes ambitions, suivaient les mêmes genres de carrière, aspiraient aux mêmes honneurs et aux mêmes profits, redoutaient les mêmes dangers. Toutefois, dans le premier cas, les alliances matrimoniales rapprochaient des lignages appartenant à la moyenne noblesse, n’ayant qu’une notoriété locale ou provinciale ; dans le second, elles unirent aux Chabannes les plus grands noms de France. Cette différence de niveau social se retrouve dans la nature même des charges attribuées aux uns et aux autres. Les Baissey sont hommes d’armes dans une compagnie, gentilshommes de la maison du roi ; enfin de carrière, ils peuvent être retenus comme chefs d’une bande d’infanterie, lieutenants ou guidons dans la grande ordonnance. Mais seule une minorité d’entre eux obtient le commandement d’une compagnie de cavalerie, qu’en revanche les Chabannes reçoivent vite et fréquemment, pouvant alors monter plus haut : jusqu’au maréchalat de France.

D. CUMULS, GAGES, REVENUS

  • 177 A défaut de la conclusion que Dupont-Ferrier devait apporter à la Gallia regia, cf., pour les cumul (...)
  • 178 Ainsi, en 1476, l’amiral de Bourbon a 98 lances, le maréchal de Lohéac 88, le maréchal Joachim Roua (...)
  • 179 Jacques et Antoine de Chabannes ainsi que Guy, comte de Laval, furent Grands Maîtres de France en m (...)
  • 180 Les 5 cumulants sont Robert de Floques, capitaine de 15 hommes d’armes et 30 archers de la petite o (...)
  • 181 Les 5 cumulants sont Jacques de Brézé, grand sénéchal de Normandie, capitaine des château, palais e (...)

56En parfaite conformité avec les habitudes du temps177, les capitaines de compagnie ne se contentaient pour ainsi dire jamais de cette seule charge. Chez eux la pratique du cumul était habituelle. Le chef d’une compagnie pouvait être en même temps, capitaine général ou lieutenant du roi, menant la guerre en son nom et ayant autorité, tout au long de la campagne, sur les autres capitaines et chefs de guerre. Le connétable et l’amiral de France, les maréchaux, le maître des arbalétriers, le maître de l’artillerie, les prévôts des maréchaux, avaient également sous leurs ordres, le plus souvent, un certain nombre de gens de guerre178. On trouve fréquemment des capitaines titulaires d’un grand office du royaume ou de l’Hôtel : Grand Maître de France, Grand Panetier, Grand Echanson, Grand Ecuyer, Grand Veneur179. La plupart étaient conseillers et chambellans du roi, et sinon, écuyers d’écurie ou maîtres d’hôtel. Les chefs de la grande ordonnance obtenaient aussi fréquemment le commandement nominal des troupes de garnison, surtout dans les régions qui n’étaient pas directement menacées et où, par conséquent, leur présence était moins indispensable : en 1461, sur 8 capitaines commandant aux petites-payes de Normandie, 2 seulement n’ont pas de compagnie dans la grande ordonnance180 ; en 1490, dans la même province, sur 9 capitaines de mortes-payes, 4 l’étaient aussi de lances fournies181. Il n’est pratiquement pas de chefs de guerre qui n’ait obtenu du roi au moins une capitainerie de place, de préférence dans la région dont il était originaire. Enfin, particulièrement important, le groupe des capitaines de la grande ordonnance placés à la tête d’une circonscription territoriale. A la fin du règne de Charles VII, 11 sur 34 sont baillis ou sénéchaux ; à ceux-là, s’ajoutent le grand sénéchal de Normandie, le gouverneur de Guienne, le gouverneur et lieutenant pour le roi en Languedoc et Guienne. En 1476, la proportion des baillis et sénéchaux a diminué : 8 sur 39, mais désormais, un capitaine est vice-roi du Roussillon, un autre lieutenant général et gouverneur de Languedoc, 3 sont gouverneurs. En 1490 enfin, sur 60 capitaines, 15 sont baillis ou sénéchaux, un est toujours vice-roi du Roussillon, un lieutenant du roi en Anjou, un autre capitaine général en Picardie, 5 désormais gouverneurs (annexe IV D).

  • 182 B. N., fr. 1246, f  25r .
  • 183 A. M. Mâcon, BB 20, f  69—77.

57La présence des capitaines de compagnie à la tête de leurs hommes était fort variable. A cet égard, les plus modestes étaient aussi les plus scrupuleux ; les plus importants au contraire faisaient de longs séjours dans leurs terres ou bien fréquentaient la cour, vivant auprès du roi qui les appelait fréquemment aux séances du Conseil. Avec le relèvement progressif de leur niveau social, la proportion des capitaines absentéistes n’a pu que croître. A la fin du 15e siècle, certains esprits estimaient cette pratique regrettable et dangereuse : « Les compaigniez vont aujourduy par pays en chevauchant sans leurs cappitaines, voire sans leurs lieuxtenans, et est cause de faire beaucop de maulx ; et ou temps passé, n’y avoit si grand cappitaine, et se y avoit-il de plus grans personnaiges pour estre gens de bien et de guerre, que l’on peust veoir que, quant la compaignie alloit d’un bout de la seigneurie du prince jusques a l’autre, que les principaulx cappitaines alloient avecques eulx, reservé deux ou trois personnaiges, parens prouchains du prince, qui demeuraient pour l’accompaigner » : au contraire, « aujourduy, ilz s’en tiennent pour deshonourez, mais le prince ferait bien de le leur fere faire, ou qu’ilz quittent la compaignie »182. C’est pour pallier ces inconvénients qu’une ordonnance royale de 1486, sans doute imparfaitement appliquée, prévoyait que les capitaines feraient « residence en leurs compaignies » ou du moins ne la quitteraient pas sans avertir le roi183.

  • 184 B. N., fr. 6758, f  16 et A. N., KK 62, f  129r .
  • 185 En 1475, dans les montres et revues de 36 compagnies, un seul capitaine signalé comme absent : le d (...)
  • 186 Molinet, Chron., t. I, p. 304 : les compagnies commandées par leurs lieutenants à Guinegatte sont c (...)
  • 187 Maulde. Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 131.

58Toutefois, les chefs se comportaient différemment en temps de paix et en temps de guerre. Aussitôt le danger passé ou durant la morte saison, ils s’empressaient de délaisser leurs charges et regagnaient leur château ou leur manoir, jusqu’à ce qu’un chevaucheur de l’écurie vînt leur transmettre les ordres du roi. Ce dernier, pour assurer l’exécution de sa volonté, devait donc d’une part avertir le lieutenant de la compagnie, là où elle était logée, et d’autre part prévenir le capitaine : à la fin de 1469 et au début de 1470, des messagers furent ainsi envoyés à Laval, où se trouvait André de Laval, maréchal de Lohéac, alors que ses gens d’armes étaient en Limousin et en Auvergne, à Saint-Fargeau, résidence d’Antoine de Chabannes, à Vaujours, château de Jean de Bueil184. Si tous les trois mois, au moment de la revue, les capitaines étaient en grande majorité présents pour toucher leurs gages185, assez nombreux étaient ceux qui, même en temps de guerre, ne se trouvaient pas avec leurs hommes : à la bataille de Guinegatte, en 1479, 6 compagnies françaises étaient commandées par leurs lieutenants ; à Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, 7 compagnies186. Du moins, dans ce dernier cas, certaines absences s’expliquent-elles : celle du nouveau duc de Bourbon, Pierre de Beaujeu, eu égard à son rôle politique ; de même, le Grand Ecuyer de France, Pierre d’Urfé, pouvait être légitimement retenu au service du roi ; le sire de Torcy et Gaston du Lion, fort âgés l’un et l’autre, n’étaient pas en état d’endurer les fatigues d’une campagne. Si donc bien des chefs, peut-être même la majorité, n’avaient aucun souci de contrôler leurs hommes dans leur vie quotidienne, de partager leurs garnisons, mais se contentaient d’une présence intermittente à côté d’eux, préférant les divertissements fructueux de la cour, ou bien les longs séjours dans le château ancestral, d’où ils pouvaient veiller de près à leurs intérêts, si un absentéisme fréquent en temps de paix était considéré comme normal et naturel, il reste qu’en temps de guerre, surtout lorsque le roi était présent à l’armée, la plupart des capitaines étaient moralement et pratiquement contraints d’accomplir leur tâche187. Tout les y poussait : un contrôle plus strict de la monarchie, le jugement de leurs pairs et de leurs hommes, le soin de leur honneur. Aussi, en cas de cumul, il est fort vraisemblable que les fonctions militaires primaient les autres. Si l’absentéisme des capitaines était un mal endémique, celui des baillis était bien plus général encore. Ce n’est pas sans raison que, se conformant à la hiérarchie des valeurs reconnue dans le milieu nobiliaire, le biographe d’Antoine de Baissey énumère complaisamment ses alliances, sa famille, sa fortune, évoque ses ambassades auprès des Ligues, s’étend longuement sur ses campagnes militaires, mais ne dit pas un mot de l’office de bailli de Dijon qu’il tint cependant trente ans de suite.

  • 188 G. R., n  12433, 12121, 36 et 4889.
  • 189 Ibid., n  4100.
  • 190 B. N., p. o. 2902, dossier Urfé, n  30.
  • 191 Chabannes, Preuves, t. II, p. 471—472.
  • 192 B. N., fr. 20498, f  34r .
  • 193 Voici quelques exemples de pensions versées — en livres tournois — à des capitaines de la grande or (...)
  • 194 En 1447, Antoine de Chabannes reçoit de Charles VII 800 l. t. « pour avoir des habillemens a estre (...)
  • 195 Parmi des dizaines de cas, je relève le suivant : en 1482, don à Jean de Karquelevant, capitaine de (...)
  • 196 Ainsi le comté de Comminges donné par Louis XI au bâtard d’Armagnac, puis, après la mort de ce dern (...)

59C’est que la pratique du cumul avait un intérêt, sinon exclusivement, du moins principalement financier. De quels éléments en effet, se composaient les revenus des capitaines ? En premier lieu, ils disposaient de ce que leur fournissaient leur fortune patrimoniale, leurs acquêts, les dots de leur femme, dont l’importance, selon les cas, était fort variable, pouvant aller de quelques dizaines ou de quelques centaines de livres par an jusqu’à plusieurs milliers. En second lieu, ils percevaient les gages que leur allouait la monarchie pour leurs divers offices et charges. Invariablement, durant toute la seconde moitié du 15e siècle, en tant que capitaines de la grande ordonnance, chacun d’eux recevait annuellement 180 l.t. pour sa propre lance et, pour son état ou son droit, 12 l.t. pour toute lance fournie qu’il avait sous ses ordres : ainsi un capitaine de 100 lances recevait par an 1 3 80 l.t. Capitaine d’une place, il touchait des gages compris, le plus souvent, entre 100 et 300 l.t. Il en percevait aussi s’il était bailli ou sénéchal : Robert de Floques, pour le bailliage d’Evreux, touchait 120 l.t., Antoine de Baissey, bailli de Dijon, 140 l.t., Robert de Balsac, sénéchal d’Agenais, 600 l.t., Antoine de Chabannes, sénéchal de Carcassonne, 700 l.t.188 Nettement plus fructueux, les gouvernements de provinces, tel celui de Bourgogne, qui rapportait 2 000 l.t. à son détenteur, Jean de Baudricourt189. Au début du règne de Louis XI, le maître de l’artillerie avait 600 l.t. de gages, sous Charles VIII, 1 500 ; le maître des arbalétriers, l’amiral, les maréchaux de France recevaient chacun les gages traditionnels de 2 000 l.t. par an. En tant que Grand Ecuyer, Pierre d’Urfé avait 1 200 l.t.190 ; en tant que Grand Maître, Antoine de Chabannes en recevait 10 000191. Le mieux pourvu des grands officiers était le connétable de France, auquel le roi donnait chaque année, depuis la fin du 14e siècle, 24 000 l.t.192 De plus, il n’était pas de capitaine qui ne reçût du roi une pension dont le montant pouvait aller de 300 à 24 000, l.t. mais qui, fréquemment, pour un chef de 100 lances, était compris entre 600 et 1 200 l.t.193 Tels étaient les revenus réguliers. Cependant les souverain accordaient parfois à leurs serviteurs des dons exceptionnels : chevaux, armures, sommes d’argent, terres194 ; dans ce dernier cas, il pouvait s’agir aussi bien de quelques arpents de bois, d’une seigneurie moyenne que d’un comté tout entier195. Louis XI, en particulier, n’hésita pas, en dépit de l’opposition larvée de sa Chambre des comptes, à multiplier les aliénations de son domaine en faveur de ses protégés, quitte à reprendre ses bienfaits en cas de disgrâce ou à leur mort196.

