Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Quatrième partie. Les débuts de l'armée d'ancien régime (1445-1494)

Chapitre X. L’armée du Roi de France : vue d’ensemble

Texte intégral

1Lorsqu’en 1445, mettant à profit les trêves conclues l’année précédente avec les Anglais, l’entourage politique, militaire et financier de Charles VII, réuni à Nancy, entreprit, à l’instigation de Pierre de Brézé ou du roi René, la réforme de l’armée royale, il jeta les bases d’une organisation nouvelle qui, dans ses grandes lignes, resta inchangée au moins jusqu’au milieu du 16e siècle.

  • 1 Un document de 1463 fournit l’« estat de l’ordinaire et extraordinaire, oultre le paiement des lan (...)

2Au sein de cette armée, la distinction primordiale est celle qui oppose les troupes permanentes, servant le roi en temps de paix aussi bien qu’en temps de guerre, en période d’activité militaire aussi bien que dans les longs mois de repos de la mauvaise saison, soldées par conséquent tout au long de l’année, aux éléments non permanents que le souverain engage ou mobilise seulement lorsqu’un danger extérieur se précise ou que lui-même a l’intention de faire la guerre, et qui ne sont payés que pour les quelques mois de campagne effective. A ces deux catégories, correspondent les deux notions « d’ordinaire » et « d’extraordinaire » des guerres qui, commençant à apparaître sous Louis XI, se précisent sous Charles VIII, pour devenir classiques au 16e siècle1.

A. LES TROUPES PERMANENTES

  • 2 Cf. L’ordonnance du 2 novembre 1439, rédigée à la suite de la réunion des trois états à Orléans : (...)

3L’essentiel des troupes permanentes est constitué par ce qu’on appelle « l’ordonnance » ou, à la fin du 15e siècle, « les ordonnances du roi ». L’expression évoque le fait qu’à l’origine, certains chefs furent « ordonnés » ou désignés par Charles VII pour être retenus à son service ; par ce choix, le roi les reconnaissait, les avouait comme les seuls capitaines des compagnies de gens de guerre qui formaient son armée, les autres, privés de toute autorité publique, devenant de véritables hors-la-loi2.

La grande ordonnance

  • 3 On parle également de « grande » et de « petite retenue » (B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 173 (...)
  • 4 Cette ordonnance se situe entre celle du 9 janvier 1445, rendue à Nancy (publiée par Tuetey, Les E (...)
  • 5 L’expression « lance fournie » est celle couramment utilisée en France. En Bretagne (Morice, Preuv (...)
  • 6 On trouve plus fréquemment, dans les textes du temps, « coustilleur » que « coustillier », mais, l (...)
  • 7 Cosneau, Richemont, app. LXXXIV, p. 610.
  • 8 Chron. Mont-Saint-Michel, t. I, p. j. XLII (1424) et CXV (1430). Le rapport habituel dans l’armée (...)

4Dès 1450, c’est-à-dire dès la reconquête de la Normandie, la distinction apparaît entre la petite et la grande ordonnance3. Cette dernière expression servit à désigner les compagnies de cavalerie destinées à faire campagne, tandis que la petite ordonnance fut formée par les troupes de garnison. C’est sans doute seulement de la première que s’occupait la célèbre ordonnance perdue de 1445, qui énumérait les chefs de guerre retenus par le roi4. Le même acte définissait également la lance fournie ou garnie, composée de six hommes et de six chevaux5 ; la pièce maîtresse en était l’homme d’armes, combattant avec la lance et l’épée, protégé par une armure complète, le harnois blanc, disposant de deux aides : un coutillier ou coustilleur6 et un page. A ces trois hommes, devaient nécessairement s’adjoindre deux archers à cheval qu’assistait un valet ou un page7. Ainsi, la lance fournie réunissait dans une même unité, sinon tactique, du moins administrative et sociale, des éléments militaires qui, auparavant, étaient comptés séparément. Elle permit d’établir, sur le modèle anglais8, un rapport constant entre gens d’armes et gens de trait. Elle traversa sans changement toute la seconde moitié du 15e siècle ; son existence fut dès lors tenue pour si naturelle que lorsque les documents parlent seulement de lance, il s’agit, normalement, d’une lance fournie.

  • 9 Toutefois, en 1471, Charles de France, frère de Louis XI, alors duc de Guienne, mande à son consei (...)
  • 10 Haynin, Mémoires, t. II, p. 165.
  • 11 Bouvier, « Le recouvrement de Normandie » dans Stevenson, Narratives of the Expulsion of the Engli (...)
  • 12 Guillaume, Hist. organisation militaire, p. 191. Un gorgerin, ou gorgière, est une pièce de maille (...)
  • 13 Lot, L’art militaire et les armées, t. II, p. 117 ; Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingin (...)
  • 14 B. N., fr. 21451, f° 309—318.
  • 15 Bretagne : Morice, Preuves, t. II, col. 1322—1326 ; Bourgogne : La Barre, Mémoires pour servir à l (...)

5Combien ce groupe de six cavaliers comprenait-il de combattants véritables ? Trois seulement, si l’on ne retient que l’homme d’armes et les deux archers, ou quatre, si l’on inclut le coutillier. Dans les montres ou revues de la seconde moitié du 15e siècle, le nom du coutillier n’apparaît pas, comme s’il était inutile de connaître l’identité de ce simple auxiliaire9. Toutefois, le coutillier était plus qu’un valet de guerre ; il pouvait avoir, à l’occasion, un rôle militaire actif. Opposés à l’armée française dans la région de Corbie, en février 1471, les Bourguignons, afin de paraître plus nombreux, placèrent leurs coutilliers « en bataille et en ordonnance », mêlés aux hommes d’armes10. Selon le Héraut Berry, il fut prévu, dès l’apparition de l’ordonnance du roi, que les coutilliers seraient protégés par une brigandine, un jaque ou un haubergeon et armés d’une hache ou d’une guisarme11. Le règlement militaire édicté en 1473 par Charles le Téméraire, à Saint-Maximin de Trèves, fixait avec la plus grande minutie, l’équipement du coutillier ainsi que le prix de son cheval : il serait protégé par une brigandine, ou un corset « fendu sur le costé a la manière de Alemaigne », un gorgerin et une salade. Ses armes offensives comporteraient la javeline, l’épée et la dague longue « tranchant a deux costez ». Son cheval ne coûterait pas moins de 25 écus12. Au cours du combat que les Bourguignons livrèrent et gagnèrent, sous Neuss assiégée, contre les troupes impériales, le 28 mai 1475, les coutilliers furent incorporés dans les lignes de bataille, comme ils le furent encore, au témoignage des envoyés du duc de Milan, dans le dispositif prévu par Charles le Téméraire après sa défaite de Grandson13. Un document de 1468, énumérant les 950 lances destinées à demeurer auprès du roi, signale qu’elles formaient au total une force de 3 800 combattants, soit quatre combattants par lance14. Enfin, en France aussi bien qu’en Bretagne et en Bourgogne, on pouvait servir dans le ban et arrière-ban en qualité de coutillier : incontestablement les nobles qui portaient ce qualificatif étaient comptés parmi les combattants15.

  • 16 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 449—453, d’après A. N., JJ 193, n° 73.
  • 17 Commynes, Mémoires, éd. Lengley-Dufresnoy, t. III, p. 482—483.

6Mais la lance fournie, composée ainsi de quatre combattants, a-t-elle toujours réellement respecté ce chiffre théorique ? Dans quelle mesure, d’autre part, le nombre de lances soldées par le roi a-t-il correspondu à celui dont il pouvait réellement disposer ? Il semble de toute évidence trop avantageux pour le chef d’une lance fournie d’entretenir moins d’hommes qu’il ne le doit, pour le capitaine d’une compagnie de se faire verser les gages de lances qui n’existent que sur le papier ou le parchemin de la montre destiné à la comptabilité du trésorier des guerres, pour penser que ces fraudes ne se pratiquaient pas. Les lettres de rémission accordées en 1451 à Charles de Culant fournissent les motifs de sa disgrâce : capitaine d’une compagnie de cent lances depuis 1445, logée en Berri et en Limousin, il avait à plusieurs reprises cassé des hommes d’armes entre deux revues consécutives, puis les avait rétablis, confisquant ainsi à son profit leurs gages pour un ou deux mois. Durant la conquête de la Normandie, aux montres ou revues passées à Jumièges et à Harfleur, il présenta des francs-archers et des valets de guerre comme s’ils étaient les archers de sa compagnie. Sur cent hommes d’armes qu’il devait tenir sous sa charge, il lui en manquait régulièrement dix. Son lieutenant et neveu, Georges de Sully, commettait les mêmes fraudes : il recevait les gages de plusieurs archers fictifs, prétendant qu’ils demeuraient constamment « en sa maison »16. En 1476, un autre chef de guerre, Joachim Rouaut, maréchal de France, connut à son tour la disgrâce : sur ordre de Louis XI, il fut jugé, dépouillé de ses biens, condamné à l’écrasante amende de 20 000 1.t., pour un temps enfin jeté en prison ; parmi les charges retenues contre lui, se trouve celle d’avoir fait faire plusieurs montres des gens de guerre qu’il avait sous ses ordres, contenant des « noms et personnes supposées »17.

  • 18 Lettres de Louis XI, t. X, p. 376—377, n° 2091.
  • 19 Après la réforme de 1445, des hommes de guerre suivirent longtemps, à leurs dépens, des capitaines (...)
  • 20 Cosneau, Richemont, app. LXXXIV, p. 610. Bouvier, « Recouvrement de Normandie », p. 406—407.
  • 21 1462 : Lettres de Louis XI, t. II, p. 92, n° 59.
    1474°: Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 306.
    1475 (...)
  • 22 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.
  • 23 A. M. Troyes, A 2, f° 30r°.
  • 24 L’expression fut aussi employée par l’administration militaire de la Normandie lancastrienne : Chr (...)
  • 25 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 76—77, n° 267. Cf. aussi B. N., fr. 1246, f° 19v° sq. : « Plus, (...)

7Des pratiques de ce genre ont existé de façon chronique18. Toutefois, on peut croire que les hommes d’une compagnie, qui n’avaient pas tous intérêt à voir diminuer les effectifs réels par une opération dont ils ne recevaient pas le bénéfice, étaient susceptibles d’exercer un certain contrôle, une certaine pression morale, ne serait-ce qu’afin de rendre service à tel parent ou ami attendant la première place vide pour être admis dans l’ordonnance du roi19. Par ailleurs, un risque inverse existait : celui de voir la lance fournie s’alourdir de toute une suite d’auxiliaires encombrants et inutiles qui, trop nombreux pour pouvoir vivre des gages alloués par le roi, pratiqueraient, aux dépens de ses sujets, la rapine et le pillage. Or, une semblable inflation n’a cessé d’être dénoncée à travers le demi-siècle. L’un des soucis de l’ordonnance de 1445 fut d’éliminer ces gens de néant, ce fretin, cette coquinaille, une dizaine de parasites parfois — hommes ou femmes — pour un seul combattant20. A plusieurs reprises par la suite, les ordonnances et instructions royales recommandèrent de ne pas dépasser le chiffre de six hommes et de six chevaux par lance. Puis, on toléra un septième cheval pour les bagages21. En 1484, le roi en vint à permettre à la lance fournie de compter jusqu’à huit chevaux, en accordant même dix ou douze au lieutenant de la compagnie22. Lorsque les villes devaient loger une troupe de gens de guerre, elles craignaient en général de voir s’introduire dans leurs murs un nombre d’hommes et de chevaux supérieur à celui auquel les obligeaient les ordres du roi23. En fait, le souverain redoutait surtout qu’un homme, avant d’être passé en revue, n’empruntât pour un jour ses chevaux et son équipement. Telles sont les fausses postes dénoncées depuis le milieu du 14e siècle par les règlements militaires24. Je conclurais volontiers qu’en temps de paix aussi bien qu’en temps de guerre, si le nombre des hommes et surtout des chevaux, dans une compagnie, était plutôt supérieur au maximum autorisé, en revanche celui des combattants équipés convenablement était dans l’ensemble inférieur — mais dans quelle proportion ? — aux effectifs théoriques25.

  • 26 Basin, Hist. Ch. VII, t. II, p. 18 ; cf. aussi Escouchy, Chronique, t. I, p. 55 et Auvergne, Les V (...)
  • 27 A. N., Zla 18, f° 119v°.
  • 28 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 333 et 381. 1 500 lances et 6 000 archers, ou 1 500 lance (...)
  • 29 Hist. Languedoc, t. XII, col. 9—12, n° 5.
  • 30 A.N., 1 AP 177.
  • 31 Répartition géographique :

8Si l’on avait conservé le texte de l’ordonnance initiale de février ou mars 1445, on pourrait aisément connaître le nombre des lances fournies et celui des compagnies prévues à cette date. En son absence, on ne peut tout d’abord que se référer aux chiffres cités dans les textes narratifs du temps, qui fournissent celui de 1 500 lances. Thomas Basin précise même qu’elles étaient réparties en quinze compagnies d’égale dimension26. 1 500 lances : c’est encore le chiffre avancé par un avocat de Senlis, dans une plaidoirie prononcée devant la Cour des aides, en 1449, comme s’il s’agissait d’un fait de notoriété publique27. C’est celui que citèrent les députés des trois états réunis à Tours en 1484, quand ils demandèrent qu’on en revînt aux effectifs du temps de Charles VII28. En revanche, un acte royal, en date du 25 avril 1446, évoque la nécessité d’entretenir, jusqu’à la conclusion de la paix, 1 500 lances pour la Languedoïl et 500 pour la Languedoc, sans compter les troupes établies aux frontières de Normandie et de Guienne29. En 1444, un premier projet, qui ne fut pas exécuté, prescrivait la création de treize compagnies d’ordonnance sous seize capitaines — certains d’entre eux se partageant le commandement d’une compagnie — auxquelles devait s’ajouter une quatorzième unité, pour la garde du corps, confiée à quatre chefs de guerre : en tout 1 400 lances fournies30. Pour la période 1446—1449, on connaît la répartion géographique de 896 lances. Si l’on compare ce chiffre à celui que fournit un document financier de 1478, indiquant, dans les mêmes régions, le total de 744 lances, si l’on considère d’autre part que, pour l’ensemble des provinces où des lances furent logées dès avant 1449, le second document indique le chiffre de 1 480 lances, on peut penser que dans les premières années de l’ordonnance du roi, l’effectif s’éleva, en une ou plusieurs étapes, à environ 1 800 lances fournies31.

  • 32 B. N., fr. 20692, f° 188v°—193r° et 23271, f° 527—535. Sur les tentatives de diminution, cf. Basin (...)
  • 33 B. N., fr. 6971, f° 239—243 et 6973, f° 91—96.
  • 34 A. D. Isère, B 2904, f° 233v° et 237r°. Stein, Charles de France, p. 148 sq.
  • 35 A. M. Troyes, F 132.
  • 36 B. N., fr. 20485, f° 89.

9C’est à ce niveau qu’a dû se situer l’ensemble des forces permanentes employées par Charles VII, entre 1450 et 1453, pour la reconquête de la Normandie et de la Guienne. Par la suite, les effectifs n’ont que très légèrement diminué : pas un instant, il ne fut question, en dépit de l’éloignement du danger anglais, de supprimer l’ordonnance du roi ; si, au moment de sa création, on avait tenu à faire croire aux contribuables que c’était là une mesure toute provisoire, en fait, il est probable que, minutieusement préparée et appliquée avec une étonnante maîtrise, elle avait bien dès cette époque, dans l’esprit des conseillers de la monarchie, un caractère quasi définitif. En 1461, le compte de l’unique trésorier des guerres, Antoine Raguier, donne un total de 1 729 lances, commandées par 34 capitaines, dont 8 seulement avaient la charge d’une compagnie de 100 lances. La même année, l’avènement de Louis XI apporta de profonds changements dans le commandement, le nombre des compagnies fut réduit à 23, dont 12 de 100 lances, mais en dépit des tentatives pour obtenir leur diminution, les effectifs restèrent identiques32. Ni la conquête du Roussillon, l’année suivante, ni la guerre du Bien Public, en 1465, n’entraînèrent d’augmentation notable de la cavalerie permanente : en 1464, on comptait 1 706 lances, en 1466, 1 76533. Pourtant, le traité de Saint-Maur, du 29 octobre 1465, aurait pu provoquer d’importants bouleversements dans le domaine militaire : accordant au frère du roi, Charles de France, l’apanage de Normandie, il retirait ainsi à Louis XI une province qui fournissait la solde et le logement d’environ 600 lances destinées à sa défense. Mais, dès la fin de l’année, la Normandie fut reprise par le roi et Charles de France chercha refuge auprès du duc de Bretagne. Louis XI profita simplement de cette perte très momentanée pour imposer au Dauphiné, jusqu’alors privilégié, le payement de cent lances fournies34. En 1468, à l’occasion sans doute d’une démonstration militaire contre la Bretagne, et surtout à la suite de l’entrevue de Péronne qui lui révéla l’ampleur des ambitions bourguignonnes, Louis XI décida d’augmenter de 300 le nombre de ses lances fournies35. Aussi, en 1470, au moment où commença la lutte ouverte contre Charles le Téméraire, bien qu’en cédant la Guienne à son frère, il lui eût abandonné les ressources fiscales et militaires de cet apanage36, Louis XI disposait-il de 1 990 lances.

  • 37 Morice, Preuves, t. III, col. 265—266.
  • 38 B. N„ fr. 20498, f° 106—109.
  • 39 Dès 1426, Charles VII demande au roi de Castille le secours de « IIm hommes d’armes bien montez et (...)
  • 1
  • 41 Calmette et Périnelle, Louis XI et l’Angleterre, p. 169.
  • 42 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 68. B. N., fr. 21499, n° 281. Ces troupes appartenaient à « l’or (...)
  • 43 B. N., p. o. 513, dossier Briçonnet, n° 19.
  • 44 B. N., fr. 2906, f° 49—50.

10Désormais la grande ordonnance ne cessa de croître. En 1472, le roi récupéra la majorité des troupes soldées par Charles de France37. En 1473, aux 2 094 lances et demie ordinaires, il ajouta d’un coup 415 lances extraordinaires38. Cette même année, le Roussillon avait été repris aux Français par Jean II d’Aragon. Aussi Louis XI, envisageant une contre-offensive, qui, de fait, se déclencha en décembre 1474, prit-il à son service, au mois d’avril, un aventurier italien, Boffille de Juge, qui avait déjà combattu sous Jean de Calabre, fils de René d’Anjou, lorsqu’en 1458, il disputait Naples à Ferrant d’Aragon ; Louis XI confia à ce capitaine le soin de recruter, principalement en Italie et en Catalogne, 200 lances dites « à la mode d’Italie » réparties en deux compagnies. L’originalité de ces nouvelles troupes venait de ce qu’elles ne comprenaient pas d’archers mais, pour 100 lances, 100 hommes d’armes disposant chacun de trois ou quatre chevaux, une vingtaine de genétaires, sorte de cavalerie légère montée — d’où leur nom —sur des genets d’Espagne39, enfin une douzaine de « coustilleurs maistres », combattant aussi à cheval40. Face à la coalition anglo-bourguignonne qui s’était nouée contre lui, le roi de France, dès le début de l’année 1475, décida d’augmenter d’un millier le nombre de ses lances41. Mais l’accord de Picquigny, conclu le 15 août, ayant écarté le danger anglais, Louis XI put congédier une partie des troupes nouvelles, y compris sans doute plusieurs bandes de genétaires et de lacais qu’il avait disposées en Champagne l’année précédente42. En dépit de cette démobilisation, les compagnies étaient cette fois trop nombreuses pour que leur contrôle et leur payement pussent être assurés efficacement par l’administration financière existante. Aussi, mettant à l’écart son trésorier des guerres, jusqu’alors unique, Noël le Barge43, Louis XI dédoubla-t-il sa fonction, la confiant à deux nouveaux trésoriers, Guillaume de la Croix et Denis le Breton. Ceux-ci, au début de 1476, devaient payer 2 846 lances, réparties en 40 compagnies44.

  • 45 Morice, Preuves, t. III, col. 324—325. Il s’agit du compte de Guillaume de la Croix qui, pour la s (...)
  • 46 B. N., fr. 2906, f° 17 et 26r° et 2908, f° 44—45.
  • 47 Ibid.
  • 48 Molinet (Chron., t. I, p. 304) énumère les capitaines des compagnies françaises, dont les noms se (...)
  • 49 B. N., fr. 26098, n° 2020.
  • 50 B. N., lat. 5414 A, f° 143—144.

