Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Troisième partie. De la survie à l'effondrement: la destinée des réformes militaires de Charles V (1380-1445)

Chapitre IX. Désordres et mutations au temps du royaume de Bourges (1418—1445)

Texte intégral

  • 1 Cf. en particulier les copies des comptes du trésorier des guerres Benoît Colenot pour 1426—1427 (B (...)
  • 2 Sur l’armée anglaise de la double monarchie, cf. surtout Newhall, Muster and Review.

1Les événements de 1418 — installation à Troyes du gouvernement de la reine Isabeau, fuite du dauphin et de ses partisans qui trouvèrent asile en Berri, rentrée des Bourguignons dans Paris —, aboutirent à la formation de deux armées françaises rivales, se proclamant l’une et l’autre seules légitimes : celle de Charles VI et de Jean sans Peur, d’une part, celle du dauphin, lieutenant du roi puis régent, d’autre part. S’il a paru préférable de restreindre l’enquête à l’armée delphinale, devenue après 1422 l’armée royale de Charles VII, c’est d’abord parce qu’elle s’est située dans le prolongement direct de l’armée mise en place par les Armagnacs une fois qu’ils eurent reconquis le pouvoir en 1413 ; c’est ensuite parce qu’entre les forces anglaises de Henri V puis de Bedford et de ses successeurs et les forces ducales de Jean sans Peur puis de Philippe le Bon, l’armée proprement française sous la domination bourguignonne comme sous la double monarchie se réduisit à peu de chose1 ; c’est enfin parce que, de l’armée du royaume de Bourges, allait sortir, certes après de profondes mutations mais sans solution de continuité, l’instrument militaire de la monarchie française sous l’Ancien Régime. En d’autres termes, indépendamment du problème de la légitimité dynastique mais par rapport au dessein de ce livre, qui est de rendre compte d’une certaine évolution, suivre l’armée française des dernières années du règne de Charles VI et des premières années de celui de son petit-fils Henri, conduirait à une sorte d’impasse où nous ne nous engagerons pas2.

2La période envisagée dans ce chapitre est celle des péripéties les plus tragiques, de l’anarchie la plus déchaînée, mais aussi du renversement le plus complet dans la situation politique et militaire. On tentera moins ici d’expliquer la gravité de la crise et de montrer pourquoi et comment elle fut en fin de compte surmontée, que de voir de quelle manière elle affecta le groupe des gens de guerre, dans quelle mesure ces derniers demeurèrent au service du roi, quelles formes enfin revêtit l’armée du royaume de Bourges.

Continuité

  • 3 B. N., fr. 32510, f° 347r . Sur sa carrière antérieure, Rey, Domaine du roi, p. 116, 117 et 121.
  • 4 B. N., fr. 32510, f° 352—363 ; Rey, Domaine du roi, p. 304 et Finances royales, p. 639 ; cf. aussi (...)
  • 5 Rey, Finances royales, p. 649.
  • 6 Rey, Finances royales, p. 645 ; Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 3 (...)

3En dépit de la défaite d’Azincourt, le 25 octobre 1415, en dépit de l’échec des tentatives pour reprendre Harfleur l’année suivante et pour enrayer la progression anglaise en Normandie à partir de 1417, les Armagnacs, au moment où ils perdirent le contrôle de Paris, le 29 mai 1418, disposaient encore d’une administration militaire. Le problème pour le dauphin, une fois la capitale abandonnée, fut donc de recueillir les débris de cet héritage, puis de le reconstituer le plus complètement possible. Par lettres du 23 juin, un mois à peine après sa fuite, il confia temporairement l’office de trésorier de ses propres guerres et des guerres du roi à un ancien serviteur de Jean de Berri, devenu trésorier de France en Languedoïl, Renier de Bouligny3. Celui-ci céda bientôt la place à Macé Héron qui reprit son office dès le 18 août 1418. Macé Héron avait déjà derrière lui une longue carrière financière : après avoir été secrétaire et garde des coffres du duc Louis d’Orléans dans les premières années du 15e siècle, il avait été institué une première fois trésorier des guerres de Charles VI le 6 mai 1404, avait dû abandonner son poste après le triomphe du parti bourguignon, le 7 décembre 1409, devenant alors trésorier général du duc de Berri, mais l’avait retrouvé le 23 août 1413 avec le retour des Armagnacs4. L’autre trésorier des guerres, Hémon Raguier, put éviter, quant à lui, toute interruption de son activité durant les événements de 1418. Lui non plus n’était pas un nouveau venu : poussé par son frère aîné Raymond, un ancien secrétaire de Jean le Mercier, il fut trésorier des guerres dix ans de suite, du 5 août 1399 au 7 décembre 1409, connut une éclipse lorsque Jean sans Peur prit le pouvoir, puis redevint trésorier des guerres à partir du 17 août 14135. Enfin, François de Nerly, qui avait été trésorier de Louis de Guienne avant de se voir attribuer, le 27 juin 1416, la recette générale de Languedoc, continua de détenir son office après la fuite du dauphin, conservant du môme coup la trésorerie des guerres dans les sénéchaussées de son ressort6. Ainsi, dès le mois d’août 1418, le dauphin Charles se trouva disposer des trois trésoriers des guerres traditionnels.

  • 7 B. N., p. o. 2887, dossier Tronchin, n° 2 et 24, dossier Albert, n° 136.
  • 8 B. N., fr. 32510, f° 374r .
  • 9 B. N., p. o. 1517, dossier Héron à Paris, n° 2 et fr. 32510, f° 372—373.
  • 10 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 360.
  • 11 Macé Héron détenait encore l’office de trésorier des guerres en 1444 (B. N., p. o. 1517, dossier Hé (...)
  • 12 Dans l’ordonnance du 25 septembre 1443, il est fait mention d’un seul trésorier des guerres proprem (...)

4La situation se maintint pendant des années. Seuls des changements de titulaires intervinrent : le 12 novembre 1425, François de Nerly céda la place à Jean Seaume7 ; le 1er octobre 1433, Antoine Raguier succéda à son père. Hémon8. Puis, à la mort de Jean Seaume, Macé Héron se vit confier son office par lettres royales du 5 mars 1435, tout en conservant la trésorerie des guerres qu’il détenait depuis 1418 : à partir de ce moment, il n’y eut donc plus que deux trésoriers des guerres, mais l’un exerçait une double fonction, donnant naissance à une double comptabilité9. En août 1440, Macé Héron se retira au profit d’Etienne Petit, qui devint alors receveur général et trésorier des guerres en Languedoc10. Macé Héron n’ayant pas eu de successeur pour sa charge de trésorier des guerres proprement dit, il ne subsista plus dans le royaume, Languedoc exclue, qu’un seul trésorier des guerres, Antoine Raguier : il devait en être ainsi jusqu’en 147511. Résumons : de 1418 à 1435, trois trésoriers et trois trésoreries des guerres ; de 1435 à 1440, deux trésoriers et trois trésoreries des guerres : à partir de 1440, deux trésoriers et deux trésoreries des guerres, dont l’une simple complément de la recette générale de Languedoc12 ; malgré ces modifications, un personnel remarquablement stable : en cinquante ans, de 1416 à 1465, sept titulaires seulement pour l’ensemble de ces offices.

  • 13 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 760—762.
  • 14 Il s’agit de Guillaume Mai-tel, seigneur de Bacqueville. On notera toutefois — ce qui a échappé aux (...)
  • 15 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».
  • 16 David de Brimeu, précédent maître des arbalétriers, mourut à Azincourt. Il fut momentanément rempla (...)
  • 17 Signalé dans le compte de R. de Bouligny de 1418 (B. N., fr. 32510, f° 347— 349). N’apparaît plus a (...)
  • 18 B. N., fr. 26043, n° 5404 (1419) et B. M. Rouen, Martainville 207, n° 8 (1420).

5Les événements survenus de 1415 à 1418 frappèrent lourdement les détenteurs des grands offices militaires de la couronne. L’un des deux maréchaux de France, Boucicaut, fut prisonnier en Angleterre à partir de 141513, la charge de porte-oriflamme disparut définitivement la même année avec la mort de son dernier titulaire, tué à Azincourt14, le connétable Bernard d’Armagnac fut massacré par les Bourguignons le 12 juin 1418 : le dauphin ne disposait donc plus, à cette date, que d’un maréchal de France, le breton Pierre de Rochefort, qui avait remplacé son père, Jean de Rieux, le 12 août 141715, du maître des arbalétriers, le poitevin Jean de Torsay, un ancien fidèle du duc de Berri, institué le 8 janvier 141616, et de Braquet de Braquemont, amiral de France depuis le 22 avril 1417, qui cessa très vite toute activité 17. Ajoutons à ces trois personnages Tanguy du Châtel, un autre Breton, ayant partie liée de longue date avec la maison d’Orléans, qui porta, en 1419 et 1420, le titre de maréchal des guerres du régent18.

  • 19 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».
  • 20 Maréchaux de France : les sires de l’Isle-Adam et de Chastellus ; maître des arbalétriers : Jacques (...)
  • 21 Selon Beaucourt, Buchan fut institué connétable après la bataille de Baugé, du 22 mars 1421. Il l’é (...)
  • 22 B. N., fr. 32510, f° 352—363.
  • 23 Le 2e compte de Pierre Bessonneau commence le 1er octobre 1420 (Mirot, « Dom Bévy et les comptes de (...)
  • 24 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 361 et B. M., Add. Ch. 11609 ; co (...)

6Dans les derniers mois de 1419 Pierre de Rochefort ou de Rieux fut fait prisonnier par les Anglais19. Mettre un terme aux diverses vacances devenait une tâche urgente. Mais un problème se posait : le dauphin pouvait-il, du vivant de son père, choisir de nouveaux titulaires pour ces offices royaux ? Apparemment, il estima que sa dignité de régent lui en donnait le droit ; le traité de Troyes balaya ses dernières hésitations ; sans tenir compte des nominations opérées auparavant par le gouvernement rival20, le dauphin, en 1420 et 1421, désigna un nouveau connétable, Jean, comte de Buchan, l’un des plus grands noms d’Écosse, un amiral, Louis de Culant, originaire du Berri et fidèle de la première heure, ainsi que deux maréchaux de France, soutenus respectivement par les maisons de Bourbon et d’Armagnac, Gilbert Motier de la Fayette et Amaury de Séverac21. En outre, Guillaume des Barres exerça quelque temps, en 1419, la charge de maître général de l’artillerie du roi et du dauphin22, puis fut remplacé, dès avant la fin de la même année, par un protégé de la maison d’Anjou, Pierre Bessonneau, « très noble et saige gentilhomme en son office et en tous autres ou on le vouloit employer »23. En Languedoc, les mêmes fonctions furent confiées à Pierre Carème, dont on suit l’activité jusqu’en 142824. Au début de 1422, chacun des offices militaires avait donc retrouvé un titulaire.

  • 25 Cosneau, Richemont.
  • 26 Jean Malet, seigneur de Graville et de Marcoussis. Selon le P. Anselme, capitaine du château de Pon (...)
  • 27 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 835. Louis de Culant mourut sans enfant en 1444.
  • 28 La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy.
  • 29 Le dernier compte de P. Bessonneau s’étend jusqu’au 20 février 1440 (Mirot, « Dom Bévy et les compt (...)

7Le comte de Buchan mourut à la bataille de Verneuil, le 17 août 1424. Au bout de quelques mois, il fut remplacé, le 7 mars 1425, par le frère du duc Jean V de Bretagne, Arthur de Richemont, qui, en dépit de périodes d’inactivité, voire de quasi-disgrâce, devait conserver l’épée de connétable jusqu’à sa mort, en 145825. En 1425, le normand Jean de Graville remplaça Jean de Torsay, devenu trop âgé26. L’amiral de Culant eut pour successeurs deux Bretons : en 1437 André de Laval-Lohéac27, puis en 1439, Prigent de Coëtivy28. Pierre Bessonneau semble avoir cessé toute fonction officielle le 20 février 1440, mais, dès 1437, il fut pratiquement supplanté par Jean et Gaspard Bureau29.

  • 30 Né vers 1375, il avait alors plus de cinquante ans (Dict. biographie franç. t. VII, col. 26—27) ; r (...)
  • 31 Encore en 1427, Jean de Brosse et Gilbert de la Fayette signalés conjointement comme maréchaux de F (...)
  • 32 Loiseleur, « Compte des dépenses faites par Charles VII ».
  • 33 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».
  • 34 Ibid.
  • 35 Rais faillit perdre son office en 1434—1435 : à cette époque, selon une plaidoirie du 22 avril 1445 (...)
  • 36 Philippe de Culant fut nommé maréchal de France sans doute à la place de Rieux lors du siège de Pon (...)
  • 37 Escouohy, Chronique, t. I, p. 211 ; Jean Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 111 ; Bouvier, « Le re (...)

8C’est parmi les maréchaux de France que la convergence des rivalités politiques, des événements militaires et des incidents d’ordre personnel entraîna les plus grands bouleversements. Avant même la mort d’Amaury de Séverac, Jean de Brosse, seigneur de Sainte-Sévère et de Boussac, que son cousin Louis de Culant avait introduit à la cour quelques années plus tôt, obtint le maréchalat par la grâce de Richemont, le 14 juillet 142630. A partir de 1428, sans perdre pour autant son office, la Fayette ne l’exerça plus, sinon, par intermittence, en Languedoc31. D’où une vacance de fait, entraînant la nomination de Gilles de Laval, seigneur de Rais, en 142932. En novembre de l’année suivante, Pierre de Rieux fut libéré au terme d’une captivité de douze ans33 ; comme il avait conservé son office, il y eut, jusqu’à la mort de Boussac, survenue en 1433, quatre maréchaux de France, alors que l’usage traditionnel n’en admettait que deux. Rieux fut arrêté par Guillaume de Flavy en 1437 et mourut en prison quatre ans plus tard34. En 1440, Gilles de Rais fut condamné à mort pour ses méfaits35. A leur place, Charles VII désigna André de Laval-Lohéac, qui abandonna alors son office d’amiral, et Philippe de Culant, seigneur de Jalognes, neveu de l’amiral Louis de Culant36. Par la suite, on voit un court instant la Fayette reprendre son activité militaire, et les chroniqueurs signalent sa présence en 1449 à côté de ses deux collègues37 ; mais dès 1450, on était pratiquement revenu à la règle des deux maréchaux de France.

9Au total, cette première approche de l’armée du roi de Bourges est loin de laisser apparaître, malgré les modifications, le jeu des disgrâces, des promotions, des disparitions temporaires ou définitives, la profondeur du désordre. On retire au contraire le sentiment d’un effort assez soutenu pour maintenir une certaine continuité ; bien plus que le chaos, ce qui frappe, c’est la place des influences familiales et des intrigues politiques.

Géographie du désordre : Languedoïl et Languedoc

10En dépit d’une documentation d’archives médiocre — la plus pauvre à coup sûr de celles dont nous avons pu disposer pour les 14e et 15e siècles —, l’examen minutieux des pièces comptables permet de saisir avec une relative précision la montée du désordre dans les institutions militaires.

a) Durée des comptes

  • 38 Supra, p. 147.
  • 39 Cf. Rey, Finances royales, p. 355 sq.

11A partir de 1369, la règle du compte annuel s’était imposée38. Moins fidèlement respectée après 1380, elle n’était cependant ni écartée ni oubliée en 141839. Que devint-elle après cette date ?

  • 40 Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII ».

12Il ressort de l’annexe VIII, où le problème est examiné en détail, que si, en Languedoc, la durée des comptes demeura constamment dans des limites raisonnables — un peu plus ou un peu moins d’un an, souvent un an juste —, en Languedoïl au contraire, pendant une dizaine d’années, entre 1428 et 1438, les trésoriers des guerres et le maître de l’artillerie eurent une comptabilité fort irrégulière, certains de leurs comptes s’étendant sur six, huit ou même dix-sept ans. Encore s’écoulait-il parfois un long intervalle entre la clôture d’un compte et son audition devant la Chambre des comptes : le dernier compte d’Hémon Raguier, allant du 1er mars 1425 au 30 septembre 1433, ne fut rendu, après sa mort, qu’en 1441 par ses fils Charles et Louis40. Dans ces conditions, le contrôle était presque illusoire. C’est seulement après 1439 qu’on revint, très progressivement, à des méthodes financières plus saines.

b) Appréciation quantitative des comptes

  • 41 La numérotation primitive a été transcrite dans la copie de B. N., fr. 20684, f° 541—573.
  • 42 Ibid., 4484.
  • 43 Ibid.., 4493.
  • 44 Numérotation transcrite dans les copies de B. N., n. a. fr. 20528, p. 161—177, 179—215 et 217—262.

13Même quand ils couvrent un long espace de temps, ces comptes, matériellement, sont assez minces : le dernier compte d’Hémon Raguier, s’étendant sur 8 ans et sept mois, ne dépassait pas 150 feuillets41 ; or, à la même époque, le compte d’Andry d’Esparnon, trésorier des guerres pour Henri VI en tant que roi de France, couvre 220 feuillets bien qu’il corresponde à un exercice de 19 mois seulement42 ; celui de Guillaume d’Orgemont, portant sur une période d’un an, d’août 1395 à août 1396, en pleine paix, a 92 feuillets43 ; les trois comptes de Jean de Pressy, allant du 2 janvier 1410 au 28 février 1413, avaient respectivement 162, 221 et 365 feuillets44. Aux comptes peu épais du royaume de Bourges, correspondent des recettes et des dépenses peu élevées :

    • 45 Arsenal 4522, f° 17v°. Valeur de l’écu indiquée dans Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 245.

    dépense du 5e compte de Macé Héron (1er décembre 1422—1er décembre 1423) : 161 300 l.t. et 46 891 écus (valeur de l’écu à partir de mars 1423 : 25 s.t.) = 219 412 l.t. ou 175 000 écus environ45.

    • 46 Arsenal 4522, f° 21r . Valeurs de l’écu indiquées dans Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 273 sq.

    dépense du dernier compte de Macé Héron (1er janvier 1434 au 31 août 1440) : 372 182 l.t. (valeur de l’écu variant de 25 à 30 s.t.) ou 271 000 écus environ, soit, par an, 52 800 l.t. ou 40 650 écus en moyenne46.

14Rapprochons de ces données — les seules dont on dispose — celles des trois comptes de Jean de Pressy entre 1410 et 1413 :

  • 1er compte de Jean de Pressy (2 janvier 1410—28 février 1411) : recette de 389 4 041. 6 s. 6 d.t., soit, convertie en écus de 22 s. 6 d.t. pièce, 346 100 écus.

  • 2e compte (1er mars 1411—28 février 1412) : recette de 477 793 l.t. ; dépense de 398 100 l.t., soit 353 800 écus.

