Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre XI. La monarchie et son armée : le problème du ravitaillement

Texte intégral

1Avant d’étudier les trois principaux groupes sociaux qui composent son armée — les francs-archers, l’arrière-ban et l’ordonnance —, il a semblé éclairant d’examiner, à travers un exemple précis, celui du ravitaillement des troupes en campagne, les moyens dont disposait la monarchie, les problèmes qu’elle devait résoudre, pour l’entretien et l’utilisation des effectifs réunis par ses soins.

  • 1 Supra, p. 123—128.

2Par rapport au 14e siècle, pendant longtemps, aucun progrès ne se manifesta dans le domaine du ravitaillement des armées1. Même pour des entreprises aussi remarquablement réalisées que les reconquêtes de la Normandie et de la Guienne, on eut recours aux seuls procédés empiriques traditionnels. Ici comme en bien d’autres domaines, l’initiative du changement revint à Louis XI.

  • 2 En 1474, fourniture de blé aux troupes du Roussillon par des galées italiennes (A.N., K 71, n° 39).
  • 3 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 90v° ; cf. aussi Clèves, Instructions, p. 44 et B. N., fr. 1244, (...)
  • 4 B. N., fr. 23263, f° 24 sq.
  • 5 Cf. pourtant ibid., 26096, n° 1688 : en 1478, visite des granges et greniers de la vicomté de Bayeu (...)
  • 6 A. M. Troyes, BB 5.
  • 7 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 2v°—5v°.
  • 8 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 51—56v°. En 1475, Poitiers envoie du blé à Dieppe et l’a (...)
  • 9 A. M. Lyon, BB 12, f° 2 ; CC 454, n° 34 et 36 et 476, n° 18, 19, 26, 32 et 36.

3Brusquement, à partir de 1471, la documentation sur le ravitaillement des armées devient plus abondante, en provenance surtout des archives municipales. Ce soudain enrichissement des sources n’est pas le fait du hasard ; il correspond à une modification notable des rouages. Certes, comme par le passé, la monarchie, dans les années qui suivirent, fit toujours appel à des marchands volontaires qu’elle appâtait en leur promettant la sécurité, des tarifs avantageux2, elle continua d’obliger l’ensemble de cette profession à fournir ses armées en denrées essentielles3 ; comme auparavant elle procéda directement à des achats destinés à couvrir les besoins de sa flotte de guerre et de ses places fortes4. En revanche, elle renonça presque complètement à son droit de prise5, pour lui substituer un système de contributions régulières et obligatoires auxquelles furent astreints désormais de vastes secteurs du royaume. Le 7 mars 1471, la ville de Troyes reçut du roi l’ordre d’apporter chaque mois à son « ost et armée », 16 muids de céréales, moitié froment et moitié seigle, 24 muids d’avoine et 30 queues de vin6. La même année, Châlons-sur-Marne fut soumise à des redevances analogues : la ville eut beau protester de sa pauvreté, alléguer son manque de « rouliers » professionnels, tenter d’acheter le commissaire du roi en l’accueillant à ses frais et en lui offrant quelque argent, elle ne put obtenir le rabais qu’elle demandait, et le 1er mars 1471, elle se vit imposer la livraison de 6 muids de farine de froment, 6 muids d’avoine et 6 pipes de vin par quinzaine7. Toujours en 1471, à Reims, chacune des contributions, qui devaient là aussi se renouveler deux fois par mois, comportait 16 muids de grain en farine, 16 muids d’avoine, un muid de « potage » — pois et fèves — et 30 queues de vin8. Désormais, à chaque campagne menée par les armées royales correspondit une imposition déterminée : en 1472, le comte dauphin d’Auvergne, lieutenant général de Louis XI, exigea de la ville de Lyon, pour sa part du ravitaillement de l’armée des frontières de Bourgogne, 480 « anées » de froment ; en 1474 et 1475, Lyon dut faire conduire jusqu’à Aigues-Mortes pour les troupes du Roussillon de l’avoine, des vins et des moutons ; en 1479 et 1480, ce fut de nouveau l’armée de Bourgogne qu’il fallut entretenir9.

  • 10 A Angers, en 1487, l’ordre de mener des vivres à l’ost royal est publié et crié le 8 mai ; en 1488 (...)
  • 11 B. N., fr. 8269, f° 356—360 ; A. M. Laon, EE 3.
  • 12 A. D. Basses-Pyrénées, E 77 ; A. M. Reims, Comptes des deniers patrimoniaux 428, f° 177 sq.
  • 13 A. M. Reims, ibid.

4Il est vrai que ces contributions étaient avant tout destinées aux armées en campagne ; elles ne se levaient donc pas pendant les périodes de trêve ni de paix ; les années de guerre, elles débutaient normalement en février, mars ou avril, après que les compagnies avaient quitté leurs garnisons de la mauvaise saison, culminaient en juillet et août, lorsque les armées atteignaient leurs effectifs les plus élevés, cessaient en octobre ou novembre, quand les opérations s’interrompaient et que les troupes se dispersaient dans les villes et les places, en pays ami ou ennemi10. En revanche, l’obligation d’entretenir les forces armées s’étendait non seulement aux villes, mais au plat pays11 ; elle pesait sur l’ensemble de la population, y compris les détenteurs ordinaires des privilèges fiscaux, nobles et surtout clercs, ces derniers particulièrement visés à cause des réserves de leurs greniers12. Aucune exemption n’était consentie, sinon pour des motifs d’ordre économique13. Au début de chaque campagne, en fonction des effectifs prévus et de la situation géographique du théâtre d’opérations, le roi et les chefs militaires décidaient quelles régions seraient touchées (Carte 4).

Carte 4. Le ravitaillement des armées de Louis XI (1480)

Carte 4. Le ravitaillement des armées de Louis XI (1480)

(Source B.N., Clair. 972. f 1a 9 )

  • 14 Cf., pour les pionniers et charretiers de l’artillerie, Contamine, « L’artillerie royale française  (...)
  • 15 A. M. Lyon, CC 454, n° 4 et 34 ; 477, n° 26 et 476, n° 21.