11Aussitôt qu’il eut appris la mort du Téméraire, survenue sous Nancy le 5 janvier 1477, Louis XI lança son armée à la conquête de la Bourgogne et de l’Artois. Il espérait une campagne facile : mais la résistance des Flamands, le soulèvement des Bourguignons mécontents de l’occupation française, bientôt surtout le mariage de Maximilien d’Autriche avec Marie de Bourgogne, déterminèrent le roi à augmenter son armée : à partir du 1er juillet 1477, celle-ci compta mille lances nouvelles, réparties dans les compagnies déjà existantes qui comprirent donc désormais presque toutes 100 lances fournies45. Au début de l’année 1478, les effectifs montèrent ainsi à 4 142 lances. Pendant neuf mois, ils restèrent inchangés, mais à partir du 1er octobre, afin de dégager les sommes nécessaires au payement des Suisses, Louis XI cassa 1 000 de ces lances46. Au 1er janvier 1479, on ne comptait plus que 3 177 lances et 35 compagnies47. Sur ces compagnies, une vingtaine environ participèrent à la bataille de Guinegatte, livrée le 29 juillet48. Ce demi-échec ne découragea pas le roi ; en même temps qu’il poursuivait des négociations diplomatiques, il ne paraissait pas disposer à renoncer à l’usage des armes : en janvier 1482, on approchait de nouveau les 4 000 lances49. Même la paix d’Arras, conclue le 23 décembre, qui assurait à la France, outre la Picardie et la Bourgogne, l’Artois, la Franche-Comté, le Maçonnais et l’Auxerrois, c’est-à-dire la dot de la fiancée du dauphin, Marguerite d’Autriche, fille de Maximilien et de Marie, n’entraîna aucune démobilisation. Peut-être Louis XI avait-il l’intention de reprendre l’offensive contre le roi des Romains pour s’assurer la Flandre ; peut-être simplement craignait-il que le Habsbourg ne rompît son accord ? A sa mort, le 30 août 1483, la grande ordonnance comptait encore 3 992 lances fournies, réparties en 43 compagnies, à peu près 16 000 combattants50.

  • 51 Ibid. Estimation légèrement plus forte dans un document contemporain : « N’a esté mis sus pour le (...)
  • 52 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 312 sq.
  • 53 Lot, Recherches sur les effectifs des armées, p. 194.
  • 54 Ibid. et B. N., fr. 23267, f° 18 sq. qui indique, outre les 2 514 lances payées par les deux tréso (...)

12D’un seul coup, l’atmosphère changea. La masse des sujets, écrasée de taxes, fit connaître son sentiment. Sensibles à ce mouvement de l’opinion publique, Pierre et Anne de Beaujeu s’empressèrent de casser 1 500 lances, puis, dès avant de convoquer les états de Tours et de façon à impressionner favorablement les représentants des trois ordres, ils en licencièrent encore 400, en sorte que, au couronnement du jeune Charles VIII, le 30 mai 1484, il ne subsistait plus que 2 092 lances51. Lors des séances des états généraux, les gens du roi, après avoir fait clairement comprendre aux députés que leur incompétence leur interdisait de discuter ces chiffres, exposèrent que la sûreté du royaume exigeait 600 lances en Picardie, 700 en Normandie, 400 en Bourgogne, 400 encore en Guienne, 200 en Roussillon et Cerdagne, enfin 200 lances tenues en réserve pour parer à toute éventualité et assurer la sécurité intérieure52. Bref, ils demandaient aux états d’accorder un subside suffisant pour solder 2 500 lances. Ceux-ci ne se laissèrent pas convaincre par ce plaidoyer militaire. Ils finirent par accepter 2 000 lances, auxquelles, par un subterfuge administratif, on put ajouter les 200 lances du Roussillon : de fait, en 1485, la grande ordonnance compta 2 281 lances53. Mais dès l’année suivante, les hostilités contre Maximilien reprenaient, puis ce fut la série des campagnes bretonnes. La France se battait sur deux fronts, il fallut augmenter les effectifs : en 1486, on comptait 2 714 lances, 3  200 environ en 1489—1490, avec un nombre de compagnies plus important que sous Louis XI, puisqu’il dépassait la soixantaine54. Le rétablissement de la paix au Nord et à l’Est par le traité de Senlis conclu avec Maximilien en 1493, la solution qu’apporta au problème catalan le traité de Barcelone du 19 janvier 1493, par lequel Charles VIII cédait aux Rois Catholiques le Roussillon et la Cerdagne, la pacification de la Bretagne, réalisée dès 1492, diminuèrent les besoins militaires de la monarchie. Il est possible que quelques compressions d’effectifs auraient été alors réalisées si le voyage de Naples, dont les traités de 1493 constituaient le prélude diplomatique, n’avait requis, l’année suivante, un nouvel effort militaire.

  • 55 Paris, Chansons du xve siècle, p. 143, n° CXL.

13Ainsi les effectifs de cette cavalerie dite permanente furent sujets à d’importantes variations. Après s’être maintenus pendant 25 ans à un chiffre compris entre 1 700 et 2 000 lances, à partir de 1470, au gré des circonstances militaires et politiques, en fonction aussi des contraintes ou des possibilités financières, ils ont pu atteindre 4 000 lances, puis redescendre brutalement jusqu’à 2 300, pour remonter au niveau le plus élevé quelques mois plus tard. Mille lances cassées du jour au lendemain, mille lances créées, voilà des mesures qui, surtout à la fin du règne de Louis XI, ne sont pas exceptionnelles. Sans doute, par rapport aux efforts de recrutement qu’a connus à plusieurs reprises le monde contemporain, par rapport aux grandes mobilisations du 20e siècle, que peuvent représenter ces 6 000 cavaliers qu’on recrute ou qu’on renvoie, même si l’on tient compte du peuplement de la France à l’époque, même si l’on y ajoute les effectifs de l’infanterie qui, nous le verrons, ont connu des phases analogues de flux et de reflux ? Mais en pourcentage ces chiffres médiocres sont très importants : ils peuvent représenter jusqu’à 30 % de l’armée permanente ; de plus, ces variations affectaient spécialement la très petite minorité noble du royaume ; au sein d’un milieu restreint, elles pouvaient avoir de sérieuses conséquences économiques, sociales ou psychologiques. Du retentissement qu’avaient ces renvois massifs et rapides, une chanson55 de gens de guerre, datant des premiers temps du règne de Charles VIII, porte témoignage :

Nous n’y porteron plus d’espée
Ne hommes d’armes ne archers :
On nous a rougné noz quartiers ;
C’est grand pitié
Aux gens d’armes perdre soudée.
Nos lances s’y sont defferrées,
Noz espées n’ont point de pointe ;
Nous pillerons les gens partout ;
C’est grand pitié
Aux gens d’armes perdre soudée.
Nous crirons tous a la voilée :
Hee ! Noble roy, vous avez tort :
Vostre feu père qui est mort
Ne feist jamais perdre soudée.

  • 56 Cf. par exemple, les instructions de Louis XI, en date du 2 novembre 1475, au prévôt de Paris, lui (...)

14De semblables procédés n’ont pu que favoriser un recrutement hâtif, une démobilisation désordonnée, pleine de périls pour la sûreté du royaume. Car le danger était non seulement de voir naître des bandes armées sans aveu, des compagnies franches, d’une dimension certes inférieure à celles qu’avait connues le siècle précédent56, mais surtout que ces gens de guerre se missent au service d’une puissance étrangère ou même d’un grand seigneur français désireux de s’opposer à l’unité monarchique.

  • 57 Morice, Preuves, t. II, col. 1628—1629 et 1688—1690.
  • 58 Ibid., col. 1727. Le premier compte d’Olivier Baud, trésorier des guerres du duc de Bretagne, part (...)
  • 59 Ibid., t. III, col. 119—125,
  • 60 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 40.
  • 61 Morice, Preuves, t. III, col. 146—147, 238, 270—272 et 426—428. Dans ce total, je n’ai pas compté (...)
  • 62 La Borderie, Louis de la Trémoïlle, p. 48—49.

15L’importance numérique de la grande ordonnance, qui constitue cependant l’essentiel de l’armée permanente, peut paraître en valeur absolue bien médiocre. Mais qu’en est-il si on la compare aux autres forces permanentes entretenues par les États voisins ? Dans le duché de Bretagne, où le connétable de France, Arthur de Richemont, héritier présomptif de Pierre II depuis 1450, est devenu duc en 1457, certaines des réformes militaires françaises furent rapidement adoptées, en particulier la lance garnie, composée d’un homme d’armes et de deux archers, ainsi que la notion de gens de guerre de l’ordonnance57. Le 1er septembre 1456, Pierre II institua une force de 100 lances garnies, sous quatre capitaines qui tous, avaient déjà eu charge de gens d’armes, mais de façon jusqu’alors intermittente. Depuis 1461, il existe un trésorier des guerres58. A compter du 1er janvier 1465, François II décida d’entretenir pour 8 mois 400 lances, destinées à la « sûreté de sa personne et tuicion du pays »59. Ce fut là Sans doute le noyau des forces bretonnes — peut-être 800 lances en tout — qui participèrent à la guerre du Bien Public60. Il est probable que ces troupes ne furent pas toutes licenciées à la date prévue initialement : en 1466—1467, le duc disposait encore de 230 lances, en cinq compagnies, de 200 en 1471 et 1474, de 200 lances et 322 archers en 1482—1483, bref entre 5 et 10 % de la cavalerie permanente française sous le règne de Louis XI61. Par la suite, à partir de 1487, contre Charles VIII, le duc de Bretagne a pu doubler le nombre de ses lances fournies, mais au jour de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, il ne pouvait aligner que 400 lances bretonnes face aux 1 500 lances françaises ; la disproportion eût été écrasante sans le secours que lui apportèrent alors les Allemands, les Anglais, les Espagnols de Castille, les Gascons et les Navarrais d’Alain d’Albret — 40 % environ de ses forces62.

  • 63 Certains de ces projets dateraient de l’automne 1469 (lettre de Sforza de Bettini au duc de Milan, (...)
  • 64 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 271—284.
  • 65 Gachard, Documents inédits concernant l’histoire de Belgique, t. I, p. 221—222. Traduisant encore (...)
  • 66 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 285—294.
  • 67 La Marche, Mémoires, t. IV, p. 82.
  • 68 Lot, L’art militaire et les armées, t. II, p. 120.

16Voici maintenant l’État bourguignon à l’époque de Charles le Téméraire. En dépit de projets antérieurs63, c’est en juillet 1471 seulement que celui-ci décida, à l’imitation de la France, de « mettre sus » une ordonnance de 1 250 lances garnies, mais tandis que la lance française comptait 4 combattants, la lance bourguignonne, plus étoffée, devait comporter, outre l’homme d’armes et le coutillier, 3 archers à cheval et 3 hommes de pied : un cranequinier, un couleuvrinier et un piquenaire64. Effort d’une étonnante ampleur arraché aux états de Flandre par le duc à la suite d’une harangue sauvage, pathétique, qui lui permit de disposer d’un seul coup, sans même compter les fantassins, de 6 250 combattants à cheval, à une époque où Louis XI n’en avait que 8 00065. L’année suivante, Charles réduisit de 50 le nombre de ses lances66, mais en 1474, il les porta à 2 20067 : 11 000 combattants. L’égalité était maintenue avec la cavalerie française. C’est ici l’apogée de la puissance relative du Téméraire. A la suite du long et inutile siège de Neuss en 1475, à la suite de la défaite de Grandson, en 1476, il ne disposait, au mois de mai de la même année, que d’environ 6 000 combattants à cheval de l’ordonnance : à cette date Louis XI en avait le double68. Ainsi, pour s’en tenir aux deux États dont l’organisation militaire s’inspira, plus ou moins étroitement, du modèle français, l’un, la Bretagne, a possédé une cavalerie permanente somme toute négligeable par rapport à celle de son puissant voisin, l’autre, la Bourgogne, n’a connu des forces permanentes de même grandeur que pendant un court moment, de 1471 à 1475 environ.

  • 69 pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, p. 257—264. Il résulte d’une communiation de (...)
  • 70 Pieri, « Il Governo et exercitio de la militia di Orso degli Orsini ».
  • 71 Visconti, « Ordine dell’esercito ducale Sforzesco, 1472—1474 ».
  • 72 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 290.
  • 73 Machiavel, Œuvres complètes, p. 137—138 : « Rapport sur les choses de France, 1610 ».

17En Italie, qui allait devenir, à partir de 1494, le champ de bataille privilégié de l’armée française, ni Florence, ni l’état pontifical, ni même Venise, quoique à un moindre degré, n’ont connu de force armée permanente, sinon dérisoire69. Dans le royaume de Naples deux projets furent successivement mis au point : le premier, en 1443, sous Alphonse d’Aragon, prévoyait la création d’une force de 1 000 lances ; le second, en 1477, qui avait pour auteur Orso degli Orsini, duc d’Ascoli et comte de Nola, proposait à Ferrant la constitution d’une force de 2 000 lances. Mais les problèmes financiers étaient tels qu’aucun des deux ne fut réalisé70. Seul le duché de Milan disposait d’une cavalerie permanente notable, d’environ 1 000 lances sans archers71. C’est dire qu’à cet égard la France, bien qu’elle eût peut-être emprunté aux « seigneurs d’Italye » l’idée d’une cavalerie permanente72, possédait une suprématie décisive ; dans le domaine de la cavalerie lourde, comme le constatait Machiavel, au début du 16e siècle73, elle était bien la première puissance militaire de l’Occident.

Les mortes-payes

  • 74 L’expression la plus fréquente est « petite ordonnance » (cf. par exemple, B. N., fr. 25778, n° 18 (...)

18Sous les noms de « petites payes », « petites soldes », « petite ordonnance », « petite retenue », on désignait, dans les dix dernières années du règne de Charles VII, les troupes de garnison qui, installées en permanence, défendaient les provinces qu’on venait de reprendre aux Anglais, contre leur éventuel retour offensif74. Ce n’était pas là, à vrai dire, une innovation de la fin du règne : ces éléments n’ont fait que prendre la suite des establies qui, à travers toute la guerre de Cent ans, ont protégé les régions menacées, ont tenu la frontière, en occupant un réseau plus ou moins dense de places fortes. C’est de ces garnisons que se sont d’abord souciées les ordonnances royales qui, à partir de 1439, ont précédé et préparé la réforme décisive de 1445.

  • 75 Cosneau, Richemont, p. 644, app. CIV, qui date le document d’octobre 1452. L’expression est encore (...)
  • 76 Moriee, Preuves, t. III, col. 119—125.
  • 77 A. D. Isère, B 2904, f° 237r°.
  • 78 B. N., fr. 20498, f° 38—39 : 49 680 l. t. à Antoine Raguier, trésorier des guerres, « pour les mor (...)
  • 79 A ma connaissance, dernière mention de « petite ordonnance », le 5 avril 1476, dans une revue des (...)

19Destinées à résider toujours dans un lieu donné et à ne pas participer aux campagnes militaires actives, ces troupes de place, à cause sans doute de leur immobilité, ont été rapidement désignées dans le langage courant sous le nom de « gens de guerre à la morte paye », ou, plus simplement, de « mortes-payes ». L’expression se rencontre dès 145275 ; en 1464, elle est employée — preuve de sa diffusion — dans un compte du trésorier des guerres du duc de Bretagne76 ; Louis XI l’utilise en 1465 dans une lettre adressée aux Dauphinois77 ; mais le hasard de la documentation ne la laisse apparaître qu’en 1468 dans les documents de l’administration française78. Par la suite, elle devint de plus en plus fréquente et habituelle, éclipsant à partir de 1476 l’expression de « petite ordonnance », mais non celle de « petite paye », employée jusqu’en 1492 au moins79.

  • 80 Annexe VI D.

20De quelle sorte de combattants s’agit-il ? A l’origine, en 1450, un système comparable ou parallèle à celui de la grande ordonnance avait été adopté : une garnison était composée d’un certain nombre de lances fournies dont chacune comptait un homme d’armes et deux archers, tous à cheval. Mais l’homme d’armes n’avait pas à sa disposition de coutillier et devait se contenter d’un valet ou d’un page ; les deux archers, de leur côté, étaient censés n’avoir besoin d’aucun auxiliaire. Ainsi, alors que la lance fournie de la grande ordonnance comprenait 6 hommes et 6 chevaux, celle de la petite ordonnance n’excédait pas quatre hommes et quatre chevaux. Quant à la paye qui lui était accordée, elle était inférieure, dans une proportion semblable, à celle que recevait la lance fournie de la grande ordonnance80.

  • 81 Cosneau, Richemont, p. 644, app. CIV, d’après B. N., fr. 18442, f° 144 qui porte, en marge, les tr (...)
  • 82 L’éditeur de cette pièce, tirée du chartrier de Thouars (La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy, p. 69), (...)
  • 83 Des lances à pied sont déjà signalées dans les garnisons anglaises à l’époque lancastrienne : Chro (...)
  • 84 B. N., fr. 23267, f° 8 sq.

21Mais n’était-il pas absurde de confier à des cavaliers la garde de places dont, par définition, ils ne devaient pas bouger ? C’est pourquoi le pouvoir royal s’efforça très vite de transformer ces hommes montés en gens de pied. Dès octobre 1452, le connétable de France, l’archevêque de Narbonne et Dunois, commissaires du roi en Normandie, soumirent à Charles VII, par l’intermédiaire du bailli de Caux, Jean Havart, un rapport où ils lui proposaient que les archers de la petite ordonnance « n’aient nulz chevaulx » et que les hommes d’armes, à l’exception « d’aucuns qui prennent doubles paies ou qui ont charge de gens souz eulx » n’en aient qu’un. Le conseil du roi approuva ces projets, tout en ne faisant pas appliquer la diminution de solde que rendait possible cette transformation81. A la même époque, Charles VII, s’il autorisait le sénéchal de Guienne, Olivier de Coëtivy, à donner aux hommes d’armes gardant Bordeaux deux chevaux, l’un bon, l’autre moyen, prescrivait en revanche que leurs archers seraient à pied82. Il est donc probable que, dans les dernières années du règne de Charles VII, les troupes de garnison comprenaient un tiers seulement de combattants à cheval. Cette proportion devait encore diminuer par la suite. La grande majorité des nouvelles mortes-payes créées par Louis XI et Charles VIII ne comptait que des gens de guerre à pied, tandis que progressivement, non sans résistance sans doute car c’était là subir un incontestable abaissement social, les hommes d’armes des anciennes garnisons se résignèrent à servir sans monture83. L’expression de morte-paye désignait si naturellement des troupes à pied que lorsque vers 1486, on décida, pour la défense du Roussillon, d’y installer des garnisons de gens de guerre à cheval, en plus des mortes-payes qui s’y trouvaient déjà, on employa, pour les nommer, celle de petite paye84. Il a donc existé en France, pendant la seconde moitié du 15e siècle, une véritable infanterie permanente, mais qui n’a été qu’une infanterie de place.

  • 85 Normandie : Gruel, Chron. Richemont, p. j. XLVI, p. 279—281. Guienne : La Trémoïlle, Prigent de Go (...)
  • 86 A. N., K 70, n° 14, 14bis, 14ter, 15, 152—156, 23 et 23 bis (hommes de guerre sous Charles des Mar (...)
  • 87 Des mortes-payes sont encore signalées à : Bar-le-Duc, 1475—1483 (B. N., fr. 32511, f° 361v° et A. (...)
  • 88 A partir de 1489, Fougères (B. N., Clair. 237, n° 295) et Saint-Malo (B. N., fr. 25781, n° 46). De (...)

22A elle seule, la répartition géographique des mortes-payes indique leur rôle. Attestées à partir de 1451 dans la Normandie devenue française, à partir de 1454 en Guienne85, elles sont apparues entre 1463 et 1466 dans le Roussillon et la Cerdagne que venait d’annexer Louis XI86. Celui-ci, à partir de 1477, en installa dans différentes places de la frontière du Nord — Picardie et Artois — de la Bourgogne et de la Franche Comté87. Charles VIII enfin, au moment de la conquête de la Bretagne, fit occuper par ses mortes-payes un petit nombre de villes aux confins orientaux du duché88.

  • 89 Cf. par exemple :
  • 90 Cf. par exemple :
    Roussillon et Cerdagne
    1474 B. N., fr. 23263, f° 24 sq.
    1487 B. N., fr. 23267, f° 18(...)
  • 91 Ibid., 10369, f° 9—37.
  • 92 Ibid., 25781, n° 4 et 25780, n° 105.
  • 93 Masselin, Journal des Etats généraux, p. 332 sq.
  • 94 Picardie et Artois : B. N., fr. 23267, f° 18 sq. Bourgogne : B. N., n.a. fr. 20029, f° 36—41.
    Breta (...)

