Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre XII. Les réserves organisées : les Francs-Archers

Texte intégral

1Dans la seconde moitié du 15e siècle, le roi pour ses forces permanentes, fait appel à des volontaires, mais s’il veut se procurer des renforts temporaires, il a recours essentiellement à un certain nombre d’obligations militaires auxquelles ses sujets sont astreints selon des modalités et à des titres divers.

A. SERVICES DIVERS

  • 1 B. N., Bourgogne 59, f° 73—78.
  • 2 Arsenal, 2467, f° 20—22.
  • 3 A. N., P 14021, n  1225.
  • 4 Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux.
  • 5 « Ce neantmoins, leur fut enjoint eulx tenir prestz et en estat de faire le service au roy pour la (...)
  • 6 Ainsi, en 1470, les monastères ou couvents de Saint-Wandrille, Montivilliers, Saint-Ouen de Rouen ( (...)

2Les services traditionnels dus au roi par certaines communautés religieuses ne furent plus exigés que dans des cas très rares : en 1493, les gens des Comptes de Charles VIII mandèrent au bailli de Dijon de contraindre des abbayes devant au roi en tant que duc de Bourgogne, toutes les fois qu’il le voulait, « pour ost ou pour chevaulchée », 3 chariots, 31 charrettes et 75 sommiers, soit de remplir leurs obligations, soit de payer une taxe compensatrice1. Une mention de ce genre est très exceptionnelle. Par ailleurs, il est admis que les clercs ne doivent fournir de combattants que pour leurs fiefs patrimoniaux ou leurs acquêts personnels et non pour les biens de mainmorte2. Une ordonnance de 1503 prévoit même une prescription pour les biens non amortis possédés ou acquis par les églises depuis quarante ans au moins3. En d’autres termes, les gens d’Eglise soutiennent ne point devoir « service d’ost mais seullement prieres et oroisons »4. Ce n’est là cependant qu’une tolérance du roi5 et l’on constate qu’à plusieurs reprises des établissements religieux présentèrent des hommes de guerre aux montres des nobles et noblement tenants6.

  • 7 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 172—173 et Maupoint, Journal, p. 103.
  • 8 Roye (Chron. scandaleuse, t. I, p. 180) parle même de « 60 a 80 000 testes armées », dont « bien 30 (...)
  • 9 Ibid., t. I, p. 193 et 195.
  • 10 Débris de la montre de 1469 dans B. N., Moreau 1054, f° 3r° sq. ; 1472 : Roye, Chron. scandaleuse, (...)
  • 11 Joubert, Baronnie de Craon, p. 351—356, p. j. XIX. De même à Nevers, en 1474 : sur ordre du duc de (...)
  • 12 B. N., fr. 10237, f° 213.
  • 13 Lettres de Louis XI, t. II, p. 355—356, n  208.
  • 14 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 280.
  • 15 Ibid., t. I, p. 341.

3Dans certains cas, le roi exigea que les habitants des villes disposassent d’un équipement militaire correspondant à leurs ressources et se missent à son service. A la suite de la guerre du Bien Public, pendant laquelle Paris avait résisté aux efforts de Charles le Téméraire, Louis XI se persuada de l’intérêt stratégique de sa capitale. Aussi, au mois de juin 1467, en prévision d’un nouveau siège, il ordonna aux gens d’Église, aux conseillers en Parlement et à la Chambre des comptes, à tous ses officiers, aux bourgeois, marchands et gens de métier, bref à tous ceux, entre seize et soixante ans, qui tenaient « feu » à Paris, de s’équiper dans un délai de deux mois, afin de garder la ville et de servir la couronne7. De fait, le 24 septembre de la même année, en présence du roi et de la cour, les Parisiens — 28 000 à 30 000 « testes armées », selon les estimations les plus basses8 — encadrés par des « principaux » et « sous-principaux » sortirent de la ville à pied ou à cheval et s’alignèrent « en bataille », chacun sous sa bannière, de la porte Saint-Antoine jusqu’à Conflans, sur une distance de plus de 4 000 mètres. Ces montres se renouvelèrent au mois de novembre 1467, mais simultanément en plusieurs endroits : sur les murs de l’enceinte entre la porte du Temple et la porte Saint-Martin, dans la couture du Temple, en face du Louvre, entre l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés et la Seine9... L’opération eut encore lieu en 1469, en 1472 lors du siège de Beauvais, enfin en 1474, de nouveau cette fois en présence du roi10. A cette occasion, les Parisiens avaient revêtu comme « livrée » un hoqueton rouge marqué d’une croix blanche rappelant qu’ils étaient au service du souverain. En 1475, les habitants de la ville et des faubourgs de Craon furent semblablement inspectés : le document qui les énumère et consigne leur armement précise qu’il convient d’ajouter comme « gens de defense », les 32 francs-archers et 70 nobles de la baronnie de Craon11. Selon un avis anonyme datant de 1470 environ, il est conseillé à Louis XI de faire équiper les habitants de Toulouse et d’ordonner leur montre12. Il est vrai que des mesures de ce genre ne pouvaient guère servir qu’en cas de siège des villes et que les forces ainsi mises sur pied, si elles étaient nombreuses, avaient une efficacité militaire réduite. Mais le roi put à l’occasion exiger des villes des contingents importants destinés à faire vraiment campagne : en 1465, Louis XI pria Abbeville de lui envoyer le plus grand nombre de combattants possible, puis, cédant à ses protestations, il se contenta de 50 gens de guerre payés par la ville pour un mois afin de garder Saint-Riquier13. En 1472, Paris envoya au secours de Beauvais des arbalétriers, des couleuvriniers et d’autres gens de guerre « en grant nombre » ; il fut même question, à la suite de ce premier apport, de lever dans la capitale 3 000 combattants armés et payés par les habitants : chiffre considérable qui, après discussion, fut modestement ramené à 100 arbalétriers et couleuvriniers supplémentaires14. Trois ans plus tard, en 1475, Paris fournit derechef au roi « grant quantité de gens en armes », soldés aux dépens des bourgeois15.

  • 16 Lettres de Louis XI, t. II, p. 343—345, n  200.
  • 17 Ibid., t. II, p. 355—356, n  208 et B. N., fr. 26090, n  417. Cf. aussi la convocation du 26 févrie (...)
  • 18 B. N., fr. 26095, n  1408.
  • 19 Supra, p. 311—312.

4Lorsque les circonstances l’exigeaient, le roi pouvait décréter une sorte de levée en masse, affectant les régions directement menacées : le 31 juillet 1465, Louis XI manda au bailli de Troyes de rassembler, dans un délai de 12 jours, non seulement les nobles et les francs-archers du bailliage, mais également « tous autres non nobles » étant « en estat et habillement de guerre », « soient gens de bonnes villes ou de plat pays »16. La même année, par une lettre du 16 août, le roi fait savoir aux habitants d’Abbeville qu’il a convoqué les nobles et les francs-archers de Normandie ainsi que « les gens d’estat et puissance » des bonnes villes et du plat pays : tous doivent se trouver le 18 août dans la plaine du Neubourg. Ses sujets du bailliage de Caen doivent envoyer le plus grand nombre de gens de pied possible, en d’autres termes tous ceux ayant l’habitude de la guerre17. En 1475, il est prescrit au bailli de Cotentin de réunir tous les habitants de Granville et de sa région, de faire choix d’un homme sur dix, « le plus propre et plus expert pour servir au fait de la guerre » et d’équiper les recrues de jaques, salades et vouges18. Par ailleurs, avec le développement de l’artillerie, les levées de pionniers et de charretiers se firent progressivement plus lourdes et plus fréquentes19.

  • 20 B. N., fr. 16588, f° 153—155.

5Il serait donc erroné de croire que le payement de l’impôt ait dispensé les populations de tout effort militaire actif. Le roi réserve ses droits pour les cas de « tres grande et extreme necessité », lorsque se trouvent en jeu le bien et la sûreté du royaume20. Mais ces recours sont ultimes, exceptionnels : pour obtenir les renforts indispensables en gens de cheval et de pied, la monarchie dispose en effet d’institutions aux rouages plus efficaces et plus précis ; l’une, celle des francs-archers, est la contribution normale de la population non noble aux guerres du roi ; l’autre, celle des nobles, prend désormais le nom de ban et arrière-ban.

B. LES FRANCS-ARCHERS

Évolution

  • 21 Pour Paris, supra, p. 335 ; à Amiens, il existait dès le 14e siècle des compagnies privilégiées d’a (...)
  • 22 Inv. délib. Rouen, p. 60, col. B (1458) et p. 66—67 (1491). En septembre 1491, les archers de la ci (...)
  • 23 Chevalier, Ordonnances des rois de France, p. 61, n  518.
  • 24 Activité licite du point de vue religieux, car elle était tenue pour un jeu et non pour un travail.
  • 25 B. N., fr. 5743.

6En instituant la milice des francs-archers par l’acte du 28 avril 1448, Charles VII, loin d’innover entièrement, ne faisait en premier lieu qu’étendre au plat pays un régime que connaissaient depuis le milieu du 14e siècle les nombreuses villes de France où un corps d’arbalétriers et d’archers, exempt de la plupart des impositions, était spécifiquement destiné à la défense locale et chargé de fournir les contingents demandés par le roi. Une corrélation existe indéniablement entre les deux institutions : ni Paris ni Amiens ne se virent imposer de francs-archers, mais ces deux villes n’échappaient pas pour autant aux exigences monarchiques et devaient régulièrement apporter leur contribution en hommes aux armées royales21. Pas de francs-archers non plus à Rouen qui, pour répondre aux demandes du pouvoir central, disposait de sa cinquantaine22. En 1478, Louis XI modifia la nature du service que lui devait la ville de Gap : au lieu de lui fournir occasionnellement 50 hommes de pied destinés à combattre en Dauphiné, elle dut entretenir régulièrement 50 francs-archers23. Inversement, en 1494, Charles VIII, voulant assurer la sécurité du royaume avant de partir pour l’Italie, prescrivit, entre autres mesures, la création dans chacune de ses bonnes villes et « autres lieux » d’une confrérie d’arbalétriers, archers, couleuvriniers et piquenaires, dotés de divers privilèges fiscaux, qui devaient s’exercer les dimanches et jours de fête après la messe24 ; à cette occasion, les membres de ces confréries revêtiraient un « habillement de parure », orné sur la poitrine de trois petites fleurs de lys ou d’une couronne d’or et dans le dos des armes de leur localité. Ces dispositions montrent bien que Charles VIII entendait remplacer par ces confréries l’institution des francs-archers tombée en sommeil après son éphémère renaissance de 1486, dont il ne tient plus aucun compte25. Certes, la création des francs-archers comportait pour les villes un aspect négatif, puisqu’elles voyaient une charge régulière succéder à une contribution épisodique, mais elles obtenaient en contrepartie deux avantages : elles n’avaient plus à solder directement leurs contingents pour la durée de la campagne, et elles n’étaient plus seules à fournir au roi l’infanterie nécessaire puisque désormais les populations rurales étaient astreintes aux mêmes obligations.

  • 26 On a parfois prétendu que l’institution des francs-archers s’inspirait d’une mesure prise par le du (...)
  • 27 Hist. Languedoc, t. X, col. 2137—2140, n  868 et col. 2170—2172, n  874.
  • 28 Stein, Charles de France, p. 718, p. j. 85.
  • 29 A. D. Isère, B 2904, f° 86.
  • 30 B. N., fr. 15538, f° 169.

7De ce point de vue — et telle est la seconde origine des francs-archers — l’institution nouvelle apparaît bien comme le prolongement, voire la renaissance, de l’ancienne levée des « communes »26. En 1438 et 1440, Charles VII décida la convocation contre les routiers des « arbalestriers et autres gens de communes » dans les sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire27. Dix ans plus tard, face au même danger, en Normandie ou en Poitou par exemple, il aurait réuni les francs-archers. C’est ce que confirment les doléances qu’adressèrent en 1470 les trois états du duché de Guienne à Charles de France, par lesquelles ils demandent la suppression des francs-archers « car ils ne servent de riens et donnent grant charge au païs, consideré que touz ceulx desdits pays sont arbalestriers, desquelz se pourra tousjours servir quant besoing sera »28. En d’autres termes, pourquoi équiper par avance et exempter continuellement de taille un certain nombre d’individus alors que l’ensemble de la population pourrait fournir à moindres frais un secours militaire tout aussi efficace ? Dans le Dauphiné, jusqu’à l’apparition des francs-archers en l467—1468, les « communes » ont poursuivi leur existence29. En 1488, la princesse de Viane, apprenant que des agents de Charles VIII voulaient établir des francs-archers dans son comté de Bigorre, rappelle que l’institution n’y eut jamais cours ni sous Charles VII ni sous Louis XI et que, « lorsque les rois de France se veulent servir des subjectz de ceste maison, ilz ont acoustumé de mander le seigneur » auquel il appartient seul de réunir ses sujets et de les mettre à leur disposition30.

  • 31 Aussy, La Saintonge pendant la guerre de Cent ans, p. 41.
  • 32 A. M. Troyes, F 139, f° 7v°. Cf. aussi la réclamation d’un habitant de Loudun ayant participé à la (...)

8Enfin, l’exemption fiscale des francs-archers n’est pas non plus une innovation ; non seulement le pouvoir central l’avait prévue pour les compagnies urbaines privilégiées, mais la population elle-même l’accordait de sa propre initiative à ceux qui faisaient la guerre : en 1434, la municipalité de Saint-Jean-d’Angély décida de décharger de la dernière taille les arbalétriers qu’elle avait envoyés au siège de Mornac31 ; en 1472, les habitants de Troyes qui s’étaient trouvés « en la guerre, sous l’enseigne des Roziers », furent également rayés du rôle des impositions32.

  • 33 Cf. en particulier l’ordonnance inédite du 27 novembre 1458 (B. N., fr. 10237. f° 215—216).
  • 34 Est-ce pour cette raison qu’on parla de francs-archers et non de francs-arbalétriers, alors qu’un b (...)

9La création des francs-archers en 1448 reposait sur deux opérations : la première, de caractère fiscal, consistait à faire établir par des commissaires royaux et par les élus, l’assiette de la nouvelle imposition, sur la base théorique d’un archer par paroisse, mais avec la possibilité de dégrèvements pour les plus pauvres d’entre elles, compensés par des charges plus lourdes pour les plus riches et les plus peuplées ; la seconde opération avait un but militaire : les mêmes personnages qui avaient établi l’assiette de l’impôt devaient recruter les hommes, après enquête auprès des habitants, en choisissant ceux ayant la pratique de l’arc ou de l’arbalète et en évitant de retenir les plus riches. Si en effet les recrues restaient soumises aux aides et à la gabelle, elles étaient affranchies de la taille, de la taxe des gens d’armes et de l’imposition de guet et garde. En échange de ces avantages fiscaux, elles devaient non seulement se rendre aux convocations royales et faire campagne, moyennant des gages mensuels de 4 l.t., mais se munir d’un habillement de guerre complet, comprenant un arc ou une arbalète, une épée, une dague, une brigandine ou un jaque et une salade. Cependant, il était prévu que, s’il se trouvait dans telle paroisse un homme pauvre mais « usité a la guerre », les commissaires pourraient suggérer aux habitants de l’équiper à leurs frais, ce qui aurait pour avantage d’accorder la franchise à un contribuable peu ou pas imposé. Une fois le choix effectué, il appartenait à des « hommes de bien », sans doute désignés par le roi, d’inspecter les francs-archers et de les réunir. De plus, chaque mois, le seigneur châtelain, dont il convient ici de rapprocher le rôle des responsabilités militaires qu’il conservait par son droit de guet et garde33, devait effectuer un contrôle dans le cadre de la châtellenie. En définitive, quatre listes des francs-archers seraient dressées, destinées respectivement au roi, aux commissaires et aux élus, aux « hommes de bien », enfin aux châtelains ; trois contrôles étaient prévus, exercés par les trois dernières catégories, mais aucun encadrement régulier n’était instauré ; en particulier, la nouvelle institution échappait tout à fait à l’autorité d’un personnage qui de par ses prérogatives traditionnelles, aurait pu prétendre jouer un rôle : le maître des arbalétriers de France34.

