Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre XIII. Les réserves organisées : le ban et arrière-ban

Texte intégral

  • 1 Supra, p. 221.

1Dans les premières années du 15e siècle, et jusqu’en 1418 au moins, le roi de France pouvait réunir l’ensemble des nobles et possesseurs de fiefs de son royaume, soit par une « semonce générale » ne s’adressant qu’à eux, soit « par maniere d’arriere ban » : ce deuxième mode de convocation visait à obtenir le concours de tous ceux ayant « puissance » de s’armer, c’est-à-dire possédant à la fois la possibilité matérielle de s’équiper et de se battre et l’aptitude physique à la guerre. Une double sélection s’opérait au sein de la population, selon les critères de la fortune et de la capacité à l’égard du métier des armes. La convocation lancée en février 1418 montre par exemple que l’arrière-ban s’adressait aux nobles et autres fieffés, aux gens d’Église, enfin à l’ensemble de la population non noble, à raison de quatre combattants par paroisse1. On a vu comment le service des gens d’Église s’était presque évanoui dans la seconde moitié du 15e siècle et comment la milice des francs-archers constituait le prolongement du service des non nobles : il reste à voir l’évolution qu’a connue le service des nobles.

La réorganisation de Charles VII

  • 2 Ord. Roys, t. XIV, p. 47.
  • 3 B. N., fr. 5909, f  206v —207v . Les raisons qui militent en faveur de la période proposée sont : 1 (...)

2Un acte du 22 mars 1449 fait allusion à une ordonnance récemment promulguée par Charles VII afin de contraindre tous ceux qui, tenant des fiefs et terres nobles de lui ou d’autres seigneurs, n’avaient pas coutume de suivre les armes, de « mettre sus » à leur place des gens de guerre2. Cette ordonnance ne nous est pas parvenue, mais il paraît plausible d’y voir le complément d’une ordonnance précédente qu’on a conservée et qui « réformait » le service des nobles au terme d’une longue période de désordre, pendant laquelle le roi n’avait pu obtenir d’eux un concours satisfaisant. Celle-ci n’est pas datée, mais elle correspond vraisemblablement aux années 1445—1449 : réorganisant le service des nobles, elle serait contemporaine de la création des francs-archers, réorganisant celui des communes3.

3Le roi y souligne qu’en cas de besoin les nobles et autres personnes, tenant de lui en fief et arrière-fief des terres et des seigneuries, doivent le servir et défendre la chose publique, à cause de leurs biens et de leurs privilèges nobiliaires. Jusqu’alors, lorsqu’il les a mandés, ils ont été d’un piètre secours ; convoqués à l’improviste, ils n’avaient pu s’équiper convenablement qu’en vendant ou en engageant leurs fiefs. Aussi a-t-on dû recourir à des étrangers. Mais ces temps sont finis : comme pour les francs-archers, Charles VII entend désormais recruter ses « gens de deffense » parmi ses sujets, et obliger chaque noble et tenant en fief et arrière-fief à être prêt à le servir. Des commissaires sont donc désignés dans chaque bailliage et sénéchaussée ; ils doivent se rendre dans les villes les plus importantes, convoquer l’avocat et le procureur du roi, le clerc des fiefs, d’autres personnes encore s’ils le jugent utile, et leur demander les noms des nobles et des non-nobles tenant en fief et arrière-fief du roi ; ils doivent ensuite aller trouver ou convoquer les nobles et les gens d’Église ayant sous eux des fiefs et arrière-fiefs, leur demander leur valeur et les noms de ceux qui les tiennent. Une fois l’enquête terminée, les commissaires doivent faire prêter aux astreints le serment d’être prêts dans un délai de six mois et de s’équiper en fonction de leurs ressources. Quant aux récalcitrants, leurs noms doivent être transmis au roi.

  • 4 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 51—54, d’après A. D. Côte-d’Or, B 11811.

4Ainsi, bien que l’un des motifs du service demandé fût l’existence des privilèges nobiliaires, le roi n’entendait contraindre que les seuls possesseurs de fiefs. Aucune innovation ici : en dépit d’une certaine imprécision dans les formules, telle est bien la règle dès le 14e siècle ; telle aussi, elle sera maintenue par la suite : les règlements français ne contiennent rien de comparable aux instructions de Charles le Téméraire, en 1471, selon lesquelles devaient s’armer pour la défense du duché de Bourgogne « toutes manieres de gens » se disant nobles et voulant « joyr et usier des privilaiges de noblesse », qu’ils tinssent ou non des fiefs4. Si, dans le royaume de France, la convocation des nobles s’accompagne généralement de celle des hommes ayant l’habitude de suivre la guerre, il ne s’agit pas pour ces derniers d’une obligation mais d’un simple appel.

  • 5 Cousinot, Chron. Pucelle, p. 312.
  • 6 B. M., Add. Ch. 3643—3644.

5L’ordonnance de Charles VII prévoyait en outre des gages pour ceux qui serviraient : là non plus, rien de neuf ; seuls les tarifs proposés et l’équipement prévu sont inédits. Il était en effet admis que les nobles pourraient servir non plus seulement comme hommes d’armes mais comme archers à cheval ; la solde était établie en fonction de l’équipement : un homme d’armes « en état convenable », monté de trois chevaux, devait toucher 15 francs par mois, un archer 7 l. 10 s.t. Le roi préférait disposer d’archers bien équipés plutôt que d’hommes d’armes insuffisants ; sans doute espérait-il obtenir de sa noblesse une proportion identique à celle de l’armée permanente : un homme d’armes pour deux archers. Les nouveaux gages ne tiennent donc plus compte des distinctions sociales traditionnelles entre chevaliers bannerets, chevaliers bacheliers, écuyers bannerets et écuyers ordinaires. Tel simple gentilhomme « en habillement d’homme d’armes » touchera désormais davantage que tel chevalier sans fortune servant « en habillement d’archer ». Ce changement si important n’était pas dû à la seule initiative royale ; il correspondait d’une part aux transformations de l’art militaire et d’autre part à l’évolution sociale et économique de la classe noble : au milieu du 15e siècle, la chute de la rente foncière, la crise des revenus agraires, ne permettaient plus qu’à une minorité de nobles de se procurer un équipement d’homme d’armes, plus complet et plus coûteux que jamais. Le nouveau tarif avait pour principal mérite d’entériner un déclassement militaire qui s’était manifesté bien avant : dès 1429, évoquant la chevauchée du sacre, la Chronique de la Pucelle fait allusion à « plusieurs gentilshommes » qui, « non ayans de quoy eulx armer et monter, y alloient comme archers et coustillers, montés sur petits chevaulx »5. Simplement, ce qui paraissait encore anormal à cette date, est officiellement admis et reconnu vingt ans plus tard. Bien mieux : dans la Normandie lancastrienne, les nobles répondant aux convocations de l’autorité publique étaient déjà payés à des taux différents, « selon leurs habillemens », comme lances à cheval, demi-lances ou archers6.

  • 7 « Primo, ung sac ou sont les noms et surnoms des nobles du royaume envoyez par les bailliz et senes (...)
  • 8 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, p. 290—293, n  LXII, d’après A. D. Basses-Pyrénées, E 656
  • 9 « Lettres d’exempcion generale faicte par maniere d’ordonnance pour ceulx qui doivent estre exemps (...)
  • 10 Ibid., f  238v .
  • 11 Ord. Roy s, t. XIV, p. 350—352.
  • 12 Pour la sénéchaussée de Beaucaire et Nîmes, en 1456 et 1458 (Hist. Languedoc, t. XII, col. 46—50).

6La réforme de Charles VII fut menée à bien7. Pour la campagne de Guienne en 1453, le roi put recourir à ses nobles : ses lettres du 2 janvier exposaient aux baillis et sénéchaux son intention de mettre sur pied au cours de l’année deux « bonnes et grosses armées », l’une en Guienne, destinée à reprendre Bordeaux, l’autre en Normandie, prête à empêcher un débarquement. Les gentilshommes résidant au sud de la Loire devaient donc se rendre en Guienne, ceux habitant au nord, en Normandie. Un noble bien équipé, disposant d’un valet et de deux chevaux, toucherait 10 l.t. par mois, un archer ou un arbalétrier, à cheval ou à pied, 5 l.t. Tout noble pouvait amener avec lui jusqu’à deux hommes de trait, payés au même taux de 5 l.t. Afin que l’argent nécessaire fût prêt en temps voulu, les officiers royaux devaient faire connaître au Conseil dans les premiers jours de mars le nombre de gens d’armes et de trait disponibles dans chaque bailliage ou sénéchaussée8. Les agents de la monarchie accomplirent leur tâche avec tant de zèle que le roi put bientôt, par de nouvelles instructions, limiter ses exigences9. Cependant, en dépit des larges exemptions accordées, la contribution des nobles se révéla si importante que, par ses lettres du 22 juin 1453, Charles VII tint à avertir les baillis, ses besoins en hommes étant satisfaits, de ne plus poursuivre les possesseurs de fiefs qui n’avaient pas rejoint l’armée10. Enfin, aux termes du règlement du 30 janvier 1455, une nouvelle enquête générale devait aboutir à la rédaction d’un registre par bailliage ou sénéchaussée, contenant les noms et l’équipement des nobles11. Cette enquête fut renouvelée plusieurs fois avant la fin du règne12.

  • 13 B. N., fr. 24029, f  31v —33v .
  • 14 Ibid., 14371, f  52v .
  • 15 Quieherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Public, t. II, p. 274—275 et 272—273.
  • 16 Arsenal, 2467, f  20.
  • 17 Inv. arch. com. Périgueux, CC 91, p. 120.

7Telle se présente la levée des nobles et tenants en fief après la réorganisation du milieu du siècle. Le formulaire du 15e siècle qui transcrit l’acte de base le désigne par l’expression : « Lettres pour mectre sus les nobles en ce royaume » ; de fait, il concerne la semonce des nobles mandés « par ban et arriere ban ou autrement ». Ainsi, d’une part le roi peut convoquer les nobles en dehors du cas d’arrière-ban ; d’autre part, il n’est pas formellement exclu que l’arrière-ban puisse concerner également d’autres catégories de la population. Cependant, le même acte, repris dans un formulaire datant de la première moitié du 16e siècle, est désigné cette fois par l’expression « ban et arriere ban »13. Un troisième formulaire, datant du 15e siècle et contenant des actes de Charles VII et de Louis XI, donne pour titre à un mandement de Charles VII convoquant la noblesse le mot « arriere ban »14. En 1465, l’arrière-ban ayant été proclamé par Louis XI, l’abbé de Corbie ainsi que la municipalité de Montreuil-sur-mer s’adressent au chancelier de France pour qu’en soient exemptés un certain nombre de personnages, tous possesseurs de fiefs. Nulles doléances concernant les hommes qui ne possèdent pas de fiefs : tout se passe comme s’ils ne pouvaient être touchés par l’arrière-ban15. Une ordonnance de 1477 réglant le service des nobles et possesseurs de fiefs s’intitule « ban et arriere ban »16. Ainsi, sans doute dès le milieu du 15e siècle et à coup sûr dès les premières années du règne de Louis XI, sans que la monarchie ait expressément renoncé à des possibilités plus larges, le ban et arrière-ban, en pratique, n’intéresse plus que les nobles et autres tenants en fief. C’est assurément par inadvertance qu’en 1477 le sire de Mareuil utilisa à Périgueux la formule traditionnelle, désormais anachronique, selon laquelle tout homme ayant puissance d’armer un homme en habillement de guerre était tenu d’« envoyer » au ban et arrière-ban17. Cependant, au milieu du 15e siècle, la convocation des nobles ne revêt pas toujours la forme solennelle de l’arrière-ban ; peut-être, à cette date, ce dernier ne répond-il encore qu’à des circonstances assez exceptionnelles ?

  • 18 A. M. Orléans, CC 547, f  38v .
  • 19 B. M. Nantes, 1696. Cf. aussi la lettre du régent de 1420 ou 1421 demandant que tous les gentilshom (...)
  • 20 Compte de forteresse d’Orléans, dans Journal du siège d’Orléans, p. 364.
  • 21 A. N., JJ 176, n  41.
  • 22 Ibid., P 13922, n  792.
  • 23 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, n  VII.
  • 24 B. N., fr. 24160, f  7v  sq.
  • 25 Ibid., 14371, f  52v  ; le même acte se trouve transcrit dans le formulaire 14370, f  57.
  • 26 Par acte du 16 janvier 1430, Charles VII affranchit les ville et faubourgs d’Orléans, en raison de (...)

