Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Troisième partie. De la survie à l'effondrement: la destinée des réformes militaires de Charles V (1380-1445)

Chapitre VIII. De l’apaisement à l’invasion (1380-1418)

Texte intégral

  • 1 Cité par A. Coville dans l’Histoire de France de Lavisse, t. IV1, p. 218.

1Charles V, selon un texte du temps, fit « aucunes belles ordonnances et bonnes sur le fait de ses guerres, qui durerent depuis bien longuement »1. Durant les décennies qui suivirent la mort du « sage roi », aucune modification fondamentale ne se manifeste dans l’organisation militaire de la monarchie française, mais seulement, en fonction des circonstances et des nécessités, une utilisation différente d’institutions déjà éprouvées.

  • 2 Présentation des événements dans Perroy, La Guerre de Cent ans, ch. V et VI, p. 148—214 et dans Ca (...)

2Dès la fin de 1380, l’objectif essentiel ne fut plus d’achever une reconquête presque entièrement réalisée, mais de mettre en défense les régions où la menace anglaise pouvait resurgir. Par ailleurs, en 1382 et 1383, de grandes expéditions furent décidées, d’abord pour mettre fin au soulèvement des Flamands, ensuite pour s’opposer à une chevauchée anglaise partie de Calais. De 1385 à 1388, d’autres opérations, de dimension variable, furent projetées ou eurent effectivement lieu en direction de l’Angleterre, de l’Écosse, de l’Espagne, du duché de Gueldre. La conclusion des trêves avec l’Angleterre en 1389 interrompit les hostilités durant plusieurs années : elles ne reprirent vraiment qu’à partir de 1404 lors des tentatives pour s’emparer de Calais et de la Guienne et pour porter secours aux révoltés gallois d’Owen Glendover. De 1407 à 1413, les efforts militaires les plus importants furent le résultat de la guerre civile opposant Armagnacs et Bourguignons. Enfin, à partir de 1415, le gouvernement Valois dut lever des troupes pour lutter contre la nouvelle invasion anglaise. Tel est, brièvement évoqué, le cadre événementiel dans lequel le système militaire français se déploya entre 1380 et 14182.

Défense territoriale : les garnisons

  • 3 Coville, Ord. cabochienne, p. 71, art. 131. Application temporaire de cet article de juin à septem (...)

3Durant cette période, le phénomène le plus constant fut sans doute l’existence de commandements régionaux à la tête desquels étaient placés des lieutenants du roi ou des capitaines généraux. Chacun d’eux avait à sa disposition une retenue de gens de guerre, normalement répartie entre un certain nombre de garnisons. La Flandre et la Picardie, la Normandie, le Centre-Ouest du Poitou à la Guienne, la Languedoc, eurent ainsi chacun leur gouvernement militaire, dont les troupes, du moins jusqu’en 1386, continuèrent d’être payées, comme sous Charles V, par trois trésoriers des guerres, l’un d’eux étant spécialement affecté à la Languedoc. Puis, l’office de trésorier des guerres de Languedoc fut rattaché à celui de receveur général des finances dans la même région, en sorte que jusqu’en 1418, contrairement à la décision de l’Ordonnance cabochienne de 1413 qui prétendait ne conserver qu’un seul trésorier des guerres pour tout le royaume, on en compta deux, ou même trois si l’on inclut celui de Languedoc, en dépit de son double rôle3.

4Trois exemples permettront de préciser l’importance et le caractère de ces éléments de défense territoriale.

  • 4 G. R., n° 13787.
  • 5 B. N., fr. 32510, f° 274-275.

5En 1385—1386, sous le gouvernement du comte d’Armagnac, capitaine général en Languedoc et Guienne4, des gens de guerre assurèrent la protection des sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Agenais, du Velay, du Gévaudan, du Bigorre, du Bazadais, du Rouergue et gardèrent d’assez nombreux châteaux aux frontières de la domination anglaise. Barthélémy de Noces, trésorier des guerres en Languedoc, fut chargé de les payer5.

  • 6 B. N., fr. 4482, p. 135 sq.

6Le compte d’un autre trésorier des guerres, Arnoul Boucher, permet d’établir qu’en novembre 1391, 273 hommes d’armes et 152 arbalétriers à cheval, destinés à la défense de la Guienne française, du Poitou, de la Saintonge, de l’Angoumois et du Périgord, furent passés en revue dans 16 lieux différents. Ces forces étaient toutes placées sous le commandement d’Enguerran de Coucy. A la même date, face à Cherbourg, demeurée anglaise depuis 1378, la Normandie, ainsi que la ville de Saint-Malo, étaient protégées par 97 hommes d’armes et 129 arbalétriers à pied qui furent alors inspectés en 12 localités dispersées du Cotentin jusqu’au pays de Caux. La garnison de Saint-Malo était commandée par Robert de Guitté, un ancien compagnon de du Guesclin ; quant aux troupes de Normandie, elles relevaient de trois chefs exerçant conjointement leur autorité : Jean de la Ferté, Guillaume Painel, seigneur de Hambye, et Hervé de Mauny, seigneur de Torigny6.

  • 7 La forme piquemaire employée par Rey (Finances royales, p. 377, 403, 408...) ne se justifie pas. U (...)
  • 8 B. N., fr. 4493, passim.

7En novembre 1395, au témoignage du compte de Guillaume d’Orgemont, la défense des frontières du Nord, autour de Calais, était assurée, sous Waleran de Luxembourg, comte de Ligny et de Saint-Pol, par 291 hommes d’armes, 418 arbalétriers à pied, 431 piquenaires7 et 3 canonniers. Ces gens de guerre étaient répartis entre quatre grosses garnisons — Ardres, Boulogne, Gravelines et L’Ecluse —, et 31 forteresses aux effectifs souvent très réduits. A la même époque, quelques troupes gardaient la bastille Saint-Antoine et le Louvre, tandis que la garde, sûreté et défense du roi était confiée à un corps de 25 archers à cheval8.

  • 9 C’est la retenue attribuée en 1388 à Louis de Sancerre, capitaine général en Languedoc (B. N., fr. (...)

8Si l’on regroupe ces divers éléments et si l’on estime à 400 hommes d’armes et 100 arbalétriers à cheval les troupes destinées à la défense de la Languedoc9, il est permis de conclure que vers 1390, au temps des trêves avec l’Angleterre, mais à une époque aussi où elle conservait la Guienne, Cherbourg et Calais et où des garnisons de pillards occupaient plusieurs châteaux en plein centre du royaume, la sécurité du territoire était assurée, du moins en théorie, par 2 000 à 2 500 combattants, répartis en quatre catégories principales : hommes d’armes, piquenaires, arbalétriers à pied et à cheval.

  • 10 Ceci résulte de l’examen des comptes originaux de Guillaume d’Orgemont et d’Arnoul Boucher : B. N. (...)
  • 11 B.N., fr. 4482, p. 135.
  • 12 B. N., fr. 4493, f° 58r°.
  • 13 Hist. Languedoc, t. X, col. 1711—1716, n° 687.

9Le chiffre n’est pas insignifiant : les éléments permanents de l’armée de la reconquête, entre 1369 et 1380, étaient à peine deux fois plus nombreux. Il est vrai que ces troupes de garnison paraissent avoir été fort irrégulièrement payées : souvent un mois sur deux, trois ou quatre10. Seuls quelques privilégiés — le sire de la Ferté et les neuf écuyers de sa chambre, du 1er septembre 1390 au 1er septembre 139211, Robert d’Esneval et les archers de la garde du corps, du 1er août 1395 au 1er août 139612 —, recevaient intégralement leur solde. Or, les insuffisances financières entraînaient l’absentéisme et la médiocrité de l’équipement : en septembre 1386, le comte d’Armagnac quitta sa lieutenance de Languedoc pour se rendre en France et rejoindre à L’Ecluse l’armée qui s’apprêtait à passer en Angleterre ; un rapport fut alors rédigé sur l’état dans lequel il laissait la région dont il avait la charge : à l’en croire, les combattants, auxquels on devait de quatre à six mois de gages, avaient pour la plupart quitté leurs garnisons de Bigorre, Agenais, Quercy, Rouergue et Velay. Ceux mêmes qui n’avaient pas déserté n’étaient plus d’aucune utilité, ayant dû, « par la faute dudit payement », vendre ou engager leurs montures et leurs harnois13.

10p Tenir frontière : les sources du temps soulignent l’importance que revêt ésormais cette tâche :

Encor te recommans je bien,
S’on vient a ordener frontieres,
Qu’en la plus prochaine te tien
Des ennemis.

  • 14 Seneschal, Les cent ballades, p. 19 ; Hist. Boucicaut, p. 223, 225 et 226.

11Ainsi proclame l’une des Cent ballades. On voit le futur maréchai Boucicaut se consacrer « au labeur d’armes en frontiere au pays de Picardie » ou de Guienne. En 1383, après l’ost de Bourbourg, « le jouvencel Boucicaut ne ressembla mie ceulx lesquels après le grant travail fuyent tant qu’il peuvent au repos et aise comme font les nouveaux et tendres, ains voulut a toutes fins demeurer en garnison »14.

  • 15 Cf. annexe V A, p. 611-612.
  • 16 B. N., fr. 4482, p. 82.
  • 17 Ibid., p. 85 sq.

12Cependant, la mise en place de cette défense territoriale ne mit pas entièrement fin à l’expérience des compagnies de gens de guerre à la fois permanentes et mobiles réalisée par Charles V entre 1369 et 1380. D’une part en effet certains éléments demeurent affectés à de grands personnages, qu’ils suivent dans leurs déplacements : c’est le cas de la garde du corps du roi15, mais aussi des 19 hommes d’armes d’Enguerran de Coucy, passés successivement en revue, entre février 1391 et octobre 1392, à Blois, Déols, encore Blois, Orléans, de nouveau Déols, puis La Souterraine, Le Mans — en août 1392, au moment du voyage de Charles VI — enfin Orléans et La Souterraine16. D’autre part, si, entre 1390 et 1392, les hommes de Robert de Guitté furent toujours inspectés à Saint-Malo, ceux des sires de Hambye et de Torigny à Carentan, ceux de Raymond de Mareuil à Villebois, ceux de Guillaume Aimery, lieutenant du sénéchal de Saintonge, à Saint-Jean-d’Angély, ou encore ceux du sénéchal d’Angoulême, Jacques de Montbéron, à Angoulême17, en revanche, d’autres troupes se déplacèrent à l’intérieur d’un assez vaste espace en fonction des nécessités militaires. Le siège de La Roche-Vendeix, d’août à octobre 1390, permet de saisir concrètement la façon dont les combattants pouvaient quitter leur garnison et se muer pendant quelques mois en éléments opérationnels.

  • 18 Cf. Chron. duc de Bourbon, p. 227 sq.
  • 19 C’est le mot employé par Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 171.
  • 20 B. N., fr. 4482, p. 270.
  • 21 Sur le siège de Ventadour, Froissart, Chron., éd. Kervyn, p. 87 sq.
  • 22 B. N., fr. 4482 passim.
  • 23 Froissart, Chron., éd. Kervyn, p. 172.
  • 24 Artonne, « Froissart historien : le siège et la prise de La Roche-Vendeix », a fait une étude minu (...)
  • 25 B. N., fr. 4482, p. 270 sq. L’emplacement des payements fait penser que les sommes étaient remises (...)

13Le célèbre Mérigot Marchès s’étant emparé de ce château inhabité, les états d’Auvergne prièrent Charles VI de reprendre la place. Le roi ne put confier l’affaire à son capitaine général en Poitou, Saintonge, Angoumois, Limousin, Périgord, Auvergne, Berri, Bourbonnais et Forez, Enguerran de Coucy, qui se trouvait alors en Afrique avec le duc de Bourbon18 ; il s’en remit à son lieutenant, Robert de Béthune, vicomte de Meaux, qui reçut l’ordre de rassembler les gens d’armes de sa retenue19. Le compte du trésorier des guerres Arnoul Boucher indique que le vicomte de Meaux utilisa les troupes inspectées en sa compagnie à Chaumont-sur-Tharonne, entre Orléans et Romorantin, durant les mois de juillet et août 139020. Il fit également venir d’autres éléments qui se trouvaient à Ventadour, place forte reprise depuis peu sur les pillards21. Une fois La Roche-Vendeix récupérée, les combattants se dispersèrent : le 1er novembre 1390, on les trouve installés à Saint-Jean-d’Angély, Ventadour, Brive et Cognac22. Cependant, ces forces permanentes, déjà retenues avant même le début du siège de La Roche-Vendeix, étaient trop peu nombreuses, et Robert de Béthune dut lever quelques renforts temporaires, recrutés parmi les « chevalliers et escuiers de France et de Picardie de sa congnoissance »23. De plus, les états d’Auvergne lui accordèrent 200 hommes d’armes supplémentaires payés par leurs soins tandis que le comte d’Armagnac s’engagea par ses lettres du 28 juillet 1390 à fournir un contingent de soixante lances placées sous Guillaume de Saignes24. En tout, le vicomte de Meaux put ainsi disposer de 177 hommes d’armes et 110 arbalétriers à cheval prélevés sur la défense territoriale ordinaire et de 280 hommes d’armes réunis pour la circonstance. Le trésorier des guerres, qui avait assuré en personne le payement des combattants à la solde du roi pour juillet 1390, désigna pour les gages du mois d’août l’un de ses clercs, Guillaume de la Molière, qui effectua les versements à Bourges ; en septembre, Arnoul Boucher s’en chargea de nouveau, cette fois à Clermont ; quant au payement des mois d’octobre et novembre, il fut effectué à Orléans par le même Guillaume de la Molière, mais plus tard seulement, en décembre 1390 et mars 139125.