    • 47 Rey, Finances royales, p. 427 Le chiffre des dépenses du compte de 1411—1412 se trouve dans Arsenal (...)

    3e compte (1er mars 1412—28 février 1413) : recette de 785 457 l. 14 s. 9 d.ob.t. ; dépense de 654 181 l. 18 s. 6 d.t., soit 581 400 écus47.

15En d’autres termes, en 1422—1423, Macé Héron dépensa moins du tiers de ce que Jean de Pressy distribua en 1412—1413 ; dans une année moyenne de la période 1434—1440, environ le quatorzième.

c) Structure interne des comptes

16On examinera d’abord le cas de la Languedoïl. En un demi-siècle, depuis le début du règne de Charles V jusqu’en 1418, la structure interne des comptes des trésoriers des guerres ne connut que des variations assez limitées ; après l’énumération des recettes, venait celle des dépenses, qui comprenaient essentiellement :

  • les sommes versées aux gens de guerre ayant compté, c’est-à-dire à ceux dont le trésorier des guerres ou ses clercs avaient réglé le compte ;

  • les sommes versées en prêts à compter, c’est-à-dire les avances plus ou moins importantes consenties aux gens de guerre, et qui devaient être, du moins en théorie, suivies d’un complément avant le règlement définitif ;

  • les dons, compositions, récompensations, deniers payés par mandements sans montres, c’est-à-dire les sommes versées par ordre du roi à des individus, le plus souvent gens de guerre, mais sans qu’elles correspondent à des gages ni journaliers ni mensuels.

    • 48 Se reporter à Rey, ibid., p. 385—427.

    les frais de gestion du compte, les gages d’officiers, parfois aussi des sommes versées à des officiers en devant compter48.

  • 49 Dans le compte d’Arnoul Boucher de 1390—1392, la section « Gens d’armes qui ont compté » ne s’étend (...)

17Les dépenses de loin les plus lourdes correspondaient au deuxième chapitre ; bien mieux, dès la fin du 14e siècle, le premier avait perdu toute importance, ou même avait complètement disparu, apparemment parce qu’on avait renoncé une fois pour toutes à verser intégralement leur solde aux gens de guerre49.

  • 50 B. N., fr. 32510, f° 364—365. Même phénomène dans le compte exactement contemporain d’Hémon Raguier (...)
  • 51 B. N., fr. 20684, f° 541—573.

18Cette structure des comptes fut respectée après 1418, mais dès 1422, les prêts à compter perdent du terrain au profit des deniers payés en acquit ou des compositions : dans le compte de Macé Héron allant de décembre 1422 à décembre 1423, le montant de ces deux dernières catégories s’élève déjà à 13 000 écus et 63 560 l.t. — le tiers environ du total des dépenses50. Puis, à partir de 1427, le chapitre des prêts à compter disparaît51. Cette lacune signifie que dès lors la monarchie a dû renoncer à utiliser le système militaire progressivement mis au point dans le troisième quart du 14e siècle, avec ses divers éléments : la lettre de retenue, déterminant les gages et les effectifs et avertissant le trésorier des guerres d’avoir à payer telle compagnie du jour de sa montre ou de sa revue jusqu’à son cassement final, la montre initiale puis les revues mensuelles effectuées par les maréchaux de France, le maître des arbalétriers ou leurs commis, l’envoi de ces montres ou revues au trésorier des guerres, enfin la quittance du chef de la compagnie ou de la chambre attestant le payement opéré par le trésorier des guerres ou son clerc. La disparition de ce système mettait du même coup un terme au contrôle financier et militaire exercé par les agents du roi sur les gens de guerre étant à son service. Ce n’est sans doute pas par hasard si, dans les différents fonds d’archives consultés, on ne trouve plus, entre 1424 et 1446, ni lettres de retenue, ni montre, ni revue, ni envoi de montre ou de revue.

  • 52 La formule est répétée plusieurs fois dans le compte d’Hémon Raguier.
  • 53 B. N., fr. 7858, f° 37—40. Témoignage concordant de Cousinot, p. 313 : « Audit lieu de Gyen sur Loi (...)

19Certes le roi n’a pas renoncé à payer les gens de guerre, mais il s’y prend différemment : pour telle entreprise, il fait remettre par le trésorier des guerres aux « seigneurs, capitaines et chefs de guerre » quelques pièces d’or ou d’argent, sans que ces sommes correspondent à la solde d’un effectif précis pour une période déterminée. Un gros pourboire, une indemnité tout juste médiocre, voilà ce que représentent ces dons faits par mandements. En septembre 1428, par exemple, au début du siège d’Orléans, Hémon Raguier distribua à 28 capitaines 1 999 écus d’or et 3 124 l. 15 s.t. Même processus pour le voyage du sacre : un premier versement de 1 500 l.t. et 630 écus intervint en mai et juin 1429, destiné à l’entretien des capitaines se trouvant chaque jour « en la compagnie » du roi, « pour la garde et sûreté de sa personne » et à leurs frais d’équipement en vue du couronnement à Reims. Deuxième versement de 590 l.t. à d’autres capitaines, au mois d’août ; puis un troisième en faveur des plus grands seigneurs : le duc d’Alençon, les comtes de Clermont et de Vendôme, les maréchaux, amiral et maître des arbalétriers de France, qui reçoivent des sommes dérisoires : 120 livres, 200 livres, 320 livres... Une notation du trésorier des guerres indique la nature et les limites de ces aumônes : « Pour faire par eulx départir et distribuer a leurs gens pour leur aider a entretenir en la compaignie et ou service dudit seigneur ou voyage par lui fait a Reims ou mois de juillet precedent pour le fait de son sacre et couronnement jusques a ce qu’il leur eust ordonné un autre payement »52. La somme la plus importante fut reçue par Georges de la Trémoïlle : 6 594 écus d’or et 5 890 l.t. destinés à son entretien durant l’expédition de Reims et surtout à la dépense de 1 000 hommes d’armes et 1 000 hommes de trait qu’il aurait eu à son service de juin à septembre 1429. Au retour du voyage, autre distribution de 2 409 écus d’or en faveur d’une vingtaine de chefs de guerre. Bien mieux, à Reims, à Senlis, à Provins, on ne donna pas des pièces d’or, mais seulement du sel, pris sans doute dans les greniers à sel royaux et que les bénéficiaires purent soit utiliser, soit plus probablement revendre à leur profit. En tout, si l’on ajoute les quelques dons consentis pour l’achat de chevaux ou d’armes, Hémon Raguier n’aurait disposé pour cette expédition capitale que de 12 000 l.t. et 10 000 écus environ53.

  • 54 B. N., p. o. 2809, dossier Terride, n° 31. Parmi de nombreux exemples semblables, B. N., fr. 26055, (...)

20Telle est du moins la situation en Languedoïl. Car pour la Languedoc il en va différemment : non seulement, comme on l’a vu, la pratique des comptes annuels y est demeurée constante, mais les structures militaires traditionnelles y ont survécu ; on possède encore pour cette région des lettres de retenue, émanant du roi ou de ses lieutenants, des montres, des revues, des quittances, bref tout un matériel documentaire impliquant la persistance du système des prêts à compter. Le formulaire utilisé est demeuré pratiquement inchangé depuis le temps de Charles V ; un seul exemple parmi bien d’autres : Charles VII, par ses lettres du 5 mai 1437 adressées au président de ses comptes, l’évêque de Laon, général conseiller ordonné par lui sur le fait de ses finances dans les pays de Languedoc et duché de Guienne, retient son aimé et féal chevalier Jean Roger, seigneur de Terride, vicomte de Couserans, « au nombre et charge » de 20 hommes d’armes et 20 hommes de trait, sa personne comprise, pour qu’il le serve dans ses guerres « en la frontière de Guyenne », contre les Anglais, ses « anciens ennemis et adversaires », et partout ailleurs où il lui « plaira ordonner » ; après avoir fixé les gages de sa compagnie, il mande à son conseiller, Macé Héron, receveur général des finances et trésorier des guerres en Languedoc et Guienne, de faire « prest, compte et payement des gaiges » du seigneur de Terride et de « ceulx de sa chambre et aux autres de sadicte retenue ou a leurs chiefz de chambre pour eulx de leursdits gaiges pour un moys entier », à partir du jour de leur « premiere monstre faicte ou a faire » devant les maréchaux de France, leurs lieutenants ou autres à ce commis, jusqu’à leur cassement ; les lettres de retenue, ou leur vidimus établi sous sceau royal ou authentique, les montres et revues, enfin les quittances du capitaine, des chefs de chambre ou de leurs compagnons, suffiront à Macé Héron pour se voir déduire de sa recette les sommes qu’il aura versées54.

  • 55 B.N., fr. 25710, n° 40 (1426).
  • 56 B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 140, 143, 146, 147, 149, 160 et 167 ; fr. 7879, f° 2r .
  • 57 Hist. Languedoc, t. X, n° 836, col. 2050—2055.
  • 58 B. N., p. o. 842, dossier Le Conte en Languedoc, n° 16 et 20, dossier Albert, n° 3.

21Il est vrai que ces formes de recrutement, contrôle et payement ne furent pas les seules employées, même en Languedoc ; la monarchie pratiqua aussi les distributions globales de gages et pensions annuels pour les capitaines de places, voire pour des bourgeois de villes situées sur la frontière55 ; de 1426 à 1438 au moins, Charles d’Albret, comte de Dreux et de Gaure, se vit assigner chaque année 12 000 l.t. pour la « garde, seurté et defense des villes, chasteaulx, forteresses et terres » qu’il possédait en Guienne, au-delà de la Dordogne56 ; dans les mêmes conditions, le comte de Foix devait toucher 20 000 écus d’or pour la protection de ses pays de Béarn, Marsan et Gabardan57 ; enfin, on constate l’existence de quelques contrats rappelant davantage la condotta italienne, voire les endentures de guerre anglaises, que les lettres de retenue traditionnelles chez les Valois : en 1426, un chevalier originaire du royaume d’Aragon, Bernard Albert, ayant pris l’engagement d’y recruter une compagnie de 100 hommes d’armes et de 100 « sacquemans » et d’entrer au service de Charles VII, « es marches de France », pour une durée de 4 mois, reçut dès le départ les 14 100 moutons d’or représentant la totalité de son dû ; cependant, même dans ce cas, il n’échappait pas à tout contrôle : ses hommes durent faire eur montre, aussitôt après avoir franchi les Pyrénées, en présence de Thierry le Conte, chevalier et chambellan du roi, gouverneur de Montpellier et lieutenant des maréchaux et du maître des arbalétriers de France58.

  • 59 Sur la Languedoc, cf. en dernier lieu Gilles, Les Etats de Languedoc.

22De 1428 à 1438, effondrement des rouages militaires dans les armées du Nord, survie relative dans les provinces méridionales : le contraste est d’abord le résultat de deux situations différentes59, il en est avant tout la conséquence, l’illustration ; mais en même temps, on peut penser que la persistance d’un certain ordre facilita la mise en défense du Sud-Ouest et y limita la progression anglaise.

Multiplicité et insuffisance des payeurs

  • 60 B. N., fr. 5909, f° 62.

23L’argent versé par les trésoriers des guerres fut loin de former l’unique ressource des combattants. Tout comme durant la période 1355—1369 et pour des raisons analogues, d’autres organismes payeurs intervinrent en dépit de la règle officielle, rappelée par un formulaire du temps : « Nota que le paiement des gens d’armes et de trait se doit faire par les trésoriers des guerres et non pas par autres »60.

  • 61 Ibid., 32511, f° 29—40. Sur les sommes remises en 1420—1421 aux trésoriers des guerres et maître de (...)
  • 62 Gruel, Chron. Richemont, p. j. XXVII, p. 247—257.

24Parmi ces rouages parallèles ou rivaux, on trouve d’abord les receveurs des finances royales. Un compte de Guillaume Charrier, receveur général de toutes finances « tant en Languedoïl qu’en Languedoc », du 1er novembre 1422 au 31 décembre 1423, montre qu’il versa pour la fortification et le ravitaillement de nombreuses villes et forteresses comme pour l’entretien de plusieurs capitaines et chefs de guerre et de leurs hommes au moins 4 000 écus et 44 234 l.t.61 ; du 18 avril 1436 au 31 décembre 1438, Guillaume Ripaut, receveur général de toutes finances en Champagne, Brie, Beauvaisis, Picardie et Normandie, distribua aux troupes de Charles VII plus de 40 000 l.t.62

  • 63 B. N., n. a. fr. 5848, n° 278.
  • 64 B. N., fr. 26066, n° 3922.
  • 65 B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 145 (1435) et n° 170 (1437).

25Rôle plus important encore des receveurs des aides accordées par les états, dans la mesure où ceux-ci votaient des subsides avant tout destinés au financement de la guerre. Le 6 février 1430, Galardon de Goulart, « gouverneur de l’estandart » du sire d’Albret, alors lieutenant général du roi en Berri, donne quittance à Jean de Sully, receveur général de l’aide de 10 000 écus et 10 000 francs, forte monnaie, levée d’octobre à décembre 1429 pour la reprise de La Charité, Cosne et autres places voisines, d’une somme de 286 écus et 90 l.t. qui était due aux gens d’armes et de trait appartenant à l’hôtel de son maître63 ;e 4 janvier 1440, Jean de Bretagne, comte de Penthièvre et de Périgord » et Étienne Froment, commis à percevoir une aide nouvellement levée en Limousin, mandent à Pierre de Beaucaire, receveur de cette aide en Haut-Limousin, de remettre 850 l.t. à deux capitaines ayant tenu garnison avec 18 hommes d’armes et 25 archers à cheval du 12 septembre au 12 novembre 143964 ; en 1435, Macé Héron, receveur général et trésorier des guerres en Languedoc et Guienne, fut en même temps receveur général de l’aide de 185 000 moutons d’or octroyée par les trois états de Languedoc ; c’est à ce titre qu’il paya les gens de guerre retenus dans cette circonstance ; en 1439, il se trouva écarté pour la distribution de l’aide de 46 000 francs consentie par les mêmes états au dauphin Louis : c’est un autre personnage, Étienne de Bonnay, qui fut alors chargé de verser leurs gages aux combattants opposés à l’armée du comte de Huntingdon65.

  • 66 B. M., Add. Ch. 13537.
  • 67 La Trémoïlle, Les La Trémoïlle pendant cinq siècles, t. I, p. 182.

26Recours aussi à d’autres modes de payement : Louis d’Estouteville, capitaine du Mont-Saint-Michel, n’ayant reçu du roi ni pension, ni ordonnance, ni bienfait pour l’entretien de la garnison, toutes ses terres et seigneuries étant d’autre part occupées par les Anglais, enfin, les aides pour la guerre, les taxes indirectes sur les boissons n’ayant point cours en la place, Charles VII, par un acte du 8 juillet 1445, lui accorda pour deux ans le droit de prélever entre 5 et 10 s.t. sur chaque pipe de vin, cidre, cervoise et autre breuvage qui y serait vendue en gros ou en détail66 ; en 1428, le même souverain accorda à Georges de la Trémoïlle pour trois années les revenus de deux greniers à sel ; en échange, le bénéficiaire devait fournir chaque mois la solde des 60 hommes d’armes de la garde du corps67.

  • 68 Décision de la ville de Lyon, « a la requeste de messire Humbert de Grolée, baillif de Mascon, sene (...)
  • 69 Gens de guerre payés par le duc d’Orléans en 1418—1423 : B. N., fr. 26042, n° 5272 et 5268 ; p. o. (...)
  • 70 Thomas, Les Etats provinciaux, t. II, p. j. VI, p. 21—23 et p. j. XV, p. 39—42.
  • 71 Basin, Hist. Ch. VII, t. I, p. 106.
  • 72 On appelle ainsi une monnaie d’argent émise en 1431 (Lafaurie, Les monnaies des rois de France, p. (...)

27Ajoutons que le roi de Bourges, dans une mesure impossible à déterminer, disposa des services de gens de guerre payés par les communautés urbaines68, par les princes territoriaux — Anjou, Bourbon, Orléans69 — voire par les états Drovinciaux70. C’est dire qu’une faible partie des sommes versées aux troupes passait par les mains des trésoriers des guerres ou de leurs commis ; c’est dire aussi qu’au total ces mêmes troupes reçurent par des canaux divers plus d’argent qu’on ne pourrait supposer à l’examen d’un seul type de comptabilité. Mais ces distributions s’enchevêtraient, se recoupaient ; les mieux placés, les plus adroits, recevaient davantage que leur part ; d’autres étaient pratiquement exclus de cette modeste manne ; on songeait d’abord à faire taire les récriminations les plus violentes, à satisfaire les appétits les plus voraces ; ni budget, ni prévisions : l’événement immédiat et ses exigences commandaient. A cause des incertitudes et des irrégularités, les gens de guerre pouvaient croire et surtout faire croire qu’ils vivaient pratiquement sans solde71, même si, dans la réalité, les écus, les réaux, les « blancs des gens d’armes »72, versés par l’autorité publique ne leur firent jamais tout à fait défaut.

  • 73 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 172.
  • 74 Chartier, Chron. Ch. VII, t. I, p. 89.
  • 75 Champion, Guillaume de Flavy, p. 219, p. j. 71, d’après A. N., X2a 24. Bien que n’étant pas aux gag (...)

28Dans quelques circonstances, des combattants servirent gracieusement. Si nous en croyons le concert unanime des chroniqueurs, tel fut le cas lors de la chevauchée du sacre de 1429 : « Furent touz, chevaliers et escuiers et autres gens de guerre, tres bien contens de servir le roi en sa compaignie, combien qu’ilz furent petitement souldoyez », écrit Perceval de Cagny73, tandis que Jean Chartier renchérit : « Par le moyen de... Jehanne la Pucelle, venaient tant de gens de toutes parts devers le roy pour le servir a leurs despens »74. Même générosité, pour le moins inattendue, chez Guillaume de Flavy, lors de la défense de Compiègne, en 1430 : au dire de son avocat, « il bailla tout le sien aux gens d’armes pour les entretenir et fist un grant service au roy et a tout le pais de Champaigne, et oncques du roy n’ot remuneración. Bien ot des mandemens, mais non point d’argent »75.

  • 76 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. j. IV, p. 213—215 (1428).
  • 77 Codefroy, Dictionnaire, t. I, p. 327 ; Du Cange, Glossarium, t. I, p. 311, s. v. apatisatio. Du Can (...)
  • 78 Keen, Laws of War, p. 252 ; Fowler, « Les finances et la discipline dans les armées anglaises », p. (...)
  • 79 Ainsi dans la trêve de Paris de 1396 (Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 84 s (...)