  • 197 Morice, Preuves, t. III, col. 118—125.
  • 198 Ibid., col. 265—266.
  • 199 B. N., fr. 21499, n  269.
  • 200 B. N., lat. 5414 A, f  143—144.
  • 201 B. N., fr. 8269, f  294—297.
  • 202 G. R., n  5891.
  • 203 Ibid., n  12847.
  • 204 Pierre Blosset s’intitule seigneur de Breteuil : Louis XI lui avait fait don de cette terre le 23 d (...)
  • 205 A.N., P 2711, n  276 et 2721, n  174.
  • 206 G. R., n  5891.
  • 207 B. N., fr. 32511, f  190r .
  • 208 Stein, Charles de France, p. 788—789, p. j. CXXXVII.
  • 209 Ibid., p. 790, p. j. CXXXIX.
  • 210 Chabannes, Preuves, t. II, p. 471—472, n  272.
  • 211 Ibid., p. 526, n  304.
  • 212 B. N., fr. 20498, f  32r .

60Ainsi, dans les revenus des capitaines, il entre trop d’éléments variables pour qu’il soit possible ou utile d’établir une moyenne. Peut-on cependant tenter de donner une idée de ces revenus dans un certain nombre de cas individuels ? Pierre Blosset, dit « le Moine Blosset », fut longtemps capitaine de compagnie sous Louis XI et Charles VIII. Issu d’une famille de moyenne noblesse normande, probablement un puîné, il commença sa carrière au service des ducs de Bretagne, dont il fut l’un des douze coutilliers de la garde197. En 1474, il fut retenu par Louis XI comme capitaine de 14 lances et demie198 ; l’année suivante, son commandement fut porté à 100 lances199, qu’il conserva jusqu’en 1483200 ; puis il perdit une partie de ses effectifs : en 1489, il était capitaine de 40 lances, ce qui lui valait 660 l.t. de gages201 ; en même temps, depuis 1478, il était bailli de Caux, à 365 l.t. par an 202, et capitaine de Conches, à 100 l.t.203 Louis XI lui avait donné la seigneurie de Breteuil. Charles VIII enfin lui versait chaque année une pension de 1 000 l.t.204 Ainsi, en excluant les revenus de Breteuil, inconnus, le Moine Blosset recevait de la monarchie, vers 1490, 2 125 l.t. Sa fortune personnelle paraît avoir été médiocre : il tenait le fief du Mesnil-Mauger, dans la vicomté de Falaise, pour lequel il prêta hommage à Charles VIII, en 1484, et à Louis XII, en 1499205 ; il avait épousé Claude de Crèvecœur, de noblesse picarde, dame de Proart, Saint-Crespin et Oultre-Fontaine206. Bref, l’ensemble de ses revenus peut se situer entre 2 500 et 3 000 l.t., dont au moins les trois quarts provenaient de la munificence royale. Il est probable que l’Ecossais Patrick Folcart, capitaine de la garde écossaise sous Charles VII207, destitué par Louis XI à son avènement, mais recueilli par son frère, Charles de France, qui le plaça à la tête des 50 archers de sa garde208, n’avait personnellement que de faibles revenus. Si l’on ignore la valeur de ses biens propres, en revanche, on connaît ce qu’il touchait du duc de Guienne en 1471—1472 : 800 l.t. en tant que capitaine des gardes, 300 l.t. pour sa lance et les droits de 10 lances, 1 000 l.t. comme chambellan ordinaire, 1 000 l.t. comme sénéchal de Saintonge et capitaine de Saint-Jean-d’Angély, de 600 à 700 l.t. provenant des deux seigneuries d’Auvillar et de Mirador en Armagnac, dons de son protecteur, 600 l.t. que percevait sa femme, soit un total de 4 300 à 4 400 l.t., sans compter deux « robes longues de veloux » qu’il recevait chaque année et la somme de 4 000 l.t., payable en deux ans, que Charles de Guienne lui avait promise à titre exceptionnel : on conçoit que des revenus de cet ordre aient été suffisants pour qu’il songeât, juste avant que disparut le frère de Louis XI, à acquérir la seigneurie de Badefols209. En 1478, à la veille de sa disgrâce partielle, Antoine de Chabannes touchait du roi les sommes suivantes : 1 200 l.t. pour sa compagnie de cent lances, 2 000 l.t. pour ses capitaineries de Montivilliers, Harfleur et Château-Gaillard, 8 0001.t. sur le Briançonnais, 4 0001.t. en tant que chevalier de l’ordre de Saint-Michel, 10 000 l.t. enfin pour son office de Grand Maître de France : en tout 25 0001.t.210 On ignore le rapport exact de ses très importantes possessions : toutefois, une pièce de vers, composée à sa louange, juste après sa mort, lui attribue le chiffre, sans doute exagéré, de 10 000 l.t. de rente211. Ses revenus annuels se seraient donc élevés à 35 000 l.t. environ ; sur ce total, ses biens personnels ne lui apportaient pas 30 %. Enfin, en 1466, le comte de Saint-Pol, connétable de France, recevait du roi 1 380 l.t. pour sa compagnie, 12 000 l.t. de pension, 24 000 l.t. pour son office de connétable : soit 37 380 l.t. ; compte tenu de sa richesse personnelle, il disposait à coup sûr d’un revenu annuel de 50 000 l.t.212Ainsi, les ressources d’un capitaine de l’ordonnance pouvaient aisément varier de 1 à 20. Pourtant, si l’on s’en tient aux chefs de guerre appartenant à la moyenne ou à la petite noblesse, à la tête de 50 ou de 100 lances, disposant d’une place ou deux, d’un simple office de sénéchal, d’une pension de 600 ou 1 000 l.t., c’est-à-dire à des capitaines qui ont fourni, selon les époques, entre la moitié et les trois quarts du commandement de la grande ordonnance, on peut estimer que leur revenu annuel était compris entre 2 500 et 4 000 l.t. Dans les sommes versées par le roi, la pension est l’élément variable par rapport à des gages demeurés identiques à travers plus d’un demi-siècle. Elle est un correctif personnalisé, dont l’importance est en rapport avec le niveau social du bénéficiaire : plus ce niveau est élevé, plus la pension est forte. Loin donc d’uniformiser les revenus des capitaines, elle contribue à renforcer leur inégalité, en sorte que, quelle que soit l’importance des ressources patrimoniales, les profits tirés de la monarchie fournissent un pourcentage toujours élevé de l’ensemble des revenus. Même au niveau inférieur, les capitaines disposaient d’importantes ressources financières ; le service du roi leur assurait une position incomparable au sein d’une noblesse en majorité besogneuse, des revenus sans doute au moins dix fois supérieurs à ceux dont jouissait la moyenne des hommes d’armes de leur compagnie.

  • 213 Connétable : selon un document du 15e siècle, « s’il chevauche et il prent une forteresse, les gens (...)
  • 214 Keen, Laws of War, p. 143 (Jurae decimae et marchae argenti) ; « Au cappitaine appartient le Xme du (...)
  • 215 Chron. Martiniane, p. 69.
  • 216 Additions de Jean le Clerc à la Chron. scandaleuse, t. II, p. 344.
  • 217 Chabannes, Preuves, t. I, p. 290—293, n  142—144 et p. 338—339, n  167. A. M. Troyes, BB 5.
  • 218 Cité par Champion, Louis XI, t. II, p. 127.
  • 219 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 174.

61Encore s’agit-il là de revenus officiels, relativement stables et sûrs, tant que ne se dément pas la faveur royale. Il y avait d’autre part les profits occasionnels de la guerre, le produit des rapines, les rançons, les butins, tout ce que la violence et la puissance permettent d’arracher aux hommes. Les détenteurs des grands offices militaires de la couronne — connétable, maréchaux, amiral, maître des arbalétriers — avaient des droits particuliers sur les prisonniers et le « mort butin »213. Quant aux simples capitaines, le dixième des gains de guerre faits par les hommes de leur compagnie devait leur revenir214. Les profits pouvaient être énormes : selon une chronique du temps, Jacques de Chabannes avait à sa mort, outre 6 000 livres de rente, « pour soixante mil livres de prisonniers angloys »215. Fréquemment, les capitaines extorquaient de leur compagnie de menus cadeaux, une part de ce que versait le roi ; une contribution plus lourde encore — les trois premiers mois de gages — était souvent exigée de ceux qui sollicitaient une place sous leurs ordres216. Thomas Basin rapporte que sous Charles VII, le capitaines prélevaient chaque année sur leurs hommes un ou deux mois de solde, leur permettant en échange de vivre constamment sur les sujets du roi. Pour se concilier la bonne grâce des chefs de guerre, pour obtenir d’eux un contrôle un peu plus strict de leurs hommes, une répression un peu moins indulgente de leurs méfaits, pour être libérées partiellement ou complètement des charges militaires, — logement ou nourriture des troupes — les villes étaient promptes à héberger gracieusement les capitaines, à leur offrir vin, épices, cheval, argent217. Certains de ces capitaines se signalèrent par une rapacité qui, à l’époque même, fit scandale : ainsi Jean Daillon, seigneur du Lude, surnommé par Louis XI, « maistre Jehan des Habiletez »218, qui, en 1477, confiait à Commynes son intention de se faire « tout or » aux dépens des Flamands219.

  • 220 B.N., fr. 15538, f  261—267 : sur un revenu annuel de 108 024 l. 15 s. 3 d. t., la pension du duc P (...)

62Normalement, un capitaine de l’ordonnance disposait donc d’assez grosses ressources. Mais celles-ci lui venaient pour moitié, sinon pour les trois quarts, de la monarchie elle-même. S’il tombait en disgrâce, s’il était privé de la manne royale, les embarras financiers s’abattaient sur lui, il était réduit à ses revenus propres — assez peu de chose. L’importance dans les revenus, des gages, des dons, des pensions peut se vérifier à tous les niveaux, même aux plus élevés : en 1492, le duc Pierre de Bourbon touchait, pour sa pension et son gouvernement de Languedoc, une somme presque égale à celle qu’il tirait de son immense domaine220. Les serviteurs de la monarchie, par le jeu des cumuls et des pensions, dépendaient étroitement de ses secours. Si le mouvement ne fit que se développer par la suite, pour atteindre son apogée durant les cent trente dernière années de l’Ancien Régime, il est déjà pleinement amorcé dans la seconde moitié du 15e siècle : à tous les niveaux, une fraction de la noblesse, assistée par les pensions, est déjà domestiquée.

  • 221 Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, fut enterré dans l’église du monastère de Sainte-Claire de (...)
  • 222 Dalle tumulaire de Robert de Floques dans une chapelle de l’église abbatiale du Bec-Hellouin (repro (...)
  • 223 B. N., fr. 22223, f  61—73.
  • 224 Chabannes, Preuves, t. II, p. 525—526, n  304. Autres châteaux agrandis ou construits par des seign (...)
  • 225 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, n  424bis : inventaire du château de Madic fait lors d (...)
  • 226 Sur les procès que laissait à sa mort Antoine de Chabannes, cf. Chabannes Preuves, t. II, n  295, p (...)
  • 227 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 660 : « Une tanta de guerre de toelle blanche » (in (...)
  • 228 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187.
  • 229 B. N., fr. 6976, f  4 et 5 (artillerie d’Odet d’Aydie) ; A. D. Côte-d’Or, B 1804, f  94 (artillerie (...)
  • 230 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. III, p. 183.
  • 231 B. N., fr. 15538, f  261—267.
  • 232 En 1473, Gaston du Lion touche 12412 l. t. en récompense des grands frais qu’il a engagés l’année p (...)
  • 233 Ibid., 20485, f  3. Autre exemple : B. N., n. a. fr. 1232, f  231v —232r .
  • 234 Hist. Bayart, p. 20.
  • 235 B. N., fr. 22223, f  61—73.
  • 236 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 63. De même Bayart, au dire de son biographe, Jacques de Mailles : (...)