  • 35 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.

10En 1451, après que les francs-archers eurent fait leur preuve dans une première campagne lors de la reconquête de la Normandie, il apparut nécessaire de désigner des capitaines permanents ; éliminant les châtelains, ils devaient passer en revue les hommes de leur charge deux ou trois fois chaque année par petits groupes de quarante ou de cinquante ou par châtellenie. Ils étaient astreints au serment envers le roi et percevaient des gages annuels de 120 l.t. auxquels s’ajoutaient 20 l.t. destinées à couvrir leurs frais de déplacement35.

  • 36 Cette dernière charge ne fut pas crée.

11Puis l’institution des francs-archers connut de nouvelles modifications en 1466 : outre le doublement des effectifs et l’apparition de vougiers et de lanciers à côté des archers et arbalétriers antérieurs, le roi décida alors la création de quatre circonscriptions, chacune d’elles pourvue d’un capitaine général commandant 4 000 francs-archers ; un capitaine général devait disposer d’un chevaucheur transmettant ses ordres, de deux archers et d’un lieutenant, ce dernier spécialement chargé d’exercer la justice sur les troupes. Les gages annuels d’un capitaine général étaient fixés à 800 l.t. ; chacun d’eux commandait personnellement un groupe de 500 francs-archers, les 3 500 de reste étant répartis en 7 compagnies de 500 hommes, confiées à 7 capitaines particuliers. Enfin, le roi entendait désigner par-dessus tous les chefs un capitaine général de tous les francs-archers de France36.

  • 37 A. D. Isère, B 2904, f° 367v° sq. Analyse de cet acte dans Pilot de Thorey » Catalogue, t. II, p. 2 (...)

12Les ordonnances de 1475 ont une importance plus réduite ; elles témoignent surtout des déficiences de l’institution, auxquelles elles tentent de porter remède. L’une d’elles, promulguée par Jean Daillon, seigneur du Lude, gouverneur du Dauphiné, à la requête des trois états, intéresse cette seule province, où les francs-archers avaient été établis depuis 7 ou 8 ans. Elle prescrit une recherche générale des feux fiscaux destinée à établir une nouvelle assiette des francs-archers, à raison d’un pour 6 feux. Leur recrutement appartient au capitaine ou à son lieutenant, assisté des juges locaux. Une fois désignés, les francs-archers s’engagent à servir toute leur vie, sauf vieillesse, maladie ou impotence. Les paroisses les munissent d’un équipement militaire qu’ils doivent rendre en fin de campagne. Avant de partir à la guerre, chacun d’eux reçoit un ducat pour vivre en attendant la solde royale et 3 gros et demi destinés aux droits du capitaine et de son clerc. Enfin, les communautés doivent fournir un cheval à chaque groupe de 5 francs-archers37.

  • 38 Jacqueton, Documents administration financière, p. 96—98.
  • 39 Acte du 12 janvier 1475 : Ord. Roys, t. XVIII, p. 72—74 ; acte du 30 mars 1475 : ibid., t. XVIII, p (...)

13Les deux autres ordonnances de 1475 s’appliquent à l’ensemble du royaume. Elles visent à réprimer un certain nombre d’abus devenus intolérables. Les uns sont dus aux capitaines qui, sous les prétextes les plus divers, extorquent de l’argent soit à leurs hommes soit aux populations. Les francs-archers sont responsables des autres : outre leurs habitudes de violence, on leur reproche en particulier de ne prendre aucun soin de leur armement, qu’ils perdent, vendent ou engagent, forçant ainsi les paroisses à les équiper chaque année de nouveau. Aussi est-il prévu que désormais ils recevront tous les ans une somme forfaitaire de 6 puis 9 l.t., destinée à l’entretien de leur équipement et à leur subsistance en campagne jusqu’au versement de la solde. De plus à leur retour, ils doivent remettre cet équipement aux paroisses qui les conservent jusqu’à la prochaine convocation ; on espère ainsi diminuer les frais qu’ils entraînent et restreindre leur criminalité, mais du même coup les exercices hebdomadaires prescrits par l’ordonnance de 1448 et encore prévus en 1460 38 deviennent impossibles. Enfin, les droits des capitaines généraux sont soulignés en matière de recrutement : lorsqu’une place de franc-archer devient vacante, par la mort, la maladie ou la vieillesse de son titulaire, il leur appartient de choisir un homme dans le cadre de l’élection, de l’engager par une lettre de retenue et de le faire ainsi entrer dans l’ordonnance des francs-archers39.

  • 40 A. N., Zla 31, f° 386v°—387.
  • 41 B. N., fr. 2900, f° 37r° ; p. o. 42, dossier Aloigny, n  24 et 1416, dossier Grosparmy, n  14.
  • 42 B. N., n. a. fr. 7639, f° 46 et A. D. Basses-Pyrenées, E 77.
  • 43 Bonnault d’Houët, Les francs-archer s de Compiègne, p. 192, n  248, d’après A. M. Compiègne, CC 27, (...)
  • 44 Inv. arch. corn. Montferrand, CC 197, f° 4—10 et CC 354, t. II, p. 20 ; Lettres de Louis XI, t. VII (...)
  • 45 B. N., fr. 32511, f° 376v°.

14La lettre de retenue existait pour les francs-archers dès 144840, mais il semble qu’à partir de 1475 le pouvoir central y ait attaché davantage d’importance : à côté de l’expression « franc archer », qui subsiste toujours, on trouve en effet désormais dans les documents officiels celles d’« archer de retenue » et de « franc archer de retenue »41, qui soulignent, intentionnellement, l’étroite dépendance de ces derniers vis-à-vis du roi. De plus, Louis XI décida parfois de lever directement une partie des 9 l.t. prévues pour l’équipement des francs-archers et d’utiliser ces sommes au payement de leurs gages42. Enfin, dans la dernière année de leur existence, en 1480, il imposa aux paroisses et communautés un versement supplémentaire de 9 l.t. par franc-archer destiné à remplacer la solde versée en campagne43. Ainsi, tout en restant une force de réserve, les francs-archers recevaient des gages peu élevés sans doute mais permanents. Chaque franc-archer coûtait donc à cette date un minimum de 18 l.t. par an auxquelles s’ajoutaient, le cas échéant, les dépenses occasionnées par l’équipement des nouveaux nommés, l’achat des chevaux, charrettes, tentes et outils indispensables, et même le remplacement des pièces d’armement perdues « par fortune de guerre »44. Par ailleurs, les gages des capitaines particuliers furent sensiblement augmentés à partir de 1479, passant dans un grand nombre de cas de 140 à 240 l.t.45. Bref, sans même compter les dépenses d’encadrement, l’entretien et la solde des 16 000 francs-archers du royaume, montaient, à raison de 18 l.t. par homme, à une somme de 288 000 l.t., qui, utilisée différemment, aurait permis au roi de disposer en permanence d’un effectif de 6 000 hommes de pied, payés 4 l.t. par mois, ou 48 l.t. par an. La suppression des francs-archers, à la fin de l’année 1480, eut donc des causes tout à la fois militaires et financières : d’une part, ils avaient fait maintes fois la preuve de leur médiocre valeur au combat ; d’autre part, eu égard aux services fournis réellement, ils coûtaient fort cher, à la fois par les sommes que versaient directement les contribuables, par le manque à gagner résultant de leur exemption fiscale, enfin par l’inique rapacité des capitaines qui profitaient de leurs rapports directs avec la population pour multiplier leurs exactions.

  • 46 Lettres de Louis XI, t. VII, p. 114—115, n  1404. Spont, « La milice des francs-archers », p. 459—4 (...)
  • 47 A. M. Tours, CC 44, f° 148—162. Cf. aussi A.M. Orléans, CC 564, f° 128 sq.
  • 48 Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 352—354, n  23.
  • 49 Ibid. ; B.N., fr. 25715, n  310.

15L’abolition des francs-archers, la création d’un nouveau type d’infanterie ne se firent pas à l’improviste. Louis XI commença par casser les plus mauvaises parmi les bandes de francs-archers qu’il tenait pour responsables de l’échec de Guinegatte46. Puis, il entreprit de réunir l’équipement dont il voulait doter la nouvelle infanterie à laquelle il songeait. Le 19 mars 1480, les habitants de Tours furent avertis que le roi leur ordonnait de fabriquer à leurs dépens 2 000 piques destinées aux gens de guerre qu’il entendait « de brief faire mectre sur les champs pour le renfort » de son armée. Tours ne fut pas la seule ville imposée : Orléans, Caen et Paris furent également mises à contribution. Louis XI escomptait apparemment que tout serait prêt dès le 30 avril. Il dut déchanter. Les premières piques forgées par les couteliers de Tours se révélèrent trop grandes et trop pesantes au gré du roi et des experts dont il s’était entouré. Il fallut les « coupper, reforger, et acerer » de nouveau. L’opération terminée, la commande fut transportée à Paris, dans la bastille Saint-Antoine. Louis XI en reçut un spécimen, qui ne le satisfit pas encore : le 22 mai 1480, il ordonna d’« appeticer » une nouvelle fois les piques des Tourangeaux47. Bref, l’armement ne fut pas achevé avant le mois de juillet ; il était trop tard pour l’utiliser. La création des nouvelles bandes d’infanterie fut reportée de quelques mois et ce fut seulement par une lettre du 11 octobre 1480, adressée aux élus sur le fait des aides ordonnées pour la guerre, que Louis XI put faire part de sa décision de supprimer totalement les francs-archers48. Dans le même document, il leur annonçait son intention de remplacer les francs-archers par « certain grant nombre de gens de guerre archiers », destinés à « estre mis et establiz en nostre camp ». Pour payer ces nouvelles troupes, pour acheter les chariots et les tentes dont il voulait les munir, il imposait chaque élection à une lourde somme — 3 000 l.t. pour celle d’Amboise, 950 l. 8 s. 6 d. t. pour celle d’Avranches et Mortain49 — bien supérieure en tout cas aux dépenses qu’avaient occasionnées l’équipement et la solde des francs-archers. Compensation dérisoire : il autorisait les contribuables, afin de financer une partie de cette charge, à récupérer « les harnoys et habillemens de guerre, charestes et chevaulx » fournis naguère aux francs-archers par les paroisses et à vendre le tout à leur profit. Ainsi, alors que, l’équipement des francs-archers étant assuré directement par les communautés urbaines et villageoises du royaume, les sommes qui y étaient engagées échappaient au contrôle du roi, celui-ci allait désormais disposer, au contraire, de recettes centralisées, dont il pourrait se servir à son gré.

  • 50 B. N., n. a. fr.. 7639 contient les remarques générales de Fontanieu selon lequel le payement des g (...)
  • 51 Gandilhon, Politique économique de Louis XI, p. 203—204, qui fournit la liste des villes et des fou (...)
  • 52 Melchior Russ, notaire du conseil du canton de Lucerne, écrivait de Lyon, le 4 décembre 1480, que L (...)

16Louis XI entreprit alors de recruter 10 000 hommes de pied : 4 000 levés en Normandie, Anjou et Touraine, qu’il plaça sous-le commandement du bailli de Rouen, Guillaume Picart d’Estellan ; 6 000 fournis principalement par la Picardie et le Boulonnais, à la tête desquels il mit Philippe de Crèvecœur, seigneur d’Esquerdes, auquel il accorda en outre la suprématie sur l’ensemble : décision toute naturelle puisque celui-ci avait pris l’initiative du projet et qu’il avait réussi à convaincre le roi50. Ces troupes devaient être payées à compter du 1er janvier 1481. De quelle sorte de combattants s’agissait-il ? A ses sujets Louis XI n’annonçait que des archers, mais ce furent aussi et même surtout des piquiers et des hallebardiers, pour l’équipement desquels il avait commandé aux principales villes du royaume, entre le 28 novembre et le 9 décembre 1480, au moins 5 500 piques et 14 500 hallebardes, sans compter 18 500 dagues qui devaient compléter leur armement. Il était prévu que les piques seraient emmanchées sur des fûts de frêne de 22 pieds de long — plus de 6 mètres51. Manifestement, Louis XI entendait copier, avec des contingents d’origine française, l’équipement et la tactique de l’infanterie suisse, tout auréolée de ses victoires récentes de Grandson, Morat et Nancy. Bien qu’ils fussent recrutés dans les mêmes milieux sociaux que les francs-archers, ces « hommes de guerre du camp » — ainsi se trouvent-ils désignés dans les documents — présentaient avec les unités dissoutes trois différences : issus d’un nombre limité de provinces, ils étaient d’autant plus fortement unis par les liens de la solidarité régionale ; parmi eux, les gens de trait passaient au second plan ; enfin, disponibles à longueur d’année, ils pouvaient s’entraîner de façon intensive. Il s’agit d’un effort original en vue de séparer l’infanterie de la population ordinaire, de lui donner un esprit de corps né de la vie en commun et d’une origine géographique commune. Dans cette tentative prématurée se trouvaient ainsi déjà réunis les éléments qui, au siècle suivant, servirent de soubassement psychologique et humain aux régiments d’infanterie52.

  • 53 B. N., fr. 15540, f° 71.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid., f° 76.
  • 56 Ibid., f° 79.
  • 57 Lettres de Charles VIII, t. I, n  61, p. 100—101.

17La mort de Louis XI entraîna leur licenciement. On ne pouvait cependant se passer d’infanterie, et les Beaujeu songèrent, dès la fin de l’année 1485, à mettre sur pied une nouvelle organisation. Toutefois, en raison des excès du règne précédent, ils crurent indispensable de procéder avec la plus extrême prudence à l’égard d’une population traumatisée. Dans une lettre du 8 décembre, Charles VIII demanda à ses sujets de certaines provinces — en particulier la Normandie, la Champagne et le Vermandois —, de lui soumettre, par l’intermédiaire des baillis et des sénéchaux, des propositions en vue de lever des gens de pied « a la moindre foule » possible53. On possède les réponses de quelques bailliages, transmises en janvier et février 1486. Celui de Caen suggérait la levée d’un homme affranchi de taille pour 55 feux, qui lui verseraient directement sa solde en campagne, sur la base, modeste, de 3 l.t. par mois54. Bien qu’évitant l’expression, désormais péjorative, de francs-archers, évocatrice de tout un cortège de déceptions et d’abus, les sujets du roi proposaient dans ce bailliage leur rétablissement, à deux différences près : ils ne prévoyaient pas de les équiper eux-mêmes et ils souhaitaient qu’en matière de recrutement les capitaines aient seulement le droit d’accepter ou de refuser les hommes que les communautés leur présenteraient. Quant au bailliage de Troyes, il rappelait en premier lieu que Charles VII avait reconquis son royaume « a l’aide de son arriere ban et quinze cens lances de son ordonnance seullement » et soulignait que son petit-fils Charles VIII disposait d’ores et déjà, pour des tâches purement défensives, de forces bien plus considérables. Il acceptait pourtant, s’il le fallait, un rétablissement des francs-archers, à condition toutefois de leur interdire les déplacements constants en armes55. Dans le bailliage de Vermandois, enfin, les notables consultés proposaient eux aussi le retour aux francs-archers sur la base plus légère d’un homme pour 120 feux, auquel on offrait une solde mensuelle de 4 l.t., mais en campagne seulement « et non autrement » ; manifestement, nul ne se souciait de revenir à la solde permanente de 91.t., imposée par Louis XI en 1480. Les droits des capitaines seraient limités, le soin d’admettre au serment, de « visiter », de « casser » et de « muer » les gens de pied étant confié aux élus, plus soucieux des intérêts locaux. Mais, tandis que pour obtenir les recettes indispensables, les élus, les officiers et les bourgeois des villes proposaient une augmentation de la gabelle, les porte-parole de la noblesse s’opposaient résolument à ce procédé : car n’étant point exempts de gabelle, les nobles auraient alors contribué à l’entretien des gens de pied, « servitude » intolérable à leurs yeux, alors qu’ils accompagnaient le roi en ses armées, « les plusieurs a leurs propres coustz et despens »56. Au fond, les populations pensaient qu’il valait mieux entretenir les francs-archers, en dépit de leurs inconvénients, que de supporter les énormes tailles qu’avait rendu nécessaires entre 1481 et 1483 l’existence d’une infanterie permanente. Ces réponses déçurent l’entourage du roi ; masquant sa déconvenue derrière des paroles très vagues, Charles VIII, le 14 février 1486, écrivit au bailli de Vermandois qu’il avait bien reçu son rapport et qu’il lui enverrait sous peu des précisions complémentaires57.