29De semblables dévouements ne pouvaient être ni généraux, ni durables. Qu’ils disposent ou non de revenus personnels, qu’ils reçoivent ou non l’argent du roi, la plupart des gens de guerre ont pris, depuis le début du 15e siècle, des habitudes de pillage qui se prolongent, se développent, jusqu’en 1445 au moins. Mal invétéré certes, maintes fois dénoncé au siècle précédent, jamais enrayé, même durant les époques de relative discipline que furent les dernières années du règne de Charles V et les premières du règne de Charles VI, mais qui prend, au temps du royaume de Bourges, des proportions tragiques. Ce sont tantôt des dévastations pures et simples, opérées au hasard des déplacements et des circonstances. Tantôt l’action se fait plus organisée, s’entoure de menaces et de négociations : ainsi lorsqu’une troupe de gens de guerre entre en rapport avec les autorités d’un village, d’une ville, d’une province, s’engageant à les épargner contre une indemnité ; les victimes cherchent alors à transiger sur le chiffre, évaluent les chances et le coût d’une résistance avant de donner leur accord76. Tantôt enfin les exactions prennent la forme d’une imposition régulière et durable, désignée sous les noms d’« appats », « patis », « appatis », « suffertes », « rançons », « compositions »77. Ici non plus, rien de nouveau : dès le début de la guerre de Cent ans, les lieutenants d’Édouard III en Bretagne recourirent à ce procédé sur une vaste échelle pour l’entretien de leur garnisons78 ; les problèmes soulevés par la levée des appatis sont prévus dans les trêves conclues au 14e siècle entre les belligérants79. Mais il semble que ce soit seulement à partir des premières décennies du 15e siècle que les appatis devinrent pour les gens de guerre au service du roi de France un moyen de vivre courant, peut-être même essentiel.

  • 80 Cf. t. I, p. 95.
  • 81 Le Caeheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI, t.I, p. 62—65, n° 26, d’après A. N., JJ 172, n° 43 (...)
  • 82 Lecoy de La Marche, Le roi René, t. I, p. 521, d’après A. N., P 13345, f° 40.

30Témoignage littéraire d’abord : Jean de Bueil, dans Le Jouvencel, évoque la prise de Crathor par les gens du roi ; une fois installé dans la place, le capitaine déclare que si le souverain leur donne « ordre de vivre ou soudée », ils n’exigeront rien des habitants du pays ; sinon, il leur faudra prélever eux-mêmes deniers et denrées, aussi bien dans les paroisses reconnaissant l’autorité du roi que dans celles soumises à l’ennemi80. Témoignage des archives : en 1422, l’agglomération de L’Aigle, « ville plate, non fermée », est contrainte de s’appatir à la garnison française de la « place et forteresse » de Senonches, distante de 40 kilomètres ; un accord est conclu pour une durée de trois mois : contre le versement de 80 écus d’or et trois douzaines de lances ferrées, les habitants, munis d’un sauf-conduit, peuvent espérer échapper à toute exécution, prise, course ou rançon de la part des gens de guerre de Senonches81. L’efficacité des appatis impliquait un certain respect des immunités aussi bien que des représailles immédiates, impitoyables, à l’égard des récalcitrants ou des mauvais payeurs. Dans un rapport adressé à Charles VII en 1450, le roi René rappelle que depuis la prise du Mans en 1425, l’Anjou, à cause de sa situation géographique, « a soustenu entierement le fes et la charge de la guerre et le paiement des gens establis es places de la frontiere, en la plus grant confusion et desordonnance des gens d’armes dont jamais fut memoire » ; ces derniers taxaient le peuple à volonté, chaque paroisse devait payer les « appastils », non point à une, mais à dix ou douze forteresses : imposition si lourde qu’elle s’élevait, pour l’ensemble de la province, « comprins sauvegardes baillées, cedulles, courses, croissement, commissions, quictances et telles autres pilleries », à plus de 100 000 livres par an au profit du « party du roy »82.

  • 83 Delaville Le Roulx, La domination bourguignonne à Tours, p. 28, n. 1.
  • 84 Keen, Laws of War, p. 252, d’après B. N., Picardie 89, f° 277.
  • 85 Cité par Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, t. I, p. 500.

31Les appatis n’étaient pas seulement levés sur les populations soumises au roi d’Angleterre ni même sur les habitants des zones frontières, ils pouvaient s’abattre partout dans le royaume, chaque fois qu’une troupe de gens de guerre se trouvait installée durablement dans un endroit déterminé. En 1425, un noble de bonne lignée angevine, Jean des Croix, qui avait combattu à la bataille de Baugé quelques années plus tôt et était devenu conseiller et chambellan de Charles VII, gouverneur du comté de Vendôme, menace la ville de Tours de procéder à l’« appatissement des paroisses » s’il n’obtient pas 200 l.t. qui lui ont été assignées83. En 1432, les états réunis à Senlis organisent la « provision des pastis pour le soustenement... des gens d’armes » français84. Jean Jouvenel des Ursins pouvait certes plaindre « les povres compaignons des frontières, aymans leur honneur et le pourfit du royaume », n’ayant « aucun proffit du roy, non mie une lettre close de reconfort »85, mais il convient d’ajouter que les appatis suppléaient largement aux défaillances financières de la monarchie.

  • 86 Cosneau, Richemont, p. 560—562, d’après A. N., Y 4, f° 13v° et 14v°.

32Même l’établissement d’aides régulières ne parvint pas toujours à supprimer les appatis : en 1436, le connétable de Richemont mit en place une, imposition spécifiquement destinée à l’entretien des garnisons de la région parisienne, où il représentait le roi. Les capitaines avaient donné leur accord et promis de renoncer aux pillages, mais, après son départ, ils augmentèrent indûment les effectifs, l’aide devint insuffisante, et, « soubz umbre de la creue d’iceulz gens de guerre », ils exigèrent du blé, du vin, du bétail, adressèrent leurs cédules aux paroisses du plat pays pour les contraindre à s’appatisser et à composer86.

  • 87 A. N., P 1335, n° 123.

33Sous la pression de la nécessité, le pouvoir royal lui-même admit et légalisa en quelque sorte les appatis ; le montant de ceux levés en Anjou et dans le Maine entre 1425 et 1444 fut fixé par Charles VII, en fonction des troupes qui devaient y tenir garnison. Encore au début de 1444, ayant taxé ces mêmes provinces à une somme de 52 660 l.t. destinée aux gages de 402 payes et demie, il prescrit que cette imposition sera levée « par taille, ainsi qu’il se fait de present es aultres parties » du royaume dans les secteurs soumis à son autorité, et « par appatiz » dans ceux encore tenus par les forces anglaises. Toutefois, dans le même acte, il désigne un receveur général et quatre receveurs particuliers et abolit expressément le droit pour les chefs de guerre — tel Jean de Bueil —, d’imposer eux-mêmes les populations87. Après une longue éclipse, la monarchie revendiquait de nouveau le pouvoir exclusif de solder les troupes ; à partir de 1445, le rôle du trésorier des guerres redevint essentiel.

La hiérarchie des gages : affaiblissement et transformation

34Le temps du royaume de Bourges ne fut pas seulement celui des déficiences des rouages financiers, ni celui où les capitaines eux-mêmes assurèrent dans une large mesure l’entretien de leurs hommes en organisant leur propre fiscalité ; il vit aussi l’abaissement temporaire des barêmes officiels de solde et surtout une transformation durable dans les catégories prévues par ces barêmes (annexe VI C).

  • 88 Valeur de l’écu à la couronne depuis le 20 octobre 1411, à 24 carats et 3,82 g : 22 s. 6 d.t. (Dieu (...)

Note 88

  • 89 Sous Cristye Chamber, Écossais. Encore ce dernier est-il parfois désigné comme capitaine des gens d (...)

35En Languedoc comme en Languedoïl, la première partie du règne de Charles VII, entre 1422 et 1444, vit un abaissement marqué des gages accordés aux gens de guerre, aussi bien en monnaie de compte qu’en monnaie réelle. De plus, certaines catégories de combattants ont été éliminées. Tel est le cas des capitaines et connétables de gens de trait : tout se passe comme si, après 1425, il n’existait plus de compagnies indépendantes d’arbalétriers ou d’archers, sinon pour la garde du corps du roi89 ; pratiquement tous les gens de trait furent désormais placés sous le commandement de capitaines de gens d’armes et de trait. Disparition surtout des chevaliers bannerets, des chevaliers bacheliers, des écuyers bannerets et des écuyers simples : à partir de 1438—1440, les distinctions reposant sur le rite d’entrée en chevalerie ou sur l’origine sociale des combattants n’ont plus cours dans l’administration financière de l’armée royale. Tous les hommes d’armes, quels qu’ils soient, ont droit à la même solde.

  • 90 Infra, p. 255.
  • 91 Cf. ce que dit Bouvier dans le préambule de son Armoriai, rédigé peu après le milieu du 15e siècle  (...)

36Les causes de cette fusion des hommes d’armes au sein d’une catégorie unique furent diverses. On songera d’abord à un motif d’économie, les hommes d’armes se trouvant indistinctement ramenés au tarif le plus bas ; toutefois, l’avantage était faible, voire dérisoire, en raison du nombre très réduit des chevaliers bannerets et bacheliers dans les armées du royaume de Bourges90 ; il est probable même qu’on aurait maintenu la hiérarchie traditionnelle des gages si on l’avait estimée susceptible d’attirer la fleur de la noblesse et c’est précisément parce que les chevaliers bannerets et bacheliers étaient fort rares qu’on put aisément les supprimer dans l’échelle des soldes. Peut-être aussi l’ampleur du désordre, l’absence de hérauts d’armes qualifiés, la diversité des origines géographiques empêchaient-elles de savoir si tel homme d’armes avait droit ou non au titre de chevalier91 ? La différence d’équipement qui pendant longtemps s’était maintenue entre les simples hommes d’armes ou les écuyers, d’une part, et les chevaliers de l’autre, avait pu disparaître ou s’estomper : ces derniers n’étaient plus nécessairement mieux armés ni mieux montés, pourquoi leur accorder un avantage financier désormais sans fondement ? L’unification des gages rendit plus aisé le travail des comptables. Mais surtout, cette transformation indique clairement que s’est imposée la notion de professionnels de la guerre. Se battre est devenu dans bien des cas une activité continue, un métier ; il convient donc de payer les hommes uniquement en fonction de leurs responsabilités ou de leur rôle effectif. Dans ces conditions, s’il est logique d’accorder une solde plus élevée aux capitaines — d’où leur état mensuel d’une livre tournois par homme d’armes qu’ils ont sous leurs ordres —, ou bien de payer à des taux différents les hommes d’armes, les arbalétriers, les archers, les gens de pied, dont l’importance tactique, les dépenses d’équipement et d’entretien, ne sont pas identiques, il est normal d’accorder la même solde à tous les hommes d’armes, dans la mesure où ils sont interchangeables et où léur valeur dépend de l’individu en tant que tel et non de l’origine sociale.

  • 92 En Bourgogne, jusqu’en 1470. En Angleterre, présence de l’ancienne hiérarchie des gages au moins ju (...)

37La suppression de certaines catégories de solde est d’autant plus frappante que pendant longtemps encore l’Angleterre et l’État bourguignon les conservèrent92. Eut-elle en France des conséquences sociales ?

  • 93 Ainsi durant la campagne de Normandie de 1449—1450 : aux sièges de Harcourt, de Pont-Audemer et de (...)
  • 94 La Marche, Mémoires, t. II, p. 266—268. On remarquera que dans ce texte, la Marche prend la peine d (...)

38On ne saurait dire qu’elle ait diminué l’importance de la notion de noblesse ni qu’elle ait permis aux non-nobles de s’introduire plus facilement dans les armées royales : depuis longtemps en effet, le qualificatif d’écuyer employé par l’administration financière avait perdu tout contenu social. Elle n’entraîna pas une disparition du titre de chevalier, encore trop chargé de souvenirs et de prestige pour qu’on l’abandonnât du jour au lendemain, mais elle put contribuer à restreindre le nombre des nobles désireux de devenir chevaliers en supprimant le principal attrait financier attaché à cette dignité. En revanche, à partir de 1440 environ, on ne trouve plus qu’exceptionnellement mention en France de chevaliers ou d’écuyers bannerets. Les textes font encore quelques allusions à des promotions de chevaliers lors d’un siège, d’une entrée royale, au matin d’une bataille93, mais ils ne signalent plus que tel noble a « levé bannière » alors que le rite intervient encore dans les armées bourguignonnes94. Cette disparition s’explique assez bien si l’on considère que le titre de banneret avait eu une résonance et une portée presque purement militaires ; il avait été surtout un moyen pour le pouvoir d’articuler l’armée au combat en un certain nombre d’unités groupées autour d’un drapeau — la bannière carrée. A partir du moment où l’unité devint la compagnie de gens de guerre, rassemblée autour de l’étendard, de l’enseigne ou du guidon de son capitaine, ni le banneret ni la bannière n’eurent plus leur raison d’être. Or cette évolution s’acheva dans la première moitié du 15e siècle : la dignité de banneret ne se maintenait donc qu’artificiellement, presque uniquement grâce à la survivance anachronique de la hiérarchie traditionnelle des gages. Celle-ci écartée, du même coup, les bannerets disparurent.

Carence de la noblesse française ?

  • 95 Cité par Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, p. 505.

39« Depuis XXXIIII anz ença et des devant, a eu plusieurs divisions civiles en ce royaume, soubz umbre et par le moyen desquelles les seigneurs ont levé et mis sus plusieurs gens de guerre avecques lesquelx se sont mis gens de peuple et y sont venus a cause de ce plusieurs estrangiers, tant Escossoys, Espagnos, Lombars, Arragonois et gens de toutes nacions estranges »95. Dans ces quelques paroles, prononcées par Jean Jouvenel des Ursins en 1439, lors de la réunion des états d’Orléans, se trouve ramassé tout un diagnostic sur les origines et le caractère de la crise militaire : celle-ci ne remonte pas à la reprise de la guerre anglaise, mais aux premières luttes des Armagnacs contre les Bourguignons ; ce sont les rassemblements de troupes opérées par les « seigneurs » — entendons les princes —, qui se trouvent à la racine du mal, ayant permis l’intrusion massive d’éléments non nobles ou étrangers.

  • 96 En 1422, recrutement de lances en Lombardie, chaque lance comptant un homme d’armes, armé de tout s (...)
  • 97 Ainsi ceux venus d’Ecosse en 1419 sous Guillaume Douglas (B. N., fr. 32510, f° 352—363) ; Jean Stua (...)
  • 98 Ecossais : cf. Francisque-Michel, Les Ecossais en France, les Français en Ecosse. Aragon et Castill (...)
  • 99 Parmi les capitaines et chefs de guerre présents au siège d’Orléans, on relève : Italiens : Théaude (...)
  • 100 B. N., fr. 20684, f° 541—573. De même, dès 1416, on fait venir en France 600 arbalétriers génois, s (...)
  • 101 Jean Stuart, comte de Buchan.
  • 102 Jean Stuart, seigneur de Darnley et d’Aubigny.
  • 103 B. N., fr. 32510, f° 366 et 370.
  • 104 Daumet, Alliance de la France et de la Castille, p. j. 57, 59 et 60, p. 225—228 et 229—235.
  • 105 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. III, p. 294, p. j. n° 5. Cf. aussi les listes des Ecossais morts ou pr (...)
  • 106 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 211, p. j. n° 2.

40Il est vrai que, dès le 14e siècle, la monarchie fit un assez large usage de combattants venus d’au-delà des frontières ; mais avec le royaume de Bourges, la différence est d’abord qu’il ne s’agit plus seulement de troupes spécialisées — arbalétriers espagnols ou italiens par exemple — mais d’hommes d’armes, c’est-à-dire d’une catégorie de gens de guerre où la prédominance française s’était jusqu’alors maintenue : à côté des arbalétriers, des targons, des saquements et des enfants de pied italiens ou espagnols96, à côté des archers écossais97, on relève des hommes d’armes originaires d’Écosse, d’Aragon, de Castille, de Piémont et Lombardie98 ; la différence est ensuite dans la proportion des étrangers, par rapport aux effectifs totaux : les capitaines étrangers de gens d’armes et de trait se comptent par dizaines99 ; en 1424, la retenue des seuls Écossais s’élève au « nombre et charge » de 2 500 hommes d’armes et 4 000 archers100 ; il est symbolique que l’épée de connétable ait été confiée la même année à un seigneur d’Écosse101, qu’il ait existé pendant longtemps un « connétable » des Écossais au service de Charles VII102, que dès 1424 la garde du corps ait été confiée à des étrangers103. En 1426, Charles VII implore le roi de Castille de lui envoyer 2 000 hommes d’armes « bien montez et armez », en 1428, 2 000 à 3 000 « des nobles de son pays et aussi arbalestriers et pavoisiez, jusques au nombre de V a VIm » : demande sans résultat, mais qui indique l’importance des effectifs étrangers dont la monarchie avait besoin104. A certaines époques, Espagnols, Italiens et Écossais formèrent sans doute le tiers, voire la moitié des forces françaises : après la défaite de Cravant, en 1423, Charles VII pouvait écrire aux habitants de Lyon, non sans cynisme, que s’y trouvaient « très peu et comme riens des nobles de nostre royaume, mais seulement Escos, Espaignaulz et autres gens de guerre estrangiers qui avoient acoustumé de vivre sur les pays, par quoy le dommaige n’est pas si grant »105. Au début de l’année suivante, il songea à licencier tous ses capitaines et toutes ses troupes, à l’exception de 200 hommes d’armes sous le maréchal de la Fayette, de 100 hommes d’armes sous l’amiral Louis de Culant, du même nombre sous le maître des arbalétriers Jean de Torsay, des Écossais et des Lombards du Borgne Caqueran : si l’opération s’était réalisée, la prépondérance des étrangers aurait été, pour quelque temps au moins, encore plus marquée106.

  • 107 B. N., fr. 5059, f° 41r —56r . Cf. aussi Gilles, Les Etats de Languedoc, p. j. 4, p. 306, n° 32.
  • 108 Daumet, Alliance de la France et de la Castille, p. 222—225, p. j. 56.