8Entre 1418 et le milieu du 15e siècle, la portée de l’arrière-ban a donc notablement diminué : est-il possible de préciser les étapes de ce rétrécissement ? En août 1420, en vertu de l’arrière-ban crié par le régent, une contribution en hommes fut demandée à la ville d’Orléans18. En 1424, une convocation lancée par manière d’arrière-ban sur ordre de Charles VII s’adresse à « tous nobles et autres tenans fiefs ou arriere fiefz » du roi ainsi qu’à « autres » ses « fealx »19. Le « ban et arriere ban » fut crié en 143020 et en 1441 : à cette dernière date, on y voit servir, en particulier, un jeune noble ayant coutume de suivre le roi dans ses guerres21. En 1434, Charles VII dispense, principalement en raison de son grand âge et de sa viduité, Isabeau de Harcourt, dame de Villars et de Roussillon, de fournir les hommes qu’à cause de ses terres, seigneuries, châteaux et forteresses du Dauphiné tenus de lui, elle devait envoyer à ses dépens dans les armées, voyages et chevauchées ordonnés par le roi « pour quelxconques mandemens, criz ou publicacions sur ce faictes ou a faire par maniere d’arriere ban ou autrement ». De plus, elle obtient la possibilité de désigner 10 gentilshommes pour garder ses places du Dauphiné, lesquels, du même coup, sont eux aussi exemptés des « armées, mandemens, criz et arriere bans » royaux22. Par lettres patentes données à Tulle le 28 mai 1442, le même roi établit les comtes de Penthièvre et de Ventadour, le vicomte de Turenne et d’autres seigneurs, ses lieutenants généraux sur le fait de la guerre en Périgord. Entre autres pouvoirs, ils ont celui de faire crier de par le roi « ban et arriere ban » en Périgord, Limousin, Quercy, Montagnes d’Auvergne et ressort de Montmorillon, pour assembler, autant de fois qu’il le faut, « toutes manieres de gens, noz vassaulx et autres ». La formule est large, imprécise, mais le reste de l’acte montre qu’il s’agit de réunir des manoeuvres, des charpentiers, des maçons, et surtout des gens d’armes et de trait, c’est-à-dire les « nobles et aultres qui ont accoustumé eulx armer »23. En 1438, des amendes furent imposées à un certain nombre d’habitants du Poitou qui ne s’étaient point armés, ou ne s’étaient pas employés en armes au service du roi, ou n’avaient pas été à l’arrière-ban du roi, à son couronnement ni à d’autres voyages et armées où lui-même s’était rendu : il est significatif que tous les individus condamnés sont qualifiés de gentilshommes24. Enfin, un acte de Charles VII annonce son intention de se « mettre sus, a toute puissance » et de convoquer pour cela les nobles, barons, chevaliers, écuyers et autres gens tenant de lui en fief ou arrière-fief ou qui ont coutume de s’armer et de suivre les guerres. Aucune exemption n’est admise. Ceux qui ne viendraient pas verraient leurs biens meubles et immeubles confisqués, ils seraient réputés désobeissants à leur souverain seigneur et criminels de lèse-majesté. L’acte n’est pas daté, mais il parle d’une menace anglaise en direction de la Loire : on peut donc le faire remonter aux années 1422—1430, peut-être même, plus précisément, à 1428 ; or le formulaire qui le transcrit lui donne comme titre « ariere ban ». Une note à l’usage des secrétaires de la Chancellerie royale s’y trouve ajoutée : « Selon la necessité et selon le cas, on fait ces presentes aucunes fois plus expresses, aucunes fois moins, et quant le roy veult aler en armes en personne, on les doit faire plus expresses »25. Telle est bien la raison des variantes entre les différentes formules employées qui doivent répondre le plus exactement possible aux exigences de la situation. Ainsi, jusqu’au milieu du siècle, l’arrière-ban frappait surtout, mais non exclusivement, les possesseurs de fiefs26. Puis à partir de 1448, le roi put régulièrement disposer de communes par un autre moyen que l’arrière-ban. D’où une restriction dans sa portée qui permit d’augmenter sa fréquence, ou du moins plus rien ne le séparait des semonces et mandements ordinaires des nobles. Pour désigner deux réalités désormais identiques, on se servit donc de cette expression au contenu frappant, chargée de toute l’autorité royale, en l’employant de préférence sous la forme « ban et arriere ban » qui parut correspondre à la distinction des fieffés et des arrière-fieffés, des vassaux et des arrière-vassaux.

1467 : l’encadrement permanent

  • 27 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, n  48, p. 153—154, d’après B. M., Add. Ch. 40 (...)
  • 28 A. M. Lyon, EE 95/10, f  5 et 6v —7 ; Quicherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Public, p. (...)
  • 29 B. N., Clair. 235, n  105 ; autre montre de 218 hommes d’armes et 64 brigandiniers et gens de trait (...)
  • 30 B. N., fr. 26089, n  390 et 26090, n  445 ; Quicherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Publi (...)
  • 31 A. N., K 70, n  34.

9A la suite des mesures prises par Charles VII dans la dernière partie de son règne, le service des nobles constituait une force disponible, qui fut dès lors utilisée à plusieurs reprises. En 1462 par exemple, le sénéchal de Poitou reçut l’ordre de convoquer, selon la formule habituelle, « tous nobles, francs archers et autres qui ont accoustumé suyre et pregnent les armes »27. Mais ce fut surtout en 1465, au cours de la guerre du Bien Public, que Louis XI fit un large usage de ce renfort. Dès le 7 mars, il décida d’appeler les nobles de toutes les provinces. Ceux du Dauphiné devaient en particulier former 200 lances fournies, placées sous le commandement de Soffrey Alamand, seigneur de Châteauneuf et d’Uriage, que le bâtard d’Armagnac, gouverneur du Dauphiné, avait désigné pour faire « mettre sus » les « vassaux, nobles et autres subgectz dudit païs »28. De fait, la montre de ce contingent, passée à Lyon du 18 au 26 avril, indique un effectif de 208 hommes d’armes et 441 gens de trait29. Au cours de la même année, l’arrière-ban fut crié à plusieurs reprises : en avril, en mai et en juillet30. Par mandement du 4 mai 1466, Louis XI ordonna au connétable de Saint-Pol d’entreprendre à travers le royaume la montre générale de tous les « nobles, barons, chevaliers et escuiers et autres gens laiz » tenant du roi en fief et arrière-fief, de tous ceux ayant coutume de porter les armes, enfin des francs-archers31. Ce contrôle préludait à une réorganisation importante, qui eut lieu en 1467, peu de mois après la réforme des francs-archers.

  • 32 B. N., fr. 32511, f  276r .
  • 33 D’origine bretonne, Yvon du Fou devint poitevin par son mariage avec Anne Mourront (G. R., n  17607 (...)
  • 34 Roolles des bans et arriere bans de la province de Poictou, Xaintonge et Angoumois. Autres exemples (...)

10Louis XI décida alors de choisir des capitaines ayant en permanence la charge des « lances et brigandiniers pour le ban et arriere ban »32. Les documents permettent de connaître le processus suivi en Poitou et Angoumois. Par lettres du 21 septembre 1467, Louis XI nommait commissaire en cette partie un important personnage de la région, Yvon du Fou33. Ce dernier convoqua d’abord à Fontenay-le-Comte les seigneurs que le roi entendait faire chefs de son arrière-ban du Poitou. Leur mission devait être, en temps de paix de surveiller l’équipement des astreints, en temps de guerre de prendre leur tête. Ils devaient prêter serment de servir le roi contre tous, y compris Charles de France, Charles le Téméraire et François de Bretagne. Yvon du Fou procéda ensuite à la convocation des nobles : le 22 octobre à Sainte-Hermine, le 24 à Niort, le 28 à Chauvigny. Tous durent jurer sur les Évangiles de bien servir le roi : tout se passe donc comme si la foi traditionnelle que les vassaux devaient à leur seigneur — et les vassaux du roi, au roi — était estimée insuffisante. Pour la répartition entre les capitaines, on tint compte du libre choix des nobles, « s’avouant » à tel ou tel chef, mais aussi de la nécessité d’équilibrer les compagnies. L’arrière-ban de Saintonge et Angoumois, rassemblé un peu plus tard, ne forma qu’un seul contingent. En tout, dix capitaines se trouvèrent à la tête de 1 348 hommes de guerre, dont 360 hommes d’armes et 988 combattants de moindre valeur, coutilliers, archers ou brigandiniers. 3 compagnies se situaient aux environs de 250 combattants, 7 autres en comptaient de 64 à 120. Par ailleurs, le roi, qui jusqu’alors avait essentiellement demandé à la noblesse un service d’hommes d’armes ou de trait, renonçait à ces exigences et admettait la présence, dès lors prépondérante, de « brigandiniers » munis de javelines, de vouges ou de demi-lances34.

  • 35 A. N., K 71, n  19.
  • 36 B. N., fr. 32511, f  276r  sq.
  • 37 B. M., Add. Ch. 4090 (1470). Picrochole « feist crier par son pays ban et arriere ban », dit encore (...)
  • 38 Stein, Charles de France, p. 248, n. 7.

11Ainsi, pour la première fois, cette réserve que formait l’arrière-ban possédait un encadrement permanent désigné par le roi, tout comme, depuis 1451, cette autre réserve que constituaient les francs-archers. Pour leur peine, les capitaines ordonnés « en chacune contrée » du royaume « pour conduire le ban et arriere ban des nobles et autres suivans les armes »35 recevaient du roi des gages ou pensions annuels qui, après avoir oscillé, selon l’importance de la charge, entre 200 et 500 l.t., furent uniformément fixés, à partir de 1470, à 200 l.t.36 La nouvelle organisation entraîna un certain glissement linguistique : désormais, sauf exceptions37, l’arrière-ban ne désigna plus un mode de convocation, mais une force armée, au même titre que les mortes-payes, les francs-archers ou les troupes de l’ordonnance38.

1481 : l’arrière-ban devient une infanterie

  • 39 Vers 1470 : « Item aussi, pour le bien et entretenement de ses nobles de Languedoc, que doresenavan (...)
  • 40 Ibid., 32905 et 11864 et B. M. Angers, 1184, contiennent les montres des nobles de l’Anjou à la fin (...)
  • 41 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.
  • 42 Arsenal, 2467, f  20—22.

12Les réformes de 1467 inaugurent pour l’arrière-ban une période nouvelle au cours de laquelle les montres préparatoires deviennent plus nombreuses39 et surtout plus régulières40 : chaque année, semble-t-il, en fonction des menaces et des ambitions, le roi promulgue un édit où il ordonne une enquête sur les revenus des fiefs et une montre générale des astreints et où il définit les exemptions et les dispenses : pour 1473 par exemple, ses exigences sont particulièrement rigoureuses41 ; en 1478 en revanche, compte tenu de l’accroissement considérable des forces permanentes, les contraintes se relâchent42.

13Dès l’origine, un parallélisme s’est manifesté entre les francs-archers et l’arrière-ban : la création puis la réorganisation des premiers en 1448 et 1466 furent suivis par les deux aménagements du second, vers le milieu du siècle et en 1467. Rien d’étonnant dès lors à constater que la suppression des francs-archers, en 1480, entraîna pour l’arrière-ban, des transformations profondes. En premier lieu, Louis XI créa quatre capitaines généraux de l’arrière-ban, chacun responsable d’une circonscription très vaste, ayant sous ses ordres un certain nombre de capitaines particuliers.

  • 43 Gouron, « Le ban et l’arrière-ban ».
  • 44 Telle est cependant l’opinion de Gouron (ibid.) qui ne paraît pas avoir saisi la différence entre l (...)
  • 45 A. D. Deux-Sèvres, E 1286.

14A ces nouveaux groupements échappaient une partie du Midi languedocien, le Dauphiné, les terres reprises à la maison de Bourgogne, l’Ile-de-France, la Picardie et la Normandie (Carte 6). Que le roi ait négligé le duché de Bourgogne, l’Artois, le Roussillon, une occupation de fraîche date, encore contestée, l’insécurité, le loyalisme douteux de la noblesse, peuvent l’expliquer. Mais l’exclusion des trois vieilles provinces d’Ile-de-France, Picardie et Normandie ne se comprend que par la nature des changements que subit l’arrière-ban dans les quatre nouvelles capitaineries : là, les nobles servant naguère comme hommes d’armes à cheval devenaient des hommes d’armes à pied ; ils conservaient leurs armures mais ils devaient remplacer la lance et l’épée par une pique et une dague longue ; quant aux nobles servant en état de « brigandiniers a cheval », ils renonçaient à leurs montures, aux vouges, aux javelines, aux demi-lances ; à la place, le tiers d’entre eux devaient acquérir des hallebardes, les deux autres tiers des piques, sans compter la dague longue, obligatoire pour tous. Ainsi, dans une grande partie du royaume, Louis XI pouvait disposer d’une réserve de piquiers et de hallebardiers, remplaçant les francs-archers abolis. Le nouvel équipement, imité de l’armement suisse, était identique à celui qu’à la même date il imposait aux gens de guerre de son camp. Des spécimens de pique, hallebarde, dague longue, salade d’archer, pièce d’armure pour les bras, cuissots et gantelets, furent envoyés aux capitaines du nouvel arrière-ban qui durent les transmettre aux ouvriers de l’armement. Ces derniers devaient les vendre à des prix imposés et, sous peine de la hart, renoncer à fabriquer d’autres armes. Enfin il était prévu que les villes équipant les gens de guerre du camp ne pourraient travailler pour l’arrière-ban43. Mais en Normandie et en Picardie, le roi disposait déjà de l’infanterie du camp, recrutée principalement dans ces deux provinces : il n’y avait donc nul besoin d’une réserve de gens de pied, et il est probable que l’arrière-ban continua ici d’être composé de gens de cheval. On ne saurait voir dans cette réforme radicale, une « rationalisation du service roturier »44 : il s’agit au contraire d’une transformation tactique et technique du service noble ; on a la preuve qu’elle fut réalisée en Poitou, où plusieurs montres indiquent que les trois ressorts de Montmorillon, Niort et Poitiers durent fournir conjointement 73 hommes d’armes et 330 piquiers45.

Carte 6. Les quatre circonscriptions de l’arrière-ban (1480)

Carte 6. Les quatre circonscriptions de l’arrière-ban (1480)

1485 : retour à la tradition

  • 46 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 666 : les plaintes portent sur la fréquence des convocatio (...)

15On peut croire que la décision de Louis XI entraîna une vague de mécontentement : les descendants de la chevalerie, qui avaient déjà dû renoncer dans leur majorité à servir comme hommes d’armes, se voyaient maintenant contraints de faire la guerre à pied. En outre, il n’est pas vraisemblable que cet amas de piquiers et de hallebardiers, rassemblés à contrecœur, dépourvus d’expérience et de discipline, ait constitué une force de valeur. La réforme était trop contraire à la mentalité noble, trop peu adaptée aux exigences véritables du combat pour être maintenue. Peut-être y renonca-t-on dès avant la mort de Louis XI : du moins, les députés aux états généraux de Tours, en 1484, lorsqu’ils abordent la question de l’arrière-ban, n’y font aucune allusion46.

  • 47 A.N., Y 63, f  109v —111v .
  • 48 1486 : B. N., n. a. fr. 9813, f  117 et Lex et Bougniot, Journal de famille des Dupré, bourgeois de (...)
  • 49 Lettres de Charles VIII, t. III, p. 384 ; Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. (...)
  • 50 B. N., fr. 5743, f  6. Faisant allusion à l’arrière-ban, Charles VIII y dit expressément qu’il en t (...)