  • 58 B. N., n. a. fr. 5219, f° 34—40 et Duchesne 108, f° 78—79 ; Portai (Ch.), Inventaire sommaire des a (...)
  • 59 Spont, « La taille en Languedoc », 1890, p. 488, d’après B. N., fr. 25716, n  56.
  • 60 B. N., fr. 25716, n  57 ; A. N., K 73, n  42 et 43.

18Une nouvelle enquête fut alors décidée, quelques semaines plus tard. Cette fois, le roi s’adressa à d’autres régions, parmi lesquelles les sénéchaussées de Toulouse, Limousin et Guienne. Dans chacune de ces circonscriptions, le sénéchal devait réunir les états et leur exposer les désirs et les besoins de la monarchie : plus de francs-archers, trop indisciplinés, trop coûteux aussi, puisque souvent le plus riche d’une paroisse se faisait choisir comme tel pour échapper à la taille ; à leur place, un homme de pied par 80 feux, choisi par le pouvoir, payé par le pouvoir, en temps de guerre, selon le taux mensuel de 5 l.t. Pour équiper ces nouvelles troupes, 10 l.t. par homme seraient demandées une fois pour toutes aux populations ; cette somme serait levée immédiatement, mais ne serait remise à l’administration militaire que juste avant la campagne. Les capitaines enfin seraient désignés par avance, mais non les hommes, levés quand il serait nécessaire, de préférence dans les provinces voisines du théâtre d’opérations. En d’autres termes, le roi demandait à ses sujets de l’argent ; en échange, il se chargeait de recruter, d’équiper et d’encadrer les nouvelles bandes d’infanterie. Les états des sénéchaussées interrogées eurent beau ne manifester aucun enthousiasme en face de ce projet, et même exprimer ouvertement leurs réticences et leurs doléances58, le roi passa outre et, par un acte du 1er juin 1486, il annonça la levée de 12 000 hommes de guerre — un pour 80 feux contribuables aux tailles — dans ses pays de Languedoïl, Guienne, généralités dessus et deça les rivières de Seine et Yonne, Languedoc, Lyonnais, Forez et Beaujolais, bref à travers l’ensemble du royaume, à l’exception des acquisitions les plus récentes : Roussillon et Cerdagne, Dauphiné, Provence, les deux Bourgognes, Artois et Picardie. Il demandait l’équipement de ces 12 000 hommes, à raison de 10 l.t. par mois, soit 120 000 l.t., et leur solde de 5 l.t. pour un mois, soit 60 000 l.t. : la contribution s’élevait donc à 180 000 l.t., plus les frais59. L’élection d’Angoumois fut par exemple taxée à 66 hommes, plus 20 l.t. de frais, soit 990 l.t., celle du bas pays de Limousin, à 160 hommes plus 30 l.t., soit 2 430 l.t., celle du haut Limousin au même chiffre, le Périgord à 70 hommes, les jugeries de Rivière et de Verdun à 40 hommes60. L’imposition était beaucoup moins lourde qu’à l’époque des bandes permanentes de Louis XI, elle était même sensiblement plus légère que celle destinée aux francs-archers en 1480, mais elle n’assurait qu’un mois de campagne ; si la guerre se prolongeait six mois, comme le prévoyaient les instructions royales, elle devait monter à 480 000 l.t. Encore prévoyait-on d’autres ponctions fiscales extraordinaires destinées au payement de l’arrière-ban et des Suisses, dont le concours était prévu.

  • 61 A. D. Hérault, A 18, n  23.
  • 62 A. M. Laon, CC 21, f° 43—44.
  • 63 Lettres de Charles VIII, t. II, n  277, p. 90—93 et n  285, p. 101—103 ; La Trémoïlle, Correspondan (...)
  • 64 Lettres de Charles VIII, t. II, n  307, p. 134—135.
  • 65 B. N., n. a. fr. 1232, f° 146—148, n  66.
  • 66 B. N., fr. 15541, f° 38r°.
  • 67 Ibid., f° 34—35v°.
  • 68 Avis de l’élection de Reims dans B. N., fr. 15540, n  19 ; cf. aussi ibid., n  115 (élection de Pér (...)
  • 69 Ainsi 2 000 hommes « mis sus » pour le renfort de l’armée de Flandre et de Brabant (B. N., fr. 7881 (...)
  • 70 B. M. Caen, Mancel 3, n  47 : vidimus de lettres patentes de Charles VIII, Plessis-du-Parc, 16 juin (...)
  • 71 B. N., fr. 25717, n  110, 111 et 113 et p. o. 1667, dossier Lauzières, n  7. Cependant, les francs- (...)
  • 72 Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 87—91.
  • 73 G. Zeller, Siège de Metz par Charles-Quint, p. 52 (cf. chap. XI, n. 180).

19Le programme royal ne fut que très imparfaitement réalisé : en premier lieu, les trois sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire obtinrent leur exemption61, mais surtout, un peu partout, les sujets de Charles VIII parvinrent à imposer leurs préférences et à équiper eux-mêmes leurs hommes plutôt que de payer. On aboutissait donc, en dépit des désirs royaux, à un rétablissement partiel des francs-archers qui, dans certaines régions, furent même non seulement équipés mais soldés directement par les communautés pendant une partie de la campagne62. Toutefois en 1488, ces nouveaux francs-archers, que les documents officiels désignent de préférence sous le nom de « gens de guerre a piet », furent passés en revue et payés par les agents du roi63. De plus, pour grossir les forces d’infanterie, des levées improvisées eurent lieu dans les provinces de l’Ouest au cours de la campagne64. Manifestement, le pouvoir central n’avait renoncé qu’en apparence à ses projets initiaux. Par ses lettres du 20 octobre 1488, Charles VIII demanda aux diverses élections d’enquêter sur l’équipement de leurs hommes. De plus, il sollicitait un nouvel avis au sujet des gens de pied. Les élus de Bayeux proposèrent que les hommes fussent équipés une seule fois par les « quatre-vingtaines » puis qu’ils s’entretinssent eux-mêmes par la suite, en échange de leurs privilèges fiscaux ; ils suggéraient derechef que les habitants eux-mêmes payassent leurs hommes en campagne au taux de 4 l.t. par mois65. Ceux de Gisors préféraient un versement annuel forfaitaire de 4 ou 5 l.t. par homme, destiné à l’équipement66 ; l’élection de Rethélois était du même avis mais abaissait la somme à 2 l. t. pour les piquiers et les hallebardiers, à 3 l.t. pour les arbalétriers et les archers. Elle prétendait en outre imposer à ses gens de guerre un dépôt de garantie en échange de l’équipement qui leur était fourni au départ67. Mais surtout, avec l’élection de Reims, elle souhaitait substituer le plus possible l’autorité civile à l’autorité militaire : les gens de pied seraient soumis à la justice ordinaire et non à celle des maréchaux ; l’enrôlement effectué conjointement par les capitaines et les élus qui, lorsqu’une place serait vacante, choisiraient entre trois candidats proposés par les habitants68. Plus que jamais, les intérêts du roi et ceux de ses sujets apparaissaient divergents. Le roi devait l’emporter à la longue : en 1489, les bandes des gens de guerre levées directement se multiplient69 ; l’année suivante, les francs-archers sont de nouveau supprimés70 ; en 1491, l’infanterie participant à la conquête de la Bretagne est presque entièrement composée de volontaires réunis pour la circonstance71. Cependant, bien qu’elles répondent mieux aux vues du pouvoir monarchique, les bandes de gens de pied français sont loin de donner satisfaction, et, comme sous Louis XI, Charles VIII eut recours aux mercenaires suisses dont le rôle devint déterminant dans les guerres d’Italie. Echec du recrutement dans le royaume, auquel on se résignait malaisément. C’est pour tirer la France de la « subjection » des Cantons qu’en 1504 le maréchal de Gié proposa à Louis XII d’y lever 20 000 hommes de pied « garniz chacun de salade et brigandine ». Les archives des règnes précédents furent consultées, indiquant les zones de recrutement utilisées alors : Normandie, Picardie, bailliage de Senlis, Anjou, Maine, Perche, Champagne, Dauphiné et Guienne. On choisit des capitaines dans la liste des pensionnaires du roi, le maréchal de Gié se réservant le titre de capitaine général. Un de ses familiers, Brandelis de Champagne, fut chargé du recrutement en Anjou et Maine ; on cria par les paroisses que les volontaires pouvaient se rendre auprès des commissaires. Quelques bandes déjà se constituèrent, « par tourbes de quarante a cinquante hommes », « pilleans et mangeans la poullaille », puis, faute d’argent, faute d’une volonté déterminée, l’entreprise tourna court72. Manifestement, on est loin encore à cette date des « vieilles bandes » jamais dissoutes, véritables régiments d’infanterie permanente, faisant campagne en temps de guerre et tenant garnison dans les places frontières en temps de paix73.

  • 74 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 448, p. j. 199bis ; Rédet, « Extraits d (...)
  • 75 Esquer, « Levée des francs-archers aurillacois ».
  • 76 B. N., fr. 22452, n  9 ; A. M. Mantes, BB 4, f° 93r°.
  • 77 Artières, Documents sur la ville de Millau, n  714, p. 356 sq.
  • 78 Pourtant, un couleuvrinier à partir de 1457 parmi les francs-archers de Lyon (A. M. Lyon, CC 411). (...)
  • 79 Les archives municipales confirment ce passage de Bouvier, dit le Héraut Berry, Description des pay (...)
  • 80 S’il est sûr, en dépit de Pilot de Thorey qui les fait apparaître en 1475, date à laquelle l’instit (...)
  • 81 B. N., p. o. 2629, dossier de Sansac, n  2.
  • 82 Ainsi Orléans.
  • 83 Ord. Roys, t. XIII, p. 46.
  • 84 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 488 ; A.N., JJ 182, n  29.
  • 85 A. M. Lyon, CC 422, n  34 ; A. N., JJ 188, n  168.
  • 86 B. N., fr. 20)493, f° 100 ; Leseur, Hist. Gaston IV.
  • 87 B. N., fr. 20496, n  9—12, 19—22, 25—28 et 34.

20Retraçons à grands traits l’évolution de la seconde moitié du 15e siècle. Durant cette période, la monarchie eut recours, successivement ou simultanément, à quatre types d’infanterie : les francs-archers, les bandes permanentes du camp de guerre, les Suisses, enfin les gens de pied levés en France au moment des campagnes militaires. La période de 32 ans correspondant à la première existence des francs-archers peut se diviser en plusieurs temps : dans le premier, de 1448 à 1466, l’institution s’étend progressivement à une grande partie du royaume : dès 1448, elle existe de Compiègne à Lyon, de Poitiers à Reims74. A partir de 1451, l’Auvergne est gagnée75, l’année suivante, c’est le tour de la Normandie, puis de la Guienne76, en 1462 enfin du Rouergue77. Durant cette phase, les gens de trait dominent presque exclusivement78 : selon les habitudes guerrières régionales, respectées par la nouvelle institution, les archers l’emportent au nord de la Loire, les arbalétriers régnent pratiquement seuls au sud79. Cette extension géographique connaît son point d’aboutissement en 1466 avec la création des quatre capitaineries générales, qui ne laissent de côté que le Dauphiné, touché seulement en 1467—146880, les sénéchaussées de Languedoc — en dépit d’une tentative dans cette direction81 —, un petit nombre de villes82, enfin quelques rares territoires privilégiés, comme la vicomté de Turenne83. Les ayant vus à l’œuvre lors de la reconquête de la Normandie et de la Guienne84, au cours de l’expédition de Gênes en 145985, pendant la campagne de Roussillon et Catalogne de 1462—146486, enfin durant la guerre du Bien, Public, en 146587, la monarchie, encore en 1466, estime les francs-archers parfaitement utilisables (Carte 5).

  • 88 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 229.
  • 89 Bonnault d’Houët, « Les francs-archers de Compiègne », passim.

21Dans un second temps, de 1466 à 1475, les francs-archers, qui comptent désormais nombre de vougiers et de guisarmiers et même quelques couleuvriniers, sont systématiquement mobilisés pour toutes les opérations militaires : ceux de Lyon, par exemple, sont convoqués en 1468 contre la Bourgogne et la Bretagne ; l’année suivante ils font campagne en Roussillon puis en Gascogne ; en 1471, ils se rendent en Savoie, en 1472 en Guienne et en Bretagne, en 1474 et 1475 de nouveau en Roussillon88. Ceux de Compiègne sont sollicités, sauf, semble-t-il, en 1469, quelques semaines, voire quelques mois chaque année entre 1467 et 147989. Le service demandé était-il trop lourd pour ces éléments de réserve ? L’institution était-elle mal adaptée à l’emploi des armes d’hast, qui exige un entraînement collectif ? Le personnel recruté à la suite du doublement des effectifs fut-il de moindre qualité ? Quelles que soient les causes, les francs-archers, loin de s’aguerrir, donnent désormais peu de satisfaction.

  • 90 A côté des Suisses, en 1478, quelques « lacays » espagnols, non montés (A. D. Côte-d’Or, B 1781, f° (...)

22A partir de 1475, la monarchie s’efforça de limiter les exactions commises par les hommes et les chefs, de renforcer la répression à l’égard des désertions, enfin, par le biais d’une solde régulière, d’introduire l’idée d’un service permanent. Rien n’y fit : à partir de 1478, Louis XI dut recourir aux mercenaires suisses90. Deux ans plus tard, il supprimait totalement les francs-archers. Leur rétablissement en 1487, partiel et de courte durée, a été voulu par la population elle-même, comme un moindre mal, et non par la monarchie qui préférait dès lors une infanterie permanente, comme en 1481—1483, ou, à son défaut, des bandes de volontaires levés pour une campagne ou deux dans certaines régions du royaume ; mais, si son premier objectif, le plus ambitieux, le plus coûteux, ne fut pas atteint avant le premier quart du 16e siècle, le second, au vrai un pis-aller, parvint assez vite à s’imposer : dès 1489 les bandes de gens de pied l’emportent nettement dans les armées royales sur la milice des francs-archers.