41Or, une semblable politique de recrutement ne pouvait être qu’impopulaire et l’accord se faisait pour conseiller au roi de choisir ses combattants et ses capitaines au sein de sa « seigneurie »107. S’il recourut à des étrangers, c’est qu’il ne put faire autrement ou que les avantages de l’opération l’emportaient sur les inconvénients. Quels sont ces avantages ? Dans certains cas, il espérait l’envoi de mercenaires soldés par les soins de la puissance amie108 ; des raisons diplomatiques intervinrent aussi : c’est parce qu’il jouissait de l’alliance de l’Écosse et de la Castille qu’il put y lever des troupes, mais en même temps l’utilisation de celles-ci renforçait les liens avec la France ; des raisons militaires : les archers écossais furent longtemps irremplaçables, on pouvait espérer que les hommes d’armes étrangers auraient une meilleure conduite au combat que leurs homologues français ; raison politique : les gens de guerre étrangers échappaient â l’autorité des princes, relevaient plus directement du roi, ce qui explique qu’il leur ait confié le soin de garder sa personne ; mais aussi et surtout insuffisance quantitative et qualitative de la noblesse française.

42Certes, cette déficience trouve d’abord son explication dans le fait que Charles VII a perdu le contrôle d’une bonne partie du royaume ; mais même dans les régions qui le reconnaissent, il semble qu’une certaine désaffection se soit manifestée pour la guerre de la part des nobles. Peu de chevaliers bannerets ou bacheliers dans ses armées comme le montre le dernier sondage possible, eu égard à la documentation, portant sur la période 1418—1420 :

  • chevaliers bannerets : 0,3 %

  • écuyers bannerets : 0,1 %

  • chevaliers bacheliers : 1,9 %

  • « écuyers » : 97,7 %

    • 109 Analyse portant sur 3 187 hommes d’armes. Comparer avec la structure sociale des hommes d’armes lev (...)

    bourcs et bâtards : 3,9 %109.

  • 110 Sur l’évolution de l’arrière-ban, infra, p. 371—372.
  • 111 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 377—378.

43Le royaume de Bourges continua d’utiliser les diverses formes d’obligations militaires, — semonce des nobles, arrière-ban, à l’échelon général ou régional — mais le plus souvent avec un piètre succès110 ; les menaces dont étaient assortis les mandements trahissent leur inefficacité : à la suite d’un conseil de guerre tenu à Blois le 5 août 1421, il fut décidé de convoquer « pour plus sûrement aller avant et en plus grand nombre, tous nobles et non nobles qui se pourroient assembler et mettre sus en ce royaume ». « Tous nobles tenans fiefs et arriere fiefs et autres qui ont accoustumé a soy armer » devaient se présenter le 25 août, « nonobstant quelconques lettres » octroyées par le dauphin « de non venir a la dicte armée » ; les excuses classiques — ainsi la nécessité de garder les forteresses — ne devaient plus jouer. Les absents n’encouraient pas seulement la confiscation habituelle de corps et de biens ; il étaient réputés « fauteurs des ennemis », « favorisant le fait d’eux et de leurs alliés ». Le dauphin allait beaucoup plus loin que ses prédécesseurs en ordonnant que « les dits nobles et gens qui sont tenus le servir en armes selon les droits de noblesse, et mesmement en tel besoin qui touche en chef tout le fait de la seigneurie et qui seront de ce faire defaillans, a l’exemple des autres et pour mémoire en temps avenir, soient de ce punis par demolition de leurs maisons et habitations, privation des forteresses, prerogatives et honneurs appartenans a gens nobles, et soient et demeurent asservis aux aides et subsides comme les gens de peuble, sans plus user d’aucune franchise ». Cette fois-là, les nobles ne pourraient s’en tirer avec une simple amende ; leur statut même était en cause autant que leur honneur : on les menaçait d’être « tenus et reputés pour gens flaches, faillis, reprochés et deshonorés et indignes de jouir des privileges de noblesse »111. Manifestement, il s’agit là de mesures extrêmes prises par un gouvernement aux abois.

  • 112 Cf. p. 95—96. L’éditeur, J. Rychner, date l’œuvre « fin XIVe—début XVe » (p. XLVI).
  • 113 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 379.
  • 114 Denifle, p. 501.

44Les témoignages littéraires viennent confirmer la mauvaise volonté des nobles : déjà l’auteur des Quinze joyes de mariage raillait ceux qui « pour deffendre la terre et eulx mesmes » ne peuvent quitter leurs femmes et se rendre dix ou douze lieues plus loin « sinon par contrainte et en les poingnant de l’esguillon » ; ils « commettent grant honte a toute noblesse » et devraient être privés « de tout le nom et privilege des nobles », on ne saurait les considérer comme nobles, à supposer même que leurs pères l’aient été112. En 1422, Alain Chartier écrit dans le Quadriloge Invectif que plusieurs obéissent au « ban du prince », « pour manière plus que pour doubte de y faillir, et pour paour d’avoir honte et reprouche plus que pour vouloir de bien faire ». En d’autres termes, ils sont peut-être présents mais ne manifestent aucun zèle ; leurs services sont dérisoires ; et cela bien qu’ils soient pratiquement libres d’arriver quand ils veulent, de quitter l’armée à leur gré ; mais ils préfèrent « les aises de leurs maisons » à l’honneur de leur noblesse ; volontiers, ils se transporteraient avec leur demeure, « comme les lymaz qui tousjours trainent la coquille ou ilz se hebergent »113. Constatation analogue de Jean Jouvenel des Ursins évoquant dans son épître aux états de Blois de 1433 les succès remportés depuis la délivrance d’Orléans : « Les choses sont elles venues par les vaillances et vertus des nobles, par les prieres des gens d’Eglise ? Je croy que non, mais Dieu l’a fait et a donné courage a petite compaignie de vaillans hommes ad ce entreprendre et faire, a la requeste et priere du Roy »114.

  • 115 Cité par Beaucourt, t. I, p. 432, n. 1.
  • 116 Ibid.
  • 117 Hist. Ch. VI, p. 539. Autres exemples fournis par Denifle, p. 545 sq. : certains des clercs cités s (...)

45Face à cette carence de la noblesse en tant qu’ordre destiné par vocation à servir le roi en ses guerres, face au « deffault de ceulx dont on se devroit aider », de « ceulx que leur devoir et leaulté y semonnoit », il fallut faire la guerre avec des gens « acquis par dons et par prieres », « sans terre et sans maisons », n’ayant ni revenus ni état propres, contraints en conséquence de vivre sur autrui115 : des étrangers, des « gens de peuple et de bas estât » qui « se mettent sus soubz le nom d’armes »116, ou même des clercs, si l’on en croit Jean Jouvenel : « Les religieux laissoient leurs habits de religion et prenoient harnois et chevaux, et s’exerçoient aux armes ; mesmes aucuns se faisoient capitaines et prenoient gens soubs eux, non seulement pour se garder et defendre leurs personnes et terres, mais faisoient et exerçoient courses et faicts de guerre, pilloient et deroboient comme les autres »117.

  • 118 Quatre exemples parmi bien d’autres : B. N., fr. 25768, n° 308 ; fr. 25772, n° 1021 ; n. a. fr. 860 (...)
  • 119 B. N., p. o. 842, dossier Le Conte en Languedoc, n° 16.

46Cependant, l’éclipse de la noblesse dans les armées du royaume de Bourges fut loin d’être totale. L’examen des montres et revues de Languedoc qui ont survécu indique la présence non seulement de chevaliers bannerets et bacheliers, mais même de nombreux « seigneurs » parmi les hommes d’armes et écuyers ordinaires118. Dans les troupes étrangères, on relèverait aisément un bon nombre de gens d’état, à côté des compagnons de naissance roturière119. Les Dauphinois morts à Verneuil dont les armes et les noms furent peints sur les murs de l’église des dominicains de Grenoble étaient pour la plupart d’authentiques nobles, tout comme les 119 combattants qui firent orner pareillement l’abbatiale du Mont-Saint-Michel :

  • 120 Roman, Montres et revues des capitaines dauphinois, p. 89 sq. Poli, Les défenseurs du Mont-Saint-Mi (...)

Le champ d’armes icy fut faict
L’an mil IIIIc vingt et sept
Ou sont les armes et les noms
D’aucuns vaillans et nobles homs
Lesquels ont en l’obeissance
De Charles, present roy de France,
Jusques cy tenu cette place
Par l’ayde de Dieu et la grace
Et de monseigneur sainct Michel120.

  • 121 A. N., Zla 10, f° 58v° (procès de 1437).

47Les lettres de rémission, les archives judiciaires retracent fréquemment en quelques lignes les carrières militaires des personnages qui s’y trouvent cités. Il est assez rare de découvrir dans ces documents des hommes d’armes d’origine ouvertement roturière, les intéressés préférant faire silence sur ce point lorsqu’ils ne sont pas de noble extraction. Mais la partie adverse, en cas de procès, n’a pas toujours cette discrétion : voulant inclure la famille Bégon au nombre des contribuables, les consuls, manants et habitants de la ville d’Ennezat, au bailliage de Montferrand, exposent que son chef, Pierre Bégon, a voulu s’affranchir en se prétendant noble, « qui est une chose bien estrange, veu le lieu dont il est yssu » : il fut d’abord clerc de la paroisse, servit la cure et le curé, partit pour Rome, s’y maria, devint charretier, transportant du blé et du vin entre l’Auvergne et l’Orléanais ; voulant profiter des mutations monétaires, il se fit changeur et y « gagna gros » ; on l’accuse d’avoir exporté du billon hors de France ; commerce des draps aussi ; le tout couronné par des lettres d’anoblissement que le roi lui accorda. L’avocat de Pierre Bégon ne s’oppose pas à cette version ; il présente son client comme « notable homs, de bonne vie et honneste », assez habile en affaires pour s’être enrichi, mais dévoué au bien public : « lui veant ses deux enfans estre abiles en fait de guerre, voult faire service au roy » ; il les arma, leur donna neuf ou dix bons chevaux, les envoya au voyage d’Orléans, en 1429, où ils servirent dans la compagnie et aux gages du duc de Bourbon ; puis l’un d’eux, Jean, passa dans celle du seigneur de Boussac, maréchal de France, qui lui confia la charge de son étendard. Après quoi, ils tinrent garnison dans un château du Beaujolais appartènant au duc de Bourbon, « tousjours a ses gaiges et de son hostel, non point comme routiers ». Jean fut fait prisonnier lors d’une course, le père dut payer pour lui une lourde rançon ; une fois libéré, il devint panetier du duc de Bourbon. C’est alors qu’informé de ces faits d’armes, le roi voulut anoblir toute la famille. D’ailleurs, si Pierre Bégon a eu, s’il a encore des charrettes, des chevaux, des bœufs, ce n’est point pour marchander, mais pour « faire ses labouraiges » ; encore n’y met-il pas la main ; il a des valets pour cela ; quant à ses fils, ils n’ont jamais tenu les champs, comme font les routiers ; ils n’ont pas fait partie, quoi qu’on en dise, des Rodigois de Villandrando ; aussitôt une expédition terminée, ils regagnent leurs maisons. Tout cela non sans dépenses : pour « soustenir leur estat en guerre », pour payer la rançon, il leur a fallu débourser 3 000 bons écus121. Exemple type de combattants ayant servi comme hommes d’armes bien qu’étant d’origine roturière.

  • 122 Ibid., Xla 4799, f° 61v°-62r . Il fut l’un des maîtres d’hôtel du connétable de Richemont, dont il (...)
  • 123 Ibid., 9210, f° 45r .
  • 124 Ibid., 4798, f° 128 r (1439).
  • 125 On remarque un certain nombre de bâtards nobles dans les hommes de trait au service du duc de Bourg (...)

48Dans les mêmes sources, beaucoup en revanche mettent l’accent sur la noblesse incontestée de leur naissance. Tel ce Guillaume de Vendel, chevalier, « bien nobles homs », dont le père fut cousin germain du « bon connestable » Bertrand du Guesclin ; deux de ses grands-oncles, également chevaliers, moururent « a la bataille de Flandres » ; lui-même fut à Azincourt, aux sièges d’Avranches et de Pontorson ; on lui confia la défense d’une place contre Warwick et Talbot. La forteresse de La Gravelle s’étant rendue « en composicion jusques a certain temps », il put lui et ses gens, venir la secourir avant le terme de la reddition, forçant Bedford à reculer. On le vit au recouvrement de Laval, à la journée de Patay, à la prise de Paris et de Saint-Denis, aux sièges de Montereau, de Meaux et de Pontoise où il fut fait chevalier : digne membre d’un lignage qui « du temps de feu messire Bertrand... perdy en les guerres du roy... bien C ou VIxx chevaliers et escuiers, et en ces dernieres guerres qui encores ne sont appaisées [le document est de 1442] bien XXX que chevaliers que escuiers »122 ! Telle encore la famille de la Forêt : le père présent au voyage du sacre, puis fait prisonnier à La Charité, le fils, Guy, ayant reçu à Castillon « l’ordre de chevalerie »123. Messire Jean de Saint-Cler cumula, quant à lui, les responsabilités financières et les services de guerre : « noble chevalier et bon licencié en loy », il reçut de Charles VII à la mort de maître N. de la Barre, en 1428, l’office de conseiller général sur le fait des aides ; cela ne l’empêcha pas de s’armer l’année suivante pour accompagner son maître jusqu’à Reims ; sous lui, il a trois ou quatre archers, avec lesquels il est à la prise de Beaugency et à la bataille de Patay, montrant tant de courage durant toute la campagne que, « proprio motu, le roy le fist chevalier ». Par la suite, il fut l’un des défenseurs de Senlis, capitaine de Crépy-en-Laonnois, assiégeant Laon, puis assiégé dans Saint-Denis, enfin prisonnier pendant trois ans124 ; anobli ou gentilhomme de naissance ? Le cas est moins clair que dans les exemples précédents. Notons encore que les nobles ne se rencontrent plus seulement parmi les hommes d’armes, mais aussi, quoiqu’en bien moindre proportion, parmi les archers125.

49Dans ces conditions, quelles limites, ou quel sens, faut-il assigner aux témoignages des contemporains évoquant la défaillance militaire des nobles ? Celle-ci se situa au niveau des réactions collectives, non à celui des destins individuels : c’est la noblesse en tant que corps social qui ne fut plus ce réservoir humain dans lequel traditionnellement la monarchie n’avait qu’à puiser pour satisfaire aux nécessités de la guerre ; c’est le système des obligations militaires qui perdit une grande partie de son efficacité ; ce sont les semonces des possesseurs de fiefs dont le rendement devint très insuffisant ; d’où l’appel à des volontaires, quelles que soient leurs origines sociales ou géographiques.

  • 126 Cf. t. II, p. 3. Recrutement de la noblesse régionale pour la défense de la région°: B. N. p. o. 10 (...)

50Les nobles acceptèrent encore de défendre leurs fiefs, leurs châteaux, leur province ; beaucoup évitèrent en revanche de participer aux expéditions trop lointaines ; la guérilla décrite dans Le Jouvencel aux confins de l’Anjou, du Maine et du Perche, est en bonne partie menée par des nobles du pays qui se battent à l’intérieur d’un espace familier126 ; inversement, les étrangers, les mercenaires déracinés, jouent un rôle prépondérant dans la « grande guerre » — celle que racontent les chroniques officielles.

  • 127 Témoin la formule employée dans les comptes, énumérant les « seigneurs, chefs et capitaines de guer (...)
  • 128 Fenin, Chron., p. 222, cité par Beaucourt. Hist. Ch. VII, t. II, p. 70, n. 3.
  • 129 La présence du roi à une expédition militaire entraîne, presque automatiquement, celle des grands e (...)
  • 130 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. III, p. 41, n. 2 et p. 42, n. 1.
  • 131 Cf. Le Jouvencel, t. II, p. 165 ; cf. aussi t. I, p. 41.

51L’abstention la plus nette fut sans doute celle des princes et des grands seigneurs — la « haute seigneurie », les « grands terriens ». Entre 1425 et 1440, à quelques exceptions près — ainsi lors de la chevauchée du sacre127 — beaucoup préférèrent rester dans leurs domaines ou bien se livrer au jeu moins périlleux et moins pénible des intrigues politiques et diplomatiques dans l’entourage du roi. La conduite de ce dernier, le peu de goût qu’il montrait pour la guerre — attitude longtemps approuvée par son entourage qui redoutait pour lui les hasards des batailles128 —, ne purent que favoriser la carence des grands129. L’opposition entre la cour et la guerre apparaît plus nette qu’auparavant ; dans un mémoire rédigé en 1435 à l’intention d’un envoyé du duc de Savoie, le président Louvet, après avoir souligné la faveur dont jouissait Dunois auprès de Charles VII, ajoute : « Mais il se vuelt du tout emploier a la guerre et ne se vuelt point tenir a cour »130 ; Guillaume Tringant loue Jean de Bueil de « hanter avec les gens de guerre » : « Un homme ne le povoit tirer en cour. Aussy n’estoit-ce sa vocation ; si y eust-il de ses amys qui lui conseilloient assez »131.

  • 132 Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII ».

52Les responsabilités militaires furent donc fréquemment confiées à des capitaines de petite naissance : certes, parmi eux une minorité de roturiers, mais il est frappant de constater que, par opposition avec les autres périodes, les origines, les alliances, les familles, les armes d’un grand nombre d’entre eux ne peuvent être ni éclairées, ni précisées à partir de la documentation pourtant si riche du Cabinet des titres, à la Bibliothèque nationale : hommes nouveaux, ou presque ? En dehors de sa portée exceptionnelle, l’aventure de Jeanne d’Arc, se disant chef de guerre, rangée parmi les chefs de guerre dans les comptes du trésorier Hémon Raguier132, a aussi une signification sociale : elle n’est pas seulement une femme mêlée à la guerre — on trouverait après tout dans les chansons de geste nombre de grandes dames défendant leur seigneurie en l’absence de leur baron ; Jeanne de Montfort, au 14e siècle, avait montré ses qualités militaires —, elle est également une femme d’origine paysanne intervenant dans un domaine naguère réservé aux nobles.

  • 133 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 209.
  • 134 Dès 1421, les trois états réunis à Clermont en Auvergne demandent au dauphin que sa guerre soit « g (...)
  • 135 Mémoires, t. I, p. 239. Cf. aussi Chastellain, Chron., t. II, p. 179, évoquant les tribulations de (...)

53Manquant de prestige social, dépourvus d’assises territoriales, ces « simples capitaines »133 étaient souvent à la tête de petites compagnies très jalouses de leur indépendance ; d’où, en dépit d’effectifs somme toute restreints, le nombre de ces capitaines, que les contemporains trouvaient exagérément élevé134. Et cependant, on ne pouvait rien leur refuser : « Il n’y avoit si petit capitaine en France a qui l’on osast fermer l’uis ou la chambre du roy, quelque affaire qu’il eust », rappelle Obvier de la Marche135. Mais surtout, étant eux-mêmes d’assez mince naissance, ils avaient tendance à recruter leurs hommes à leur niveau, voire plus bas encore ; ils étaient incapables, ni peut-être désireux d’attirer les nobles des meilleures lignées.