5On le voit : les zones visées pouvaient être fort vastes. Certaines régions, de par leur situation ou leur importance économique, subissaient des obligations particulièrement fréquentes : la Normandie pouvait ravitailler les armées du Nord aussi bien que celles de Bretagne, le Lyonnais fournissait celles du Roussillon comme celles de Bourgogne, la Guienne pourvoyait celles de Picardie, de Bretagne, sans doute aussi du Roussillon. On prenait garde aux facilités de transport : pour la campagne de Bretagne, en 1491, des provinces assez éloignées furent requises, mais qui se trouvaient de part et d’autre d’un axe fluvial majeur, la Loire. Cette division du royaume en un certain nombre de secteurs qui, chacun pour son compte, épaulaient les différentes armées, n’est pas propre à l’organisation du ravitaillement : on la retrouve pour les levées de l’arrière-ban, des charretiers et pionniers de l’artillerie et des francs-archers14. Le parallélisme est manifeste : en 1474, Lyon envoie ses francs-archers comme ses fournitures de vivres jusqu’en Roussillon ; en 1479, elle dirige les uns et les autres vers la Franche-Comté15. Certes, alors qu’à partir de 1466, les quatre capitaineries générales des francs-archers connurent des limites à peu près fixes, les circonscriptions du ravitaillement, au contraire, varièrent largement au gré des circonstances et des nécessités. Toutefois, le principe était identique ici et là : élargir la base d’imposition au maximum, afin d’assurer un rendement plus élevé et plus régulier, sans pour autant écraser les régions touchées.

  • 16 Provinces : A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 94v° ; sénéchaussée : B. N., n.a. fr. 7639, f° 19 sq. (...)
  • 17 Liste complète pour août 1491 dans B. N., fr. 8269, f° 356—360.
  • 18 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault » ; A. M. Angers, BB 7, f° 51r° et 8, f° 4r°, 8r°, 12v° et 14r (...)

6A l’intérieur de chacune des zones de ravitaillement, les levées s’effectuaient dans le cadre de circonscriptions plus étroites : provinces traditionnelles, bailliages ou sénéchaussées, diocèses, élections, voire parties d’élections16. Alors se trouvaient en présence d’une part les agents du roi — prévôts des maréchaux, commissaires aux vivres, élus, baillis et sénéchaux ou leurs lieutenants, procureurs du roi — et d’autre part les représentants des paroisses et des municipalités — maires, jurés, échevins, marguilliers — ainsi que les porte-parole des ordres privilégiés, noblesse et clergé, dont il fallait forcer le consentement17. Autour du roi, certains personnages se spécialisèrent dans les problèmes du ravitaillement : Gilles Rivault, maître d’hôtel de Charles VIII, ou Jacotin le Mercier, dont le rôle apparaît prépondérant en ce domaine tout au long des campagnes bretonnes, entre 1487 et 149118.

  • 19 Obligations de fourniture pour août 1491 (B. N., fr. 8269, f° 356—360) :
  • 20 A. M. Troyes, BB 5 ; A. M. Lyon, CC 454, n° 34 : vivres menés à Aigues-Mortes pour l’armée du Rouss (...)
  • 21 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 94r°—99v°.
  • 22 A. M. Dijon, H 259.
  • 23 A. M. Angers, BB 5, f° 30v°.

7Les renseignements font défaut en ce qui concerne la levée des vivres dans le plat pays. Il apparaît seulement qu’elle n’était pas moins lourde que pour les villes19 qui, au surplus, se chargeaient souvent de rassembler les contributions des villages de leur banlieue20. Dans les centres urbains, les prélèvements pouvaient fortement détériorer les possibilités alimentaires : en mars 1475, une enquête effectuée par la municipalité de Châlons-sur-Marne concluait à la présence dans cette ville de 7 845 personnes, en ne comptant ni les mendiants ni une compagnie de cent lances fournies — 600 hommes — qui s’y trouvait en garnison : en tout, peut-être 10 000 habitants. A cette date, l’inventaire des blés contenus dans tous les greniers de la ville donne un chiffre de 791 muids de froment et de seigle. Or, le roi demandait la livraison de 188 muids et deux setiers : 23 % des réserves. Ainsi amputées, auraient-elles suffi à assurer la soudure ? La ville, à force de protestations, parvint à satisfaire les exigences des commissaires aux vivres en n’envoyant que 100 muids, soit 12 % de ses disponibilités21. En un peu plus d’un mois, la ville de Dijon, en 1491, centre assez modeste qui ne dépassait pas 12 000 habitants, livra à l’armée de la comté de Bourgogne 85 366 pains de deux deniers pièce ; entre le 15 août et le 16 octobre 1498, elle dut acheter à 43 boulangers, pour le ravitaillement des forces protégeant les frontières du duché, 143 796 pains et fournir en outre 478 hectolitres de vin22. En juin 1487, Angers devait livrer chaque jour aux 30 000 hommes de l’ost royal 12 000 pains de deux deniers23.

  • 24 De même à Troyes en 1475, les vivres doivent être remboursés « tant des deniers qui seront paiez pa (...)
  • 25 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 61r°—56v°.
  • 26 A. M. Angers, BB 5, f° 19r°.
  • 27 A. M. Lyon, CC 476, n° 36.
  • 28 A. M. Angers, BB 8, f° 15r°. Cf. aussi le cas d’Orléans : « A Jehan Groslot, marchant d’Orléans, po (...)