  • 26 Ibid., p. 136.

14Des troupes de garnison participèrent également à des opérations militaires de plus grande envergure, abandonnant alors provisoirement leur secteur de défense : en août 1390, Jean de la Ferté et trois de ses écuyers quittèrent leur résidence habituelle de Carentan pour rejoindre l’armée de Charles VI se dirigeant vers la Bretagne26. Mais un tel apport était dérisoire ; pour les grandes expéditions, il fallait bien recourir au volontariat et plus encore aux obligations militaires traditionnelles.

Obligations militaires

15On retrouve ici les distinctions observées précédemment.

a) La convocation des nobles

  • 27 Pour 1383, 1412 et 1415, cf. plus loin. 1382 : Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 351, n° 754 ; Isam (...)
  • 28 B. N., fr. 25705, n° 44.
  • 29 B. M., Add. Ch. 6749 et B. N., fr. 25705, n° 47.
  • 30 Cf. t. I, p. 263.
  • 31 Froissart, Chron., t. XI, p. 115.

16Elle est attestée notamment en 1382, 1383, 1385, 1410, 1412 et 141527. Prenons la levée de 1383. Dès le 27 mai, Charles VI avertit ses baillis et sénéchaux que, pour résister aux Anglais descendus en force à Calais et ayant commencé d’envahir la Flandre, son intention est de réunir une armée et d’en prendre la tête ; ordre est donc donné de crier aux emplacements habituels que tous les « nobles et autres qui ont accoutumé » de suivre les guerres soient prêts à servir28. Le 20 juin, les mêmes officiers sont avertis que le roi fait son « mandement de gens d’armes, archiez et arbalestriez » et qu’il convient, en conséquence, d’ordonner que tous les nobles, anoblis et autres « tenans terres et possessions en fief », soit du roi, soit d’autres seigneurs, se trouvent, montés et armés suffisamment, le 23 juillet prochain à Pont-de-l’Arehe29. Les sources narratives confirment les documents d’archives : le religieux de Saint-Denis déclare que Charles VI, cette année-là, « fit publier une ordonnance qui enjoignait à tous les fieffés [feodati] en état de porter les armes de se préparer à l’expédition projetée »30. Ainsi que le souligne Froissart à cette occasion, entre la convocation et le rassemblement effectif des combattants, un long espace de temps s’écoulait inévitablement, car « li mandement de France sont si lointain et li signeur qui doient servir le roi de si lointaines marces que mout de coses poevent avenir anchois que il soient tout venu »31.

  • 32 B. M., Add. Ch. 3417.
  • 33 B. N., fr. 25709, n° 722.
  • 34 B. M., Add. Ch. 3464.

17A d’autres reprises, les formules employées lors des convocations sont légèrement différentes : le 14 septembre 1412, Charles VI annonce à ses baillis sa volonté de combattre en personne les Anglais qui ont pénétré dans le royaume ; aussi fait-il crier, dans chaque bailliage, « que tous les chevaliers et escuiers et autres qui sont coustumiers d’eulx armer » se trouvent à Chartres, en chevaux et en armes, le 1er octobre prochain32. Le 3 juin 1415, afin de parer à la menace anglaise, le roi demande aux baillis d’avertir, par cri public, tous les nobles et les autres sujets « qui ont acoustumé d’eulx armer » de s’équiper au mieux et de se tenir prêts à partir33. Le 28 août de la même année, pour faire lever le siège de Harfleur, il ordonne au bailli de Caen de convoquer « tous les nobles gens qui ont puissance d’eulx armer », « ceulx qui ont acoustumé de prendre les armes », enfin « tous archiers et arbalestriers et autres gens de trait » demeurant dans son bailliage34.

  • 35 B. N., p. o. 412, dossier Bonneville, n° 2.

18Normalement, le roi adresse ses ordres de convocation à ses baillis et sénéchaux ; mais pour atteindre la noblesse des grands fiefs et des apanages, il laisse agir leurs possesseurs : en 1417, c’est le duc d’Orléans qui prescrit à ses propres « gens et officiers » de faire « exprès commandement de par lui » à ses « hommes et vassaux » tenant de lui en fief ou arrière-fief à cause de son comté de Blois, de se rendre sur-le-champ à Paris, « montez et armez », « au mandement du roy, pour le servir en armes a l’encontre de ses ennemis et adversaires », sous le commandement de son frère, le comte de Vertus35.

  • 36 Hist. Languedoc, t. X, n° 799, p. 1960—1961.
  • 37 B. N., fr. 26041, n° 5097.
  • 38 Ibid., n° 5102 et 5110. Cf. aussi, en date du 25 juin 1386, la semonce du comte d’Armagnac, agissa (...)

19On pouvait avoir recours à des convocations partielles, décidées cette fois non plus par le roi mais par les autorités régionales ou les chefs militaires : en 1413, Guillaume de Vienne et Regnier Pot, commis par Charles VI au gouvernement de Languedoc et du duché de Guienne, ordonnent au sénéchal de Rouergue, en vue de repousser les Anglais et pour le « bien et honneur » du roi, du royaume et de la chose publique, de convoquer à Montauban « tous les nobles, vassaulx, liges et autres subgiez » du roi, « abilles en armes » et accoutumés à servir de cette sénéchaussée36 ; en 1416, Guillaume de Montenay, capitaine de l’armée chargée de reprendre Harfleur ; prescrit au vicomte d’Auge de convoquer à Honfleur « tous les chevaliers, escuiers, gens de trait, et autres » de sa vicomté qui ont servi ou ont coutume de suivre les armes, ainsi que les mariniers et les gens du « mestier de la mer »37. Quelques mois plus tard, le connétable d’Armagnac ordonne au bailli de Rouen de réunir dans la même ville de Honfleur les « chevaliers, escuiers et gentilzhommes » en même temps que « toutes gens de deffense et de trait » de sa circonscription38.

  • 39 Par mandement du 4 juillet 1405, Charles VI rappelle aux sénéchaux de Beaucaire et de Carcassonne (...)
  • 40 Monstrelet, Chron., t. II, p. 81.
  • 41 B. N., fr. 25705, n° 53.
  • 42 Ibid., 25709, n° 725 et Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 351, n° 754.
  • 43 Beaucousin, Histoire de la principauté d’Yvetot, p. j. 7, p. 307. Cette exemption des alleux est d (...)
  • 44 Ord. Roys, t. IX, p. 530-531.
  • 45 B. N., Colbert Flandres 15, f° 475 — 476.
  • 46 Ibid., f° 477—481.

20Par leur souplesse, leur variété, leur concision, les formules employées ne sont pas sans autoriser plusieurs interprétations. Concernent-elles l’ensemble de la noblesse, qui se trouverait alors dans l’obligation de servir « loyalement », en vertu des privilèges, surtout fiscaux, que le roi lui a consentis39 ? Ou bien, de façon plus générale, tous ceux qui ont l’habitude de la guerre ? Ou au contraire les seuls « fieffez comme arriere-fieffez »40, ceux seulement « tenanz fiez et arriere-fiez » du roi et d’autres seigneurs dans le royaume41 ? En fait, ces convocations répondaient à un double objectif : d’une part, avertir le plus grand nombre d’hommes possible que le roi recrutait des gens de guerre — d’où l’appel à tous ceux ayant une expérience militaire, qui étaient invités à se présenter de leur plein gré — ; d’autre part obliger à servir une partie déterminée de la population. Or le roi n’imposait pratiquement cette contrainte qu’aux possesseurs de fiefs et d’arrière-fiefs : il est significatif que ceux qui n’obéissaient pas, n’étaient pas menacés d’être exclus de la noblesse, mais encouraient seulement la confiscation de leurs biens, fiefs, terres et « tenements » dont les revenus étaient alors perçus au profit du roi pendant un certain temps42. Bien mieux : les nobles possesseurs d’alleux, tel le seigneur d’Yvetot, n’étaient tenus à rien, et s’ils consentaient à servir c’était de leur seul « franc voulloir »43. La semonce du 28 août 1410 s’adresse exclusivement à « tous tenant fiefs ou arriere fiefs » dans le royaume ; elle prévoit que les gens d’Église ou autres ayant des « fiefs, terres, rentes et possessions nobles », qui ne sont pas d’origine noble ou n’ont pas coutume de s’armer, pourront ou bien envoyer un remplaçant, ou bien payer une taxe de rachat dont le produit servira à la solde des gens de guerre44. Au demeurant, ce qui se passe dans les domaines du duc de Bourgogne ne fait que confirmer cette interprétation : le 26 août 1411, Jean sans Peur mande aux gouverneurs d’un certain nombre de ses bailliages de Flandre et d’Artois de convoquer contre le duc d’Orléans qui l’a défié tous ses « hommes et vassaux » tenant de lui « tant en fief comme arriere fief, par moyen ou autrement ». Chacun d’eux doit ou bien venir en personne, ou bien fournir un remplaçant qui jurera de servir loyalement, ou bien se racheter par une contribution financière45. En 1417, le même Jean sans Peur, cette fois « pour le bien du roi » et la « reparation » de son royaume, fait crier dans les mêmes bailliages que tous ses vassaux et sujets tenant de lui en fief et arrière-fief soient prêts à le servir. S’ils refusent, les agents ducaux doivent procéder à l’« amyssion » de leurs « tenemens » et, en attendant la sentence définitive, sont chargés de percevoir les revenus de chaque fief jusqu’à ce que son possesseur ait accompli son service, fourni un remplaçant ou payé finance46.

  • 47 Le religieux de Saint-Denis, t. I, p. 263.
  • 48 B. M., Add. Ch. 6749, 3417 et 3464.
  • 49 B. N., Duchesne 90, f° 29r°—30r°. De même, c’est en allié plutôt qu’en vassal qu’en 1386, pour le (...)

21Ajoutons enfin que sous d’autres aspects, la semonce des nobles est demeurée identique à ce qu’elle était sous Jean le Bon et Charles V. Le roi continuait d’offrir sa protection à ceux qui le servaient : en 1383, défense fut faite de poursuivre en justice les gens d’armes qui avaient obéi au mandement royal, de vendre ou de saisir leurs biens47. Quoique remplissant une obligation, vassaux et arrière-vassaux du roi étaient payés par ses soins48. Comme précédemment, à côté des mandements généraux, le roi pouvait adresser directement ses lettres particulières aux plus importants de ses feudataires ou à ceux dont l’aide lui était la plus précieuse49.

b) Les contingents des villes

  • 50 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 189.
  • 51 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XIX, p. 23.
  • 52 Flammermont, Institutions municipales de Senlis, p. 221, p. j. 31 ; Lemaire Arch. Saint-Quentin, p (...)
  • 53 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XXV et XXVI.
  • 54 Flammermont, Institutions municipales de Senlis, p. 234—235, p. j. 44. Janvier, Anciennes corporat (...)
  • 55 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XXVIII.
  • 56 Douët d’Arcq, Pièces inédites du règne de Charles VI, t. I, p. 42 — 43, n° 21.