Carte 5. Les quatre capitaineries générales des francs-archers (1466)

Carte 5. Les quatre capitaineries générales des francs-archers (1466)
  • 91 Le terme même d’infanterie apparaît à cette époque, originaire d’Italie : l’ordonnance de Charles l (...)
  • 92 Sentiment exprimé déjà par Jean Jouvenel des Ursins, cité par Loiseleur « Compte des dépenses faite (...)

23A la fin du 15e siècle, le problème de l’infanterie nationale est donc posé en France, sans être pour autant résolu91. On peut sans doute mettre en cause ici la monarchie elle-même qui réserva la meilleure partie de ses ressources aux forces de cavalerie et d’artillerie, mais aussi la réticence des dominants à armer les dominés92. Car l’incapacité militaire du commun est bien, dans le royaume, l’un des fondements de l’ordre social. La réduire, exercer le peuple à la guerre, c’est risquer la subversion. Entre les exigences de l’art militaire, le désir de ne pas laisser s’écouler l’or à l’étranger par la solde des mercenaires, le souci de maintenir la supériorité guerrière des nobles, la monarchie hésite, tergiverse, multiplie, sans dessein suivi, les tentatives contradictoires.

Recrutement et carrière

  • 93 B. N„ fr. 5909, f° 165 et 20494, f° 26—27. En 1451, à Aurillac, les officiers du roi choisissent 4 (...)
  • 94 Bien que certains d’entre eux soutinssent avoir été contraints d’accepter cette charge (A. N., Zla (...)
  • 95 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 11.
  • 96 A. M. Montferrand, CC 344, f° 5v°.
  • 97 Revue des Sociétés savantes, VIe série, t. II, p. 450—461.
  • 98 Inv. arch. com. Montferrand, t. II, p. 13.
  • 99 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. II, p. 295—297, n  56.

24Le soin de recruter les francs-archers appartint, tout au long de leur histoire conjointement aux habitants, aux élus et aux capitaines93, entre lesquels, — leurs intérêts étant divergents — des rivalités ne manquèrent pas de se manifester. Il semble que progressivement, pour d’évidentes raisons militaires, le rôle des capitaines soit devenu prépondérant, tant au niveau du choix qu’à celui de l’élimination. Toutefois, les communautés ayant l’obligation de fournir un effectif déterminé et étant responsables de l’équipement, un accord intervenait nécessairement entre elles et leurs francs-archers, qui prenait usuellement la forme d’un contrat écrit, passé devant notaire ou tabellion, par lequel une des parties reconnaissait avoir reçu telle somme d’argent, tel équipement, voire telle rétribution en nature, et s’engageait à servir l’autre partie — ville ou paroisse — pour un laps de temps déterminé. Les francs-archers sont donc des volontaires94, mais une fois la charge acceptée, il leur faut servir en personne, sauf empêchement majeur95. L’ordonnance delphinale de 1475 prévoit bien un engagement viager de leur part, mais les contrats qui ont survécu portent sur des durées beaucoup plus restreintes : le 16 mars 1469, Pierre Bastanier reçut des consuls de Montferrand deux écus d’or et un équipement complet ; en échange, il devait servir la ville comme franc-archer jusqu’au 25 décembre suivant96 ; le 11 novembre 1469, un contrat est passé devant le notaire de l’officialité du Mans, aux termes duquel Colin Hochedé, demeurant à Bouloire, s’engage envers les procureurs de la fabrique de Saint-Martin de Sargé, dont il est le franc-archer, à servir, moyennant 40 s. t. — soit un écu d’or et le reste en monnaie — pendant un an révolu97 ; le 10 février 1473, les 7 francs-archers de Montferrand promettent de servir la ville en cette qualité jusqu’au 1er janvier 1474, sous les ordres du sénéchal de Beaucaire, Ruffec de Balsac ; en contre partie, chacun d’eux reçoit son équipement, 8 écus d’or et deux setiers de blé98 ; le 19 juin 1495, Pierre Lougol déclare aux collecteurs du lieu de Laguenne, diocèse de Tulle, qu’il servira comme franc-archer jusqu’à la Noël suivante, moyennant 18 livres versées en une seule fois plus 50 s. exigibles à chaque nouvelle convocation99.

  • 100 A. N., JJ 195, n  759, 1440 et 1489.
  • 101 Ibid., Zla 30, f° 235, 298v°—299, 329, 404v°-405 et 477v°—478r° ; 31, f° 201r°, 201v°—202r°, 221v°— (...)

25Faut-il donc croire à un renouvellement annuel des francs-archers ? La réalité est toute autre. Voici d’abord le témoignage de lettres de rémission accordées à trois francs-archers, déclarant l’un 22 ans de service, les deux autres 12 ans100. Les plaidoiries devant la cour des aides donnent des renseignements plus discutables, puisqu’elles concernent généralement d’anciens francs-archers revendiquant, au terme de leur carrière, une exemption fiscale viagère en raison d’un service dont ils ont tout intérêt à augmenter la longueur réelle. 19 procès, datant des années 1477—1480, fournissent les durées suivantes101 :

26

27Les archives municipales, en revanche, procurent des indications difficilement contestables. La ville de Compiègne eut 7 francs-archers de 1449 à 1451, puis 6 de 1451 à 1466. A cette dernière date, 3 servaient depuis le début, soit 17 ans, 2 depuis au moins 10 ans : le taux de renouvellement annuel y est seulement de 5 %. A partir de 1466, il s’élève nettement tandis que le nombre des francs-archers atteint la vingtaine :

1467—1473: 12,2 %
1473—1479 :13,3 %

  • 102 Les listes de francs-archers qui ont permis ces constatations se trouvent imprimées dans Bonnault d (...)

28En d’autres termes, durant cette période, 2 ou 3 départs, et 2 ou 3 recrues chaque année. 3 ou 4 carrières seulement s’étendent sur une vingtaine d’années, la plus longue durant 28 ans. De 1487 à 1496, l’instabilité est du même ordre de grandeur. Un seul des nouveaux gens de pied de 1487 a été franc-archer avant 1480102.

29A Lyon, où l’on compte 7 ou 8 francs-archers entre 1448 et 1466, le taux de renouvellement annuel est alors le suivant :

1448—1454 : 12,5 %
1459—1466 : 8,1 %

30Dans la première phase, un nouveau franc-archer apparaît presque chaque année ; dans la seconde, on relève en moyenne deux nouveaux francs-archers tous les trois ans.

31De 1466 à 1480, les francs-archers de la ville sont 30. Entre 1467 et 1472, on compte seulement 7 maintenus sur 30 ; en 1472, 15 francs-archers sont cassés d’un coup, soit la moitié ; entre 1472 et 1474, 17 francs-archers sont maintenus ; entre 1474 et 1476, 18 ; entre 1476 et 1480, 8. Les taux de renouvellement annuels s’établissent donc ainsi :

1467—1471 : 13,3 % (carrière moyenne : 6 ans et demi)
1472—1474 : 21,6 % (carrière moyenne : 5 ans)
1474—1476 : 20 % (carrière moyenne : 5 ans)
1476—1480 : 18,4 % (carrière moyenne : 5 ans et demi)

  • 103 A. M. Lyon, BB 5, f° 170r° ; CC 411 ; 422, n  34—35, 38, 41 et 44 ; 428, n  20 et 23 ; 437, n  1—6  (...)

32Bref, dans les dix dernières années de leur existence, à Lyon, 5 ou 6 francs-archers nouveaux apparaissent en moyenne chaque année. Ici, les carrières les plus longues ne semblent pas dépasser 13 ans103.

  • 104 B. N., fr. 2900, f° 37r°.
  • 105 Autres exemples :
    Sur les 16 francs-archers de Nevers servant en 1468, 7 seulement sont encore là en (...)

33Si donc le renouvellement est plus rapide à Lyon qu’à Compiègne, on retrouve dans ces deux villes la même tendance générale : instabilité nettement plus marquée après 1466, que peuvent expliquer des pertes de guerre plus lourdes, des campagnes plus fréquentes et plus longues entraînant une désaffection de nombreux francs-archers, enfin des contrôles plus réguliers et plus sévères, éliminant les incapables et les invalides. Contrairement aux apparences, c’est donc sans doute pour diminuer l’instabilité croissante des francs-archers et non pour accélérer leur renouvellement, que Louis XI, vers 1475—1477, abaissa à 7 ans la durée des services nécessaires pour obtenir une exemption viagère de taille104 : avantage proche qui pouvait mieux retenir les hommes qu’une récompense éloignée105.

  • 106 A. N., J 950, n  9 et 10.
  • 107 Ibid., Zla 30, f° 477v°—478r° et 32, f° 184r°.
  • 108 Infra, p. 456—457.
  • 109 A. N., Zla 30, f° 413—414r°.

34Aussi fragmentaires qu’elles soient, il ne paraît pas illégitime d’utiliser avec prudence les données sur l’âge des francs-archers. Au cours d’interrogatoires menés par Tristan l’Hermite, prévôt des maréchaux de France, deux francs-archers, accusés de désertion, déclarent l’un et l’autre soixante ans106. Dans les plaidoiries à la cour des aides, nombreux sont ceux qui soutiennent avoir quitté le service parce qu’ils étaient sexagénaires107. Les lettres de rémission fournissent les âges supposés de 15 francs-archers entre 1449 et 1466, s’étageant de 24 à 45 ans et se situant à une moyenne de 34 ans et demi ; pour la période 1467—1480, les indications sont au nombre de 28, allant de 22 à 46 ans, avec un âge moyen de 30 ans et demi. La moyenne générale, entre 1449 et 1480, se situe à 32 ans. 51 % des francs archers ont 31 ans ou plus. Il semble bien que les francs-archers aient donc été des hommes relativement âgés, formant une Landwehr plus vieille, donc moins efficace que les troupes « d’active » de l’ordonnance108. C’est pour redresser cette situation qu’en 1477 l’un de leurs capitaines généraux, le sire de Maigné décida de casser tous les francs-archers de sa charge âgés de moins de 25 ou de plus de 45 ans109.

35Leur âge permet aussi d’expliquer l’importante proportion de mariés ; sur 171 lettres de rémission accordées à des francs-archers entre 1449 et 1480, 70 indiquent leur situation de famille : 2 célibataires contre 68 mariés ; parmi ces derniers, 61 ont des enfants, la moyenne étant de 4 enfants par ménage. Là aussi, la différence est marquée par rapport aux troupes de l’ordonnance où les célibataires paraissent dominer.

36En ce qui concerne leur origine sociale et leur activité professionnelle, les pièces du dossier fournissent des éléments disparates et contradictoires. Par définition, il s’agit de non-nobles, exemptés de taille du fait seulement de leur franchise. Certains pensèrent-ils à profiter de ce privilège personnel pour se glisser dans les rangs de la noblesse ? Y eut-il de leur part un désir d’ascension sociale grâce au service du roi dans ses guerres ? Les écrits satiriques leur prêtent bien de semblables sentiments :

Nous sommes
Tousjours entre nous, gentilz hommes
Au guet dessus la villenaille,

  • 110 Le Franc archier de Baignollet, v. 136—137.

37affirme le célèbre Franc archier de Baignollet110, tandis que lui fait écho tel passage, d’un ton plus désabusé, de la Farce nouvelle tres bonne et fort joyeuse des deux francs archers qui vont a Naples :

  • 111 Cohen, Farces inédites du xve siècle, p. 103.

Escherra-t-il point a ma chance
Par ma promesse et vaillance
Que je soye ung coup chevalier ?111

  • 112 Cf. par exemple B. N., fr. 21498, n  225. Cependant, à Montferrand en 1468, parmi les 8 francs-arch (...)

38Mais aucun élément positif ne vient étayer ces impressions littéraires et si dans les rôles de montres des compagnies de francs-archers, quelques noms sont bien qualifiés d’écuyers ou de gentilshommes, ils correspondent à des personnages assistant les capitaines dans leur tâche d’encadrement112.

  • 113 G. Zeller, Siège de Metz par Charles-Quint, p. 8.
  • 114 A. N., K 73, n  48. Inversement, en 1491, ayant ordonné la levée de 2 000 hommes de pied en Normand (...)

39L’expression qui les désigne implique d’elle-même que les francs-archers, normalement, ne sont point des mendiants, des nihil habentes, exclus des rôles de taille par leur pauvreté. Faut-il penser que l’une des raisons d’être de leur franchise fut précisément d’écarter la catégorie la plus misérable, partant la plus dangereuse, de la population ? A l’origine le roi escomptait même qu’une partie au moins des francs-archers serait assez riche pour s’équiper personnellement, comme plus tard on l’exigea en Allemagne des lansquenets113. L’exemption était jugée assez élevée par certains pour paraître susceptible de compenser les dépenses courantes d’entretien de l’équipement militaire. Pour des raisons analogues, Charles VIII, en 1487, manda au sénéchal des Lannes d’équiper aux dépens du pays 70 hommes de pied pris parmi ses sujets payant plus de 2 l.t. de taille114.

  • 115 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.
  • 116 Jacqueton, Documents administration financière, p. 96—98.
  • 117 B. N., Duchesne 108, f° 78—79.
  • 118 A. N., Zla 30, f° 410v°—411r°.
  • 119 Ibid., f° 413—414r°.
  • 120 Ibid., 32, f° 2v°. L’enseigne évoque-t-elle son activité guerrière ?
  • 121 Ibid., f° 164v°.
  • 122 Ibid., f° 228r°. Lui aussi, le plus riche de sa paroisse, vit de labour.
  • 123 Ibid., 31, f° 372v°.
  • 124 Ord. Roys, t. XX, p. 418 sq.
  • 125 A. N., Zla 31, f° 484v°—485.
  • 126 Ibid., f° 482v°—483. Ce remplacement était, bien sûr, illicite (Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, ar (...)
  • 127 Dupont-Ferrier, Institutions financières, t. II, p. 186, d’après A. N., Zla 32, f° 31.
  • 128 En 1475, il est précisé que le capitaine général délivre un certificat de service et que c’est le s (...)
  • 129 A. N., Zla 32, f° 2v°.
  • 130 Ibid.
  • 131 Ibid., 31, f° 201v°—202r° et 386v°—387.