63Même s’ils sont issus de la petite noblesse, même si leur fortune patrimoniale est médiocre, les capitaines de l’ordonnance ont un train de vie largement comparable à celui de seigneurs de haut rang. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que leurs dépenses, par plus d’un côté, soient du même genre que celles de la noblesse supérieure. Durant leur vie ou par leur testament, ils fondent des collégiales, des chapelles, des hôpitaux221. Leurs figures s’inscrivent dans les vitraux ou sur les dalles tumulaires des églises222. Ils ont la passion des constructions : Antoine de Baissey se vantait d’avoir dépensé 30 000 livres pour édifier son château de Longecourt223 ; selon un document du temps, Antoine de Chabannes aurait consacré, respectivement, 111 000 et 80 000 francs pour reconstruire, agrandir et embellir Dammartin et Saint-Fargeau224. Leurs inventaires énumèrent les pierres qu’ils aimaient porter, éventuellement les colliers de l’ordre de Saint-Michel, dont, l’un, le plus lourd et le plus précieux, devait obligatoirement, à leur mort, faire retour au roi, souverain de l’ordre, la vaisselle d’or et d’argent, les quelques dizaines de manuscrits qu’ils possédaient225. Ils défendent leurs biens en multipliant les procès, ils laissent fréquemment en mourant de lourdes dettes226. Mais leurs fonctions, leurs responsabilités, le service du roi sont une source de dépenses qui leur est propre. Ils affrontent en effet les frais courants ou exceptionnels de la guerre : dépenses d’équipement d’autant plus lourdes que le soin de leur prestige leur impose les montures de prix, les armures somptueuses rehaussées d’« orfaverie », les tentes et les pavillons où ils s’abritent durant les campagnes227, les « beaulx courssiers parez de très belles et riches houssures »228. Il leur faut payer, le cas échéant, leur rançon, dont le montant est proportionnel à leur train de vie, bien que, de plus en plus fréquemment, le roi en couvre au moins une partie par un don exceptionnel. Ils ont parfois, en propre, quelques pièces d’artillerie, qu’ils peuvent, à l’occasion, mettre à la disposition du roi229. Il leur faut rémunérer les lieutenants, suppléants et commis qui les remplacent dans leurs multiples tâches : on voit par exemple le duc de Bourbon pensionner Philippe du Moulin, lieutenant de sa compagnie, « simple gentilhomme mais homme de bien »230, qui, ainsi, ajoute ce profit « privé » aux gages « publics » que lui verse la monarchie231. Ils entretiennent en plus grand nombre que les simples hommes d’armes, des valets, des palefreniers, des serviteurs, des pages qui peuplent leur hôtel. Au besoin, ils assurent à leurs dépens la défense d’une place assiégée, achetant la poudre et le trait, payant les charpentiers, les mineurs, les pionniers, quitte ensuite à obtenir du roi un remboursement des frais ainsi engagés pour la défense de son royaume232. Si le trésorier des guerres a quelque retard, ils avancent à leurs hommes leurs quartiers de gages. Retenus par leroi,les capitaines doivent, s’il s’agit d’une création de compagnie, recruter les hommes d’armes et les archers : c’est pour eux à la fois un avantage et un risque, car ils peuvent être contraints de payer une partie de l’équipement. Une requête présentée à Louis XI par le maréchal de Lohéac évoque ces sources de dépenses : « Il a pieu au roy qu’il feist sa compagnie neufve du nombre de cent lances et qu’il les feroit paier et contenter, et en ensuivant ledit commandement, mond. seigneur le mareschal a fait sad. compagnie neufve, laquelle en se faisant lui a beaucoup cousté, et pareillement aux gentilsz hommes qui sont de ladicte compagnie, pour eulx mectre en point. Ce non obstant, du quartier derrenier passé ne lui a esté fait paiement que de quatre vingts et dix lances, lesquelz n’ont esté paiez que de demy quartier, et les dix hommes d’armes et archiers qu’il a oultre lesd. quatre vingts et dix, a convenu qu’il ait paiez partie de sa bourse, et toujours les a entretenus et entretient, esperant que ce soit le bon plaisir du roy de ne les point ouster, ainsi qu’a son derrenier partement de devers lui, il lui pleut dire »233. Car les chefs de guerre se doivent d’être larges envers leurs compagnons d’armes, de les réunir fréquemment autour de ces tables où l’on tenait « plusieurs propos... tant de chiens, d’oyseaulx, d’armes que d’amours »234. Antoine de Baissey prétendait avoir dépensé à la guerre « plus de cinquante mille francs, faisant grande chere, tenant bonne table et maison ouverte a tous ceux de sa compagnie » et même aux « autres gens de guerre qui le suivoient, lui faisant honneur comme a capitaine de renom tel qu’il estoit et meritoit par ses faits et actes chevalereux et vertueux »235. Même conduite chez Jean de Chabannes, seigneur de Curton, « vray nourrissier des gens de guerre » qu’il commandait, entretenant toute sa vie « François, Gascons, Piemontois, Suisses, Espagnols et tant de sorte que souvent », note son serviteur, Marmande, « nostre logis en estoit tout plein et mangeoit tout notre diné et souppé, et en falloit mettre un autre au feu »236. Quand les compagnons sont faits prisonniers, perdent leur équipement par quelque fortune de guerre, c’est vers leur capitaine qu’ils se tournent pour obtenir un secours. Commander à des hommes, en disposer librement, les exploiter et les protéger, à l’occasion les nourrir et les aider : autant de vieilles habitudes seigneuriales qui n’ont point été abolies par la mise en place d’institutions nouvelles.

  • 237 Rodrigue de Villandrando, de la compagnie duquel il hérita.
  • 238 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 344 (extrait des Marguerites historiales, B. N., fr (...)
  • 239 Chartraire, « Jean de Salazar ».
  • 240 Gronicques de Normandie, p. 258—274.
  • 241 B. N., fr. 22223, f  61—73.
  • 242 Perret, Louis Malet de Graville, p. 198.
  • 243 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 68—73.
  • 244 Ce frère aîné est appelé Etienne dans la généalogie de 1527 (ibid., p. 8).
  • 245 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 77 et 265.
  • 246 Ibid., t. II, p. 46, n. 2.
  • 247 Ibid., p. 244—266.
  • 248 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 49—50.

64En dépit de la lourdeur des dépenses, les profits de la guerre, le service du roi permirent à beaucoup de chefs de se constituer des fortunes durables. Peu à peu, dans leur titulature, on voit s’allonger la liste de leurs seigneuries. Parmi les aventuriers étrangers venus en France pour y tenter fortune, Jean de Salazar, par l’ampleur de sa réussite, occupe une place de choix. Une plaidoirie prononcée en sa faveur au Parlement de Paris évoque à grands traits sa carrière ; « chevalier de noble maison de la nacion d’Espaigne », il a « de tout temps suyvy les armes ». Dès sa jeunesse, il vint « au service du royaume ». C’était à l’époque du siège d’Orléans, « ou il fut tant qu’il dura ». On le vit ensuite à la « journée des Harens, ou il fut blecé a mort, a la journée de Patay, a l’assault et a la prise de Jargueau et a la prise de Beaugency, au couronnement du roy, a la journée de Tartas, au siege de Laigny, de Compiegne, Pontoise, reparacion de Louviers, a la bataille de Daulphiné, au siege de Belleville, qui fut cause du traictié d’Arras, a la rencontre qui fut faicte a Saint Denis et devant Paris et a la recouvrance de Paris, en Alemaigne, en toutes les conquestes de Normandie et de Guienne, en Cathalongne par deux fois, a la rencontre de Montlehery. Et oncques ne fut variant et a tousjours servy et sert le roy ainsi qu’il est notoire ». Belle figure de preux, en apparence, tout imprégné d’idéologie chevaleresque, comme en témoignent les prénoms qu’il donna à ses quatre fils : Hector, Tristan, Galéas, Lancelot. Mais voici l’envers du décor, tel que le révèle un texte satirique de la fin du 15e siècle : « Quant Sallezart vint d’Espaigne en France, il estoit aussi bien garni de biens qu’est un singe de queue. Toutefois, il fit tant plus, contre droit et sans nul merite, qu’il s’enrichist tant par mariage que par pillerie. Il fut page de Rodrigues237 qui fut empereur des pillards de France ; toutefois Sallezart en ce mestier le passa »238. De fait, quand il mourut, à Troyes, le 12 novembre 1479, il était seigneur de Montagne, Saint-Just, Marcilly, Laas, Lonzac et Issoudun,239. Charles des Marets, dont on a vu la médiocre origine sociale, partit sans doute de rien : à sa mort, il était seigneur de Boissy-le-Châtel, de la Court-le-Conte et de Saint-Aubin-en-Caux240. Antoine de Baissey pouvait se vanter d’avoir acquis, au service du roi, « pour cent mil francs de biens en heritaiges et meubles »241. Par un codicille ajouté à son testament, le 21 mai 1513, l’amiral Louis Malet de Graville renonça au remboursement d’une somme de 80 000 l.t. qu’il avait naguère avancée à Louis XII. Générosité déconcertante dont il prit soin d’exposer le motif : « En servant les rois nos souverains seigneurs, avons par longtemps eu gros estas, grans dons et profis de la chose publique, en quoi a esté ladicte chose publique chargée et de quoy faisons conscience, veu la jeunesse que avions quant premièrement commençasmes a avoir les dits estas et grosses pensions »242. 80 000 l.t. ne dépassaient pas à ses yeux ce qu’il avait gagné au service de la monarchie. Examinons enfin comment s’est constituée la fortune immobilière d’Antoine de Chabannes. Son père, Robert de Chabannes, qui mourut à Azincourt, n’était qu’un petit seigneur limousin, pas même chevalier, mais simple domicellus. On a conservé son testament. Outre quelques dons à des églises et des monastères, il léguait à sa femme, Alix de Bort, et à l’une de ses filles,Louise, 400 livres et 100 sous de rente, à l’aînée, Agnès, 500 francs d’or, pour son mariage, et 100 sous de rente, à sa troisième fille, Gaillarde, qu’il destinait au couvent, 100 livres ; il constituait son fils aîné, Hugues, son héritier universel ; c’est à ce dernier, en particulier, que devait revenir sa seigneurie de Charlus ; quant aux puînés, Jacques et Antoine, ils devaient avoir de quoi vivre convenablement, selon leur état243. Hugues mourut à la bataille de Cravant, en 1423244 : conformément aux dispositions paternelles, c’est Jacques de Chabannes qui recueillit alors la plus grande part de l’héritage ; lui et ses descendants devinrent seigneurs de Charlus. Antoine ne gagna donc rien à la mort de son aîné. Son patrimoine était manifestement insignifiant. Or, à sa mort en 1488, il avait l’hôtel de Beautreillis ou de la reine, sis grande rue Saint-Antoine, comprenant cours, jardins, écuries, fontaine ; des terres en Ile-de-France, en Normandie, en Champagne, en Nivernais ; en 1485, il acheta pour 12 000 livres la terre et baronnie de Courtenay. Mais l’essentiel de sa fortune provient de trois sources : en 1439, il avait épousé une jeune orpheline, Marguerite de Nanteuil, qui lui céda alors le comté de Dammartin, la seigneurie de Thour en Champagne et la vicomté de Breteuil en Normandie. Cette donation entre vifs s’expliquait par l’état de « ruine » et « désolation » où se trouvaient ces biens ; aussi pour les remettre en état, était-il nécessaire de « moult frayer et despendre » ; Marguerite de Nanteuil n’avait pas les fonds indispensables à la reconstruction de son patrimoine ; elle attendait de son mari qu’il lui fournît, grâce aux dons et gages de la royauté, le capital qui lui manquait. En échange, Antoine assurait à sa femme un douaire de 400 l.t. De fait, il « desembrouilla » et « desengagea » cette succession. Bel exemple d’association économique, réalisée au moyen d’un mariage entre un parvenu, favori de la monarchie, et une héritière de l’ancienne noblesse, incapable d’assurer par elle-même la reconstruction d’un patrimoine situé tout entier dans une zone ravagée par la guerre245. En second lieu, Antoine de Chabannes reçut des rois plusieurs dons de terres, surtout Blanquefort en Guienne qu’il eut de Charles VII en 1451, et qu’il échangea ensuite, en 1466, contre les seigneuries de Crécy, Gournay-sur-Marne et Moret-sur-Loing, plus proches de ses résidences habituelles. Enfin, il acquit, lors de la confiscation des biens de Jacques Cœur, en 1455, les terres que celui-ci possédait en Puisaye, essentiellement la seigneurie de Saint-Fargeau. Les circonstances dans lesquelles il entra en leur possession sont assez troubles : si l’on en croit le Manuscrit interpolé de la Chronique scandaleuse, il aurait donné « vingt-quatre mil écus » pour leur achat alors qu’elles ne rapportaient que « six cents livres de rentes ou environ »246. En fait, il est bien probable qu’une fois l’achat réalisé, Charles VII, dont la première intention avait été de lui en faire don, « donna et quitta » à Chabannes la somme qu’il lui devait. Temporairement, Antoine de Chabannes disposa encore d’autres biens : de 1440 à 1448, il tint en gages Chavroches en Bourbonnais, jusqu’à ce que le duc Charles de Bourbon lui eût remboursé une somme de 7 000 écus. Il acheta à Jean de Bueil, contre 10 000 écus, la seigneurie de Rochefort-Montagne, qu’il céda ensuite, en 1469, à son neveu, Gilbert de Chabannes. Louis, duc de Savoie, lui fit don, en 1456, de la seigneurie de Clermont-en-Genevois qu’il lui racheta par la suite 10 000 écus, selon la clause prévue dans l’acte de cession247. Ainsi, il est manifeste qu’Antoine de Chabannes disposa, dès avant la trentaine, de capitaux considérables dont une grande partie provenait, directement ou indirectement, de son rôle de chef de guerre. Il put régulièrement investir des sommes importantes, soit dans l’achat de seigneuries, soit surtout dans la reconstruction de celles dont il disposait par les dons royaux ou princiers et par son mariage. « Menant grand train et magnifique », tenant « quasi estât comme un prince », accumulant les « triomphans meubles », la « vaisselle d’argent », entassant dans ses coffres les pièces d’or — il en aurait eu cent mille à sa mort — « que la moindre estoit un ecus »248 — il sut néanmoins avoir une gestion fort sage, regroupant ses biens, préférant remettre en état ses seigneuries que multiplier les achats de terre. D’une manière générale, tout se passe comme si ces profiteurs du régime monarchique qu’étaient les capitaines et les chefs de guerre attendaient de la munificence royale, d’un coup heureux à la guerre, d’un beau mariage, les terres indispensables à leurs yeux pour asseoir leur fortune et leur prestige, tandis qu’ils consacraient leurs ressources régulières à soutenir leur train, poursuivre leurs constructions, acquérir des biens meubles, enfin mettre en valeur leurs seigneuries.