22Aux bonnes villes du royaume, le roi demandait des « gent de commune » qui s’opposaient aux « gentilz hommes » fournis par le mode de levée précédent50. Tels sont les archers et arbalétriers auxquels font allusion plusieurs formules citées précédemment. Les contingents urbains en effet étaient convoqués en même temps que la noblesse. En d’autres termes, les deux types de recrutement étaient complémentaires et liés. Le 21 août 1383, par exemple, Charles VI demande aux habitants de Tournai de lui envoyer, pour la chevauchée qu’il compte entreprendre contre les Anglais, le plus grand nombre possible d’arbalétriers et de canonniers51. En 1386, pour le débarquement en Angleterre, Senlis et Saint-Quentin, notamment, équipent à leurs frais des arbalétriers et des pavesiers52. En 1412, Charles VI veut exiger de Tournai 100 hommes d’armes et 200 arbalétriers ; devant les protestations de la ville, il diminue ses prétentions et accepte le même contingent qu’en 1411 : à la suite de cet accord, le 13 mai, Tournai envoie 50 arbalétriers, 25 pavesiers, un prêtre, un chirurgien, 3 ménestrels et un trompette. La troupe est de retour trois mois plus tard, le 13 août53. En 1415, Senlis est sollicité ainsi qu’Amiens, qui fournit 30 arbalétriers et 20 pavesiers, présents à Azincourt54 ; quant à Tournai, elle dut solder pour deux mois son contingent habituel de 50 arbalétriers et de 25 pavesiers55. Bien des villes n’accomplissaient leurs obligations qu’avec réticence : en 1382, lors de la chevauchée de Flandre, Senlis n’envoya à Charles VI que six des dix arbalétriers demandés ; de plus, à cette occasion, les attornés de la ville se rendirent coupables du crime de lèse-majesté, trahison et désobéissance en écrivant à leur contingent de revenir avant la fin de la campagne « s’il ne vouloient chacun vivre du sien »56.

  • 57 Cf. p. 417.
  • 58 Janvier, Anciennes corporations d’archers, p. 98 — 99.
  • 59 Inv. arch. com. Rouen, série A, p. 40, A ; Cochon, Chron. norm., p. 429.
  • 60 Il s’agit d’un certain Ernoul le Muisit (Mirot, « Lettres Charles VI », p. 35, n. 1).
  • 61 Jouvenel des Ursins, Hist. Ch. VI, p. 518.

23Il est exceptionnel que le roi demande également une contribution des populations rurales : sans doute le Chronique normande de Pierre Cochon évoque-t-elle au siège de Dreux, en 1412, la présence, à côté des communes de Paris, de Rouen et d’Evreux, de celles du plat pays, mais aucun document officiel ne vient confirmer le fait57. Du moins le nombre des villes touchées pouvait-il être important : en 1387, Amiens, qui avait déjà envoyé son contingent, vit passer, en direction de Harfleur et d’Abbeville, les arbalétriers de Chauny, Saint-Quentin, Nesle, Ham, Reims, Châlons-sur-Marne, Soissons, Montdidier, Laon, Noyon, Guise, Ribemont, Corbie...58. Les villes s’efforçaient de fournir des hommes exercés appartenant le plus souvent possible à la compagnie qui, en échange de divers privilèges, surtout fiscaux, devait pratiquer régulièrement le tir à l’arc ou à l’arbalète. C’est ainsi que, lorsque le roi demande une contribution, Rouen envoie sa cinquantaine59 ; ce n’est pas un hasard si, en 1415, le contingent de Tournai est commandé par le môme capitaine qu’en 141260. Pourtant, ces éléments étaient loin de jouir toujours de l’estime des chefs de guerre. Jean Jouvenel des Ursins raconte qu’en 1415, pour secourir Harfleur, « grande quantité de communes » furent rassemblées, « armez et embastonnez de haches et mailletz de plomb ». Mais les « gens de guerre » — on notera qu’aux yeux du chroniqueur les communes ne font pas partie de ce groupe professionnel — « les vilipendoient et mesprisoient, comme on fit aux batailles de Courteray, de la prise du roy Jehan a Poictiers et en Turquie [Nicopolis] ». Si certains chefs, les plus âgés, les plus experts, ceux qui « avoient vu et frequenté les armes », tels le connétable d’Albret ou le maréchal Boucicaut, étaient d’avis de ne pas rejeter leur concours, la jeune chevalerie au contraire, avec les ducs de Bourbon et d’Alençon, était bien décidée à s’en passer61.

c) Les services traditionnels dus au roi

  • 62 1388 : B. N., Picardie 285, n° 18 ; 1412 : ibid., n° 42.
  • 63 B. M., Add. Ch. 3°464.
  • 64 B. N., fr. 16603, f° 118v° à 121v° : litige entre les religieux de Saint-Médard de Soissons et le (...)

24A plusieurs reprises, le roi continua d’exiger de certaines communautés religieuses les services auxquels la coutume les astreignait : charrettes, chariots, bêtes de somme, sergents de pied ou taxe de remplacement. Ainsi fit-il en 1388 pour l’expédition de Gueldre, en précisant toutefois à ses officiers par un mandement du 10 août de ne rien demander aux archevêques, évêques, abbés, chapitres, collèges, prieurs, doyens et autres gens d’Eglise de son royaume dont les noms ne se trouveraient pas dans les registres de la Chambre des comptes comme devant ces services. Tel fut le cas, entre autres, du chapitre de Laon ; celui-ci obtint en conséquence levée de la mainmise que les agents du roi avaient opérée sur son temporel afin de le contraindre à fournir un chariot attelé de cinq chevaux. En 1412, Charles VI alla plus loin, son intention n’étant plus seulement d’exiger les contributions que « d’ancienneté » certaines églises devaient faire en son « ost et armée », mais de prélever également une certaine somme sur celles qui n’étaient pas astreintes à ce service traditionnel. Toutefois, eu égard à sa situation économique et aux multiples taxes et impositions pesant sur lui, le même chapitre de Laon obtint d’être exempté de cette nouvelle redevance62. Par mandement du 28 août 1415, Charles VI ordonna aux « prelaz, gens d’eglises et autres » d’accomplir » les droiz et devoirs » qu’ils lui devaient en pareil cas63. Cependant, à la différence du service des nobles et de la contribution des villes, qui étaient demandés pour parer à toute menace, quelles que fussent les circonstances, le concours des établissements ecclésiastiques n’était exigé en principe que lorsque le souverain en personne se rendait à l’ost. Encore y avait-il contestation sur le sens du mot ost : signifiait-il seulement, comme le soutenaient les abbayes et les prélats, une armée destinée à repousser l’ennemi, ou bien, comme le prétendaient les agents du roi, désignait-il n’importe quelle opération militaire64 ?

  • 65 Voici quelques exemples tirés d’aveux et dénombrements :
    1390 : Robert de Saint-Denis, noble norman (...)

25Si les services féodaux traditionnels d’ost, chevauchée et garde demeurent fréquemment mentionnés dans les aveux et dénombrements, il n’apparaît pas qu’ils aient été jamais réellement utilisés par le roi ; qu’aurait-il pu faire de cette poussière de droits hétéroclites, de redevances dérisoires, affectés au surplus de multiples restrictions65 ?

d) L’arrière-ban

26En plus des volontaires, Charles VI put donc compter essentiellement sur le service des possesseurs de fiefs, convoqués par mandement général ou par lettres particulières et sur les contingents des villes, composés surtout d’arbalétriers, d’archers et de pavesiers. Ces renforts étaient d’autant plus faciles à lever que, d’une part, durant cette période, s’accentue l’idée selon laquelle les privilèges fiscaux de la noblesse constituent la contrepartie normale des services militaires qu’elle doit rendre à la monarchie et que d’autre part, dans de nombreuses villes, des corps d’archers et d’arbalétriers bénéficiant des mêmes exemptions fiscales étaient prêts à répondre aux semonces royales.

27Quant à l’arrière-ban proprement dit, il ne paraît pas avoir été utilisé, sauf erreur, entre 1356 et 1410. Non que le mot soit oublié, la chronique rimée de Bertrand du Guesclin, vers 1380—1387, l’emploie dans le sens de renfort :

  • 66 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. I, p. 175, v. 4713 — 4715.

Seigneur, ne vous alez doubtant,
Car il vous vient secours et I arriere bans66

  • 67 Cité par Godefroy, Dictionnaire, t. VIII, p. 176, col. A. Perceforest, postérieur à 1307, peut êtr (...)

28Au figuré, il désigne le maximum de ressource ou de réserve, comme dans le roman de Perceforest : « Le courage luy esmeut lors de grant lyesse et delibéra que, de lors en avant il en monstreroit l’arriere ban de toute sa force et valeur, veu que en ceste assemblée gisoit tout son bien et son honneur »67.

  • 68 Froissart, Chron., t. XI, p. 274.
  • 69 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 230 et 243. Cf. aussi Chron. premiers Valois, p. 112—11 (...)
  • 70 Le mot n’apparaît pas dans les indices de Rey, Domaine du roi.

29En 1382, selon Froissart, Philippe van Artevelde, à Gand, convoqua contre le roi de France « tout homme portant armes dont il se pooit aider ». Tel est l’« arriere ban » de la ville, que le chroniqueur estime à 10 000 hommes68. Selon le même Froissart, appliquant à l’Angleterre un vocabulaire continental pour désigner des réalités similaires, en 1388, après la victoire des Écossais à Otter-burn, l’évêque de Durham tenta de contre-attaquer « a tout l’arriere ban de la seneschaussée d’Yorch »69. En revanche, le nouveau système de taxes progressivement mis au point à partir de 1360 ayant rendu inutile le recours à l’arrière-ban en tant que source notable de revenus, le terme n’a plus de résonance fiscale, il ne correspond plus à une imposition déterminée70.

  • 71 Ord. Roys, t. IX, p. 531 ; B. N., Duchesne 90, f° 22v°-23r°. Cf. aussi la formule reçue par Rouen  (...)
  • 72 Ord. Roys, t. IX, p. 640 ; cf. aussi ibid., p. 661 — 662 : « Nous ayons derrenierement mandé par m (...)
  • 73 Ibid., t. X, p. 12-13.

30Il faut attendre les jours tragiques de la guerre civile, la rivalité sanglante des factions, la France déchirée, pour que le roi, ou plutôt les princes qui gouvernaient en son nom se décident à recourir à ce mode de recrutement négligé depuis plus d’un demi-siècle : la convocation du 28 août 1410 est expressément faite « par forme et maniere d’arriere ban ». Il s’agit de rassembler, « par criz et publicacions », non seulement les « nobles » et vassaux « tenanz fiefs nobles », ou bien encore, selon une formule parallèle, les nobles tenant du roi en fief et arrière-fief, « tant nobles que gens d’eglise et autres anobliz », mais aussi tous ceux « quelzconques non tenans fiefz nobles et ayans puissance d’eulx armer »71. L’année suivante, le 14 octobre, une seconde levée de l’arrière-ban eut lieu, visant tous les « hommes et vassaux » tenant du roi en fief et en arrière-fief ainsi que les « gens des bonnes villes » du royaume ayant coutume de s’armer72. Après avoir mandé peu de temps auparavant « quantité » de ses « bons et loyaulx vassaulx et subgez », Charles VI, par un acte du 3 mai 1412, annonce son intention de recourir bientôt, si la situation le lui impose, à une nouvelle convocation, cette fois « par maniere d’arriere ban »73. Il ne semble pas que cette levée ait eu lieu, mais un troisième cri de « banz et arriere ban » intervint le 8 février 1414, concernant :

  • les nobles « ayant accoustumé d’user et ensuivir les armes et qui sont en estat de poursuivir » ;
  • les personnes non nobles tenant fief ou arrière-fief valant au moins 20 l.t. de revenu annuel ;
  • les bourgeois et habitants des bonnes villes ;
  • enfin les prélats, abbés, prieurs, chapelains et autres gens d’Eglise qui devaient fournir les charrois et les sommiers ainsi que les services habituels en cas de levée de l’arrière-ban ou quand le roi « va hors pour sa guerre »74.
  • 75 B. N., fr. 21718, f° 6 sq. Pour la réaction de la ville de Lyon face à ce mandement, cf. Guigue, R (...)

31Une nouvelle levée « par maniere d’arriere ban » eut lieu le 10 septembre 1417, intéressant tous les « feaulx et vassaux » du roi, nobles et non-nobles,tenant de lui en fief ou arrière-fief, en même temps que tous ceux ayant coutume de suivre les armes ou étant physiquement aptes à s’armer75. En 1418 enfin, on relève deux convocations de l’arrière-ban : la première, en date du 2 février, ordonne que se trouvent à Chartres, le 1er mai suivant, munis de deux mois de vivres :

  • sur leur foi et loyauté envers le roi et sous peine de perdre leurs fiefs et terres, tous les vassaux du roi et « subgiets nobles et gens qui ont accoustumé de porter armes », tenant du roi « et autrement » des fiefs et arrière-fiefs ;
  • les prélats et gens d’Église « puissans de soy mettre en armes en leurs personnes ou autres pour eux » en cas d’excuse suffisante ;
  • 4 combattants par paroisse, « les plus habiles a porter armes »76.
  • 77 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 424 et n. 2 : « Tous nobles et non nobles tenant fief ou arrier (...)