23Aussi les effectifs des mortes-payes ont-ils augmenté à plusieurs reprises. De 1451 à la fin du siècle, ils se sont maintenus aux alentours de 550 combattants en Normandie, de 350 en Guienne89. 300 mortes-payes sont attestées en Roussillon et Cerdagne à partir de 147490. Pour les autres zones frontières, la documentation est beaucoup plus médiocre. On sait que de 1480 à 1482 et sans doute jusqu’à la mort de Louis XI, l’année suivante, 1 500 mortes-payes ont assuré la défense du comté de Bourgogne contre les entreprises des Allemands de Maximilien91. Mais en Picardie, dans le duché de Bourgogne ? A cette époque, on peut seulement dire qu’il s’en trouvait92. Pour 1484, on peut tirer profit des indications fournies aux députés des états de Tours. A cette date, environ 6 000 mortes-payes étaient jugées indispensables à la sécurité du royaume, dont 2 920 pour la frontière du Nord, réparties, en particulier, à Boulogne, Ardres, Thérouanne, Aire, Arras, Abbeville, Béthune et Péronne, ce qui laisserait pour la frontière orientale — Bourgogne et Franche-Comté — 1 900 mortes-payes93. C’était là vraisemblablement un chiffre maximum, destiné à obtenir l’aide la plus élevée possible. En tout cas, entre 1485 et 1490, outre les garnisons de Guienne, de Normandie, de Roussillon et de Cerdagne, qui conservaient, à peu de chose près, leurs effectifs antérieurs, on comptait seulement 1 015 mortes-payes en Picardie et Artois, 754 en Bourgogne, 430 enfin, à partir de 1489, aux frontières de Bretagne94. Il est probable que les traités de paix de 1493 ont non seulement provoqué la disparition des mortes-payes dans les provinces cédées, le Roussillon, l’Artois, la Franche-Comté, mais également entraîné la diminution des garnisons aux frontières de Picardie et de Bourgogne, désormais consolidées.

  • 95 « Relazione di Francia di Zaccaria Contarmi » (Alberi, Relazioni degli Ambasciatori Veneti, t. XII (...)

24Ainsi les gens de guerre des places fortes, dont le nombre ne s’élevait, pour tout le royaume, qu’à 900 dans les dernières années du règne de Charles VII, devinrent sans doute 8 000 entre 1477 et 1483, puis redescendirent, vers 1488, à 3 400 ou 3 500. C’est dire qu’était très exagérée l’estimation fournie au gouvernement de la Sérénissime par les ambassadeurs vénitiens en 1492 qui estimaient à 16  000 le nombre des paghe-morte ou provvisionati dont disposait alors Charles VIII95.

  • 96 « Item les gens de la maison du roy qui seront bien IIe lances qui a III combatans pour lance, en (...)
  • 97 Présence des troupes de l’hôtel du roi, en juillet 1475, face aux Anglais (Lettres de Louis XI, t. (...)

25La maison du roi : garde du corps et gentilshommes de l’Hôtel Il semble qu’on puisse, sans parti pris, rattacher ce personnel à l’armée proprement dite. Son organisation rappelle en effet étroitement celle de l’ordonnance du roi ; il est composé de combattants96, qui, de nombreux exemples l’indiquent, ont fréquemment participé aux campagnes militaires97.

  • 98 A. N., 1 AP 177.
  • 99 B. N., fr. 32511, f° 104r°, 108v° et 121v°.
  • 100 A. N., KK 51, f° 123r° et 128.
  • 101 B. N., fr. 32511, f° 121r°. Le mot « cranequin », d’origine allemande, désigne un appareil destiné (...)
  • 102 A. N., KK 51, f° 123 sq. ; Baude (Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. (...)
  • 103 A. N., KK 51, f° 123 sq.

26En 1444, on l’a vu, une ordonnance de Charles VII prévoyait la création, pour la garde du corps, d’une compagnie de 100 lances et 200 hommes de trait98. Il n’apparaît pas que ce projet ait été réalisé. Il a existé seulement une compagnie d’Écossais qui, à partir de 1446, compta probablement 26 hommes d’armes et 78 archers99. Cette compagnie a subsisté pendant toute la fin du règne : en 1459, elle était forte de 31 hommes d’armes et de 76 archers, divisés en deux corps, l’un composé des hommes d’armes et de 51 archers, l’autre de 25 archers100. A côté d’eux, apparaissent, à partir de 1447, un groupe de 20 archers et de 4 cranequiniers101, qu’il faut assimiler aux 24 « cranequiniers allemans » signalés par Henri Baude, qu’on retrouve encore en 1459102. Enfin, un troisième groupe est composé de 24 archers, ceux-là français103.

  • 104 1453 : « A Mons. Loys de la Rochette, chevalier, conseiller et maistre d’hostel du roy, 907 l. 10 (...)
  • 105 Ibid., f° 252r° (1466) et 261v° (1467) ; ils sont 50 en 1469 (B. N., p. o. 1205, dossier Fortin en (...)
  • 106 Le 4 septembre 1474, Louis XI plaça Hector de Goulart, écuyer, son conseiller et chambellan, à. la (...)
  • 107 Hector de Goulart étant mort, Louis XI confia sa charge à Louis Malet de Graville qui, le 10 juin (...)
  • 108 B. N., Clair. 839. Telle est l’origine de la bande des Cent gentilshommes dits « à bec de corbin » (...)
  • 109 B. N., fr. 21448, f° 254—255r°. Il est probable que cette seconde bande des gentilshommes se confo (...)

27Il est possible que dès le règne de Charles VII, un certain nombre de gentilshommes ait été retenu au service du roi104. Telle serait alors l’origine des hommes d’armes de la compagnie du roi, qui apparaissent en 1466, pour devenir en 1467 les hommes d’armes de l’hôtel du roi, puis, à partir de 1471, les cent vingt gentilshommes de l’Hôtel105. On suit ces derniers jusqu’en 1474 : à cette date, Louis XI les transforma en une compagnie de cent lances fournies, sur le modèle des cavaliers de son ordonnance106. Mais l’année suivante, les archers de cette compagnie — à l’exception d’une quarantaine — lui furent soustraits, en sorte qu’elle devint essentiellement un groupement d’hommes d’armes107. Puis, en 1478, ces cent lances, désormais complètement privées de leurs archers, devinrent les 100 gentilshommes de l’Hôtel, dont on suit l’existence jusqu’à la fin du 15e siècle et au-delà108. Cependant, lors de la réorganisation de 1474, les 120 gentilshommes n’ont pas tous été incorporés dans la nouvelle compagnie ; le surplus a continué d’être retenu par le roi, mais formant un second groupe qui n’a cessé de croître dans les dernières années du règne de Louis XI : ils sont 33 en 1478, 44 l’année suivante, 51 en 1480, 62 en 1481. Puis, on les perd de vue : sans doute leur nombre a-t-il diminué avec les compressions d’effectifs qui ont accompagné le changement de règne, mais, s’ils n’ont pas tout à fait disparu, ils ont pu alors constituer le noyau de la seconde compagnie de cent gentilshommes créée par Charles VIII en 1491109.

  • 110 A la tête du premier corps, dès 1473 (B. N., fr. 32611, f° 333r°), Jean Biosset, écuyer, conseille (...)

28Quant aux gens de trait, leur nombre augmenta lui aussi dans de fortes proportions. A côté des 100 archers de la garde écossaise, il existe depuis 1466 au moins, un premier corps d’archers français au nombre de 100, puis un deuxième, au nombre de 200, issu des 100 lances fournies de 1474 ; à partir de 1491, un troisième corps, puis un quatrième, apparaissent, tous deux composés de 100 arbalétriers à cheval110.

  • 111 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 291.
  • 112 B. N., Clair. 838, f° 3 et fr. 32511, f° 187v° et 301v°.
  • 113 Stein, Charles de France, p. j. 139, p. 789—804.
  • 114 Morice, Preuves, t. III, col. 426—428.
  • 115 Arch. hist. Bretagne, t. II, p. 82—85.
  • 116 La Marche, Mémoires, t. IV et La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 355—365. Même (...)

29Résumons-nous : à la fin du règne de Charles VII, la garde du roi comprenait 31 hommes d’armes et 124 hommes de trait. A partir de 1473—1474, les forces de la maison du roi ont crû au même rythme que le reste de l’armée, en sorte que, dans ses dernières années, le soupçonneux Louis XI pouvait disposer, pour la sûreté de sa personne, des quelque 160 gentilshommes de son hôtel, de 400 archers et de 40 arbalétriers111. Ces chiffres se sont encore accrus en 1494. A cette force, s’ajoutèrent, dès le règne de Charles VII, quelques pièces d’artillerie qui accompagnaient le roi dans ses déplacements, dont un petit nombre de canonniers assurait le service112. Ce personnel nombreux se présentait donc comme une véritable petite armée, comptant, à la fin du 15e siècle, 1 000 combattants ; ceux-ci avaient les mêmes mœurs, les mêmes équipements que les gens de guerre ordinaires, ils s’exerçaient régulièrement au métier des armes ; même si une forte proportion d’entre eux était souvent absente de la cour, leur nombre a donné à l’entourage du roi un aspect martial et militaire qui n’a pas pu ne pas influer, de quelque manière, sur la politique de la monarchie. Ainsi après de modestes débuts sous le règne de Charles V, on assiste, dans la seconde moitié du 15e siècle, au rapide développement de ces corps où la noblesse de France tenait en si grand honneur de servir, de cette maison militaire du roi qui constitue l’un des piliers de l’institution monarchique sous l’Ancien Régime. Toutefois, l’importance accordée désormais à la garde du souverain n’est pas particulière à la monarchie française. C’est un fait général parmi les gouvernements du temps, traduisant peut-être la militarisation croissante du pouvoir. A la même époque, on la retrouve dans les autres États : en 1471, Charles de France, duc de Guienne, avait, pour la garde de son corps, 50 hommes d’armes et 46 archers113 ; en 1482, le duc de Bretagne disposait de 50 hommes d’armes, 12 coutilliers et 51 archers114, et en 1488 de 35 hommes d’armes, 34 coutilliers et 131 archers115. Mais l’exemple le plus frappant est sans doute celui de Charles le Téméraire : en 1474, on trouvait auprès de lui 70 chambellans, 70 hommes d’armes et 120 archers anglais, formant la Chambre ; quatre escadrons de 50 écuyers et 100 archers anglais chacun, qui constituaient les quatre Etats ; enfin 120 écuyers et 62 archers anglais, qui étaient affectés à la garde du corps. Bref, 1 160 combattants, le dixième de la cavalerie permanente dont disposait alors le duc116.

Canonniers et officiers ordinaires de l’artillerie

  • 117 Contamine, « L’artillerie royale française ».

30Numériquement, l’élément permanent de l’artillerie royale est dérisoire. En temps de paix, un personnel très peu nombreux suffit à assurer la surveillance et l’entretien des pièces et du matériel : boulets, poudre, chariots... Et si, en temps de guerre, le transport de l’artillerie et la mise en batterie exigent beaucoup de chevaux et une main-d’œuvre considérable, le roi les réunit au moyen de levées temporaires et exceptionnelles117. Son souci essentiel est d’avoir à sa disposition constante un petit nombre de techniciens consommés auxquels on donne les noms officiels de canonniers ordinaires, puis, vers la fin du 15e siècle, de canonniers et fondeurs ordinaires. Ces spécialistes, parfois d’anciens fondeurs de cloches, doivent en effet savoir fondre une pièce, mais aussi fabriquer de la poudre, selon les recettes traditionnelles qui, peu à peu, s’enrichissent et se perfectionnent, à partir des trois éléments de base : le charbon de bois, le salpêtre et le soufre. Il leur faut enfin posséder quelques rudiments de balistique.

  • 118 B. N., fr. 26092, n° 859 et n. a. fr. 21156, n° 58.
  • 119 Fawtier, « L’organisation de l’artillerie royale au temps de Louis XI » et B. N., n. a. fr. 21156, (...)
  • 120 Gandilhon, « Le personnel de l’artillerie royale »),

31L’état de la documentation ne permet d’évaluer le nombre des officiers et canonniers ordinaires de l’artillerie que pour deux années. En 1469, sous le maître de l’artillerie, Gaspard Bureau, se trouvent un garde de l’artillerie, un maître charretier, deux maîtres charrons et 40 canonniers, soit 45 personnes118, auxquelles il faut adjoindre une dizaine de spécialistes, à la tête desquels est placé Giraud de Samain, maître de l’artillerie du roi en Normandie119. En 1491, un compte de l’ordinaire de l’artillerie, qui, bien que très mutilé, fournit environ les neuf-dixièmes du personnel, énumère sous Jacques Galiot de Genouillac, maître et visiteur général de l’artillerie de France, 12 officiers, 31 fondeurs et canonniers, 81 canonniers, 22 aides-canonniers, un charpentier, 2 charretiers, 2 charrons, 4 déchargeurs, 2 forgeurs et un chirurgien, soit 159 personnes, 175 peut-être si l’on restitue hypothétiquement les lacunes120.

  • 121 Budget de l’artillerie :
    1463 : 4 829 l. t. (B. N., fr. 20492, n° 60).
    1469 : 5 108 l. 15 s. t. (ibid (...)

32Pour les autres années, on est réduit à utiliser la somme globale assignée, jusqu’en 1469 au maître de l’artillerie, ensuite au trésorier et receveur général de l’ordinaire de l’artillerie. On peut en déduire que de 1463, date à laquelle s’est conservé le premier budget de l’artillerie, à 1469, les effectifs ont progressé lentement, passant de 40—45 à 50—55 ; en 1473, l’augmentation est massive : on atteint désormais la centaine, puis 120 ou 130 en 1475—1476, 200 en 1483 ; après la mort de Louis XI se manifeste une légère chute des effectifs, qui se stabilisent alors aux environs de 175121.

  • 122 Sur l’artillerie royale dans la seconde moitié du 15e siècle, outre les articles de Contamine, Faw (...)

33Quelle que soit la médiocrité de ces chiffres, ils témoignent cependant, par leur progression inégale mais somme toute rapide, du rôle croissant qu’a joué l’artillerie dans la conduite de la guerre, surtout après 1470122.

Les bandes d’infanterie permanentes à la fin du règne de Louis XI : le camp du roi

  • 123 B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq. ; cf. aussi Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, (...)

34L’infanterie permanente dont on a pu déceler l’existence, sous le nom de mortes-payes, dès la fin du règne de Charles VII, était constituée de simples garnisons assurant la défense des places, mais nullement susceptibles de former une force utilisable dans une campagne militaire active. Dans ce cas, les troupes de pied, françaises ou étrangères, dont la monarchie se servait, étaient rassemblées et soldées juste au début des hostilités ; celles-ci arrêtées, on s’empressait de les licencier. Telle a été la règle pendant toute la seconde moitié du 15e siècle, à une exception près : dans les trois dernières années de son règne, Louis XI, introduisant ainsi une véritable révolution dans les habitudes du temps, entreprit de réunir et de solder en permanence des bandes d’infanterie. Un fait rend indubitable cette volonté d’innover ; alors qu’auparavant les gens de pied étaient payés pour un mois seulement, à compter du jour de leur montre ou revue, puis, de nouveau un autre mois, si la campagne se prolongeait, désormais, le roi entendit qu’ils le fussent comme son ordonnance, quartier par quartier c’est-à-dire tous les trois mois, le premier quartier de l’année partant du premier janvier123.

  • 124 Infra, p. 343.
  • 125 « Champ à combattre » : B. N., fr. 11663, f° 2r° (1468). « Camp » : Clèves, Instructions, p. 41. « (...)
  • 126 Le même système était employé par le duc de Milan, en 1472 (Visconti, « Ordine dell’esercito ducal (...)
  • 127 Escouchy, Chronique, t. I, p. 81.
  • 128 Clèves, Instructions, p. 41. Cf. aussi Cruickshank, Army Royal, p. 41—54.
  • 129 « Inventaire des livres trouvés dans la librairie de feu monseigneur de Raves-tain en sa maison de (...)

35A partir des premiers jours de 1481, Louis XI disposa ainsi de 14 000 hommes de pied : archers, mais surtout piquiers et hallebardiers124. Ces troupes étaient destinées au « champ de guerre » du roi. Par cette expression — on parle aussi de « champ de bataille », de « champ à combattre », de « pare » ou de « camp »125 — il faut entendre un système de clôture défensif, formé de chariots, de barrières, de taudis, c’est-à-dire de poutres et de planches de bois destinées à la protection des combattants, et, par extension, l’ensemble des hommes et du matériel qui pouvaient s’y mettre à l’abri. Il s’agit donc d’une sorte de forteresse, mais d’une forteresse ambulante, capable de suivre l’armée dans ses déplacements, rappelant le Wagenburg des guerres hussites, qui a pu servir de modèle126. Peut-être l’expression française tire-t-elle son origine du champ clos entouré de barrières — les lices — où se tenaient les participants des tournois, qu’on désigne également sous le nom de champ de bataille127 ? Le champ de guerre devint rapidement d’usage courant. Mettant par écrit, au début du 16e siècle, son expérience militaire, Philippe de Clèves, seigneur de Ravenstein, en fait la plus précise des descriptions. Installé près de la frontière, il sera clos de chariots, précédés au besoin d’un fossé, avec des demi-lunes garnies de pièces légères d’artillerie. Des barrières en protègeront les portes. A côté du « feu du guet » et de la tente où les guetteurs peuvent se retirer en cas de mauvais temps, il devra comporter une place d’armes assez spacieuse pour que les troupes à pied et à cheval puissent s’y mettre en ordre, si l’alarme est donnée. Près du logis du prince, se trouvera sa maison militaire. Au-delà, « mis par rues en ordre », des pavillons abriteront les corps de bataille. A l’une des extrémités de la place, se tiendront le maréchal de l’ost et le maréchal des logis, puis, un peu à l’écart, à l’abri des risques d’incendie, le maître de l’artillerie avec les poudres et le reste du charroi, enfin le capitaine des pionniers et ses gens. A l’autre extrémité, le prévôt des maréchaux, qui disposera d’une tente pour les prisonniers, le marché, le gibet, les hommes de l’arrière-garde128. Nul doute que cette évocation ait un caractère en partie théorique ; nul doute aussi qu’elle s’inspire des camps romains, dont Philippe de Clèves, qui possédait les œuvres de César et de Tite-Live dans la librairie de son hôtel de Gand129, n’ignorait pas le dispositif. Mais l’ensemble de ses Instructions sur le fait de la guerre correspond trop bien à ce que l’on sait par ailleurs pour qu’on puisse croire ici à une description purement fictive.

  • 130 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 285 ; Basin, Hist. Charles VII et Louis XI (...)
  • 131 Ibid., p. 274.
  • 132 B. N., fr. 32511, f° 277r°.
  • 133 Ibid., 11663, f° 2r°.
  • 134 En 1473, le capitaine du champ était Pierre Michel (B. N., fr. 20498, f° 109).
  • 135 B. N., p. o. 513, dossier Briçonnet, n° 19 et fr. 20498, f° 60r°.
  • 136 Perroy, « L’artillerie de Louis XI », p. 293.
  • 137 Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 352—354, n° XXIII.

36Dès après la demi-défaite de Montlhéry, copiant ce qu’on lui avait rapporté de l’armée bourguignonne130, Louis XI décida de créer un champ de bataille : il s’agissait d’un ensemble de pieux de bois enfoncés à intervalles réguliers, entre lesquels on plaçait des chaînes qui délimitaient une enceinte de 3 000 à 4 000 mètres de tour. Fabriqué à Montargis et dans la région en 1466131, le champ fut transporté l’année suivante par voie d’eau à Blois puis à Orléans132. En 1468, il se trouvait à Mantes où un certain nombre de manœuvres furent employés à le remettre en point133. Ce camp, dont un capitaine avait la charge134, était insuffisant : en 1475 Louis XI fit acheter 500 chariots et taudis « pour cloure ung champ de bataille »135. En 1477, il était à Orléans, d’où il partit pour la campagne d’Artois136. C’est en 1480 qu’apparaît le camp nouveau137. A l’origine, il devait probablement doubler le précédent, mais en 1481, il s’est sans doute fondu avec lui car on n’en trouve plus qu’un seul. Cette année-là, vers le 15 juin, il fut dressé dans la plaine située entre Pont-de-l’Arche et Pont-Saint-Pierre, en Normandie. Guillaume de Rouville, seigneur du lieu, fut indemnisé « pour récolte perdue ». Une fois le camp édifié — en quinze jours — Louis XI fit venir les bandes du maréchal d’Esquerdes et de Guillaume Picart, et les y fit tenir « l’espace d’ung moment », « pour sçavoir comment ilz se conduiroient dedans et pour sçavoir quelz vivres » leur seraient nécessaires. Puis il alla lui-même l’inspecter.

  • 138 B. N., fr. 10369, f° 40—50.
  • 139 Ibid., 23266, f° 18 sq.
  • 140 Récits concordants dans Commynes, Mémoires, t. II, p. 284—285 et Roye, Chron. scandaleuse, t. II, (...)

37Pour ce camp, le roi avait fait acheter 2 100 chevaux, 700 tentes et 700 chariots. Sur chacun de ces chariots, on avait fixé des banderoles aux armes du roi. Il existait quatre capitaines de la clôture du camp — un par côté sans doute — assistés chacun d’un lieutenant. Puis le camp fut démonté et dirigé vers la frontière du Nord. On fit construire une halle, à Abbeville, pour garder à couvert, durant la mauvaise saison, les tentes et les chariots de la clôture. Mais les officiers du camp, les pionniers — 2 360 en 1481138 — les charretiers, les chevaux, étaient retenus en permanence. Tout cela coûtait terriblement cher : en 1482, les gages des auxiliaires du camp montaient à 84 990 l.t., ceux des gens de pied à 610 171 l.t., en tout presque 700 000 livres139. En 1483, ils devaient s’élever à 827 660 l.t. A ces sommes, s’ajoutait le payement des 6 000 Suisses que, depuis 1480, Louis XI avait pris en permanence à son service : 432 000 l.t. en 1482 et encore autant l’année suivante140.