  • 249 B. N., p. o. 1896, dossier Maunoury en Normandie, n  15 ; Lettres de Charles VIII, t. III, p. 382—3 (...)
  • 250 Tamizey de Larroque, « Robert de Balsac ». Cf. l’exemple de Philippe du Moulin. De même, le tombeau (...)

65Issus de milieux sociaux différents, parcourant au service du roi des carrières disparates, les unes très courtes, les autres longues de dizaines d’années, d’autres encore coupées de disgrâces, accaparant enfin d’autres charges ou offices qui n’ont souvent aucun caractère proprement militaire, les capitaines de l’ordonnance du roi sont bien loin de constituer un groupe homogène. Derrière l’uniformité du titre dont tous se parent, que de variété dans les ressources, les genres de vie, les activités ! La monarchie, durant le premier demi-siècle de l’armée permanente, n’a pas réussi à constituer, pour son service, un véritable corps d’officiers, au sens moderne du mot. Il existe, en d’autres termes, un contraste évident entre les institutions qui évoluent peu, entre l’existence de compagnies dont il est possible, dans certains cas au moins, de suivre la permanence sous le commandement de leurs chefs successifs, et l’instabilité de ce commandement. Est-ce à dire que la monarchie n’a pas tenté de préciser les traits d’une hiérarchie, de créer un encadrement durable et défini ? Il semble en fait qu’elle ait été sollicitée par des ambitions contradictoires, entre lesquelles elle n’a cessé d’osciller. D’ime part elle a favorisé l’apparition d’un certain type de carrière, lente, régulière, progressive ; ce type peut être résumé, schématiquement, de la manière suivante : un gentilhomme, de petite ou plutôt de moyenne noblesse, entre dans une compagnie d’ordonnance comme page d’un homme d’armes, aux alentours de la quinzième année, puis il devient homme d’armes à son tour, sert dans chaque campagne, se voit confier par son capitaine les fonctions de chef de chambre, d’enseigne, ou de guidon, enfin de lieutenant. Il a alors derrière lui quinze ou vingt ans d’expérience militaire. Il sait commander aux hommes, il connaît les ruses, les usages, les pratiques de la guerre. S’il bénéficie de la protection d’un très grand seigneur, ou d’un prince, ou surtout du roi, qui a pu dès le début, le placer lui-même dans une compagnie, lui accorder le titre d’écuyer d’écurie, l’accueillir parmi les gentilshommes de sa maison, il peut alors être retenu capitaine et même voir augmenter régulièrement le nombre des lances qu’il a sous ses ordres, jusqu’au maximum de 100. A telle occasion, son mariage par exemple, le roi peut lui faire un don exceptionnel. Il lui accorde la jouissance d’une place, il lui verse une pension annuelle. Les hasards de la vie, les intrigues de ses concurrents, une compression d’effectifs, le désir de la retraite, les circonstances politiques enfin, abrègent ou allongent, selon des modalités très variables, la durée de sa carrière de capitaine. Reste-t-il assez longtemps en fonction ? Son titre sera accolé directement à son nom : on l’appellera le « cappitaine Maunoury », le « cappitaine Meritain », le « capitaine Salezar »249. S’il meurt en activité, on inscrit sur son tombeau non seulement la liste de ses seigneuries, ses charges honorifiques de conseiller ou chambellan du roi, mais encore sa profession : capitaine des ordonnances du roi250.

66Mais d’autre part, la monarchie s’est également souciée de choisir les commandants de son armée permanente dans les rangs de la plus haute noblesse, tant française qu’étrangère. C’était d’abord pour elle le moyen de donner à la nouvelle institution un prestige incontestable, d’éviter qu’elle ne se mue en une force de mercenaires composée d’un ramassis de déclassés. C’était faire de cette cavalerie lourde un corps honorable, où les meilleurs éléments de la noblesse n’hésiteraient pas à servir sous des capitaines qui seraient en même temps de grands seigneurs. C’était surtout se procurer un appui politique, considéré comme indispensable, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. En revanche, ces grands seigneurs risquaient, dans bien des cas, d’avoir une formation professionnelle insuffisante. Sans préparation, ils étaient promus capitaines très vite, voire dès leur entrée au service du roi. Ils avaient des responsabilités multiples. Us se consacraient fort peu à leur compagnie, dont ils abandonnaient régulièrement le soin à un lieutenant. Enfin, par leur rang, ils étaient à môme de mener une politique personnelle qui pouvait être un danger pour la monarchie. Entre le chef de guerre venu de la moyenne noblesse, pour lequel la charge d’une compagnie, couronnement patiemment attendu et ardemment convoité d’une longue carrière militaire, constitue, même si ses loisirs sont fréquents et prolongés, une authentique activité professionnelle autour de laquelle s’organise toute son existence, et le très grand seigneur, dont l’horizon politique et social est vaste et complexe, qui reçoit, pendant quelques années, le commandement de gens d’armes, occupation secondaire et intermittente à ses yeux, honneur parmi bien d’autres, source supplémentaire et, à son échelle, assez médiocre, de profits, il n’existe guère de point commun. Derrière un titre unique, se dessinent deux « modèles » sociaux différents ou opposés. C’est autour de ces deux pôles qu’avec d’inévitables nuances peuvent se répartir les capitaines de compagnie.

Notes

1 « Charge » : B. N., n. a. fr. 8607, f  69 (1456) ; « charge et retenue » : ibid., f  30 (1451) ; « conduite » : ibid., f  60 (1456) ; « charge et conduite » : B. N., fr. 21500, n  311 (1475). A l’origine, les capitaines portèrent des qualificatifs variables : ainsi Joachim Rouaut s’intitulant « cappitaine des gens d’armes et ayant la charge de par le roy nostre sire de cent hommes d’armes et les archiers » (B. N., Clair. 196, n  76 : 1449), ou « cappitaine de gens d’armes et de trait » (ibid., n  77 : 1450), ou « commis ayans la charge de par le roy nostre sire de cent hommes d’armes et les archers » (ibid., n  87 : 1449) ou « cappitaine de par le roy nostre sire de cent lances fournies » (ibid., n  93). Puis les formules se stabilisèrent : on parla le plus souvent de capitaine de tant de lances fournies de la grande ordonnance du roi, ou de capitaine de la grande ordonnance ; ou encore, à la fin du 16e siècle, de Capitaine des ordonnances du roi.

2 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 31.

3 Liste des capitaines au service du roi en 1444, fournie par B. N., fr. 32511, f  90 sq. et par les documents qu’a publiés Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 160 sq. et t. II, p. 516—517. Pour le bâtard de Limeuil, cf. Cosneau, Richemont, app. LXXXIII, p. 609—610. Capitaines autour de Metz : Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz, p. 297—299. En dépit de leur sobriquet, certains de ces aventuriers étaient nobles : tel Guillaume Chenart, dit le Roussin, parent de Mathry Chenart, dit le Roussin, d’une famille de petite noblesse beauceronne, qui fut gouverneur de Châteaudun et mourut à Verneuil en 1424 (Augis, « La bataille de Verneuil », p. 116—119).

4 Escouchy, Chronique, t. III, p. 9. Cf. supra, p. 271.

5 Artières, Hist. Millau, première partie, p. 101—102.

6 Escouchy, Chronique, t. I, p. 54.

7 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 158 ; Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. CXXXIII sq. ; B. N., fr. 6988, f  157—159 ; Cosneau, Richemont, app. CX, p. 657 ; A. D. Basses-Pyrénées, E 438. De même le duc de Bourbon par rapport à Charles, de Culant (A. N., P 13771, n  86).

8 B. N., fr. 6988, f  157—159.

9 Escouchy, Chronique, t. III, p. 18—19.

10 B. N., fr. 6988, f  157—159. De même Louis XI en 1465 ou 1466 : « Les gens d’armes sont au Roy et n’est pas de nouvel qu’il les change car il a esté fait par cy devant a pluseurs quant le cas y est escheu du temps du feu Roy » Charles VII (B. N., n. a. fr. 7973, f  26v ).

11 Bueil, Le Jouvencel, t. II, p. 298.

12 Escouchy, Chronique, t. I, p. 52.

13 Chastellain, Chron., t. II, p. 179.

14 Cosneau, Richemont, app. LXXXIII, p. 609—610.

15 B. N., fr. 32511, f  100r , 101v  et 102v . Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 435—437.

16 B. N., fr. 32511, f  96r  et 102r . En 1464, il est chargé de passer la montre des gens de guerre en Normandie, ibid., f  234v .

17 B. N., fr. 32511, f  100v  et 167r  ; p. o. 783, dossier Clermont, n  18 et 2483, dossier Rieux, n  11 ; fr. 32511, f  103v  ; Clair. 153, n  38 et 152, n  79 ; A. N., JJ 179, n  144 ; B. N., Clair. 234, n  21 ; A. N., JJ 176, n  779 et 188, n  133. Louis Sorbier était encore lieutenant de la compagnie de Joachim Rouaut, en 1465, lorsqu’il céda le 21 septembre la place de Pontoise aux princes (Maupoint, Journal, p. 78 ; Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 108). De même Jacques de Chabannes sous Charles de Bourbon (Chron. Martiniane, p. 57).

18 Charles de Culant : Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 449—453. Nomination par Charles VII de Poton de Saintrailles comme maréchal de France à la place de Philippe de Culant, en 1453 : B. N., fr. 5500, f  218v . Robert Coningham : Valois, « Registre du grand conseil de Charles VII », p. 303 : Coningham était encore retenu prisonnier en 1457 (B. N., fr. 32511, f  191r ).

19 B. N., p. o. 78, dossier Apchier, n  63 et 2787, dossier Thalauresse, n  3. Après la mort de Jacques, Antoine de Chabannes, son frère, prend sa compagnie (Chron. Martiniane, p. 69—70). Saint-Belin, présent au siège de Metz en 1444—1445 (Saulcy et Huguenin, Relation du siège de Metz, p. 297—299), a de nouveau un commandement à partir de 1451 (B. N., fr. 23271, f  527).

20 En 1455, contre le comte d’Armagnac ; en 1456, occupation du Dauphiné ; en 1457, expédition contre Sandwich ; en 1458, occupation d’une partie du Luxembourg (Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. VI, p. 35—36, 96, 145—146 et 177).

21 B. N., fr. 23271, f  527—535.

22 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 69.

23 Dépêches des ambassadeurs milanais en France, t. I, p. 101, lettre XXII. Cf. aussi Basin, Hist. Louis XI, t. II, p. 8, 32 sq. et 44.

24 B. N., fr. 20489, f  51.

25 Ibid., 20495, f  5.

26 Ibid., f  66. Bournazel n’obtint pas sa charge de capitaine, mais fut sénéchal de Toulouse (G. R., n  21418).

27 B. N., fr. 20487, f  96. Sur le rôle joué à cette occasion par Jean Bourré, cf. Basin, Hist. Louis XI, p. 38 sq.

28 Dunois conserva son commandement mais fut envoyé, en semi-exil, défendre le comté d’Asti (ibid., p. 44 et 72).

29 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 158.

30 L’expression est de Chastellain. Particulièrement forte était la « merveilleuse haine » que le nouveau roi éprouvait à l’égard de Chabannes dont il parlait de faire « manger le cœur de son ventre à ses chiens » (Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 63).

31 Sur Jean d’Armagnac, cf. Jaurgain, Deux comtes de Comminges béarnais ; sur Jean de Montauban, Pilot de Thorey, Catalogue, t. I, p. 443, n. 6 ; Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 856 et G. R., n  7070. Louis XI l’honorait particulièrement (Basin, Hist. Louis XI, p. 36) ; sur Jean du Fou, cf. Anselme, Hist. maison royale, t. IV, p. 426 ; Pilot de Thorey, Catalogue, p. 482, n. 1 ; Lettres de Louis XI, t. III, p. 184, G. R. n  7627, 22152, 22154 et 22157 ; sur Jean d’Estuer, ibid., n 14063 ; sur Gaston du Lion, cf. Lardy, « Gaston du Lyon » et G. R., n  21419. Sur Louis de Crussol, Dict. biographie franc., t. IX, col. 1333—1334 et G. R., n  17606 ; sur Jean de Garguesalle, Pilot de Thorey, Catalogue, t.1, p. 357, n. 2 et G. R., n  22529 ; sur Antoine de Castelnau, seigneur du Lau, ibid., n  13463 et 2989. Tous comptent parmi la quarantaine de personnes composant la maison du dauphin en exil.

32 B. N., fr. 23271, f  527—535 et 20692, f  188v -193r .

33 Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 103, et B. N., fr. 32511, f  221r .

34 Basin, Hist. Louis XI, p. 44.

35 Typique à cet égard le cas du seigneur du Lau : « Icelluy seigneur du Lau estoit ung povre gentilhomme mais le roy l’avoit faict chevallier, et estoit tousjours en sa chambre avecq luy et n’alloit peu ou neant sans luy et l’avoit fait cappitaine de cent lances » (Clercq, Mémoires, p. 232). De même, le seigneur de Crussol est qualifié par Chastellain de « mignon du roy » (Chron., t. V, p. 27).