32La seconde convocation, postérieure à la fuite du dauphin, intervint en septembre ; elle visait à secourir Rouen, alors assiégée par Henri V77.

  • 78 B. N., Duchesne 90, f° 22v°—23r°.

33Encore en 1418, l’arrière-ban a donc conservé en principe toute sa portée ; il est loin de n’intéresser que les seuls possesseurs de fiefs ou arrière-fiefs, puisqu’il porte théoriquement sur tous ceux qui ont « puissance » de s’armer, c’est-à-dire qui sont capables de s’équiper et de faire la guerre. On voit par exemple en 1410 un bourgeois de Troyes, sujet du roi, se faire exempter de l’arrière-ban parce qu’il ne possède aucun fief noble et qu’il est âgé de soixante-dix ans, mais également pour « certaines autres causes » que le mandement royal ne désigne pas plus clairement78. Dans la formule de convocation de février 1418, l’arrière-ban fait appel expressément au service des nobles, aux contributions des villes, aux devoirs traditionnels des communautés religieuses, mais aussi à la participation d’une fraction de la population rurale. Le rapprochement s’impose avec les levées de 2, 4 ou 6 sergents pour 100 feux qui eurent lieu à plusieurs reprises dans la première moitié du 14e siècle.

  • 79 Ceux qui ne peuvent répondre à la convocation doivent composer « aux juges des lieux » (Inv. arch. (...)
  • 80 Inv. arch. com. Douai, EE 38.
  • 81 En septembre 1410, Rouen fournit ainsi sa cinquantaine — exactement 51 arbalétriers — accompagnée (...)
  • 82 Ord. Roys, t. IX, p. 661-662 ; B. N., fr. 21718, f° 6 sq.
  • 83 B. N., n. a. fr. 8308, p. 673.

34Telle est l’apparence. Mais la réalité ? La convocation « par maniere d’arriere ban » put avoir un motif fiscal79, mais très secondaire : rien ne montre que les sommes tirées des exemptions aient été considérables. De toute façon, les hommes d’armes servant au titre de l’arrière-ban étaient payés en principe « du jour de leur partement jusques a leur retour », tout comme ceux qui répondaient aux semonces de type courant80. Les contributions des villes ne semblent pas plus importantes qu’habituellement81. Les menaces pesant sur les récalcitrants visent, avant tout, les « fiefs, arrière fiefs et tenements »82. C’est dire que, du point de vue militaire, l’arrière-ban ne fournissait pas beaucoup plus d’hommes d’armes que la simple levée des nobles ; il ne procurait davantage de gens de pied que dans la mesure — fort douteuse — où le plat pays fournissait réellement des combattants. Bref, il n’avait qu’un intérêt tactique limité ; la convocation des nobles, les contributions des villes, rendaient tout autant, ou presque. Le contraste est donc saisissant entre un mode de levée qui théoriquement aurait dû atteindre tous les hommes capables de se battre et les résultats, à peine supérieurs à ceux que procuraient les convocations habituelles. Si l’arrière-ban a été utilisé, c’est probablement pour des motifs avant tout politiques, afin de faire face à une situation particulièrement dangereuse, à un moment de crise où « sous ombre des débats et divisions » du royaume83, villes et nobles obéissaient de moins en moins aux mandements ordinaires.

35En conclusion, on simplifierait à peine en soutenant que, compte tenu de l’art militaire du temps, le roi, pour entreprendre une action d’envergure, avait besoin d’un apport modeste de gens de pied et d’un concours important de gens de cheval : hommes d’armes ou de trait. Normalement l’afflux des volontaires, la convocation des nobles, la contribution des villes, suffisaient à lui assurer les effectifs nécessaires. Exceptionnellement, pour donner plus de poids et de solennité à ses exigences, il recourut au droit royal — et non princier — de l’arrière-ban, mais celui-ci, en dépit des apparences, s’adressait essentiellement aux possesseurs de fiefs et aux communautés urbaines, dont il obtenait une contribution analogue.

Effectifs et organisation

  • 84 B.N., fr. 7858, f° 221—254 (compte de Guillaume d’Enfernet) et 32510, f° 260—270 (compte de Jean l (...)
  • 85 B. N., fr. 7858, f° 255-295 (compte de Guillaume d’Enfernet) et 32510, f° 288—295 (compte de Jean (...)
  • 86 Ibid., 4482, p. 167-236 (compte d’Arnoul Boucher) et 7858, f° 309v° sq. (compte de Jean Chanteprim (...)

36En faisant appel conjointement à des volontaires et aux hommes et communautés soumis aux obligations militaires, la monarchie des Valois, entre 1380 et 1418, put à plusieurs reprises réunir pour quelques semaines des effectifs assez considérables, rappelant plus les « osts » des premières années de la guerre de Cent ans que les forces utilisées par Charles V pour la reconquête du royaume : au témoignage des comptes des trésoriers des guerres, en septembre 1383, au moins 16 000 hommes d’armes et 600 gens de trait reçurent les gages du roi84, en octobre 1386, près de 15 000 hommes d’armes et 1 380 gens de trait85, en août 1392, environ 8 000 hommes d’armes86. A ces effectifs, s’ajoutèrent, en nombre indéterminé, les contingents des villes, payés par ces dernières.

  • 87 A. N., J 1025, n° 13 : document publié par Rey, Finances royales, p. j. II, p. 623-624.
  • 88 B. N., fr. 25709, n° 669.
  • 89 Ibid., n° 711.
  • 90 Ibid., n° 726.

37Dans ces conditions, on peut tenir pour vraisemblables les estimations avancées par d’autres documents d’archives. En 1403, à l’occasion de deux campagnes concomitantes qui devaient se dérouler en Guienne et en Picardie, il était prévu l’entretien pendant cinq mois de 6 000 hommes d’armes et 2 000 hommes de trait, auxquels viendraient s’ajouter 1 600 hommes d’armes montés sur un certain nombre de galées, naves, baleiniers, barges et autres vaisseaux ainsi que 300 combattants destinés à la garde des frontières de Normandie et de Picardie87. En février 1412, Charles VI indique dans un mandement adressé aux élus sur le fait des aides ordonnées pour la guerre dans l’élection de Gisors qu’afin de parer aux rassemblements illicites de gens de guerre décidés par ses adversaires et ceux du duc de Bourgogne, 4 600 hommes d’armes et 2 400 gens de trait se trouvent répartis dans différentes régions du royaume, plus un nombre indéterminé de troupes occupant les seigneuries de Beaumont, Valois, Clermont et Coucy88. En juin 1414, le même roi précise que les combattants se trouvant à son service, cette fois contre le duc de Bourgogne, s’élèvent à 10 000 hommes d’armes et 4 500 gens de trait89. Le 31 août 1415, Charles VI déclare que, face à la nouvelle menace anglaise, les 6 000 hommes d’armes et 3 000 gens de trait recrutés pour la défense des frontières du royaume sont insuffisants et qu’il convient d’entreprendre un effort supplémentaire de dimension à peu près comparable90.

  • 91 Sous Charles V en effet, les compagnies d’arbalétriers étaient indépendantes des compagnies d’homm (...)

38Lorsqu’il s’agit de volontaires, l’unité essentielle, tout comme sous Charles V, demeure la compagnie, à la tête de laquelle se trouve un capitaine retenu par le roi ou l’un de ses lieutenants et responsable d’un nombre variable de gens d’armes, de gens de trait, ou bien — c’est là une nouveauté — de gens d’armes et de trait91. Comme par le passé, chaque compagnie se divise habituellement en plusieurs chambres. Mais les nobles répondant aux mandements royaux ?

  • 92 Dernière mention : B. N., n. a. fr. 9241, f° 162-194.
  • 93 Ainsi lors de l’ « ost de Bourbourg » de 1383 (Chron. Jean II Ch. V, t. III, p. 56-57).
  • 94 C’est le cas du compte de Guillaume d’Enfernet de 1383 (B. N., fr. 7858, f° 221-254).
  • 95 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 36.
  • 96 On y voit en effet figurer l’amiral Jean de Vienne, les maréchaux de France, Louis de Sancerre et (...)
  • 97 Ainsi en 1383 et 1386.
  • 98 B. N., Duchesne 90, f° 29r°—30r°.
  • 99 D’où le souci qu’il a de choisir des capitaines ayant une indéniable surface sociale.

39Après 1355, on ne trouve plus trace, dans les documents comptables, de leur répartition en batailles92, et cela bien que, sur le terrain, les combattants continuent d’être répartis en unités de ce type93. En 1383 comme en 1386, en 1388 comme en 1392, c’est-à-dire pour les grandes expéditions appelées « ost de Bourbourg », « voyage de la mer », « voyage de Gueldre », « voyage du Mans », les trésoriers des guerres organisèrent leurs comptes selon deux méthodes différentes. L’une ne permet pas de saisir la structure réelle des armées rassemblées à cette occasion : montres, revues et quittances sont réparties en trois groupes selon la qualité de leurs chefs respectifs, les ducs, comtes, barons et bannerets étant d’abord énumérés, puis les chevaliers bacheliers, ensuite les écuyers. A en croire cette classification, un « ost » de quelque 10 000 hommes d’armes se diviserait en plusieurs centaines d’unités dont les effectifs varieraient de 2 ou 3 combattants jusqu’à 400 ou 50094. Mais une autre méthode comptable laisse subsister la véritable organisation : ainsi, les 8 000 hommes d’armes du « voyage du Mans » sont divisés en 23 compagnies, placées chacune sous le gouvernement d’un chef de guerre, qui reçoit, outre ses gages propres, un état mensuel compris entre 100 et 3 000 francs. Froissart confirme le témoignage des trésoriers des guerres lorsqu’il parle, à cette occasion, des ordres transmis par Charles VI et ses maréchaux aux « cappitaines des routes »95. Or, ces capitaines furent pour une bonne part recrutés parmi les responsables permanents de l’organisation militaire française96. En d’autres termes, non seulement la monarchie est parvenue à imposer aux nobles répondant à ses mandements et semonces une articulation comparable à celle en usage pour ses forces ordinaires, mais elle s’est efforcée de leur donner, le plus souvent possible, des chefs choisis au préalable par ses soins. Certes, lorsque les comtes de Savoie ou d’Alençon, les ducs de Bar ou de Lorraine, se rendent à ses convocations, elle est bien obligée de respecter la hiérarchie traditionnelle et ne saurait proposer d’autres chefs qu’eux-mêmes à leurs contingents97 ; même conduite encore à l’égard de moindres seigneurs ; en 1410, Charles VI manda à son service le comte de Harcourt ; ce dernier obéit à la semonce, se rendit à Paris, puis se vit dans l’obligation, pour raison de santé, de retourner chez lui. Le roi l’y autorisa, lui permettant même de se faire accompagner par 40 ou 50 gentilshommes de son hôtel. Mais il devait laisser « le surplus des gens d’armes et de trait » qu’il avait amenés « dessoubz lui » à Paris, « avecques un cappitaine » que lui, Harcourt, désignerait pour être « chief d’icelles gens d’armes et de trait », sous le commandement suprême du comte de la Marche, « cappitaine general de toutes les gens d’armes et de trait » de la présente armée98 : ici, le roi n’a pas tenu à désigner le chef de la compagnie du comte de Harcourt. En revanche, si des nobles normands se présentent individuellement, ou par petits groupes, il peut les inviter à se ranger dans les compagnies de leurs compatriotes, Jean de la Ferté ou Guillaume Painel, ou bien, s’ils sont originaires du Nord, dans celles d’Enguerran de Coucy ou du comte de Saint-Pol99. Ainsi, à la fin du 14e et au début du 15e siècle, le pouvoir monarchique ne se contente plus de désigner le ou les chefs suprêmes de ses armées : il lui arrive d’évincer les hiérarchies féodales ou territoriales et d’imposer, à l’échelon inférieur, ses propres capitaines de compagnies, même dans le cas d’armées composées avant tout de nobles servant en vertu de leurs obligations militaires.

Equipement et société

  • 100 B. N., lat. 5414 A, f° 59 — 62.
  • 101 B. N., n. a. fr. 1037, f° 151.

40L’examen des effectifs indique que les catégories fondamentales n’ont pas changé depuis le temps de Charles V : les gens d’armes et de trait constituent toujours l’essentiel des armées royales. Les proportions mêmes sont restées analogues : deux hommes d’armes pour un homme de trait en moyenne. Guère de modifications non plus dans l’équipement des gens de trait : en 1416, le gouvernement de Charles VI entreprend de recruter à Gênes 550 arbalétriers « armez de cuirasses, de manches, de colés, de capuches ou salade en teste, d’une espée et de deux arbalestes de croc et baudrier », chacun des capitaines et des connétables ayant en plus une « arbaleste de girelle ». Cuirasses et salades diffèrent peu des plates et des bassinets de l’âge précédent ; l’arbalète à croc était déjà en usage au 13e siècle ; seul le type à girelle — à poulie —, est une nouveauté100. En 1417, des arbalétriers gardant certaines forteresses bourguignonnes sont « armez de cotte, coiffe de fer ou salade » : ici, la cotte de mailles ou haubergeon remplace la cuirasse, mais c’est encore une protection traditionnelle101.