16Une fois écartées les téméraires improvisations de Louis XI, il fallut renouer avec la prudente tradition antérieure : tel fut l’objet de l’instruction de 1485. Celle-ci ne se veut pas un acte définitif, elle n’est qu’une réponse d’une part à l’une des menaces périodiques de descente anglaise en France, d’autre part à la levée de l’arrière-ban décidée par le duc de Bretagne et par plusieurs autres princes du royaume47. Toutefois, les règles qu’elle contenait présidèrent aux nombreuses convocations de l’arrière-ban, entre 1487 et 1492, au cours des guerres de Bretagne et des dernières luttes contre Maximilien d’Autriche48. En 1488 par exemple, les nobles de Normandie et du Maine se trouvèrent dans l’arrière-garde des forces françaises, à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, tandis qu’en 1489 ceux du Poitou gardèrent une série de places aux frontières méridionales de la Bretagne49. Mais la contribution de l’arrière-ban se révéla si décevante que Charles VIII, lorsqu’il quitta la France pour la conquête de Naples, en 1494, ne crut pas pouvoir s’y fier pour assurer la défense du royaume en son absence ; il préféra désigner dans six provinces 120 barons, 240 chevaliers et 600 simples gentilshommes, choisis parmi les plus riches et les plus capables ; rattachés à son hôtel en tant que conseillers et chambellans, écuyers d’écurie, panetiers, écuyers tranchants, échansons, ils devaient recevoir des gages en échange de leur service ; pour compenser cette dépense nouvelle, une taxe serait levée sur les possesseurs de fiefs et d’arrière-fiefs auxquels en revanche aucune aide militaire ne serait plus demandée50. A cette date, 960 combattants dévoués, bien en point, présentaient aux yeux du roi et de ses conseillers une valeur militaire supérieure à tout l’arrière-ban du royaume.

1503—1504 : les projets du maréchal de Gié

  • 51 Ibid., 1246, f  28r .
  • 52 Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 91 sq. ; A.N., P 1402 », n  1225 et 583, f  (...)

17Pourtant, tels étaient le poids de la tradition, l’emprise des habitudes qu’on ne se résigna pas à laisser sombrer l’arrière-ban dans l’oubli : selon un écrit anonyme du début du 16e siècle il n’était pas possible d’admettre qu’une province fournissant naguère 400 hommes d’armes, n’en procurât plus que 80 ou 100 ; il fallait en revenir aux 4 capitaines généraux et aux capitaines particuliers du temps de Louis XI, imposer un uniforme aux nobles de l’arrière-ban51. En 1503 enfin, en même temps qu’il proposait une levée de 20 000 hommes de pied dans le royaume, le maréchal de Gié relança la question de l’arrière-ban : il récupéra divers documents datant des règnes passés que détenaient deux vieux conseillers de la couronne, Jean Bourré et Etienne Petit, il consulta un rapport écrit sur ce sujet par Robert de Balsac, et parvint à convaincre Louis XII d’entreprendre une nouvelle enquête générale : à travers tout le royaume, des registres des fiefs et arrière-fiefs furent établis, contenant les noms de leurs possesseurs et les services auxquels ils étaient tenus « pour les bans et arriere bans » du roi. Un double de chacun de ces registres fut transmis au souverain, en même temps que les anciens rôles des montres, depuis la réorganisation de Charles VII52.

18L’histoire des levées nobiliaires dans la seconde moitié du 15e siècle présente un caractère paradoxal : à une époque où le pouvoir royal se consolide, s’accentue, s’exacerbe même — comme sous le règne de Louis XI — la répétition des enquêtes, la multiplication des contrôles, la rigueur et la minutie croissantes des règlements et des instructions se révèlent incapables de transformer l’arrière-ban en une force militaire solide. Cet échec, comment l’expliquer ?

L’encadrement

  • 53 B. N., fr. 5909, f  206v  et 207.
  • 54 A. H., Y 63, f  109v -110v .
  • 55 B. N., fr. 1246, f  27r  : « Les commissaires passent tout pour compere et pour comperes, ce qu’ilz (...)

19Pour connaître par avance les forces dont il pourrait disposer, le roi ordonnait des montres préparatoires, aux cours desquelles étaient vérifiées l’importance des effectifs, la qualité de l’armement, la relation entre le service proposé et la valeur du fief. A ce contrôle à la fois fiscal et militaire, assistaient l’avocat et le procureur du roi, le clerc des fiefs, le greffier du bailliage ou de la sénéchaussée53, enfin un commissaire spécialement désigné par le roi. Le rôle du commissaire était à vrai dire essentiel : une instruction de 1485 prévoyait qu’il devait jurer sur les Évangiles, entre les mains du bailli, du sénéchal, ou du gouverneur, selon la circonscription dont il était chargé, d’agir loyalement, sans fraude, sans abus, sans haine, sans faveur, et de ne recourir ni à la concussion ni aux exactions. Si les commissaires étaient eux-mêmes baillis, sénéchaux ou gouverneurs, ils devaient prêter leur serment entre les mains de leur lieutenant54. De fait, parmi ces commissaires, la moitié environ est composée de baillis, sénéchaux et gouverneurs, agissant chez eux ; pour le reste ce sont des nobles originaires des régions où ils doivent exercer leur tâche qui dominent. Dans l’un et l’autre cas, ces personnages ont donc l’avantage de connaître par avance les fiefs, leurs revenus, leurs possesseurs ; ils ont aussi l’inconvénient d’être plus accessibles que des étrangers aux diverses pressions locales. Selon un document du début du 16e siècle, ils « passent tout », mais c’est là, semble-t-il, un phénomène récent qui n’existait pas sous les règnes de Louis XI ni de Charles VIII55.

  • 56 Ainsi, en 1467, Yvon du Fou pour le Poitou et la Saintonge.
  • 57 Pinson de la Martinière, La connestablie et mareschaussée de France, p. 8—9.
  • 58 A. M. Montferrand, EE 3.
  • 59 1471 : Jean le Bœuf, chevalier ; Jean, baron de Ferrières, chevalier ; Laurent, seigneur de Vieux-P (...)
  • 60 Certains de ces écuyers deviennent ensuite chevaliers : ainsi Sauxon de Saint-Germain, écuyer en 14 (...)
  • 61 B. N., n. a. fr. 7640, f  151 sq. ; liste des hommes d’armes dans B. N., fr. 21502, n  450 (1491) ; (...)
  • 62 A. Plaisse, La baronnie du Neubourg, Paris, 1961.
  • 63 Demay, n  1542—1549 ; B. N., Clair. 144, n  21—32.

20A partir de la désignation des capitaines permanents, en 1467, on connaît avec une relative précision le personnel qui commandait à l’arrière-ban. Régulièrement investis de leur charge par le roi, ces chefs devaient prêter un serment soit devant tel grand personnage autorisé à le recevoir56, soit devant les maréchaux de France ou leur lieutenant à la Table de Marbre57. Leurs pouvoirs étaient étendus : nommé par lettres patentes de Charles VIII du 25 juin 1485 « cappitaine general, chef et conducteur » des « gens de guerre » du « ban et arriere ban du bailliage de Montferrand », Claude de Montfaucon a « commission et mandement especial » de les conduire là où il lui sera mandé, de les faire tenir en ordre et police, de « leur faire ouverture des fortes places et villes », des « ports » et des « passages », de leur faire délivrer des vivres à prix raisonnable, de les punir s’ils refusent d’obéir « aux mandemens, commandemens, ordonnances, inhibitions et deffenses » du roi, bref de faire « tout ce que chef, conducteur et cappitaine general doit et peut et est acoustumé de faire ou fait et exercite de la guerre »58. Prenons l’exemple de la Normandie, où l’on compte, selon les années, entre 6 et 9 capitaines de l’arrière-ban. Le plus souvent, un seul d’entre eux se trouve à la tête des nobles d’un bailliage, mais il peut aussi partager cette tâche avec un collègue59. Les capitaines forment un encadrement assez stable : sur les 7 présents en 1471, un sert sans interruption au moins 10 ans, un autre 12, deux 13, et un 14 ans. Un sixième, après avoir servi pendant quelques années, perd sa charge, puis la retrouve de 1483 à 1491. Quant au dernier, qui a servi au moins 10 ans, il est, au bout de ce laps de temps, remplacé par un de ses parents : la tendance à l’hérédité se manifeste ici. Parmi eux, quelques barons, une majorité de chevaliers, un petit nombre de simples écuyers60. Aucun roturier, aucun étranger, aucun bailli non plus : tout se passe comme si le roi voulait éviter le cumul des fonctions en vue d’un meilleur rendement. Tous appartiennent à de notables familles locales, mais aucun ne peut se ranger dans la catégorie des très grands seigneurs ; entre eux et leurs subordonnés, la distance n’est pas toujours grande. Charles de Clercy, chevalier, est capitaine des nobles du bailliage de Caux de 1484 à 1491 ; dans les limites de son bailliage, il ne possède qu’un plein fief de haubert, plus une portion de fief. Parmi les hommes d’armes servant sous lui, une douzaine au moins se trouvent aussi largement possessionnés61. Laurent, seigneur de Vieux-Pont, chevalier, a une charge dans l’arrière-ban entre 1471 et 1483 : héritier de l’importante baronnie du Neubourg que sa famille devait conserver jusqu’en 164462, il est d’un niveau social un peu supérieur au précédent. Raoul de Breuilly est issu d’une ancienne famille chevaleresque de Basse Normandie, dont les ancêtres, dès le début du 14e siècle, ont servi le roi dans ses guerres : en 1454, encore écuyer, il est capitaine des francs-archers du bailliage de Cotentin ; de 1481 à 1491, il commande à l’arrière-ban du même bailliage mais porte cette fois la qualité de chevalier et le titre de conseiller et chambellan du roi63.

  • 64 B. N., p. o. 1896, dossier Maunoury en Normandie, n  4—20 ; Bibl. Min. Armées, A 1 b 1625, t. I, n  (...)

21Jean Maunoury apparaît d’abord comme homme d’armes de la garde du corps du roi en 1469 ; deux ans plus tard, on le retrouve capitaine des francs-archers du bailliage de Rouen ; à cette époque il n’est encore qu’écuyer d’écurie de Louis XI, mais en 1483, il est devenu conseiller et chambellan du roi et touche une pension annuelle de 600 l.t. ; l’année suivante, il est qualifié de chevalier. Charles VIII lui accorde la somme considérable de 4 000 l.t., en compensation d’un prisonnier que Louis XI s’était approprié ; en 1491, le voilà capitaine de l’arrière-ban du bailliage d’Évreux. Il monte encore : en 1495, il est capitaine de 30 lances fournies de l’ordonnance. Il meurt entre 1503 et 1505. Carrière militairement exemplaire, où se reflète l’exacte hiérarchie des troupes : francs-archers, arrière-ban et ordonnance. Carrière économiquement fructueuse : Jean Maunoury fut également élu des aides dans l’élection de Lisieux, capitaine de Bayeux. Carrière socialement réussie : il est significatif que son fils Henri, d’abord enfant d’honneur de Louis XII, devint ensuite l’un des cent gentilshommes de son hôtel64.

  • 65 A. N., X2a 49, 20 janvier 1484 ; demeurant à Sézanne, qui appartenait au duc d’Orléans, Montmort en (...)
  • 66 B.N., fr. 32511, f  286r  et 365v . Sur la famille du Châtelet, cf. surtout Dom Calmet (Histoire Gé (...)
  • 67 B. N„ p. o. 694, dossier Chaspoux, n  25 et fr. 32511, f  280v  ; il garde sa charge au moins jusqu (...)
  • 68 Robert d’Estouteville, chevalier, prévôt de Paris (B. N., fr. 32511, f  286r  : 1468) ; le sire de (...)
  • 69 B. N., fr. 6984, f  221 sq. (1477) et A. D. Isère, B 4364 (1488).
  • 70 G. R., n  22754, 17188, 22850, 22874 et 23715.
  • 71 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, n  17, p. 78—79.
  • 72 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186, et B. N., fr. 20487, f  75.
  • 73 Stein, « Lettres missives des xve et xvie siècles », p. 3, n  2.
  • 74 A. D. Hérault, A 14, f  297r —299r .
  • 75 B. N., p. o. 1414, dossier Le Groing, n  18.
  • 76 Arch. hist. Poitou, t. XLI, p. 421—428, d’après A. N., JJ 207, n  63.
  • 77 A. N., Y 63, f  109v —110v . De même dans l’état bourguignon (La Chauve-lays, Les armées de Charles (...)

22L’examen des autres provinces confirme, dans l’ensemble, l’exemple normand. Voici trois écuyers, Artus de Giresme, Pierre du Châtelet, seigneur de Cirey, Jean de Montmort, seigneur de Montmort et de Vaudey, « notable gentilhomme de noble et ancienne maison »65, placés respectivement à la tête des nobles des bailliages de Troyes, Chaumont et Meaux entre 1468 et 147866. Antoine de Giverlay capitaine de l’arrière-ban sous Louis XI, fit partie sous Charles VII de la compagnie d’ordonnance du maréchal de Culant dont il fut un chef de chambre67. Tout au plus faut-il noter la présence, à vrai dire fort rare, de baillis et de sénéchaux ayant la « charge et conduite » des nobles de leur circonscription68 et les responsabilités qui continuent d’incomber aux maréchaux dans certaines provinces tels la Bourgogne et le Dauphiné69. En d’autres termes, au niveau inférieur, l’encadrement des nobles fut assuré par des chefs stables, exercés, honorables, mais n’appartenant presque jamais aux premiers noms de la hiérarchie féodale ; des hommes du roi, très rarement de grands feudataires. La monarchie avait certes intérêt à tenir solidement en main les chefs qui dirigeaient militairement la noblesse du royaume, mais c’était du même coup diminuer le prestige de l’arrière-ban. Pour parer à ce danger, le roi prenait soin de désigner comme capitaines généraux des nobles, au niveau supérieur, des personnages plus marquants : sans doute, parmi ceux de 1480, l’un, le seigneur de Listenay, n’a qu’une notoriété limitée, mais le second, Béraud Dauphin, seigneur de Combronde et de Saint-Ilpize, bailli de Velay et du Vivarais, capitaine du Bois de Vincennes, appartient à l’une des premières familles d’Auvergne70 ; le troisième est Geoffroy de Chabannes, seigneur de Charlus, qui, pendant des années, avait été capitaine général de 4 000 francs-archers ; quant au dernier, Jacques de Beaumont, seigneur de Bressuire, il cumulait la charge de capitaine des « nobles et non nobles des arriere bans des pays, duchés et comtés d’Anjou, Touraine, Poictou, le Mayne, Vendommoys, Xantonge, Peregort, Angoumoys, ville et gouvernement de la Rochelle, bailliage d’Aulnys, la haulte et basse Marches » avec celle, particulièrement prestigieuse, de « chief et cappitaine general » des pensionnaires de l’hôtel du roi71. En 1468, le marquis de Pont, propre fils du roi René, a le commandement de la noblesse de Touraine, Poitou, Anjou, Maine et Angoumois72. En 1470, Louis de Laval, chevalier de l’ordre du roi, est à la tête des nobles de son gouvernement, la Champagne73. En 1489, Charles VIII « établit » « son frere et cousin », le duc de Bourbonnais et d’Auvergne, lieutenant et capitaine général des nobles des sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire et des bailliages de Velay, Vivarais et Gévaudan74. Rien n’indique en définitive qu’il faille chercher dans son encadrement les raisons des faiblesses de l’arrière-ban : chaque compagnie avait son drapeau75, son articulation en « bandes » ou en chambrées76, son commandement stable et solide ; les hommes qui la composaient avaient tous, au moins depuis 1485, prêté au roi le même serment que les gens de guerre de l’ordonnance77. Pourquoi n’auraient-ils pas dès lors constitué un appoint valable pour la défense du royaume ?