  • 136 1424 : Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. j. 2, p. 211—212.
    1425 : Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. (...)

54Cependant, tout en évitant de faire eux-mêmes campagne, les grands seigneurs étaient loin de se désintéresser des gens de guerre ; chacun d’eux avait ses capitaines, ses hommes, qui défendaient non seulement ses domaines, mais le royaume. Charles VII, de son côté, avait aussi les siens. La guerre du roi était donc menée par des hommes relevant d’autorités diverses ou rivales. Les grands faisaient écran entre le pouvoir royal et une large partie des troupes. Telle est l’une des raisons qui expliquent l’échec des tentatives de réforme auxquelles la monarchie songea à plusieurs reprises, en 1424, 1425, 1428, 1440136 : en renvoyant des gens de guerre, non seulement, on risquait de se passer des services d’auxiliaires incommodes, mais expérimentés ; non seulement, il fallait disposer d’une force militaire capable de disperser les éléments qu’on prétendait chasser ; mais il fallait obtenir le consentement de tous leurs protecteurs et donc réaliser une unité politique en général inaccessible.

  • 137 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 209.
  • 138 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. II, p. 89.
  • 139 Beauchesne, « Pierre de Beauvau, p. 121—123.

55Carence relative des « gentilshommes de nom et d’armes » : l’opinion, du moins celle qui s’est exprimée, fut d’autant plus sensible à ce phénomène qu’elle était demeurée fidèle aux idéaux traditionnels ; à ses yeux, c’est aux nobles, sous la conduite des plus prestigieux d’entre eux, qu’il appartient de « soustenir le faiz et la charge de la guerre du roy »137. Toute autre situation est anormale, conduit aux désordres et aux malheurs. L’idéal serait donc de renvoyer dès que possible les non-nobles à leur « labour et mestier »138, ou du moins de ne leur accorder qu’un rôle temporaire ou subalterne. Un petit fait nous paraît témoigner de cette mentalité : désigné par le duc d’Anjou comme capitaine de Mayenne, Pierre de Beauvau, un noble de la région, parent du célèbre Bertrand de Beauvau, édicte vers 1445 un règlement pour la sécurité du château, il prescrit que l’ouverture des portes et l’arrière-guet se feront obligatoirement en présence d’un gentilhomme ; les compagnons de guerre, les gens de trait, les portiers, les villageois du plat pays venus faire le guet sont certes utiles, indispensables, mais la sécurité de la place ne sera pleinement assurée que par les nobles dont les trahisons, ou les défaillances, sont moins à craindre139.

  • 140 M. R. Powicke, « Lancastrian Captains », Essays in Medieval History Presented to Bertie Wilkinson, (...)

56Il convient cependant d’ajouter que le piètre niveau social des forces combattant pour Charles VII se retrouve aussi, toutes proportions gardées, dans les armées de son adversaire, où l’on constate, entre 1415 et 1453, une participation de moins en moins importante, au niveau de l’encadrement, des ducs, des comtes, des pairs, et, de façon générale, de la nobility140.

Un exemple : le siège de Meaux (1439)

57La conclusion du traité d’Arras, survenue le 20 septembre 1435, permit à Charles VII d’entreprendre la reconquête de l’Ile-de-France. Déjà maîtres de Melun et de Lagny, les Français, en février 1436, occupèrent le pont de Charenton, le château de Vincennes, Corbeil, Brie-Comte-Robert, Saint-Germain-en-Laye et Pontoise. Le 8 mars, le connétable Arthur de Richemont fut institué lieutenant général du roi en Ile-de-France, Normandie, Champagne et Brie ; il entra dans Paris le 13 avril, tandis que ses troupes s’emparaient du pont de Saint-Cloud, de Saint-Denis, Marcoussis, Chevreuse et Montlhéry. Deux jours plus tard, la bastille Saint-Antoine capitula.

58On pouvait cependant craindre un retour en force dos Anglais, qui conservaient Creil, Meaux et Montereau. Pour assurer la sécurité de son gouvernement militaire autant que pour procurer à ses hommes des ressources régulières, Richemont plaça dans les forteresses de l’Ile-de-France un certain nombre de garnisons, qu’un nouveau subside permit d’entretenir.

59Ce dispositif n’empêcha pas le duc d’York, lieutenant en France pour Henri VI, de lancer une contre-offensive durant les premiers mois de 1437 : sous la vigoureuse impulsion de Talbot, Pontoise, Chevreuse, Villarceaux, Vigny, Luzarches et Malesherbes furent repris ; Paris se trouvait directement menacée. Charles VII vint alors seconder les efforts de son connétable : le siège de Montereau se termina favorablement, d’autres forteresses furent récupérées ; à la fin de 1437, les Anglais ne détenaient plus dans la région parisienne que trois places importantes : Meaux, Pontoise et Creil.

  • 141 Cosneau, Richemont, p. 254—295. Cf. la célèbre description du Marché de Meaux par Secousse, reprodu (...)

60Faute de moyens, faute de volonté, la guerre languit en 1438 ; les timides tentatives de Richemont n’aboutirent à rien. Même, au début de 1439, par trahison, Saint-Germain-en-Laye passa aux Anglais. Quelques mois plus tard cependant, non sans tergiversations, le connétable se décida à entreprendre le siège de Meaux : la ville fortifiée, établie sur la rive droite de la Marne, communiquait par un pont avec le Marché de Meaux, forteresse réputée qui occupait la presqu’île formée par l’une des boucles de la rivière. La ville et le Marché étaient défendus par une garnison anglaise de quelques centaines de combattants, sous le commandement de Guillaume Chamberlain. Le siège débuta le 20 juillet 1439. Sept bastilles furent édifiées, des canons mis en batterie. Le 12 août, l’assaut fut donné à la ville, qui se rendit. Le Marché tenait toujours : pour le secourir, les chefs anglais Somerset, Talbot et Faulconberg, réunirent en Normandie une armée de plusieurs milliers d’hommes qui gagnèrent Meaux en contournant Paris. Prudemment, Richemont refusa la bataille que demandait l’adversaire, enferma ses troupes dans la ville et dans les bastilles. Deux de ces bastilles succombèrent ; la garnison du Marché put être ravitaillée. Mais au bout de quelques semaines, l’armée de secours regagna la Normandie. Guillaume Chamberlain, se sentant abandonné, négocia une capitulation hâtive et rendit la place le 15 septembre. Le siège n’avait pas duré deux mois141.

61Assez petite opération au total, mais qui a laissé des traces suffisantes dans les archives pour qu’il soit possible d’avoir un aperçu relativement précis et complet des forces armées qui la menèrent à bien.

62Placées sous le commandement unique du connétable de Richemont, les troupes sont composées de 50 compagnies de dimension fort inégale. On y compte entre 26 et 700 combattants. Chacune d’elles réunit à la fois des hommes d’armes et des gens de trait, tous montés ; quelques-unes comportent également des guisarmiers et des gens de pied. Les effectifs d’ensemble se montent à :

  • 1 502 hommes d’armes ;

  • 3 295 archers et gens de trait ;

  • 187 guisarmiers et gens de pied.

  • 142 Source principale : B. N., fr. 32510, f° 383—385.

63Si l’on admet qu’à cette époque chaque homme d’armes était accompagné d’un auxiliaire également armé, il faut compter 6 486 combattants, représentant une dépense mensuelle de 40 0001.1., y compris les états des capitaines. Le siège ayant duré deux mois, la dépense se serait donc élevée à 80 000 l.t., à laquelle il convient d’ajouter celle exigée par l’artillerie, par la construction des bastilles, et par diverses indemnités : on arrive alors aisément à un total de 100 000 l. t.142.

Carte 2. Les garnisons françaises avant et après le siège de M eaux (1439)

Carte 2. Les garnisons françaises avant et après le siège de M eaux (1439)
  • 143 Du moins parmi les combattants proprement dits. A coup sûr des pionniers et des manœuvres furent ré (...)
  • 144 Il s’agit de : Probon du Bos, capitaine de Houssaye ; Roger du Bort, dit de Pierrefitte, capitaine (...)
  • 145 Tous deux hommes du connétable (Gruel, Chron. Richemont, p. 107).
  • 146 Cf. table analytique d’Escouchy, Chronique, t. II, p. 468.
  • 147 Gilles de Saint-Simon, bailli de Senlis (G. R., n° 20793) ; Vancelin de la Tour, bailli de Vitry (i (...)
  • 148 Wavrin, Recueil des croniques, t. IV, p. 254, évoque la présence au siège de Meaux, du côté françai (...)
  • 149 Au service du roi dans la guerre de Lorraine du 15 novembre 1438 au 15 février 1439 : la Hire, Pier (...)
  • 150 Bouvier, Chron., p. 401.
  • 151 Lettre du 2 mars 1439, original allemand, conservé aux Archives de Strasbourg, citée par Tuetey, Le (...)

64Apparemment, Richemont n’employa que des volontaires143 : comment, où, les recruta-t-il ? Il se servit d’abord des troupes mises par lui-même en garnison dans la région parisienne, qui fournirent 13 des 50 compagnies (Carte 2)144. Il fit ensuite appel à des hommes placés dans son sillage, ayant partagé depuis longtemps sa fortune, reconnaissant son autorité, tels Olivier de Broons et Olivier de Coëtivy145, à des seigneurs locaux, comme Robert de Béthune, seigneur de Mareuil-en-Brie146. Des baillis des bailliages voisins lui amenèrent des troupes147. Mais l’apport le plus important fut celui des « gens de compagnie »148, des « routiers », des « Ecorcheurs », qui venaient d’exercer leurs ravages en Lorraine, en Alsace, en Bourgogne, en Limousin. 20 des 50 compagnies ont cette origine, groupant 63 % des effectifs149. Quelques semaines plus tôt, Charles VII avait rencontré une grande partie des Ecorcheurs alors qu’ils dévastaient le Beaujolais ; il les avait équipés, remontés, armés de son mieux, puis leur avait intimé l’ordre de rejoindre Richemont à Meaux150. En dépit des efforts royaux, il est probable qu’ils offraient un aspect bien proche encore de celui décrit quelques mois plus tôt par un témoignage alsacien : « Les Armagnacs [c’est ainsi qu’on les appelait encore à cette date dans l’Empire] n’ont pas plus de cinq mille chevaux et dans ce nombre trois mille bien montés, le reste n’est qu’un ramassis au milieu duquel il y a trois cents femmes à cheval. Ils possèdent trois grands drapeaux et dans chaque corps trois étendards, rouge, bleu et noir ; point de matériel, sauf une grande pièce de huit pieds de long, qui lance des boulets gros comme la tête ; la nuit venue, ils se couchent à peu de distance les uns des autres ; ils mangent mal, se contentent souvent de noix et de pain, mais nourrissent bien leurs chevaux »151.

Carte 3. Itinéraire d’un Ecorcheur, Jean de Blanchefort (fin 1437 — début 1440)

Carte 3. Itinéraire d’un Ecorcheur, Jean de Blanchefort (fin 1437 — début 1440)
  • 152 Parmi ces protégés, citons le bâtard Chapelle (Gruel, Chron. Richemont, p. 67, 80 et 108), Jean de (...)
  • 153 La dépendance de Chabannes, Blanchefort, Ferlin et d’Apchier est attestée en particulier par Escouc (...)
  • 154 Escouchy, Chronique, t. III, p. 4 sq.

65Le concours des protégés de Richemont fut acquis, semble-t-il, sans difficulté152. Il n’en fut pas de même pour d’autres capitaines, comme Antoine de Chabannes, Jean de Blanchefort, Alain Ferlin, François d’Apchier et Roger de Pierrefitte, qui dépendaient du duc de Bourbon153 : un mémoire de 1440 raconte comment en février et mars 1439, Charles VII se trouvant à Riom, il fut décidé de conduire les « gens d’armes qui estoient embarrez en Lorraine et en Alemaigne » jusqu’en Ile-de-France pour le siège de Meaux ou de Creil. Bien qu’il eût publiquement donné son accord, Charles de Bourbon incita secrètement les Ecorcheurs à désobéir aux ordres royaux ; ils se dirigèrent donc vers le sud, dévastant l’Auvergne, le Rouergue, le Berri et la Bourgogne, et c’est avec un retard de deux mois sur le calendrier prévu qu’après avoir rencontré Charles VII ils se décidèrent enfin à remonter vers Paris. Par ailleurs, contrairement à sa promesse, le duc de Bourbon ne se rendit pas à Meaux, mais s’arrêta à Orléans où il trouva Dunois, le maréchal de la Fayette, Jacques de Chabannes et d’autres seigneurs : déjà la Praguerie commençait154.

  • 155 Cité par Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 39—40.
  • 156 « Pour avoir argent a conduire sa dicte entreprise, alla au Puy tenir ses trois Estats de Languedoc (...)

66Une partie importante des troupes disponibles tendait ainsi à échapper au contrôle direct du roi ; celui-ci ne pouvait agir qu’avec l’accord des grands seigneurs. Toutefois il conservait d’indéniables pouvoirs ; même les chefs des Ecorcheurs, qu’il appelait ses « amés et feaux chevaliers et escuiers... estans et qui au temps advenir seront en nostre service »155, reconnaissaient dans une certaine mesure son autorité : dans la guerre de succession de Lorraine, plusieurs avaient choisi le parti d’Antoine de Vaudémont ; Charles VII, par l’intermédiaire du Héraut Berry, mais aussi, il est vrai, grâce au Héraut Beaujeu, agissant au nom du duc de Bourbon, parvint à les détacher de cette cause et à les faire rallier l’armée de René d’Anjou. C’est en grande partie parce que les Ecorcheurs se sentaient protégés par un prince qu’ils osaient bafouer la majesté royale. Par ailleurs, c’est bien Charles VII qui prit la décision du siège de Meaux, ce sont ses hommes, Vancelin de la Tour, bailli de Vitry, et Olivier Frétard, son écuyer d’écurie, qui communiquèrent ses ordres à Richemont ; ce sont ces derniers encore qui furent chargés de recevoir les montres des combattants ; c’est son trésorier des guerres, Antoine Raguier, qui leur versa les prêts à compter moyennant une imposition levée par son ordre en Dauphiné, en Languedoïl et en Languedoc156. Toutefois, il n’apparaît pas que Charles VII ait recruté l’armée du siège de Meaux grâce à des lettres de retenue : manifestement, on accepta sans formalité ceux qui se présentèrent.

  • 157 Escouchy, Chronique, t. III, p. 6.
  • 158 Nicole de Giresme, chevalier de l’ordre de Rhodes ; Robert de Béthune ; Jean de Châtillon°; Gilles (...)
  • 159 Les bâtards de Harcourt et de Vertus ; le bâtard Chapelle ; Arnaulton, bourc de Panessac ; Vancelin (...)
  • 160 Plusieurs d’entre eux sont signalés ultérieurement comme chevaliers : Antoine de Chabannes, Robert (...)

67Aucune montre datant du siège de Meaux n’ayant été conservée, on ne peut rien savoir quant aux simples gens de guerre qui y prirent part. En revanche, on connaît les chefs des 50 compagnies ; deux de celles-ci étant commandées par deux capitaines, on se trouve en présence d’une liste de 52 noms. Un moment, Charles VII avait songé à s’y rendre en personne, comme il l’avait fait à Montereau en 1437, comme il le fera à Pontoise en 1441 ; puis il renonça à ce projet157. Absence également des trois maréchaux de France, de l’amiral, du maître des arbalétriers ; aucun prince, en dehors du connétable de Richemont. Sur les 51 autres capitaines, 9 chevaliers seulement158. On relève 5 bâtards159. Bref, une forte majorité de chefs d’assez petit état, ce qui ne veut pas dire, cependant, que les non-nobles aient été nombreux160. On a pu déterminer l’origine géographique de 40 des 52 noms :

    • 161 Vancelin de la Tour, originaire des Marches de l’Empire. Ecossais : Rennequin Kenede (Kennedy ?) (B (...)

    étrangers : 7, dont 4 Écossais et 2 Italiens161 ;

    • 162 Richemont ; le sire de Rostrenen°; Olivier de Broons ; Olivier de Coëtivy ; Thugdual de Kermoisen°; (...)

    Bretagne et Anjou : 8162 ;

    • 163 Denis de Chailly ; Nicole de Giresme ; Jean de Châtillon°; Robert de Béthune ; Gilles de Saint-Simo (...)

    Ile-de-France, Picardie et Champagne : 6163 ;

    • 164 La Hire ; Arnaud-Guilhem de Bourguignan°; Estevenot de Vignolles ; Galobie de Panessac ; le bourc d (...)

    Périgord, Gascogne et Languedoc : 10164 ;

    • 165 Antoine de Chabannes ; Jean Foucaut ; François d’Apchier.

    Auvergne et Limousin : 4165 ;

    • 166 Le sire de Jalognes ; Jean de Blanchefort.

    Berri : 2166 ;

    • 167 Le bâtard de Harcourt ; Robert de Floques ; Robinet d’Estouteville.

    Normandie : 3167.

  • 168 Ajouter aux 5 baillis cités plus haut, le sire de Jalognes, sénéchal de Limousin (G. R., n° 14058).
  • 169 Né vers 1390 (Rohmer, « Etienne de Vignolles », p. 170).
  • 170 G. R., n° 13462.
  • 171 Ibid., n° 16511 et 16513.
  • 172 Ibid., n° 4892.
  • 173 Richemont, dès 1410, conduit des troupes aux Armagnacs (Cosneau, Richemont, p. 16) ; il fut fait pr (...)
  • 174 Ajouter aux noms précédents :
  • 175 Monstrelet, Chron., t. VI, p. 52.
  • 176 Si on laisse de côté Richemont qui devint, à la fin de sa vie, duc de Bretagne, il reste 51 capitai (...)