  • 141 Commynes, Mémoires, t. II, p. 284—285.
  • 142 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 345 sq.
  • 143 En 1485, Pierre-Louis de Valtan, un chef de guerre originaire de Catalogne, est « capitaine généra (...)
  • 144 G. Zeller, Institutions de la France au xvie siècle, Paris, 1948, p. 304.

38Un semblable effort militaire exigeait qu’on écrasât d’impôts une population d’autant plus mécontente que, comme pour les troupes de l’ordonnance, la conclusion de la paix d’Arras, en 1482, n’avait pas été suivie de la moindre diminution des effectifs de l’infanterie. Déjà en 1481, à l’occasion d’une attaque d’apoplexie que l’entourage royal avait espéré fatale à Louis XI, « plusieurs mandemens pour rompre » la « tres excessive taille et cruelle » destinée à financer le camp, avaient été ordonnés141. Aussi, quelques mois à peine après sa mort, licencia-t-on tous ces gens de guerre. A Tours, les représentants du souverain n’élevèrent qu’une voix timide pour défendre le camp du roi mais les députés, plus sensibles, on s’en doute, aux considérations financières qu’à la révolution militaire qu’avait réalisée Louis XI, refusèrent tout crédit dans ce domaine142. Seul le matériel subsista, plus ou moins à l’abandon143. Quand, à partir de 1486, Charles VIII demanda à ses sujets un nouvel effort financier destiné au payement des gens de pied — Suisses et Français — dont il comptait se servir, il reprit la forme traditionnelle de levées temporaires pour la durée d’une campagne. Il était réservé au 16e siècle d’établir en France une véritable infanterie régulière : ce furent les gens de pied de Picardie et de Piémont, ceux qu’on appelait les « vieilles bandes » par opposition aux « nouvelles bandes », périodiquement dissoutes et reformées144.

B. LES TROUPES NON PERMANENTES

39Dans la seconde moitié du 15e siècle, l’un des efforts de la monarchie fut d’organiser et de contrôler préventivement les gens de guerre dont elle comptait se servir en cas de besoin. Il s’est donc agi là d’une volonté manifeste de prévision, qui a affecté principalement deux catégories, l’arrière-ban et les francs-archers, mais qui s’est également étendue aux mercenaires étrangers, dont des traités d’alliances, assorties du versement de pensions à leurs chefs, garantissent la participation aux guerres du roi. Même pour ces auxiliaires, peu considérés mais indispensables, que sont les pionniers et les charretiers, un système est mis au point, intéressant l’ensemble du royaume, qui permet leur recrutement rapide et sûr, le moment venu. Bref, de véritables réserves sont alors apparues, qui ont l’avantage de coûter fort peu à l’État tout en lui assurant les renforts indispensables.

40On examinera plus loin la nature exacte de ces institutions. Il suffira ici de rechercher les types et le nombre de combattants que la monarchie pouvait obtenir grâce à elles.

Le ban et arrière-ban

  • 145 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 222—223.
  • 146 Cf. les montres et revues des nobles de l’arrière-ban : cf. par exemple, B. N., Clair. 237, n° 335
  • 147 Demi-lance : lance raccourcie qui, au lieu d’atteindre 3 ou 4 mètres comme celle de l’homme d’arme (...)

41Le premier de ces renforts est fourni par le ban et arrière-ban. Celui-ci, en France et en Bretagne, fournissait essentiellement des combattants à cheval, à la différence de la Bourgogne, où une forte proportion — presque le quart en 1472145 — est constituée d’hommes de pied. Parmi ces cavaliers, la distinction principale, celle en fonction de laquelle les papiers ou rôles des montres sont organisés, oppose les hommes d’armes, munis du harnois complet, disposant de deux ou trois chevaux et d’un ou deux auxiliaires, aux brigandiniers, moins sérieusement protégés et n’ayant avec eux, le plus souvent, qu’un seul cheval146. Parmi ces brigandiniers, on compte, dans des proportions qui varient selon les régions, des archers, des arbalétriers, des vougiers, des guisarmiers, des javeliniers, des demi-lances147.

  • 148 Infra p. 392.
  • 149 Le 18 avril 1465, par exemple, Guillaume Cousinot écrit au chancelier de France que « les nobles d (...)
  • 150 B. N., fr. 20487, f° 75. A la suite de Camille Favre, dans son introduction biographique au Jouven (...)

42Si l’on cherche à estimer l’importance des forces qui se trouvent ainsi à la disposition du roi, plusieurs difficultés se présentent. En premier lieu, il faut tenir compte des exemptions qu’accorde le souverain. En second lieu, il a pu y avoir une différence notable entre les éléments passés en revue au cours d’un contrôle préparant la mobilisation et ceux retenus réellement ensuite par le roi, soit que les défections les aient amoindris, soit encore qu’on n’ait conservé que les éléments militairement utilisables148. Enfin, même si à plusieurs reprises l’arrière-ban a pu être convoqué dans tout le royaume149, il semble qu’en fait on ait seulement procédé à des levées circonscrites, auxquelles échappaient, selon l’importance du péril, un nombre plus ou moins grand de provinces. Il reste qu’on a la preuve, pour certaines années, d’arrière-bans réunissant le tiers, la moitié ou même les deux tiers des forces disponibles ; en 1468 par exemple, contre François II, Charles de France et le duc de Bourgogne, Louis XI utilisa l’arrière-ban de Poitou, Saintonge, Angoumois, Touraine, Normandie, pays de France et de Caux, Chartrain, Beauce, Berri, Orléanais, Limousin et Montargis, de Dauphiné, de Bourbonnais et d’Auvergne, du comté de Nevers et autres seigneuries du comte, de Champagne : bref toute la noblesse de France sauf celle de Languedoc150.

  • 151 J’appelle ici « France utile » la France où le roi, sauf rébellion intérieure, pouvait en pratique (...)
  • 152 Les arrière-bans du Poitou, dont nous possédons les rôles pour 1467, 1488, 1489 et 1491, se situen (...)
  • 153 Infra, p. 392—397.
  • 154 B. N., Clair. 237, n° 333, 335, 337, 339, 341, 343 et 369 ; fr. 21502, n° 450 et 451.

43En extrapolant un certain nombre de données partielles, on peut penser que vers 1470, pour une France « utile » de 350 000 km2 environ, le roi pouvait disposer, à la limite, de 16 000 combattants, dont 2 500 hommes d’armes ayant un équipement comparable, quoique de qualité inférieure, à celui des gens de l’ordonnance151. Ainsi, à cette date, en excluant une masse de brigandiniers dont la valeur sur le champ de bataille pouvait être médiocre, il lui était loisible de constituer avec son arrière-ban un total de lances largement inférieur au double de celui que comprenait l’armée permanente. Par la suite, rien n’indique que le nombre des combattants ait diminué152. Au contraire même, puisque de nouvelles provinces, l’Artois, les deux Bourgognes, la Provence, offrirent leurs ressources. Mais pour des raisons qu’on examinera ailleurs153, au sein de cette masse de même importance, la proportion des hommes d’armes a régulièrement décru : en 1491, elle n’était que de 7 à 8 %, contre 17 % une génération plus tôt154. En même temps, l’armée permanente avait augmenté. A cette date, Charles VIII n’aurait pu tirer de son arrière-ban que 1 500 hommes d’armes, alors que son ordonnance en comptait 3 150. Six des sept bailliages de Normandie, s’ils fournissent pour la guerre de Bretagne 1 570 brigandiniers, ne donnent plus que 132 hommes d’armes, à peine davantage qu’une seule compagnie d’ordonnance. Le déclin de l’arrière-ban s’inscrit dans ces chiffres.

Francs-archers et gens de pied

  • 155 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.
  • 156 A. M. Lyon, CC 411, n° 13 ; A. M. Laon, CC 12, f° 19 ; Rédet « Extraits des comptes de la ville de (...)
  • 157 Ainsi Laon qui, en 1441, avait envoyé, à ses dépens, au siège de Pontoise, 11 arbalétriers et 12 m (...)

44L’ordonnance du 28 avril 1448 institua le corps des francs-archers, levés par les paroisses à raison d’un pour 80 feux155. Présents dans une grande partie du royaume — ils sont attestés, dès 1449, à Lyon comme à Laon, à Poitiers comme à Senlis et Châlons-sur-Marne156 — ils ont l’avantage de répartir également des charges qui, naguère, touchaient surtout les régions proches du théâtre d’opérations. Porté par des épaules plus nombreuses, le fardeau parut moins lourd157.

  • 158 B. N., Cinq Cents Colbert 4, f° 16—28 et fr. 5909, f° 204—205.

45En 1451, un acte royal précise l’équipement des francs-archers : ils devaient être protégés soit par un jaque, soit par une brigandine ; tous auraient une salade, une dague, une épée, mais, selon les habitudes et les possibilités locales, les uns disposeraient d’un arc, les autres d’une arbalète158.

  • 159 Infra, p. 339.
  • 160 Baude, Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 134.
  • 161 B. N., fr. 20493, f° 100.
  • 162 Les deux bailliages de Cotentin et Caen fournissent chacun 400 francs-archers. A eux seuls par con (...)

46Pour connaître leur nombre à la fin du règne de Charles VII et au début de celui de Louis XI, en l’absence des registres généraux que le roi a dû cependant posséder159, on dispose de deux éléments : l’un, connu depuis longtemps, est le chiffre de 8 000 francs-archers fourni par Henri Baude dans son Éloge de Charles VII160. L’autre, plus sûr car il s’agit d’un document comptable, est une prévision d’effectifs pour le siège de Perpignan en 1462 : outre la participation de 1 106 lances de l’ordonnance et de quelques pièces d’artillerie, celle de 6 000 francs-archers était décidée161. Or ce total ne tient pas compte des francs-archers de quelques provinces où ils sont cependant attestés à cette date : le Lyonnais, la Beauce, l’Ile-de-France, la Brie, enfin la Normandie, à l’exception des bailliages du Cotentin et de Caen162. On peut donc admettre que le chiffre de 8 000 francs-archers correspond bien à la réalité.

  • 163 Et non en 1469, comme le dit Fawtier (Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 529). Par (...)
  • 164 5 contre 2 à Amboise (Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 66 sq.) ; 30 contre 8 à Lyon (A. M. L (...)
  • 165 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186.

47C’est à la fin de l’année 1466 que, tirant les leçons de la guerre du Bien Public, Louis XI décida de doubler leur nombre163. Que ce chiffre de 16 000 ait été rapidement atteint, les preuves abondent : Amboise, Lyon, Compiègne, Senlis, Châlons-sur-Marne équipent, dès le début de l’année suivante, deux fois plus de francs-archers, parfois même davantage164. De plus, l’ordonnance de 1466 divisait le royaume en quatre grandes circonscriptions, à la tête desquelles étaient placés quatre capitaines généraux, chacun responsable de 4 000 hommes. En 1468, contre la Bretagne, les francs-archers d’une de ces circonscriptions, celle de l’Ouest, ont été mobilisés et payés par le roi. Un document officiel indique qu’ils étaient 3 979, répartis en 7 bandes de dimension équivalente, sous 7 capitaines165.

  • 166 Dès 1444, il était conseiller, maître d’hôtel et chambellan du dauphin Louis (Pilot de Thorey, Cat (...)
  • 167 B. N„ fr. 18442, f° 160 sq.

48En même temps qu’il augmentait ses effectifs, Louis XI demandait au bailli de Mantes, Aymar de Poisieu, le célèbre Capdorat — Tête d’Or — vieux combattant de la guerre de Cent ans, au surplus son familier de longue date166, des instructions techniques concernant l’équipement des francs-archers. Elles prévoyaient d’abord le remplacement des brigandines par des jaques, plus légers à porter pour un homme de pied ; mais surtout, Capdorat proposait de porter à quatre les types d’armement : en plus des archers et des arbalétriers, on aurait donc désormais des piquiers et des guisarmiers167,

  • 168 Les 13 nouveaux francs-archers de Compiègne sont munis de jaques (Bonnault d’Houët, Les francs-arc (...)
  • 169 A. M. Lyon, CC 428, n° 20. On trouve des couleuvriniers à partir du début du 15e siècle.
  • 170 A. M. Troyes, BB 5.

49Il semble que la première proposition n’ait eu qu’une application limitée et passagère168. La seconde en revanche fut largement suivie d’effet : à Lyon, par exemple, sur 30 francs-archers, on compta désormais 18 arbalétriers, 10 vougiers, et même — innovation intéressante — deux couleuvriniers169. Timidement, les armes à feu portatives s’introduisaient dans les bandes d’infanterie. A Troyes, en 1476, sur 42 des 50 francs-archers de la ville dont on connaît l’équipement, il existe 21 arbalétriers, 10 vougiers, 9 archers et 2 couleuvriniers170.

  • 171 Jusqu’en 1474, 70 francs-archers à Troyes, puis 50 (A. M. Troyes, layette 65) ; 12 à Mantes à part (...)
  • 172 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186.
  • 173 B. N„ fr. 26095, n° 1421.
  • 174 Infra, p. 348—349.

50Après 1466—1467, sauf aménagements locaux — diminution comme à Troyes, augmentation comme à Poitiers et à Mantes171 — le nombre des francs-archers est demeuré stable. Alors qu’en 1468 par exemple, le Poitou, la Touraine et l’Anjou en fournissaient 2 267172, en 1475 ces mêmes provinces en donnaient 1984173 : baisse légère compensée par le fait que certaines régions qui en étaient jusqu’alors exemptes, tel le Dauphiné, furent obligées à leur tour d’en équiper174.

  • 175 B. N., fr. 25716, n° 56.
  • 176 Inv. arch. com. Montferrand, CC 204, p. 476 et EE 2 ; Bonnault d’Houët, Les francs-archers de Comp (...)
  • 177 Dans une lettre du 27 juin 1489, Charles VIII annonce l’arrivée de 6 000 hommes de pied et le recr (...)
  • 178 6 416 hommes de guerre à pied sont signalés dans B. N., fr. 25 717, n° 110 et, sous d’autres capit (...)

51De 1481 à 1483, Louis XI, on l’a vu, s’est servi de gens de pied entretenus continuellement, puis, dans les premières années du règne suivant, l’état de paix que connut le royaume ne nécessita aucune mesure spéciale. Mais en décidant d’envoyer un secours de 400 lances, sous le maréchal d’Esquerdes, aux Gantois révoltés contre Maximilien, les Beaujeu prenaient l’initiative de la rupture ; il fallut réunir une infanterie ; il fut décidé qu’elle compterait 25 000 hommes, dont 12 000 levés dans le royaume, à raison d’un homme pour 80 feux175. C’était le rétablissement, à peine déguisé, des francs-archers, qu’on voit effectivement les villes équiper, au cours des années suivantes. Toutefois, elles furent dans l’ensemble imposées à un chiffre très inférieur à celui qu’elles avaient connu sous Louis XI : 5 contre 8 à Montferrand, 6 contre 20 à Compiègne, 3 contre 12 à Laon176, moins encore que sous Charles VII. On peut donc penser que le chiffre de 12 000 hommes ne fut pas atteint dans la pratique ; mais il s’y ajouta, selon les besoins, d’autres contingents : il semble que pour la principale des deux armées ayant participé à la guerre de Bretagne en 1489, les gens de pied français aient été au moins 11 000177, et au moins 12 000 en 1491178. L’année suivante, Charles VIII jugeait nécessaire de disposer contre ses ennemis d’une infanterie de 24 000 hommes. Qu’elle ait été réellement rassemblée importe peu ici : ce chiffre souligne seulement le rôle qu’on accorde désormais aux gens de pied.

  • 179 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187.
  • 180 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114.
  • 181 A. M. Troyes, BB 5.

52Les bandes d’infanterie disposaient en outre d’un nombre plus ou moins important de charrettes et de chevaux destinés à porter leur équipement. H est possible même, qu’à certains moments de désordre accru, des groupes entiers de francs-archers aient pris l’habitude de se déplacer à cheval179. C’est pour remédier à ces irrégularités que Louis XI, en 1475, décida d’autoriser une charrette pour 15 francs-archers, à l’exception de ceux de Normandie et de Guienne qui ne pouvaient en avoir que s’ils allaient se battre hors de leurs provinces respectives180. Il était prévu que les francs-archers achèteraient chevaux et charrettes à leurs dépens. En fait, fréquemment, les communautés, qui déjà les équipaient, leur en procurèrent : en 1477—1478, la ville de Troyes acheta, pour ses 50 francs-archers, 3 tentes, 9 chevaux et 3 charrettes181. On peut donc présumer que 1 500 chevaux et 500 charrettes étaient à cette date au service des francs-archers du royaume.

  • 182 1469—1470 : « Jehan Espaignol et Anthoine de Cosme, cappitaines d’enfans de pié que le roy a fait (...)
  • 183 Cité par Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 71.
  • 184 Ibid., p. 123. Texte français du traité dans Commynes, Mémoires, éd. Lenglet-Dufresnoy, t. III, p. (...)
  • 185 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 153.
  • 186 Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingins La Sarraz, t. I, p. 22—24, n° 9.
  • 187 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 183.
  • 188 Ibid., p. 185.

53Charles VII à la fin de son règne n’employa pas de mercenaires étrangers à pied. Louis XI n’eut pas les mêmes scrupules ; il utilisa quelques Italiens, originaires de Lombardie182 mais surtout des Suisses, dont il avait pu, à deux reprises, reconnaître la valeur : d’abord au cours de la campagne que, jeune dauphin, il mena contre eux en 1444, ensuite à Montlhéry, où 500 à 600 Suisses, servant dans les rangs bourguignons, lui furent opposés. Ce furent là, dit Commynes, « les premiers qu’on vit en ce royaulme et ont esté ceulx qui ont donné le bruit a ceulx qui sont venuz depuis, car ilz se gouvernerent tres vaillamment en tous lieux ou ils se trouverent »183. Après de longues négociations, Louis XI parvint, le 26 octobre 1474, à conclure un traité avec les huit cantons de la Confédération184. Ce traité, complété par la convention secrète du 2 octobre avec Berne, prévoyait que les Cantons fourniraient au roi sur sa demande, en cas d’agression dirigée contre lui ou contre le duc de Lorraine, une force de 6 000 hommes, que Louis XI s’engageait à solder au taux de 3 florins et demi du Rhin — l’équivalent de 6 l.t. — par tête et par mois185. Le 3 février 1475, Christophe de Bolla pouvait écrire de Paris au duc de Milan qu’il était parvenu à prendre connaissance des articles de ce traité ; il précisait que les Suisses devaient fournir trois types de combattants : un tiers armé de piques, un autre tiers de couleuvrines à main, le dernier enfin d’arbalètes186. A plusieurs reprises après la mort du Téméraire, Louis XI demanda aux Cantons de remplir leurs obligations, mais ils s’y refusèrent, alléguant le retard apporté au payement des pensions qu’on leur avait promises. Une seule fois pourtant, au mois d’août 1480, ils se décidèrent à répondre à la prière du roi : chaque canton fournit son contingent, une force de 6 000 ou 7 000 hommes fut ainsi rassemblée, qui fut dirigée sur Chalon-sur-Saône et Troyes. Mais, dès le 21 août, une trêve de trois mois fut arrêtée entre Louis XI et Maximilien ; aussitôt les mercenaires reprirent le chemin de leur pays187. « On peut affirmer que jusqu’à la mort du roi, les Cantons n’eurent point à lui fournir de contingents officiellement constitués »188.

  • 189 B. N., fr. 2908, f° 44—45 et 2906, f° 17. Dès 1473, 1 200 Suisses servent dans l’armée du Roussill (...)
  • 190 B. N., fr. 23915, f° 161 ; A. N., JJ 209, n° 228 ; B. N., fr. 23266, f° 5 sq. et 18 sq.

54Si Louis XI ne réussit pas à obtenir le concours des Cantons eux-mêmes, en revanche ceux-ci ne mirent point d’obstacle à laisser partir des volontaires qui, à titre privé, vinrent servir en France. En 1478, ils étaient assez nombreux et nécessaires pour que Louis XI ordonnât de casser 1 000 lances pour le dernier trimestre de l’année, afin de fournir d’argent leur trésorier particulier, Jacques Hurault189. De 1480 à 1483, sous Jean Hallwin, « capitaine général des gens de guerre des anciennes Ligues des hautes Allemagnes », ils étaient 6 000, payés par le même trésorier190. C’est seulement à l’avènement de Charles VIII qu’ils furent licenciés.

  • 191 Amtliche Sammlung, t. III, p. 169.
  • 192 Ibid., t. III, p. 241, 271 et 737.
  • 193 B. N., fr. 4523, f° 42.
  • 194 Amtliche Sammlung, t. III, p. 715.
  • 195 Ibid., p. 305 et 336.
  • 196 Ibid., p. 287 et 321.
  • 197 Le texte cité dans la note précédente, du 19 mars 1488, parle de 2 000 Suisses se rendant en Franc (...)
  • 198 Molinet, Chron., t. II, p. 87—89.
  • 199 Amtliche Sammlung, t. III, p. 308 et 338 (15 décembre 1488).