8Face à des obligations aussi importantes, les villes eurent recours à divers procédés. Il arriva qu’elles prissent elles-mêmes le soin d’acheter les vivres’ de les transporter et de les vendre pour leur propre compte : en 1471, la communauté laïque de Reims emprunta des vivres à des particuliers, en fit faire une estimation, remit à leurs possesseurs une reconnaissance de dette leur garantissant un remboursement ulterieur24. Chaque « train » de vivres fut alors confié à un responsable, salarié par la ville, qui, au retour, lui rendit ses comptes. Le déficit fut ensuite comblé par un impôt extraordinaire levé sur l’ensemble de la population25. Les villes s’en remirent aussi à des marchands qu’elles surveillaient : en 1487, Angers traite avec des boulangers, vivandiers et marchands du cru qui acceptent de prendre en charge ses obligations ; elle contrôle leur comptabilité — achat, vente, frais de déplacements —, leur abandonne leurs bénéfices, s’ils existent, promet en revanche de les dédommager en cas de perte26. Par rapport au système précédent, la différence principale est qu’ici le personnel, n’ayant aucun caractère municipal, a davantage d’indépendance ; s’il parvient à vendre avec profit, il échappe à tout contrôle de la ville. En 1479, Lyon préféra recourir à un mécanisme « triangulaire » : elle acheta de la farine à un marchand de Trévoux, promettant de lui remettre le prix d’achat — 75 l.t. —, une fois les vivres vendus ; elle les confia ensuite à un tiers qui devait les écouler à ses risques et périls et auquel elle remit 21 l.t. destinées à couvrir ses frais ; en échange, il devait, sur le prix de sa vente, verser 66 l.t. au marchand de Trévoux. Au terme de l’opération, la commune de Lyon devait donc encore à ce dernier 9 l.t. et avait versé 21 l.t. au transporteur, dont elle ne surveillait pas la comptabilité. Son rôle économique se bornait à l’achat des farines27. Un dernier procédé consistait à s’en remettre entièrement à des marchands professionnels sur la base d’un forfait, comme le fit, à mainte reprise, la ville d’Angers : l’habitude s’y prit de mettre le marché en adjudication, « a chandelle allumée », devant le plus grand nombre de marchands possible. Toutefois, l’opération étant régulièrement déficitaire, il s’agissait en fait de la confier au marchand ou au groupe de marchands qui demanderait l’indemnité la moins élevée28.

  • 29 Il arrivait toutefois que la ville s’engageât à rembourser les pertes des marchands en cas de « for (...)
  • 30 A. M. Angers, BB 6, f° 6r°: lettres du 18 février 1488.
  • 31 Une fois qu’une ville a adopté le système du forfait, il est exceptionnel qu’elle y renonce.
  • 32 « Aucuns povres vitailliers qui sievoient l’ost » (Froissart, Chron., t. VII, p. 188). A la fin du (...)
  • 33 Ainsi Vincent Jehannin, marchand d’Angers, entre 1487 et 1491.

9Ainsi, les deux premiers procédés laissaient aux villes une possibilité de bénéfice ou d’opération « blanche » ; les deux derniers, au contraire, impliquaient d’emblée une perte certaine, mais prévisible et fixée par avance29. Or, autant qu’on puisse voir, vendre des vivres à l’armée du roi n’était presque jamais une entreprise rentable. Vainement, en février 1488, Charles VIII affirma ne plus vouloir désormais que le ravitaillement de ses troupes soit assuré par le « commun peuple », mais par des « marchands particuliers » qui, promettait-il, seraient si bien traités qu’ils y trouveraient leur avantage30. Velléité sans lendemain : l’administration royale ne put que revenir presque aussitôt aux anciens errements. Aussi, l’expérience aidant, les villes préférèrent-elles de plus en plus fréquemment la sécurité à l’aventure, le forfait, peut-être plus coûteux mais sans surprise, à la vente directe, pleine d’inconnues et de risques31. Comme par le passé, la subsistance des armées fut donc assurée de façon prépondérante par tout un monde de « vitailliers », « vivandiers », « bouchers », « boulangers », « marchands suivant l’ost », plus ou moins spécialisés, de condition souvent modeste, parfois notable, qui s’efforçaient d’arracher aux villes les indemnités les plus élevées possibles32. Leurs affaires, compte tenu de ces subventions, purent alors être bonnes : il arrivait en tout cas que les mêmes personnages se chargeassent des obligations de telle ville plusieurs années de suite33.

10Un certain nombre de documents permet de déterminer l’importance et de saisir les causes de ce déficit presque inévitable.

    • 34 A. M. Angers, BB 6, f° 34v°—35r°.

    En décembre 1488, Hamelin Tremblaye, marchand d’Angers, s’engage à livrer les vivres dus par la ville : 50 charges de farine par semaine, à 37 s. 6 d. t. la charge, soit 93 l. 15 s. t. ou, en un mois, 415 l.t. Or, la subvention mensuelle que lui accorda la ville fut de 95 l.t : 23 % du prix d’achat de la farine.34

    • 35 A. N., Zla 32, f° 40r°.

    En 1477—1478, la ville de Châteaudun dut fournir 200 moutons pour l’armée royale rassemblée à Arras. Un marchand de bétail beauceron s’obligea à fournir les bêtes, estimées à 1371. 10. s. t. Ultérieurement, le procureur de la ville lui remit 110 l.t., représentant le prix de vente ; d’où une perte de 27 l. 10 s. t. : 19 % du prix d’achat des moutons35.

    • 36 A. M. Lyon. CC 476, n° 30, 32, 36 et 38.

    Vivres fournis par la ville de Lyon en 1479, pour l’armée de Bourgogne et de Franche-Comté, jusqu’à Auxonne et au-delà, par la Saône36 (Tableau 1).

    • 37 150 l.t. plus 10 % pour la mouture : 165 l.t. (en 1480, à Reims, 20 s. p. pour moudre 172 s. p. de (...)
    • 38 A. M. Dijon, H 259.

    Vivres fournis par Dijon en 1498 et vendus parles agents de la ville à l’armée française se trouvant au siège de Vergy et stationnée autour de Fontaine-Française 37et Fontenelle38 (Tableau 2).