68Six capitaines sont sénéchaux ou baillis ; 14, capitaines de places royales168. Leur âge est très divers : pour prendre les deux extrêmes, la Hire atteint la cinquantaine169, Olivier de Coëtivy n’a que vingt-quatre ans170. Parmi les jeunes, Robinet d’Estouteville, qui mourut prévôt de Paris 40 ans plus tard, le 3 juin 1479171, Estevenot de Vignolles, dit Tallauresse, sénéchal de Carcassonne et capitaine d’une compagnie d’ordonnance jusqu’à sa mort, le 25 mars 1480172, Antoine de Chabannes, né en 1408, mort en 1488. Parmi les hommes mûrs, Richemont, Nicole de Giresme, Thugdual de Kermoisen, dit « le Bourgeois », Denis de Chailly, Giraud de la Pallière, Yvon du Puy, Vancelin de la Tour et la Hire, qui, au dire des chroniques, jouaient déjà un rôle militaire notable au minimum 15 ans plus tôt, en 1424 et dans les années antérieures173. 19 des 52 capitaines l’étaient déjà 7 ans plus tôt, en 1432174. Tels sont les « capitaines et vieux routiers de guerre, fleur de droites gens d’armes, qui par tres longtemps avoient sievy la guerre », dont parle Monstrelet. Mais les autres ne sont pas des chefs d’occasion : on suit la plupart d’entre eux quelques années avant et après 1439, à Montereau en 1437, au siège de Harfleur en 1440, à celui de Pontoise en 1441, durant les campagnes lorraines et alsaciennes de 1444 et 1445.175Si un grand nombre des capitaines de 1439 disparaissent sans laisser de trace après l’« épuration » de 1445, la moitié environ des survivants réussirent à obtenir une place honorable parmi les serviteurs de la couronne : Nicole de Giresme devint grand prieur de France, Gaspard Bureau maître de l’artillerie ; 7 capitaines obtinrent une compagnie d’ordonnance ; 7 eurent un bailliage ou une sénéchaussée ; 5 furent capitaines d’une place ; d’autres, tels Pierre Michel, Probon du Bos et Mondot de Brusac, furent intégrés dans la cavalerie permanente176. On est loin du sort misérable, anonyme, des capitaines de Compaignes du siècle précédent.

  • 177 Après le siège de Meaux, Richemont emmena une grande partie de ses effectifs jusqu’à Avranches, don (...)
  • 178 Chartier, Chron. Ch. VII, t. I, p. 241.

69Dès la fin de 1439, la monarchie tenta de mettre un terme aux désastreuses pérégrinations des Ecorcheurs. Après avoir par la grande « pragmatique sanction » du 2 novembre revendiqué le droit exclusif de lever des troupes, Charles VII imposa aux capitaines qui venaient du siège de Meaux un certain nombre de garnisons disposées autour de la Normandie anglaise (Carte 2). Des indemnités leur furent versées pour les persuader de s’y rendre, de « netoyer » leurs compagnies et de faire leurs montres devant le connétable. Désormais, ils devaient être payés tous les mois, eux et leurs hommes. Mais sous la pression des princes, au premier rang desquels le duc de Bourbon, ils ne respectèrent aucun de leurs engagements : du coup, cette première tentative concertée et préparée de réforme militaire échoua177. C’est dire que les obstacles à la réorganisation de l’armée royale venaient moins des mœurs des gens de guerre, de leur origine sociale ou du manque d’argent que de l’intervention des grands seigneurs : « Et tous jours advouoient iceulx capitaines quelque adveu de ung des seigneurs de France qui estoit cause du mal qu’ils faisoient »178. Crise politique, plus encore qu’économique ou sociale. L’expérience de 1439—1440 avait fait long feu, mais ses enseignements ne furent pas oubliés. Ajoutons que dès cette époque, la méthode était clairement définie : l’objectif était de faire dépendre du roi seul, « sans moyen », tous les capitaines, toutes les troupes, de leur assigner une garnison, de procéder à une sélection, de prévoir un payement et un contrôle réguliers.

  • 179 Hist. de Metz, t. V, p. 461.
  • 180 B.N., fr. 25710, n° 39.

70Médiocrité des effectifs, pillages et indiscipline, autorité réduite du roi sur ses « sujets, vassaux, aidants et servants »179, sur ceux de son « sang et lignage et autres [ses] vassaulx, subgiez, bien vueillans et aliez »180, et du même coup, fragmentation de l’armée monarchique en plusieurs clans relevant chacun d’un grand seigneur : comment expliquer dans ces conditions les succès de Charles VII entre 1429 et 1445 sur un ennemi pourvu de forces sans doute plus nombreuses, à coup sûr mieux équipées, administrées et organisées ?

  • 181 En 1418, la proportion la plus fréquente est de deux hommes d’armes pour un homme de trait à cheval (...)
  • 182 J’emprunte l’expression à l’ouvrage, d’ailleurs criticable du point de vue historique, de J. Guitto (...)

71C’est qu’à cette époque des transformations positives, durables affectèrent les troupes au service du roi de Bourges. Alors, s’établit parmi les combattants à cheval le rapport d’un homme d’armes pour deux archers, qui devait rester en vigueur dans les compagnies d’ordonnance jusqu’aux guerres de religion181. Alors aussi l’artillerie connut des progrès tels que cette arme dépassa, du côté français, les réalisations de l’adversaire (annexe XII E). Il y eut encore des raisons d’ordre moral, tout ce qui se trouve exprimé dans ce qu’on a appelé le « problème et mystère de Jeanne d’Arc »182. Enfin et surtout, durant cette même période, les compagnies de gens de guerre acquirent une cohésion, une continuité, qui ne devaient presque rien au pouvoir ou à l’administration monarchique, mais reposaient avant tout sur la fidélité des compagnons envers leur capitaine et sur l’autorité du capitaine sur ses compagnons. Désormais, les compagnies ne sont plus des groupements d’occasion, prenant naissance avec la retenue royale, se dissolvant une fois cassés aux gages ; ce sont des organismes solidaires, stables, articulés, réunissant des professionnels de la guerre (annexe V B). Cette transformation, réalisée dans des conditions et des circonstances qui nous échappent presque toujours, faute de documentation, ne procura pas seulement à Charles VII l’avantage militaire dans l’immédiat mais aussi le contexte ou l’arrière-plan social qui lui permit, à partir de 1445, de créer les institutions de l’armée permanente.

Notes

1 Cf. en particulier les copies des comptes du trésorier des guerres Benoît Colenot pour 1426—1427 (B. N., fr. 32510, f° 367—369) et surtout le compte conservé en original d’Andry d’Esparnon, allant du 20 février 1427 au 30 septembre 1428 (ibid., 4484).

2 Sur l’armée anglaise de la double monarchie, cf. surtout Newhall, Muster and Review.

3 B. N., fr. 32510, f° 347r . Sur sa carrière antérieure, Rey, Domaine du roi, p. 116, 117 et 121.

4 B. N., fr. 32510, f° 352—363 ; Rey, Domaine du roi, p. 304 et Finances royales, p. 639 ; cf. aussi B. N., p. o. 1517, dossier Héron à Paris.

5 Rey, Finances royales, p. 649.

6 Rey, Finances royales, p. 645 ; Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 359 ; G. R., n° 13830.

7 B. N., p. o. 2887, dossier Tronchin, n° 2 et 24, dossier Albert, n° 136.

8 B. N., fr. 32510, f° 374r .

9 B. N., p. o. 1517, dossier Héron à Paris, n° 2 et fr. 32510, f° 372—373.

10 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 360.

11 Macé Héron détenait encore l’office de trésorier des guerres en 1444 (B. N., p. o. 1517, dossier Héron à Paris, n° 39), mais il avait, semble-t-il, cessé de l’exercer dès 1440. Il était encore en vie en 1452 (ibid., n° 50).

12 Dans l’ordonnance du 25 septembre 1443, il est fait mention d’un seul trésorier des guerres proprement dit (Jacqueton, Documents administration financière, p. 9).

13 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 760—762.

14 Il s’agit de Guillaume Mai-tel, seigneur de Bacqueville. On notera toutefois — ce qui a échappé aux historiens — que Charles VI confia encore l’oriflamme à un certain Montmor (sans doute, Jacques de Montmor, ancien capitaine de Charles V), puis, en novembre 1418, à un personnage de petite noblesse appelé Chapelain (Religieux de Saint-Denis, t. VI, p. 301) ; mais ce ne furent là que des missions momentanées.

15 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».

16 David de Brimeu, précédent maître des arbalétriers, mourut à Azincourt. Il fut momentanément remplacé par Guillaume, seigneur de Cramesnil, chevalier, chambellan de Charles VI, commis par ce dernier « a l’execucion de l’office de la maistrise des arbalestriers de France jusques a ce que autrement en soit ordonné » (B. N., Clair. 36, n° 196) qui céda la place à Jean de Torsay (Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 69—70 et Arch. hist. Poitou, t. XXVI, p. 242, n. 1).

17 Signalé dans le compte de R. de Bouligny de 1418 (B. N., fr. 32510, f° 347— 349). N’apparaît plus après la date du 28 juin 1419 (Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 350, n. 3).

18 B. N., fr. 26043, n° 5404 (1419) et B. M. Rouen, Martainville 207, n° 8 (1420).

19 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».

20 Maréchaux de France : les sires de l’Isle-Adam et de Chastellus ; maître des arbalétriers : Jacques de la Baume ; amiral : Jean de Lens.

21 Selon Beaucourt, Buchan fut institué connétable après la bataille de Baugé, du 22 mars 1421. Il l’était à coup sûr déjà avant le 5 février 1422 (Hist. Ch. VII, t. I, p. 348, n. 2).
Louis, seigneur de Culant et de Châteauneuf, bailli de Melun par lettres du 29 octobre 1417 (G. R., n° 15384) ; reçu à Melun, lui, chevalier banneret, 50 écuyers, 5 connétables et 32 arbalétriers, le 10 juillet 1418, par Louis d’Escorailles, lieutenant des maréchaux de France (B. N., fr. 32510, f° 347—349) ; amiral de France avant 1422 (Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 825).
Gilbert Motier de la Fayette fut élevé en l’hôtel du duc de Bourbon qui le fit sénéchal du Bourbonnais et maréchal de ses guerres (ibid., t. VII, p. 56—57) ; bailli de Rouen le 13 juin 1417 (G. R., n° 8917) ; un instant gouverneur du Dauphiné en 1420 (ibid., n° 7834). En date du 8 février 1420, le sceau commun de la maréchaussée de France indique que les deux maréchaux étaient encore Pierre de Rochefort et Boucicaut, bien que tous deux fussent alors prisonniers des Anglais (B. N., fr. 26043, n° 5484). Les premiers documents où la Fayette porte le titre de maréchal de France sont du 8 septembre 1420 (B. N., Clair. 21, p. 1483 et p. o. 42, dossier Aloigny, n° 14). Né vers 1380, il avait alors une quarantaine d’années.
Amaury, seigneur de Séverac, de Belcaire et de Chaudes-Aigues, guerroya en Aragon, Orient et Lombardie avec le comte d’Armagnac (Anselme, Hist. maison royales t. VII, p. 68—69) ; sénéchal de Quercy dès 1392 (G. R., n° 18640), puis une seconde fois en 1412 (ibid., n° 18643), enfin une troisième fois en 1413 (ibid., n° 18646). Maréchal de France avant le 4 mars 1421 (B. M., Add. Ch. 3544) : il avait alors largement dépassé la cinquantaine.

22 B. N., fr. 32510, f° 352—363.

23 Le 2e compte de Pierre Bessonneau commence le 1er octobre 1420 (Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 361) ; déjà maître de l’artillerie le 7 février 1420 (B. N., p. o. 717, dossier Chaumont, f° 146r ). Contrairement à ce que dit le P. Anselme (Hist. maison royale, t. VIII, p. 131), il a donc été institué dans cet office avant le 1er octobre 1420. La citation est de Guillaume Tringant, commentateur du Jouvencel (Bueil, t. II, p. 274).

24 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 361 et B. M., Add. Ch. 11609 ; commis par le roi « au fait, achat et gouvernement de l’artillerie et autres habillemens de guerre es pais de Languedoc et duchié de Guienne », il reçoit 80 l. t. pour deux ans de gages (1428).

25 Cosneau, Richemont.

26 Jean Malet, seigneur de Graville et de Marcoussis. Selon le P. Anselme, capitaine du château de Pont-de-l’Arche le 30 mai 1417 (Hist. maison royale, t. VIII, p. 86—87) ; chevalier banneret, retenu au nombre de 154 hommes d’armes et 133 hommes de trait par lettres du dauphin du 11 mai 1419 (B. N., fr. 7858, f° 335 sq.) ; maître des arbalétriers de France avant le 8 juin 1425 (B. N., p. o. 642, dossier Chabot, n° 4). Torsay mourut en 1427 (Arch. hist. Poitou, t. XXVI, p. 242, n. 1).

27 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 835. Louis de Culant mourut sans enfant en 1444.

28 La Trémoïlle, Prigent de Coëtivy.

29 Le dernier compte de P. Bessonneau s’étend jusqu’au 20 février 1440 (Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres »,p. 361). Il était mort en 1446 ; à cette date, Charles VII fit payer à Annette d’Auxigny, sa veuve, 200 livres sur les 600 qu’il avait données à Bessonneau en récompense de sa charge de maître de l’artillerie, dont il s’était démis en faveur de Gaspard Bureau (Anselme, Hist. maison royale, t. VIII, p. 131). Jean Bureau dirige l’artillerie au siège de Montereau en 1437, Gaspard Bureau commence sa carrière militaire à celui de Meaux en 1439 (Dubled, « Les frères Bureau »).

30 Né vers 1375, il avait alors plus de cinquante ans (Dict. biographie franç. t. VII, col. 26—27) ; retenu à 40 hommes d’armes et 300 l. d’état par lettres de Charles VII du 26 mai 1423 (B. N., fr. 32510, f° 365). Séverac mourut assassiné en 1427. Biographie insignifiante de Boussac par M. Michon dans les Mémoires de la Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, fasc. 2, 1952, et fasc. 3, 1953.

31 Encore en 1427, Jean de Brosse et Gilbert de la Fayette signalés conjointement comme maréchaux de France (B. N., fr. 32510, f° 371).
Jusque dans les dernières années du règne de Charles VII, la Fayette est signalé comme maréchal de France dans les comptes royaux (B. N., fr. 32511, f° 8). Lui-même revendique ce titre (B. N., p. o. 1119, dossier La Fayette, n° 13, 14 et 15 : 1440—1446) ; il joue un rôle politique important en 1435 (Cosneau, Richemont, p. 492, 552 et 553), en 1436 (ibid., p. 242), en 1439 (ordonnance d’Orléans du 2 novembre : Ord. Roys, t. XIII, p. 306—311), en 1440, aux côtés des princes, lors de la Praguerie (Escouchy, Chronique, t. III, p. 5 et 7), puis dans les conseils de Charles VII, au moins jusqu’en 1449 (ibid., p. 245, 319, 354, 358 et 359). Cf. aussi Thomas, Les Etats provinciaux et Bouillé, Le maréchal de La Fayette.
La difficulté est de savoir quand la Fayette n’exerça plus réellement son office de maréchal : le sceau commun de la maréchaussée de France utilisé en Languedoc en 1430 (B. N., fr. 25769, n° 482) et 1437 (B. N., p. o. 1777, dossier Lustrac, n° 23) comporte encore les armes de la Fayette. On peut donc supposer qu’il exerçait ou faisait exercer son office par ses lieutenants au moins jusqu’à cette dernière date en Languedoc tandis que les autres maréchaux l’exerçaient dans le reste du royaume.

32 Loiseleur, « Compte des dépenses faites par Charles VII ».

33 Bourdeaut, « Pierre de Rieux, maréchal de France (1389—1441) ».

34 Ibid.

35 Rais faillit perdre son office en 1434—1435 : à cette époque, selon une plaidoirie du 22 avril 1445, « ledit feu monseigneur de Rais fu en tres malle grâce du Roy, et le Roy le cuida priver ou desappointer de son office de mareschal » (Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. II, p. 306 et n. 1). Sur ce personnage, cf. la biographie de Bossard, Gilles de Rais, avec les pièces justificatives éditées par Maulde. Rais fut sans doute remplacé par André de Laval-Lohéac : sur ce personnage, cf. Broussillon, La maison de Laval, t. III.

36 Philippe de Culant fut nommé maréchal de France sans doute à la place de Rieux lors du siège de Pontoise en 1441 (Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 77—78).

37 Escouohy, Chronique, t. I, p. 211 ; Jean Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 111 ; Bouvier, « Le recouvrement de Normandie », dans Stevenson, Narratives of the Expulsion of the English, p. 347. Il avait alors bien près de soixante-dix ans.

38 Supra, p. 147.

39 Cf. Rey, Finances royales, p. 355 sq.

40 Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII ».

41 La numérotation primitive a été transcrite dans la copie de B. N., fr. 20684, f° 541—573.

42 Ibid., 4484.

43 Ibid.., 4493.

44 Numérotation transcrite dans les copies de B. N., n. a. fr. 20528, p. 161—177, 179—215 et 217—262.

45 Arsenal 4522, f° 17v°. Valeur de l’écu indiquée dans Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 245.

46 Arsenal 4522, f° 21r . Valeurs de l’écu indiquées dans Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 273 sq.

47 Rey, Finances royales, p. 427 Le chiffre des dépenses du compte de 1411—1412 se trouve dans Arsenal 4522, f° 14r .

48 Se reporter à Rey, ibid., p. 385—427.

49 Dans le compte d’Arnoul Boucher de 1390—1392, la section « Gens d’armes qui ont compté » ne s’étend déjà plus que sur trois pages, après quoi, commencent les prêts à compter (B. N., fr. 4482, p. 25—28).

50 B. N., fr. 32510, f° 364—365. Même phénomène dans le compte exactement contemporain d’Hémon Raguier. On relève dans le chapitre « Tauxations, recompensations, estats, anciennes compositions et autres deniers payés par mandements du roy nostre sire durant le temps de ce present compte » un don de 1 000 l. t. par mois accordé à Jean Stuart, connétable de l’armée d’Ecosse ; de novembre 1422 à juin 1423, il a ainsi reçu en 8 versements 8 000 l. t. ; de plus, Charles VII lui accorda 30 000 l. t. pour l’entretien de tous les Ecossais étant à son service avec pour mission de les faire passer au-delà de la Loire, « es pays et marches d’Auxerrois et Nivernois », sans qu’il soit tenu de « faire ne bailler aucunes monstres ni reveues » (22 juin 1423 : Stuart, History of the Stewarts, p. 396—399).

51 B. N., fr. 20684, f° 541—573.

52 La formule est répétée plusieurs fois dans le compte d’Hémon Raguier.

53 B. N., fr. 7858, f° 37—40. Témoignage concordant de Cousinot, p. 313 : « Audit lieu de Gyen sur Loire, fut faict un payement aux gens de guerre de trois francs pour homme d’armes, qui estoit peu de chose ».

54 B. N., p. o. 2809, dossier Terride, n° 31. Parmi de nombreux exemples semblables, B. N., fr. 26055, n° 1718 (1431) et p. o. 213, dossier Bâtards, n° 5 (1428) ; Bibl. Min. Armées, A I b 1625, n° 85 (1426) ; B. M., Add. Ch. 3592 (1426).

