Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Deuxième partie. L'armée de la reconquête (1369-1380)

Chapitre VI. Les hommes

Texte intégral

1Depuis le début du conflit franco-anglais, les forces armées au service des rois de France ont connu d’importantes modifications ; leur dimension, leur composition, leur organisation interne, leur entretien ont sensiblement évolué. Par ailleurs, la guerre elle-même a changé de figure, devenant à la fois plus dévastatrice et plus familière, plus diluée et plus durable. Enfin, le royaume de France a été atteint par une crise multiforme, économique, politique, financière, démographique, sociale. Dans quelle mesure ces éléments ont-ils entraîné une mutation de la « société militaire », quelle fut la réaction du pouvoir monarchique face à cette transformation, en d’autres termes de quelle société militaire voulut-il, ou put-il, disposer afin d’entreprendre son œuvre de reconquête ? Il a paru indispensable, pour répondre à ces questions, de se référer à la période antérieure, entre 1337 et 1369, tout comme à la période postérieure, correspondant aux premières années du règne de Charles VI. Ainsi se trouveront mieux dégagées les grandes lignes de l’évolution.

A. GÉOGRAPHIE DU RECRUTEMENT

2L’origine géographique des gens de guerre est d’abord fonction de leur mode de recrutement ; si celui-ci résulte d’une obligation militaire, leur levée s’effectuera dans le cadre local, provincial ou national à l’intérieur duquel elle s’exerce, il en va différemment s’il s’agit de volontaires : dans ce cas, en effet, certaines parties du royaume peuvent fournir un nombre spécialement élevé de combattants, tandis que d’autres gens de guerre sont susceptibles de venir de l’étranger, ou bien de régions du royaume où l’autorité du roi ne s’exerce pas directement.

Les hommes d’armes et leurs chefs

  • 1 On s’est servi pour établir cette liste, qui reste incomplète, des lettres de retenue émanant du du (...)

3Parmi les quelques dizaines de capitaines retenus par Louis d’Anjou en 1369 pour faire la guerre en Languedoc, on relève une forte majorité de Français du Midi, affectés souvent à la défense de leur propre seigneurie, mais aussi quelques étrangers, comme l’écuyer Benedetto de Chapperel, d’origine lombarde ou florentine, le chevalier breton Hervé de Karaleu ainsi qu’un autre Breton, qualifié d’écuyer, Yvon de la Roche, dit « Duant »1.

  • 2 Annexe II : pour établir cette liste, on a pris les noms de tous les capitaines ayant servi au moin (...)
  • 3 Telle est en effet l’habitude des contemporains lorsqu’ils veulent relever l’origine géographique d (...)
  • 4 Cf. les notices de chacun de ces personnages à l’annexe II.

4Les comptes des deux trésoriers des guerres de Languedoïl permettent d’établir une liste de 40 chefs qui, entre 1369 et 1380, jouèrent un rôle prépondérant et durable dans la poursuite des opérations militaires2 ; parmi eux, deux étrangers seulement, les Gallois Owen de Galles et Jean Wyn, dit « le Poursuivant d’Amours » ; tous les autres sont du royaume, à l’exception cependant de l’amiral de France Jean de Vienne, originaire du comté de Bourgogne, mais en réalité avant tout vassal et sujet d’un prince français, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. Des 37 noms restants, il faut mettre à part les seigneurs de la maison de France, tel le due Jean de Berri3 ; pour le reste, les origines sont fort variées : on peut regrouper Jean, comte de la Marche, Renaud de Pons, un seigneur saintongeais, Guillaume et Raymond de Mareuil, venus de l’Angoumois, Gaucher de Passac, originaire de la Marche ; rapprocher le nivernais Bureau de la Rivière, le berrichon Louis de Sancerre, maréchal de France, les angevins Jean de Bueil et Pierre Trousseau ; Hue de Châtillon, maître des arbalétriers, Enguerran de Coucy, le sire de Sempy, sont originaires du nord de la France : Picardie, Vermandois, Artois. On peut rattacher à la région parisienne, au sens large, Hue du Boulay, Hervé le Coich, Hutin d’Aumont et Guillaume des Bordes ; quelques Normands : Mouton de Blainville, maréchal de France, Colart d’Estouteville, sire de Torcy, Jean de la Ferté, maréchal de Normandie ; mais le groupe le plus important, le plus cohérent, est celui des Bretons, avec le connétable Bertrand du Guesclin, Olivier de Clisson, Thibaud et Olivier du Pont, Alain de Beaumont, Olivier le Moine, Jean de Rohan, Alain de Léon, Maurice de Tréséguidy, Guillaume et Alain de la Houssaye4. Ces chefs de guerre se sont principalement battus dans la partie occidentale du royaume, depuis la Saintonge et le Limousin, au sud, jusqu’à la région de Calais, au nord : il est frappant de constater que la majorité d’entre eux est originaire de provinces qui ont connu la guerre ou qui se situent à proximité immédiate des théâtres d’opérations. On notera également l’absence totale dans cette partie du royaume de capitaines originaires de Languedoc. Au niveau de l’encadrement, le cosmopolitisme n’est guère marqué ; Charles V tint à choisir la plupart des responsables de sa cavalerie permanente à l’intérieur d’un cadre géographique relativement restreint.