55Anne et Pierre de Beaujeu s’efforcèrent de maintenir l’alliance avec les Cantons, désormais au nombre de dix. En juin 1486, ils leur remirent même officiellement une somme de 20 000 l.t., représentant les arriérés de pensions qui leur étaient dus depuis Louis XI191. Toutefois, c’est seulement le 8 février 1496 que Charles VIII promit, sa vie durant, de leur verser 20 000 l.t. chaque année, payables à Lyon192. Auparavant, il s’était contenté d’accorder des pensions à un certain nombre de seigneurs suisses dont il voulait s’assurer le concours et qui les acceptaient à titre personnel193. Car, si par le traité d’alliance du 4 août 1484, le roi s’était engagé à ne pas recruter des hommes dans les Cantons sans leur assentiment exprès194, il fut loin de s’en priver : dès l’été 1486, les délibérations de la diète fédérale sont remplies de plaintes à ce sujet. Soucieuse de tenir la balance égale entre le roi des Romains et Charles VIII, elle décida à maintes reprises d’écrire à ce dernier pour lui rappeler ses engagements195. En vain. Malgré des interdictions réitérées, le roi parvint à lever des hommes, non seulement dans les Cantons mais dans le pays de Saint-Gall, l’Appenzell, l’Oberland et la Thurgovie196. En 1488, 1489 et 1491, 3 000 à 4 000 Suisses au moins ont ainsi participé à la conquête de la Bretagne197, tandis que d’autres éléments étaient présents en Flandre198. A leur retour, ces mercenaires risquaient d’être jetés en prison pour avoir transgressé les décisions fédérales : ils payaient alors dix livres d’amende par tête, ou bien, s’ils étaient insolvables, restaient »me semaine au pain et à l’eau pour chaque livre qu’ils ne pouvaient verser199.

  • 200 Ibid., t. III, p. 325 et 351 (18 juin 1489).
  • 201 Lettres de Charles VIII, t. III, p. 344—345, n° 721.

56En 1489, les envoyés de Charles VIII proposèrent aux Cantons un nouvel accord : le roi, ayant appris que l’empereur voulait engager contre lui toute la « nation allemande », demanda aux Ligues de lui refuser leur concours ; de plus, bien qu’il disposât de moyens financiers inférieurs à ceux de son père, Charles VIII s’engageait à leur verser chaque année 10 000 francs ; en échange, il aurait le droit de prendre à sa solde 3 500 gens de pied, plus 4 000 autres si on voulait lui reprendre la Franche-Comté200. Il ne paraît pas que ce projet ait abouti, mais, dès lors, les plaintes concernant les enrôlements frauduleux s’espacèrent. En 1493, Charles VIII pouvait écrire aux Cantons, avec quelque chance d’être écouté, qu’il renvoyait tous ses Suisses, que ceux-ci s’étaient bien comportés à son service, enfin qu’il priait les autorités de faire grâce à ces soldats rentrant dans leurs foyers201.

  • 202 Mandrot,Relations avec les cantons suisses, p. 187—188, n. 1, d’après B. N., fr. 2900, f° 18. Chaq (...)
  • 203 B. N., fr. 25781, n° 56.
  • 204 La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 54, n° 49 et p. 168, n° 151. Le halecret est une (...)

57Les bandes de mercenaires suisses étaient fortes chacune d’environ 300 hommes. Beaucoup de ces derniers s’efforçaient d’avoir un cheval pour se déplacer, en dépit des ordres de Louis XI qui n’en accordait qu’aux capitaines. Appâtés par une solde supérieure à celle des gens de pied français — 6 l.t. par mois contre 5 — des éléments non suisses cherchaient à y pénétrer : non seulement des hommes de langue germanique, mais aussi des Lorrains, des Liégeois, des Gascons, des Savoyards, de langue française. En vain décida-t-on de les écarter202. Sous Charles VIII, les exigences se firent moins strictes et l’on autorisa une vingtaine de privilégiés par bande, musiciens et autres, à servir à cheval avec double paye203. Enfin, contrairement à ce que laissait prévoir Christophe de Bolla en 1476, la plupart servirent comme piquiers ; une épée, une cuirasse légère ou halecret complétaient leur équipement204.

Pionniers et charretiers de l’artillerie

  • 205 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 237.
  • 206 B.N., fr. 2922, f° 51v°-52r°.

58Le transport et l’utilisation de l’artillerie de campagne — l’artillerie de « champ »205, selon le terme du temps —, les besoins du « champ à combattre », les nécessités de la guerre de siège, exigeaient le recours épisodique à une masse d’auxiliaires répartis en deux catégories principales : les pionniers et les charretiers. Ces derniers avaient pour tâche de conduire les chevaux chargés de tirer les pièces d’artillerie ainsi que le charroi qui transportait le matériel de guerre. Quant aux pionniers ou manœuvres, un texte de la fin du 15e siècle, tiré d’une série d’Advertissemens qu’un inconnu, l’Hospitalier de Rhodes, adressait au jeune Charles VIII, précise leur rôle : « Il fault manovres car sans eulx l’oust ne peut estre servy. Ils sont besoing pour faire le logeis, pour faire les fortifficacions de l’oust, pour faire les approches, pour asseoir la grosse artillerie, faire les taudiz et les mynes ». L’auteur veut qu’ils soient pourvus non seulement de pics, de pelles, de pieds de chèvre « et autres choses neccessaires pour leur mestier » mais, « afin qu’ilz soient plus asseurés et couvertz, alans et venans pour leurs affaires », afin qu’au besoin on puisse les utiliser pour la défense, qu’ils aient « pavés et sallades, l’espée, la demylance », la pique ou l’arbalète et qu’ils sachent se disposer en « front de bataille »206.

  • 207 Durant la campagne de Normandie de 1450, on recrute charpentiers, tailleurs de pierre, manœuvres, (...)
  • 208 A. M. Senlis, CC 28, f° 4v°.
  • 209 A. M. Laon, CC 12.
  • 210 Contamine, « L’artillerie royale française » : cf. surtout la carte, p. 239.

59Comme pour les gens de pied, on se contenta pendant longtemps de lever ces auxiliaires dans les régions voisines de la zone des combats207, mais une transformation analogue à celle qui avait abouti à la création des francs-archers visa à élargir le champ du recrutement. Pour telle campagne, de vastes portions du royaume furent touchées et taxées, dans le cadre financier des élections, à un certain nombre d’hommes et de chevaux. Dès 1453 par exemple, pour la reconquête de la Guienne, des villes aussi éloignées que Senlis208 et Laon209 durent fournir leur contingent. Par la suite, progressivement, le système ne fit que se régulariser. En 1489, pour les deux bandes d’artillerie engagées en Bretagne, on eut recours jusqu’aux élections d’Orléans et de Bourges, la Loire, voie d’eau commode, servant ainsi d’axe de recrutement210.

  • 211 B. N„ fr. 20493, f° 100 et Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 157.
  • 212 Contamine, « L’artillerie royale française ».
  • 213 B. N., fr. 20490, f° 12.
  • 214 Perroy, « L’artillerie de Louis XI ».

60Opérer une ponction également répartie sur de vastes espaces était d’autant plus indispensable que les besoins en pionniers et en charretiers augmentaient régulièrement. Non peut-être qu’une bande d’artillerie — c’est elle avant tout qu’il s’agit de pourvoir — ait exigé davantage de moyens à la fin du 15e siècle qu’au milieu. En 1462 en effet, pour mener les 24 pièces lourdes et les 115 ribaudequins destinés à mettre le siège sous Perpignan211, il fallait à peu près autant d’hommes et de chevaux que pour les 25 pièces lourdes et les 10 faucons qui formèrent, en 1489, la bande d’artillerie de West-Flandres212 ; en 1489, pour la conquête de la Bretagne, Charles VIII prévoyait 1 000 pionniers, exactement le même nombre que quinze ans plus tôt Louis XI jugeait nécessaire à celle du Roussillon213. Mais les bandes d’artillerie se sont dans l’intervalle multipliées. Pendant longtemps, une seule bande importante fut disponible et constituée : celle des frères Bureau. Puis, à partir de 1466—1467, une seconde se forma, sous la direction de Giraud de Samain. Quelques-années plus tard, en 1475, on en comptait 3, puis 4 et même 5 à la fin du règne de Louis XI214. Ce dernier chiffre se retrouve sous Charles VIII. C’est dire qu’à telle période d’intense activité militaire, en 1475, 1477 ou 1489 par exemple, les besoins de l’artillerie arrivèrent à nécessiter l’emploi simultané de 2 000 pionniers ou manœuvres et de 1 000 charretiers responsables de 2 000 chevaux.

  • 215 Contamine, « L’artillerie royale française ».

61Enfin, bien plus restreints numériquement mais tout aussi indispensables étaient les quelques dizaines de canonniers, maçons, scieurs de bois, calfats, qui venaient compléter le personnel ordinaire et qui, de la sorte, formaient entre le tiers et la moitié des spécialistes exigés par les différentes bandes d’artillerie215.

Les alliés

  • 216 Escouchy, Chronique, t. I, p. 187—189.
  • 217 Leseur, Chron. Gaston IV, t. II, p. 8.
  • 218 Morice, Preuves, t. III, col. 1628—1629.
  • 219 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 22, n. 1.
  • 220 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 118.
  • 221 Présence de contingents savoyards, d’ailleurs peu nombreux, attestée à Montlhéry par Commynes, Mém (...)
  • 222 B. N., fr. 20487, f° 75.
  • 223 La Borderie, Louis de la Trémoïlle, p. 48—49.

62Dans ce bilan des armées françaises au cours de la seconde moitié du 15e siècle, on ne peut manquer d’être frappé par le fait que rarement le roi a combattu avec des alliés. Sans doute, en 1449—1450, le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, sans prendre part officiellement à la guerre contre les Anglais, autorisa les nobles de ses possessions à servir dans l’armée de Charles VII, mais à titre personnel216 ; en 1453, le comte de Foix apporta son contingent lors de la reconquête de la Guienne217, de même que le duc de Bretagne qui solda, à cette occasion, environ un millier de combattants218. L’année précédente, le roi de France avait conclu un traité d’alliance avec le duc Louis de Savoie, selon lequel ce dernier devait lui fournir, chaque fois qu’il en serait prié, 400 lances accompagnées de gens de trait, que Charles VII s’engageait à solder219. Pour la conquête du Roussillon, en 1462, Louis XI put bénéficier de l’aide du comte de Foix220 ; trois ans plus tard, craignant de succomber sous le poids des coalisés du Bien Public, il put obtenir le concours des dues de Milan et de Savoie221 ; en 1468 enfin, contre la Bretagne, Louis XI espérait que le comte de Foix lui apporterait 350 hommes d’armes et 4 000 gens de pied222. Mais après cette date et jusqu’en 1494, il semble que la monarchie française, si elle fut aidée, dans des régions extérieures à ses frontières, par certaines puissances — les Suisses par exemple contre Charles le Téméraire, Gand et d’autres villes flamandes contre Maximilien —, si par ailleurs elle recruta de nombreux mercenaires étrangers, ne vit plus ses propres armées renforcées par des éléments extérieurs organisés, combattant sous leurs propres chefs et pour leur propre compte. Le contraste est total avec, par exemple, l’armée du duc François de Bretagne qui, à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, réunissait une coalition de forces disparates : à côté des Bretons, des Français ralliés au duc d’Orléans, des Anglais de Henri VII, des Allemands de Maximilien, des Castillans d’Isabelle, des Gascons d’Alain d’Albret223.

  • 224 Sur cette notion, cf. Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 208—209.

63Le rôle médiocre, voire inexistant, que jouent, du côté français, les alliés, s’explique d’abord par le fait que la monarchie des Valois, sortie victorieuse de la guerre de Cent ans, apparaît désormais, à juste titre, comme une puissance agressive, désireuse de s’agrandir, contre laquelle par conséquent les autres États doivent se liguer afin de faire respecter leur indépendance et leur intégrité et de maintenir une sorte d’équilibre international224. L’ère des grandes combinaisons diplomatiques qui vont, pendant des siècles, régler le sort de l’Europe commence alors. De plus, ne se risquant dans aucune expédition lointaine d’envergure, le roi de France, qui ne cherchait qu’à récupérer ou annexer des provinces limitrophes, ne ressentait pas le besoin de points d’appui extérieurs. Au contraire, à partir des guerres d’Italie, la monarchie fut contrainte, non seulement de rechercher des alliés dans la péninsule, mais également de se garantir le libre passage à travers les Alpes : les expéditions d’outre-monts suscitèrent ou entretinrent une diplomatie active en quête d’alliances militaires.

C. DIMENSIONS DES ARMÉES

64Avant d’évaluer l’importance numérique totale des gens de guerre qui composent les forces royales, on tentera d’abord d’estimer la dimension d’une armée utilisée dans une campagne.

65Si, pour la campagne de Normandie de 1449—1450, on ne possède pas d’estimation chiffrée reposant sur des documents d’archives, en revanche, une copie, à vrai dire fort abrégée, des dépenses effectuées en quatre ou cinq mois lors de la première reconquête de la Guienne, fournit les renseignements suivants sur les effectifs qui s’y trouvèrent engagés :

  • gens de guerre de la grande ordonnance : 1 080 hommes d’armes et 2 180 archers répartis en 17 compagnies, soit 4 340 combattants.
  • autres gens de guerre, groupés en 12 compagnies : 754 hommes d’armes et 1 461 archers, soit 2 215 combattants, à compter seulement un combattant par homme d’armes.

66A ces forces, s’ajoutèrent celles amenées par les comtes de Foix et d’Armagnac : or, Jean Chartier, dont les évaluations concordent par ailleurs avec le document utilisé ici, estime l’apport de ces deux seigneurs à 1 000 lances, plus les archers, et 2 000 arbalétriers soit 5 000 combattants. Enfin, le compte signale la présence de nombreuses compagnies de francs-archers, groupant chacune 300 à 400 hommes ; si l’on se fie à Jean Chartier, ceux-ci étaient 7 000. On arrive ainsi à un total de 18 000 à 19 000 combattants, la moitié à cheval et l’autre à pied. Ce calcul coïncide non seulement avec les estimations du chroniqueur officiel, qui parle de 20 000 combattants au total, mais surtout avec le chiffre des dépenses, qui atteint 594 737 l. 6 s. 2 d.t., ce qui correspond effectivement à la solde de 18 000 à 20 000 combattants pendant cinq mois.

  • 225 Copie du compte de 1451 : Arsenal, 4522, f° 22—26. Troupes demeurées en Normandie: Gruel, Chron. R (...)

67Ajoutons qu’à la môme époque, 400 lances fournies et 450 petites payes — soit en tout environ 3 000 combattants — protégeaient la Normandie ; c’est dire que durant l’été 1451 Charles VII entretint nettement plus de 20 000 combattants225. Tel fut le résultat de la réorganisation de l’État entre 1440 et 1450.

  • 226 B. N., fr. 20493, f° 100.
  • 227 Mélanges historiques, t. II, p. 227—228.
  • 228 Récit de la bataille dans Roye, Chron. scandaleuse, t. II, p. 401—412 ; les deux artilleries furen (...)

68En 1462, pour la conquête du Roussillon, on prévoyait, sans compter l’apport du comte de Foix, la participation de 1 106 lances, 6 000 francs-archers et des éléments notables d’artillerie, bref à peu près 11 000 combattants226. Au début de la guerre du Bien Public, en avril 1465, Guillaume Cousinot énumérait à l’intention du chancelier de France les forces dont pouvait alors disposer Louis XI : 1 000 lances de la grande ordonnance aux frontières de Bretagne, 800 avec le roi en Bourbonnais, de 1 000 à 1 200 venant de la Savoie et du Dauphiné, « sanz nos francs archiers et les nobles de tous les pays qui se mectent sus »227, bref 20 000 combattants, même en ne tenant pas compte de l’arrière-ban, impossible à évaluer. Sur ce total, au moins la moitié a participé à la bataille de Montlhéry, essentiellement des cavaliers car elle fut seulement une rencontre de troupes montées228.

  • 229 Pour les lances fournies, supra, n. 48 ; Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 2 (...)
  • 230 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 284.

69Il est probable qu’à la bataille de Guinegatte, en 1479, les Français ont eu environ 2 000 lances fournies et 8 000 francs-archers, soit 16 000 combattants229, et que, l’année suivante, le camp de Hesdin, dirigé contre Maximilien, qui réunissait l’essentiel de l’armée du Nord, groupa 18 000 ou 19 000 gens de pied et pionniers, 1 500 lances et certains éléments de l’arrière-ban : 25 000 combattants au bas mot230.

  • 231 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 76—77, n° 267.
  • 232 Et non, comme on l’a dit jusqu’à présent (La Borderie, Louis de la Trémoïlle), le sire de Brissac. (...)
  • 233 Ordre de bataille des Français à la journée de Saint-Aubin-du-Cormier : Lettres de Charles VIII, t (...)
  • 234 B. M. Nantes, 844, n° 180.
  • 235 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 238.
  • 236 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », p. 127.
  • 237 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 242.
  • 238 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 359—362, n° 439.
  • 239 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 53, n° 16.
  • 240 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », pièce V, p. 129—130.
  • 241 Supra, n. 88.
  • 242 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 241.
  • 243 Cf. note 240.

70Les documents sont relativement moins insuffisants sur les premières campagnes bretonnes de Charles VIII. Le 1er juin 1488, celui-ci, enquête faite auprès des gens de ses finances, pensait disposer, sur ses rôles, de 16 092 gens de guerre, pensionnaires et combattants volontaires exclus231. A la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, le 28 juillet, les effectifs des vainqueurs, sans compter les gens de l’artillerie, sous la conduite de Jacques Galiot de Genouillac232, furent de l’ordre de 15 000 hommes, dont les deux-cinquièmes à pied, répartis, de façon très classique, entre une avant-garde, une bataille, une arrière-garde et des ailes233. A la fin de l’année, 889 lances fournies devaient demeurer en Bretagne et y prendre leurs quartiers d’hiver, mais une partie des gens de guerre s’absenta et au début de 1489, il restait seulement 614 hommes d’armes et 1 365 archers234. Ce furent ces cavaliers — 3 500 combattants une fois que les compagnies eurent refait leur plein — auxquels se joignirent 400 pionniers, 250 charretiers et 800 chevaux destinés à l’artillerie235, ainsi qu’un nombre incertain de gens de pied, qui, dès janvier 1489, quittèrent les confins orientaux du duché, pour traverser la basse Bretagne, jusqu’à Brest et Concarneau. Devant la menace née d’un double débarquement anglais, l’armée se regroupa, au mois d’avril, dans les murs de Dinan, à l’exception de quelques éléments restés enfermés dans Brest236. Aussi Charles VIII, pour l’épauler, décida-t-il l’intervention d’une nouvelle armée, dite des lisières de Bretagne, qui, sous son chef, Guichard d’Albon, seigneur de Saint-André, était forte de 400 hommes d’armes, 6 000 hommes de pied et 160 pionniers et charretiers accompagnant une seconde bande d’artillerie237. On y ajouta encore, à partir d’août ou septembre, quelque 5 000 hommes de pied et 1 000 pionniers238. Enfin, l’arrière-ban du Poitou avait été levé pour garder les places au sud-est du pays nantais239. A cette date, les deux armées françaises de Bretagne ne devaient pas totaliser moins de 20 000 combattants. Comme l’année précédente, Charles VIII licencia une partie de ses troupes, dès le 17 octobre 1489. Il ordonna que le reste serait logé dans une série de places fortes : 420 lances à Dinan, 160 à Fougères, 95 à Saint-Malo, 100 à Vitré, 150 à Pontorson, 230 éparpillées au sud de la Bretagne, à Montaigu, Tiffauges, Mortagne-sur-Sèvre, La Garnache, Apremont, 180 enfin dans l’Anjou et le Maine ; en tout 1 335 lances qui, d’ailleurs, avaient obtenu du roi la permission d’aller, par roulement, se « refreschir » chez elles240. Des mortes-payes étaient installées à Fougères, Pontorson et Saint-Malo241. L’artillerie avait été regroupée à Avranches242. Enfin les gens de pied, Suisses et autres, que le roi désirait « voir demourer par delà durant ce yver », étaient répartis à Châteauneuf, Miniac, La Roche-Goyon, Fougères et Vitré243.

  • 244 B. N., fr. 20487, f° 77.
  • 245 A. N., K 71, n° 39.
  • 246 Contamine, « L’artillerie royale française ».
  • 247 C’est à la fin du règne de Louis XI que les forces les plus importantes furent réunies. Gf. Roye ((...)