11Les chiffres ci-dessus montrent que, pour que l’opération fût simplement équilibrée, il aurait fallu, ou bien, comme dans le cas de Châteaudun et d’Angers, diminuer le prix d’achat des vivres de 19 à 23 %, ou bien, comme dans celui de Lyon et de Dijon, majorer le prix de vente de 8 à 50 %. Le déficit est incontestable, mais il n’est pas illimité : à la fin du 15e siècle, l’armée en campagne achetait bel et bien une grande partie de son ravitaillement à des prix qui n’étaient nullement dérisoires ; elle y consacrait une importante proportion des gages qu’elle recevait de la monarchie. En effet, si, en 1479, un homme de guerre faisant la campagne de Franche-Comté achetait son approvisionnement à un prix inférieur de 22 % en moyenne à celui qu’il aurait payé sur la place de Lyon, en revanche, au siège de Vergy, il l’achetait à un prix supérieur de 24 % à celui qu’il aurait payé à Dijon.

  • 39 Ibid. et A. M. Reims, Compte des deniers patrimoniaux 478, f° 127 sq.

12C’est que le coût des vivres parvenus à destination était grevé de lourdes charges39 :

  • 40 A. M. Troyes, BB 5 (1479).
  • 41 Ibid. : exemple d’un commis de la ville passant 59 jours à distribuer les vivres.
  • 42 Parfois, vente « en gros » à des « marchands suivant l’ost » qui se chargent ensuite d’écouler les (...)
  • 43 A. M. Amiens, BB 11, f° 96v°—97r°.
  • 44 « De XX pains, I pain°» (ibid., f° 5v°) ; pour 169 « trezennes » de pain, le droit des prévôts s’él (...)
  • 45 A. M. Troyes, BB 5.
  • 46 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 3—5, n° 226 et p. 116—117, n° 295.
  • 47 A. M. Amiens, BB 11, f° 96v°—97r° : « chaque pipe de vin mené a l’estaple » (1477) ; B. N., fr. 8)2 (...)
  • 48 « Aussi doibt ledict prevost sçavoir et cognoistre les marchants qui sont en toutes villes voysines (...)

13Parmi ces charges, les frais de vente et de distribution, parfois même de transformation — lorsqu’il fallait, par exemple, fabriquer du pain avec la farine —, ne sont pas négligeables. Un personnel assez nombreux devait en effet être prévu pour assurer un débit régulier et rapide et empêcher les gens de guerre de s’emparer par la force des marchandises40. Il y passait de nombreuses semaines41. Les marchands hésitaient entre deux procédés : ou bien vendre au détail, au risque d’être débordés par l’affluence et de ne pas obtenir le prix des pains ou des pots de vin qu’ils écoulaient ; ou bien vendre leurs vivres en gros à des chefs de guerre, mais à des tarifs moins avantageux42. De plus, bien qu’en principe les vivres conduits à l’armée fussent, comme par le passé, exempts des péages et taxes indirectes, cette franchise n’allait pas sans mainte contestation : en 1471, la ville d’Amiens n’admettait pas d’exempter les marchands forains fournissant les gens de guerre de l’aide ordinaire prélevée à son profit ; elle estimait que le roi ne pouvait légitimement disposer d’un droit qui ne lui appartenait pas et soutenait que la dispense avait pour seul but de permettre au prévôt des maréchaux et à ses lieutenants de prélever pour eux-mêmes une taxe sur les vivres : 2 sous sur chaque pipe de vin, 12 deniers sur chaque bœuf, 4 deniers sur chaque mouton43. D’autres indications viennent confirmer l’existence d’une semblable taxe qui, apparemment, s’élevait à 5 ou 6 % du prix de vente. Le droit des prévôts était prélevé tantôt en espèces, tantôt en nature ; dans ce dernier cas, un certain pourcentage de vivres était exigé, vendu ensuite au profit des bénéficiers44. Même les décharges ou « brevets » que les prévôts délivraient aux marchands pour attester la fourniture des vivres n’étaient point gratuits45. Bien que le prévôt des maréchaux et ses hommes fussent régulièrement soldés par ses soins, la monarchie tolérait ces usages s’ils ne dépassaient pas une certaine limite46. On peut même admettre que les marchands n’y étaient pas opposés pourvu qu’en échange les prévôts et leur personnel accomplissent leur mission avec zèle et énergie. Il importait en effet que les marchés ou « étapes » — selon le terme du temps47 — où les vivres étaient rassemblés fussent surveillés et contrôlés, les différends entre acheteurs et vendeurs tranchés par une autorité équitable, les tarifs obligatoires établis à un niveau raisonnable48.

  • 49 B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n° 10 : « Bastille au port de Messac au païs de Bretaigne pou (...)
  • 50 A. M. Lyon, CC 454, n° 34. « Soixante dix aulnes de toilles... dont l’on a faicte cinq couvertes po (...)

14Une autre cause du déficit réside dans les pertes dues au vol et au pillage que ne parvenaient pas à prévenir les mesures les plus strictes, comme la construction de bastilles où les marchandises étaient mises à l’abri avant d’être distribuées49. Les vivres pouvaient également se détériorer à la suite d’intempéries ou simplement d’une attente prolongée : les sources parlent d’épidémies parmi le bétail, de pain gâté, de vin aigri50...

  • 51 A. M. Troyes, BB 5.
  • 52 Chevannes, Les guerres en Bourgogne de 1470 à 1475, p. j. 21, p. 274—276.

15Mais surtout les frais de transport entraient pour la plus large part dans l’augmentation des prix de revient. Les pourcentages indiqués plus haut — de 18,5 à 53,3 % — se trouvent confirmés par d’autres exemples : en 1474, pour transporter par voie d’eau de Troyes à Paris, sur une distance d’environ 200 kilomètres, 3 setiers de seigle d’une valeur de 70 s., il fallait compter 20 s. — 28 % du prix d’achat51 ; la même année, pour conduire sur 77 kilomètres de route montagneuse, de Semur à Château-Chinon, à travers le Morvan, 113 francs de ravitaillement destiné à une garnison bourguignonne, il en coûtait 52 francs — 46 % du prix d’achat52.