55 B.N., fr. 25710, n° 40 (1426).

56 B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 140, 143, 146, 147, 149, 160 et 167 ; fr. 7879, f° 2r .

57 Hist. Languedoc, t. X, n° 836, col. 2050—2055.

58 B. N., p. o. 842, dossier Le Conte en Languedoc, n° 16 et 20, dossier Albert, n° 3.

59 Sur la Languedoc, cf. en dernier lieu Gilles, Les Etats de Languedoc.

60 B. N., fr. 5909, f° 62.

61 Ibid., 32511, f° 29—40. Sur les sommes remises en 1420—1421 aux trésoriers des guerres et maître de l’artillerie, cf. B. N., n. a. fr. 21203.

62 Gruel, Chron. Richemont, p. j. XXVII, p. 247—257.

63 B. N., n. a. fr. 5848, n° 278.

64 B. N., fr. 26066, n° 3922.

65 B. N., p. o. 25, dossier Albret, n° 145 (1435) et n° 170 (1437).

66 B. M., Add. Ch. 13537.

67 La Trémoïlle, Les La Trémoïlle pendant cinq siècles, t. I, p. 182.

68 Décision de la ville de Lyon, « a la requeste de messire Humbert de Grolée, baillif de Mascon, seneschal et capitaine de Lion, d’envoyer a Belleville quarante hommes d’armes a pié des compagnons de la ville et ce pour huit jours commençans demain aux despens de la ville et, passés les huit jours, aux despens du roy » (5 août 1420 : Guigue, Registres consulaires, p. 253). Cf. aussi Roserot, « Registre délibération de Troyes », p. 263 sq. et 346 sq.
En août 1421, envoi par Orléans de gens de guerre au service du régent (A. M. Orléans, CC 651, f° 15r ) ; en 1428, les hôteliers et autres gens d’Orléans entretinrent la garnison qui défendaient la ville ; par la suite, ils obtinrent le remboursement, au moins partiel, de leurs dépenses (A. D. Loiret, A 2178).
En 1419—1420, 1431 et 1448, Tours envoie un maximum de vingt « compagnons » : elle les équipe, leur accorde la somme nécessaire pour se rendre au lieu de la convocation, mais rien de plus (Chevalier, « Organisation militaire à. Tours »).

69 Gens de guerre payés par le duc d’Orléans en 1418—1423 : B. N., fr. 26042, n° 5272 et 5268 ; p. o. 2768, dossier Saint-Mesmin, n° 11 et 2461, dossier Renier, n° 43 ; A. D. Loiret, A 2192, n° 44 et 48 ; A 2191, n° 44 sq. ; A 880 et 902—904. Jean de Bueil au service de Charles d’Anjou : Le Jouvencel, t. II, p. 310—311.

70 Thomas, Les Etats provinciaux, t. II, p. j. VI, p. 21—23 et p. j. XV, p. 39—42.

71 Basin, Hist. Ch. VII, t. I, p. 106.

72 On appelle ainsi une monnaie d’argent émise en 1431 (Lafaurie, Les monnaies des rois de France, p. 100, n° 469).

73 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 172.

74 Chartier, Chron. Ch. VII, t. I, p. 89.

75 Champion, Guillaume de Flavy, p. 219, p. j. 71, d’après A. N., X2a 24. Bien que n’étant pas aux gages du roi, ces troupes étaient cependant à son service, omme le prouvent les couleurs de leurs livrées : « Quant le roy vint a son sacre Reims, Flavy le sceut. Et manda Flavy beaucoup de gens avec luy, de trois a CCCC chevaliers que gentilz hommes et avoient livrées de blanc et vert » (ibid., p. 23, n. 4).

76 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. j. IV, p. 213—215 (1428).

77 Codefroy, Dictionnaire, t. I, p. 327 ; Du Cange, Glossarium, t. I, p. 311, s. v. apatisatio. Du Cange fait venir le mot de pactum. On peut tenir un village en appatis (Olivier de la Marche), tenir en rente d’appatis, délivrer des lettres de garde ou scellés d’appatis (Monstrelet). Sur l’équivalence pratique des appatis et des tailles, voir ce que dit le Bourgeois de Paris : « Les Françoys prenoient patis et tailles de trois moys en trois moys, et se les povres laboureurs n’avoient de quoi payer, les gouverneurs les abandonnoient aux gens d’armes » (exemples cités par Godefroy, Dictionnaire, t. I, p. 328 et t. V, p. 683). Le mot sufferte est employé dans Labroue, Le livre de vie, p. 28 sq.

78 Keen, Laws of War, p. 252 ; Fowler, « Les finances et la discipline dans les armées anglaises », p. 63 ; M. Jones, Ducal Brittany, 1364—1399. Relations with England and France during the Reign of Duke John IV, Oxford, 1970, p. 163—171.

79 Ainsi dans la trêve de Paris de 1396 (Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, p. 84 sq.).

80 Cf. t. I, p. 95.

81 Le Caeheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI, t.I, p. 62—65, n° 26, d’après A. N., JJ 172, n° 438.

82 Lecoy de La Marche, Le roi René, t. I, p. 521, d’après A. N., P 13345, f° 40.

83 Delaville Le Roulx, La domination bourguignonne à Tours, p. 28, n. 1.

84 Keen, Laws of War, p. 252, d’après B. N., Picardie 89, f° 277.

85 Cité par Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, t. I, p. 500.

86 Cosneau, Richemont, p. 560—562, d’après A. N., Y 4, f° 13v° et 14v°.

87 A. N., P 1335, n° 123.

88 Valeur de l’écu à la couronne depuis le 20 octobre 1411, à 24 carats et 3,82 g : 22 s. 6 d.t. (Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 166). Valeur de l’écu à la couronne, dit écu neuf, depuis le 28 janvier 1436, à 24 carats et 3,49 g: 25 s. t. (ibid., p. 281).

89 Sous Cristye Chamber, Écossais. Encore ce dernier est-il parfois désigné comme capitaine des gens d’armes de la garde du corps ou des gentilshommes et archers d’Ecosse (B. N„ Clair. 28, f° 2)043 et 2)045 et Clair. 219, n° 38 et 3 9).

90 Infra, p. 255.

91 Cf. ce que dit Bouvier dans le préambule de son Armoriai, rédigé peu après le milieu du 15e siècle : « Par les grans guerres et divisions qui ont esté moult longuement en ce royaume, plusieurs jeunes nobles hommes se sont absentez et mis hors de leur hostel et s’en sont allez les ungs en estrange pays, les autres en la guerre ; et cependant les maisons et eglises ou povoient estre paintes leurs dites armes par le long temps que la guerre a duré, sont du tout tumbées et desollées ; par quoy les dessusdits ne scevent de present quelles armes ils portent ; et aussy, par icelles guerres et divisions, ont esté perduz et portez les livres qui anciennement avoient esté fais par les roys d’armes hors de ce royaume » (p. 39—40).

92 En Bourgogne, jusqu’en 1470. En Angleterre, présence de l’ancienne hiérarchie des gages au moins jusqu’en 1475 ; d’autre part, il semble qu’il y ait eu ici assimilation des bannerets et des baronets (cf. Francis Pierrepont Barnard, Edward IV’s French Expedition of 1475. The Leaders and their Badges, Oxford, 1925, f° lr  et 2v° : les mêmes noms sont qualifiés tantôt de « baronettes », tantôt de « banerettes ».

93 Ainsi durant la campagne de Normandie de 1449—1450 : aux sièges de Harcourt, de Pont-Audemer et de Rouen, lors de l’entrée du roi dans Rouen, à la bataille de Formigny (Bouvier, « Recouvrement de Normandie », dans Stevenson, Narratives of the Expulsion of the English, p. 261, 265, 295, 316 et 337 ; Chartier, Chron. Ch. VII, t. II, p. 87 ; Escouchy, Chronique, t. I, p. 192, 215 et 216). De même durant la campagne de Guienne, en 1450—1451, aux sièges de Fronsac et de Bayonne (Chartier, Chronique Ch. VII, t. II, p. 277 ; Wavrin, Recueil des croniques, t. V, p. 179 et 187). Tout se passe comme si, après les désordres ayant caractérisé la génération précédente, il y eut de la part de la monarchie un effort pour redonner vigueur à la chevalerie, en tant qu’« établissement politique, militaire » et social : effort périodique au Moyen Age, mais qui, dans le cas présent, fut sans doute le dernier du genre.

94 La Marche, Mémoires, t. II, p. 266—268. On remarquera que dans ce texte, la Marche prend la peine de décrire le rite pour la levée de la bannière comme si, au moment où il écrivait, ce rite était presque oublié ; de plus, glissement du titre de banneret sur la terre : on parle d’une terre de bannière ; cf. à ce sujet l’histoire racontée par Escouchy (Chronique, t. II, p. 306—307) : le seigneur de Croy cherche à marier son fils à la fille de Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, afin de « grandement eslever sa maison et exhaulser la generacion de Croy », mais Saint-Pol refuse ; le chroniqueur ajoute : « A la verité aussy, il y avoit bien raison, pour ce que ladicte damoiselle estoit saillie de si noble lieu comme des fleurs de lys, car sa mere fut fille du comte de Marie, et ledit de Croy n’estoit sailly que de simple baniere ». Cf. aussi Chastellain, Chron., t. II, p. 374 ; La Sale, Œuvres complètes, t. I, p. 233 ; B. N., fr. 5241, f° 4v° et n. a. fr. 10054, f°38v°. Même glissement de ce titre militaire sur une terre constaté en Bretagne : en 1462, François II de Bretagne octroye à Tanguy du Châtel et à ses héritiers « la seigneurie du Bois-Raoul et de Rennac »), au diocèse de Vannes ; de plus, « pour consideration de la noble maison et consanguinité dont ledit Tangui est extroit et qu’il appartient de prouchain lignage a plusieurs des anciens barons et autres grans seigneurs de nostre pays et que son chief aisné seigneur du Chastel est banneret et porte ses armes en banniere, voulons que lui et ses hoirs seigneurs de ladite terre de Rennac puissent avoir armes en banniere et qu’il soit banneret » (Lobineau, Hist. Bretagne, t. II, col. 1244—1245 ; cf. aussi col. 1433). En 1461 Louis XI érige en comté la seigneurie de Charny, qui est « baronnie et bannière ancienne » (A.N., P 2229, f° 233—234v°) Le problème serait à approfondir.

95 Cité par Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, p. 505.

96 En 1422, recrutement de lances en Lombardie, chaque lance comptant un homme d’armes, armé de tout son harnois, un page et un valet ou saquement (italien°: saccomanno), armé d’une capeline, d’un haubergeon et d’avant-bras, tous à cheval (Arsenal, 4522, f° 17v°). Sur les saquements, cf. ce qu’en dit Giovanni da Legnano, De Bello, p. 116 : Quidam accedunt [adbellum] solum animo spoliandi, ut nuncupati saccomanni, quasi manu arripientes et sacco deferentes.
En 1425—1426, Martin d’Arblay, capitaine de 26 targons (hommes de guerre munis d’un bouclier ou targe) et enfants de pied pour la garde du corps du roi (B. N., fr. 32510, f° 370).

97 Ainsi ceux venus d’Ecosse en 1419 sous Guillaume Douglas (B. N., fr. 32510, f° 352—363) ; Jean Stuart, écuyer du pays d’Ecosse, capitaine de cent archers à cheval, retenus par le dauphin le 1er octobre 1418 (ibid.).

98 Ecossais : cf. Francisque-Michel, Les Ecossais en France, les Français en Ecosse. Aragon et Castille : outre le célèbre Rodrigue de Villandrando, citons Guillaume de Sarnay, Mathias d’Archiac (Journal du siège d’Orléans, p. 6, n. 2 et 12), Bernard Albert (B. N., p. o. 20, dossier Albert, n° 3), Antoine Hermentier (ibid., dossier Hermentier, n° 2, 3, 4 et 5).
Italiens : ainsi Théaude de Valpergue, retenu à 250 hommes d’armes par lettres de Charles VII du 20 juillet 1423, ou le Borgne Caqueran (B. N., fr. 32510, f°364—365).

99 Parmi les capitaines et chefs de guerre présents au siège d’Orléans, on relève : Italiens : Théaude de Valpergue.
Espagnols : Mathias d’Archiac, Ferrando de Civile, Ferrando de Pierrebonne, Guillaume de Sarnay, Gonssalle Darie.
Ecossais : Thomas Houston, Jean Wischard, Jean Stuart, Jean Oulehart, Patrice d’Ogilvy, tous cinq chevaliers, plus cinq autres capitaines (Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII »).

100 B. N., fr. 20684, f° 541—573. De même, dès 1416, on fait venir en France 600 arbalétriers génois, sous 6 capitaines (B. N., lat. 5414 A, f° 59—62) ; l’année suivante, 1 500 autres arbalétriers génois passent par Montferrand, pour gagner le nord du royaume (Inv. arch. com. Montferrand, p. 447 : CC 177, f° 18) ; on les retrouve à Orléans au début d’août (A. M. Orléans, CC 546, f° 13v°). A la fin de l’année 1423, contrat passé avec 12 patrons espagnols pour aller chercher des gens d’armes et de trait en Ecosse (Marchegay, « Documents relatifs à l’histoire maritime du xve siècle », p. 160—163).

101 Jean Stuart, comte de Buchan.

102 Jean Stuart, seigneur de Darnley et d’Aubigny.

103 B. N., fr. 32510, f° 366 et 370.

104 Daumet, Alliance de la France et de la Castille, p. j. 57, 59 et 60, p. 225—228 et 229—235.

105 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. III, p. 294, p. j. n° 5. Cf. aussi les listes des Ecossais morts ou prisonniers après Cravant et après Verneuil publiées par Stevenson, Letters and Papers Illustrative of the Wars, t. III, p. 385—386 et p. 394—395.

106 Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. 211, p. j. n° 2.

107 B. N., fr. 5059, f° 41r —56r . Cf. aussi Gilles, Les Etats de Languedoc, p. j. 4, p. 306, n° 32.

108 Daumet, Alliance de la France et de la Castille, p. 222—225, p. j. 56.

109 Analyse portant sur 3 187 hommes d’armes. Comparer avec la structure sociale des hommes d’armes levés par le duc de Bourgogne en 1417 (B. N., n. a. fr. 1037, f° 108 sq.) :
nombre d’hommes d’armes : 3 307
dont : chevaliers bannerets : 34=1 %
écuyers bannerets : 14 = 0,4 %
chevaliers bacheliers : 54 = 1,6 %
« écuyers » : 3 205 = 97 %
bâtards : 235 = 7,1 %

110 Sur l’évolution de l’arrière-ban, infra, p. 371—372.

111 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 377—378.

112 Cf. p. 95—96. L’éditeur, J. Rychner, date l’œuvre « fin XIVe—début XVe » (p. XLVI).

113 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 379.

114 Denifle, p. 501.

115 Cité par Beaucourt, t. I, p. 432, n. 1.

116 Ibid.

117 Hist. Ch. VI, p. 539. Autres exemples fournis par Denifle, p. 545 sq. : certains des clercs cités sont d’origine noble ; parmi leurs excuses, outre leur jeunesse ou les troubles du temps : ils ont combattu pro defensione patriae.

118 Quatre exemples parmi bien d’autres : B. N., fr. 25768, n° 308 ; fr. 25772, n° 1021 ; n. a. fr. 8606, n° 9 ; p. o. 1777, dossier Lustrac, n° 22.

119 B. N., p. o. 842, dossier Le Conte en Languedoc, n° 16.

120 Roman, Montres et revues des capitaines dauphinois, p. 89 sq. Poli, Les défenseurs du Mont-Saint-Michel.
Descoqs, « Les 119 chevaliers du Mont-Saint-Michel », parvient à identifier 109 de ces combattants, appartenant tous à la noblesse locale ; parmi eux, 4 bâtards. Cf. également Chron. Mont-Saint-Michel, t. I, p. 98, n. 1 et 99, n. 1, 2 et 3.

121 A. N., Zla 10, f° 58v° (procès de 1437).

122 Ibid., Xla 4799, f° 61v°-62r . Il fut l’un des maîtres d’hôtel du connétable de Richemont, dont il partagea la carrière et la fortune.

123 Ibid., 9210, f° 45r .

124 Ibid., 4798, f° 128 r (1439).

125 On remarque un certain nombre de bâtards nobles dans les hommes de trait au service du duc de Bourgogne en 1417.

126 Cf. t. II, p. 3. Recrutement de la noblesse régionale pour la défense de la région°: B. N. p. o. 1058, dossier Eschalart, n° 29 : 1420 ; A.D. Loiret, A 2191, n° 43 : 1417.

127 Témoin la formule employée dans les comptes, énumérant les « seigneurs, chefs et capitaines de guerre ». Parmi les « seigneurs » — l’équivalent des lords anglais —, le duc de Bar, le duc d’Alençon, le comte de Vendôme.

128 Fenin, Chron., p. 222, cité par Beaucourt. Hist. Ch. VII, t. II, p. 70, n. 3.

129 La présence du roi à une expédition militaire entraîne, presque automatiquement, celle des grands et de leur suite : comparer les seigneurs présents aux prises de Montereau et de Pontoise, en 1437 et 1441, aux seigneurs présents au siège de Meaux en 1439.

130 Cité par Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. III, p. 41, n. 2 et p. 42, n. 1.

131 Cf. Le Jouvencel, t. II, p. 165 ; cf. aussi t. I, p. 41.

132 Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII ».

133 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 209.

134 Dès 1421, les trois états réunis à Clermont en Auvergne demandent au dauphin que sa guerre soit « gouvernée par prud’hommes, en petit nombre », « jurés et élus » par son « ordonnance » (Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 362). Cf. aussi Chartier, Le Quadriloge Invectif, p. 50 : « Tous pevent a peine suffire a grever les ennemis par guerre, mais chacun veult faire compaignie et chief a part soy, et tant y a de chevetaines et de maistres que a paine treuvent ilz compaignons ne varlés ».

135 Mémoires, t. I, p. 239. Cf. aussi Chastellain, Chron., t. II, p. 179, évoquant les tribulations de Charles VII, tant du fait des Anglais et des Bourguignons « comme de ses propres gens mesmes, routiers, Escots, Espagnols, Lombars, qui dominoient sur luy par haussage ». Charles VII prisonnier de ses capitaines ?

136 1424 : Quicherat, Rodrigue de Villandrando, p. j. 2, p. 211—212.
1425 : Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. II, p. 89.
1428 : Cosneau, Richemont, p. j. 53, p. 534—535.
1440 : Escouchy, Chronique, t. III, p. 6 sq. Cf. infra, p. 271—272.

137 Cagny, Chron. d’Alençon, p. 209.

138 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. II, p. 89.

139 Beauchesne, « Pierre de Beauvau, p. 121—123.

140 M. R. Powicke, « Lancastrian Captains », Essays in Medieval History Presented to Bertie Wilkinson, University of Toronto Press, 1969, p. 371—382.