41On constate cependant l’importance croissante des archers, l’apparition du piquier ou piquenaire gardant les places de la frontière du Nord.

  • 102 Le Fèvre de Saint-Rémy, Chron., t. I, p. 252 — 253. Superposition identique d’une chemise, d’une c (...)
  • 103 Cf. supra, p. 16.
  • 104 Influence possible des expéditions militaires du duc d’Orléans en Lombardie.
  • 105 Sur l’évolution de l’armure, bons développements dans Beaulieu et Baylé, Le costume en Bourgogne.

42Quant à l’armement offensif des hommes d’armes, il ne s’est pas modifié ; pour la protection de la tête, le bassinet à camail demeure d’usage courant jusque vers 1415 ; pour celle des membres, harnois de jambes et harnois de bras ; pour celle du buste, tantôt plates à lames ou cuirasse, tantôt haubergeon (annexe XII A). Il arrive bien que les hommes d’armes, préférant sacrifier la liberté de leurs mouvements à leur sécurité, superposent l’une et l’autre de ces armures, y ajoutant même un jaque ou un hoqueton : à la bataille d’Azincourt, les Français « premierement estoient armés de cottes d’achiers longhes, passant les genoulx et moult pesantes. Et par desoubz, harnois de jambes ; et par dessus, blans harnois ; et le plus, bachinés de camail »102. Mais cette superposition était déjà pratiquée vers 1370103. On peut du moins noter la diffusion assez large que connurent dans la France des premières décennies du 15e siècle les haubergeons d’origine milanaise, aux mailles spécialement serrées et solides104, ainsi que l’usage de cuirasses de plates plus épaisses et plus complètes105.

  • 106 1382 : en Languedoc, chaque homme d’armes flanqué d’un pillard et d’un page (B. N., Languedoc 132, (...)
  • 107 Ainsi dans l’Empire : 50 lances, chacune avec 2 hommes armés et 3 chevaux (1415) ; 4 lances, à 3 c (...)
  • 108 Cf. les chiffres cités dans l’annexe XII B : ce point demanderait une documentation plus abondante
  • 109 Tableau dans Rey, Finances royales, p. 403.
  • 110 Se reporter en particulier à Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, graphiques 4 et sq. ; Four (...)

43En fait, pour les hommes d’armes, le changement le plus important n’est pas dans l’équipement — qui s’est surtout modifié quant au style, à la mode —, mais dans le nombre des montures et des hommes se trouvant à leur disposition. Vers 1400—1420 en effet, au terme d’une évolution progressive, une lance comporte, dans la majorité des cas, 3 hommes, l’un possédant un armement complet, jouant le rôle essentiel, un autre muni d’un équipement offensif et défensif plus sommaire, enfin un auxiliaire, dépourvu de rôle militaire direct. A ces 3 hommes, correspondent au moins 3 chevaux, de valeur diverse106. Cette double modification, qu’on retrouve alors dans la plupart des pays de l’Europe occidentale107, a son origine dans les transformations de l’art militaire. Pour la France, il semble qu’elle n’ait été ni voulue ni imposée par le pouvoir central. Elle n’a pas seulement entraîné un alourdissement des armées, qui, à effectifs apparemment égaux, comptent plus d’hommes, plus de chevaux, plus de combattants, à l’époque d’Azincourt qu’à celle de Poitiers ou de Crécy, mais également des conséquences économiques et sociales : continuant comme par le passé d’équiper à ses frais sa personne et sa suite, chaque homme d’armes dut y consacrer une somme plus élevée, puisque son armure était probablement plus coûteuse108 et qu’il lui fallait surtout prévoir un second armement et une troisième monture. De plus, les gages mensuels nominaux alloués par le roi n’ayant pas varié109 et les prix nominaux des biens de consommation n’ayant pas sensiblement baissé110, il lui fallait, dans la meilleure des hypothèses, faire face à des dépenses accrues avec un revenu identique.

44On pourrait s’attendre, dès lors, du moins chez les hommes d’armes, à un recrutement plus sélectif, éliminant les nobles les plus pauvres au bénéfice de ceux capables d’engager les sommes correspondant à cet équipement plus coûteux. En fait, rien de semblable n’apparaît : on assiste au contraire, dès avant la reprise de la guerre anglaise, à une chute très rapide du nombre des chevaliers et à une augmentation corrélative de la proportion des écuyers, ou prétendus tels, ainsi que des bâtards de nobles :

  • Forces réunies en 1408 : par le duc de Bourgogne contre les Liégeois111 :
  • chevaliers bannerets : 1,2 %
  • chevaliers simples : 4,2 %
  • écuyers : 94,6 %
  • bâtards : 6,4 %.
  • Retenues effectuées en 1411 par Charles d’Orléans112 :
  • chevaliers bannerets : 0,3 %
  • chevaliers bacheliers : 3 %
  • « hommes d’armes » : 96,7 %
  • bâtards et bourcs : 4 %.
  • Retenues effectuées en 1414 par les soins du gouvernement armagnac113 :
  • chevaliers bannerets : 0,2 %
  • chevaliers bacheliers : 1,5 %
  • écuyers : 98,3 %.

45Selon ces trois exemples, en une vingtaine d’années, la proportion des chevaliers bacheliers aurait diminué de moitié dans le cas le plus favorable et des cinq sixièmes dans le plus défavorable. Certes, cette évolution doit s’expliquer d’abord par le lent et régulier recul de la pratique de l’adoubement dans la noblesse que ne parvinrent pas à enrayer les multiples efforts tentés par les grands, à l’époque de Charles VI, pour raviver le culte des preux, la pratique des joutes, des tournois, des cours de chevalerie. Mais elle apparaît trop brutale, trop rapide, pour ne pas avoir également comme cause une modification dans le recrutement. Il semble que pour de multiples raisons, psychologiques, économiques, politiques peut-être surtout, nombre de gentilshommes et de seigneurs français, à partir du début du 15e siècle, ait brusquement refusé de servir dans leurs guerres le roi ou les princes, laissant la place à des aventuriers de toute nation et de toute condition, qui, par des moyens sans doute plus déshonnêtes qu’honnêtes, parvenaient à se procurer l’équipement indispensable. Dès lors, on peut voir dans ces derniers, ces hommes « accoutumés à fréquenter ou à suivre les guerres » que les semonces et les mandements royaux cherchaient à atteindre et auprès desquels ils trouvaient plus de succès qu’auprès des fieffés et arrière-fieffés.

Développement de l’artillerie

46Aux mois d’octobre et novembre 1406, Jean sans Peur, duc de Bourgogne et lieutenant de Charles VI en Picardie, réunit des troupes dans la région de Saint-Omer en vue d’entreprendre le siège de Calais. Les circonstances empêchèrent la réalisation de ce projet, mais un relevé des dépenses effectuées à cette occasion permet de saisir avec précision la place occupée par l’artillerie dans une guerre de siège au début du 15e siècle (annexe XII E).

  • 114 Bons exemples dans Garnier, Artillerie des ducs de Bourgogne, p. 25, 27, etc. On notera cependant (...)
  • 115 Développement particulièrement rapide, semble-t-il, après 1395—1400.
  • 116 Noter toutefois les emprunts d’artillerie et de poudre faits auprès des villes.

47Bien qu’une évaluation tout à fait précise soit impossible eu égal au libellé du document, on peut cependant estimer à environ 10 000 l.t. la dépense faite alors pour l’achat de canons, boulets et poudre, tandis que celle concernant l’artillerie à trébuchet et les armes de trait atteint à peu près 9 000 l.t. Ainsi, dès le début du 15e siècle, le coût du nouveau type d’artillerie l’emportait, quoique encore légèrement, sur celui du matériel traditionnel. Cette augmentation par rapport à l’époque précédente provient en partie de la multiplication du nombre des pièces réunies pour une opération militaire donnée, mais surtout de la construction de quelques canons de très grand calibre, exigeant des quantités importantes de poudre pour lancer leurs énormes boulets114. Vers 1375, on comptait, dans l’artillerie royale française, par centaines de livres de poudre ; désormais, on compte par milliers ou dizaines de milliers ; en trente ans, la place de l’artillerie nouvelle a au minimum décuplé115. Ce phénomène n’intéresse pas seulement l’art militaire ; il a aussi une portée politique. En effet, si la monarchie n’intervenait que de façon occasionnelle, ou marginale, dans l’équipement de ses hommes d’armes, si son rôle était déjà plus important pour ses gens de trait, auxquels elle fournissait, à ses frais, une bonne partie des arcs et des arbalètes et surtout la plupart des munitions, il lui revenait de financer et de contrôler presque intégralement la fabrication et l’utilisation de l’artillerie proprement dite : au développement de cette dernière correspond donc un accroissement parallèle de l’intervention de l’État dans l’équipement des armées116.

  • 117 Cf. la fortune faite par Jean Gaude, simple écuyer de cuisine en 1408, devenu en 1413 maître de l’ (...)
  • 118 Les seigneurs de la Viezville, Rambures et Longroy.

48Pas de changement toutefois dans l’organisation : les fonctions du « général maître et visiteur de l’artillerie du roi » demeurent surtout celles d’un fabricant et d’un garde-magasin. De plus, il lui appartient toujours de conclure des marchés et des contrats avec d’autres artilleurs, d’autres fondeurs, d’où sans doute d’assez gros profits, qui venaient compenser la modicité de ses gages117. Mais, comme par le passé, la mission d’organiser ou d’utiliser le matériel sur le terrain lui échappe : en 1406, les responsabilités militaires directes furent confiées conjointement à trois nobles de rang élevé, qui exercèrent leur autorité sur les charpentiers, les canonniers, les pionniers et leur assignèrent leur tâche118.

  • 119 Ord. Roys, t. IX, p. 589.

49Un fait montre à la fois le développement de l’artillerie nouvelle et la condition toujours subalterne du maître de l’artillerie : en 1411, Charles VI, mettant fin au conflit opposant le maître des arbalétriers aux maréchaux de France, attribua à ces derniers d’une part la « connaissance » des archers et des canonniers retenus à son service, d’autre part, le soin de recevoir leurs montres et revues119. Si la rivalité a surgi, c’est bien que la présence de canonniers dans les armées royales était désormais courante ; si elle n’a concerné que les maréchaux et le maître des arbalétriers, c’est bien que le maître de l’artillerie était un trop petit personnage pour revendiquer une quelconque prérogative sur les canonniers.

  • 120 Ibid., t. VII, p. 186.
  • 121 B. N., Picardie 299, n° 106.
  • 122 Ibid. et Ord. Roys, t. VIII, p. 258.
  • 123 Isambert, Recueil anciennes lois, t. VII, p. 144 : acquisition par Charles VI aux dépens de Jean H (...)
  • 124 Nombreuses contestations à ce sujet entre les communautés et les seigneurs, consignées dans les re (...)
  • 125 Ord. Roys, t. VII, p. 334-335.
  • 126 Isambert, Recueil anciennes lois, t. VI, p. 762.
  • 127 Ord. Roys, t. VIII, p. 356 — 357.
  • 128 Cf. annexe V A, p. 81-84.