36 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 311.

37 B. N., fr. 20692, f  188v —193r .

38 Ibid., 6971, f  239—243 ; G. R., n  4248 ; B. N., p. o. 2732, dossier Stuer, n  4.

39 Stein, Charles de France, p. 576 et B. N., p. o. 2902, dossier Urfé, n  2 et 3.

40 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 20.

41 Morice, Preuves, t. II, col. 1777 et 1778 et t. III, col. 119—125.

42 Chron. Mont-Saint-Michel, t. I, p. 75—77. Les ambassadeurs milanais fournissent des renseignements un peu différents : sur 1 700 lances, le roi devait en céder 400 à son frère, 200 au duc de Bretagne, 100 au duc de Bourbon, autant au bâtard de Bourbon, à Dunois et à Chabannes (Dépêches des ambassadeurs milanais en France, t. IV, p. 8).

43 Lohéac prit la place du bâtard d’Armagnac en novembre 1465 (La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis XI, p. 208—209 et Jaurgain, Deux comtes de Comminges béarnais, p. 61) ; Antoine de Chabannes eut la charge « que souloit avoir Charles de Melun, lequel en a été déchargé par lettres de retenue du roi n. s. données à Rouen » le 10 février 1466 (B. N., fr. 6973, f  91—96) ; Odet d’Aydie eut charge de 90 lances « par lettres données à Caen le 23 décembre 1465 et par autres données à Rouen le 11 février » 1466 (ibid.). Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy et de Blainville, « grant maistre des arbalestriers de France », donne quittance de la somme de 4 000 l. t., pour sa pension et ses gages de grand maître le 8 mars 1468 (A.N., K 70, n  56). Geoffroy de Couvran est au service de François II jusqu’en 1468 ; à cette date, il fut fait prisonnier et revint à Louis XI : infra, p. 412.

44 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 76.

45 Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 9, n. 3 et Dict. biographie franç., t. VI, col. 1408—1409.

46 Les nouveaux venus de 1464 (B. N., fr. 6971, f  239—243) sont Poncet de Rivière, lequel, lieutenant de la compagnie du sire d’Orval, prit la place de son chef mort durant la campagne de Roussillon-Catalogne de 1462 (Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 154) ; Regnault du Châtelet (sur ce personnage, G. R., n  6851 ; Lettres de Louis XI, t. III, p. 56 et Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 142) et un membre de la famille de Foix, le seigneur de Candale (B. N., fr. 20491, f  54 : 1462). Les nouveaux venus de 1466 (ibid., 6973, f  91—96) sont le bâtard de Bourbon, Georges de la Trémoïlle, sire de Craon, compagnon du dauphin Louis lorsqu’il était à Genappe (Champion, Louis XI, t. I, p. 219, n. 2), Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, le comte de Penthièvre, André de Laval, maréchal de Lohéac, Jacques de Brézé, grand sénéchal de Normandie, fils aîné de Pierre (G. R., n  16231), Philippe de Savoie, comte de Bugey et seigneur de Bresse, fils de Louis II, duc de Savoie, qui devint lui-même duc, le 16 avril 1496 (Lettres de Charles VIII, t. I, p. 95, n. 1 et G. R., n  13398), Odet d’Aydie et Antoine de Chabannes.

47 B. N., fr. 20498, f  106—109. Disparaissent le bâtard d’Armagnac, qui meurt le 9 juin 1473 (Jaurgain, Deux comtes de Comminges béarnais, p. 71), Jacques de Brézé, le comte de Candale, Dunois, mort en 1468, Jean d’Estuer, seigneur de la Barde (G. R., n  14063 et 14296), et Philippe de Savoie.

48 23 capitaines en 1466, 33 en 1473.

49 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 97.

50 Ibid., p. 283.

51 Molinet, Chron., t. I, p. 306.

52 Pierre de Rohan, seigneur de Gié, s’est vu confier par Louis XI une charge de 40 lances fournies en 1473 (B. N., fr. 20498, f  108r  et Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. XVIII sq.). Pontbriant a eu une compagnie de 100 lances de 1478 à 1483 (B. N., fr. 2906, f  17 ; 5727, f  122v  et lat. 5414 A, f  143—144).

53 Antoine, grand bâtard de Bourgogne, fils naturel de Philippe le Bon, eut une compagnie de 100 lances de 1478 à 1483 (B. N., fr. 2908, f  44—45 et lat. 5414 A, f  143—144). Philippe de Crèvecœur qui avait passé son enfance avec Charles le Téméraire et avait combattu à ses côtés à Montlhéry, Grandson, Morat et Nancy, livra Arras à Louis XI en 1477 et lui prêta serment (Perret, « Le maréchal d’Esquerdes »). Philippe de Hochberg est le fils de Rodolphe de Hochberg, descendant d’une branche cadette de la maison de Baden, qui avait été adopté par son oncle, Jean de Fribourg, comte de Neuchâtel, maréchal de Bourgogne. Philippe entra au service de Charles le Téméraire en 1470, prit part au siège de Neuss, aux batailles de Grandson et Morat ; il fit sa soumission à Louis XI aussitôt après la mort du Téméraire, fut nommé maréchal de Bourgogne le 25 mars 1477 et prit part, en 1479, à la conquête de la Franche-Comté ; il avait une compagnie de cent lances (Ed. Bauer, Négociations et campagnes de Rodolphe de Höchberg, Neuchâtel, 1928, Université de Neuchâtel, Recueil de travaux publiés par la faculté des lettres de Neuchâtel, fasc. 11, et Bovet, « Philippe de Hochberg »). Hugues de Chalon était « le plus grant seigneur de Bourgogne », (Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I., p. 263) ; au cours de la conquête de cette province, il fut fait prisonnier par deux capitaines français, Jean de Méritain et Gaston du Lion, auxquels il dut payer, pour sa rançon, 47 000 l. t., puis, il se réconcilia avec Louis XI, s’engageant à combattre Maximilien ; en échange, le roi de France lui garantissait ses biens en Dauphiné et Franche-Comté, s’engageait à le marier à sa nièce Louise de Savoie, à payer sa rançon et à lui faire don de 60 000 écus d’or. Il obtint alors, jusqu’en 1483, une compagnie de 100 lances (Clerc, « Besançon pendant les guerres de Louis XI », p. j. V, p. 41—44, 4 mai 1479).

54 Il s’agit du duc de Bourbon, du maréchal de Lohéac, de Jean Blosset, seigneur de Saint-Pierre, de l’amiral de Bourbon, de Gaston du Lion, du maréchal de Gié et d’Odet d’Aydie (B. N., fr. 20498, f  106—109 et lat. 5414 A, f  143—144).

55 B. N., lat. 5414 A, f  143—144 et, pour le duc de Lorraine, A. D. Meurthe-et-Moselle, B 527, n  44. De son côté, François de Bretagne revendiquait 200 lances (Jean Dufournet, La vie de Philippe de Commynes, Paris, 1969, p. 157—158).

56 B. N., Moreau 734, f  240—241.

57 Ainsi le seigneur de Vergy, lieutenant du duc de Lorraine, puis redevenant capitaine par la suite (B. N., fr. 21502, n  468) ; de même Antoine de Bonneval, seigneur de Blanchefort, et Jean Latier, tous deux à la tête de lances à la mode d’Italie, un moment coiffés par le sire d’Albret, puis reprenant leur commandement, dès 1486 ou 1487 (B. N., n. a. fr. 20029, f  36—41 et 8610, f  43).

58 Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 200.

59 La comparaison est de Henri Baude.

60 Cité par Calmette et Déprez, L’Europe occidentale, 2e partie, p. 169.

61 Cosneau, Richemont, p. 321 ; Commynes, Mémoires, éd. Lenglet-Dufresnoy, t. III, p. 482—483.

62 Lanier, « Recherches sur Tristan l’Hermite ».

63 La Trémoïlle, Une succession en Anjou au xve siècle, p. 208—209 ; Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 72 ; Coeneau, Richemont, p. 166 ; B. N., fr. 25781, n  8 ; Broussillon, Maison de Laval, t. III, p. 6—12.

64 Gruel, Chron. Richemont, p. 137 et 144 ; Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI ; Cosneau, Richemont, p. 613—614 ; Morice, Preuves, t. II, col. 1777—1778 et t. III, col. 119—125 ; B. N., p. o. 733, dossier Chenu, n  6 ; fr. 10238, f  74, et 20498, f  106—109 ; n. a. fr. 8609, f  132 ; Morice, Preuves, t. III, col. 324—325 ; B. N., fr. 2906, f  17 ; G. R., n  7644 ; B. N., p. o. 919, dossier Couvran.

65 Coningham : interruption de 1455 environ à 1461 ; Aydie : de 1461 à 1465, puis nouvelle interruption, jusqu’en 1472 ; Bueil, de 1461 à 1468, de même que Torcy ; Urfé, après avoir été capitaine sous Charles VII, passa au service de Charles de France (Stein, Charles de France, p. 576) ; il a de nouveau le commandement d’une compagnie royale, mais seulement sous Charles VIII, à partir de 1489 (B. N., p. o. 2902, dossier Urfé).

66 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 67.

67 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, p. 31.

68 G.R., n  4889.

69 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 48.

70 Chabannes, Preuves, t. II, p. 54.

71 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 113—114.

72 Allusion à l’ordre de Saint-Michel, dont Chabannes avait été fait chevalier dès la première promotion, en 1469 (Chabannes, Preuves, t. II, p. 188).

73 Ibid., p. 452—453.

74 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 221 sq.

75 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. XXII.

76 Antoine de Chabannes fut d’abord page d’un de ses parents, le vicomte de Ventadour ; il assista à la bataille de Cravant, en 1423 ; à Verneuil, en 1424, il fut fait prisonnier puis libéré sans rançon, comme c’était la coutume dans l’armée anglaise en ce qui concerne les pages ; il servit ensuite la Hire, avec Jean de Bueil, puis devint le page du duc Charles de Bourbon. En 1426, à dix-huit ans, il quitta son service et vint « se remettre es compagnies de gendarmes, où il ne fut guère sans avoir charge, tant il avait à cœur aux armes et envie d’acquérir honneurs et biens » (Duplessis, Vies de Jacques et Antoine de Chabannes, p. 5, cité par Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 3).

77 Né en 1451 (Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. XVIII)

78 Né en 1454 (Bovet, Philippe de Hochberg, p. 5).

79 Né le 30 août 1426, à Moulins (Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 27).

80 Reilhac, Jean de Reilhac, t. II, p. 293 sq., n  CIII ; homme d’armes dès 1453 (A. N., AB XIX 692).

81 B. N., fr. 20496, f  96, où le Groing est signalé comme capitaine des 50 lances fournies de la garde du corps ; Morice, Preuves, t. III, col. 265—266. Le Groing, qui appartenait à une notable famille du Berri, est mort le 6 janvier 1491, âgé de soixante-cinq ans (Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 142). Sur lui, cf. G. R., n  20509 et B. N., p. o. 1414, dossier Le Groing.

82 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 353—406. Sa date de naissance — 1439 — est incertaine.

83 Aimés, « Prigent de Coëtivy ».

84 Bueil, Le Jouvencel, t. I, p. CLXVI.

85 Né vers 1412 (G. R., n  7070).

86 Perret (Louis Malet de Graville) le fait naître entre 1441 et 1450.

87 Lohéac est né en 1407 (La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis XI, p. 208), Saintrailles, vers 1390 (Tausserat, « Poton de Saintrailles »), Joachim Rouaut, dont le père a été tué à la bataille de Verneuil en 1424, est maître d’écurie du dauphin Louis en 1437 (B. N., Clair. 196, n  83), capitaine de gens d’armes en 1441, ausiège de Pontoise (Cosneau, Richemont, p. 321) : on ne peut guère lui donner moins de vingt-cinq ans à cette date ; il serait donc né aux alentours de 1416. Nomination de Baudricourt par le conseil de Charles VIII, le 11 octobre 1484 (Procès-verbaux des séances du Conseil, p. 129). Il fut nommé maréchal de France à titre ordinaire en 1486, sans doute à la place de Lohéac, qui mourut le 29 décembre 1485. Attaché d’abord à Jean de Calabre, fils du roi René, il ne pouvait avoir moins de vingt ans lorsqu’il participa, du côté bourguignon, à la bataille de Montlhéry, en 1465. Lui donner quarante ans en 1486 me paraît donc plutôt le rajeunir. Philippe d’Esquer-des naquit en 1418, si l’on en croit son épitaphe (Thorpe, « Philippe de Crève-cœur »),

88 Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, p. 111.

89 Dans le procès intenté sur ordre de Louis XI en 1477 contre le prince d’Orange, témoignage de plusieurs capitaines et chefs de guerre qui, à cette occasion, fournissent leur âge, au moins approximatif. Cela va de vingt-huit à soixante-dix ans ; âge moyen : quarante-trois ans (A. D. Isère, B 3811, f  146 sq.).

90 B. N., fr. 1246, f  21r .

91 Infra, p. 359 sq. et p. 365 sq.

92 Jacqueton, Documents administration financière, p. 9. C’est en 1470, après la mort de Gaspard Bureau, que le maître de l’artillerie fut déchargé de toute fonction financière (Contamine, « L’artillerie royale française », p. 200).