71Evaluer la dimension d’une armée ne suffit pas. En effet, à plusieurs reprises, surtout dans le dernier quart du siècle, la monarchie française en entretint simultanément plusieurs : en 1468, les 4 armées dont Louis XI prévoyait la mise sur pied devaient réunir les 1 800 lances fournies de l’ordonnance 20 000 gens de pied, 350 hommes d’armes sous le comte de Foix, les trois quarts des forces de l’arrière-ban du royaume représentant quelque 800 hommes d’armes et 10 000 brigandiniers, en tout près de 40 000 combattants244 ; en 1474—1475, à l’armée du Nord, la principale, s’ajoutèrent non seulement les forces destinées à protéger la Champagne, mais l’armée du Roussillon245 ; à partir de 1477, l’armée de Picardie et d’Artois fut doublée par celle de Franche-Comté et de Bourgogne ; de 1487 à 1491 enfin, Charles VIII a utilisé deux armées principales, celle de Bretagne et celle du Nord ; encore chacune d’entre elles, en 1489, était-elle scindée en deux corps, évoluant séparément246. Si l’on ajoute à ces forces mobiles les mortes-payes, on peut penser qu’à plusieurs époques le roi a soldé un minimum de 40 000 combattants pour l’ensemble de son royaume247.

  • 248 B. N., fr. 8269, f° 356.

72Il ne s’est agi jusqu’à présent que des combattants. Pour évaluer, non plus seulement l’efficacité militaire, mais l’importance économique et sociale des armées, il faut également tenir compte de la masse des non-combattants. Tout porte à croire qu’elle a été considérable, malgré les efforts des chefs de guerre pour la réduire le plus possible. En 1491, prévoyant les vivres nécessaires au ravitaillement de l’armée de Bretagne, l’entourage du roi tablait sur la nécessité de nourrir quotidiennement 48 000 à 50 000 personnes, pour un effectif de gens de guerre qui n’a pas dû atteindre 20 000 hommes248. On restera donc dans des limites raisonnables si l’on admet que les non-combattants représentaient une masse égale à celle des combattants.

  • 249 Ce chiffre de 10 millions est évidemment hypothétique. W. Abel accorde à la France vers 1470, 14 m (...)
  • 250 Beaucoup moins qu’à certaines époques des 14e et 15e siècles, où en Angleterre, selon Postan (« Th (...)
  • 251 En l’absence de toute estimation chiffrée concernant le clergé de France, on peut se servir de J. (...)

7380 000 hommes directement au service de la guerre, c’est peu si l’on songe que le royaume de France comptait alors peut-être 10 millions d’habitants. Cela correspond, pour les cinquante millions de la France d’aujourd’hui, à une armée de 400 000 hommes249. Encore s’agit-il là d’efforts exceptionnels. Le chiffre moyen des hommes entretenus en permanence dans les cadres de l’armée royale a été de 14 000 hommes dans le troisième quart du 15e siècle, et de 25 000 dans le dernier quart : 0,1 à 0,2 % de la population totale, 0,6 à 1,2 % de la population masculine active250. Ces pourcentages sont insignifiants au point de vue économique. Ils sont sans doute très nettement inférieurs à ceux atteints par un autre groupe social, lui aussi soustrait à l’activité productrice — les clercs251. L’absence des gens de guerre sur le marché du travail s’est faite d’autant moins sentir qu’une partie d’entre eux s’est recrutée parmi les nobles, c’est-à-dire parmi des hommes qui étaient principalement des rentiers du sol, et qu’une autre partie se recrutait hors du royaume.

  • 252 A. N., X2a 32, plaidoirie du 2 février 1464.
  • 253 Hector et Lancelot de Salazar, frères, ont « envoyé gens d’armes audit lieu de Saint Just, baillia (...)
  • 254 Exemple la ville de Millau en guerre contre Charles d’Armagnac (1465) et contre le vicomte de Narb (...)
  • 255 B. M. Rouen, Martainville 217, n° 23 et 216, n° 9 ; B. N., fr. 26102, n° 627 et 677.

74Et pourtant, à lire les documents du temps, on retire l’impression que rien n’était plus familier que la figure de l’homme de guerre, que rien n’était plus courant que la présence de bandes d’hommes « armez et embastonnés »252, « en habillement de gens de guerre » — car on les reconnaît d’abord à leur apparence. C’est que, dans le royaume, tous les gens de guerre ne sont pas au service du roi ni à celui de ses adversaires. Nombreuses sont encore les villes qui entretiennent en permanence un capitaine, un canonnier, quelques guetteurs ou portiers. Des bandes armées, souvent formées d’anciens hommes de guerre, parcourent fréquemment le plat pays253. Les guerres privées, opposant un seigneur à une ville ou à un autre seigneur ont beau être interdites par le roi, elles n’ont pas tout à fait disparu254. Tout seigneur d’une certaine importance, pour garder sa personne ou ses châteaux, entretient un petit nombre de sergents et d’officiers qu’il a tôt fait de transformer, le cas échéant, en hommes de guerre255. Fréquemment, pour payer leurs gages, il profite de son droit de guet et garde, dans le cas où les hommes de la châtellenie n’accomplissent pas cette obligation en personne mais acceptent de s’en racheter contre une certaine somme. Sans doute, ces petits groupes dispersés, à l’existence intermittente, souvent brigands plus que soldats, n’ont guère d’importance du point de vue politique. La prépondérance militaire du roi à l’intérieur du royaume est désormais écrasante, et il faut une très vaste coalition princière, soutenue de l’extérieur, comme en 1465, pour que soit mise en péril l’autorité de la monarchie. Mais, surtout lorsque le contrôle royal paraît se relâcher, lorsque les circonstances permettent de donner à ce banditisme une certaine couleur ou une certaine justification politique, alors, comme spontanément, les gens de guerre surgissent de toutes les régions du royaume. Par ailleurs, ils sont par excellence des itinérants, des nomades, des étrangers au sein d’une population casanière. Ils apparaissent et disparaissent à l’improviste. On ne sait de qui ils se réclament, d’où ils viennent. Sont-ils au roi ou non ? De quel capitaine portent-ils la livrée ? Leurs déplacements multiplient en quelque sorte leur nombre. De plus, leur présence engendre inévitablement toutes sortes de désordres ; il est donc fatal que les documents, qui renseignent toujours mieux sur les violences et les actes illégaux, sur l’exceptionnel que sur le train ordinaire et courant de la vie, les mentionnent plus souvent que tel autre groupe, plus nombreux mais plus calme. Les gens de guerre du roi sont très inégalement répartis : après que la réforme de 1445 les eut éparpillés à travers le royaume, dès la reprise des hostilités, quatre ans plus tard, ils se regroupèrent de nouveau en fonction des besoins militaires. C’est ainsi que la Normandie, jusqu’à la fin du 15e siècle, a été une province où, proportionnellement à la population, les troupes furent beaucoup plus nombreuses qu’ailleurs. Dans le dernier quart du 15e siècle, la Picardie, la Champagne, la Bourgogne, le Roussillon, devinrent également les boulevards stratégiques du royaume. Certaines villes, telles Laon, Châlons-sur-Marne, Reims, Troyes, Mâcon, Amiens, Abbeville, connurent une vie de garnison presque ininterrompue. Enfin, les gens de guerre de l’armée royale sont la manifestation concrète et visible de la puissance monarchique. Avant d’être un groupe social et professionnel, ils sont une institution royale. Ils sont liés au pouvoir. Leurs chefs appartiennent au cercle étroit des dirigeants. Ils sont partiellement recrutés dans un état ou un ordre privilégié, la noblesse. Si quantitativement, leur importance sociale peut apparaître médiocre, elle est en revanche, qualitativement, beaucoup plus grande.

Notes

1 Un document de 1463 fournit l’« estat de l’ordinaire et extraordinaire, oultre le paiement des lances ordinaires » (B. N., fr. 20492, f° 60) ; en 1466, Gaspard Bureau, maître de l’artillerie, touche une certaine somme « pour son ordinaire de l’année » (ibid,., 20492, f° 17) ; il est fait allusion, en 1470, à l’ « ordinaire de l’artillerie » (ibid., 6972, f° 314v°—315), en 1473, aux « gens de guerre extraordinaires de la grant ordonnance » (Morice, Preuves, t. III, col. 265) et, la même année, aux charges, « tant ordinaires qu’extraordinaires », du trésorier des guerres (B. N., fr. 20498, f° 106r°). Un document du 16e siècle, postérieur à 1556, indique, à partir de 1484, le budget annuel — recettes et dépenses — de l’ordinaire et de l’extraordinaire des guerres ainsi que l’extraordinaire de l’artillerie (Lot, Recherches sur les effectifs des armées, p. j. n° 1, p. 194 d’après B. N., fr. 4523, f° 43v° sq.).
L’opposition entre les deux notions ne correspond pas à celle qui existe entre l’ordinaire — les ressources du domaine — et l’extraordinaire des finances. Elle ne correspond pas davantage à celle de la paix et de la guerre, puisqu’il peut y avoir, en période de paix, des dépenses extraordinaires, bien que celles-ci s’accroissent surtout durant les hostilités. L’extraordinaire des guerres désigne des dépenses impromptues ou qu’on juge accidentelles. Mais si l’accidentel se prolonge, si l’impromptu devient prévisible, on peut et on doit en prévoir le financement régulier et l’extraordinaire se mue alors en ordinaire.

2 Cf. L’ordonnance du 2 novembre 1439, rédigée à la suite de la réunion des trois états à Orléans : le roi « a ordonné que certain nombre de capitaines de gens d’armes et de traict sera ordonné pour la conduicte de la guerre » (Ord. Roys, t. XIII, p. 306—313). Même idée dans une ordonnance de 1444 : « Premierement, le roy ordonne a tenir seulement sur les champs, en actendant la saison nouvelle pour les mectre en frontière, XIII cappitaines » (A. N., 1 AP 177).

3 On parle également de « grande » et de « petite retenue » (B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 173 : 1449).

4 Cette ordonnance se situe entre celle du 9 janvier 1445, rendue à Nancy (publiée par Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 307—308), et celle de Louppy-le-Château, du 26 mai 1445 (publiée par Cosneau, Richemont, app. LXXXIV, p. 610—612), mais avant le 20 avril 1445, date à laquelle Richemont y fait allusion dans un sauf-conduit accordé à un chef de guerre (ibid., app. LXXXIII, p. 609—610). On peut avancer la fin mars, après la paix avec Metz et l’évacuation de l’Alsace par les Ecorcheurs.

5 L’expression « lance fournie » est celle couramment utilisée en France. En Bretagne (Morice, Preuves, t. II, col. 1727) et en Bourgogne (B. N., Bourgogne 60, f° 201), on emploie celle de « lance garnie ».

6 On trouve plus fréquemment, dans les textes du temps, « coustilleur » que « coustillier », mais, l’usage ayant adopté « coutillier », c’est de ce dernier mot que je me servirai. Le nom vient de l’arme qu’il utilise : « Item, y use l’en encores d’une autre maniere de gens armez seulement de haubergeons, sallade, gantellez et harnoys de jambe, lesquelx portent vouluntiers en leur main une faczon de dardres qui ont le fer large que l’en appelle langue de bœuf, et les appelle l’en coustilleux » (Belleval, Du costume militaire des Français en 1446, p. 4).

7 Cosneau, Richemont, app. LXXXIV, p. 610.

8 Chron. Mont-Saint-Michel, t. I, p. j. XLII (1424) et CXV (1430). Le rapport habituel dans l’armée anglaise était d’une lance pour 3, et non pour 2, archers.

9 Toutefois, en 1471, Charles de France, frère de Louis XI, alors duc de Guienne, mande à son conseiller et maître d’hôtel Jean Harpin, chargé de passer les montres et revues des gens d’armes étant à son service de « mettre par roole le nombre des hommes d’armes, archiers et coustillieurs presens d’une chascune compaignie » (Stein, Charles de France, p. j. CXVI, p. 765).

10 Haynin, Mémoires, t. II, p. 165.

11 Bouvier, « Le recouvrement de Normandie » dans Stevenson, Narratives of the Expulsion of the English, p. 165—166. La brigandine est une sorte de gilet composé en général de deux épaisseurs d’étoffe, entre lesquelles sont disposées des plaques ou des pièces de métal, se recouvrant l’une l’autre comme des écailles de poisson ; ces plaques étaient reliées entre elles par des boucles de fer et, de plus, souvent fixées à l’étoffe extérieure par des clous à large tête. La guisarme est formée d’un manche en bois et d’un fer large et pesant. La protection qu’assure le jaque, dont la coupe est identique à celle de la brigandine, est assurée par la superposition d’un grand nombre d’étoffes : en 1466, Aymar de Poisieu conseillait à Louis XI des « jacques de XXX toilles ou de XXV, et ung cuir de serf a tout le moins, et si sont de XXX et ung cuir de serf, ilz sont des bons, les toilles usées et deliées moyennement sont les meilleures » (B. N., fr. 18442, f° 160v°).

12 Guillaume, Hist. organisation militaire, p. 191. Un gorgerin, ou gorgière, est une pièce de mailles protégeant la gorge.

13 Lot, L’art militaire et les armées, t. II, p. 117 ; Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingins La Sarraz, t. II, p. 141—145.

14 B. N., fr. 21451, f° 309—318.

15 Bretagne : Morice, Preuves, t. II, col. 1322—1326 ; Bourgogne : La Barre, Mémoires pour servir à l’histoire de la Bourgogne et de la France, t. I, p. 283—285. France : nombreux coutilliers énumérés, par exemple dans la « monstre des nobles et tenans noblement es bailliages de Caux et Gysors », en décembre 1470 (La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 113—131).

16 Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 449—453, d’après A. N., JJ 193, n° 73.

17 Commynes, Mémoires, éd. Lengley-Dufresnoy, t. III, p. 482—483.

18 Lettres de Louis XI, t. X, p. 376—377, n° 2091.

19 Après la réforme de 1445, des hommes de guerre suivirent longtemps, à leurs dépens, des capitaines de compagnies « sur esperance de y estre pourveus », cherchant tous les moyens pour y parvenir (Escouchy, Chronique, t. I, p. 59).

20 Cosneau, Richemont, app. LXXXIV, p. 610. Bouvier, « Recouvrement de Normandie », p. 406—407.

21 1462 : Lettres de Louis XI, t. II, p. 92, n° 59.
1474°: Roye, Chron. scandaleuse, t. I, p. 306.
1475°: B. N., Clair. 236, n° 245

22 B. N., Moreau 734, f° 234 sq.

23 A. M. Troyes, A 2, f° 30r°.

24 L’expression fut aussi employée par l’administration militaire de la Normandie lancastrienne : Chron. Mont-Saint-Michel, t. II, p. 111, p. j. CCIII. Mais, dans deux exemplaires manuscrits de l’ordonnance de Saint-Maximin de Trèves, que Charles le Téméraire remettait chaque année à ses nouveaux capitaines (B. N., fr. 23963 et n. a. fr. 6219), on parle de « faulsses portes ». Il y est dit que, pour les éviter, tous ceux qui seront passés en revue et dont on découvrira qu’ils portent chevaux, harnois ou habillements de guerre empruntés, verront cet équipement confisqué au profit, pour moitié, de « l’accuseur », pour l’autre, du commissaire faisant la montre. Il ne s’agit donc pas tout à fait, comme on l’a cru, de l’équivalent des passe-volants du 17e siècle.

25 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 76—77, n° 267. Cf. aussi B. N., fr. 1246, f° 19v° sq. : « Plus, il y a aucuns cappitaines et lieux tenans qui mectent barbiers, paleffreniers et cuysiniers a la guerre, et si ont des jantilz hommes avecques eulx ung grand nombre qui ne vont jamais guyeres a la guerre ou a la frontière ».

26 Basin, Hist. Ch. VII, t. II, p. 18 ; cf. aussi Escouchy, Chronique, t. I, p. 55 et Auvergne, Les Vigiles de Charles VII, t. I, p. 219.

27 A. N., Zla 18, f° 119v°.

28 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 333 et 381. 1 500 lances et 6 000 archers, ou 1 500 lances, 3 000 archers et 2 500 coutilliers : ce sont les chiffres mentionnés dans un registre de délibérations de Châlons-sur-Marne, à la date de 1445 (A. Vallet de Viriville, Histoire de Charles VII, t. III, Paris, 1865, p. 56, n. 2).

29 Hist. Languedoc, t. XII, col. 9—12, n° 5.

30 A.N., 1 AP 177.

31 Répartition géographique :

Image img01.jpg Image img02.jpg

32 B. N., fr. 20692, f° 188v°—193r° et 23271, f° 527—535. Sur les tentatives de diminution, cf. Basin, Hist. Ch. VII et Louis XI, t. III, p. 246 sq. et le discours de Jean Jouvenel, B. N., Dupuy 519, f° 257v°

33 B. N., fr. 6971, f° 239—243 et 6973, f° 91—96.

34 A. D. Isère, B 2904, f° 233v° et 237r°. Stein, Charles de France, p. 148 sq.

35 A. M. Troyes, F 132.

36 B. N., fr. 20485, f° 89.

37 Morice, Preuves, t. III, col. 265—266.

38 B. N„ fr. 20498, f° 106—109.

39 Dès 1426, Charles VII demande au roi de Castille le secours de « IIm hommes d’armes bien montez et armez », y compris « deux ou trois cens hommes a la genette » (Daumet, Alliance de la France et de la Castille, p. j. 57, p. 225—228). Les genétaires sont mentionnés dans la Règle du Temple, p. 88, rédigée dans le troisième quart du 13e siècle (cf. chap. I, n. 50). Genétaire signifie également javeline ou lance légère, sans doute l’arme de ce type de combattant (Godefroy, Dictionnaire, t. IV, p. 258 A). Pasquier, « Boffille de Juge », p. 10, n° 6. Composition d’une compagnie de cent lances à la mode d’Italie : B. N., fr. 25781, n° 32. Dès le milieu du siècle, présence dans l’ordonnance du roi de quelques lances « à la coutume de Lombardie », comptant moins de combattants que celles « à la coutume de France » : A. N., AB XIX 693, s. v. Dresnay (du). Sur la tactique des genétaires, cf. aussi Froissart, Chron., t. VI, p. 372.

40

41 Calmette et Périnelle, Louis XI et l’Angleterre, p. 169.

42 A. M. Châlons-sur-Marne, BB 5, f° 68. B. N., fr. 21499, n° 281. Ces troupes appartenaient à « l’ordonnance du roy » (B. N., p. o. 2296, dossier Planelle, n° 2), donc à l’armée permanente ; elles comptaient 200 genétaires et 200 laquais, sous deux capitaines, Martin de Salezedo, chevalier, et Estephe ou Etienne de Grand-mont, écuyer, tous deux d’origine espagnole (ibid., 2611, dossier Salcedo, n° 2).

43 B. N., p. o. 513, dossier Briçonnet, n° 19.

44 B. N., fr. 2906, f° 49—50.

45 Morice, Preuves, t. III, col. 324—325. Il s’agit du compte de Guillaume de la Croix qui, pour la seconde partie de l’année, doit payer 500 lances supplémentaires. Je suppose qu’un accroissement semblable s’est produit pour le second trésorier des guerres, Denis le Breton, dont on n’a pas conservé le compte pour cette année.

46 B. N., fr. 2906, f° 17 et 26r° et 2908, f° 44—45.

47 Ibid.

48 Molinet (Chron., t. I, p. 304) énumère les capitaines des compagnies françaises, dont les noms se retrouvent dans les documents comptables de l’époque. On ne peut suivre ici Lot (L’art militaire et les armées, t. II, p. 137) qui estime ces effectifs impossibles car cela supposerait que « la totalité ou presque des compagnies d’ordonnance eût été réservée à la campagne de Flandre ». En réalité, ils n’en représentaient que 56 %.

49 B. N., fr. 26098, n° 2020.

50 B. N., lat. 5414 A, f° 143—144.

51 Ibid. Estimation légèrement plus forte dans un document contemporain : « N’a esté mis sus pour le fait de sa guerre que le paiement de deux mil deux cens lances, combien qu’il ait semblé estre bien peu ; veu le grant païs et frontieres que le dit seigneur a a garder » (Conseil du lundi 5 avril 1484, Pélicier, Gouvernement de la dame de Beaujeu, p. j. I, p. 226). Cf. aussi Bibl. Institut, Godefroy 317, f° 6 : liste de capitaines de l’ordonnance datant des débuts du règne de Charles VIII (« S. 2532 lances, dont il faut oster 332 », soit 2200 : on serait donc en présence du document ayant servi pour le conseil mentionné ci-dessus).

52 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 312 sq.

53 Lot, Recherches sur les effectifs des armées, p. 194.

54 Ibid. et B. N., fr. 23267, f° 18 sq. qui indique, outre les 2 514 lances payées par les deux trésoriers des guerres, 200 lances établies en Roussillon.
1489 : 14e compte de Guillaume de la Croix, trésorier des guerres (B. N., fr. 8269, f° 294—297).
1490 : 9e compte de « Sire » Jean le Gendre (ibid., f° 332—333).
1491 : 10e compte de « Sire » Jean le Gendre (ibid., f° 329—331). Il faut toujours ajouter les lances du Roussillon, signalées, en 1490 par exemple, dans B. N., fr. 21501, n° 388 et 397, et n. a. fr. 8610, f° 55.