50La période de relative accalmie comprise entre la dernière grande chevauchée anglaise du 14e siècle — celle du comte de Buckingham, en 1380 —, et la première du siècle suivant — celle du duc de Clarence en 1412 —, permet de voir comment, après un demi-siècle de conflits et de périls, la monarchie des Valois concevait la défense du royaume. Jamais, même durant les années où les dangers extérieurs semblaient lointains, elle ne cessa de solder des troupes. On pourrait donc croire qu’elle admettait dès lors la nécessité d’une armée permanente. Mais en réalité, les éléments qu’elle entretenait correspondaient tous à une mission définie : empêcher les dévastations des pillards de l’intérieur, garder la frontière contre les Anglais là où ceux-ci conservaient des points d’appui, voire protéger la personne du roi. Comme le dit un acte royal de 1388, il lui fallait obvier aux « malices » des ennemis qui détenaient « plusieurs chasteaulx et forteresses en plusieurs parties » du royaume : Picardie, Normandie, Bretagne, Saintonge, Périgord, Quercy, Limousin, Auvergne, Languedoc et Guienne120. Lorsque telle de ces missions devenait sans objet — ainsi après que les Anglais eurent abandonné Cherbourg, en 1394 —, les forces qui en étaient chargées disparaissaient. Seule la présence permanente des Anglais en Guienne et à Calais entraîna donc la permanence des garnisons françaises dans les zones directement menacées. Nulle idée d’une force d’intervention disponible à tout instant pour parer aux éventualités les plus diverses. Nul besoin aux yeux des dirigeants d’une armée permanente, la défense permanente se trouvant comme par le passé avant tout assurée par les « clostures, fortifficacions et emparemens » des « citez, villes fermées, chasteaulx », églises fortifiées et autres forteresses121. Or, le roi n’est pas seulement maître de ses propres châteaux, dont il désigne et rétribue les capitaines, il a aussi le pouvoir d’exiger la mise en état de ceux qui ne lui appartiennent pas122 ; bien mieux, il affirme être en droit de confisquer et « appliquer a son domaine », moyennant indemnité, les « terres, chasteaux, pors de mer et autres lieux » situés en « frontière » des ennemis, dès lors qu’il l’estime nécessaire à la « garde generale, tuition et defense » de ses sujets et à la « seureté universelle » de son royaume123. Là où la présence du capitaine ou du châtelain et de leurs quelques auxiliaires se révèlerait insuffisante, le roi ordonne le guet et garde, contraignant les habitants non privilégiés de se rendre à tour de rôle dans la forteresse où ils trouveraient refuge en cas de danger pour y monter la garde de jour comme de nuit124. En 1390, Charles VI fait cesser le guet et garde pour les villes, châteaux et forteresses situés entre la Somme et la Loire125 ; en 1396, cette mesure s’étend à tout le royaume, zones frontières et côtières exceptées126 ; inversement, en octobre 1399, l’avenir apparaissant lourd de menaces à la suite de la déposition de Richard II et de l’avènement de Henri IV, ordre est donné d’effectuer le guet et garde au sud de la Loire, le long des côtes normandes jusqu’à une distance de six lieues, au-delà de la Somme ainsi qu’aux frontières de l’Empire127. Enfin, dans les régions les plus directement menacées, le roi établit des garnisons inspectées et soldées par les soins de son administration militaire. Ajoutons qu’entre ces trois types de défense, il n’existe parfois aucune différence : les troupes installées en permanence au château de Caen sous Charles V et Charles VI sont payées grâce à une taxe de rachat de guet et garde consentie par les communautés128. Peu importe ici l’efficacité de ces divers rouages ; il s’agit seulement d’en souligner la cohérence. Tous répondent au même objectif : éviter une surprise, gagner un répit de quelques jours, de quelques semaines, qui permettra la levée, le rassemblement et l’intervention de l’armée proprement dite.

  • 129 Coville, p. 172—178, art. 250—254. Cf. aussi Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, p. 2 (...)

51Si donc le devoir de la monarchie est de contrôler l’action des capitaines des places, l’entretien des fortifications, l’exercice du droit de guet et garde, l’état des garnisons, il est aussi de prévoir et d’imposer une organisation efficace pour cette armée. A cet effet, les mesures du temps de Charles V paraissent adéquates, il suffit de les appliquer. Tel est le sens des articles concernant les gens de guerre dans l’Ordonnance cabochienne : solde régulière, répression des fraudes, des pillages, de l’indiscipline... On y chercherait en vain une mesure inédite ou originale129.

  • 130 B. N., fr. 1223, f° 9v° : « Item, que en temps de paix le Roy doit faire espargne de finance afin (...)
  • 131 Pisan, Le Livre du corps de policie, (écrit entre 1404 et 1407), p. 25 : il faut que les « cheveta (...)
  • 132 Pisan, Livre de la Paix (écrit en 1412), p. 134—135. Tout ce projet est inspiré des méthodes prati (...)

52Ainsi se présente l’organisation militaire à l’époque de Charles VI. Cependant, différents auteurs contemporains se montrent plus novateurs, sinon plus clairvoyants. L’un d’eux met l’accent sur les avantages que la monarchie tirerait d’une réserve financière lui permettant de solder immédiatement les troupes en cas de besoin, sans attendre les rentrées des impositions extraordinaires130. Un autre préconise l’existence entre les capitaines et leurs hommes d’un lien solide, garanti par un serment131. Le même auteur suggère au roi d’ordonner à « tous les nobles hommes de son royaume taillez a porter armes et a ses fealx hommes liges » d’avoir un équipement de guerre tout prêt, qui serait inspecté au cours de montres annuelles entreprises à travers le pays ; de plus, les nobles devraient s’exercer à la guerre en participant deux ou trois fois par an à des joutes et à des tournois dont les frais seraient à la charge des villes et qui seraient présidés par le « plus notable homme en armes du pays » ; à côté des nobles, quelques non-nobles pourraient y être admis, désireux de se faire anoblir « par gentillesse de courage » ; le roi assisterait à telle de ces réunions et distribuerait des récompenses aux meilleurs ; du coup, une certaine émulation se créerait, ravivant l’esprit militaire dans la noblesse132.

  • 133 Cf. t. II, p. 392-400.

53Quant à Philippe de Mézières, dans le Songe du Vieil Pelerin, il propose de faire lever les aides directement par les bonnes villes et les châtellenies du royaume. Pour reprendre son exemple, il sera ainsi perçu sur Amiens et son détroit une somme correspondant à l’entretien de 200 lances ; sur ce total, l’équivalent du payement de 50 lances sera versé au trésor royal « pour la personne du roy..., pour les gaiges des chevetaines et choses neccessaires a la guerre ». Avec ce qu’elle conservera, Amiens soldera régulièrement, « continuelment », « aux gaiges acostumés », ses 150 hommes d’armes, à la tête desquels elle aura eu soin de placer, non point un grand seigneur, trop occupé à gérer sa fortune, mais un « moyen et pauvre chevalier, saige, preudomme et vaillant en armes », qui maintiendra ses hommes en « bonnes meurs et vraye justice, bien esveillez et attendans de jour et de nuit le mandement » royal. Ainsi, en toute occasion, le « jeune Moyse » — entendons Charles VI — pourra aisément réunir un minimum de 6 000 à 8 000 lances, plus les arbalétriers, « tous prests et bien paiez ». En même temps, les pillages cesseront, les connétable et maréchaux n’auront à veiller ni à la solde ni au rassemblement des combattants ; le soin de faire leurs retenues ne les absorbera plus ; ils seront entièrement disponibles pour la guerre proprement dite133.

  • 134 Ibid., p. 400.

54On pourrait penser que le projet de Philippe de Mézières entraînait la création d’une armée permanente, répartie à travers le territoire. Il n’en est rien. L’auteur prend soin en effet de souligner que ces aides seront levées pour la seule durée de la guerre, afin de « parvenir a victoire ou a vraye paix desirée »134.

  • 135 Sic : peut-être faut-il comprendre 1386 ?
  • 136 B. N., Dupuy 519, f° 259v°.

55Mais des trêves, même longues, ne paraissent pas former à ses yeux une « vraye paix », en sorte que les prélèvements fiscaux extraordinaires risquent de se prolonger indéfiniment. On a parfois le sentiment qu’insidieusement l’idée d’une force militaire constamment disponible se glisse dans l’esprit des dirigeants : mais cette idée, ils ne jugent pas opportun de la mettre à exécution. Critiquant le maintien des compagnies d’ordonnance même après la reconquête de la Normandie et de la Guienne, Jean Jouvenel, dans un discours composé en 1453, s’adresse en ces termes à Charles VII : « L’an mil IIIc IIIIxx XVI135, le Roy vostre pere et ses oncles, dont Dieu ait les ames, vouldrent mettre sus une telle maniere de faire comme de present, maiz, quant ilz orent tout le bien advisé et consideré, ilz dampnerent et rompirent tout, doubtant l’inconvenient qui s’en pourroit ensuivir, et firent mettre les nobles sus en leur faisant aucun advantage »136. Cet épisode, que nulle autre source, apparemment, ne vient éclairer, résume assez bien la position de la monarchie : il lui arrive d’envisager la création d’une armée permanente, mais ce n’est là encore qu’une velléité.

Notes

1 Cité par A. Coville dans l’Histoire de France de Lavisse, t. IV1, p. 218.

2 Présentation des événements dans Perroy, La Guerre de Cent ans, ch. V et VI, p. 148—214 et dans Calmette et Déprez, L’Europe occidentale, première partie : La France et l’Angleterre en conflit, p. 197—359. Survol sommaire dans Contamine, La Guerre de Cent ans, p. 67—86. Se reporter également à Lehoux, Duc de Berri, t. II et III. Les deux ouvrages de Rey, Finances royales (spécialement p. 355—436) et Le domaine du roi comportent d’amples développements sur l’aspect financier des questions militaires.

3 Coville, Ord. cabochienne, p. 71, art. 131. Application temporaire de cet article de juin à septembre 1413. Le double rôle du receveur général de Languedoc n’a pas échappé à Rey (Le domaine du roi, p. 315), mais, chose curieuse, il n’y fait pas allusion dans son chapitre sur les finances militaires contenu dans Finances royales, négligeant du même coup tout un secteur militaire. Par ailleurs, le même auteur affirme à tort que la deuxième charge de trésorier des guerres a été créée en janvier 1379 seulement au profit de Jean le Flament (op. cit., p. 388). Dans le tableau, présenté ibid., rectifier les points suivants :

  • Guillaume d’Enfernet a été institué trésorier des guerres à la place de Pierre Cauchon par lettres du 4 août 1381 (Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 340) ; son premier compte commence le 15 décembre 1380, bien que le dernier compte de son prédécesseur finisse le 6 juillet 1381 (ibid.).
  • Jean le Flament exerce son office au moins jusqu’au 1er mars 1390, et non 1389, (ibid., p. 342).
  • Entre le 7 décembre 1409, terme de l’office de Hémon Raguier, et le 2 janvier 1410, terme de l’office de Jean de Pressy, vient s’intercaler Guillaume Sanguin, bourgeois de Paris, qui exerçait la profession de changeur (B. N., n. a. fr. 20528, p. 161 ; Rey, Finances royales, p. 292 et 320, n. 2 et Le domaine du roi, p. 280).

En Languedoc, Etienne de Montmégean est remplacé en 1380 par Jean de la Garde (Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 293), auquel succède Barthélemy de Noces ; ce dernier demeure en activité au moins jusqu’au 31 août 1386 (ibid., p. 342). Jean de la Barre est signalé comme receveur général et trésorier des guerres en Languedoc en 1407, à l’occasion de son sixième compte (ibid., p. 359). Il paraît avoir pris ses fonctions en 1400 (Rey, Le domaine du roi, p. 223).

4 G. R., n° 13787.

5 B. N., fr. 32510, f° 274-275.

6 B. N., fr. 4482, p. 135 sq.

7 La forme piquemaire employée par Rey (Finances royales, p. 377, 403, 408...) ne se justifie pas. Un témoignage, il est vrai largement postérieur, évoque en ces termes l’armement et le rôle militaire des piquenaires : en 1470, les Flamands envoient au duc de Bourgogne devant Amiens 4 000 à 5 000 compagnons, « ayans chascun sallade, jacques, espées, picques ou des longues lanches a menu fust, a long fer et agu, trenchant de trois costez. Ceulz cy estoient de pié et les nommoit on picquenaires pour ce qu’ilz scavoient l’usage des picques plus que nulz autres (...) Ces picques sont bastons moult convenables pour mettre une picque entre deux archiers contre le fouldroieux effort des chevaulz qui vouldroient entrer dedens eulz, car il n’est pas cheval, s’il est attaint d’une picque en la poitrine, qu’il ne doie morir sans remede ; et si scevent ces picquenaires desmarchier et attaindre chevaulz de costé et yceulz perchier tout oultre ; mesmement, n’est si bon harnas de guerre qu’ilz ne perchassent ou faulsassent » (Wavrin, Recueil des Croniques, t. V, p. 625—626).

8 B. N., fr. 4493, passim.

9 C’est la retenue attribuée en 1388 à Louis de Sancerre, capitaine général en Languedoc (B. N., fr. 32510, f° 309v°).

10 Ceci résulte de l’examen des comptes originaux de Guillaume d’Orgemont et d’Arnoul Boucher : B. N., fr. 4482 et 4493. Le reste du temps, sous certaines conditions, Charles VI les autorisait à vivre sur le plat pays (acte de 1396 dans D. d’Aussy, Les registres de l’échevinage de Saint-Jean-d’Angély, 1322—1496, t. II, Paris et Saintes, 1896, p. 4 et 5).