93 Le Livre de Podio, éd. A. Chassaing, t. II, Le Puy-en-Velay, 1869, p. 33 sq. ; Champion, Ouillaume de Flavy, p. 92 sq. ; Escouchy, Chronique, t. I, p. 147 : « combien qu’il ne fut issu de bien hault lieu ». En 1438, il était chef de chambre de la compagnie d’un écorcheur, le bâtard de Bourbon (Fréminville, Les Ecorcheurs en Bourgogne, p. 78).

94 Homo plebeyus et, ut aiebant, aggerum et fossarum faciendorum artifex (Basin, Hist. Ch. VII, t. I, p. 212).

95 A. N., JJ 178, n  256 : Jean et Gaspard Bureau furent reconnus nobles par Charles VII, sur le vu de prétendues lettres de Henri, comte de Champagne, datées de 1161 et confirmées par Jean le Bon, en 1361.

96 Encore en 1453, Gaspard Bureau est qualifié d’écuyer (B. N., Clair. 49, n  134) ; de chevalier en 1465 (B. N., fr. 32511, f  236v ).

97 Aymard, « Doc. hist. Velay », p. 672—673.

98 Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 276.

99 Roman, n  7030 et 7031.

100 Sur C. des Marets, note de Hellot dans son édition des Cronicques de Normandie, p. 258—274 ; G. R., n  6304 et 20049 et Boudier, « Charles Desmaretz ».

101 Les registres de la chancellerie royale (série JJ des A. N.) contiennent en assez grand nombre des anoblissements d’hommes d’armes de l’ordonnance : aucun, à ma connaissance, n’est devenu capitaine. Sur Cardonne, note de Maulde dans son édition d’ Auton, Chron. Louis XII, t. I, p. 239. Je pense qu’il faut identifier « Mons. de Tenques », capitaine d’une compagnie de 30 lances en 1489 (B. N., fr. 8269, f  294—297), avec le fils naturel de Valeran de Soissons, seigneur de Moreuil, et de Jeannette de la Forge, Artus, bâtard de Moreuil, chevalier, seigneur du Fresnoy et de Baudricourt, qui avait épousé Catherine de Bois, dame de Tenques. Les Moreuil sont une importante famille de Picardie. Avant de devenir capitaine de l’ordonnance, le bâtard de Moreuil fut, en 1485—1486, chef de 2 000 archers en Picardie (A. N., JJ 216, n  257 et 211, n  282 et 379).

102 Ainsi Cardonne (B. N., fr. 7643), Martin Enriquez (A. N., JJ 190, n  35), et le bâtard de Moreuil (Anselme, Hist. maison royale, t. VI, p. 719—720 et 173).

103 Pasquier, « Boffille de Juge » ; Perret, « Boffille de Juge ».

104 Perret, « Jacques Galeot ». Je préfère la forme Galiot, employée à l’époque en France.

105 1461 : Martin Enriquez de Castille, Odet d’Aydie, Robin Pettylow. 1466 : Gaston du Lion, Robert Coningham, Jean de Salazar, Philippe de Savoie, Odet d’Aydie.
1476 : Boffille de Juge, Jean de Salazar, Gaston du Lion, Joachim Coningham. Il est possible que Briant Gravys soit également d’origine écossaise.

106 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 666 et 704.

107 En 1483 : Boffille de Juge, Gaston du Lion, le bâtard de Cardonne, Jacques Galiot, Odet d’Aydie, Gracien d’Aguerre, le seigneur de Châteauguyon (originaire de la Franche-Comté), Jean de Méritain. En 1489—1490 : Boffille de Juge, le comte de Foix, Gracien d’Aguerre, Robert de la Marck, le seigneur de Bresse, le seigneur de Châteauguyon, Gaston du Lion, le bâtard de Cardonne, Jean de Méritain, peut-être Briant Gravys. Dans l’intervalle, le nombre des capitaines est passé de 43 à 63. La monarchie était cependant consciente de l’intérêt qu’il y avait à recruter les chefs de guerre dans le royaume (B. N., fr. 5743, f  3r ).

108 Béraud Stuart, appartenant à la troisième génération de sa famille fixée en France, est encore qualifié par Commynes de « nation d’Ecosse, bon chevalier et saige et honnourable » (Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. III, p. 136).

109 Dict. biographie franç., t. IV, col. 179—180.

110 Cf. L’Hermite-Souliers, Hist. généalogique, p. 152—155 et Roolles des bans et arrière-bans de la province de Poictou, Xaintonge et Angoumois, p. 42.

111 Capitaines d’origine bretonne :
— en 1461 : Guillaume de Rosnyvinen, Geoffroy de Couvran, Olivier de Broons, le maréchal de Lohéac, Olivier de Coëtivy, Regnault du Dresnay ;
— en 1476 : le maréchal de Lohéac, Tanguy du Châtel, Geoffroy de Couvran, le maréchal de Gié, Jean et Yvon du Fou ;
— en 1489—1490 : le maréchal de Gié, le vicomte de Rohan, les seigneurs de Quintin et d’Avaugour.
Capitaines originaires des anciens territoires bourguignons :
— en 1489—1490 ; le Grand Bâtard de Bourgogne, Louis Hallwin, seigneur de Piennes, Philippe de Clèves, seigneur de Ravenstein, Guillaume de Vergy, le seigneur de Châteauguyon, Antoine de Baissey.

112 En 1461, avant l’avènement de Louis XI, à côté des étrangers et des Bretons, qu’on a déjà évoqués, 3 capitaines sont gascons : Saintrailles, Estevenot de Tallauresse et Orval ; 2 sont normands : Torcy et Floques ; 6 sont originaires du centre-ouest du royaume (Anjou, Touraine, Poitou) ; Brézé, Bueil, Beauvau, l’Hermite, Rouaut et sans doute Guillaume Chenu (selon Beaucousin, Histoire de la principauté d’Yvetot, sa famille était originaire du Maine) ; 8 du centre (Limousin, Auvergne, Forez, Bourbonnais, Vivarais, Dauphiné) : Antoine de Chabannes, Charles de Tournon, Léonard de Saint-Priest, Tanneguy de Joyeuse, Pierre d’Urfé, Charles de la Fayette, Jean d’Apchier, et Pierre Louvain ; un capitaine est champenois : Geoffroy de Saint-Belin ; il faut ajouter Dunois et le comte du Maine.

113 G. R., n  7841.

114 D’hermine au chef losangé d’or et de gueules.

115 B. N., fr. 32510, f  383r , 384r , 385r .

116 Beaucousin, Histoire de la principauté d’Yvetot.

117 B. N., fr. 21497, n  141.

118 Ibid., 10238, f  74.

119 Ibid., 32511, f  282v .

120 Jean Chenu était également lieutenant pour le roi des ville et château de Chinon (B. N., Clair. 31, n  84).

121 B. N., p. o. 1375, dossier Gourdon, n  14. Wavrin, Recueil des Croniques, t. V, p. 386 ; B. N., fr. 21497, n  141.

122 Stein, Charles de France, p. 624, 659 et 790.

123 B. N., Clair. 838, f  24v .

124 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 224.

125 B.N., fr. 21497, n  186 et 21499, n  84 ; lat. 5414 A, f  143—144 ; fr. 8269, f  332—333.

126 Capitaine de 100 lances en 1483 (B. N., lat. 5414 A, f  143—144), puis lieutenant de la compagnie de Louis de la Trémoïlle en 1492 (B. N., fr. 21502, n  490). Il était originaire du Maine (A. D. Sarthe, E 279).

127 B. N., fr. 6759, f  77v  ; 21499, n  268 et 20692, f  188v —193r  ; p. o. 2964, dossier Verdun, n  9 et 10 ; fr. 26281, n  165. Verdun a été dans les dernières années du règne de Charles VII, capitaine de Bourg sur Gironde (G. R., n  13607 ; A. N., JJ 192, n  63 et 191, n  123) ; il a été également homme d’armes de la garde sous Louis XI de 1466 à 1467—1468 : à cette date, il fut « de nouvel ordonné estre lieutenant de la compaignie de mons. le mareschal de Loheac et par ce mis hors d’icelle garde » (B. N.. fr. 8000, f  65 et 68v ).

128 Capitaine en 1479 (B. N., fr. 5727, f  122v ) puis homme d’armes de la compagnie du maréchal de Gié, en 1492 (ibid., 21502, n  488).

129 Je ne vois pas pour la deuxième moitié du 15e siècle un exemple comparable à celui de Biaise de Montluc qui, au siècle suivant, fut d’abord archer dans la compagnie du duc Antoine de Lorraine dont Bayart était le lieutenant puis dans celle du seigneur de Lescun ; encore Montluc soulignait-il dans ses Commentaires l’anormale médiocrité de ses débuts : « Encore que je sois gentilhomme, si suis-je neanmoins parvenu degré par degré, comme le plus pauvre soldat qui ait été de longtemps en ce royaume » (cité par Sainte-Beuve, Causeries du lundi, t. XI, Paris, 1856, p. 51).

130 B. N., fr. 8269, f  332—333 et 294—297.

131 Sur le dernier, seigneur de Richebourg, Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 25.

132 Vers 1455, le comte du Maine pouvait prétendre, par exemple, qu’Antoine de Chabannes n’était un « seigneur » que du chef de sa femme, Marguerite de Nanteuil, qui lui avait apporté le comté de Dammartin, tandis que lui-même, Charles du Maine, « l’on savait bien de qui il était venu » (cité d’après la Chron. Martiniane par Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 57). « Seigneur » et « prince » opposés à « gentilhomme » dans Le Jouvencel (Bueil, t. II, p. 266).

133 Sur ce titre, cf. le recueil formé par Gaignières : B. N., fr. 22293.

134 B.N., fr. 20491, f  54.

135 B. N., Clair. 1021, f  78.

136 Ibid., 156, n  40.

137 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 516.

138 Charles et Philippe de Culant sont les neveux de Louis de Culant, amiral de France en 1422 (G. R., n  3871 ; Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 452). Louis de Beauvau appartient à l’une des premières familles d’Anjou.

139 Baude, Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 134.

140 B. N., fr. 20692, f  188v —193r .

141 B. N., fr. 6972, f  86.

142 Seyssel, La monarchie, p. 121—122.

143 Même constatation, pour un autre domaine, chez Guenée (Tribunaux et gens de justice, p. 445), mais avec un léger décalage chronologique et un caractère plus marqué. Fédou (Les hommes de loi lyonnais, p. 398—418) aboutit à des conclusions analogues. Fermeture identique sans doute dans le recrutement du haut clergé français. L’enquête serait à poursuivre.

144 Candale : Jean de Foix, comte de Candale, de Benauge et de Lavau, captai de Buch, capitaine de 70 lances en 1464 (B. N., fr. 6971, f  239—243) ; en 1489, son fils, capitaine de 40 lances (ibid., 8269, f  294—297). Arnaud-Amanieu d’Albret, seigneur d’Orval, capitaine de l’ordonnance de 1445 à 1463, (Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 154), fils de Charles II d’Albret et d’Anne d’Armagnac, fille du connétable d’Armagnac, connétable de France ; il est le père de Jean d’Albret, seigneur d’Orval, capitaine de 100 lances en 1489 (B. N., fr. 8269, f  294—297). Louis Malet de Graville, amiral de France en 1487, capitaine de 6 lances de la grande ordonnance en 1489 (ibid., f  294—297) et de 50 lances et 3 000 archers de morte-paye en garnison à Saint-Malo en 1490 (B. N., Clair. 237, n  299) est le petit-fils de Jean Malet, sire de Graville, maître des arbalétriers de France jusqu’en 1446 (B. N., fr. 32511, f  99r ).
Ajoutons encore Perrin des Ages, père de Louis d’Ars (E. Chénon, « Notes archéologiques sur le bas Berry », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, t. XL, 1921, p. 70—80).

145 F. de Vaux de Foletier, Jacques Galiot de Genouillac, Paris, 1925. Etienne de Vignolles, dit la Hire, et Estevenot de Vignolles, dit Tallauresse, capitaine de l’ordonnance à partir de 1448. Aymar de Poisieu, dit Capdorat, et son neveu Etienne de Poisieu, dit le Poulaillier, qui, à sa mort, le remplaça à la tête du bailliage de Mantes (G. R., n  14872) et fut capitaine de 100 lances à partir de 1475 (B. N., fr. 21498, n  250).