L’extension géographique

  • 78 Il arrivait donc — à vrai dire rarement — que les baillis aient un triple rôle en ce qui concerne l (...)
  • 79 Si en 1465, Poncet de Rivière, bailli de Montferrand et d’Usson, charge les seigneurs justiciers de (...)
  • 80 Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 144—145.
  • 81 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 668—669 d’après A. D. Bouches-du-Rhône, B 19, f  1 (...)
  • 82 Anjou : B.M.Angers, 1184.
    Comté de Nevers : Marolles, Inv. titres Nevers, col. 104.
    Duché d’Alençon : (...)
  • 83 A. N., K 70, n  34 bis.
  • 84 Ibid., P 4911, n  3602.
  • 85 Si en 1470 et 1471, le gouverneur d’Anjou paraît bien être directement commis par le roi, en 1470, (...)
  • 86 A. N., P 4911, n  3602 et B. N., p. o. 473, dossier Le Bourrelier, n  16.

23Lorsqu’il décidait de convoquer les tenants en fief, le roi transmettait ordinairement ses ordres à ses baillis ou sénéchaux ou à leurs lieutenants, qui à leur tour chargeaient leurs subordonnés d’avertir par cri public les intéressés78. Ce n’est que pour répondre à des circonstances exceptionnelles que les seigneurs justiciers se voyaient confier la tâche de faire connaître le mandement royal à leurs propres « vassaux et sujets nobles »79. Toutefois, pour les grands fiefs, l’usage était différent. Certains d’entre eux, constitués en principautés territoriales pratiquement indépendantes, échappaient aux injonctions du roi : tel était le cas de la vicomté de Béarn, du duché de Bretagne, enfin des possessions de la maison de Bourgogne, formellement exclues des mandements royaux par une clause du traité d’Arras80. De plus, même rattachées au domaine de la couronne, certaines provinces pouvaient obtenir des privilèges : dans le comté de Provence, les états de 1483 arrachèrent à Charles VIII la promesse de n’y pas lever l’arrière-ban, sous le prétexte que la défense des côtes, sans cesse menacées par les pirates, absorbait toute la population noble81. En revanche, le duché d’Anjou dès avant son annexion en 1480, le comté de Nevers, le duché d’Alençon, le comté de Blois et les autres fiefs de la maison d’Orléans, le duché de Bourbonnais et d’Auvergne étaient soumis, sauf rébellion de leur part, aux mêmes obligations ou presque que le reste du royaume82. Les différences qui y apparaissent sont mineures : dans ces terres qui n’étaient sujettes d’aucun bailliage ni sénéchaussée, mais ressortissaient nuement de sa « cour de Parlement »83, le roi, ne pouvant faire intervenir ses officiers ordinaires, s’adressait directement aux grands seigneurs qui les possédaient, tels le comte de Nevers, le comte du Perche ou la duchesse de Bourbon84. Il appartenait à ces derniers de faire appliquer par leur propre personnel les instructions qui leur avaient été transmises. Mais surtout, le contrôle des troupes de l’arrière-ban, parfois même leur commandement, revenaient à des personnages qu’ils désignaient eux-mêmes85. Enfin les revenus des fiefs confisqués lorsque le service n’était pas accompli, pouvaient parfois échapper au roi et être perçus au profit du prince86. Cette relative autonomie n’aurait nullement dû en principe diminuer la valeur militaire de l’arrière-ban ; il est permis cependant de penser qu’une fois filtrés à l’échelon des grands fiefs, les ordres royaux perdaient quelque peu de leur vigueur et que placés sous des chefs n’ayant pas toujours reçu directement leur charge du roi, les nobles y avaient tendance à montrer moins de zèle et plus d’indiscipline.

Le recensement des fiefs

  • 87 Morice, Preuves, t. II, col. 1133—1134. Cf. aussi B. A. Pocquet du Haut-Jussé, « De la vassalité à (...)
  • 88 Morice, Preuves, t. II, col. 1287—1291.
  • 89 Guillaume, Hist. organisation militaire, p. 112—114.
  • 90 Dumay, « Etat militaire et féodal des bailliages... 1474 ».
  • 91 A. N., P 583. Cf. aussi Champeval, « Arrière-ban du Haut-Auvergne », p. 207.

24La nature du service militaire étant fonction de la valeur du fief, il était indispensable que celle-ci fût connue avec exactitude. En Bretagne, une ordonnance de 1451 précisait les équivalences pour l’ensemble du duché : en dessous de 60 livres bretonnes de rente, le service était d’un brigandinier à cheval, armé d’un arc ou d’une jusarme ; de 60 à 140 livres, d’un brigandinier et d’un coutillier, tous deux montés ; de 140 à 200 livres, d’un homme d’armes, auquel se joignaient, selon l’habitude du temps, un coutillier et un page, soit trois chevaux ; de 300 à 400 livres, il était d’un homme d’armes, d’un coutillier, d’un page et de deux archers, le tout constituant une lance fournie ou garnie87 ; ce barême fut légèrement abaissé en 1467 ; dès lors, le service d’homme d’armes fut seulement dû à partir de 200 livres88. Charles le Téméraire prit des mesures analogues dans l’État bourguignon : pour le Hainaut, un revenu de 360 livres de 40 gros entraînait l’obligation de fournir un homme d’armes, un coutillier, un page, tous trois montés, plus 6 archers à pied ; avec 240 livres, le service n’était plus que d’un homme d’armes89. Une instruction plus générale, valable à la fois pour les pays de par-delà et de par-deça, précise que tout possesseur d’un revenu de 200 écus doit servir en homme d’armes à trois chevaux tandis que ceux tirant de leur fief un revenu de 40 ou 16 écus doivent le service, respectivement, d’un homme de guerre à cheval ou d’un homme de guerre à pied90. En raison peut-être des différences régionales dans l’estimation des revenus mais aussi à cause de la variété des niveaux de vie réels, selon les lieux, pour un revenu nominal identique, il n’apparaît pas que le roi ait jamais imposé à l’ensemble de la France un barême unique. Bien que moins rigide, le système était cependant le même qu’en Bretagne et en Bourgogne : en 1503, Louis XII prescrit à ses baillis et sénéchaux de lui faire connaître « l’ordonnance ou la coustume » observée dans chacune de leurs circonscriptions « selon le commun usaige ancien, pour savoir combien il fault avoir de rente ou de revenue noble par chacun an pour fournir et servir » à l’arrière-ban « d’ung homme d’armes, ou d’ung archier ou d’ung brigandinier a cheval ou d’ung homme a pied »91.

  • 92 A. D. Deux-Sèvres, E 1286.
  • 93 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 280. Cette règle n’était cependant pas absolue : c (...)
  • 94 A. D. Côte-d’Or, B 11724, f  33—63.

25Comment dans ces conditions, procéder au recensement le plus complet des fiefs, à l’évaluation la plus précise des revenus ? Parmi les ordonnances royales qui stipulent cette enquête, la plus minutieuse est sans doute celle de 1503 : elle imposait à tous les tenants en fief de fournir dans les premiers jours de l’année suivante un nouvel « aveu et denombrement » qui s’ajoutait ainsi à celui qu’au moment de leur investiture chacun d’eux avait remis à son seigneur féodal. La distinction était maintenue entre ceux tenant en fief directement du roi ou d’un autre seigneur et ceux tenant en arrière-fief, mais tous devaient énumérer leurs terres, fiefs et seigneuries et les profits qu’ils en tiraient, toutes charges ordinaires payées : justice, domaine, rentes et cens, revenus divers ; ils devaient également déclarer leurs vassaux, les fiefs de ces vassaux, le revenu que ceux-ci leur procuraient à eux-mêmes. Sans doute, la valeur de ces déclarations était toute relative ; elle dépendait de l’honnêteté des fieffés, de la rigueur du contrôle, voire de la pression morale que pouvaient exercer les autres nobles, soucieux d’une juste répartition des charges. Pour obtenir des évaluations aussi exactes que possible, Louis XI, en 1481, prétendit se réserver toutes les sommes qui se révèleraient, vérification faite, dépasser la déclaration initiale92. Cependant, de façon délibérée, la monarchie renonça à obtenir un service pour les biens amortis et pour les alleux nobles, qui ne sont soumis à aucune déclaration : si cette exclusion peut se justifier dans le premier cas puisque une taxe d’amortissement était perçue en contrepartie, il convient de souligner qu’en dépit de leurs protestations, les non-nobles ayant payé la taxe de franc-fief au moment de l’acquisition de leurs fiefs n’étaient pas pour autant exemptés du service dans l’arrière-ban93. Quant aux alleux, Charles le Téméraire, pour sa part, n’en fit nullement une catégorie privilégiée : en 1474, dans la déclaration des tenants en « fief, rere fief ou en franc alleux de justice » du bailliage d’Autun et Mont-cenis, on relève 224 fiefs et 35 francs-alleux de justice, ces derniers devant au duc le service de 3 hommes d’armes, 15 hommes de trait ou coutilliers et 19 gens de pied94. En négligeant les biens amortis et les alleux nobles, le roi diminuait donc l’étendue de sa matière imposable, mais ce n’était nullement là une nouveauté : rien n’indique en fait que la crise de l’arrière-ban, qui s’accélère durant les dernières années du 15e siècle, soit due pour une part notable au mode d’estimation des revenus nobles ; tout porte à croire au contraire qu’il ne fut ni plus imparfait ni plus incomplet sous Charles VIII et Louis XII que sous leurs prédécesseurs.

Les remplacements

  • 95 A. N., Y 63, f  109v —111v .
  • 96 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 14 sq., d’après A. D. Côte-d’Or, B 11721bis.

26Chaque possesseur de fief doit servir le roi en personne. Tel est le principe, mais qui n’est pas sans souffrir de nombreuses exceptions. En premier lieu, il est admis que les non-nobles peuvent se faire remplacer. De cette permission, ils usent largement mais le roi suggère qu’ils choisissent leurs remplaçants parmi les nobles trop pauvres pour s’équiper eux-mêmes et pour servir95. En second lieu, certaines catégories de nobles jouissent de la même faculté : ceux qui sont occupés au service du roi, les femmes, les mineurs, les nobles trop âgés, les malades ou les infirmes. Une montre préparatoire de l’arrière-ban est donc d’une certaine manière un conseil de révision : en 1469, Charles le Téméraire donna l’ordre au bailli de Dôle de s’informer des vassaux et féaux pouvant servir personnellement et de ceux qui « par minorité, faiblesse et ancienneté » en étaient incapables. Une fois exclus 21 hommes sans qualification, on relève, sur 175 noms, 112 hommes « forts », « vites » et « adroits » (64 %), 20 hommes de « bonne façon », « corpulence » ou « stature » (11 %), 10 hommes de « stature moyenne » ou de « petite corpulence » (6 %) et 33 impropres (19 %)96.

  • 97 Les remplaçants sont très souvent les fils, légitimes ou non, des remplacés, mais aussi des frères, (...)
  • 98 1470—1471 : bailliage de Caux, La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 113—131 (35 % de remplacé (...)
  • 99 B. N., n. a. fr. 8611, f  18 ; Dufour, Documents inédits pour servir à l’histoire du Quercy, p. 3—2 (...)
  • 100 Beaucousin, Fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Caux ; B. N., fr. 21502. n  450.
  • 101 B. N., fr. 1246, f  27r .
  • 102 Ibid., 2919, f  79—87.
  • 103 B. M. Reims, Tarbé VI, 30.
  • 104 A. N., AB XIX, 3314, dr. 5. Même pratique dans la Normandie anglaise (Hunger, Actes normands, t. II (...)

27Les sources françaises ne contiennent pas de recensement aussi méticuleux, mais elles indiquent l’importance des remplacements97 assez fréquemment pour permettre quelques estimations chiffrées98 : tableau, p. 387. Ainsi, en 1470—1471, sur 100 nobles possesseurs de fief se présentant aux montres, 81, soit plus des quatre cinquièmes, assurent leur service en personne ou se font remplacer par un membre de leur famille. Dix ans plus tard, en Poitou, toujours sur 100 nobles, leur nombre monte à 87. Enfin, au début du règne de Charles VIII, il se maintient à 84. Sans doute, il semble que les hommes d’armes se fassent plus fréquemment remplacer que les simples brigandiniers, mais la différence est légère : même à ce niveau, c’est toujours une forte majorité de nobles qui composent les troupes de l’arrière-ban. Sur 19 hommes d’armes de l’arrière-ban du Quercy servant en Bretagne en 1491, 17 sont qualifiés de « seigneurs » ; on retrouve 14 d’entre eux possesseurs de fiefs dans le registre des dénombrements de cette province établi en 150499. Sur 50 hommes d’armes de l’arrière-ban du bailliage de Caux, en 1491, 26 sont signalés dans le dénombrement de 1504 ; parmi ceux qui n’y apparaissent pas, 2 sont qualifiés de chevaliers, un de seigneur, 5 enfin portent le même nom que des fieffés de ce bailliage100. Par ailleurs, entre 1470 et 1490, la proportion des remplacés n’augmente nullement. Rien n’indique, contrairement à ce qu’affirme un auteur du début du 16e siècle, que les nobles aient fréquemment envoyé à l’arrière-ban « quelque valeton » ne valant rien101. Il arrivait, certes, qu’un de leurs serviteurs, prît leur place, mais c’était là quelque chose d’encore exceptionnel102. De plus, il fallait que le remplaçant fût agréé par les commissaires du roi, qui contrôlaient son équipement, appréciaient son aptitude à la guerre, lui faisaient prêter le serment habituel de loyauté et d’obéissance envers le roi103. Entre remplaçant et remplacé, si du moins ils n’appartenaient pas à la même famille, un contrat écrit était établi : en 1471, un certain Jean Chastart, originaire d’Orléans, s’engage, par un acte passé devant tabellion, à servir au lieu d’un gentilhomme normand, Pierre Crestien, infirme et trop âgé, en compagnie des autres nobles du bailliage de Caen. Pierre Crestien lui a fourni une brigandine, une salade, des gantelets, un vouge, un cheval sellé et bridé, bref tout l’équipement nécessaire, qu’il devra rendre en fin de service ; les profits et les risques de la guerre reviennent au seul Chastart : si ce dernier est fait prisonnier, Pierre Crestien n’a pas à l’aider pour sa rançon ; s’il gagne du butin, le remplacé n’a droit à rien. En revanche, Crestien s’engage à verser à son substitut 40 s.t. pour chaque mois où le roi ne lui donnera pas de gages, le premier mois étant payable par avance104.