40Trop de documents déplorent les tentatives des plus gros contribuables en vue de devenir francs-archers dans un but fiscal pour qu’on puisse mettre en doute l’ampleur du phénomène ; le danger est prévu dès 1448115 ; en 1460, il est si courant que le roi prescrit une exemption seulement partielle pour les plus riches116 ; la lourdeur progressive des obligations militaires ne le fait pas disparaître : il est encore rappelé en 1486, dans les instructions royales qui le présentent comme un des principaux obstacles au rétablissement des francs-archers117. Par ailleurs il se trouve confirmé par le témoignage, il est vrai unilatéral, des plaidoiries devant la cour des aides : tel franc-archer, réputé « riche », est imposé à 31.t. de taille118 ; on redoute qu’afin d’obtenir sa franchise, un « laboureur » ne donne vingt ou trente écus au capitaine en vue de servir un an ou deux et de se faire ensuite « desmectre »119 ; un troisième est l’un des plus riches de Saint-Denis en France, où il tient une hôtellerie, à l’enseigne de l’espée120 ; l’un encore, un « laboureur » cette fois, ayant « plus vaillant que XX » habitants de sa paroisse, est imposé à 7 l. l s. 8 d. t.121 ; un autre l’est à 9 l. 9 s. p.122 ; un dernier est tout à la fois « marchant voiturier », « hostellier » et « fermier » du comte de Nesle123. Encore en 1493, Charles VIII crut bon de prescrire qu’aucun franc-archer de Bretagne, ne devait être choisi parmi ses sujets payant plus de 60 s. pour leur fouage124. Il peut sembler étonnant que ces gros contribuables soient parvenus à se faire désigner comme francs-archers par le reste de leur communauté : mais d’une part, certains « coqs de village » avaient assez d’autorité pour imposer leur propre personne125et d’autre part, les capitaines qui, on l’a vu, intervenaient largement dans le recrutement, n’étaient pas insensibles aux diverses formes de corruption auxquelles les plus riches pouvaient avoir recours ; il était ensuite relativement plus facile aux francs-archers en titre de se faire remplacer, au moment de la convocation royale, par un parent, un serviteur ou un étranger dans le besoin126. D’ailleurs, un avantage sérieux n’était-il point au bout, qui méritait bien quelques sacrifices : l’exemption viagère de taille, transmissible aux veuves, qu’accordaient en fin de service les capitaines généraux ou particuliers127 ? Par leur décision communiquée ensuite aux gens de finance128, tous les francs-archers ayant été honeste remissi et non point cassés pour leur inconduite, devenaient, selon la terminologie du droit écrit utilisée par leurs avocats dans les contestations s’élevant à leur sujet, des veterani, redevables de leurs privilèges fiscaux au fait qu’ils avaient servi la « chose publique »129. Comme tels, ils pouvaient être « comparez aux nobles »130 et c’est en vain que les défenseurs des contribuables tentaient de contester leur statut en soutenant que seuls les milites pouvaient bénéficier de la franchise, et non ces guerriers d’occasion, combattant « seullement incoherte »131.

  • 132 Boudet, Saint-Flour au xve siècle, p. 60 sq.
  • 133 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 488.
  • 134 A. M. Lyon, CC 400, f° 76r°.
  • 135 A. M. Troyes, F 128.
  • 136 Inv. arch. com. Montferrand, CC 347. Autres « non valoirs » de tailles pour les franes-archers de l (...)
  • 137 A. M. Troyes, F 139, f° 7 sq. Trois exemples complémentaires pour 1471 : un franc-archer imposé à 2 (...)

41Les avantages fiscaux des francs-archers ont donc pu avoir un double rôle en matière de recrutement : ils ont écarté les plus pauvres et attiré les plus riches. Mais ces derniers parvenaient sans doute plus aisément à leurs fins dans les paroisses rurales, où leur position sociale et économique jouait à plein, que dans les villes, où la jalousie des autres notables venait contrecarrer leurs projets. Si, à Saint-Flour, en 1465, 5 francs-archers sur 7 appartiennent à des familles consulaires132, dans plusieurs autres centres urbains, le recrutement est incontestablement plus modeste : en 1448, le choix des 7 francs-archers de la ville de Lyon se porta sur un maçon, un nocher, 2 fourbisseurs et 3 maréchaux133 ; trois ans plus tard, l’un des francs-archers de la même ville est exempté de sa taille, qui s’élève à 3 s. 9 d. t. ; or, à cette date, dans sa circonscription, pour 108 contribuables payant moins, 28 payaient autant et 23 devaient des sommes supérieures, s’élevant jusqu’à 30 l.t.134 A Troyes, en 1465, chaque contribuable paye en moyenne, pour six mois, 12 s. t. ; parmi eux, on relève 3 francs-archers dont la taille est remise, qui devaient respectivement, 20 d. t., 2 s. 6 d. t. et 6 s. 8 d. t.135 ; en 1472, à Montferrand, une remise de taille de 39 s. 3 d. est accordée à un homme dont le fils est franc-archer de la ville136 ; la même année, à Troyes, l’imposition moyenne s’élève à 30 s. t. alors que les exemptions accordées à 6 francs-archers sont les suivantes137 :

11 s. 8 d.

8 s. 4 d.

1 s. 3 d.

5 s.

2 s. 6 d.

1 s. 3 d.

  • 138 Ibid., EE 65 bis.

42A Troyes encore, un inventaire des armes possédées par les habitants de la ville en 1474 révèle que 15 francs-archers n’en disposent d’aucune leur appartenant en propre ; deux autres seulement sont pourvus : l’un, marchand de chevaux, déclare deux arbalètes d’acier, deux paires de gantelets, et une petite épée ; l’autre détient un harnois blanc complet, une couleuvrine de cuivre, un cranequin d’acier, un vouge, deux épieux et deux épées138.

  • 139 B. N., fr. 26094, n  1145.

43Les indications concernant les francs-archers du plat pays — les plus nombreux en raison même de la répartition démographique entre villes et campagnes — sont rares. On possède un inventaire des biens meubles d’un franc-archer normand ayant péri de mort violente en 1472. Mis en vente, ils montèrent à 6 l.t. seulement : un lit et un traversin, une petite couchette, un cheval, 7 pourceaux et une truie, une charrette et un « charretil a gerbes », un petit coffre à bois garni d’une serrure — bref un dénuement tout proche de la misère139. Les lettres de rémission fournissent l’« estat » de 20 francs-archers, parmi lesquels on relève 10 « laboureurs », 4 charpentiers, un maçon, un cordonnier, un tonnelier un cardeur de laine, un barbier et un marchand.

  • 140 A. N., J 950, n  10.

44A la guerre, si certains francs-archers sont assez riches pour disposer d’un cheval, combien d’autres sont incapables d’attendre la solde du roi, vivent de pillage ou de mendicité140, engagent ou vendent l’équipement qu’a fourni leur paroisse !

Equipement et encadrement

  • 141 B. N., fr. 5909, f° 256v°: 1200 l. t. pour 100 brigandines (12 l. t. pièce) destinées aux francs-ar (...)

45Les francs-archers, armée de pauvres ? Jusqu’à un certain point, indiscutablement. Armée mal équipée ? Rien vraiment ne l’indique. Pendant le règne de Charles VII, des brigandines leur furent fournies directement par la monarchie141 ; par la suite, les communautés durent seules supporter les frais d’équipement, mais, étroitement surveillées par les capitaines, elles s’acquittèrent de cette charge avec diligence ; parfois même, elles ne se contentèrent pas d’offrir à leurs francs-archers les armes défensives et offensives, comme elles y étaient tenues, mais un jeu complet de vêtements, dont la composition donne des renseignements précis sur l’équipement des gens de guerre à pied vers la fin du Moyen Age (Annexe XII C).

  • 142 Chambrée et chef de chambre : A. N., J 950, n  8 et 9 et JJ 182, n  29 ; dizaines et dizeniers :, B (...)
  • 143 B. N., fr. 21498, n  234 et 242. De plus, toujours un lieutenant, ou plusieurs, entre lesquels on d (...)

46Les bandes de francs-archers, fortes de plusieurs centaines d’hommes, étaient articulées en unités plus restreintes : la plus fréquente, la plus solide était la « chambrée », commandée par un « chief de chambre », mais on relève aussi des dizaines, des quinzaines, des soixantaines, des centaines, dont étaient responsables respectivement des dizeniers, des quinzeniers, des soixanteniers et des centeniers142. Dans chaque compagnie, un ou deux trompettes143. Bref une force armée organisée, et non un ramassis anarchique de gens sans aveu.

  • 144 Ibid., 20494, f° 26—27 ; Esquer, « Levée des francs-archers aurillacois », p. 302 sq.
  • 145 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 10.
  • 146 A. N., j 950, n  3.

47Chaque franc-archer prête serment de servir le roi144. A leur tête, les capitaines généraux et particuliers ont un rôle considérable : recrutant leurs hommes, les passant en revue plusieurs fois par an, les cassant au besoin, seuls habilités à leur donner congé en fin de campagne, ces chefs exigent d’eux des contributions plus ou moins légales — « droits de flèche », menus cadeaux pour l’admission des recrues — qui retombent finalement sur les paroisses145. Mais ils se vantent aussi de les faire vivre dans les moments difficiles : le bâtard de Vendôme, capitaine des francs-archers de l’élection de Sens, doit entretenir ses hommes lorsqu’en 1465 ils tiennent garnison sans solde à Villeneuve-le-Roi puis à Paris : « Failloit qu’ilz feussent tous a ma charge et despense ; il m’y cousta plus de cinq cens escuz » de dette ; jamais il ne pourra s’en acquitter si le roi n’a pitié de lui. Tous ses hommes peuvent témoigner de son dévouement. C’est qu’on « ne vivoit pas pour riens en l’ost ». A la fin même, il versa un florin à chacun, pour leur permettre un retour facile146.

  • 147 Gages indiqués dans B. N., n. a. fr. 8637, n  68 ; fr. 21498, n  236 ; 26095, n  1421 et 25779, n  (...)

48Cette autorité, ces responsabilités n’ont pas une base seulement institutionnelle, mais économique : alors qu’un franc-archer en campagne touche 4 l.t. par mois, un lieutenant en perçoit 8, 9 ou 10, un capitaine particulier de 15 à 21, un capitaine général, 31, soit respectivement environ 2 fois, 4 fois et 8 fois plus147. Elles reposent aussi sur une réalité sociale ; de ce point de vue, entre les chefs et leurs hommes, la distance est grande : peut-on la préciser ?

  • 148 B. N., fr. 32511, f° 332v° et 26095, n  1421.
  • 149 A. N., JJ 203, n  64.
  • 150 Ibid., 194, n  322 ; B. N., fr. 32511, f° 158v°.
  • 151 A. N., X2a 62, jeudi 13 décembre 1498, cité par La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis XI, p. 196—1 (...)
  • 152 Bibl. Institut, Godefroy 97, f° 40.
  • 153 B. N., p. o. 1248, dossier Fretart, n  5. De même, en 1467—1468, pour le Rethélois, « honorable esc (...)
  • 154 A. M. Montferrand, CC 197, f° 5v°. Il fut par la suite bailli de Chartres de 1496 à 1503 (G. R.,(...)

49Voici d’abord les capitaines particuliers. Parmi eux, quelques étrangers, tel Garcien des Arpatz, dit « Paques Dessolles », un chevalier d’origine vraisemblablement espagnole, placé par Louis XI à la tête des francs-archers de Guienne et de Gascogne148 ; tel aussi le milanais Antoine Lombart, écuyer d’écurie du roi, capitaine des archers de retenue dans les élections de Troyes, Tonnerre et Vézelay, qui obtint ses lettres de naturalité en 1477149. D’indéniables roturiers : ainsi Martin Petit, anobli en 1468, après 16 ans de bons services comme capitaine des francs-archers du Beauvaisis150. Mais aussi d’incontestables nobles : Jean de Ligny, seigneur de Raray, « extraict de la maison d’Ailly, dont il porte les armes, qui est la plus noble et ancienne maison de Picardie », « parent et lignaiger des seigneurs de Mailly Longueul et autres grans seigneurs de Picardie », fut homme d’armes sous le bâtard de Dunois, puis devint capitaine des francs-archers de l’élection de Paris en même temps que lieutenant du capitaine général Louis de Ballegny151. Vers 1464, Jean le Maignien, capitaine des francs-archers du bailliage de Troyes, s’engage, en raison de ses fiefs, à fournir un homme d’armes à trois chevaux pour le service des nobles de ce bailliage152. En 1453, « noble homme Jehan Fretart, escuyer », est l’un des trois capitaines des francs-archers du Poitou153. En 1479, « noble homme Rigault d’Oreilhe » est à la tête de ceux d’Auvergne154. En 1465, sur 24 capitaines de francs-archers qu’on a pu relever, 2 seulement sont qualifiés de chevaliers, 14 d’écuyers, 8 dépourvus de qualificatif peuvent être présumés non nobles. A cette date, les proportions s’établissent ainsi :

  • présumés nobles : 58,3 % dont 8,3 % de chevaliers ;

    • 155 Chevaliers :
      Jean Barat (Chartres, Roehefort, Dreux et Montfort : B. N., fr. 20496, n  19) et Franço (...)

    présumés non nobles : 41,7 %155.

50Dix ans plus tard, en 1475, pour 26 capitaines particuliers, elles sont les suivantes :

  • présumés nobles : 20 (77 %) dont 8 chevaliers (30,4 %) ;

    • 156 Chevaliers :
      Alain de Chantrezac, seigneur du dit lieu (Saintonge : B. N., Clair. 236, n  187) ; Fra (...)

    présumés non nobles : 6 (23 %)156.

  • 157 Infra, p. 379 sq.

51Ainsi, tant au niveau des chevaliers qu’à celui des simples écuyers, la proportion des nobles s’est incontestablement accrue entre 1465 et 1475 : ce relèvement social est à coup sûr le fruit d’une politique consciente de la part du roi. Toutefois, même à cette date, l’encadrement des francs-archers reste plus modeste que celui des compagnies d’ordonnance ou de l’arrière-ban ; dans ce dernier cas, par exemple, sur 22 capitaines, tous naturellement nobles, on compte en 1475, 54,5 % de chevaliers157.

  • 158 Comme Jean Maunoury : infra, p. 381.
  • 159 « Cependant, tant que la noblesse ne servait pas dans l’infanterie, celle-ci n’avait ni prestige ni (...)

52Parmi les capitaines particuliers des francs-archers, on ne relève aucun officier royal important, bailli, sénéchal ou gouverneur par exemple ; très rares sont ceux qui devinrent plus tard capitaines dans l’arrière-ban ou dans l’ordonnance158. Il est néanmoins tout à fait faux de soutenir que ce fut seulement en 1504 que le roi demanda à des nobles de devenir capitaines dans l’infanterie159. Dès le milieu du 15e siècle, l’encadrement des gens de pied français est de façon prépondérante assuré par d’authentiques gentilshommes ; c’est dire que, même si leur noblesse est souvent modeste, la distance qui les sépare de leurs troupes est supérieure à celle existant entre les capitaines de l’ordonnance et les leurs : alors que plusieurs hommes d’armes devinrent ultérieurement capitaines, apparemment, aucun franc-archer, quel qu’ait été son mérite ou son zèle, ne connut une promotion comparable. Entre le capitaine de l’ordonnance et ses hommes d’armes, des rapports de camaraderie ou de compagnonnage pouvaient s’établir, en marge des structures hiérarchiques ; socialement, il était beaucoup plus difficile qu’il en fût de même entre les francs-archers et leurs chefs.

  • 160 Antoine Roque : B. N., p. o. 2542, dossier Roque, n  2 et 8 et A. M. Montferrand, CC 190, f° 12r°.
    M (...)
  • 161 Bailliage de Caen :
    Jean de Versailles (1452—1454 : B. N., fr. 22452, n  9 et 26082, n  6757) ; Perr (...)

53Encadrement honorable, mais aussi relativement stable. Quelques carrières sont fort longues : celle d’Antoine Roque, dans le bas pays d’Auvergne, s’étend sur 18 ans au moins, de 1451 à 1468, celle de Martin Petit, dans le Beauvaisis, sur 20 ans, de 1452 à 1471, celle de François de Blon, chevalier, seigneur du Poussin, ancien homme d’armes dans la compagnie d’Antoine de Chabannes, capitaine des francs-archers du Rouergue, sur 18 ans, de 1462 à 1480, celle de Jean Mignon, capitaine de ceux de l’Orléanais, sur 24 ans, de 1453 à 1476160. A en juger par l’examen des 7 capitaines des francs-archers en Normandie, entre 1452 et 1480, 3 ou 4 capitaines se succèdent par circonscription : une carrière moyenne de 7 à 8 ans161.