55 Paris, Chansons du xve siècle, p. 143, n° CXL.

56 Cf. par exemple, les instructions de Louis XI, en date du 2 novembre 1475, au prévôt de Paris, lui prescrivant de veiller à ce que les gens de guerre qui ont quitté ses ordonnances ne « tiennent pas les champs » (A. N., Y 7, f° 153r°—154r°).

57 Morice, Preuves, t. II, col. 1628—1629 et 1688—1690.

58 Ibid., col. 1727. Le premier compte d’Olivier Baud, trésorier des guerres du duc de Bretagne, part du 1er juillet 1461 (ibid., col. 1777—1778).

59 Ibid., t. III, col. 119—125,

60 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 40.

61 Morice, Preuves, t. III, col. 146—147, 238, 270—272 et 426—428. Dans ce total, je n’ai pas compté la garde du corps, dont je parle plus loin.

62 La Borderie, Louis de la Trémoïlle, p. 48—49.

63 Certains de ces projets dateraient de l’automne 1469 (lettre de Sforza de Bettini au duc de Milan, Tours, 20 novembre 1469, citée par Bittmann, Ludwig XI. m. Karl der Kühne, p. 423, n. 50).

64 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 271—284.

65 Gachard, Documents inédits concernant l’histoire de Belgique, t. I, p. 221—222. Traduisant encore mieux son état d’esprit, l’invective du Téméraire aux députés des trois états de Flandre à Bruges, le 12 juillet 1475 (ibid., p. 252).

66 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 285—294.

67 La Marche, Mémoires, t. IV, p. 82.

68 Lot, L’art militaire et les armées, t. II, p. 120.

69 pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, p. 257—264. Il résulte d’une communiation de M. E. Malett, au Congrès sur les compagnies d’aventure dans l’histoire de l’Italie et de l’Europe (Narni, 1970), qu’ au milieu du XVe siècle les forces permanentes vénitiennes étaient plus importantes qu’ on ne l’a cru.

70 Pieri, « Il Governo et exercitio de la militia di Orso degli Orsini ».

71 Visconti, « Ordine dell’esercito ducale Sforzesco, 1472—1474 ».

72 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 290.

73 Machiavel, Œuvres complètes, p. 137—138 : « Rapport sur les choses de France, 1610 ».

74 L’expression la plus fréquente est « petite ordonnance » (cf. par exemple, B. N., fr. 25778, n° 1890) ; plus rares, « petite paye » (B. N., Clair. 234, n° 75), et « petite solde » (B. N., n. a. fr. 8607, f° 53) ; « petite retenue » est exceptionnelle (B. N., Clair. 25, n° 173).

75 Cosneau, Richemont, p. 644, app. CIV, qui date le document d’octobre 1452. L’expression est encore en usage au 17e siècle (« mortes payes » du château de Vincennes : B. M., Eg. Ch. 14 : 1643).

76 Moriee, Preuves, t. III, col. 119—125.

77 A. D. Isère, B 2904, f° 237r°.

78 B. N., fr. 20498, f° 38—39 : 49 680 l. t. à Antoine Raguier, trésorier des guerres, « pour les mortes payes de Normandie ». La pièce n’est pas datée ; en tout cas, elle ne peut être postérieure à 1468, dernière année où Raguier fut trésorier des guerres.

79 A ma connaissance, dernière mention de « petite ordonnance », le 5 avril 1476, dans une revue des 50 hommes de guerre et de trait du Château-Trompette à Bordeaux (B. N., fr. 21498, n° 254) ; de « petite paye » dans une revue d’hommes de guerre à cheval tenant garnison à Dax, le 26 juin 1492 (ibid., 21502, n° 476).

80 Annexe VI D.

81 Cosneau, Richemont, p. 644, app. CIV, d’après B. N., fr. 18442, f° 144 qui porte, en marge, les traces de l’approbation du conseil auquel le projet fut soumis : « Semble qu’il est bon advis ». Le rapport suggérait que la paye de l’homme d’armes fût de 8 francs par mois, celle de l’archer de 4 francs ; en fait, elles restèrent au taux antérieur, respectivement 10 francs et 5 francs par mois.

82 L’éditeur de cette pièce, tirée du chartrier de Thouars (La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy, p. 69), la date, sans explication, de 1449 ; mais elle ne saurait être antérieure à la première reconquête de Bordeaux, en juin 1451. Comme on y parle du payement des gens de guerre pour le mois de janvier, elle a été écrite soit dans le courant de l’année 1452, soit plutôt deux ans plus tard, en 1454, après la seconde campagne de Guienne.

83 Des lances à pied sont déjà signalées dans les garnisons anglaises à l’époque lancastrienne : Chron. Mont-Saint-Michel, t. II, n° CCIII, p. 110—111. Il existe cependant quelques mortes-payes à cheval : de 1480 à 1484 par exemple, 22 hommes do guerre à cheval sont mortes-payes à Besançon en même temps que 7 hommes de guerre à pied (B. N., fr. 25780, n° 83, 106 et 109 ; 25781, n° 5). En 1474, Louis XI « avoit aboliz et cassez les hommes d’armes des petites payes et ordonné n’y avoir que archiers seullement » (ibid., 23264, f° 31, cité par Spont, « La milice des francs-archers », p. 477, n. 9).

84 B. N., fr. 23267, f° 8 sq.

85 Normandie : Gruel, Chron. Richemont, p. j. XLVI, p. 279—281. Guienne : La Trémoïlle, Prigent de Goëtivy, p. 69.

86 A. N., K 70, n° 14, 14bis, 14ter, 15, 152—156, 23 et 23 bis (hommes de guerre sous Charles des Marets, pour la défense du château de Perpignan, d’août 1463 à avril 1465) ; B. N., fr. 20492, f° 17.

87 Des mortes-payes sont encore signalées à : Bar-le-Duc, 1475—1483 (B. N., fr. 32511, f° 361v° et A. D. Meurthe-et-Moselle, B 531, n° 48). Decize : en 1475 (B. N., Clair. 236, n° 209, 237 et 259 ; fr. 21499, n° 259). Angers (ibid., 21451, f° 309—318). Saint-Valery-sur-Somme, 1470 (Fawtier, Comptes du Trésor, p. 146, n° 1874 ; B. N., fr. 20498, f° 6v°). La grosse tour de Bourges (A. N., JJ 220, n° 98).

88 A partir de 1489, Fougères (B. N., Clair. 237, n° 295) et Saint-Malo (B. N., fr. 25781, n° 46). De même à Nantes en 1491 (B. N., n. a. fr. 7978, n° 20).

89 Cf. par exemple :

Image img03.jpg Image img04.jpg

90 Cf. par exemple :
Roussillon et Cerdagne
1474 B. N., fr. 23263, f° 24 sq.
1487 B. N., fr. 23267, f° 18 sq.

91 Ibid., 10369, f° 9—37.

92 Ibid., 25781, n° 4 et 25780, n° 105.

93 Masselin, Journal des Etats généraux, p. 332 sq.

94 Picardie et Artois : B. N., fr. 23267, f° 18 sq. Bourgogne : B. N., n.a. fr. 20029, f° 36—41.
Bretagne : B. N., Clair. 237, n° 295 (Fougères) et fr. 25781, n° 46 (Saint-Malo). J’ai rattaché au groupe breton les mortes-payes de Pontorson, attestées depuis 1482 (ibid., 23266, f° 5 sq.). L’armement des mortes-payes était constitué en particulier de piques :
« Les archiers ont leurs arcs bendez
Et les mortes payes leurs piques »
(Coquillart, Œuvres, t. I, p. 175).

95 « Relazione di Francia di Zaccaria Contarmi » (Alberi, Relazioni degli Ambasciatori Veneti, t. XII, p. 20—21). Il est possible toutefois que dans ce total si élevé Contarmi ait compris les bandes d’infanterie proprement dites, car il précise : « Vi sono 16 000 paghe morte, che noi chiameressimo provvisionati ; dei quali parte sono deputati alla guardat delle fortezze e parte sono obligati a campeggiare ».

96 « Item les gens de la maison du roy qui seront bien IIe lances qui a III combatans pour lance, en ce presens Pomme d’armes, soit VI0 combatans » (B. N., fr. 21451, f° 309—318).

97 Présence des troupes de l’hôtel du roi, en juillet 1475, face aux Anglais (Lettres de Louis XI, t. V, p. 367), des 200 archers de la garde et des gentilshommes de l’Hôtel à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier en 1488 (Lettres de Charles VIII, t. III, p. j. VI, p. 381—384 ; A. D. Hérault, A 14, f° 213 sq.), des 200 gentils, hommes de l’Hôtel et des 200 archers dans un ordre de bataille du début du 16e siècle (B. N., fr. 2929, f° 16). En 1479, les 200 archers de la garde gagnent la Savoie sous Jacques de Silly, en compagnie de Commynes (ibid., 32511, f° 378v°). Présence de la garde écossaise sous Thomas Stuyer dans la campagne de Catalogne de 1462—1463 (Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187).

98 A. N., 1 AP 177.

99 B. N., fr. 32511, f° 104r°, 108v° et 121v°.

100 A. N., KK 51, f° 123r° et 128.

101 B. N., fr. 32511, f° 121r°. Le mot « cranequin », d’origine allemande, désigne un appareil destiné à tendre l’arbalète et par extension, une arbalète munie de ce système.

102 A. N., KK 51, f° 123 sq. ; Baude (Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 129) cite le chiffre inexact de 80 archers « pour la garde de son corps et non plus ». Il place à tort l’apparition des cranequiniers allemands— 25, selon lui — après la reconquête de la Normandie et de la Guienne.

103 A. N., KK 51, f° 123 sq.

104 1453 : « A Mons. Loys de la Rochette, chevalier, conseiller et maistre d’hostel du roy, 907 l. 10 s. pour acheter de l’argent blanc pour mectre en 22 écharpes pour les gentilshommes armés de l’hostel » (B. N., fr. 32511, f° 165r°).

105 Ibid., f° 252r° (1466) et 261v° (1467) ; ils sont 50 en 1469 (B. N., p. o. 1205, dossier Fortin en Normandie, n° 20), 114 en 1471 (B. N., fr. 21451, f° 306—308).

106 Le 4 septembre 1474, Louis XI plaça Hector de Goulart, écuyer, son conseiller et chambellan, à. la tête de cette compagnie (B. N., Clair. 839 et fr. 23)263, f° 24 sq.). Par ailleurs, Jean du Fou, Grand Echanson, est à la tête de 12 hommes d’armes et 24 archers de la garde du roi — sans doute faut-il assimiler ces derniers aux 24 archers de la garde française de l’époque de Charles VII ? — en 1471 (B. N., fr. 25)779, n° 34), et, en 1473, Guérin le Groing, écuyer, bailli de Saint-Pierre-le-Moûtier, a la charge d’ « aucuns hommes de la garde » (ibid., 32)511, f° 329v°).

107 Hector de Goulart étant mort, Louis XI confia sa charge à Louis Malet de Graville qui, le 10 juin 1475, fut nommé « conducteur des cent hommes d’armes et leurs archers que nous avons établis et ordonnez pour la garde de nostre corps » ; au lieu de 30 l. t. par mois, les hommes d’armes ne touchent plus chacun que 27 l. 10 s. t., mais « sans ce qu’ilz soient tenus avoir ne tenir aucuns archers ». Le roi voulut que les 50 s. t. de reste fussent « baillez audit seigneur de Montagu par sa simple quittance seullement, pour employer a l’entretenement de certain nombre d’archiers que luy avons ordonné avoir et tenir ordinairement entour luy pour la garde et seureté de nostre personne » (Perret, Louis Malet de Graville).

108 B. N., Clair. 839. Telle est l’origine de la bande des Cent gentilshommes dits « à bec de corbin », du nom de la hallebarde à crochet qu’ils avaient encore à l’époque de Saint-Simon.

109 B. N., fr. 21448, f° 254—255r°. Il est probable que cette seconde bande des gentilshommes se confond avec les cent pensionnaires dont parle, par exemple, Saint-Gelais (Le Vergier d’honneur, p. 411 et 424).

110 A la tête du premier corps, dès 1473 (B. N., fr. 32611, f° 333r°), Jean Biosset, écuyer, conseiller et chambellan du roi, seigneur du Plessis-Paté (B. N.,p. o. 373, dossier Blosset, n° 60) qu’on se gardera de confondre, comme on l’a fait jusqu’ici (Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 234, n. 3 ; Dict. biographie franç., t. VI, col. 714—715), avec son homonyme, Jean Blosset, chevalier, seigneur de Saint-Pierre, de Carrouges et d’Estalles. Il est probable qu’une partie de ces archers provient de la garde du corps du duc de Guienne (B. N., fr. 32611, f° 328v°, signalant Jean Mulot, commis au payement des 41 archers du feu duc de Guienne étant à présent au roi). En 1474—1475, la garde écossaise est composée de « cent six personnaiges hommes de guerre de la nacion d’Escosse servant le roy chascun jour a l’entour de sa personne » (A. N., KK 67, f° 6r°). On peut suivre sous Charles VIII l’existence des deux compagnies d’archers français de la garde, l’une appelée la « petite garde du corps » (ibid., JJ 205, n° 354), sous Claude de la Châtre (B. N., fr. 32511, f° 395v°) puis sous son fils Gabriel (ibid., f° 407v° et 420r°). Les 100 arbalétriers de la garde du corps, sous le comte de Ligny : ibid., f° 419v° et Clair. 188, n° 53.
En 1495, l’une des compagnies d’arbalétriers est commandée par Jacques de Vendôme, l’autre par le sire de Miolans (Arsenal, 4522, f° 36—37). Au début du 16e siècle, le premier corps d’archers s’intitulait la « garde française », le second les « deux cents archers français » (B. N., département des imprimés, cote F 23740, pièce 129 : 1510).

111 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 291.

112 B. N., Clair. 838, f° 3 et fr. 32511, f° 187v° et 301v°.

113 Stein, Charles de France, p. j. 139, p. 789—804.

114 Morice, Preuves, t. III, col. 426—428.

115 Arch. hist. Bretagne, t. II, p. 82—85.

116 La Marche, Mémoires, t. IV et La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 355—365. Même tendance à l’augmentation, à une échelle plus modeste, pour la garde du corps de René II, duc de Lorraine : 25 gardes en 1473, une trentaine en 1481, une cinquantaine en 1496 (H. Lepage, Institutions militaires de la Lorraine, Paris, 1884, p. 147—149).

117 Contamine, « L’artillerie royale française ».

118 B. N., fr. 26092, n° 859 et n. a. fr. 21156, n° 58.

119 Fawtier, « L’organisation de l’artillerie royale au temps de Louis XI » et B. N., n. a. fr. 21156, n° 58.

120 Gandilhon, « Le personnel de l’artillerie royale »),

121 Budget de l’artillerie :
1463 : 4 829 l. t. (B. N., fr. 20492, n° 60).
1469 : 5 108 l. 15 s. t. (ibid., 26092, n° 859 et n. a. fr. 21156, n° 58) ; il faut ajouter à cette somme les gages de la bande de Giraud de Samain.
1473 : 15 149 l. 5 s. t. (B. N., fr. 23266, f° 18 sq.).
1475 : 17 172 l. 5 s. t. (B. N., p. o. 513, dossier Briçonnet, n° 19).
1476 : 17 218 l. 5 s. t. (B. N., fr. 2906, f° 49—50).
1483 : 28 725 l. 10 s. t. (ibid., 23266, f° 18 sq.).
1491 : 24 236 l. t. (Gandilhon, « Le personnel de l’artillerie royale »).

122 Sur l’artillerie royale dans la seconde moitié du 15e siècle, outre les articles de Contamine, Fawtier et Gandilhon cités supra, cf. Perroy, « L’artillerie de Louis XI ».

123 B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sq. ; cf. aussi Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 284 : « Pour entretenir vingt mil hommes de pied toujours paiez ».

124 Infra, p. 343.

125 « Champ à combattre » : B. N., fr. 11663, f° 2r° (1468). « Camp » : Clèves, Instructions, p. 41. « Champ de bataille » : B. N., fr. 32511, f° 277r°. « Parc » : ibid., 20498, f° 60r°.

126 Le même système était employé par le duc de Milan, en 1472 (Visconti, « Ordine dell’esercito ducale Sforzesco, 1472—1474 », p. 457 : el carregio del campo).

127 Escouchy, Chronique, t. I, p. 81.

128 Clèves, Instructions, p. 41. Cf. aussi Cruickshank, Army Royal, p. 41—54.

129 « Inventaire des livres trouvés dans la librairie de feu monseigneur de Raves-tain en sa maison de la ville de Gand » (A. D. Nord, Inventaire des archives civiles, série B, t. VIII, p. 433 sq.).

130 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 285 ; Basin, Hist. Charles VII et Louis XI, p. 192—194 et 200.

131 Ibid., p. 274.

132 B. N., fr. 32511, f° 277r°.

133 Ibid., 11663, f° 2r°.

134 En 1473, le capitaine du champ était Pierre Michel (B. N., fr. 20498, f° 109).

135 B. N., p. o. 513, dossier Briçonnet, n° 19 et fr. 20498, f° 60r°.

136 Perroy, « L’artillerie de Louis XI », p. 293.

137 Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 352—354, n° XXIII.

138 B. N., fr. 10369, f° 40—50.

139 Ibid., 23266, f° 18 sq.

140 Récits concordants dans Commynes, Mémoires, t. II, p. 284—285 et Roye, Chron. scandaleuse, t. II, p. 106—107. Organisation du camp : B. N., n. a. fr. 7639, f° 303 sg. Gages : B. N., fr. 23266, f° 5 sq.

141 Commynes, Mémoires, t. II, p. 284—285.

142 Masselin, Journal des Etats Généraux, p. 345 sq.

143 En 1485, Pierre-Louis de Valtan, un chef de guerre originaire de Catalogne, est « capitaine général de la closture » (Spont, « La milice des francs-archers », p. 477).

144 G. Zeller, Institutions de la France au xvie siècle, Paris, 1948, p. 304.

145 La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire, p. 222—223.

146 Cf. les montres et revues des nobles de l’arrière-ban : cf. par exemple, B. N., Clair. 237, n° 335.

147 Demi-lance : lance raccourcie qui, au lieu d’atteindre 3 ou 4 mètres comme celle de l’homme d’armes, n’en a que la moitié. Par extension, combattant muni de cette arme. Il est l’équivalent du javelinier. Notons toutefois la tentative faite par Louis XI en 1481 pour transformer l’arrière-ban en infanterie : infra, p. 374—377.

148 Infra p. 392.

149 Le 18 avril 1465, par exemple, Guillaume Cousinot écrit au chancelier de France que « les nobles de tous les pays (...) se mectent sus » pour servir le roi (Mélanges historiques, t. II, p. 227—228) ; le 8 mai 1472, Louis XI convoque « tous arriéré bans du royaume » qui doivent venir « es marches de pardeça » c’est-à-dire dans la région de Ham en Vermandois (A. N., K 71, n° 19). Il est difficile de savoir dans quelle mesure ces ordres furent effectivement exécutés.

150 B. N., fr. 20487, f° 75. A la suite de Camille Favre, dans son introduction biographique au Jouvencel, Bueil, t. I, p. CLV, n. 3, Lot (L’art militaire et les armées, t. II, p. 80) a attribué à cette pièce la date de 1449 et a cru qu’il s’agissait d’un projet pour la reconquête de la Normandie.
En 1471, les provinces suivantes furent touchées : Normandie, Touraine, Poitou, Angoumois, bailliage de Chartres, comté du Perche, Orléanais, Blésois, Vendômois, Montargis et Melun, Berri, Auvergne, Rouergue, Anjou, Dauphiné, Périgord, Limousin, bailliage de Senlis, Vermandois, bailliage de Lyon, Languedoc, Maine, Forez et Beaujolais. Les nobles de ces régions devaient, soit se rassembler dans la région de Compiègne pour s’opposer à la Bourgogne, soit descendre en Roussillon (B. N., fr. 6759, f° 91r° sq.).