Défaillants et exemptés

  • 105 La Roque, Traité du ban et arrière-ban, et Marolles, Inv. titres Nevers ; Gouron, « Le ban et l’arr (...)

28Parmi les causes possibles du déclin de l’arrière-ban, aucune de celles examinées jusqu’ici n’a paru déterminante ; au moins jusqu’au seuil du 16e siècle, les capitaines des nobles fournissent un encadrement valable, rares sont les provinces qui échappent aux mandements royaux, partout les fiefs continuent d’être recensés et estimés avec soin, les pourcentages de remplacement enfin n’atteignent pas un niveau intolérable. En revanche, le nombre des astreints absents sans motif ni excuse aux montres préparatoires est souvent impressionnant105 :

  • 106 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.
  • 107 B. N., fr. 1246, f  27v  ; confiscation de fiefs signalée par exemple dans B. N., p. o. 135, dossie (...)

29Une moyenne de 20 à 25 % de défaillants : la proportion semble d’autant plus forte que les peines encourues étaient apparemment sévères, les coupables étant réputés « rebelles et desobeissans » envers le roi et menacés de confiscation de corps et de biens106. Il est certain néanmoins que des accomodements locaux, à l’insu du roi, tempéraient cette rigueur : « Quant les officiers font quelque main mise a leur chevance », dit un texte contemporain, « il n’est jamaiz plus parlé et n’en laissent pas a joyr »107.

  • 108 Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux ; B. N., Clair. 237, n  333.
  • 109 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze ; B. N., Clair. 237, n  341.
  • 110 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; B. N., fr. 21502, n  450.
  • 111 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; B. N., fr. 21502, n  451.

30En second lieu, entre les services assurés ou promis au roi lors de la montre préparatoire et ceux effectivement accomplis pendant la campagne militaire, une différence parfois importante se manifeste : en 1470, les fieffés du bailliage d’Evreux s’engagent à fournir 365 combattants ; en 1491, au cours de la guerre de Bretagne, l’arrière-ban de ce même bailliage n’en compte que 251108 ; en 1471, une montre préparatoire du haut et du bas Limousin prévoit un effectif de 257 combattants ; en 1491, l’arrière-ban de cette même sénéchaussée n’en fournit réellement que 220109. En 1470, le bailliage de Caux offre le service de 403 combattants ; en 1491, l’arrière-ban du même bailliage n’en comprend en fait que 307110. Réduction plus forte encore pour le bailliage de Gisors : 129 combattants proposés en 1470, 61 seulement dans la campagne de 1491111. Selon ces quatre exemples, le déchet atteindrait 27 %.

  • 112 B. N., fr. 5909, f  307r  ; Arsenal, 2467, f  20—22 ; A. D. Isère, B 2904, f  319—320 ; A.N., Y 63, (...)
  • 113 Ord. Roys, t. XIV, p. 47, t. XVII, p. 298—305 ; Inv. arch. com. Toulouse, AA 3, n  281 et 287 ; Inv (...)
  • 114 B. N., fr. 5909, f  233 et 234r .
  • 115 Le nombre des nobles renvoyés pour leur pauvreté est toujours faible. Au contraire, dans le baillia (...)
  • 116 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.
  • 117 1470 : exemption en faveur de 24 nobles, « tous subgiez et serviteurs » du comte de Foix (Ord. Roys (...)
  • 118 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux.
  • 119 A. D. Côte-d’Or, B 11729, f  19—35.

31A côté des défaillances, les exemptions accordées par le roi contribuent, dans une large mesure, à diminuer le rendement des convocations nobiliaires. Ces exemptions varient en fonction des besoins militaires de la monarchie : nombreuses en 1453, elles se restreignent singulièrement en 1472, pour redevenir importantes en 1477 et 1485. De façon générale, elles peuvent concerner les veuves, les orphelins, les mineurs, les possesseurs de fiefs âgés de plus de soixante ou soixante-quatre ans, parfois même les infirmes112. De même sont souvent déchargés de tous services les habitants d’un grand nombre de bonnes villes, quelle que soit leur condition sociale, les officiers municipaux, les membres des Parlements et de la Chambre des comptes113. Parmi les non-nobles seuls sont astreints ceux possédant 25 l.t. de rente noble et parfois même 50 ; bien mieux : en 1453, le fait pour un non-noble de payer la taille est un cas de dispense automatique114. Pour les nobles, le roi se montre moins généreux. En particulier, aucune limite inférieure de revenu n’était prévue : les nobles restent astreints à l’arrière-ban jusqu’aux confins de la misère115. En 1472, Louis XI prit des mesures draconiennes : même les nobles ayant plus de 100 l.t. de rente et faisant partie de ses ordonnances, devaient ou bien les quitter ou bien fournir à leur place un combattant « puissant et bon »116. L’un des buts essentiels était de contraindre les gentilshommes servant « alentour » de la personne du roi, pensionnés par lui, ainsi que ceux appartenant aux maisons des grands seigneurs. Or, tout indique que ce but ne fut pas atteint et que les princes — qu’ils fussent du sang ou non — obtinrent assez généralement des privilèges déchargeant leurs protégés du service de l’arrière-ban117. Sans doute, le pourcentage de nobles exemptés n’apparaît pas au total très élevé : en 1470, 6,5 % dans le bailliage de Caux, 7,3 % dans celui de Gisors, 10,9 % dans celui d’Evreux118. Mais il semble bien que ces exemptés se soient souvent rattachés à la noblesse la plus aisée : une montre préparatoire de 1504 concernant le bailliage de Bar-sur-Seine dénombre la présence de 28 possesseurs de fiefs ; 6 d’entre eux sont exemptés : 4 parce qu’ils sont de l’ordonnance, 2 parce qu’ils sont maître d’hôtel ou serviteur domestique du roi ; leur proportion est donc de 22 %, mais l’examen de leur fortune montre qu’ils détiennent à eux seuls 54 % des revenus nobles dans ce bailliage119.

32Ainsi, quantitativement, défaillants et exemptés réunis constituent une fraction notable de l’ensemble des possesseurs de fief ; parmi les non-nobles, ils sont à coup sûr en forte majorité ; parmi les nobles, à titre indicatif, on peut estimer qu’en moyenne sur 100 fieffés, 20 à 25 sont défaillants lors de la montre préparatoire, au moins autant n’accomplissent pas effectivement le service qu’ils y avaient promis, une demi-douzaine se font exempter ; bref, la moitié peut-être des nobles possesseurs de fiefs se trouvent présents ou ont envoyé un remplaçant, à l’arrière-ban du roi. Qualitativement, le déficit apparaît plus grave encore s’il est vrai que les exemptés comptent ordinairement parmi les nobles les mieux pourvus.

Valeur des fiefs et nature des services

33La crise de l’arrière-ban ne réside pas seulement dans la diminution des effectifs que le roi peut réunir. Le déclin se manifeste aussi par l’abaissement de la proportion des hommes d’armes qui, entre le début du règne de Louis XI et le début de celui de Charles VIII, tombe de 17 % à 8 %. Lors de la réorganisation du milieu du siècle, Charles VII avait escompté que le service des nobles lui fournirait des troupes comparables à celles de ses compagnies d’ordonnance : un homme d’armes pour deux archers. Sa prévision se révéla doublement inexacte : non seulement, la proportion d’un tiers d’hommes d’armes ne fut pas atteinte, mais, parmi les combattants de seconde zone, les gens de trait le cédèrent aux vougiers, javeliniers, guisarmiers, faiblement utilisables sur un champ de bataille ; par la suite, le pourcentage d’hommes d’armes et d’archers, déjà insuffisant au départ, va progressivement s’abaisser. Il est aisé d’expliquer la raréfaction des gens de trait : l’usage de l’arc ou de l’arbalète était traditionnellement peu familier à la noblesse, qui répugnait à s’exercer régulièrement à cet art tout de pratique. Par ailleurs, la confrontation des offres de service et de la valeur des rentes laisse voir d’inquiétantes disparités. Prenons l’exemple de la sénéchaussée de Carcassonne en 1504 :

  • revenus des fieffés offrant un homme de pied : 22 l., 24 l.

  • revenus des fieffés offrant un homme de cheval (archer ou brigandinier) : 161..301., 311., 33 l., 35 l., 35 l., 35 l., 46 l., 49 l., 51 l., 58 l., 65 l., 77 l., 100 l.

  • revenus des fieffés offrant un archer à deux chevaux : 36 l., 87 l., 137 l., 208 l., 280 l.

  • revenus des fieffés offrant un homme d’armes à trois chevaux : 252 l.

  • revenus des fieffés offrant un homme d’armes à quatre chevaux : 676 l.

    • 120 N., P 583, passim.

    revenus des fieffés offrant un homme d’armes à trois chevaux et un archer à deux chevaux : 583 l.120

34Mais davantage encore que ces inégalités, la répartition de la fortune nobiliaire se trouve responsable du faible rendement de l’arrière-ban. Ainsi le montre l’exemple des bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier, de Montferrand et des « Montagnes » en 1488 :

  • 121 On a considéré qu’un homme d’armes valait trois brigandiniers.

Note 121

  • 122 Teilhard de Chardin, « Aveux et dénombrements des nobles et roturiers tenant fiefs aux bailliages d (...)
  • 123 Morice, Preuves, t. II, col. 1287—1291.
  • 124 A. D. Côte-d’Or, B 11727, f  1—16.

35Il apparaît dans ce tableau que le pourcentage des combattants ne correspond nullement à celui des revenus : les possesseurs de plus de 300 l. sont nettement sous-taxés, ceux de moins de 50 l. nettement surtaxés ; en moyenne, pour la première catégorie, 125 l. de revenu correspondent à un combattant, pour la dernière, il suffit de 25 l. Ajoutons que dans le même document, les deux plus grands seigneurs de la région, les comtes de Montpensier et d’Auvergne, sont juste mentionnés mais ne se voient imposer aucun service. Quel que soit son revenu, aucun noble ne fournit plus qu’un seul homme d’armes : le comte d’Alès, avec ses 4 000 l., n’en doit qu’un, tout comme tel modeste gentilhomme, déclarant 60 l.122 Pour que la proportion des hommes d’armes dépassât le chiffre, déjà inhabituellement élevé à cette date, de 14 %, il eût fallu que le roi imitât l’exemple du duc de Bretagne qui, au-delà d’un certain chiffre de revenu, imposait au même fieffé le service de plusieurs hommes d’armes123. C’est ce que tenta Louis XII au début du 16e siècle, du moins pour les nobles du bailliage d’Auxois, qui furent obligés à un service beaucoup plus étroitement proportionnel à leurs ressources : un revenu de 200 à 250 francs devait correspondre à un homme d’armes, un revenu de 60 à 80 francs à un homme de guerre à cheval, un revenu de 20 francs à un homme de pied ; par un jeu d’équivalence, plusieurs revenus pouvaient être réunis pour fournir un service mieux adapté ; tel noble déclarant 1 378 francs devait fournir 5 hommes d’armes et 2 hommes de pied, un autre, déclarant 881 francs, 3 hommes d’armes, un coutillier à cheval et un homme de pied. Ces mesures eurent pour résultat que la contribution du bailliage se monta à 54 hommes de pied, 72 hommes de guerre à cheval et 84 hommes d’armes, soit pour cette dernière catégorie une proportion de 40 %124. Mais c’était là une tentative exceptionnelle qu’avaient seules sans doute rendu possibles des habitudes rigoureuses remontant à Charles le Téméraire.

  • 125 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 500.
  • 126 Massolin, Journal des Etats Généraux, p. 667 et 704. En définitive, Charles VIII refusa d’admettre (...)

36Les seigneurs les plus importants tentèrent même d’aller plus loin : aux états de 1484, ils réclamèrent le droit, s’ils avaient des vassaux, de les faire servir sous eux, en leur propre compagnie ; par là, ils n’entendaient pas, comme on l’a cru125, écarter les capitaines de l’arrière-ban nommés par le roi, constituer des unités indépendantes regroupant vassaux et arrière-vassaux sous les ordres du seigneur féodal, mais utiliser leurs vassaux pour remplir leurs obligations vis-à-vis du roi : si par exemple un seigneur devait un service d’homme d’armes plus trois archers à cheval, son intérêt évident était de recruter ses archers parmi ses vassaux ; mais du même coup ces derniers n’auraient pu accomplir le service qu’ils devaient pour leur propre fief ; le roi y aurait perdu et c’est pourquoi il refusa d’admettre le procédé126.

37Ainsi, l’insuffisance numérique des hommes d’armes au sein de l’arrière-ban s’explique conjointement par la répartition du revenu noble et par le fait qu’à ce niveau le service avait un caractère plus personnel que réel.

Gages, compositions, rachats

38Dans une large mesure, le déclin de l’arrière-ban est donc dû aux exemptions prévues ou tolérées par le roi et à l’insuffisance du service fourni par les revenus les plus élevés. Mais au-delà des faiblesses monarchiques, de l’imperfection des institutions, des défaillances des hommes chargés de les appliquer, n’existe-t-il pas une mauvaise volonté générale qui a précisément rendu à la fois nécessaires et inutiles le perfectionnement des rouages et la sévérité croissante des contrôles ?

  • 127 B. N., fr. 25779, n  6 et 7 ; Clair. 237, n  333 et n. a. fr. 8611, f  18.
  • 128 Bibl. Min. Armées, A lb 1625, t. I, n  3 ; A.N., K 71, n  27 bis.
  • 129 A. D. Isère, B 3140.
  • 130 A. D. Deux-Sèvres, E 1286 ; B. N., fr. 21718, f  14 sq.