54En tout, les quatre capitaineries générales eurent, de leur création en 1466 jusqu’à leur disparition en 1480, 12 titulaires. Tous apparemment étaient des nobles : 7 chevaliers et 5 écuyers. Quatre d’entre eux furent baillis, sénéchaux ou gouverneurs de province ; plusieurs furent dès cette époque ou ultérieurement capitaines dans l’arrière-ban ou dans l’ordonnance du roi. Parmi eux, pas de prince, mais un au moins, Geoffroy de Chabannes, appartient au monde des « seigneurs » (annexe III). En bref, par leur origine sociale, ces capitaines généraux peuvent être comparés aux capitaines de l’ordonnance : c’est dire que, sous Louis XI, commander à 4 000 gens de pied était tenu pour aussi prestigieux et important que d’être à la tête d’une compagnie de 100 lances fournies.

55Au terme de cette analyse, les francs-archers apparaissent comme une milice de non-nobles, relativement âgés, souvent mariés et chargés de famille, comprenant une petite minorité de riches ou de fils de riches et une forte majorité recrutée dans la partie pauvre mais non point misérable de la population. Ils prêtent serment au roi, servent à la guerre, quelques semaines, voire quelques mois, presque chaque année, surtout à partir de 1465. Archers, arbalétriers, vougiers, piquiers, hallebardiers, couleuvriniers : ils remplissent toutes les fonctions de l’infanterie, sous le commandement direct de capitaines et de lieutenants particuliers, nobles de plus en plus souvent, issus de toute façon d’un autre milieu social, et, depuis 1466, sous l’autorité supérieure de capitaines généraux, dont le prestige et l’« estat » se situent au niveau de ceux des capitaines de l’ordonnance. Groupe violent, mais dont la criminalité n’est sans doute ni plus ni moins élevée que celle des troupes permanentes, ils coûtent cher aux communautés qui les équipent, tout en étant mal et surtout irrégulièrement payés par le roi. Leur carrière moyenne, déjà brève sous Charles VII, se raccourcit encore avec le règne de Louis XI : seul l’espoir d’acquérir une exemption viagère de taille est susceptible de freiner leur instabilité.

  • 162 Cité par Spont, « La milice des francs-archers », p. 489. On sait les railleries dont longtemps enc (...)

56En dépit d’un cadre institutionnel relativement solide, l’expérience des francs-archers fut un échec. Pourquoi ? Les causes secondes ou annexes sont multiples, mais la raison essentielle se situe sans doute au niveau de la psychologie collective : quels que fussent les efforts tentés par la monarchie, les francs-archers ne parvinrent pas à acquérir, sauf exception, un véritable esprit militaire. Dans sa brièveté, un texte contemporain met en parfaite lumière cette carence : ils « ne sont pas tenus ni reputés pour gens de guerre, ains sortent du labourage pour s’affranchir des tailles, en servant quatre ou cinq mois »162.

Les autres types d’infanterie

  • 163 B. N., fr. 25780, n  89, 95, 96, 101 et 103.
  • 164 Cf. les listes fournies par B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq.
  • 165 B. N., fr. 26097, n  1859 ; A. N., JJ 209, n  81.
  • 166 B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq. et fr. 25780, n  95.
  • 167 Sur 4814 franes-archers recensés, un seul bâtard de noble, 7 noms de « valets », 29 noms seuls ou s (...)

57L’expérience malheureuse des francs-archers amena Louis XI à retenir en permanence à son service 6 000 Suisses, sur lesquels nos renseignements sont insignifiants, et 14 000 gens de guerre du camp, un peu mieux connus. Cette nouvelle infanterie ne fut pas seulement payée à longueur d’année : elle reçut aussi des gages mensuels supérieurs : 6 l.t. pour les gens des Ligues et 5 l.t. pour les hommes du camp. Toutefois, ces derniers au moins furent payés avec un retard assez important et lors du versement de leur premier quartier de gages, les services financiers leur retinrent une certaine somme correspondant à leurs frais d’équipement163. En second lieu, si leur encadrement était du même type que celui des francs-archers164, leur recrutement était géographiquement moins large ; il ne s’opérait que dans certaines régions, celles réputées sans doute fournir des hommes d’une meilleure qualité : Gascogne, Anjou, Touraine, Normandie, Picardie165 ; en revanche, il n’était pas exclusivement français : parmi les archers du camp, se trouvent de petites troupes d’Écossais et d’Allemands166. En outre, l’origine sociale de cette infanterie apparaît légèrement différente : alors que parmi les francs-archers, on ne relève pratiquement aucun noble, ou bâtard de noble, on compte ici un petit nombre de bâtards de nobles et même une poignée de chevaliers ; les noms tels que Orant Jehan Picart, Petit Jehan Langlois, Le Grant Colin, des surnoms typiques, comme Le Routier, Le Nayn, Castille, Dauphin, y sont incomparablement plus nombreux167.

  • 168 Cohen, Farces inédites du xve siècle, p. 27—33.

58Tentative éphémère, prématurée : toutefois, les bandes de gens de pied du temps de Charles VIII, bien que réunies temporairement et payées au mois, gardèrent quelques-unes des caractéristiques précédentes. Leur recrutement fut cantonné à certaines régions du royaume ; les capitaines seuls furent responsables et non plus les communautés ; une farce de la fin du 15e siècle montre concrètement comment ils opéraient ; arrivés dans une paroisse, le « seigneur de petit povoir » et le « capitaine de sot voulloir » attachent un « eseripteau »168 :

Icy pres, contre ung posteau,
Que gens fors et aventureux
Viennent et ilz seront receuz (...)
S’il est aucuns compaignons
Soient de ville ou de villaiges
Qui veullent avoir bons gaiges,
Qu’il se présente.

  • 169 En 1489, 2 écus d’or par mois (70 s. t.) à chacun des 2 000 hommes de pied mis sus pour le renfort (...)
  • 170 Source : B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n  7 et fr. 25717, n  110.
  • 171 Sur 4 342 gens de pied recensés, 3 chevaliers (non compris les capitaines), 38 bâtards, 49 noms de (...)

59Sauf exception169, la solde mensuelle de 5 l.t. fut conservée : 25 % de plus qu’au temps des francs-archers. Le choix des capitaines s’effectua de plus en plus régulièrement parmi les nobles : sur 38 chefs de bande relevés en 1491, 13 sont chevaliers (34,2 %), 18 écuyers (47,6 %) et 7 seulement présumés non nobles (18,2 %)170. Enfin, la composition sociale de ces bandes rappelle celle des gens de guerre du camp : quelques bâtards, quelques chevaliers, d’assez nombreux surnoms : Le Piquier, Le Lacays, Le Normant, Bonne Vie, Tempeste, Le Duc, Le Baron, Jehan le gendarme, Charles l’aventurier, Le Biernois, Le Cappitaine des oyes, Le Prouvençal, Le Cadet Remonnet171.

  • 172 B. N., fr. 1246, f° 28v°. C’est pourquoi la même source propose de recruter pour l’infanterie le pl (...)

60Cependant, ces bandes furent loin d’être une entière réussite : les anciens francs-archers manquaient de courage, les nouveaux « lacays » furent pareillement dépourvus d’honneur et de fidélité172.

  • 173 B. N., n. a. fr. 1232, f° 170—172.
  • 174 A. M. Angers, BB 7, f° 53r°.

61En dépit des imperfections et des lacunes, quelques-unes des caractéristiques des futurs régiments d’infanterie sont déjà réunies à la fin du 15e siècle. L’une mérite d’être soulignée : l’opposition entre un état-major souvent noble, se déplaçant et combattant à cheval, et une troupe de basse extraction, faisant la guerre à pied ; à défaut d’une cohésion solide face à l’ennemi, cette troupe a déjà le sentiment d’une certaine solidarité face à ses chefs. D’où l’apparition, à côté de la désertion — phénomène surtout individuel —, de la mutinerie, phénomène essentiellement collectif. Le mot et la chose apparaissent, semble-t-il, dans les dernières décennies du 15e siècle. Ils concernent avant tout les gens de pied : des Suisses, en 1488, veulent imposer par la violence au roi des capitaines de leur choix173 ; deux ans plus tard, au cours de la guerre de Bretagne, une grande révolte éclata dans un camp aux environs d’Angers174.

Notes

1 B. N., Bourgogne 59, f° 73—78.

2 Arsenal, 2467, f° 20—22.

3 A. N., P 14021, n  1225.

4 Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux.

5 « Ce neantmoins, leur fut enjoint eulx tenir prestz et en estat de faire le service au roy pour la deffence et garde du pais, s’il leur est fait savoir°» (ibid.).

6 Ainsi, en 1470, les monastères ou couvents de Saint-Wandrille, Montivilliers, Saint-Ouen de Rouen (La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 113—131) ; « L’arcevesque de Thoulouse, un chevalier qu’il a acoustumé a faire d’ancienneté », ainsi que plusieurs évêques, abbés et prieurs de la sénéchaussée de Toulouse (Bibl. Institut, Godefroy 140, f° 165—173).

7 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 172—173 et Maupoint, Journal, p. 103.

8 Roye (Chron. scandaleuse, t. I, p. 180) parle même de « 60 a 80 000 testes armées », dont « bien 30 000 tous habillez de harnois blans, jaques ou brigandines ».

9 Ibid., t. I, p. 193 et 195.

10 Débris de la montre de 1469 dans B. N., Moreau 1054, f° 3r° sq. ; 1472 : Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 280 ; 1474 : ibid., p. 310.

11 Joubert, Baronnie de Craon, p. 351—356, p. j. XIX. De même à Nevers, en 1474 : sur ordre du duc de Brabant et comte de Nevers, on met « en point de habillemens de guerre tous les habitans de lad. ville, tant gens d’eglise, officiers du roy » et du comte, on passe les montres des dizaines, des cinquantaines et des francs-archers (A. M. Nevers, CC 68, f° 25v°).

12 B. N., fr. 10237, f° 213.

13 Lettres de Louis XI, t. II, p. 355—356, n  208.

14 Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 280.

15 Ibid., t. I, p. 341.

16 Lettres de Louis XI, t. II, p. 343—345, n  200.

17 Ibid., t. II, p. 355—356, n  208 et B. N., fr. 26090, n  417. Cf. aussi la convocation du 26 février 1471 à Châlons-sur-Marne : le gouverneur de Champagne veut « que chacun se mecte en habillement de guerre souffisant avec ceulx des villaiges et que l’en face pourveance au moins de IIII à Ve hommes bien en point pour aler et faire ce que mondit seigneur le gouverneur ordonnera » (A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5).

18 B. N., fr. 26095, n  1408.

19 Supra, p. 311—312.

20 B. N., fr. 16588, f° 153—155.

21 Pour Paris, supra, p. 335 ; à Amiens, il existait dès le 14e siècle des compagnies privilégiées d’archers et d’arbalétriers, auxquelles vint s’ajouter, en 1473—1474, une compagnie de 50 couleuvriniers qui devaient se rendre partout au service du roi (Thierry, Monuments histoire du Tiers-Etat, t. II, p. 352—354 et Ord. Roys, t. XVII, p. 612).

22 Inv. délib. Rouen, p. 60, col. B (1458) et p. 66—67 (1491). En septembre 1491, les archers de la cinquantaine de Rouen convoqués pour la guerre de Bretagne furent payés par les agents du roi au taux de 6 l.t. chacun (B. N., Clair. 195, n  83).

23 Chevalier, Ordonnances des rois de France, p. 61, n  518.

24 Activité licite du point de vue religieux, car elle était tenue pour un jeu et non pour un travail.

25 B. N., fr. 5743.

26 On a parfois prétendu que l’institution des francs-archers s’inspirait d’une mesure prise par le duc Jean V de Bretagne en 1425, contraignant chaque paroisse à fournir un combattant pour la guerre (Bellier-Dumaine, « Les institutions militaires sous Jean V°» et Morice, Preuves, t. II, col. 1166—1167).
En réalité, replacée dans un cadre plus large, l’institution bretonne apparaît comme la reprise d’usages déjà répandus en Occident : en juin 1316, le parlement de Lincoln accorda à Edouard II un homme de pied par vill (Parliamentary Writs, t. II, 2e partie, p. 464, cité par Denholm-Young, History and Heraldry, p. 110—111).
En 1435, Hugues de Lannoy conseille à Philippe le Bon, en prévision d’une guerre ouverte contre l’Angleterre, de faire « elir°» dans chaque village près des frontières de Calais, un certain nombre d’habiles compagnons, archers ou arbalétriers, équipés aux dépens des « bonnes gens », et qui se rassembleraient le cas échéant sous les ordres des baillis ou de leurs lieutenants (Ch. Potvin, Compte-rendu de la commission royale d’histoire, 4e série, t. VI, Bruxelles, 1879, p. 127—138). L’institution des francs-archers vise donc à transformer les communes en une milice nationale, entraînée et disponible à tout instant.
Sur le lien entre les communes et les francs-archers, cf. les témoignages suivants : Jacques Galiot est signalé comme capitaine des francs-archers et communes du Dauphiné (A. D. Isère, B 3276, f° 36) ; « plusieurs communes », dit, en parlant des franes-archers, la Chron. scandaleuse (Roye, t. I, p. 48). Cf. aussi Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 56.

27 Hist. Languedoc, t. X, col. 2137—2140, n  868 et col. 2170—2172, n  874.

28 Stein, Charles de France, p. 718, p. j. 85.

29 A. D. Isère, B 2904, f° 86.

30 B. N., fr. 15538, f° 169.

31 Aussy, La Saintonge pendant la guerre de Cent ans, p. 41.

32 A. M. Troyes, F 139, f° 7v°. Cf. aussi la réclamation d’un habitant de Loudun ayant participé à la rescousse de Louviers et revendiquant de ce fait l’exemption de la taille car « c’estoit lors ainsi que on fait de present les francs archers » (A. N., Zla 18, f° 24 : 1449) ; de même en 1431, Tours offre à ceux qui veulent partir en guerre en son nom la franchise de guet et garde et de taille pendant un an (Chevalier, « Organisation militaire à Tours »).

33 Cf. en particulier l’ordonnance inédite du 27 novembre 1458 (B. N., fr. 10237. f° 215—216).

34 Est-ce pour cette raison qu’on parla de francs-archers et non de francs-arbalétriers, alors qu’un bon nombre de ces francs-archers était armé de l’arbalète

35 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.

36 Cette dernière charge ne fut pas crée.

37 A. D. Isère, B 2904, f° 367v° sq. Analyse de cet acte dans Pilot de Thorey » Catalogue, t. II, p. 228, n  1.

38 Jacqueton, Documents administration financière, p. 96—98.

39 Acte du 12 janvier 1475 : Ord. Roys, t. XVIII, p. 72—74 ; acte du 30 mars 1475 : ibid., t. XVIII, p. 110—114.

40 A. N., Zla 31, f° 386v°—387.

41 B. N., fr. 2900, f° 37r° ; p. o. 42, dossier Aloigny, n  24 et 1416, dossier Grosparmy, n  14.

42 B. N., n. a. fr. 7639, f° 46 et A. D. Basses-Pyrenées, E 77.

43 Bonnault d’Houët, Les francs-archer s de Compiègne, p. 192, n  248, d’après A. M. Compiègne, CC 27, f° 90r°.

44 Inv. arch. corn. Montferrand, CC 197, f° 4—10 et CC 354, t. II, p. 20 ; Lettres de Louis XI, t. VII, p. 114—115, n  1404.