  • 53 « Pour continuer l’advitaillement est besoing et chose neccessaire avoir le nombre de LX charroys d (...)
  • 54 « Semble a tous messrs les barons et capitaines de par deça que vous devez doubler le charroy afin (...)
  • 55 A. M. Troyes, BB 5.
  • 56 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 56r°.
  • 57 Ibid., Compte des deniers patrimoniaux 478, f° 127 sq.
  • 58 A. M. Dijon, H 259.

16Les frais de transport étaient d’autant plus élevés qu’il s’agissait de ravitailler rapidement, selon des itinéraires parfois inhabituels, souvent imprévus, une masse d’hommes en mouvement, pouvant s’enfoncer fort loin en territoire ennemi. On conçoit que pour les charrois, les chevaux aient été préférés aux bœufs, meilleur marché mais trop lents53. Les hommes avaient beau se pourvoir de deux ou trois jours de vivres personnels, il fallait quelquefois prévoir pour assurer un ravitaillement régulier, plusieurs charrois établissant une navette ininterrompue entre l’« étape » et l’armée54. Pratiquement, on ne pouvait compter sur aucun fret de retour. Les ressources en rouliers professionnels risquaient, pour telle ville de faible commerce, de se révéler insuffisantes ; en 1479, pour l’acheminement d’un train de vivres destiné à l’armée de Bourgogne, la ville de Troye-procéda au dénombrement de ses rouliers : on n’en trouva que 19, disposans de 3 à 19 chevaux chacun, en tout 131, soit une moyenne de 7 chevaux par roulier55. Aussi, les centres urbains les moins désavantagés étaient ceux qui, d’une part, disposaient par avance d’un équipement commercial satisfaisant, de l’autre, pouvaient utiliser des voies d’eau. Tel est le cas de Lyon, marché de première importance, qui faisait descendre le Rhône aux vivres de l’armée du Roussillon et remonter la Saône à ceux de l’armée de Franche-Comté. En 1471, pour réduire les frais de transport, la communauté laïque de Reims décida de conduire les vivres requis jusqu’à Berry-au-Bac, par voie de terre, en empruntant gratuitement, « a corvée », les chevaux des bourgeois de la ville ; de là, les marchandises devaient être confiées à des bateliers qui leur feraient descendre le cours de l’Aisne jusqu’à leur destination, Compiègne56. Mais, en 1480, le transport par voie de terre d’un train de vivres sur 278 kilomètres, de Reims à Dijon, majorait les dépenses de 34,7 % ; un autre train, qui dut dépasser Dijon d’une quarantaine de kilomètres pour atteindre l’armée de Bourgogne en déplacement, vit son coût de revient croître de 53,3 %. Un troisième train ne supporte que 23,2 % de frais de transport, mais c’est qu’il s’arrête à Mouzon, distante de 103 kilomètres seulement57. Si en 1498 le coût du transport desvivres dijonnais s’abaisse à 18,5 %, c’est qu’ils sont destinés à des forces station nées à moins de cinquante kilomètres de la ville58.

  • 59 30 000 hommes : A. M. Angers, BB 5, f° 31v° (lettre des commissaires du roi sur le fait des vivres) (...)
  • 60 Cf. Fourquin, Les campagnes de la région parisienne, spécialement p. 105 sq, et R. Dion, Histoire d (...)
  • 61 Outre l’ouvrage cité de Fourquin, cf. Micheline Baulan et Jean Meuvret, Les prix des céréales extra (...)
  • 62 B. N., fr. 8269, f° 356—360.
  • 63 A. M. Périgueux, CC 91.
  • 64 B. N., n. a. fr. 7639, f° 19 sq.
  • 65 A. M. Lyon, CC 476, n° 36.

17Par la masse humaine qu’elle rassemble, une grande armée de la fin du 15e siècle se situe à un niveau comparable à celui des grandes villes du temps : entre 30 000 et 50 000 hommes59. Mais si la quantité du ravitaillement nécessaire était du même ordre de grandeur, son coût ne pouvait qu’être plus élevé. En effet, le prix des denrées prélevées dans les villes était déjà majoré, au départ, par les frais d’acheminement jusqu’au marché urbain. Les subsistances destinées aux armées supportaient donc les dépenses additionnées de deux déplacements : de la région de production jusqu’à la ville en premier lieu, de la ville jusqu’à l’étape ou jusqu’à l’armée en second lieu. De plus, les distances de transport étaient fréquemment bien supérieures pour le ravitaillement d’une armée que pour celui d’une ville. L’énorme centre de consommation qu’était Paris à la fin du 15e siècle — 150 000 hommes peut-être, le triple des armées les plus nombreuses — faisait venir la majeure partie de son vin des vignobles de l’Ile-de-France60 et 90 % de ses céréales d’un quadrilatère Étampes — Melun — Château-Thierry — Pontoise, dont les points les plus éloignés étaient distants de cent kilomètres seulement de la capitale. Parfois, aux ressources de la Brie, du Valois, du Hurepoix, s’ajoutaient celles de la Champagne, par Châlons-sur-Marne et Troyes, mais rendues disponibles à moindres frais grâce aux cours de la Seine et de la Marne61. Au contraire, il arrivait que les subsistances d’une armée fussent en provenance de régions très éloignées : en 1491, le Nivernais doit fournir de vivres l’« étape » de Pouancé, distante de plus de 450 kilomètres62 ; en 1477, les habitants de Périgueux doivent ravitailler l’armée de Bourgogne, à plus de 600 kilomètres de distance, à travers le Massif Central63 ; en 1480, Louis XI mande à la sénéchaussée de Guienne d’envoyer des vivres par voie de mer à Abbeville et au Crotoy64 ; la même année, les marchands lyonnais s’épuisent à rejoindre l’armée française dans sa marche vers le Luxembourg65.