11 B.N., fr. 4482, p. 135.

12 B. N., fr. 4493, f° 58r°.

13 Hist. Languedoc, t. X, col. 1711—1716, n° 687.

14 Seneschal, Les cent ballades, p. 19 ; Hist. Boucicaut, p. 223, 225 et 226.

15 Cf. annexe V A, p. 611-612.

16 B. N., fr. 4482, p. 82.

17 Ibid., p. 85 sq.

18 Cf. Chron. duc de Bourbon, p. 227 sq.

19 C’est le mot employé par Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 171.

20 B. N., fr. 4482, p. 270.

21 Sur le siège de Ventadour, Froissart, Chron., éd. Kervyn, p. 87 sq.

22 B. N., fr. 4482 passim.

23 Froissart, Chron., éd. Kervyn, p. 172.

24 Artonne, « Froissart historien : le siège et la prise de La Roche-Vendeix », a fait une étude minutieuse de tout cet épisode ; il est regrettable que la source archivistique la plus complète — le compte d’Arnoul Boucher — lui ait échappé. Sa conclusion est que Froissart est en général exact. L’examen du compte d’Arnoul Boucher montre toutefois beaucoup d’erreurs de détail chez le chroniqueur.

25 B. N., fr. 4482, p. 270 sq. L’emplacement des payements fait penser que les sommes étaient remises à un ou plusieurs représentants des gens de guerre, qui se chargeaient ensuite de leur distribution sur place.

26 Ibid., p. 136.

27 Pour 1383, 1412 et 1415, cf. plus loin. 1382 : Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 351, n° 754 ; Isambert, Recueil anciennes lois, t. VI, p. 569 ; Jouvenel des Ursins, Hist. Ch. VI, p. 352, col. A. 1385 : B. N., p. o. 2119, dossier Noel, n° 2 ; Chron. reg. Franc., t. III, p. 39. 1410 : Ord. Roys, t. IX, p. 530—531.

28 B. N., fr. 25705, n° 44.

29 B. M., Add. Ch. 6749 et B. N., fr. 25705, n° 47.

30 Cf. t. I, p. 263.

31 Froissart, Chron., t. XI, p. 115.

32 B. M., Add. Ch. 3417.

33 B. N., fr. 25709, n° 722.

34 B. M., Add. Ch. 3464.

35 B. N., p. o. 412, dossier Bonneville, n° 2.

36 Hist. Languedoc, t. X, n° 799, p. 1960—1961.

37 B. N., fr. 26041, n° 5097.

38 Ibid., n° 5102 et 5110. Cf. aussi, en date du 25 juin 1386, la semonce du comte d’Armagnac, agissant à la fois en tant que comte et capitaine général de la guerre au pays de Languedoc et duché de Guienne pour le duc de Berri, lieutenant du roi audit pays (B. N., Doat 203, f° 25—26).

39 Par mandement du 4 juillet 1405, Charles VI rappelle aux sénéchaux de Beaucaire et de Carcassonne que les barons et les nobles de ces sénéchaussées « doivent être francs, quittes et exemps de contribuer avec les non nobles d’icelles seneschaussées ou autrement aux aydes, subsides, impositions, tailles et autres octroys », « et pour confiance de leurs privilèges estre gardés, nous ayent servi loyaument en nos guerres, et ayent offert et offrent a servir selon et ainsi que tenus y soient » (Hist. Languedoc, t. X, n° 785, col. 1925—1927).

40 Monstrelet, Chron., t. II, p. 81.

41 B. N., fr. 25705, n° 53.

42 Ibid., 25709, n° 725 et Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 351, n° 754.

43 Beaucousin, Histoire de la principauté d’Yvetot, p. j. 7, p. 307. Cette exemption des alleux est d’autant plus curieuse que depuis 1275 les acquéreurs d’alleux doivent payer la taxe de franc-fief au même titre que les acquéreurs de fiefs : a-t-elle été générale ?

44 Ord. Roys, t. IX, p. 530-531.

45 B. N., Colbert Flandres 15, f° 475 — 476.

46 Ibid., f° 477—481.

47 Le religieux de Saint-Denis, t. I, p. 263.

48 B. M., Add. Ch. 6749, 3417 et 3464.

49 B. N., Duchesne 90, f° 29r°—30r°. De même, c’est en allié plutôt qu’en vassal qu’en 1386, pour le voyage d’Angleterre, le duc de Bretagne Jean IV promet à Charles VI l’envoi d’environ 500 lances sous le sire de Rochefort (B. M., Add. Ch. 3350).
1410 : « Pour pourvoir et remedier a certains grans mandemens et assemblées de gens d’armes que plusieurs grands seigneurs tant du sang et lignage du roy nostre sire et autres ont fait et font de jour en jour (...) ledit seigneur, tant par ses lettres particulières comme par son arrière ban et autrement, a mandé venir par devers lui pour le servir en armes tous nobles et autres de son royaume » (B. N., n. a. fr. 20528, p. 161 — 177).

50 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 189.

51 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XIX, p. 23.

52 Flammermont, Institutions municipales de Senlis, p. 221, p. j. 31 ; Lemaire Arch. Saint-Quentin, p. 359—360.

53 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XXV et XXVI.

54 Flammermont, Institutions municipales de Senlis, p. 234—235, p. j. 44. Janvier, Anciennes corporations d’archers, p. 98—99. De même, envoi d’un contingent d’archers et d’arbalétriers par Saint-Omer (Gay, Glossaire, t. II, p. 429, col. A).

55 Mirot, « Lettres Charles VI », n° XXVIII.

56 Douët d’Arcq, Pièces inédites du règne de Charles VI, t. I, p. 42 — 43, n° 21.

57 Cf. p. 417.

58 Janvier, Anciennes corporations d’archers, p. 98 — 99.

59 Inv. arch. com. Rouen, série A, p. 40, A ; Cochon, Chron. norm., p. 429.

60 Il s’agit d’un certain Ernoul le Muisit (Mirot, « Lettres Charles VI », p. 35, n. 1).

61 Jouvenel des Ursins, Hist. Ch. VI, p. 518.

62 1388 : B. N., Picardie 285, n° 18 ; 1412 : ibid., n° 42.

63 B. M., Add. Ch. 3°464.

64 B. N., fr. 16603, f° 118v° à 121v° : litige entre les religieux de Saint-Médard de Soissons et le procureur du roi (1388).

65 Voici quelques exemples tirés d’aveux et dénombrements :
1390 : Robert de Saint-Denis, noble normand, doit au roi de France en tant que duc de Normandie un chevalier et demi (A. N., P 304, n° 31).
1392 : Jean de Crépon, écuyer normand, doit au même 3 jours à la tour Bouquerel à Mortain, chaque année, à ses dépens, « en cas de mocion ou doubte de guerre » (ibid., n° 5).
1398 : Collart Rouillot, noble normand, doit au même pour son fief de Rottour, le « service d’un chevalier en l’ost du prince quant semonce de ce est faite par vint jours a ses despens » (ibid., n° 88).
1377 : Etienne du Chatelier, écuyer normand, doit au même pour une petite vavassorie le service d’un homme à pied armé suffisamment « d’ecu et de lance », pour la garde de l’une des portes de Saint-James-de-Beuvron appelée la porte de Fougères, un jour et une nuit, quand le roi mande ses services de guerre (ibid., f° lr°).
1406 : aveu de Hugues Giraut pour un hébergement situé à Forges, en la paroisse de Saint-Georges, « au devoir de fere un home de pié armé d’une cocte gamboysée, d’une capeline, d’une lance, d’une espée et d’un baston quen mondit seigneur [le comte de Poitiers, c’est-à-dire, à cette date, Jean, duc de Berri] aura besoin et il aura guerre entre les riveres de Loyre et do la Dordoigne, a lui servir par XL jours et XL nuits, un jour après quant la commune de Poitiers sera bougée pour y aller » (Arch. hist. Poitou, t. XLIV, p. 374, n. 10). La mention de la cotte gamboisée, mode de protection abandonné depuis longtemps, souligne le caractère désuet de l’obligation.
1409 : Jeanne Maulmoyen, dame de Chavigne, doit 40 jours d’un homme d’armes à ses frais et coûts quand le roi va en chevauchée pour la défense du royaume, une fois en sa vie ou en la vie du duc d’Anjou, son seigneur, en tant que châtelain de Loudun, en la compagnie du roi (A. N., P 3412, f° 12v°). Autres exemples concernant des vassaux du duc d’Anjou dans B. N., n. a. fr. 7414, f° 330-343. Il est difficile ici de suivre Lacour lorsqu’il affirme (« Invasion anglaise en Poitou » ; cf. aussi, du même, Apanage du duc de Berry, p. 271 — 272) que, pour résister à l’invasion anglaise de 1412, le duc de Berri se servit de redevances de ce type, que ses vassaux lui devaient au titre du comté de Poitou. Il est bien plus vraisemblable que Jean de Berri convoqua par semonce générale l’ensemble de ses vassaux et arrière-vassaux, ainsi que le faisaient, dans leurs domaines, le duc de Bourgogne, le duc d’Orléans (B. M. Blois, Joursanvault, n° 1113 et 1132) ou le duc de Bar (B. N., p. o. 183, dossier comtes de Bar, n° 33). Les 535 hommes d’armes soldés par les soins du duc représentent sans doute la contribution de la noblesse poitevine. En une occasion, cependant, on trouve mention — il est vrai dans une source narrative — de l’usage des limites de temps traditionnelles et d’un service gratuit « Le duc de Bourgogne et compte de Flandres est en sa compté dessus dicte et se voit deffié et se pourvoit de gens d’armes a se deffendre de ses anemis, tant de nobles comme de communes. Si est de commun en Flandres que, quant leur seigneur a besongnes contre un autre prinche, il le doivent servir de certaine quantité de genz d’armes a leurs despenz par l’espace de XL jours, et depuis le jour qu’ils partiront de leurs villes ilz n’y rentreront jusques a tant que les XL jours seront accomplis ; et que le dit duc de Bourgongne ne voulloit pas que ses anemis lui venissent essilier ne gater sa terre, il assembla tant de genz d’armes, de nobles et de communz que c’estoit grant merveille. Et yssi de Flandres au moys de septembre 1411 et s’en vinst logier a une abbaie nommée le Mont-Didier, et entour et environ par les chanz, et la fu cinq jours pour attendre chex qui l’avoient deffié, car il estoit deffenseur et ne les devoit pas assaillir. Et quant il vit qu’ilz ne les venoient asaillir et que ses comunz avoient servy et accompli leur quarantaine, demanderent congié et qui les amenast en leur païs a sauveté » (Cochon, Chron. norm,., p. 411). Cf. aussi la confirmation des privilèges de Condom par Charles VI en 1397 : les Condomois ne devaient envoyer ni sergents ni arbalétriers dans les armées du roi et ne payer aucune finance à l’occasion de ses guerres, sauf lorsqu’une armée générale était mobilisée dans l’Agenais pour la défense de la Guienne. Dans ce cas, ils devaient envoyer à leurs dépens 100 sergents de pied pendant 40 jours (cité par Rey, Finances royales, p. 365-366, d’après Ord. Roys, t. VIII, p. 166—173).

66 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. I, p. 175, v. 4713 — 4715.

67 Cité par Godefroy, Dictionnaire, t. VIII, p. 176, col. A. Perceforest, postérieur à 1307, peut être daté du premier tiers du 14e siècle.

68 Froissart, Chron., t. XI, p. 274.

69 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 230 et 243. Cf. aussi Chron. premiers Valois, p. 112—113 (1360).

70 Le mot n’apparaît pas dans les indices de Rey, Domaine du roi.

71 Ord. Roys, t. IX, p. 531 ; B. N., Duchesne 90, f° 22v°-23r°. Cf. aussi la formule reçue par Rouen : « Un chacun noble ou autre ayant puissance de soy armer » doit se rendre à Paris devers le roi « aveuc son abillement, armeures, trait et autre deffance qui aroit puissance » (Inv. arch. com. Rouen, série A, p. 40, A).

72 Ord. Roys, t. IX, p. 640 ; cf. aussi ibid., p. 661 — 662 : « Nous ayons derrenierement mandé par manière d’arrière ban que tous noz feaulx, vassaulx et subgiez, nobles et non nobles et tant tenans en fief comme en arrière fief ayans puissance d’eulx armer ».

73 Ibid., t. X, p. 12-13.

74 Ibid., p. 192-195 ; B. N., fr. 26040, n° 4860 ; n. a. fr. 7962, f° 226-227. Pour la réaction de la ville d’Amiens, cf. Thierry, Monuments histoire Tiers Etat, t. II, p. 66-67.

75 B. N., fr. 21718, f° 6 sq. Pour la réaction de la ville de Lyon face à ce mandement, cf. Guigue, Registres consulaires, p. 79 et 81.