39On trouve dans les questions financières l’une des raisons de cette mauvaise volonté : alors qu’au milieu du 15e siècle, le roi versait aux nobles de l’arrière-ban, à équipement égal, la même solde qu’à ses gens de guerre de la grande ordonnance, à partir du début du règne de Louis XI, les gages proposés furent d’un tiers inférieur (annexe VI D). Cette diminution n’était pas toujours justifiée par une monture et un armement insuffisants : les montres de l’arrière-ban indiquent en effet que les hommes d’armes qui y servaient étaient pourvus du « harnois blanc » complet et de trois chevaux et parfois même davantage. C’est donc là une simple mesure d’économie qui n’a pu qu’accroître la réticence des possesseurs de fief. Allons plus loin : dans la seconde moitié du 14e siècle, un gentilhomme armé de « plates » et disposant de deux chevaux était « reçu » comme écuyer aux gages mensuels de 15 l.t. ; à la fin du 15e siècle, un noble muni d’une brigandine, tout aussi coûteuse que les « plates » de l’âge précédent, et pourvu lui aussi de deux chevaux, ne touche plus que 5 l.t. Est-il au moins plus régulièrement payé ? Il ne le semble pas. A la différence des troupes de l’ordonnance, soldées pour le service déjà accompli, le système traditionnel du prêt à compter fut appliqué aux nobles de l’arrière-ban : ces derniers recevaient par avance une certaine somme, correspondant souvent au service d’un mois127. S’il avait correctement fonctionné, ce système aurait été avantageux aux nobles. Tel ne fut pas le cas ; si en effet, par la taille et les aides, le roi connaissait d’avance les sommes dont il pouvait disposer pour le payement de son armée permanente, il lui fallait recourir à des expédients pour solder ses renforts : emprunts, impôts supplémentaires, au rendement lent et médiocre128... Il lui arrivait aussi, pour se procurer les ressources nécessaires, de remplacer le service des possesseurs de fief par une contribution en espèces : tel est le cas en 1470 où les non-nobles du Dauphiné qui ne voulaient pas fournir les hommes exigés d’eux, durent verser le revenu annuel de leurs fiefs129. En 1481, le système de la composition pécuniaire connut une extension nouvelle : il fut prévu que les tenants en fief ne servant pas verseraient la moitié de leur revenu noble. En fait, cette proportion ne fut pas atteinte partout : pour le Poitou par exemple, le roi se contenta d’environ 30 % ; imposition cependant fort lourde, chaque contribuable versant en moyenne 21 l.t., 7 à 8 fois plus peut-être que la moyenne des roturiers payant la taille. Mais surtout, par rapport aux possesseurs de fief servant réellement, le nombre des rachetés fut élevé : 128 contre 303. Les sommes ainsi obtenues permettaient au roi de payer pendant 4 semaines les nobles qui partaient130.

  • 131 Gouron, « Le ban et l’arrière-ban », p. 9 ; B. N., fr. 15540, f  100 et 2928, f  55r .
  • 132 A. N., P 583.

40Un autre système, fréquent surtout en Languedoc, consistait à contraindre l’ensemble des possesseurs de fiefs d’une province ou d’un bailliage à monter, équiper et parfois même solder une partie seulement d’entre eux. En d’autres termes, une majorité payait, une minorité se battait131. Cette pratique était si habituelle dans les provinces méridionales qu’en 1504, à l’annonce du recensement des fiefs ordonné par le roi, la première réaction des nobles, dans la sénéchaussée de Carcassonne, fut de redouter une imposition nouvelle sur leurs fiefs132.

  • 133 Albe, « Les nobles du Quercy en Roussillon ».
  • 134 B. N., fr. 15541, f  61r .
  • 135 Ibid., 20498, f  12. Pour échapper à l’arrière-ban, les nobles se réfugient dans les villes exempte (...)

41Cependant trop de preuves existent de la médiocrité et de l’irrégularité de la solde pour qu’on puisse mettre en doute l’insuffisance de ces palliatifs. Le roi se contentait bien souvent de distribuer un acompte au départ, parfois minime ; par la suite, les nobles de l’arrière-ban attendaient en vain leur second versement. En 1473, ceux du Quercy furent réunis par Jean de Folmon, un gentilhomme chargé par le sénéchal de les conduire en Roussillon. Il leur annonça son intention de les mener d’abord jusqu’à Narbonne. Mais les nobles protestèrent : ils avaient servi 5 mois à Lectoure, lors de l’affaire du comte d’Armagnac, à leurs propres dépens, puis à Perpignan, « aux champs devant la ville », toujours gratuitement, en dépit de la promesse de leurs chefs. En tout, chacun avait reçu 15 sous. Beaucoup étaient morts de faim (sic). La plupart avaient perdu chevaux et harnois. Quinze jours après leur retour — à pied — nouvelle convocation. Cette fois, c’était trop, ils refusaient d’aller plus loin133. En 1489, les nobles de cette même sénéchaussée se plaignent d’avoir servi le roi en Bretagne l’année passée, d’y avoir perdu leurs montures et leur équipement. Ils sont hors d’état d’acheter de nouvelles armures, d’autres chevaux, et supplient Charles VIII soit de les exempter de l’arrière-ban, soit de les envoyer garder les places de Guienne où ils pourront servir à pied134. L’insuffisance du payement pouvait entraîner de véritables mutineries : en 1468, l’arrière-ban de Poitou et de Touraine réclama un mois de solde, avant de consentir à franchir la Loire aux Ponts-de-Cé. Les chefs, pourtant « hommes d’autorité », furent invectivés, menacés de mort. On les accusait de « butiner » le payement des nobles à leur profit. Face à l’émeute, ils durent céder et, passant outre aux ordres du roi, distribuer à chacun les gages de 15 jours135.

  • 136 A. N., X2a 58, jeudi 29 janvier 1489.
  • 137 Ibid., JJ 219, n  51 et Arch. hist. Poitou, t. XLI, p. 213—215, d’après JJ 206, n  22.
  • 138 Ibid., P 583. Sous François 1er, réapparaît la limite des 40 jours pour une guerre extérieure et de (...)
  • 139 « ... Certain grant nombre de gens de guerre, tant de nostre ban et arriere ban, gens de pié que au (...)

42Pour ces nobles qui, en vue de l’arrière-ban doivent entretenir à longueur d’année chevaux de guerre et valets d’armes136, qu’on voit, avant le départ, emprunter de l’argent, engager des terres137, la mesquinerie royale est d’autant plus exaspérante qu’à la même époque les troupes de l’ordonnance reçoivent une solde non seulement supérieure mais encore régulière. Sans doute, l’idée du service gratuit dû à son seigneur n’a pas encore tout à fait disparu : encore au début du 16e siècle, les nobles de la sénéchaussée de Carcassonne admettent qu’ils doivent de toute ancienneté servir le roi « a leurs propres cousts et despens par l’espace de trente jours, sans plus »138. Mais on ne voit pas que le roi ait jamais utilisé ce droit : il savait trop bien que, sans payement, il ne pouvait rien obtenir de ses gens de guerre, quels qu’ils fussent139. En ne prévoyant pas des ressources financières suffisantes, il se condamnait à n’obtenir de l’arrière-ban qu’un secours médiocre.

L’arrière-ban, force sans prestige

  • 140 François de la Noue, Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Paris-Genève, 1967, p. (...)
  • 141 Molière, Georges Dandin, acte I, scène V.
  • 142 B. N., fr. 1246, f  27r .
  • 143 Seyssel, La monarchie, p. 121—122.
  • 144 B. N., fr. 1246, f  28r .

43« Quelle apparence y a il d’en venir a bout es arrierebans, de quoy on a tenu si peu de compte depuis Charles septiesme, qu’on les a comme rejettez des guerres pour leur abastardissement », écrit François de la Noue en 1580140. Pour importantes qu’elles soient, les raisons d’ordre économique ne sont pas seules à expliquer la réticence des fieffés face à l’arrière-ban. Tandis qu’auparavant, alors même qu’existaient déjà des troupes permanentes réunissant des professionnels de la guerre, la convocation des nobles avait conservé non seulement toute son importance militaire, mais tout son prestige social, à partir du milieu du 15e siècle, l’existence des compagnies d’ordonnance donna à l’arrière-ban un aspect, une figure de parent pauvre, de rebut. Obéir à la semonce royale était autrefois pour la noblesse avoir l’honneur de servir le roi dans son ost ; faire campagne dans l’arrière-ban, c’est maintenant se voir confier les tâches les plus obscures. Bien mieux : ne pas réussir à échapper à cette obligation, c’est faire la preuve que l’on n’est rattaché d’un lien particulier ni à la personne du roi, ni à celles des grands ; c’est n’avoir pu ni su faire intervenir un puissant en sa faveur. « J’eus l’honneur dans ma jeunesse d’être l’un des premiers à l’arrière-ban de Nancy » : ainsi se vante, dans Georges Dandin, Monsieur de Sotenville, sous les rires du public141. Le sentiment qu’il est démodé ou ridicule de servir dans l’arrière-ban, pleinement développé au 17e siècle, commence à poindre dès le début du siècle précédent : « Quant il y a aucuns pleins de bonne voulonté de servir le prince et qui vont a la guerre, les autres qui demeurent s’en mocquent d’eulx »142. Ce n’est plus dans ces éléments de seconde zone que consentent à servir les grands noms de la noblesse, mais à la maison du roi ou dans les ordonnances. Suivre le souverain en ses guerres reste pour les gentilshommes l’occupation la plus naturelle, celle qui correspond par excellence à leur état : « A eux appartient la defense du roy et du royaume », proclame Claude de Seyssel143. Et un autre texte contemporain : « Les gens d’Esglise sont pour prier Dieu pour les autres, les nobles sont pour servir a la guerre »144. Mais ce service n’est pleinement glorieux et profitable que s’il est accompli là et comme il sied.

  • 145 Cf. toutefois les procès devant la Cour des aides : cf. par exemple A. N., Zla 26, f  152v  sq. et (...)
  • 146 B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n  5.
  • 147 Montaigne, Essais, ch. I, l. XLII, cité par R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, 19 (...)

44Si le déclin de l’arrière-ban, que les mesures successives de la monarchie ont seulement freiné, semble se précipiter à l’extrême fin du 15e siècle, c’est aussi qu’à partir de 1494, pendant une génération, les grandes opérations se déroulent loin des frontières, en Italie, sans qu’il soit possible d’avoir recours à cette force par essence défensive et territoriale. Ajoutons que les privilèges fiscaux des nobles, qui ont trouvé expressément leur origine dans leurs obligations militaires à l’égard du souverain, sont désormais assez solidement implantés dans les institutions, assez communément admis par l’ensemble des sujets, pour qu’il soit moins nécessaire de les justifier constamment par un service réel145. Il reste que l’arrière-ban, dont l’existence va se poursuivre encore longtemps, n’a pas été sans accentuer chez la noblesse française, surtout modeste, cet aspect militaire qui la caractérise, par opposition à d’autres aristocraties, l’italienne ou l’anglaise par exemple. Par l’arrière-ban, toute une masse de gentilshommes français a l’habitude de se réunir lors des montres préparatoires ; c’est une occasion pour eux de se regrouper à l’échelon provincial, de prendre conscience de leurs intérêts collectifs, de confronter leurs désirs et leurs doléances ; périodiquement le roi contrôle leurs personnes et leurs biens ; à l’occasion il peut utiliser les listes qu’il a fait dresser pour compléter les effectifs de ses compagnies d’ordonnance146. Le service de la monarchie reste pour la noblesse une expérience redoutée, mais familière, à laquelle, bon gré mal gré, il lui faut se résigner. « A la vérité, nos loix sont libres assez et le poids de la souveraineté ne touche un gentilhomme français à peine deux fois dans sa vie »147. Si le propos de Montaigne est peut-être justifié à la fin du 16e siècle, cent ans plus tôt, il ne l’était sûrement pas. Enfin, l’arrière-ban était un moyen commode pour les non-nobles possesseurs de fiefs de s’agréger concrètement au groupe des nobles, d’être admis par eux, et par là même, d’acquérir plus aisément la qualité nobiliaire.

Notes

1 Supra, p. 221.

2 Ord. Roys, t. XIV, p. 47.

3 B. N., fr. 5909, f  206v —207v . Les raisons qui militent en faveur de la période proposée sont : 1. Charles VII entend remédier à un état de choses durant depuis de longues années ; or, à partir de 1453, on a la preuve que le service des nobles est déjà réorganisé (ibid., f  233 et 234r ) ; 2. l’acte en question propose aux nobles qui répondront aux convocations royales la même solde, à équipement identique, qu’aux gens de guerre de l’ordonnance : il est donc postérieur à 1446 ; 3. la réorganisation n’est pas décidée en vue de parer à un danger immédiat, ni pour lancer une opération au cours des mois qui vont suivre ; le roi semble vouloir profiter d’une période d’accalmie pour entreprendre une réforme de longue haleine : on songe inévitablement à la trêve de 1444—1449. Le service des nobles était-il déjà réorganisé quand Charles VII, en janvier 1448, leur adresse ses lettres « pour eulx assembler et mettre en armes » en vue de reprendre Le Mans (Planchenault, « La délivrance du Mans », p. 198, p. j. 1, d’après A. M. Angers, CC 4) ?
Allusion à la même ordonnance dans un acte du 15 août 1449 : à la suite de cette ordonnance, Charles VII, pour reconquérir la Normandie, a mandé ses nobles ; il a en particulier chargé le vicomte de Thouars de lever 30 lances dans sa vicomté et de les conduire en Normandie (Revue anglo-française, 2e série, 5e livraison, Poitiers-Paris, 1841, p. 86—88).

4 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 51—54, d’après A. D. Côte-d’Or, B 11811.

5 Cousinot, Chron. Pucelle, p. 312.

6 B. M., Add. Ch. 3643—3644.

7 « Primo, ung sac ou sont les noms et surnoms des nobles du royaume envoyez par les bailliz et seneschaux en l’an MCCCCLII » (B. N., fr. 2899, f  80v , cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. V, p. 329, n. 1).

8 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, p. 290—293, n  LXII, d’après A. D. Basses-Pyrénées, E 656.