141 Cosneau, Richemont, p. 254—295. Cf. la célèbre description du Marché de Meaux par Secousse, reproduite par Luce, Jacquerie, p. 129—132.

142 Source principale : B. N., fr. 32510, f° 383—385.

143 Du moins parmi les combattants proprement dits. A coup sûr des pionniers et des manœuvres furent réquisitionnés pour le transport de l’artillerie, l’édification des bastilles. Possible contribution des villes voisines en arbalétriers ou couleuvriniers, comme lors du siège de Pontoise de 1441 (Cosneau, Richemont, app. LXXVI, p. 584 et Bulletin de la Société de Paris et de l’Ile-de-France, 1875, p. 131—132).

144 Il s’agit de : Probon du Bos, capitaine de Houssaye ; Roger du Bort, dit de Pierrefitte, capitaine du Bois de Vincennes (G. R., n° 17181) ; Thugdual de Kermoisen, dit le Bourgeois, capitaine de la forteresse de Massy (ibid., n° 17074) ; Thibaut Caillaut, capitaine de Moret (ibid., n° 15535) ; Denis de Chailly, capitaine de Melun, Moret, Crécy-en-Brie, Brie-Comte-Robert, Coulommiers et Provins (ibid., n° 15495, 15497, 15523, 15294, 15294bis, 15536 et 15365) ; Guillaume Chenu, capitaine de Saint-Denis (B. N., fr. 32510, f° 384r ) ; Jean de Châtillon, seigneur de Troissy, capitaine de Gonesse (G. R., n° 17046) ; Jean de Corbenton, capitaine de Montereau (ibid., n° 15353) ; Thomas Drouin, capitaine de L’Isle-Adam (B. N., fr. 32510, f° 384r ) ; Jean Foucaut, capitaine de Lagny (G. R., n° 15315) ; Nicole de Giresme, capitaine de Melun et de Provins (ibid., n° 15522bis et 15364) ; Pierre Jaillet, capitaine de Meulan (ibid., n° 15053) ; le sire de Rostrenen, capitaine de Compiègne (ibid., n° 21034).
On peut ajouter Yvon du Puy, capitaine de Bièvres en Laonnois (ibid., n° 23292) ; Guillaume d’Estrac fut en 1436—1438 capitaine de Moret (ibid., n° 15535).

145 Tous deux hommes du connétable (Gruel, Chron. Richemont, p. 107).

146 Cf. table analytique d’Escouchy, Chronique, t. II, p. 468.

147 Gilles de Saint-Simon, bailli de Senlis (G. R., n° 20793) ; Vancelin de la Tour, bailli de Vitry (ibid., n° 23466) ; Arnaud-Guilhem de Bourguignan, bailli de Montargis (ibid., n° 15663) ; en même temps que capitaine de plusieurs places, Denis de Chailly est bailli de Meaux (ibid., n° 15126). Les chroniques signalent en outre la présence du prévôt de Paris, Ambroise de Loré (Gruel, Chron. Richemont, p. 146). La Hire était aussi bailli de Vermandois (G. R., n° 22964).

148 Wavrin, Recueil des croniques, t. IV, p. 254, évoque la présence au siège de Meaux, du côté français, de « plusieurs cappitaines, tant gens de compaignes comme d’autre condition°».

149 Au service du roi dans la guerre de Lorraine du 15 novembre 1438 au 15 février 1439 : la Hire, Pierre de Brusac, Estevenot de Vignolles, Pierre Michel, Jean de Montgommery, Jean Jouveneau, Boniface de Valpergue, Jean Baretta, Jean de Mény, Philippe-Antoine, bâtard de Vertus, le bâtard Chapelle ; on peut sans doute ajouter François d’Apchier, à côté de Jean d’Apchier, qui se trouve signalé ; Guillaume et Paule d’Estrac furent retenus au service du roi René pour 3 mois, du 11 mai au 11 août 1439, « a route de XLV hommes d’armes et VIXX et X archiers, homme d’armes chacun mois pour IIII fr. et l’archier pour II fr., et leur est esté dehus pour lesd. III mois par compte fait avec eulx par les davand. du conseil le XXIIIIe jour d’aoust mil IIIIe et XXXIX, tant pour leur entraige, gaiges, perdes, service et faultes de vivres dont il demandoient biaulx cop », 2 390 vieux florins : ils ne purent donc assister qu’à la fin du siège de Meaux.
Au service d’Antoine de Vaudémont, puis passant à celui du roi René : Antoine de Chabannes, Robert de Floques, Jean de Blanchefort (A. D. Meurthe-et-Moselle, B 967, f° 108v°— 127v°).
Est également signalé parmi les Ecorcheurs en Alsace, en février-mars 1439 : Panesac, que j’identifie avec Galobie de Panessac (Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 104—105) ; dans la région de Gien en février 1439 : Mathelin Lescouet (Frémin-ville, Les Ecorcheurs en Bourgogne, p. 235, p. j. 17).
En septembre 1438, David d’Alidas et Alain Ferlin ravagent le Limousin (Thomas, Les Etats provinciaux, t. II, p. 103).
Enfin le bâtard de Harcourt est sur le point de traverser la Bourgogne le 15 septembre 1438 (Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 39).
La carte 3 indique les pérégrinations d’un des plus célèbres capitaines d’Ecorcheurs, Jean de Blanchefort.

150 Bouvier, Chron., p. 401.

151 Lettre du 2 mars 1439, original allemand, conservé aux Archives de Strasbourg, citée par Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 104.

152 Parmi ces protégés, citons le bâtard Chapelle (Gruel, Chron. Richemont, p. 67, 80 et 108), Jean de Châtillon (ibid., p. 64 et index alphabétique de Cosneau, Richemont, au mot « Troissi », p. 697), Gilles de Saint-Simon, conseiller et chambellan du connétable (Gruel, Crhon. Richemont, p. 75 et 85 ; Cosneau, Richemont, p. 656 sq.), le sire de Rostrenen (ibid., p. 135), Jean Foucaut, chambellan de Richemont (Gruel, Crhon. Richemont, p. 253, p. j. XXVII), Yvon du Puy (Monstrelet, Chron., t. V, p. 223).

153 La dépendance de Chabannes, Blanchefort, Ferlin et d’Apchier est attestée en particulier par Escouchy, Chronique, t. III, p. 11. Roger de Pierrefitte fut lieutenant du frère aîné d’Antoine de Chabannes, Jacques, sénéchal de Bourbonnais (Cosneau, Richemont, app. LXXII, p. 573—577).

154 Escouchy, Chronique, t. III, p. 4 sq.

155 Cité par Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 39—40.

156 « Pour avoir argent a conduire sa dicte entreprise, alla au Puy tenir ses trois Estats de Languedoc, et de la a Lion, pour tenir ceulx du Dauphiné » (Escouchy, Chronique, t. III, p. 5). Aide des états de Languedoc : 160 000 moutons d’or ; aide des états du Dauphiné : 30 000 florins ; aide des pays de Languedoïl : 300 000 l. t. (Cosneau, Richemont, p. 291 et n. 5).

157 Escouchy, Chronique, t. III, p. 6.

158 Nicole de Giresme, chevalier de l’ordre de Rhodes ; Robert de Béthune ; Jean de Châtillon°; Gilles de Saint-Simon°; le sire de Rostrenen°; Galobie de Panessac ; Denis de Chailly ; Jean Foucaut ; Vancelin de la Tour.

159 Les bâtards de Harcourt et de Vertus ; le bâtard Chapelle ; Arnaulton, bourc de Panessac ; Vancelin de la Tour, bâtard de la maison de Luxembourg (Gruel, Chron. Richemont, p. 145, n. 1).

160 Plusieurs d’entre eux sont signalés ultérieurement comme chevaliers : Antoine de Chabannes, Robert d’Estouteville, Estevenot de Vignolles, le sire de Jalognes, Gaspard Bureau, Boniface de Valpergue, Olivier de Coëtivy, Robert Floquet, Jean de Montgommery.

161 Vancelin de la Tour, originaire des Marches de l’Empire. Ecossais : Rennequin Kenede (Kennedy ?) (B. N., fr. 20684, f° 560 sq.) ; David d’Alidas (ibid., 32510, f° 372—373) ; Jean de Montgommery (Escouchy, Chronique, t. I, p. 10) ; Jean de Tournebouller (B. N., fr. 32510, f° 372—373). Peut être aussi Alain Ferlin, s’il se confond avec Alain Forty ou Forly, Ecossais (Gruel, Chron. Richemont, p. 249). Italiens : Boniface de Valpergue et Jean Baretta, ce dernier sans doute parent de Barthélémy Baretta, écuyer italien dont on suit la carrière de 1430 à 1447 (Champion, Guillaume de Flavy, p. 38, n. 2).

162 Richemont ; le sire de Rostrenen°; Olivier de Broons ; Olivier de Coëtivy ; Thugdual de Kermoisen°; Mathelin Lescouet (Tuetey, Les Ecorcheurs, t. II, p. 517) ; Guillaume Chenu, angevin°; sans doute aussi Yvon du Puy.

163 Denis de Chailly ; Nicole de Giresme ; Jean de Châtillon°; Robert de Béthune ; Gilles de Saint-Simon°; Gaspard Bureau.

164 La Hire ; Arnaud-Guilhem de Bourguignan°; Estevenot de Vignolles ; Galobie de Panessac ; le bourc de Panessac ; Giraud de la Pallière ; Pierre de Brusac. Origines méridionales aussi sans doute pour Mondot de Brusac, Guillaume de Lestrac et Guiot d’Oriac.

165 Antoine de Chabannes ; Jean Foucaut ; François d’Apchier.

166 Le sire de Jalognes ; Jean de Blanchefort.

167 Le bâtard de Harcourt ; Robert de Floques ; Robinet d’Estouteville.

168 Ajouter aux 5 baillis cités plus haut, le sire de Jalognes, sénéchal de Limousin (G. R., n° 14058).

169 Né vers 1390 (Rohmer, « Etienne de Vignolles », p. 170).

170 G. R., n° 13462.

171 Ibid., n° 16511 et 16513.

172 Ibid., n° 4892.

173 Richemont, dès 1410, conduit des troupes aux Armagnacs (Cosneau, Richemont, p. 16) ; il fut fait prisonnier à Azincourt. Nicole de Giresme est au siège de Melun en 1420 ainsi que Denis de Chailly (Jouvenel des Ursins, Hist. Ch. VI, p. 558) ; Thugdual le Bourgeois est défait en même temps que Prigent de Coëtivy par le comte de Salisbury en 1421 (Chartier, Chron. Ch. VII, t. III, p. 247) ; Giraud de la Pallière s’empare d’Ivry en 1423 (Cosneau, Richemont, p. 80) ; Yvon du Puy est fait prisonnier par les Bourguignons en 1421 (Monstrelet, Chron., t. IV, p. 63), prend Compiègne en 1423 (ibid., t. IV, p. 196), est fait prisonnier à Verneuil en 1424 (ibid., t. IV, p. 196) ; Vancelin de la Tour : lui aussi fait prisonnier à Verneuil (ibid.). La Hire joue un rôle militaire notable dès 1420 (Rohmer, « Etienne de Vignolles »).

174 Ajouter aux noms précédents :

  • Jean Foucaut, pris par Talbot à Laval en 1425 (Thomas, Les Etats provinciaux, t. I, p. 143) ; présent au siège d’Orléans (Journal du siège d’Orléans, p. 121).

  • Arnaud-Guilhem de Bourguignan, présent au siège d’Orléans (Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII »).

  • Pierre Jaillet : mandé en 1432 par Ambroise de Loré pour venir courir devant Caen (Chartier, Crhon. Oh. VII, t. I, p. 151).

  • Alain Ferlin, présent au siège d’Orléans (Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII »).

  • Le bâtard Chapelle, au siège de Sainte-Néomaye en 1428 et à la prise de Mervent le 8 juin 1432 (Gruel, Chron. Richemont, p. 67 et 80).

  • Jean de Blanchefort, capitaine de Breteuil en 1430 (Escouchy, Chronique, t. II, p. 468). Au siège d’Orléans.

  • Galobie de Panessac : au siège d’Orléans (Loiseleur, « Comptes des dépenses faites par Charles VII »), au voyage du sacre (B. N. fr. 20684, f° 560 sq.) ; au service de Georges de la Trémoïlle, qui paya sa rançon à Perrinet Gressart en 1426 (G. R., n° 21416) ; signalé à Laon en 1431, capitaine de cette ville en 1433 (Monstrelet, Chron., t. IV, p. 432 et t. V, p. 77).

  • Gilles de Saint-Simon°: d’après Monstrelet, fait chevalier à la bataille de Patay (ibid., t. IV, p. 332) ; d’après Gruel, fait chevalier en 1434 par Richemont (Chron. Richemont, p. 85) ; quelques années plus tôt, il avait été chargé par la Trémoïlle d’assassiner le connétable (ibid., p. 75).

  • Le sire de Rostrenen°: lieutenant de Richemont dès 1427 (Cosneau, Richemont, p. 135) ; au voyage du sacre (B. N., fr. 7858, f° 37—40).

  • Renequin Kenede, écuyer du pays d’Écosse, 1431 (ibid., 20684, f° 560 sq.).

  • Pierre Michel, au siège d’Orléans sous le seigneur de Villars (A. D. Loiret, A 2178).

175 Monstrelet, Chron., t. VI, p. 52.

176 Si on laisse de côté Richemont qui devint, à la fin de sa vie, duc de Bretagne, il reste 51 capitaines : Vancelin de la Tour meurt, toujours bailli de Vitry, en 1444 (G. R., n° 23466) ; Vignolles meurt à Montauban le 12 janvier 1443 (Rohmer, « Etienne de Vignolles) » ; Jean de Montgommery meurt au cours de la campagne d’Alsace dans une action contre les Strasbourgeois, au début de 1445 (Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 317) ; Mathelin Lescouet, après avoir participé au voyage de Tartas en 1442 (Monstrelet, Chron., t. VI, p. 52), fut fait prisonnier par les Strasbourgeois en janvier 1445 (Tuetey, Les Ecorcheurs, t. I, p. 316) ; il était encore détenu dix ans plus tard (lettre de Charles VII à ce sujet, du 10 décembre 1455, demandant la libération, contre une rançon raisonnable, de « Mathelin de Lescouet, escuier, natif de nostre royaume », « homme noble et nostre subgiet » qui « nous a longuement servy en noz guerres » : Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. VI, p. j. IX, p. 471—472). Le sire de Rostrenen mourut à Paris le 12 août 1440 (Gruel, Chron. Richemont, p. 160 et n. 1). Sur les 46 autres capitaines : outre Giresme et Bureau, déjà cités, les 7 capitaines ayant obtenu une compagnie d’ordonnance sont Antoine de Chabannes, Estevenot de Tallauresse, le sire de Jalognes (maréchal de France), Olivier de Broons, Boniface de Valpergue, Robert de Floques et Mathieu, bâtard de Harcourt, seigneur de Ruigny et capitaine de Loches de 1445 à 1454 (G. R., n° 22354), capitaine et gouverneur des 24 archers du corps du roi (B. N., fr. 32511, f° 163r ) ; ce dernier reçut de Charles VII des lettres de légitimation en avril 1440 (ibid., 4834, f° 329r ).
Eurent un bailliage ou une sénéchaussée : Robert d’Estouteville (prévôté de Paris), Gilles de Saint-Simon (Senlis), Olivier de Coëtivy (Guienne), Galobie de Panessac (Toulouse), Thugdual de Kermoisen (Troyes), Denis de Chailly (Meaux), Arnaud-Guilhem de Bourguignan (Montargis).
Capitaines d’une place : Guillaume Chenu (Pontoise), Yvon du Puy (Creil), Pierre Jaillet (Meulan), Thomas Drouin (L’Isle-Adam). « Noble homme Thibault Cailleau, escuyer », devint en 1448 capitaine d’Yèvre-le-Châtel pour le duc d’Orléans, à la place de Nicole de Giresme (A. D. Loiret, A 902). Yvon du Puy est qualifié en 1448 de « nobles et vaillant escuier, cappitaine de la Ferté » et « cappitaine des archers de la garde du corps du conte du Maine » (A. N., Xla 4801, f° 398v°).
Sur Pierre Michel, injra, p. 404. Sur P. du Bos, cette mention, datant de 1451 : « Probon du Bos, escuier, homme d’armes, XXVII l. X s., pour luy ayder a sa despense a Tours ou il a esté par long temps poursuivant ses besongnes » (B. N., fr. 32511, f° 143r ) ; Mondot de Brusac, homme d’armes sous Joachim Rouaut en 1451—1452 (A. N.. AB XIX 690).

177 Après le siège de Meaux, Richemont emmena une grande partie de ses effectifs jusqu’à Avranches, dont il tenta vainement le siège (Gruel, Chron. Richemont, p. 156 sq.) ; le roi René chercha sans succès à interdire l’accès de l’Anjou aux Ecorcheurs (B. N., fr. 32511, f° 57—68). Liste des compositions faites « pour l’entretenement des gens d’armes en la Basse Normandie » (ibid., 32510, f° 383—385) : parmi les 34 capitaines cités, 30 étaient au siège de Meaux. Liste des garnisons prévues dans Escouchy, Chronique, t. III, p. 9 et Joubert, Baronnie de Craon, p. j. IX, p. 341—342 (pièce datée, à tort, de 1435). Cf. aussi Bouvier, Chron., p. 406—407.

178 Chartier, Chron. Ch. VII, t. I, p. 241.

179 Hist. de Metz, t. V, p. 461.

180 B.N., fr. 25710, n° 39.

181 En 1418, la proportion la plus fréquente est de deux hommes d’armes pour un homme de trait à cheval : archer mais surtout arbalétrier. Quinze ans plus tard, vers 1433, elle est d’un homme d’armes pour deux hommes de trait à cheval, en général archers. Ce sont les Ecossais qui, dès 1423—1424, proposèrent et réalisèrent le nouveau modèle ; eux-mêmes l’avaient emprunté aux Anglais. Encore deux archers pour un homme d’armes dans les compagnies d’ordonnance au moment du siège de Metz de 1552 (G. Zeller, Le siège de Metz par Charles-Quint, octobre-décembre 1552, Nancy, 1943, p. 57).

182 J’emprunte l’expression à l’ouvrage, d’ailleurs criticable du point de vue historique, de J. Guitton, Problème et mystère de Jeanne d’Arc, Paris. 1961.

Table des illustrations

Légende Note 88
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 2. Les garnisons françaises avant et après le siège de M eaux (1439)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Carte 3. Itinéraire d’un Ecorcheur, Jean de Blanchefort (fin 1437 — début 1440)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search