146 En 1476, par exemple, Antoine de Chabannes a 100 lances et son neveu Gilbert 90 lances de la grande ordonnance ; Geoffroy son autre neveu, est capitaine général de 4 000 francs-archers (B. N., fr. 21498, n  211 ; Clair. 147, n  27 ; Morice, Preuves, t. III, col. 265—266). Hélion le Groing, écuyer, seigneur de la Mothe-au-Groing, a été maître de l’artillerie après la mort de Gaspard Bureau ; son frère, Guérin, est capitaine de 100 lances des ordonnances en 1474 ; apparentés, Aubert le Groing, seigneur de Villebouche, lieutenant de la compagnie du comte de Penthièvre, 1470—1475, et Jacques le Groing, lieutenant de la compagnie de Georges de la Trémoïlle en 1475, capitaine de l’arrière-ban du comté de Blois en 1479 (B. N., p. o. 1414, dossier Groing ; Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 141—146 ; B. N., Clair. 236, n  219). Fils de Jean de Balsac, seigneur d’Entragues, Robert de Balsac, capitaine de l’ordonnance sous Louis XI, Charles VIII et Louis XII, et Ruffec de Balsac, capitaine général de 4 000 francs-archers sous Louis XI (A. M. Lyon, EE 35, n  4 et Tamizey de Larroque, « Robert de Balsac »). Jean et Yvon du Fou, capitaines de 28 et 50 lances en 1476 (B. N., fr. 2906, f  49—50 ; G. R., n  22152 et 22154). En 1489—1490, Pierre de Rohan, seigneur de Pontchâteau, comte de Quintin, est capitaine de 20 lances, Pierre de Rohan, seigneur de Gié, de 100 lances et Jean, vicomte de Rohan, de 100 (B.N., fr. 8269, f  294—297 ; Clair. 97, f  7533 et p. o. 2629, dossier Rohan, n  35). Au début du règne de Louis XI, deux Écossais, Thomas Stuyer, bailli de Caen, capitaine de 50 lances (B. N., fr. 6971, f  239—243) et William Stuyer, capitaine des archers de la garde du roi (ibid., 32511, f  226v , 229v  et 299v ). Dupont-Ferrier (G. R., n  4248) confond à tort les deux personnages (B. N., p. o. 2732, dossier Stuer). En 1489—1490, Pierre de Beaujeu, devenu duc de Bourbon, a 100 lances, le bâtard Mathieu de Bourbon 100, le bâtard Charles 30, François de Bourbon, comte de Vendôme, 50, Gilbert de Bourbon, comte de Montpensier, 50 (B. N., fr. 8269, f  294—297). A la fin du 15e siècle, Foucault de Bonneval, écuyer, capitaine du château de La Roque, en Roussillon, frère puîné d’Antoine de Bonneval, chevalier, seigneur de Bonneval et de Blanchefort, conseiller et chambellan du roi, capitaine de Perpignan, Collioure, Puigcerda et Bellver, ayant la charge de 30 lances à la mode d’Italie (B. N., p. o. 412, dossier Bonneval en Limousin).

147 Pilot de Thorey, Catalogue, t. I, p. 317, note. Hugues d’Amboise a été capitaine de 100 lances de 1479 à 1483 (Morice, Preuves, t. III, col. 360—351 ; B. N., lat. 5414 A, f  144—145) puis de 34 lances, en 1486 (B. N., Moreau 734, f  240—241).

148 G. R., n  6591.

149 Ibid., n  6295.

150 Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. 58.

151 B. N., p. o. 2744, dossier Saint-Belin ; G. R., n  6850.

152 G.R., n  4100.

153 Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 230, n. 1.

154 Ibid., t. I, p. 37, n. 1.

155 Perret, Louis Malet de Graville, p. 3.

156 Fédou, Les hommes de loi lyonnais, p. 414—418.

157 Statuts de l’ordre de Saint-Michel, Paris, 1725. Liste des quinze premiers membres du nouvel « Ordre et fraternité de chevalerie ou aimable compagnie de certain nombre de chevaliers », créé par Louis XI, le premier août 1469, au château d’Amboise, dans Chabannes, Preuves, t. II, p. 188. Les 13 capitaines de compagnie sont : le duc de Bourbon, le connétable de Saint-Pol, le maréchal de Lohéac, Jean de Bueil, Louis de Beaumont, seigneur de la Forêt, Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, maître des arbalétriers de France, Louis, bâtard de Bourbon, amiral de France, Antoine de Chabannes, Jean d’Armagnac, maréchal de France, Georges de la Trémoïlle, sire de Craon, Gilbert de Chabannes, seigneur de Curton, Louis de Crussol et Tanguy du Châtel. En plus, Charles, duc de Guienne et Louis de Laval, seigneur de Châtillon, frère aîné du maréchal de Lohéac. Entre eux, tous se considéraient comme « freres d’armes » (B. N., Clair. 144, n  73).

158 Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 103.

159 Chron. Martiniane, p. 69—70. Morice, Preuves, t. III, col. 265—266.

160 Chabannes, Preuves, t. I, p. 163, 174, 333 et 370.

161 B. N., fr. 22223, f  63r .

162 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 204, n. 4 ; B. N., fr. 32511, f  248r  ; Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 143 ; B. N., fr. 20485, f  20 et 150.

163 Sur l’hérédité et la vénalité des charges dans les offices de justice, cf. Fédou, Les hommes de loi lyonnais, p. 397—406 et la bibliographie signalée dans la note 3 de la page 397 ; Guenée, Tribunaux et gens de justice, p. 170—179.

164 Par Charles V, pour les chanceliers de France.

165 B. N., fr. 5909, f  247—248r .

166 Ibid., 22223, f  61—73 (copie 17e siècle).

167 A ce revenu, s’ajoutaient, selon Lantigeois, 10 000 francs de meuble.

168 G. R., n  12121.

169 Il est encore capitaine de 100 lances fournies durant le premier trimestre de 1483 (B. N., p. o. 173, dossier Baissey, n  2).

170 Lettres de Charles VIII, t. I, p. 334—335, n  207.

171 « Der deutsche Bailli » (G. R., n  12121).

172 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. III, p. 181.

173 G. R., n  44.

174 Chabannes, Preuves, supp. I, p. 3—65.

175 Ibid., p. 13.

176 G. R., n  16519.

177 A défaut de la conclusion que Dupont-Ferrier devait apporter à la Gallia regia, cf., pour les cumuls chez les gens de justice, Guenée, Tribunaux et gens de justice, p. 179—183.

178 Ainsi, en 1476, l’amiral de Bourbon a 98 lances, le maréchal de Lohéac 88, le maréchal Joachim Rouaut 95, le sire de Torcy, maître des arbalétriers, 95, le prévôt des maréchaux, Tristan l’Hermite, 10 (A. D. Isère, B 2905, f  169—174) ; il est assez rare que le maître de l’artillerie ait une compagnie d’ordonnance : toutefois, en 1483, Jacques Galiot de Genouillac a 25 lances (B. N., lat. 5414 A, f  143—144). En 1470, le connétable de Saint-Pol disposait de 500 lances fournies (B. N., p. o. 1778, dossier Luxembourg, n  57), soit le quart de la cavalerie permanente française ; en 1473 et 1474, de près de 400 (B. N., fr. 20498, f  106—109 ; Morice, Preuves, t. III, col. 265—266) ; en 1475 encore, de 300 (B. N., fr. 21499, n  267 ; n. a. fr. 8609, f  70 ; Clair. 236, n  227).

179 Jacques et Antoine de Chabannes ainsi que Guy, comte de Laval, furent Grands Maîtres de France en même temps que capitaines de l’ordonnance ; Antoine de Chabannes fut Grand Panetier ; Jean du Fou, Grand Echanson, Pierre d’Urfé, Grand Ecuyer, Yvon du Fou, Grand Veneur.

180 Les 5 cumulants sont Robert de Floques, capitaine de 15 hommes d’armes et 30 archers de la petite ordonnance à Honfleur (B. N., fr. 21497, n  158), Dunois, capitaine des 43 hommes d’armes et 74 archers qui gardent Harfleur (ibid., 25778, n  1909), Bueil, capitaine des 12 hommes d’armes et 21 archers qui gardent Cherbourg (ibid., 25779, n  2) ; Jean de Torcy, capitaine de 5 hommes d’armes et 10 archers en garnison au château d’Arques (ibid., 21496, n  128), Pierre de Brézé qui assure la garde despalais, château et pont de Rouen avec 15 hommes d’armes et 30 archers (ibid., 25778, n  1907). Restent : Louis d’Estouteville, capitaine du Mont-Saint-Michel et de Tombelaine, avec 25 hommes d’armes et 50 archers et Charles des Marets, capitaine de Dieppe, avec le même effectif (ibid., 21496, n  118 et n. a. fr. 8607, f  108).

181 Les 5 cumulants sont Jacques de Brézé, grand sénéchal de Normandie, capitaine des château, palais et pont de Rouen, avec 24 hommes de guerre de morte-paye (B. N., fr. 21501, n  393), Jean du Bellay, capitaine de Harfleur, avec 68 hommes de guerre (ibid., n  384), Louis Malet de Graville, capitaine de Honfleur avec 34 hommes de guerre, de Pont-de-l’Arche avec 20 et de Dieppe avec 38 (B. N., n. a. fr. 8611, f  4 ; Clair. 237, n  287 ; fr. 21501, n  372), le maréchal de Gié, capitaine de Granville (B. N., fr. 21501, n  383), Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, capitaine du château d’Arques avec 18 hommes de guerre et du château et donjon de Caen avec 6 hommes de guerre (ibid., n  392 et 399) ; les trois non-cumulants : Ymbert de Batarnay, capitaine du Mont-Saint-Michel, avec 23 hommes d’armes et 46 archers (ibid., n  371), Jean du Fou, capitaine de Cherbourg, avec 20 hommes d’armes et 40 archers (B. N., Clair. 237, n  283) et Baude de Saint-Gelais, capitaine de Tombelaine avec 30 hommes de guerre (B. N., fr. 21501, n  389).

182 B. N., fr. 1246, f  25r .

183 A. M. Mâcon, BB 20, f  69—77.

184 B. N., fr. 6758, f  16 et A. N., KK 62, f  129r .

185 En 1475, dans les montres et revues de 36 compagnies, un seul capitaine signalé comme absent : le duc de Bourbon (B. N., fr. 21499, n  300). Evidemment, le connétable de Saint-Pol est absent des montres de deux de ses compagnies sur 3 (ibid., n  272 et Clair. 236, n  227).

186 Molinet, Chron., t. I, p. 304 : les compagnies commandées par leurs lieutenants à Guinegatte sont celles du maréchal de Lohéac, de Jean d’Estouteville-Torcy, de Gilbert de Chabannes, du duc de Bourbon, de l’amiral de Bourbon, du seigneur de Joyeuse. A Saint-Aubin-du-Cormier (Lettres de Charles VIII, t. III, p. j. 6, p. 381—384), les compagnies commandées par leur lieutenant sont les deux compagnies du duc de Bourbon, celles du sire de Torcy, de Gaston du Lion, Pierre d’Urfé, Gilbert de Chabannes, du comte de Vendôme.

187 Maulde. Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 131.

188 G. R., n  12433, 12121, 36 et 4889.

189 Ibid., n  4100.

190 B. N., p. o. 2902, dossier Urfé, n  30.

191 Chabannes, Preuves, t. II, p. 471—472.

192 B. N., fr. 20498, f  34r .

193 Voici quelques exemples de pensions versées — en livres tournois — à des capitaines de la grande ordonnance.
Fin du règne de Louis XI (1478—1479 ?) (B. N., fr. 2900, f  7—16) : Jean Chenul 600 ; Guillaume de Corguilleray, 700 ; Robert de Balsac, 800 ; Maurice du Menn. 1 000 ; Guérin le Groing, 1 000 ; le seigneur de Busset, 1 000 ; Joachim Conie, gham, 1 200 ; Jean du Bellay, 1 200 ; François de Pontbriant, 2 000 ; Boffiél, de Juge, 2 000 ; Gaston du Lion, 2 200 ; Jean Blosset 3 000 ; Jean du Fou, 3 400 ; Gilbert de Chabannes, 4 000 ; Jean Daillon, 6 000 ; Georges de la Trémoïlle — 6 000 ; le maréchal de Lohéac, 8 000 ; Jean d’Estouteville-Torcy, 8 000 ; le maréchal de Gié, 8 000 ; Odet d’Aydie, 9 000 ; l’amiral de Bourbon, 10 400 ; Antoine de Chabannes, 12 000 ; le duc de Bourbon, 14 400. En 1484 : Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, 6 000 ; le Moine Blosset, 1 000 ; Jean de Méritain, 1 000 ; François de la Sauvagière, 600 ; Jean du Bellay, 1 200 (ibid., 7640, f  151 sq.).
En 1493 : Antoine de Baissey, 2 000 ; Jean de Baudricourt, 6 000 (A. D. Côte-d’Or, B 1804, 176v  et 178r ).

194 En 1447, Antoine de Chabannes reçoit de Charles VII 800 l. t. « pour avoir des habillemens a estre plus honnestement a son service » ; en 1451, 60 l. t. « pour nous aidier a soustenir honnorablement nostre estat en son service » (Chabannes, Preuves, t. II, p. 545 et 548).

195 Parmi des dizaines de cas, je relève le suivant : en 1482, don à Jean de Karquelevant, capitaine de 100 lances, des comté, terre et seigneurie de Beaumont-en-Vexin (A. N., JJ 207, n  166 et 209, n  82).

196 Ainsi le comté de Comminges donné par Louis XI au bâtard d’Armagnac, puis, après la mort de ce dernier, à Odet d’Aydie (Jaurgain, Deux comtes de Comminges béarnais). Ajoutons que parmi les dons de la monarchie, beaucoup provenaient de biens confisqués par elle au préalable.