9 « Lettres d’exempcion generale faicte par maniere d’ordonnance pour ceulx qui doivent estre exemps d’aller en une armée » (B. N., fr. 5909, f  233 et 234r ).

10 Ibid., f  238v .

11 Ord. Roy s, t. XIV, p. 350—352.

12 Pour la sénéchaussée de Beaucaire et Nîmes, en 1456 et 1458 (Hist. Languedoc, t. XII, col. 46—50).

13 B. N., fr. 24029, f  31v —33v .

14 Ibid., 14371, f  52v .

15 Quieherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Public, t. II, p. 274—275 et 272—273.

16 Arsenal, 2467, f  20.

17 Inv. arch. com. Périgueux, CC 91, p. 120.

18 A. M. Orléans, CC 547, f  38v .

19 B. M. Nantes, 1696. Cf. aussi la lettre du régent de 1420 ou 1421 demandant que tous les gentilshommes et autres à pied et à cheval viennent à son secours et celle du même convoquant à Vendôme pour le 25 août 1421 tous les nobles et non-nobles (L.-Cl. Saudau, Inventaire sommaire des archives communales de Saint-Jean-d’Angély, La Rochelle, 1895, CC 18 et CC 19).

20 Compte de forteresse d’Orléans, dans Journal du siège d’Orléans, p. 364.

21 A. N., JJ 176, n  41.

22 Ibid., P 13922, n  792.

23 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. I, n  VII.

24 B. N., fr. 24160, f  7v  sq.

25 Ibid., 14371, f  52v  ; le même acte se trouve transcrit dans le formulaire 14370, f  57.

26 Par acte du 16 janvier 1430, Charles VII affranchit les ville et faubourgs d’Orléans, en raison de leur conduite lors du siège, de « toutes noz armées, arrieres bans et autres mandemens de gens qui seront faiz pour et par nous pour faict de guerre et de non y aller ou y envoyer tant que Dieu nous donnera vivre et le cours de nostre vie durant » (A. D. Loiret, A 2188) ; à cette date, l’exemption d’arrière-ban n’intéresse pas seulement les possesseurs de fiefs et arrière-fiefs habitant Orléans mais l’ensemble de la communauté. C’est, peut-on penser, en vertu de cette exemption qu’Orléans n’eut pas à fournir parla suite de francs-archers. Toutefois, on voit la ville, en 1448, être contrainte d’envoyer pour le siège du Mans, chevaux, chariots et charrettes (A. M. Orléans, CC 555, f  30v ).

27 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, n  48, p. 153—154, d’après B. M., Add. Ch. 4088.

28 A. M. Lyon, EE 95/10, f  5 et 6v —7 ; Quicherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Public, p. 208—210.

29 B. N., Clair. 235, n  105 ; autre montre de 218 hommes d’armes et 64 brigandiniers et gens de trait du Dauphiné, sous Soffrey Alamand et Robert Malortie, seigneur de la Tour du Pin : B. N., fr. 21497, n  163.

30 B. N., fr. 26089, n  390 et 26090, n  445 ; Quicherat, Documents relatifs à la guerre du Bien Public, p. 272—273 et 274—275.

31 A. N., K 70, n  34.

32 B. N., fr. 32511, f  276r .

33 D’origine bretonne, Yvon du Fou devint poitevin par son mariage avec Anne Mourront (G. R., n  17607 et notice de P. Guérin dans Arch. hist. Poitou, t. XXXVIII, p. 103—107).

34 Roolles des bans et arriere bans de la province de Poictou, Xaintonge et Angoumois. Autres exemples : Arsenal 6468, f  64 sq. (bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier et Montferrand) et Marolles, Inv. titres Nevers, col. 386—389 (Nivernais). Même procédé dans la France méridionale (Hist. Languedoc, t. XI, p. 61).

35 A. N., K 71, n  19.

36 B. N., fr. 32511, f  276r  sq.

37 B. M., Add. Ch. 4090 (1470). Picrochole « feist crier par son pays ban et arriere ban », dit encore Rabelais (Gargantua, éd. J. Plattard, Paris, 1929, p. 94).

38 Stein, Charles de France, p. 248, n. 7.

39 Vers 1470 : « Item aussi, pour le bien et entretenement de ses nobles de Languedoc, que doresenavant ne s’en facent si souvent les monstres comme l’en fait, car depuis ung an ença, ceulx qui en ont la charge les ont faictes et font de moys en moys et de XV jours en XV jours, qui est la destruction desdits nobles et du povre peuple de Languedoc, et se font de grans mangeries soubz couleur desdictes monstres, comme le roy pourra estre informé » (B. N., fr. 10237, f  213).

40 Ibid., 32905 et 11864 et B. M. Angers, 1184, contiennent les montres des nobles de l’Anjou à la fin de 1470 et à la fin de 1471.

41 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.

42 Arsenal, 2467, f  20—22.

43 Gouron, « Le ban et l’arrière-ban ».

44 Telle est cependant l’opinion de Gouron (ibid.) qui ne paraît pas avoir saisi la différence entre l’arrière-ban du 14e siècle et celui du siècle suivant.

45 A. D. Deux-Sèvres, E 1286.

46 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 666 : les plaintes portent sur la fréquence des convocations et sur l’insuffisance des gages. Les nobles demandent que les levées n’aient lieu que « pour la defence et tuicion de ce royaume, et par meure deliberacion du conseil » et qu’une solde soit versée à chacun « raisonnablement selon son estat ». Ces deux revendications furent admises par la royauté, à la différence d’une troisième, dont la portée exacte sera définie plus loin : infra, p. 394.

47 A.N., Y 63, f  109v —111v .

48 1486 : B. N., n. a. fr. 9813, f  117 et Lex et Bougniot, Journal de famille des Dupré, bourgeois de Mâcon et de Tournus, p. 56.
1487 : Bibl. Min. Armées, A 1 b 1625, t. I, n  3.
1488 : A. D. Isère, B 4364 et B. N., fr. 26100, n  354. 1489 : A. D. Hérault, A 14, f  297r —299r .
1490 : B. N., fr. 26102, n  586.
1491 :
A. M. Angers, BB 8, f  21r .
1492 : A.D. Indre-et-Loire, E 783.
Autres exemples dans Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 496, n. 3.

49 Lettres de Charles VIII, t. III, p. 384 ; Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 53, n  16.

50 B. N., fr. 5743, f  6. Faisant allusion à l’arrière-ban, Charles VIII y dit expressément qu’il en tirait « peu ou neant de service, comme chascun scet ».

51 Ibid., 1246, f  28r .

52 Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 91 sq. ; A.N., P 1402 », n  1225 et 583, f  1 sq.

53 B. N., fr. 5909, f  206v  et 207.

54 A. H., Y 63, f  109v -110v .

55 B. N., fr. 1246, f  27r  : « Les commissaires passent tout pour compere et pour comperes, ce qu’ilz n’eussent auzé faire au temps passé, sur leur vie ».

56 Ainsi, en 1467, Yvon du Fou pour le Poitou et la Saintonge.

57 Pinson de la Martinière, La connestablie et mareschaussée de France, p. 8—9.

58 A. M. Montferrand, EE 3.

59 1471 : Jean le Bœuf, chevalier ; Jean, baron de Ferrières, chevalier ; Laurent, seigneur de Vieux-Pont ; Guillaume de Trousseauville, seigneur de Gargue-salles, chevalier ; Jacques de Harcourt, seigneur de Beuvron, écuyer ; Jean de Saint-Maard, vicomte de Blosseville ; Jean, sire de la Heuze (B. N., fr. 32511 f  314v  ; Clair. 167, n  79 et fr. 6759, f  84r  et 128r ).
1474 : le seigneur de Ferrières ; Jean de Saint-Maard ; le sire de la Heuze ; Guillaume de Trousseauville ; Laurent de Vieux-Pont ; Jacques de Harcourt (B. N., fr. 23264, f  23 sq.).
1479 : Jacques de Harcourt ; le seigneur de Ferrières ; Jean de Saint-Maard ; Jean de Trousseauville, chevalier ; le seigneur de la Heuze ; le seigneur de Vieux-Pont ; Guillaume, seigneur de Rouville ; le seigneur d’Orbec (ibid., 32511, f  376).
1483 : Sauxon de Saint-Germain, écuyer ; David d’Orbec, chevalier ; Jean le Bœuf, chevalier ; Laurent de Vieux-Pont ; Jacques de Harcourt, écuyer ; Jean de Trousseauville, chevalier ; Jean de la Luzerne, chevalier ; Raoul de Breuilly, chevalier (ibid., 23266, f  18 sq.) : ce dernier, l’année suivante, fut député de la noblesse du bailliage de Cotentin aux états de Tours (Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 720).
1491 : Charles de Clercy, chevalier ; Raoul de Breuilly ; Jean des Essars ; Jean le Bœuf ; Charles de Harcourt, seigneur de Beuvron, chevalier ; Sauxon de Saint-Germain, chevalier ; le seigneur de Thury ; Jean Maunoury, chevalier (B. N., fr. 26102, n  724 ; Clair. 238, n  369, 237, n  335 et 333 ; fr. 21502, n  450 et 451 et 32511, f  409v  ; p. o. 534, dossier Breuilly, n  5).
De 1484 à 1491, Jean des Essars et Charles de Clercy se trouvent conjointement à la tête de l’arrière-ban du bailliage de Caux.

60 Certains de ces écuyers deviennent ensuite chevaliers : ainsi Sauxon de Saint-Germain, écuyer en 1483 (B. N., fr. 23266, f  18 sq.), chevalier en 1491 (B. N., Clair. 237, n  335).

61 B. N., n. a. fr. 7640, f  151 sq. ; liste des hommes d’armes dans B. N., fr. 21502, n  450 (1491) ; dénombrement de leurs fiefs et de ceux de Charles de Clercy, en 1503, dans Beaucousin, Fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Caux.

62 A. Plaisse, La baronnie du Neubourg, Paris, 1961.

63 Demay, n  1542—1549 ; B. N., Clair. 144, n  21—32.

64 B. N., p. o. 1896, dossier Maunoury en Normandie, n  4—20 ; Bibl. Min. Armées, A 1 b 1625, t. I, n  36 ; B. N., Clair. 237, n  333 ; Basin, Hist. Ch. VII et Louis XI, t. IV, p. 257.

65 A. N., X2a 49, 20 janvier 1484 ; demeurant à Sézanne, qui appartenait au duc d’Orléans, Montmort entre en procès avec les officiers de ce dernier qui prétendaient lui interdire de circuler en armes : il rappelle qu’il a servi Louis XI, « et a eu la charge des nobles de Brye et Champaigne » ; aussi, « luy est loisible de porter et faire porter bastons de guerre avec luy ». Les officiers du duc n’hésitent pas à l’emprisonner, à le frapper, à le mettre dans une basse fosse. Tout l’indique : ce n’est pas un très grand personnage.

66 B.N., fr. 32511, f  286r  et 365v . Sur la famille du Châtelet, cf. surtout Dom Calmet (Histoire Généalogique de la maison du Châtelet, Nancy, 1741, p. CCLXXXII), qui reproduit une quittance de Pierre du Châtelet, en date du 15 juin 1476.

67 B. N„ p. o. 694, dossier Chaspoux, n  25 et fr. 32511, f  280v  ; il garde sa charge au moins jusqu’en 1475 (ibid., f  352 r ) ; il meurt avant 1479 (B. N., p. o. 1414, dossier Le Groing, n  18).

68 Robert d’Estouteville, chevalier, prévôt de Paris (B. N., fr. 32511, f  286r  : 1468) ; le sire de la Barde, sénéchal de Limousin, capitaine de l’arrière-ban de Limousin et Périgord avec le comte de Périgord et les sires de Rochefort et de Ventadour (ibid., f  314v  : 1470) ; Guyot Pot, bailli de Vermandois et capitaine de Compiègne (ibid., f  292r  : 1470) ; Claude de Montfaucon, bailli de Montferrand en même temps que capitaine des cent gentilshommes de l’Hôtel (A. M Montferrand, EE 3 : 1486).

69 B. N., fr. 6984, f  221 sq. (1477) et A. D. Isère, B 4364 (1488).

70 G. R., n  22754, 17188, 22850, 22874 et 23715.

71 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, n  17, p. 78—79.

72 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186, et B. N., fr. 20487, f  75.

73 Stein, « Lettres missives des xve et xvie siècles », p. 3, n  2.

74 A. D. Hérault, A 14, f  297r —299r .

75 B. N., p. o. 1414, dossier Le Groing, n  18.

76 Arch. hist. Poitou, t. XLI, p. 421—428, d’après A. N., JJ 207, n  63.

77 A. N., Y 63, f  109v —110v . De même dans l’état bourguignon (La Chauve-lays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 91—92).

78 Il arrivait donc — à vrai dire rarement — que les baillis aient un triple rôle en ce qui concerne l’arrière-ban : convocation en tant que baillis ; contrôle en tant que commissaires du roi ; commandement en tant que capitaines des nobles de l’arrière-ban.

79 Si en 1465, Poncet de Rivière, bailli de Montferrand et d’Usson, charge les seigneurs justiciers de son bailliage d’avertir leurs vassaux et sujet nobles du mandement royal, c’est sans doute parce que beaucoup de fieffés du bailliage avaient obéi à la convocation décidée quelques jours plus tôt contre le roi par Jean II, duc de Bourbonnais et d’Auvergne (B. N., fr. 26089, n  393 et Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. j. 2, p. 222—223).

80 Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 144—145.

81 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 668—669 d’après A. D. Bouches-du-Rhône, B 19, f  163 ; le rôle de l’arrière-ban fut néanmoins dressé en 1485, 1487 et 1495 (ibid., d’après A. D. Bouches-du-Rhône, B 22, f  113r -114v ).