18Les efforts entrepris à partir de 1471 par la monarchie et l’administration militaire en vue de normaliser les problèmes du ravitaillement n’ont pas été infructueux. Mais aussi soutenus et énergiques qu’ils fussent, ils étaient incapables, pour des raisons fondamentales plus encore qu’accidentelles, de transformer la fourniture des armées en une opération commercialement rentable. Il était donc impossible de se fier à la seule « libre entreprise » ; un système de contributions obligatoires devait être instauré et maintenu ; tel qu’il fut mis en place dans les dernières décennies du 15e siècle, il avait du moins le triple avantage de protéger les marchands qui, par le jeu des subventions que les villes leur consentaient, avaient désormais intérêt à apporter leurs denrées, d’assurer un approvisionnement régulier et de limiter les dévastations et les pillages locaux. Sans doute, d’un point de vue économique, il eût été préférable de restreindre quelque peu la zone des prélèvements afin de diminuer les frais de transport, mais c’eût été aller à l’encontre du principe d’égalisation des charges qui inspirait la monarchie ; c’eût été créer des secteurs privilégiés, non seulement à l’abri des ravages mais aussi de la fiscalité de guerre au détriment des zones frontières qui en auraient seules supporté le poids.

  • 66 Commynes note la supériorité des Italiens en matière de ravitaillement des armées (Mémoires, éd. Ca (...)
  • 67 Plus exactement, il semble que, du règne de Philippe le Bel à celui de Philippe de Valois, la monar (...)

19Si cette organisation relativement efficace66 n’est apparue qu’assez tardivement, c’est en premier lieu que la nécessité s’en faisait moins sentir auparavant : certes, les effectifs du 14e et du début du siècle suivant étaient tout aussi importants que ceux de la fin du 15e siècle, mais ils étaient réunis pour une période en général moins longue : trois ou quatre mois en moyenne pour chaque campagne contre cinq ou six. Il est possible d’autre part que, pendant la première moitié du 14e siècle, puis, de nouveau, à sa fin et au début du 15e, époques où furent régulièrement rassemblées les armées les plus nombreuses, la prospérité agricole des régions où elles opéraient — midi languedocien et nord du royaume essentiellement — ait été plus grande, et le surplus de vivres disponible plus élevé que dans la seconde moitié du 15e siècle. De plus, un changement de mentalité a pu intervenir : dans la nouvelle France de Charles VII et de Louis XI, les anciennes habitudes de laisser-aller, d’imprévision, d’improvisation, de pillage et d’indiscipline, étaient de moins en moins admises. Enfin, une organisation nationale du ravitaillement des armées s’est instaurée parce que l’ensemble de la population, ou du moins ceux qui s’exprimaient en son nom — les notables des trois ordres, — y consentit pour la première fois. Imprégnés d’un sentiment diffus de solidarité contrastant avec le cloisonnement provincial ou local qui marqua particulièrement la deuxième partie de la guerre de Cent ans, les sujets du royaume acceptèrent d’apporter leur soutien à des opérations militaires même périphériques : assez aisément, la monarchie put imposer cette nouvelle obligation67.

  • 68 G. Zeller, La réunion de Metz à la France, Strasbourg, 1926, t. II, p. 325 sq. En Angleterre à la f (...)

20Toutefois l’organisation du dernier quart du 15e siècle était prévue pour des guerres ne se déroulant pas au-delà des régions limitrophes du royaume. Nécessairement, à partir des campagnes d’Italie, elle ne put que se révéler inadéquate. On eut donc de nouveau recours au système de l’entreprise, le seul couramment employé au milieu du 16e siècle : les commissaires des guerres traitaient avec des marchands qui s’engageaient à « constituer des magasins de blé ou de farine, d’avoine, de vin et éventuellement de viande » pour des armées pouvant atteindre désormais jusqu’à 100 000 hommes68. Faut-il voir là l’indice d’une économie plus prospère, d’une classe marchande plus audacieuse, d’une monarchie plus forte ?

Notes

1 Supra, p. 123—128.

2 En 1474, fourniture de blé aux troupes du Roussillon par des galées italiennes (A.N., K 71, n° 39).

3 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 90v° ; cf. aussi Clèves, Instructions, p. 44 et B. N., fr. 1244, f° 99 sq.

4 B. N., fr. 23263, f° 24 sq.

5 Cf. pourtant ibid., 26096, n° 1688 : en 1478, visite des granges et greniers de la vicomté de Bayeux ; A. D. Basses-Pyrénées, E 77 : greniers et celliers de Périgueux fouillés par les agents du roi en 1476, pour le ravitaillement de l’armée envoyée par Louis XI aux frontières de l’Espagne.

6 A. M. Troyes, BB 5.

7 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 2v°—5v°.

8 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 51—56v°. En 1475, Poitiers envoie du blé à Dieppe et l’année suivante en Biscaye (Favreau et Glénisson, « Fiscalité d’Etat et budget à Poitiers », p. 130).

9 A. M. Lyon, BB 12, f° 2 ; CC 454, n° 34 et 36 et 476, n° 18, 19, 26, 32 et 36.

10 A Angers, en 1487, l’ordre de mener des vivres à l’ost royal est publié et crié le 8 mai ; en 1488 et 1489, les livraisons commencent au début du mois de mars, en 1491 au début du mois d’avril (A. M. Angers, BB 5, f° 12v° ; 6, f° 15r° et 52v° et 8, f° 4r°).

11 B. N., fr. 8269, f° 356—360 ; A. M. Laon, EE 3.

12 A. D. Basses-Pyrénées, E 77 ; A. M. Reims, Comptes des deniers patrimoniaux 428, f° 177 sq.

13 A. M. Reims, ibid.

14 Cf., pour les pionniers et charretiers de l’artillerie, Contamine, « L’artillerie royale française », carte, p. 239.

15 A. M. Lyon, CC 454, n° 4 et 34 ; 477, n° 26 et 476, n° 21.

16 Provinces : A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 94v° ; sénéchaussée : B. N., n.a. fr. 7639, f° 19 sq. ; vicomté, en Normandie : B. N., fr. 26096, n° 1688 ; diocèses : A.N., K 71, n° 39 ; élections et parties d’élection°: B. N., fr. 8269, f° 356—360. Dans les villes, la répartition s’opérait parfois entre les paroisses, comme à Angers en 1491 : « et a esté fait departement des vivres de l’ost sur les parroisses de ceste ville et fauxbourgs » (A. M. Angers, BB 8, f° 15r°).