76 Besse, Recueil, p. 154—160.

77 Beaucourt, Hist. Ch. VII, t. I, p. 424 et n. 2 : « Tous nobles et non nobles tenant fief ou arriere fief, ou autres quels qu’ils soient qui ont coutume ou peuvent porter armes ou harnois » ; tous ceux ayant au moins 4 livres de revenu devaient être pourvus d’un cheval (Pocquet du Haut-Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur, p. 165—166, n° 412).

78 B. N., Duchesne 90, f° 22v°—23r°.

79 Ceux qui ne peuvent répondre à la convocation doivent composer « aux juges des lieux » (Inv. arch. com. Rouen, série A, p. 40, A).

80 Inv. arch. com. Douai, EE 38.

81 En septembre 1410, Rouen fournit ainsi sa cinquantaine — exactement 51 arbalétriers — accompagnée de 2 chariots pour porter les armures, les boucliers, l’équipement (Inv. arch. com. Rouen, série A, p. 40, A) ; Senlis, taxée à 30 arbalétriers, n’en envoie que 8 : à chacun d’entre eux, elle promet les gages élevés de 12 écus par mois, mais à condition qu’ils fournissent un chariot attelé pour leur équipement, un valet pour le chariot et 4 valets « qui les pavaiseront », c’est-à-dire, selon l’usage du temps, qui les protègeront de leurs pavois lorsqu’ils tireront (Flammermont, Institutions municipales de Senlis, p. 230—231, p. j. 40). Amiens fournit 30 arbalétriers et 20 pavesiers. Les gages sont ici les suivants :

  • le capitaine : 24 l. p. par mois ;
  • chaque arbalétrier : 6 s. p. par jour ;
  • chaque pavesier : 4 s. 6 d. p. par jour.

(Inv. arch. com. Amiens, CC 14, f° 32v°).

82 Ord. Roys, t. IX, p. 661-662 ; B. N., fr. 21718, f° 6 sq.

83 B. N., n. a. fr. 8308, p. 673.

84 B.N., fr. 7858, f° 221—254 (compte de Guillaume d’Enfernet) et 32510, f° 260—270 (compte de Jean le Flament). Arsenal, 4522, f° 10v°, indique la dépense du compte de Guillaume d’Enfernet : 1 550 848 1. t. Pour d’autres années, recettes et dépenses des trésoriers des guerres fournies par Rey, Finances royales, p. 427 ; par inadvertance, l’auteur parle de sommes exprimées en livres parisis, alors qu’il s’agit de livres tournois.

85 B. N., fr. 7858, f° 255-295 (compte de Guillaume d’Enfernet) et 32510, f° 288—295 (compte de Jean le Flament).

86 Ibid., 4482, p. 167-236 (compte d’Arnoul Boucher) et 7858, f° 309v° sq. (compte de Jean Chanteprime).

87 A. N., J 1025, n° 13 : document publié par Rey, Finances royales, p. j. II, p. 623-624.

88 B. N., fr. 25709, n° 669.

89 Ibid., n° 711.

90 Ibid., n° 726.

91 Sous Charles V en effet, les compagnies d’arbalétriers étaient indépendantes des compagnies d’hommes d’armes.

92 Dernière mention : B. N., n. a. fr. 9241, f° 162-194.

93 Ainsi lors de l’ « ost de Bourbourg » de 1383 (Chron. Jean II Ch. V, t. III, p. 56-57).

94 C’est le cas du compte de Guillaume d’Enfernet de 1383 (B. N., fr. 7858, f° 221-254).

95 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 36.

96 On y voit en effet figurer l’amiral Jean de Vienne, les maréchaux de France, Louis de Sancerre et Jean le Meingre, dit Boucicaut, le porte-oriflamme Guillaume des Bordes, des capitaines généraux comme Enguerran de Coucy, Jean de la Ferté, Guillaume Painel, Hervé de Mauny, Waleran, comte de Ligny et de Saint-Pol, le connétable de Clisson...

97 Ainsi en 1383 et 1386.

98 B. N., Duchesne 90, f° 29r°—30r°.

99 D’où le souci qu’il a de choisir des capitaines ayant une indéniable surface sociale.

100 B. N., lat. 5414 A, f° 59 — 62.

101 B. N., n. a. fr. 1037, f° 151.

102 Le Fèvre de Saint-Rémy, Chron., t. I, p. 252 — 253. Superposition identique d’une chemise, d’une cotte à armer en toile de lin, chanvre, cendal ou coton, d’un haubergeon de mailles de fer, acier ou laiton et de plates lors d’un combat en champ clos en 1386 (Morice, Preuves, t. II, col. 507 — 508).

103 Cf. supra, p. 16.

104 Influence possible des expéditions militaires du duc d’Orléans en Lombardie.

105 Sur l’évolution de l’armure, bons développements dans Beaulieu et Baylé, Le costume en Bourgogne.

106 1382 : en Languedoc, chaque homme d’armes flanqué d’un pillard et d’un page (B. N., Languedoc 132, f°15).
1382 : dans l’armée française victorieuse à Roosebeke, l’avant-garde compte 2 000 lances et 1 500 « variez armez de jaques et de haches », l’arrière-garde 1 500 lances et 600 valets armés (Chron. Jean II Ch. V, t. III, p. 24—25).

  • 1389 : en Bourgogne, énumération de 40 lances, comptant au total 126 chevaux (La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 102).
  • Début 15e siècle : 2 valets par homme d’armes (B. N., fr. 585, f° 53v°).
  • 1417 : en Bourgogne, homme d’armes à trois chevaux payé 15 francs par mois (B. N., n.a. fr. 1037, f° 156).
  • 1428 : un contrat militaire conclu entre la ville de Metz et le seigneur de Châteauvillain prévoit 3 chevaux par lance et 2 chevaux par homme de trait (Hist. de Metz, t. V, p. 68-70).

Parfois, les valets se trouvent énumérés dans le rôle de la montre (B. N., n. a. fr. 20521, n° 134 : 1409).
Cependant, la règle de 3 chevaux et 3 hommes par lance n’est pas absolue, ainsi que le montre l’exemple d’hommes d’armes logés à Nevers en 1425 (Flamare, Le Nivernais, t. I, p. 179) ; là, seulement un homme d’armes, un valet et 2 chevaux par lance, chaque homme de trait étant d’autre part muni d’un seul cheval.

107 Ainsi dans l’Empire : 50 lances, chacune avec 2 hommes armés et 3 chevaux (1415) ; 4 lances, à 3 chevaux par lance (1422) (Regesta Boica, Munich, 1849, t. XII, p. 186 et 403) ; en 1426, Sigismond demande au duc de Bar pour la croisade contre les Hussites un contingent de lances avec 3 chevaux et 2 combattants par lance : A.D. Meurthe-et-Moselle, 3 F 449. De même en Italie, dès 1375—1380 (G. de la Penne, « Geste des Bretons », dans Doms Martène et Durand, Thesaurus novus anecdotarum, t. III, Paris, 1717, col. 1479). Cf. encore W. Schulze, « Die Gleve. Der Ritter und sein Gefolge im Spätere Mittelalter », Münchner historische Abhandlungen, Zweite Reihe, Kriegsund Heeresgeschichte, t, XIII, 1940.

108 Cf. les chiffres cités dans l’annexe XII B : ce point demanderait une documentation plus abondante.

109 Tableau dans Rey, Finances royales, p. 403.

110 Se reporter en particulier à Wolff, Commerces et marchands de Toulouse, graphiques 4 et sq. ; Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez, diagrammes p. 724 sq. Possible baisse des prix dans la période 1380—1410 par opposition à la période 1370—1380 (disette de 1375).

111 Exemple portant sur 2 690 hommes d’armes (B. N., n. a. fr. 1036, f° 169—170r°).

112 Exemple portant sur 674 hommes d’armes (ibidem., 20521, n° 208 — 244).

113 Exemple portant sur 3 306 hommes d’armes (Morice, Preuves, t. II, col. 902—909). Cf. ce que dit le Religieux de Saint-Denis à propos des armèes des princes des lis en 1415 : Cum plerisque tamen alienis, non nullis ex furtivo concubitu et obscuro sanguine procreatis, exules proscripti multi erant sub signis principum militantes, plus rapacitati inexplebili quam exercicio militari assueti (t. V., p. 545—546).

114 Bons exemples dans Garnier, Artillerie des ducs de Bourgogne, p. 25, 27, etc. On notera cependant que, pour les grosses pièces, la quantité de poudre utilisée par rapport au poids du boulet était faible : 36 livres pour un boulet de 320 ; 25 pour un boulet de 240, 28 pour un boulet de 400 ; manifestement on comptait davantage sur la masse que sur la vitesse. Bombarde de 10 000 livres fondue à Carcassonne en 1412 : B. N., fr. 26038, n° 4615.

115 Développement particulièrement rapide, semble-t-il, après 1395—1400.

116 Noter toutefois les emprunts d’artillerie et de poudre faits auprès des villes.

117 Cf. la fortune faite par Jean Gaude, simple écuyer de cuisine en 1408, devenu en 1413 maître de l’artillerie royale (Journal d’un bourgeois de Paris, p. 92, n. 4).

118 Les seigneurs de la Viezville, Rambures et Longroy.

119 Ord. Roys, t. IX, p. 589.

120 Ibid., t. VII, p. 186.

121 B. N., Picardie 299, n° 106.

122 Ibid. et Ord. Roys, t. VIII, p. 258.

123 Isambert, Recueil anciennes lois, t. VII, p. 144 : acquisition par Charles VI aux dépens de Jean Harpedenne, des ville et châtellenie de Taillebourg (avril 1407). Sur les pouvoirs des capitaines de place au début du 15e siècle, cf. un acte du 8 octobre 1404, par lequel Charles VI désigne Colart d’Estouteville, sire de Torcy, comme capitaine et garde des ville et château de Cherbourg, avec 8 000 francs de gages tous les deux mois, destinés à l’entretien de 100 combattants pour lesquels il ne sera tenu de passer ni montre ni revue. En outre, il a le droit « de contraindre les habitans d’icelle [place] et ceulz d’environ qui ont acoustumé ou pevent eulx y retraire en temps de peril, a y faire guet et arriere guet et garde par jour et par nuyt, de lever les amendes sur les defaillans, faire enforcer et emparer, se mestier est, les dictes ville et chastel, contraindre les habitans dessusdiz a contribuer auxdictes fortificacions, a ravitailler, se mestier est, et de les faire armer et assembler pour la garde et defense d’iceulx, les faire saillir hors contre noz ennemis, se le cas le requiert, yceulz chastel et ville toutesvoies demourant suffisament garniz de gens pour les defendre, y ordener centeniers, cinquanteniers, dizeniers et establies selon que bon lui semblera, de fermer et clorre les portes et les ouvrir quant il lui plaira, garder et faire garder les clefs d’icelles », désigner les portiers, « gaites » et autres officiers, punir les rebelles (B. N., fr. 25708, n° 549).

124 Nombreuses contestations à ce sujet entre les communautés et les seigneurs, consignées dans les registres du Parlement de Paris.

125 Ord. Roys, t. VII, p. 334-335.

126 Isambert, Recueil anciennes lois, t. VI, p. 762.

127 Ord. Roys, t. VIII, p. 356 — 357.

128 Cf. annexe V A, p. 81-84.

129 Coville, p. 172—178, art. 250—254. Cf. aussi Coville, Les Cabochiens et l’ordonnance de 1413, p. 288 — 293.

130 B. N., fr. 1223, f° 9v° : « Item, que en temps de paix le Roy doit faire espargne de finance afin que, si sourt guerre, que il s’en puisse aider avant le temps que l’aide mis sur le peuple soit levé car en ce cas prompte finance est bonne ».

131 Pisan, Le Livre du corps de policie, (écrit entre 1404 et 1407), p. 25 : il faut que les « chevetaines » au service du prince « soient pourveuz de tresbonnes gens d’armes bien apris et duitz de guerre, lesquelz ilz tiennent liés par serment environ eulx, et ne se meuvent sans leur congié et se tiennent tous prest a celle fin se aucune affaire leur vient ».

132 Pisan, Livre de la Paix (écrit en 1412), p. 134—135. Tout ce projet est inspiré des méthodes pratiquées par les Visconti : « Et ses manieres belles et bonnes estoient tenus en Lombardie ou temps de Messieur Bernarbo et Galiache son frere, qui puissament obtindrent leur seigneurie ».

133 Cf. t. II, p. 392-400.

134 Ibid., p. 400.

135 Sic : peut-être faut-il comprendre 1386 ?

136 B. N., Dupuy 519, f° 259v°.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search