82 Anjou : B.M.Angers, 1184.
Comté de Nevers : Marolles, Inv. titres Nevers, col. 104.
Duché d’Alençon : B. M. Reims, Tarbé VI, 30.
Comté de Blois : B. M. Blois, Joursanvault 1473.
Bourbonnais et Auvergne : A. N., P 14021, n  1225.
De même le comté d’Armagnac : B. N., fr. 20487, f  75. Dans la vicomté de Béarn, le comte de Foix levait lui-même le ban et arrière-ban, et le roi ne pouvait intervenir lui-même (Leseur, Chron. Gaston IV, t. II, p. 8). Ce fait est un aspect de la souveraineté de cette principauté qui n’est pas évoqué dans P. Tucoo-Chala, La vicomté de Béarn et le problème de sa souveraineté, Bordeaux, 1961.
Ainsi, sur les dix grandes maisons du royaume existant h l’avènement de Louis XI, selon L. Mirot, Manuel de géographie historique de la France, t. I, Paris, 1950, L’Unité française, p. 201—204, seules échappaient tout à fait à l’autorité royale celles de Bourgogne et de Bretagne.
Rébellions se traduisant par la levée de l’arrière-ban : Surirey de Saint-Rémy, Jean II, p. j. 2, p. 222—223 ; Stein, Charles de France, p. 72 ; Leseur, Chron. Gaston IV, t. II, p. 263 ; Procès-verbaux du conseil de régence, p. 238.

83 A. N., K 70, n  34 bis.

84 Ibid., P 4911, n  3602.

85 Si en 1470 et 1471, le gouverneur d’Anjou paraît bien être directement commis par le roi, en 1470, Thierry de Clamorgan et Jean de la Béchière sont commissaires ordonnés par le comte du Perche « a tenir les monstres des nobles et noblement tenans » des duché d’Alençon, comté du Perche et « terres françoises » (B. M. Reims, Tarbé VI, 30). En 1467, pour le pays et duché d’Auvergne, bailliage de Saint-Pierre-le-Moûtier et de Montferrand, Hugues de Thorigny, seigneur de Blot, chevalier, est commis par le duc de Bourbonnais et d’Auvergne (Arsenal, 6468, f  64 sq.), de même qu’en 1475, Arthaud de Saint-Germain, chevalier, bailli de Forez (A. N., P 14021, n  1225).
En 1467, Antoine de la Fayette, chevalier, seigneur de Montboissier, et Jacques, seigneur d’Alègre, chevalier, ont le commandement des nobles du pays d’Auvergne (Arsenal, ibid.) ; or chacun d’eux touche à cette date de Louis XI des gages tout comme les autres capitaines du ban et arrière-ban (B. N., fr. 32511, f  276r  et 270v ) : on peut donc penser que le roi a, sinon déterminé, du moins approuvé et reconnu officiellement leur choix. Mais, en 1479, Louis XI ayant désigné le gouverneur et bailli de Blois pour conduire les nobles des duché d’Orléans et comté de Blois « subgetz aux ban et arriere ban dudit seigneur », ce dernier se récuse à cause de ses autres occupations ; pour choisir son remplaçant, il suit « l’ordonnance de madame la duchesse d’Orleans » et « l’advis et deliberacion des gens de son conseil » (B. N., p. o. 1414, dossier Le Groing, n  18).

86 A. N., P 4911, n  3602 et B. N., p. o. 473, dossier Le Bourrelier, n  16.

87 Morice, Preuves, t. II, col. 1133—1134. Cf. aussi B. A. Pocquet du Haut-Jussé, « De la vassalité à la noblesse dans le duché de Bretagne », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du comité des travaux historiques et scientifiques 1963, t. II, p. 785—800.

88 Morice, Preuves, t. II, col. 1287—1291.

89 Guillaume, Hist. organisation militaire, p. 112—114.

90 Dumay, « Etat militaire et féodal des bailliages... 1474 ».

91 A. N., P 583. Cf. aussi Champeval, « Arrière-ban du Haut-Auvergne », p. 207.

92 A. D. Deux-Sèvres, E 1286.

93 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 280. Cette règle n’était cependant pas absolue : cf. la protestation, admise par Louis XI, des « non nobles roturiers » « tenanz fiefs nobles » mais contribuant aux tailles, payements des gens de guerre, équivalents aux aides et autres impôts royaux, ayant dûment payé les nouveaux acquêts, donc exempts d’arrière-ban par la « declaracion generale » faite par le roi touchant les nobles et roturiers du royaume (Chabannes, Preuves, t. II, p. 223—224, d’après A. N., JJ 196, n  189) ; de même pour le Dauphiné en 1462 (A. D. Isère, B 2904, f  86).

94 A. D. Côte-d’Or, B 11724, f  33—63.

95 A. N., Y 63, f  109v —111v .

96 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 14 sq., d’après A. D. Côte-d’Or, B 11721bis.

97 Les remplaçants sont très souvent les fils, légitimes ou non, des remplacés, mais aussi des frères, neveux, gendres, cousins ou bien des personnes portant le même nom, mais dont le degré de parenté n’est pas précisé dans les documents.

98 1470—1471 : bailliage de Caux, La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 113—131 (35 % de remplacés) ; bailliage de Gisors, ibid. (24,2 % de remplacés) ; bailliage d’Evreux, Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux (21,3 % de remplacés) ; Anjou : B. N., fr. 11864 et 32905 :
ressort d’Angers : hommes d’armes remplacés : 50 %
brigandiniers : 47 %
seigneurie de Loudun et Mirebeau : hommes d’armes remplacés : 43 %
brigandiniers remplacés : 49 %
ressort et seigneurie de Saumur : hommes d’armes remplacés : 55 %
brigandiniers remplacés : 40 %
ressort de Baugé : hommes d’armes remplacés : 24 %
brigandiniers remplacés : 24 % ;
Limousin, Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze (14 % de remplacés) ; Rethélois, Marolles, Inv. titres Nevers, col. 389—392 (10 % de remplacés).
1478, Poitou, Arch. hist. Poitou, t. XLII, p. 158—181.
1480—1481, Poitou, A.D. Deux-Sèvres, E 1286.
1487, Poitou, Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 170—206, n  54 (document daté, à tort, par son éditeur, L. de la Boutetière : 1488).
1489, Poitou, ibid., p. 53, n  16.
1491, Berri, B. N., fr. 2919, f  79—87.

99 B. N., n. a. fr. 8611, f  18 ; Dufour, Documents inédits pour servir à l’histoire du Quercy, p. 3—20.

100 Beaucousin, Fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Caux ; B. N., fr. 21502. n  450.

101 B. N., fr. 1246, f  27r .

102 Ibid., 2919, f  79—87.

103 B. M. Reims, Tarbé VI, 30.

104 A. N., AB XIX, 3314, dr. 5. Même pratique dans la Normandie anglaise (Hunger, Actes normands, t. III, p. 131—133, n  52). Un acte passé le 15 août 1449 entre messire Guillaume Barret, Jean Robin, Pierre et Jacques de Boussay, écuyers, est un peu différent : tous quatre ont été astreints par les commissaires royaux à faire, le cas échéant, le service d’un homme d’armes « de tout harnois complet, de ung coustalleur et paige armé et habillé, en tel cas appartenant ». Il s’agit de savoir qui servira réellement. Pierre de Boussay s’y engage, au nom de Guillaume Barret et de Jean Robin ; il a son propre harnois, mais Barret le fait nettoyer et fourbir à ses dépens ; de plus, ses associés lui remettent 3 chevaux, un jaque, un hoqueton tout neuf valant 6 livres, un manteau noir doublé de blanc valant 3 réaux. Au terme de la campagne, Pierre de Boussay rendra le tout ; s’il est fait prisonnier, ses associés payeront leur part de sa rançon ; inversement, il y aura partage entre tous s’il fait un Anglais prisonnier ou s’il rapporte du butin (Cf. n. 3, Revue anglo-française, ibid.).

105 La Roque, Traité du ban et arrière-ban, et Marolles, Inv. titres Nevers ; Gouron, « Le ban et l’arrière-ban », p. 9 ; B. N., n. a. fr. 21707, n  45 ; B. M. Angers, 1184, f  63 sq. ; Teilhard de Chardin, « Aveux et dénombrements des nobles et roturiers tenant fiefs aux bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier, de Montferrand et des Montagnes ».

106 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.

107 B. N., fr. 1246, f  27v  ; confiscation de fiefs signalée par exemple dans B. N., p. o. 135, dossier Audoin, n  3 ; le séquestre pouvait être de courte durée (Hist. Languedoc, t. XII, col. 256—258, n  107). Parfois pourtant, amende écrasante (A.N., X2a 49, lundi 19 janvier 1484 : 300 l. t.).

108 Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux ; B. N., Clair. 237, n  333.

109 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze ; B. N., Clair. 237, n  341.

110 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; B. N., fr. 21502, n  450.

111 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; B. N., fr. 21502, n  451.

112 B. N., fr. 5909, f  307r  ; Arsenal, 2467, f  20—22 ; A. D. Isère, B 2904, f  319—320 ; A.N., Y 63, f  109v —lllv .

113 Ord. Roys, t. XIV, p. 47, t. XVII, p. 298—305 ; Inv. arch. com. Toulouse, AA 3, n  281 et 287 ; Inv. arch. com. Amiens, CC 56 et EE 4 ; A. M. Arras, CC 224, f  39v  ; B. N., fr. 21718, f  14 sq. ; A. M. Laon, EE 3 ; A. M. Nevers, CC 73, f  49r  ; A. M. Orléans, CC 561, f  128v  sq.

114 B. N., fr. 5909, f  233 et 234r .

115 Le nombre des nobles renvoyés pour leur pauvreté est toujours faible. Au contraire, dans le bailliage d’Autun et de Montcenis, en 1474, sous Charles le Téméraire, sur 194 possesseurs de fiefs ou francs-alleux en justice, 71 ne doivent aucun service effectif, à cause de l’insuffisance de leurs revenus (A. D. Côte-d’Or, B 11724, f  33—63).

116 A. D. Isère, B 2904, f  319—320.

117 1470 : exemption en faveur de 24 nobles, « tous subgiez et serviteurs » du comte de Foix (Ord. Roys, t. XVII, p. 297).
1479 : exemption en faveur de 5 chevaliers et 36 écuyers gentilshommes du comte de Nevers (Marolles, Inv. titres Nevers, p. 104).
1480 : exemption en faveur des mêmes (ibid., p. 105) ; exemption en faveur de 15 gentilshommes de la « maison du comte d’Auvergne et de Lauragués, qu’il a pleu au Roy excuser pour ceste foys tant seulement » (B. N., fr. 2908, f  41r ). Exemption en faveur de 23 « serviteurs et officiers » de Charles d’Anjou, duc de Calabre et comte du Maine (B. N., fr. 15540, f  13).
1486 : exemption en faveur du comte de Tancarville et de 15 autres personnes, tous officiers et serviteurs domestiques du comte (B. N., n. a. fr. 9813, f  117).
1487 : exemption en faveur de tous les capitaines des places fortes appartenant en diverses provinces à Louis de la Trémoïlle (La Trémoïlle, Une succession en Anjou au xve siècle, p. 31—33).

118 La Roque, Traité du ban et arrière-ban ; Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux.

119 A. D. Côte-d’Or, B 11729, f  19—35.

120 N., P 583, passim.

121 On a considéré qu’un homme d’armes valait trois brigandiniers.

122 Teilhard de Chardin, « Aveux et dénombrements des nobles et roturiers tenant fiefs aux bailliages de Saint-Pierre-le-Moûtier, de Montferrand et des Montagnes ». Un certain nombre de cas n’ont pas été retenus : déclarations vagues ou non chiffrées (par exemple, mention d’un domaine).

123 Morice, Preuves, t. II, col. 1287—1291.

124 A. D. Côte-d’Or, B 11727, f  1—16.

125 Dupont-Ferrier, Les officiers des bailliages, p. 500.

126 Massolin, Journal des Etats Généraux, p. 667 et 704. En définitive, Charles VIII refusa d’admettre une pratique analogue à celle constatée en 1455, lors de la présentation des nobles de la sénéchaussée de Beaucaire et Nîmes : « Antoine, seigneur de Gaugac, servira d’un homme d’armes avecque son gouge ou valet et III hommes a pied qui sont ses vassaux » (Hist. Languedoc, t. XII, col. 48). Cf. également le Cartulaire de Mirepoix, éd. F. Pasquier, t. II, Toulouse, 1921, p. 417.

127 B. N., fr. 25779, n  6 et 7 ; Clair. 237, n  333 et n. a. fr. 8611, f  18.

128 Bibl. Min. Armées, A lb 1625, t. I, n  3 ; A.N., K 71, n  27 bis.

129 A. D. Isère, B 3140.

130 A. D. Deux-Sèvres, E 1286 ; B. N., fr. 21718, f  14 sq.

131 Gouron, « Le ban et l’arrière-ban », p. 9 ; B. N., fr. 15540, f  100 et 2928, f  55r .

132 A. N., P 583.

133 Albe, « Les nobles du Quercy en Roussillon ».

134 B. N., fr. 15541, f  61r .

135 Ibid., 20498, f  12. Pour échapper à l’arrière-ban, les nobles se réfugient dans les villes exemptes, obtiennent de faux certificats de service, « transportent leurs fiefz aux eglises » (B. N., n. a. fr. 1232, n  42, f  88).

136 A. N., X2a 58, jeudi 29 janvier 1489.

137 Ibid., JJ 219, n  51 et Arch. hist. Poitou, t. XLI, p. 213—215, d’après JJ 206, n  22.

138 Ibid., P 583. Sous François 1er, réapparaît la limite des 40 jours pour une guerre extérieure et de 3 mois pour une campagne en France (Isambert, Recueil anciennes lois, t. XII, p. 848).

139 « ... Certain grant nombre de gens de guerre, tant de nostre ban et arriere ban, gens de pié que autres, avec certain nombre de nostre artillerie, lesquelz, affin qu’ilz puissent vivre et eulx entretenir en nostre service et presente armée en bon ordre et pollice, est expedient et chose tres necessaire faire souldoyer, autrement il conviendroit qu’ilz habandonassent nostre service » (Bibl. Min. Armées, A 1 b 1625, t. I, n  3).

140 François de la Noue, Discours politiques et militaires, éd. F. E. Sutcliffe, Paris-Genève, 1967, p. 258.

141 Molière, Georges Dandin, acte I, scène V.

142 B. N., fr. 1246, f  27r .

143 Seyssel, La monarchie, p. 121—122.

144 B. N., fr. 1246, f  28r .

145 Cf. toutefois les procès devant la Cour des aides : cf. par exemple A. N., Zla 26, f  152v  sq. et A. M. Lyon, CC 349.

146 B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n  5.

147 Montaigne, Essais, ch. I, l. XLII, cité par R. Mandrou, Introduction à la France moderne, Paris, 1961, p. 173.

Table des illustrations

Titre Carte 6. Les quatre circonscriptions de l’arrière-ban (1480)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Note 121
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search