45 B. N., fr. 32511, f° 376v°.

46 Lettres de Louis XI, t. VII, p. 114—115, n  1404. Spont, « La milice des francs-archers », p. 459—460.

47 A. M. Tours, CC 44, f° 148—162. Cf. aussi A.M. Orléans, CC 564, f° 128 sq.

48 Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 352—354, n  23.

49 Ibid. ; B.N., fr. 25715, n  310.

50 B. N., n. a. fr.. 7639 contient les remarques générales de Fontanieu selon lequel le payement des gens de guerre du camp était assuré par deux trésoriers : l’un, Raoul de Hacqueville, payant les hommes de Philippe d’Esquerdes, l’autre, Robert Poillevillain, ceux de Guillaume Picart ; Hacqueville fut désappointé en avril 1483 et remplacé par Jean de la Primaudaye ; de plus, le même manuscrit comprend, en copie, de larges extraits du compte de Hacqueville, pour 1481—1482 et le premier trimestre 1483. L’effectif des bandes atteint 6 510 en 1481, 6 751 en 1482, dépassant ainsi légèrement les prévisions. Ces renseignements concordent absolument avec B. N., fr, 23266, f° 5 sq. (compte de Jean Lalemant, receveur général des finances en Normandie, pour 1482) et ibid., f° 18 sq. (compte du même pour 1483) qui signale les deux trésoriers du champ et les effectifs qu’ils devaient payer. Toutefois, à ces deux trésoriers, un troisième semble bien s’ajouter, maître Nicolas Charretier, notaire et secrétaire du roi, trésorier du champ de guerre, responsable du payement de 4 000 hommes sous le sire d’Esquerdes (B. M. Reims, Tarbé VI, 88 et B. N., Clair. 68, n  167). Ce dernier aurait donc eu le commandement direct de 10 000 hommes et la suprématie sur les 4 000 de Guillaume Picart, seigneur d’Estellan (B. N., fr. 32511, f° 384r° ; Gandilhon, Politique économique de Louis XI, p. 199).

51 Gandilhon, Politique économique de Louis XI, p. 203—204, qui fournit la liste des villes et des fournitures demandées. Autre liste dans Spont, « La milice des francs-archers », p. 467, n. 2. Pour la contribution de Tours (1 500 dagues, 1 500 hallebardes et 450 piques), cf. Chevalier, « La politique de Louis XI à l’égard des bonnes villes », p. 491, n. 35.

52 Melchior Russ, notaire du conseil du canton de Lucerne, écrivait de Lyon, le 4 décembre 1480, que Louis XI faisait fabriquer une grande quantité de longues lances et de hallebardes à la mode allemande. Il ajoutait : « S’il pouvait aussi fabriquer des hommes capables de les manier, il n’aurait plus besoin des services de personne ! » (Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 185, n. 2).

53 B. N., fr. 15540, f° 71.

54 Ibid.

55 Ibid., f° 76.

56 Ibid., f° 79.

57 Lettres de Charles VIII, t. I, n  61, p. 100—101.

58 B. N., n. a. fr. 5219, f° 34—40 et Duchesne 108, f° 78—79 ; Portai (Ch.), Inventaire sommaire des archives communales de Cordes antérieures à 1790, Albi, 1903, p. 209.

59 Spont, « La taille en Languedoc », 1890, p. 488, d’après B. N., fr. 25716, n  56.

60 B. N., fr. 25716, n  57 ; A. N., K 73, n  42 et 43.

61 A. D. Hérault, A 18, n  23.

62 A. M. Laon, CC 21, f° 43—44.

63 Lettres de Charles VIII, t. II, n  277, p. 90—93 et n  285, p. 101—103 ; La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 141—142, n  127.

64 Lettres de Charles VIII, t. II, n  307, p. 134—135.

65 B. N., n. a. fr. 1232, f° 146—148, n  66.

66 B. N., fr. 15541, f° 38r°.

67 Ibid., f° 34—35v°.

68 Avis de l’élection de Reims dans B. N., fr. 15540, n  19 ; cf. aussi ibid., n  115 (élection de Périgueux), n  117 (élection de Sens), n  118 (élection d’Avranches), n  128 (bailliage de Rouen) ; fr. 15541, f° 70r° (élection de Coutances et Carentan) et 36r° (élection de Senlis). Toutes ensemble, les élections de Senlis, Clermont, Compiègne, Laon, Soissons, Château-Thierry, Reims, Rethélois et Noyon fournissent seulement 535 « gens de piet » (Bonnault d’Houët, « Les francs-archers de Compiègne », p. 208—209 d’après A. M. Compiègne, BB 12, f° 3v°).

69 Ainsi 2 000 hommes « mis sus » pour le renfort de l’armée de Flandre et de Brabant (B. N., fr. 7881, f° 194v°).

70 B. M. Caen, Mancel 3, n  47 : vidimus de lettres patentes de Charles VIII, Plessis-du-Parc, 16 juin 1490. Cf. aussi La Roncière, « Chronique inédite de la guerre de Bretagne », p. 501.

71 B. N., fr. 25717, n  110, 111 et 113 et p. o. 1667, dossier Lauzières, n  7. Cependant, les francs-archers de Montferrand ont fait la guerre en Bretagne en 1490 et en Bourgogne en 1493 (Inv. arch. com. Montferrand, CC 207, f° 2 et 210). En 1493, ils existent en Bretagne où ils ont pris la suite des « bons corps » du temps de l’indépendance (Ord. Roys, t. XII, p. 418 sq.). Certaines villes les entretiennent jusqu’à la fin du siècle : Montferrand, Laon, Langres, Compiègne, Valence, Sens, Présence sporadique au début du 16e siècle : mais sont-ils encore utilisés ?

72 Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 87—91.

73 G. Zeller, Siège de Metz par Charles-Quint, p. 52 (cf. chap. XI, n. 180).

74 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 448, p. j. 199bis ; Rédet, « Extraits des comptes de la ville de Poitiers », p. 437—442 ; Bonnault d’Houët, « Les francs-archers de Compiègne » ; Varin, Arch. adm. Reims, t. I, p. 661. On les trouve aussi à Laon (A. M. Laon, CC 12, f° 19), à Langres (Claudon, Hist. Langres, p. 89—90) et à Châlons-sur-Marne (A. M. Châlons-sur-Marne, EE 1). En 1450, ils sont levés dans les élections de Paris, Senlis, Sens, Tournus, Vézelay, Gien et Chartres (B. N., fr. 32511, f° 137v°). Au nord (B. N., Bourgogne 95, p. 1038 sq.) comme à l’est, le roi tenta, mais sans succès, d’introduire la nouvelle institution dans les terres du duc de Bourgogne.

75 Esquer, « Levée des francs-archers aurillacois ».

76 B. N., fr. 22452, n  9 ; A. M. Mantes, BB 4, f° 93r°.

77 Artières, Documents sur la ville de Millau, n  714, p. 356 sq.

78 Pourtant, un couleuvrinier à partir de 1457 parmi les francs-archers de Lyon (A. M. Lyon, CC 411). Peut-être aussi quelques vougiers : cf. l’évocation de l’entrée des francs-archers dans Saragosse, en 1462, « armez, les salades es testes, les ungs ayans l’arc et la trousse, et les autres la voulge sur l’espaule » (Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187).

79 Les archives municipales confirment ce passage de Bouvier, dit le Héraut Berry, Description des pays, p. 41—42 : « Puis y est la duchié de Guienne (...) et en est Saintonge, Angoulesme, Peregort, la Marche, Limousin, Cressy, Agenes, Rouerghe, Armignac, Bierne et toutes les montaignes jusques a Navarre et en Aragon » où « les menues gens sont tous arbalestriers ».

80 S’il est sûr, en dépit de Pilot de Thorey qui les fait apparaître en 1475, date à laquelle l’institution a été seulement réorganisée (A. D. Isère, B 2904, f° 367v°), que les francs-archers existaient avant cette date en Dauphiné, on hésite sur la date de leur introduction. Un texte signalé par Dupont-Ferrier (Les officiers des bailliages, p. 725, n. 3—4) dont l’auteur est Soffrey Alamand, lieutenant du gouverneur du Dauphiné, prouve qu’ils existaient déjà entre le 15 mars 1466, date de sa nomination, et le 31 octobre 1472, date de sa mort (Statuta Delphinalia, éd. 1661, f° 116v°—117r°). Je pense qu’ils ont été introduits dans le Dauphiné et le Valentinois en 1468 car au début de 1469, pour la première fois, la ville de Valence en équipe un certain nombre pour les envoyer au roi (compte de Gariot Abon pour 1469 : Inv. arch. com. Valence, CC 31, p. 143). Cf. aussi, pour 1468, B. N., fr. 20487, f° 75.

81 B. N., p. o. 2629, dossier de Sansac, n  2.

82 Ainsi Orléans.

83 Ord. Roys, t. XIII, p. 46.

84 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 488 ; A.N., JJ 182, n  29.

85 A. M. Lyon, CC 422, n  34 ; A. N., JJ 188, n  168.

86 B. N., fr. 20)493, f° 100 ; Leseur, Hist. Gaston IV.

87 B. N., fr. 20496, n  9—12, 19—22, 25—28 et 34.

88 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 229.

89 Bonnault d’Houët, « Les francs-archers de Compiègne », passim.

90 A côté des Suisses, en 1478, quelques « lacays » espagnols, non montés (A. D. Côte-d’Or, B 1781, f° 83r°). Le terme est en usage en France à partir de 1470 environ pour désigner des arbalétriers d’origine ibérique ou gasconne (A. N., JJ 196, n  222).

91 Le terme même d’infanterie apparaît à cette époque, originaire d’Italie : l’ordonnance de Charles le Téméraire de mai 1476 parle d’ « infanterie de pié » (La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 299) ; de même, le Journal du siège d’Orléans, écrit, semble-t-il, avant 1466, p. 12 : « Huit cens combatans tant hommes d’armes comme archiers, arbalestriers avecques autres enfanterie d’Italie qui porterent tergons ».

92 Sentiment exprimé déjà par Jean Jouvenel des Ursins, cité par Loiseleur « Compte des dépenses faites par Charles VII », p. 92. On le retrouve dans Seyssel, La monarchie, p. 169 sq.

93 B. N„ fr. 5909, f° 165 et 20494, f° 26—27. En 1451, à Aurillac, les officiers du roi choisissent 4 francs-arbalétriers parmi les 8 ou 9 qu’on leur présente (Esquer, « Levée des francs-archers aurillacois »). En 1493, Charles VIII prescrit qu’en Bretagne les paroissiens présenteront aux capitaines trois « bons corps de chacune paroisse et sur lesd. trois personnages, le capitaine choisira celui qu’il verra estre le plus suffisant pour avoir lieu et place de franc archer°» (Ord. Roys, t. XX, p. 418 sq.).

94 Bien que certains d’entre eux soutinssent avoir été contraints d’accepter cette charge (A. N., Zla 31, f° 156v°).

95 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 11.

96 A. M. Montferrand, CC 344, f° 5v°.

97 Revue des Sociétés savantes, VIe série, t. II, p. 450—461.

98 Inv. arch. com. Montferrand, t. II, p. 13.

99 Clément-Simon, Arch. hist. Corrèze, t. II, p. 295—297, n  56.

100 A. N., JJ 195, n  759, 1440 et 1489.

101 Ibid., Zla 30, f° 235, 298v°—299, 329, 404v°-405 et 477v°—478r° ; 31, f° 201r°, 201v°—202r°, 221v°—222r°, 261v°, 372v°, 386v°—387, 454r°, 469r°, 482r°—483 et 484v°—485 et 32, f° 2v°, 112v°, 184r° et 228v°.

102 Les listes de francs-archers qui ont permis ces constatations se trouvent imprimées dans Bonnault d’Houët, Les francs-archers de Compiègne.

103 A. M. Lyon, BB 5, f° 170r° ; CC 411 ; 422, n  34—35, 38, 41 et 44 ; 428, n  20 et 23 ; 437, n  1—6 ; 454, n  4—5 ; 456, n  6 ; BB 12, f° 80v°, 115v° et 116 ; CC 477, n  2—3, 9, 26 et 30—32.

104 B. N., fr. 2900, f° 37r°.

105 Autres exemples :
Sur les 16 francs-archers de Nevers servant en 1468, 7 seulement sont encore là en 1471 (A. M. Nevers, CC 62, f° 31v° et 65, f° 10r°) ; à Montferrand, sur les 8 francs-archers servant en 1479, un sert déjà en 1468, 2 en 1471, 3 en 1473 (A. M. Montferrand, CC 190, f° 12r° et 79 ; 192, f° 39r° et 197, f° 4v° et 5r°). Dans l’un et l’autre cas, renouvellement assez rapide.

106 A. N., J 950, n  9 et 10.

107 Ibid., Zla 30, f° 477v°—478r° et 32, f° 184r°.

108 Infra, p. 456—457.

109 A. N., Zla 30, f° 413—414r°.

110 Le Franc archier de Baignollet, v. 136—137.

111 Cohen, Farces inédites du xve siècle, p. 103.

112 Cf. par exemple B. N., fr. 21498, n  225. Cependant, à Montferrand en 1468, parmi les 8 francs-archers de la ville on trouve « Jehan Carmeny » qualifié d’écuyer (A. M. Montferrand, CC 190, f° 12r°).

113 G. Zeller, Siège de Metz par Charles-Quint, p. 8.

114 A. N., K 73, n  48. Inversement, en 1491, ayant ordonné la levée de 2 000 hommes de pied en Normandie, Charles VIII prescrit qu’ils seront « mis sus oudit pays de ceulz qui paient C s. t. de taille par an et au dessouz » c’est-à-dire parmi les contribuables qui n’étaient pas imposés au-delà de 5 l. t. (Perret, Louis Malet de Graville, p. 252, p. j. 11, qui propose dans son analyse une interprétation différente et, à mon avis, erronée du passage : pour lui, les frais consécutifs à cette levée devaient être payés par les contribuables payant 100 s. de taille).

115 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.

116 Jacqueton, Documents administration financière, p. 96—98.

117 B. N., Duchesne 108, f° 78—79.

118 A. N., Zla 30, f° 410v°—411r°.

119 Ibid., f° 413—414r°.

120 Ibid., 32, f° 2v°. L’enseigne évoque-t-elle son activité guerrière ?

121 Ibid., f° 164v°.

122 Ibid., f° 228r°. Lui aussi, le plus riche de sa paroisse, vit de labour.

123 Ibid., 31, f° 372v°.

124 Ord. Roys, t. XX, p. 418 sq.

125 A. N., Zla 31, f° 484v°—485.

126 Ibid., f° 482v°—483. Ce remplacement était, bien sûr, illicite (Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 11).

127 Dupont-Ferrier, Institutions financières, t. II, p. 186, d’après A. N., Zla 32, f° 31.

128 En 1475, il est précisé que le capitaine général délivre un certificat de service et que c’est le secrétaire des finances qui accorde les lettres de franchise (Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 14), mais en 1468, ce droit appartient encore aux capitaines particuliers (A.N., J 950, n  3).