17 Liste complète pour août 1491 dans B. N., fr. 8269, f° 356—360.

18 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault » ; A. M. Angers, BB 7, f° 51r° et 8, f° 4r°, 8r°, 12v° et 14r°
1491 : « Item, Jacotin le Mercier sera en l’ost (...) pour recueillir les vivres en l’ost et siege » (B. N., fr. 8269, f° 356—360) ; Lettres de Ch. VIII, t. II, p. 3—5, n° 226.
De toute façon, prédominance des gens de l’hôtel du roi : ibid., t. I, p. 348—349, n° 218.

19 Obligations de fourniture pour août 1491 (B. N., fr. 8269, f° 356—360) :

Image 2.jpg

20 A. M. Troyes, BB 5 ; A. M. Lyon, CC 454, n° 34 : vivres menés à Aigues-Mortes pour l’armée du Roussillon en octobre 1474, « tant pour la ville que du plat pais de Lionnoys ». Cf. aussi ibid., CC 355, n° 33.

21 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 94r°—99v°.

22 A. M. Dijon, H 259.

23 A. M. Angers, BB 5, f° 30v°.

24 De même à Troyes en 1475, les vivres doivent être remboursés « tant des deniers qui seront paiez par le Roy nostre dit seigneur de la vente desdits blefz comme de l’impost particulier qui de ce a esté fait sur lesdits habitane » (A.M. Troyes, BB 5).

25 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 61r°—56v°.

26 A. M. Angers, BB 5, f° 19r°.

27 A. M. Lyon, CC 476, n° 36.

28 A. M. Angers, BB 8, f° 15r°. Cf. aussi le cas d’Orléans : « A Jehan Groslot, marchant d’Orléans, pour lui aider a supporter la perte de unze vingts motons qu’il a menez en l’ost du Roy, comme il avoit esté mandé par le prevost des mares-chaulx, et lui promist on donner II s. p. pour piece. Pour ce, XXII l. p. » (A. M. Orléans, CC 563, f° 32v°).

29 Il arrivait toutefois que la ville s’engageât à rembourser les pertes des marchands en cas de « fortune de guerre », destruction ou prise des vivres (A.M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 78r°).

30 A. M. Angers, BB 6, f° 6r°: lettres du 18 février 1488.

31 Une fois qu’une ville a adopté le système du forfait, il est exceptionnel qu’elle y renonce.

32 « Aucuns povres vitailliers qui sievoient l’ost » (Froissart, Chron., t. VII, p. 188). A la fin du 15e siècle, les expressions les plus courantes sont celles de « vivandiers » et de « marchands suivant l’ost » (A.M. Angers, BB 5, f° 18v° ; Lettres de Charles VIII, t. II, n° 295, p. 116—117). Présence de « marchandes » : B. N., fr. 1244, f° 99 sq.
En juin 1480, la vente des vivres fournis par Reims est assurée par une cinquantaine d’habitants de la ville ; au sein de ce groupe, qui comprend des bouchers, le bouteiller de Saint-Denis de Reims, ce sont les marchands proprement dits qui dominent (A. M. Reims, Compte des deniers patrimoniaux 428, f° 177—196). Chacun d’entre eux vend d’assez petites quantités de marchandises, 4 queues de vin, 7 bêtes à corne, 36 moutons... Au contraire, en 1491, les paroisses d’Angers passent contrat avec 8 marchands de la ville seulement. L’un d’eux, Vincent Jehannin, se charge de fournir pour 5 paroisses, 800 hectolitres de vin, 16 000 kilos de farine plus du lard et des chandelles (A. M. Angers, BB 8, f° 15r° sq.). Ainsi, à côté de pauvres diables écoulant leurs produits, non sans risques (Arch. hist. Poitou, t. I, p. 138—140 et p. 173—174), de gros marchands pouvaient prendre part au ravitaillement des armées, tel, en 1491, Pierre Raoulin, « marchant, eschevin et bourgeois de Paris », dont les exécuteurs testamentaires furent son beau-frère « sire Jehan le Gendre », conseiller et trésorier des guerres du roi et un autre marchand de Paris, « sire Jehan Beguyn°» qui fut chargé, avec « sire Françoys Menilroy », bourgeois de Troyes, de récupérer pour ses héritiers « toutes et chaucunes les debtes mobiliaires et autres audit deffunct deues es pays de Champaigne, a Dijon, Bourgogne », Lyon et partout ailleurs (A. M. Dijon, H 259).

33 Ainsi Vincent Jehannin, marchand d’Angers, entre 1487 et 1491.

34 A. M. Angers, BB 6, f° 34v°—35r°.

35 A. N., Zla 32, f° 40r°.

36 A. M. Lyon. CC 476, n° 30, 32, 36 et 38.

37 150 l.t. plus 10 % pour la mouture : 165 l.t. (en 1480, à Reims, 20 s. p. pour moudre 172 s. p. de froment et de seigle : A.M. Reims, Compte des deniers patrimoniaux 478, f° 127 sq.).

38 A. M. Dijon, H 259.

39 Ibid. et A. M. Reims, Compte des deniers patrimoniaux 478, f° 127 sq.

40 A. M. Troyes, BB 5 (1479).

41 Ibid. : exemple d’un commis de la ville passant 59 jours à distribuer les vivres.

42 Parfois, vente « en gros » à des « marchands suivant l’ost » qui se chargent ensuite d’écouler les vivres au détail (A. M. Reims, Compte des deniers patrimoniaux 428, f° 177—196). Achat par la ville de Dijon de « paires de mesures de bois tant pintes, pintatz que chauveaulx a vendre vin en detail qui ont esté baillés a pluseurs et diverses foiz a ceulx qui ont eu charge de vendre lesdits vins » (A. M. Dijon, H 259, f° 16v°).