151 J’appelle ici « France utile » la France où le roi, sauf rébellion intérieure, pouvait en pratique lever ou faire lever le ban et arrière-ban : c’est-à-dire l’ensemble du royaume de France, y compris le Dauphiné, moins les pays bourguignons, la Bretagne et les domaines du comte de Foix. Sur cette extension, infra, p. 383—385.
Pour établir le chiffre de 16 000 combattants, je me suis servi du nombre des nobles de l’arrière-ban du Maine, de l’Anjou, du Poitou, de l’Angoumois et de la Saintonge, ayant servi en 1468, au siège d’Ancenis, sous le marquis de Pont. Le total est de 568 hommes d’armes et 2 609 archers et brigandiniers (Morice, Preuves, t. III, col. 185—186, d’après B. N., fr. 20430, f° 34). De plus en 1473, le Dauphiné était susceptible de fournir 188 hommes d’armes, 480 brigandiniers, 195 coutilliers, 104 hommes de pied, soit 977 combattants (Pilot de Thorey, Catalogue, t. II, p. 187, n. 1, d’après A. D. Isère, B 2904). En 1470, le pays et comté de la Marche, châtellenie de Montaigut en Combrailles et du Dorât : 35 hommes d’armes et 150 brigandiniers, archers ou vougiers (B. M. Poitiers, 407) ; le bailliage de Caux : 75 hommes d’armes, 84 archers, 16 coutilliers, 227 vougiers, un arbalétrier, soit 403 combattants ; le bailliage de Gisors : 24 hommes d’armes, 24 archers, 11 coutilliers, 70 vougiers, soit 128 combattants (La Roque, Traité du ban et arrière-ban, p. 113—131) ; le bailliage d’Evreux : 85 hommes d’armes, 108 archers, 2 arbalétriers, 219 vougiers, 51 demi-lances ou javelines, soit 465 combattants (Monstres generalles de la noblesse du bailliage d’Evreux). Mais à l’exception du premier exemple, il convient de diminuer d’un quart les résultats obtenus, car il s’agit de montres préparatoires : or l’expérience indique un déchet d’environ 25 % entre les montres préparatoires et le service effectif (infra, p. 392). Ainsi, ces régions, représentant environ 30 % du royaume utile, pouvaient fournir 4 800 combattants, dont 800 hommes d’armes.
La sénéchaussée de Toulouse : 59 hommes d’armes, 195 brigandiniers, un arbalétrier, 3 archers, 39 coutilliers, tous à cheval, plus 76 « arbalestriers et gens a pié » (Bibl. Institut, Godefroy 140, f° 165—173), mais quelle superficie ? Je n’en ai nas tenu compte.
Les deux Bourgognes paraissent fournir davantage d’hommes au Téméraire : pour environ 35 000 kilomètres carrés, en 1472, on compte 601 hommes d’armes, 1381 coutilliers, 172 demi-lances, 241 gens de trait et 129 cavaliers à l’équipement indéterminé : soit 2 524 combattants à cheval, proportionnellement 30 % de plus que dans le royaume (La Chauvelays, Les armées de Charles le Téméraire) ; de même, le duché de Bretagne qui, pour une superficie comparable, fournit en 1465, 2791 combattants à cheval, dont 311 hommes d’armes (Morice, Preuves, t. III, col. 119—125). Encore ses ressources théoriques étaient-elles bien supérieures, de l’ordre de 7 000 cavaliers : en 1470, les montres générales des nobles, anoblis, tenant fiefs nobles et autres sujets aux armes de l’évêché de Tréguier donnent une soixantaine de lances et 1 100 combattants, surtout archers et brigandiniers ; en 1481, celles de l’évêché de Léon donnent 24 lances, 341 archers en brigandines, 2 archers en jaques, 498 vougiers en brigandines, 52 vougiers en jaques, soit 916 combattants et 1 073 chevaux (B. M. Saint-Brieuc, 34, p. 206 sq. et 38, p. 281 sq.)

152 Les arrière-bans du Poitou, dont nous possédons les rôles pour 1467, 1488, 1489 et 1491, se situent invariablement aux alentours de 1 100 combattants (Roolles des bans et arrière-bans de la province de Poictou, Xaintonge et Angoumois, 1467 et 1491 ; Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 170—206, n° LVI et p. 53, n° XVI : 1488 et 1489).

153 Infra, p. 392—397.

154 B. N., Clair. 237, n° 333, 335, 337, 339, 341, 343 et 369 ; fr. 21502, n° 450 et 451.

155 Ord. Roys, t. XIV, p. 1 sq.

156 A. M. Lyon, CC 411, n° 13 ; A. M. Laon, CC 12, f° 19 ; Rédet « Extraits des comptes de la ville de Poitiers », p. 437—442 ; A. M. Senlis, BB 3, f° 72—74 ; A. M. Châlons-sur-Marne, EE 1.

157 Ainsi Laon qui, en 1441, avait envoyé, à ses dépens, au siège de Pontoise, 11 arbalétriers et 12 manœuvres, n’est plus taxée, en 1448, qu’à 6 francs-archers (A. M. Laon, CC 11, f° 69 sq.).

158 B. N., Cinq Cents Colbert 4, f° 16—28 et fr. 5909, f° 204—205.

159 Infra, p. 339.

160 Baude, Eloge de Charles VII, dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 134.

161 B. N., fr. 20493, f° 100.

162 Les deux bailliages de Cotentin et Caen fournissent chacun 400 francs-archers. A eux seuls par conséquent, les cinq autres bailliages normands en fournissaient sans doute 1 000.

163 Et non en 1469, comme le dit Fawtier (Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 529). Par inadvertance, il attribue la création des francs-archers à l’année 1445 (ibid.). Enfin il pense que l’ordonnance réformant l’institution n’est connue que du seul Père Daniel, Hist. de la Milice françoise, t. I, p. 244 : je l’ai retrouvée dans B.N., fr. 18442, f° 160 sq. (copie contemporaine). Caillet,(Relations de Lyon avec Charles VII et Louis XI), a, le premier, proposé la date de 1466, vers la fin de l’année. Lot (L’art militaire et les armées, t. II, p. 79) l’admet.

164 5 contre 2 à Amboise (Chevalier, Inv. arch. com. Amboise, p. 66 sq.) ; 30 contre 8 à Lyon (A. M. Lyon, CC 411, n° 44 et CC 428, n° 20) ; 12 contre 6 à Senlis (A. M. Senlis, CC 52, f° 8r° et CC 75, f° 12r° sq.) ; 19 contre 6 à Compiègne (Bonnault d’Houët, Les francs-archers de Compiègne) ; 24 contre 8 à Châlons-sur-Marne (A. M. Châlons-sur-Marne, BB 4, f° 120).

165 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186.

166 Dès 1444, il était conseiller, maître d’hôtel et chambellan du dauphin Louis (Pilot de Thorey, Catalogue, t. I, p. 45, n. 2).

167 B. N„ fr. 18442, f° 160 sq.

168 Les 13 nouveaux francs-archers de Compiègne sont munis de jaques (Bonnault d’Houët, Les francs-archers de Compiègne), mais, dès 1471, le capitaine des francs-archers de l’élection de Châlons-sur-Marne « vouloit contraindre mectre tous lesd. francz archiers qui avoient jaques en brigandines... dont il se depporta a la requeste des gouverneurs » (A. M. Châlons-sur-Marne, CC 89, f° 37r°). Désormais la mention d’achat de jaques pour l’équipement des francs-archers est exceptionnelle.

169 A. M. Lyon, CC 428, n° 20. On trouve des couleuvriniers à partir du début du 15e siècle.

170 A. M. Troyes, BB 5.

171 Jusqu’en 1474, 70 francs-archers à Troyes, puis 50 (A. M. Troyes, layette 65) ; 12 à Mantes à partir de 1470 (A. M. Mantes, BB 7, f° 37).

172 Morice, Preuves, t. III, col. 185—186.

173 B. N„ fr. 26095, n° 1421.

174 Infra, p. 348—349.

175 B. N., fr. 25716, n° 56.

176 Inv. arch. com. Montferrand, CC 204, p. 476 et EE 2 ; Bonnault d’Houët, Les francs-archers de Compiègne ; A. M. Laon, CC 22, f° 34 sq. ; toutefois à Valence, le chiffre de 7 francs-archers est maintenu (Inv. arch. com. Valence, p. 145, CC 32).

177 Dans une lettre du 27 juin 1489, Charles VIII annonce l’arrivée de 6 000 hommes de pied et le recrutement de 8 000 à 10 000 autres en Normandie, Anjou et Maine (Lettres de Charles VIII, t. II, p. 359—362, n° 439) ; en fait, ces 8 000 à 1 000 hommes ne furent que 5 000 (Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault, maître d’hôtel du roi Charles VIII », pièce IV, p. 127). La même année, l’une des deux armées du Nord, celle de Flandre et Brabant, comptait au moins 2 000 hommes de pied (B. N., fr. 7881, f° 194v° à 205v°).

178 6 416 hommes de guerre à pied sont signalés dans B. N., fr. 25 717, n° 110 et, sous d’autres capitaines, 3 187 (B. N., p. o. 1667, dossier Lauzières, n° 7 ; et fr. 25717, n° 111 et 113), à quoi il faut ajouter 1 997 hommes « nouvellement mis sus au pays de Picardie pour renforcer l’armée du roy aux lisieres de Bretaigne » (B. N., fr. 21501, n° 430 à 432 ; n. a. fr. 8611, f° 14 et fr. 26103, n° 779).

179 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 187.

180 Ord. Roys, t. XVIII, p. 110—114.

181 A. M. Troyes, BB 5.

182 1469—1470 : « Jehan Espaignol et Anthoine de Cosme, cappitaines d’enfans de pié que le roy a fait venir de Lombardie » (B. N., fr. 23263, f° 5 sq.). C’est la fanteria italienne, l’infanterie.

183 Cité par Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 71.

184 Ibid., p. 123. Texte français du traité dans Commynes, Mémoires, éd. Lenglet-Dufresnoy, t. III, p. 212 ; texte allemand dans Amtliche Sammlung, t. II, p. 913—916.

185 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 153.

186 Dépêches des ambassadeurs milanais, éd. Gingins La Sarraz, t. I, p. 22—24, n° 9.

187 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 183.

188 Ibid., p. 185.

189 B. N., fr. 2908, f° 44—45 et 2906, f° 17. Dès 1473, 1 200 Suisses servent dans l’armée du Roussillon (Hist. Languedoc, t. XI, p. 90).

190 B. N., fr. 23915, f° 161 ; A. N., JJ 209, n° 228 ; B. N., fr. 23266, f° 5 sq. et 18 sq.

191 Amtliche Sammlung, t. III, p. 169.

192 Ibid., t. III, p. 241, 271 et 737.

193 B. N., fr. 4523, f° 42.

194 Amtliche Sammlung, t. III, p. 715.

195 Ibid., p. 305 et 336.

196 Ibid., p. 287 et 321.

197 Le texte cité dans la note précédente, du 19 mars 1488, parle de 2 000 Suisses se rendant en France ; c’est cette bande que Greffin Roze a fait « mectre sur la riviere » de Loire, à Roanne, dont Charles VIII annonce la venue le 24 mars ; le 29, elle est arrivée à Tours ; une autre bande suit, forte de 1 400 ou 1 500 hommes, conduite par le seigneur de la Heuze, maître d’hôtel du roi (Lettres de Charles VIII, t. I, p. 316—317, n° 198 et La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 16). En octobre 1488, Charles VIII fait marcher sur la Bretagne 1 200 Suisses retenus par lui sur 6 000, dont 4 800 étaient déjà licenciés (commission du 3 octobre 1488 de trésorier et commissaire de 1 200 Suisses à Tanneguy de la Gambertière et à Pierre-Louis de Valtan : Pélicier, Gouvernement de la dame de Beaujeu, p. 158, n. 2). Pour 1491, on possède les montres de 1 625 Suisses (B. N., fr. 25781, n° 56 et 21502, n° 438, 439, 403, 410, 411 et 413).

198 Molinet, Chron., t. II, p. 87—89.

199 Amtliche Sammlung, t. III, p. 308 et 338 (15 décembre 1488).

200 Ibid., t. III, p. 325 et 351 (18 juin 1489).

201 Lettres de Charles VIII, t. III, p. 344—345, n° 721.

202 Mandrot,Relations avec les cantons suisses, p. 187—188, n. 1, d’après B. N., fr. 2900, f° 18. Chaque bande comptait deux fifres, deux tambours, deux sergents, un clerc pour les écritures, un prêtre, un chirurgien, enfin un truchement ou interprète.

203 B. N., fr. 25781, n° 56.

204 La Trémoïlle, Correspondance de Charles VIII, p. 54, n° 49 et p. 168, n° 151. Le halecret est une cuirasse légère faite de plaques de métal articulées (moyen néerlandais Halskleedt).

205 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 237.

206 B.N., fr. 2922, f° 51v°-52r°.

207 Durant la campagne de Normandie de 1450, on recrute charpentiers, tailleurs de pierre, manœuvres, pionniers, scieurs de long, maçons et charrons dans les vicomtes d’Avranches, de Pont-Audemer, de Beaumont-le-Vicomte, duché d’Alençon et comté du Perche (ibid., 26079, n° 6208 ; A. N., K 68, n° 43 et 492).

208 A. M. Senlis, CC 28, f° 4v°.

209 A. M. Laon, CC 12.

210 Contamine, « L’artillerie royale française » : cf. surtout la carte, p. 239.

211 B. N„ fr. 20493, f° 100 et Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 157.

212 Contamine, « L’artillerie royale française ».

213 B. N., fr. 20490, f° 12.

214 Perroy, « L’artillerie de Louis XI ».

215 Contamine, « L’artillerie royale française ».

216 Escouchy, Chronique, t. I, p. 187—189.

217 Leseur, Chron. Gaston IV, t. II, p. 8.

218 Morice, Preuves, t. III, col. 1628—1629.

219 Mandrot, Relations avec les cantons suisses, p. 22, n. 1.

220 Leseur, Hist. Gaston IV, t. II, p. 118.

221 Présence de contingents savoyards, d’ailleurs peu nombreux, attestée à Montlhéry par Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. I, p. 21. Pour Milan, cf. Ghinzoni, « Spedizione Sforzesca in Francia ».

222 B. N., fr. 20487, f° 75.

223 La Borderie, Louis de la Trémoïlle, p. 48—49.

224 Sur cette notion, cf. Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 208—209.

225 Copie du compte de 1451 : Arsenal, 4522, f° 22—26. Troupes demeurées en Normandie: Gruel, Chron. Richemont, p. j. XLVI, p. 279—281.
Enumération des troupes dans Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 249—323. Les estimations fournies par Lot (L’art militaire et les armées, t. II, p. 80—86) apparaissent, en conséquence, beaucoup trop basses. Je serais porté à penser que les différentes armées employées à la reconquête de la Normandie groupaient elles aussi 18 000 combattants, réunis lors du siège de Caen.

226 B. N., fr. 20493, f° 100.

227 Mélanges historiques, t. II, p. 227—228.

228 Récit de la bataille dans Roye, Chron. scandaleuse, t. II, p. 401—412 ; les deux artilleries furent toutefois en présence : Finot, L’artillerie bourguignonne à la bataille de Montlhéry et Perroy, « L’artillerie royale à la bataille de Montlhéry ». Je pense que le gros de l’artillerie de campagne française était absent à Montlhéry, n’ayant pu suivre le rythme de la chevauchée du jour précédent : Louis XI n’était sans doute accompagné que de Giraud de Samain et 4 canonniers « ordonnés a conduire quatre grosses couleuvrines que le roy fait mener en sa compagnie pour la sûreté de sa personne » (B. N., fr. 32511, f° 298v°). Giraud de Samain fut fait prisonnier par les Bourguignons qui s’emparèrent des quatre couleuvrines, d’une cinquième grosse couleuvrine de fonte, L’ostesse et « ung gros canon de cuivre nommé l’ung des douze pers » (Perroy, « L’artillerie royale à la bataille de Montlhéry » p. 188 et n. 4). En dépit de leur qualificatif, autant de pièces relativement légères et maniables, traînées par un à quatre chevaux.

229 Pour les lances fournies, supra, n. 48 ; Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 274, indique la présence de 8 000 francs-archers ; en dépit de Lot, il n’y a nulle invraisemblance à admettre ce chiffre qui représente deux circonscriptions sur quatre : pour le siège de Perpignan en 1462, on en prévoyait 6 000 (B. N., fr. 20493, f° 100), 6 000 encore pour celui d’Elne en 1474 (ibid., 20490, f° 12) ; 5 000 sont logés dans les faubourgs d’Amiens en février 1471 (Janvier,Les Clabault, p. 288).

230 Commynes, Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 284.

231 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 76—77, n° 267.

232 Et non, comme on l’a dit jusqu’à présent (La Borderie, Louis de la Trémoïlle), le sire de Brissac. Les sources indiquent effectivement un sire de Brussac, qu’on a indûment transformé en Brissac. En fait, il s’agit de Jacques Galiot de Genouillac, seigneur de Brussac et de Saint-Projet. Si les chroniqueurs du temps lui ont donné le nom d’une de ses seigneuries, c’est qu’à la même bataille, a combattu un aventurier napolitain, Jacomo Galeotto, dit Jacques Galiot : ce dernier y trouva la mort, en sorte que par une confusion explicable, on a parfois fait mourir le maître de l’artillerie à Saint-Aubin-du-Cormier.

233 Ordre de bataille des Français à la journée de Saint-Aubin-du-Cormier : Lettres de Charles VIII, t. III, p. j. VI, p. 381—384, complété par A. D. Hérault, A 14, f° 213 sq. Ces documents ne fournissent que les noms des capitaines : poulies effectifs, je me suis servi des comptes de 1488, 1489, et 1490 : B. M. Nantes, 844, n° 180 ; B. N., fr. 20491, f° 86 ; 8269, f° 294—297 et 332—333. Je suis parvenu de la sorte à calculer les effectifs de cavalerie à l’exception des nobles de Normandie et du Maine qui combattent dans l’arrière-garde ; j’ai estimé ces derniers à un chiffre tel que l’arrière-garde soit nettement moins nombreuse que la bataille. J’ai donné aux douze bandes de gens de pied français les mêmes effectifs que ceux de 12 bandes de 1491 (supra, note 178). Pour les Suisses, signalés dans l’avant-garde, supra note 197.

234 B. M. Nantes, 844, n° 180.

235 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 238.

236 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », p. 127.

237 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 242.

238 Lettres de Charles VIII, t. II, p. 359—362, n° 439.

239 Documents inédits pour servir à l’histoire du Poitou, p. 53, n° 16.

240 Raison du Cleuziou, « Gilles Rivault », pièce V, p. 129—130.

241 Supra, n. 88.

242 Contamine, « L’artillerie royale française », p. 241.

243 Cf. note 240.

244 B. N., fr. 20487, f° 77.

245 A. N., K 71, n° 39.

246 Contamine, « L’artillerie royale française ».

247 C’est à la fin du règne de Louis XI que les forces les plus importantes furent réunies. Gf. Roye (Chron. scandaleuse, t. II, p. 398) qui parle de 60 000 combattants à la solde de Louis XI et Commynes (Mémoires, éd. Calmette et Durville, t. II, p. 209) qui parle de 4 000 à 5 000 lances et plus de 25 000 gens de pied, « tant pour le camp que mortes payes ».

248 B. N., fr. 8269, f° 356.

249 Ce chiffre de 10 millions est évidemment hypothétique. W. Abel accorde à la France vers 1470, 14 millions d’habitants, mais sans doute dans les limites actuelles (Die Wustwngen des ausgehenden Mittelalters, Iéna, 1955). Cf. aussi J. C. Russell, « Late Ancient and Medieval Population », Transactions of the American Philosophical Society, nelle série, t. XLVIII, 3, 1958, p. 121 : l’auteur hésite à donner à la population française en 1500 (dans les limites actuelles) un chiffre de 15 millions. Toutefois, il pense que le dynamisme de la France à la fin du 15e siècle a pu avoir pour fondement une population en rapide accroissement.

250 Beaucoup moins qu’à certaines époques des 14e et 15e siècles, où en Angleterre, selon Postan (« The Costs of the Hundred Years’ War », p. 36), dont j’applique ici la méthode, « the employement of 50 000 men might approach ten or even fifteen per cent of the total male population aged between eighteen and forty-five and be thus equivalent to the call-up of three-quarters of a million men and more in England in the 1960s ». Il est vrai qu’il s’agit là de levées exceptionnelles, de courtes durées, comparables aux 80 000 hommes que Louis XI ou Charles VIII ont pu, par moments, rassembler : dans ce dernier cas, le pourcentage par rapport à la population active atteindrait peut-être 4 %. Mais j’ai pensé que, sur le plan économique, les chiffres des effectifs permanents étaient de plus grande importance.

251 En l’absence de toute estimation chiffrée concernant le clergé de France, on peut se servir de J. C. Russell, « The Clerical Population of Medieval England », Traditio, II, 1944, p. 177—212 : vers 1377, l’Angleterre comptait 10 600 religieux et religieuses et 24 900 clercs séculiers, soit au total 1,6 % d’une population estimée à 2 200 000 habitants ; religieuses exclues, les clercs étaient 33 500, 3 % de la population masculine.

252 A. N., X2a 32, plaidoirie du 2 février 1464.

253 Hector et Lancelot de Salazar, frères, ont « envoyé gens d’armes audit lieu de Saint Just, bailliage de Sens, Espaignolz et autres gens jusques au nombre de sept a huit cens, lesquels avoient esté autresfois soubz l’ordonnance du pere de partie adverse » (ibid., 49, plaidoirie du 28 mai 1484). Prétendus capitaines levant illicitement des troupes : A. N., JJ 221, n° 310 (1491) ; 225, n° 151 (1488) et 197, n° 319 (1473).

254 Exemple la ville de Millau en guerre contre Charles d’Armagnac (1465) et contre le vicomte de Narbonne (1475) (Artières, Hist. Millau, première partie, p. 370 sq. et 411 sq.).

255 B. M. Rouen, Martainville 217, n° 23 et 216, n° 9 ; B. N., fr. 26102, n° 627 et 677.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search