129 A. N., Zla 32, f° 2v°.

130 Ibid.

131 Ibid., 31, f° 201v°—202r° et 386v°—387.

132 Boudet, Saint-Flour au xve siècle, p. 60 sq.

133 Caillet, Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI, p. 488.

134 A. M. Lyon, CC 400, f° 76r°.

135 A. M. Troyes, F 128.

136 Inv. arch. com. Montferrand, CC 347. Autres « non valoirs » de tailles pour les franes-archers de la même ville :

1468 : 20 d. t. : 5
2 s. t. : 4
3 s. 4 d. t. : 2
4 s. : 1
5 s. : 1 (ibid., 189, f° 49r°)
1470 : 16 d.
23 s. 3 d.
59 s. 2 d.
5 l. 3 s. 4 d. (ibid., 191, f° 42v°)
55 s. 70 s.
4 l. 4 s. (ibid., 63, f° 2v° et 3)
1474 : 17 s. (ibid., 193, f° llr°) Dans l’ensemble, les francs-archers comptent ici parmi les petits contribuables.

137 A. M. Troyes, F 139, f° 7 sq. Trois exemples complémentaires pour 1471 : un franc-archer imposé à 2 s. 6 d., un à 15 d., un à 7 s. 6 d. CiIbid., 137. f° 3v°).

138 Ibid., EE 65 bis.

139 B. N., fr. 26094, n  1145.

140 A. N., J 950, n  10.

141 B. N., fr. 5909, f° 256v°: 1200 l. t. pour 100 brigandines (12 l. t. pièce) destinées aux francs-archers pour qu’ils soient mieux en point (1454).
B. M. Add. Ch. 12447 : 6 brigandines (1461). B. N., fr, 26086, n  7443 : 25 brigandines (1460)

142 Chambrée et chef de chambre : A. N., J 950, n  8 et 9 et JJ 182, n  29 ; dizaines et dizeniers :, B. N., fr. 25779, n  12 ; quinzaine et quinzenier, prévus par les ordonnances de 1475 : A. M. Mantes, BB 8, f° 23v°—24r° ; soixantaines et soixanteniers : B. N., Clair. 236, n  189. Centeniers : A. N., J 950, n  10.

143 B. N., fr. 21498, n  234 et 242. De plus, toujours un lieutenant, ou plusieurs, entre lesquels on distingue parfois le lieutenant général et les lieutenants particuliers (ibid., n  225).

144 Ibid., 20494, f° 26—27 ; Esquer, « Levée des francs-archers aurillacois », p. 302 sq.

145 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114, art. 10.

146 A. N., j 950, n  3.

147 Gages indiqués dans B. N., n. a. fr. 8637, n  68 ; fr. 21498, n  236 ; 26095, n  1421 et 25779, n  17.

148 B. N., fr. 32511, f° 332v° et 26095, n  1421.

149 A. N., JJ 203, n  64.

150 Ibid., 194, n  322 ; B. N., fr. 32511, f° 158v°.

151 A. N., X2a 62, jeudi 13 décembre 1498, cité par La Trémoïlle, Arch. serviteur de Louis XI, p. 196—198.

152 Bibl. Institut, Godefroy 97, f° 40.

153 B. N., p. o. 1248, dossier Fretart, n  5. De même, en 1467—1468, pour le Rethélois, « honorable escuier°» Charles de Saint-Privé (P. Laurent, « Les francs-archers de Mézières », Revue de Champagne et de Brie, t. XXIV, 1888, p. 278—288).

154 A. M. Montferrand, CC 197, f° 5v°. Il fut par la suite bailli de Chartres de 1496 à 1503 (G. R., n  6656), bailli des montagnes d’Auvergne de 1510 à 1512 (ibid., n  2413), sénéchal d’Agenais de 1512 à 1517, date de sa mort (ibid., n  42). A la même époque, « noble Anthoine bastard de Bresoms, seigneur de Nyerebrousse et en partie d’Aubax », capitaine des francs-archers du haut pays d’Auvergne et de Rouregue (Champeval « Arrière-ban du Haut-Auvergne », p. 190).

155 Chevaliers :
Jean Barat (Chartres, Roehefort, Dreux et Montfort : B. N., fr. 20496, n  19) et François de Blon, seigneur du Poussin (Rouergue : B. N., p. o. 370, dossier Blon, n  2 et Artières, Documents sur la ville de Millau, n  719, p. 361 sq.).
Ecuyers :
Raoul de Breuilly (Cotentin : B. N., Clair. 144, n  30) ; Nicolas Taupin (bailliage d’Evreux : B. N., p. o. 2801, dossier Taupin, n  2 ; il était seigneur du Mesnil-Péan : Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux ; il avait été en 1452—1453, homme d’armes de la charge de Robert de Floques, écuyer, bailli d’Evreux : B. N., fr. 20683, f° 47) ; Jean de Rabaine (Saintonge : B. N., p. o. 2419, dossier Rabaine, n  3 et Morice, Preuves, t. III, col. 185—186) ; Guillaume de Villiers (bailliage de Caux : B. N., fr. 32511, f° 300r°) ; Robert de Clarmorgan (duché d’Alençon : ibid., 26083, n  6925 et A. N., JJ 195, n  85) ; Jean Nicolas, dit le Lorrain (bailliage de Gisors : B. N., p. o. 2106, dossier Nicolas, n  4) ; Jacques de Mirebel (haut pays d’Auvergne : B. N., fr. 20496, n  21) remplacé à cette date par Jean Polard, écuyer, panetier du roi, capitaine et châtelain de Montferrand, seigneur de Chardenay, ancien homme d’armes de l’ordonnance : ibid., 24031, n  22 et G. R., n  15852 ; Pierre de Rivaude (Berri : B. N., fr. 20496, n  25) ; Guillaume de Brécy (haut et bas Limousin : ibid., n  28 et B. N., p. o. 497, dossier Brécy, n  10) ; Jean Greslet (Touraine, Blois et Vendôme : B. N., fr. 20496, n  12 et A. N., JJ 206, n  235) ; Jean, bâtard de Vendôme (Sens et Langres : B. N., Clair. 18, n  6) ; Antoine Roque (bas pays d’Auvergne : B. N., fr. 2096, n  34 et p. o. 2542, dossier Roque, n  2) ; François du Verger (l’un des trois capitaines des francs-archers ordonnés pour le Poitou : B. N., fr. 20496, n  21 et p. o. 2966, dossier du Vergier en Poitou, n  2) ; Audebert de Chauveroche (B. N., p. o. 728, dossier Chauveroche, n  3 et 5).
Sans qualificatif°:
Rue du Hallay (Maine : A. N., JJ 194, n  77) ; le Turc de Milleton (Anjou : ibid., n  33) ; Jeannequin de Garennes (bailliage de Rouen : B. N., p. o. 1280, dossier Garennes, n  17) ; le petit Fromont (B. N., fr. 20496, n  9) ; Jean Mignon (Nivernais, Gien et Orléans : ibid., n  20) ; Michau Robillard (Périgord : ibid., n  22) ; Jean Alexandre (Meaux, Provins et Château-Thierry : ibid., n  26) ; Martin Petit (Beauvaisis, Senlis et Amiens : ibid., n  27).

156 Chevaliers :
Alain de Chantrezac, seigneur du dit lieu (Saintonge : B. N., Clair. 236, n  187) ; François de Blon, seigneur du Poussin (Rouergue : B. N., fr. 21498, n  241) ; Jacques Guyneuf, seigneur de Boulie (Poitou : ibid., 26095, n  1421) ; Mery de Poix, seigneur de Lye (Limousin : ibid.) ; Emar Prevost (Quercy, Agenais et Armagnac : ibid.) ; Garcien des Arpatz dit Paques Dessolles (Guienne et Gascogne : ibid.) ; Jean de Lespine (Anjou et Maine : ibid. ; il meurt dans le courant de cette année) ; le sire de Beaucler (haut pays d’Auvergne : ibid.).
Ecuyers :
Richard d’Estalles, seigneur d’Argentelles (duché d’Alençon : ibid., 32511, f° 359r°) ; Jean Greslet (Touraine : ibid., 26095, n  1421) ; Jean Grosparmy, seigneur de Veusville (bailliage de Caen : ibid., 32511, f° 351r°) ; noble homme Jean de Villeneuve, dit le Courrier de Lyon (ibid., 21498, n  242). Pour Fédou (Les hommes de loi lyonnais, p. 109), Jean de Villeneuve est avant tout un « patricien en route vers la noblesse ». Pierre Osber, seigneur de Saint-Pierre-Eglise (Cotentin : B. N., fr. 32511, f° 359r°) remplacé cette année par Jean de Pierrepont, écuyer°; Nicolas Taupin, seigneur du Mesnil-Péan (Evreux : ibid.) remplacé cette année par Jean d’Auchencourt ; Jean Maunoury (bailliage de Rouen : ibid.) ; Robert de Huval (bailliage de Caux : ibid.) remplacé cette année par Guyot des Essars, écuyer°; Alain Guyot (Dauphiné : ibid., 25779, n  46 ; châtelain de la Roche de Glun : ibid., 26097, n  1787) ; André de Loue, seigneur des Ageaulx (ibid., 26095, n  1421) ; Guillaume de Saint-Léger (Poitou : ibid., et 26269, n  187) ; noble homme Jean Polard, seigneur de Chardenay (bas pays d’Auvergne : B. N., p. o. 2351, dossier Polard, n  4)
Sans qualificatif°:
Louis de Rechignevoisin (Poitou : B. N., Clair. 236, n  189) ; Jean Mignon (Orléanais : cf. n. 154) ; Jean Sellerier (Bourbonnais, Forez et Beaujolais : B. N., fr. 26095, n  1421) ; Jean de Gonzolles (la Marche : ibid.) ; Jean de Gamaches Berri : ibid.) ; Jean du Pire (Dauphiné : ibid.).

157 Infra, p. 379 sq.

158 Comme Jean Maunoury : infra, p. 381.

159 « Cependant, tant que la noblesse ne servait pas dans l’infanterie, celle-ci n’avait ni prestige ni avenir. Mais, précisement en 1504, quand le roi organisa les bandes de Piémont sur le modèle de celles de Picardie, il demande à des nobles français d’en prendre le commandement » (Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 531).

160 Antoine Roque : B. N., p. o. 2542, dossier Roque, n  2 et 8 et A. M. Montferrand, CC 190, f° 12r°.
Martin Petit : B. N., fr. 32511, f° 158v° et n. a. fr. 8637, n  68. François de Blon : Artières, Documents sur la ville de Millau, n  719, p. 361 sq. et B. N., p. o. 370, dossier Blon, n  6 ; A. N., AB XIX 690, s. v. « Blon ». Jean Mignon : ibid., JJ 182, n  6 et 201, n  80.

161 Bailliage de Caen :
Jean de Versailles (1452—1454 : B. N., fr. 22452, n  9 et 26082, n  6757) ; Perrinet Vaussart (1461—1464 : ibid., 22452, n  11 et p. o. 2947, dossier Vaussart, n  2) :
Jean Grosparmy (1470—1480 : ibid., 1416, dossier Grosparmy, n  13 et fr. 32511, f° 384r°).
Bailliage de Cotentin :
Raoul de Breuilly (1454—1466 : B. N., Clair. 144, n  24 et fr. 26090, n  541) ; Pierre Osber (1466—1475 : ibid. et fr. 32511, f° 359r°) ; Jean de Pierrepont (1475—1480 : ibid. et f° 384v°).
Bailliage de Caux :
Guillaume de Villiers (1458—1465 : B. N., p. o. 3019, dossier Villiers, n  71 et fr. 32511, f° 300r°) ; Robinet Huval (1467—1475 : ibid., f° 263r° et 359r°) ; Guyot des Essars (1475 : ibid.) ; Jean d’Ahencourt (1479 : ibid., f° 376v°).
Bailliage de Rouen :
Emond Carbonnel (1459—1460 : B. N., p. o. 594, dossier Carbonnel, seigneur de Canisy, n 33—34) ; Jeannequin de Garennes (1465 : ibid., 1280, dossier Garennes, n  17) ; Jean Maunoury (1471—1476 : B. N., n. a. fr. 8637, n  68 et p. o. 1896, dossier Maunoury, n  5) ; Guillaume Maunoury (1479—1480 : B. N., fr. 32511, f° 376v° et 385r°). Bailliage de Gisors :
Jean Nicolas dit le Lorrain (1461—1465 : ibid., 22452, n  10 et p. o. 2106, dossier Nicolas, n  4). Après 1465, fusion avec le bailliage d’Evreux.
Bailliage d’Evreux :
Nicolas Taupin (1463—1475 : B. N., p. o. 2801, dossier Taupin, n  2 et fr. 32511, f° 359r°) ; Jean d’Auchencourt (1475 : ibid.) ; Guillaume le Breton (1480 : ibid., f° 385r°).
Duché et bailliage d’Alençon :
Robert de Clamorgan (1456—1471 : B. N., fr. 26083, n  6925 et p. o. 768, dossier Clamorgan, n 11) ; Richard d’Estalles, seigneur d’Argentelles (1472—1475 : B. N., p. o. 1075, dossier Estalles, n  2 et fr. 32511, f° 359r°) ; Durand d’Estalles (1476—1479 : B. N., p. o. 1075, dossier Estalles, n  3 et A. N., JJ 224, n  14) ; Roger de Montagu (1480 : B. N., fr. 32511, f° 384v°).
Jusqu’en 1466, de 20 à 25 capitaines de francs-archers pour tout le royaume ; puis, de 1466 à 1480 : une trentaine. Par le jeu des renouvellements, on peut estimer à une bonne centaine le nombre de personnages qui occupèrent cette charge entre 1451 et 1480.

162 Cité par Spont, « La milice des francs-archers », p. 489. On sait les railleries dont longtemps encore furent l’objet les francs-archers ou francs-taupins : dans l’inventaire burlesque de la Librairie de Saint Victor, Rabelais énumère les « Strata-gemata Franciarchieri de Baignolet » et « Franctopinus De re militari », allusion aux ouvrages alors classiques d’art militaire de Frontin et de Végèce (Pantagruel, éd. Jean Plattard, Paris, 1929, p. 34).

163 B. N., fr. 25780, n  89, 95, 96, 101 et 103.

164 Cf. les listes fournies par B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq.

165 B. N., fr. 26097, n  1859 ; A. N., JJ 209, n  81.

166 B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq. et fr. 25780, n  95.

167 Sur 4814 franes-archers recensés, un seul bâtard de noble, 7 noms de « valets », 29 noms seuls ou surnoms :
% bâtard : 0,02
% « noms de valets » :0,14
% noms seuls et surnoms : 0,6.
Sur 1 233 archers du camp recensés, 5 chevaliers (non compris les capitaines), 16 bâtards, 15 noms de « valets », 16 noms seuls ou surnoms :
% bâtards : 1,3
% valets : 1,3
% noms seuls et surnoms : 1,3.

168 Cohen, Farces inédites du xve siècle, p. 27—33.

169 En 1489, 2 écus d’or par mois (70 s. t.) à chacun des 2 000 hommes de pied mis sus pour le renfort de l’armée de Flandre et de Brabant (B. N., fr. 7881, f° 194v°).

170 Source : B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n  7 et fr. 25717, n  110.

171 Sur 4 342 gens de pied recensés, 3 chevaliers (non compris les capitaines), 38 bâtards, 49 noms de « valets » et 93 noms seuls ou surnoms.
% bâtards : 0,8
% noms de « valet » : 1,1
% noms seuls et surnoms : 2,1.

172 B. N., fr. 1246, f° 28v°. C’est pourquoi la même source propose de recruter pour l’infanterie le plus grand nombre possible de pauvres nobles : « car ilz ont plus de loyaulté en eulx », sont « plus seurs et plus feables ».

173 B. N., n. a. fr. 1232, f° 170—172.

174 A. M. Angers, BB 7, f° 53r°.

Table des illustrations

Titre Carte 5. Les quatre capitaineries générales des francs-archers (1466)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search