43 A. M. Amiens, BB 11, f° 96v°—97r°.

44 « De XX pains, I pain°» (ibid., f° 5v°) ; pour 169 « trezennes » de pain, le droit des prévôts s’élève à 10 treizanes (A. M. Lyon, CC 476, n° 36) ; pour la vente de 322 l. 7 s. 6 d. t. de marchandises, le prévôt des maréchaux reçoit, en 1480, 10 écus d’or (ibid.).

45 A. M. Troyes, BB 5.

46 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 3—5, n° 226 et p. 116—117, n° 295.

47 A. M. Amiens, BB 11, f° 96v°—97r° : « chaque pipe de vin mené a l’estaple » (1477) ; B. N., fr. 8)269, f° 356—360 : « S’ensuivent les lieux ou les estappes des vivres de l’armée de Bretaigne pourront estre » (1491) ; cf. aussi Lettres de Charles VIII, t. I, n° 145, p. 234.

48 « Aussi doibt ledict prevost sçavoir et cognoistre les marchants qui sont en toutes villes voysines et portent vivres en l’host, affin qu’il s’asseure d’eulx, et que l’on ne demeure point sans vivres, et doibt tousjours savoir dont vivres leur peuvent venir°; et s’il y a quelque apparence d’en avoir faulte, il en doibt advertir le mareschal de bonne heure pour y pourvoir, soit pour envoyer lettres de commandement ou autrement es villes voysines pour contraindre les marchants d’en amener°; et aussi si c’est en lieu dangereux, doibt pourchasser de leur faire avoir bonne conduite a pied et a cheval, selon que le lieu le requerra ; et de tout ce, doibt ledict prevost avoir soing » (Clèves, Instructions, p. 44).

49 B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n° 10 : « Bastille au port de Messac au païs de Bretaigne pour garder les vivres qui venoient de Redon audit Messac pour l’advitaillement de nostre ost ».

50 A. M. Lyon, CC 454, n° 34. « Soixante dix aulnes de toilles... dont l’on a faicte cinq couvertes pour covrir le pain que l’on menoit... affin que la pleve ne le gastast et que l’on n’en desrobat » (A. M. Dijon, H 259, f° 16v°).

51 A. M. Troyes, BB 5.

52 Chevannes, Les guerres en Bourgogne de 1470 à 1475, p. j. 21, p. 274—276.

53 « Pour continuer l’advitaillement est besoing et chose neccessaire avoir le nombre de LX charroys de chevaulx car le charroy de beufz ne fait nulle dilligence et n’y pourroit fournir°» (La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 240—241, n° 214).

54 « Semble a tous messrs les barons et capitaines de par deça que vous devez doubler le charroy afin que, quant l’un yra, que l’autre vieigne, et s’il n’y avoit que cellui qui est devant qu’il fust alé et venu, nous aurions grant necessité » (Gilbert de Montpensier à Charles VIII, 18 août 1488 : B. N., n. a. fr. 1232, f° 185—186, n° 82). Pour assurer le transport des vivres de l’étape jusqu’à l’armée, on pouvait réquisitionner des « charrois » dans un rayon de quelques lieues (La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 240—241, n° 214).

55 A. M. Troyes, BB 5.

56 A. M. Reims, Conclusions du conseil 32, f° 56r°.

57 Ibid., Compte des deniers patrimoniaux 478, f° 127 sq.

58 A. M. Dijon, H 259.

59 30 000 hommes : A. M. Angers, BB 5, f° 31v° (lettre des commissaires du roi sur le fait des vivres) ; 50 000 hommes : B. N., fr. 8269, f° 356—360. Il faut compter sur ce total une moitié de combattants seulement.

60 Cf. Fourquin, Les campagnes de la région parisienne, spécialement p. 105 sq, et R. Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle. Paris, 1959.

61 Outre l’ouvrage cité de Fourquin, cf. Micheline Baulan et Jean Meuvret, Les prix des céréales extraits de la mercuriale de Paris, 1520—1698, t. I, Paris, 1960, planches I et II.

62 B. N., fr. 8269, f° 356—360.

63 A. M. Périgueux, CC 91.

64 B. N., n. a. fr. 7639, f° 19 sq.

65 A. M. Lyon, CC 476, n° 36.

66 Commynes note la supériorité des Italiens en matière de ravitaillement des armées (Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 272—273).

67 Plus exactement, il semble que, du règne de Philippe le Bel à celui de Philippe de Valois, la monarchie ait fait appel à de nombreuses régions du royaume pour assurer le ravitaillement de ses armées, puis il y eut une longue période où les régions voisines du théâtre d’opérations furent sollicitées. L’entreprise de Louis XI et Charles VIII reprend ainsi une tradition longtemps négligée (cf. pour l’époque de Philippe le Bel le document publié dans Notices et extraits des manuscrits, t. XX2, p. 158—160).

68 G. Zeller, La réunion de Metz à la France, Strasbourg, 1926, t. II, p. 325 sq. En Angleterre à la fin du 16e siècle, pratiques analogues à celles en usage dans la France de Louis XI ou de Charles VIII : d’une part, proclamations royales prescrivant aux professionnels de l’alimentation ainsi qu’à l’ensemble des sujets de pourvoir les armées en bière, pain et autres denrées pour l’alimentation des hommes et des chevaux à un prix raisonnable (utilisation du droit royal de pur-veyance) ; d’autre part, recours à la libre entreprise par le moyen de contrats commerciaux ordinaires (Cruickshank, Army Royal, p. 60—61).

Table des illustrations

Titre Carte 4. Le ravitaillement des armées de Louis XI (1480)
Légende (Source B.N., Clair. 972. f 1a 9 )
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 1.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search