197 Morice, Preuves, t. III, col. 118—125.

198 Ibid., col. 265—266.

199 B. N., fr. 21499, n  269.

200 B. N., lat. 5414 A, f  143—144.

201 B. N., fr. 8269, f  294—297.

202 G. R., n  5891.

203 Ibid., n  12847.

204 Pierre Blosset s’intitule seigneur de Breteuil : Louis XI lui avait fait don de cette terre le 23 décembre 1472 (B. N., Clair. 782, n  199 ; p. o. 373, dossier Blosset, n  20, 21 et 43).

205 A.N., P 2711, n  276 et 2721, n  174.

206 G. R., n  5891.

207 B. N., fr. 32511, f  190r .

208 Stein, Charles de France, p. 788—789, p. j. CXXXVII.

209 Ibid., p. 790, p. j. CXXXIX.

210 Chabannes, Preuves, t. II, p. 471—472, n  272.

211 Ibid., p. 526, n  304.

212 B. N., fr. 20498, f  32r .

213 Connétable : selon un document du 15e siècle, « s’il chevauche et il prent une forteresse, les gens d’armes en doivent vuider dedans trois jours et tout ce qui demeure est au connestable, excepté l’or et les prisonniers, qui sont au roy » (B. N., Clair. 822, f  22—23). Pour la Somme rural, il a « l’ors, l’argent, les armurez et aultres biens, reservé toute vaiselle d’estain, de cuivre, d’arain et les chevaulx, qui appartiennent aux mariseaulx de France » (B. N., n. a. fr. 6861, f  315v ). Amiral : selon une plaidoirie au Parlement de Paris, dans une expédition maritime, l’amiral prenait le dixième des gains de guerre ; la moitié du restant revenait aux « mariniers » et aux « advitaillers », l’autre moitié aux gens de guerre (A. N., X2a 32 : 3 mars 1463). Cf. aussi A. N., X2a 52, 16 novembre 1484.
Maréchaux de France : pour la Somme rural, « ont de leur droit puis que le roy seroit sur terre d’anemis ou y feront enqueste de quelque pillaige toutes les bestes a cornes soient chevaulx ou bestes a cornes et les aultrez sont a gaigneurs et ont tout candrelas, toute vaiselle de keuvre et d’estain faite au martiel et non plus » (B. N., n. a. fr. 6861, f  315v ).
Maître des arbalétriers : « Se ville, forteresse ou chasteau est pris, a lui appartient toute l’artillerie quelle que soit qui trouvée y est, et se l’artillerie de l’ost est commandée a traire sur ennemis, le revenant de l’artillerie est a luy. Item, a son droit sur les oies et chieves qui sont prises en fait de pillage sur les ennemis du roi » (Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 123).
Ces droits étaient-ils toujours respectés ? On en peut douter.

214 Keen, Laws of War, p. 143 (Jurae decimae et marchae argenti) ; « Au cappitaine appartient le Xme du butin de ceulz qui sont soubs luy » : A. N., XI a 4793, f  406v . Cf. aussi A. N., Xla 84 : arrêt du 8 mars 1454.

215 Chron. Martiniane, p. 69.

216 Additions de Jean le Clerc à la Chron. scandaleuse, t. II, p. 344.

217 Chabannes, Preuves, t. I, p. 290—293, n  142—144 et p. 338—339, n  167. A. M. Troyes, BB 5.

218 Cité par Champion, Louis XI, t. II, p. 127.

219 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 174.

220 B.N., fr. 15538, f  261—267 : sur un revenu annuel de 108 024 l. 15 s. 3 d. t., la pension du duc Pierre de Bourbon compte pour 26 000 l. t. et son gouvernement de Languedoc pour 24 000 l. t. Il arrivait que des capitaines gérassent de façon moins traditionnelle leur fortune : Y. Renouard, Les hommes d’affaires italiens au Moyen Age, Paris, 1968, p. 312—313, signale le cas de Jacques Galiot confiant 10 000 écus à Luigi Doria pour qu’il les fasse fructifier.

221 Jean d’Estouteville, seigneur de Torcy, fut enterré dans l’église du monastère de Sainte-Claire de Rouen, qu’il avait fondé en 1466 (Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 87—88). Robert de Balsac fut inhumé dans la collégiale de Saint-Chamant, qu’il avait fondée en 1483, avec 6 chanoines et un doyen (Tamizey de Larroque, « Robert de Balsac », p. 293). Antoine de Chabannes fonda, à Saint-Fargeau, une collégiale, avec un doyen, 6 chanoines et un marguillier, en 1472 ; il y réorganisa la maladrerie et y fit construire un hôpital, à partir de 1482 ; il se fit enterrer dans une autre de ses fondations, la collégiale de Dammartin-en-Goële, où se voit encore son tombeau (Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 234, 256 et 257). De même, chapelle des Baudricourt (avec le célèbre Sépulcre) dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Chaumont.

222 Dalle tumulaire de Robert de Floques dans une chapelle de l’église abbatiale du Bec-Hellouin (reproduite dans Le Métayer-Masselin, Collection de dalles tumulaires de la Normandie, Paris-Caen, 1861, p. 19). La collection Gaignières du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale contient la reproduction de tombeaux et vitraux de seigneurs qui furent aussi, entre autres, capitaines de l’ordonnance (Pe 2, f  24 et 25 : Pierre de Rohan, maréchal de Gié ; Pe 8, f  27 : Louis Malet de Graville).

223 B. N., fr. 22223, f  61—73.

224 Chabannes, Preuves, t. II, p. 525—526, n  304. Autres châteaux agrandis ou construits par des seigneurs qui furent capitaines de la petite ou grande ordonnance : Ussé (Jean de Bueil), Le Verger (Pierre de Rohan, maréchal de Gié), Cherveux (Robert Coningham), Le Moulin (Philippe du Moulin), Le Lude (Jean Daillon), Chaumont-sur-Loire (Charles d’Amboise), Bridoré (Ymbert de Batarnay), Aubigny et la Verrerie (Béraud Stuart), Le Rivau (Pierre de Beauvau), Le Plessis-Macé (Louis de Beaumont) ; Mondion (Tristan l’Hermite) ; Le Fou, à Vonneuil-sur-Vienne (Yvon du Fou), Saint-Chamant (Robert de Balsac), etc.

225 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, n  424bis : inventaire du château de Madic fait lors du décès de Gilbert de Chabannes, du 10 au 15 mai 1493 (« inventoire d’or et d’argent », p. 666—671 et p. 673—676, dont « troix coliers d’or a l’ordre de Saint-Michel », dont Gilbert de Chabannes était chevalier, « desquieulx fault randre le grant aux coquilhes au roy, poesans les deux petis, ung marc, troix onzes, vingt et troix deniers », vaisselle d’argent, p. 676—679 ; pièces d’or, en différentes espèces, écus au soleil, à la couronne, ducats, florins, nobles à la rose... évaluées à 5 324 l. 7 s. 7 d. t., p. 680 ; parmi les « livres en latin, en françoys moulé et escripts a la main tant en parchemin que en papier », « ung livre de l’Ordre », p. 674, « ung livre de batalhes », p. 682 — sans doute L’Arbre des Batailles d’Honoré Bovet — et le « Jouvenceau », p. 684, — c’est-à-dire le Jouvencel de Jean de Bueil).
Cf. aussi, signalés dans l’inventaire des livres trouvés dans la librairie de Philippe de Ravenstein, après sa mort, dans sa maison de Gand : un ouvrage sur ledroit d’armes, deux exemplaires de L’Arbre des Batailles, « l’ordre de la Toison d’Or », un livre pour « faire tournoi », un traité de fauconnerie, un livre d’armoiries, et « seize quayers de papiers et deux petits livres figurés de plusieurs instruments de guerre » (A. D. Nord, Inventaire série B, t. VIII, p. 433 sq. : B 3664)

226 Sur les procès que laissait à sa mort Antoine de Chabannes, cf. Chabannes Preuves, t. II, n  295, p. 514—518.
Sur l’endettement, cf. La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy, p. 84—86 : le « roole des debtes que devoit feu monseigneur de Rays, admirai de France » monte à 42 230 l. 11 s. 3 d. t. (1450).
Le 4 mars 1464, Louis XI faisait don à Jacques de Floques, écuyer, son conseiller et chambellan, bailli d’Evreux, de 8 850 l. t. pour ses services et pour « luy aidier a acquitter plusieurs dettes et ypothecques dont feu Robert de Flocques, son pere (...) l’a laissié chargé a l’eure de son trespas » (G. R., n  12436).
Le livre d’affaires de Michau Dauron, « marchant suyvant la court » (1456—1470). contient une liste de marchandises — surtout des draps — livrées à des personnages qui furent, entre autres, capitaines de l’ordonnance : le seigneur de Craon, Yves et Jean du Fou, l’amiral de Montauban, Gaston du Lion, Louis de Crussol, le maréchal de Comminges, le maréchal Rouaut, les seigneurs de Gié, de la Forêt et du Lau, Tristan l’Hermite, Thomas Stuyer (M. de Bengy-Puyvallée, « Le livre d’affaires d’un marchand berrichon au XVe siècle », Mém. Soc. Antiquaires du Centre, XL, 1921, p. 243).

227 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 660 : « Une tanta de guerre de toelle blanche » (inventaire de Madic). En 1462, parmi les objets enlevés à Antoine de Chabannes, lors de la confiscation de ses biens, par Charles de Melun, on relève deux salades garnies d’or, valant, pour l’or seulement, de 40 à 45 écus (ibid., t. II, p. 78).

228 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187.

229 B. N., fr. 6976, f  4 et 5 (artillerie d’Odet d’Aydie) ; A. D. Côte-d’Or, B 1804, f  94 (artillerie de Philippe de Hochberg) ; Arch. hist. Bretagne, t. II, p. 136 (artillerie appartenant en propre au capitaine Carreau).

230 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. III, p. 183.

231 B. N., fr. 15538, f  261—267.

232 En 1473, Gaston du Lion touche 12412 l. t. en récompense des grands frais qu’il a engagés l’année précédente « au recouvrement des duché de Guyenne et comté d’Armagnac » (B. N., fr. 32511, f  331v ). En 1474, Jean Daillon reçoit 2 500 1.1. « pour les despenses et frais, qu’il a faiz es armées de Lectore et de Rossillon » (ibid., f  344v  et 352r ). En 1462, Charles des Marets reçoit 750 l. t. pour avoir entretenu à ses frais, au temps du siège de Dieppe par les Anglais, 20 ans plus tôt, « certain nombre de gens de guerre en grande quantité » et les avoir fournis « des habillemens de guerre a eulx nécessaires » (ibid., 26088, n  106). En 1473, Louis XI fait don de 9 00 l.t. « a Mons. le mareschal Joaquin » — Joachim Rouaut — « pour le recompenser des fraiz qu’il a faiz pour l’entretenement de XL lances qu’il disoit avoir entretenuz par long espace de temps en l’année derreniere passée pour la garde de Dieppe, dont paiement n’avoit esté fait que pour les dix hommes qui, auparavant de ladite année, y avoient esté establiz » (ibid., 20498, f  107v ).

233 Ibid., 20485, f  3. Autre exemple : B. N., n. a. fr. 1232, f  231v —232r .

234 Hist. Bayart, p. 20.

235 B. N., fr. 22223, f  61—73.

236 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 63. De même Bayart, au dire de son biographe, Jacques de Mailles : « Jamais souldart qu’il eust soubz sa charge ne fut démonté qu’il ne remontast » (Hist. Bayart, p. 424).

237 Rodrigue de Villandrando, de la compagnie duquel il hérita.

238 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 344 (extrait des Marguerites historiales, B. N., fr. 955, chap. 137).

239 Chartraire, « Jean de Salazar ».

240 Gronicques de Normandie, p. 258—274.

241 B. N., fr. 22223, f  61—73.

242 Perret, Louis Malet de Graville, p. 198.

243 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 68—73.

244 Ce frère aîné est appelé Etienne dans la généalogie de 1527 (ibid., p. 8).

245 Chabannes, Hist. maison de Chabannes, t. II, p. 77 et 265.

246 Ibid., t. II, p. 46, n. 2.

247 Ibid., p. 244—266.

248 Chabannes, Preuves, suppl. I, p. 49—50.

249 B. N., p. o. 1896, dossier Maunoury en Normandie, n  15 ; Lettres de Charles VIII, t. III, p. 382—384 ; A. N., 1 AP 1870.

250 Tamizey de Larroque, « Robert de Balsac ». Cf. l’exemple de Philippe du Moulin. De même, le tombeau de Salazar dans l’église du prieuré de Macheret près de son château de Saint-Just : « Cy gist Jehan de Salazar, natif du pays d’Espagne, en son vivant chevalier et chambellan du roy nostre sire et capitaine de cent lances de son ordonnance... » (E. Chartraire, « L’autel de Salazar dans l’église primatiale et métropolitaine de Sens », Bulletin de la Société archéologique de Sens, t. XVI, 1894, p. 300). De même, au château de Lapalisse le tombeau de « Messire Iacques de Chabannes, en son vivant chevalier de l’Ordre, mareschal de France, capitaine de cent hommes d’armes ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search