  • 5 Source : B. N., n. a. fr. 20528, p. 25—53.
  • 6 En 1374, cependant, présence, au service du roi, du duc de Lorraine et du comte de Genève : B. N., (...)

5Un autre exemple est fourni par le compte du trésorier des guerres Jean le Flament de 1378 ; il contient les noms de 36 grands seigneurs ou bannerets qui participèrent, sous le commandement du duc de Bourgogne, aux opérations destinées à reprendre les possessions normandes de Charles le Mauvais, roi de Navarre : une campagne de quelques mois limitée à une seule province. Comme précédemment, mettons à part le duc de Bourgogne, le duc de Bourbon, ainsi qu’un banneret dont on n’a pu préciser l’origine, Robert, sire de Vannerin. Parmi les 33 autres seigneurs, 4 viennent des deux Bourgognes, 6 de Vermandois et Picardie, 2 de « France », 6 de Bretagne, 9 de Normandie ; enfin 6 isolés, originaires du Vivarais, de la Marche, de la Champagne, de la Touraine, du Dauphiné et du Nivernais5. La province où la guerre s’est déroulée a donc fourni 9 bannerets, les régions limitrophes en ont donné 15. Ajoutons qu’entre 1369 et 1380 les grands seigneurs étrangers offrant leur concours au roi à l’occasion de telle expédition sont fort rares6.

  • 7 Hist. Languedoc, t. X, col. 1503—1505.
  • 8 B. N., Clair. 114, n° 77 et n. a. fr. 8603, n° 55.
  • 9 B. N., n. a. fr. 8603, n° 67.
  • 10 Ibid., n° 63.
  • 11 Ibid., n° 60.
  • 12 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 333—335.
  • 13 B. M. Nantes, 1684, dossier 2.
  • 14 Gallois : B. N., fr. 32510, f° 314v° et 330v.
    Ecossais : ibid., 32510, f° 277r° et 296v° ; 25765, n° (...)
  • 15 Froissart, Chron., t. V, p. 194—195.

6Au niveau des simples hommes d’armes, l’enquête est plus difficile à mener ; en effet, s’il est certain que des capitaines eurent sous leurs ordres des compagnies géographiquement hétérogènes, il est impossible de préciser en toute sûreté les proportions des diverses origines. Sur 2 657 hommes d’armes servant sous le duc d’Anjou en Languedoc durant l’été 1374, 1 370 — la moitié environ — sont réputés d’origine méridionale, Gascons et autres, 1 007 sont qualifiés de Bretons — soit 41 % —. ; 134 de Picards, 345 de Normands ; parmi les autres, quelques éléments originaires d’Auvergne et des provinces voisines7. Dans les routes de Jean Wyn et d’Owen de Galles, les Gallois paraissent pour le moins prédominer8, mais en 1369, sous l’Italien Benedetto de Chapperel, on trouve, outre des Italiens et des Espagnols, Perrin le Bourguignon, Bertrand le Normand, Jehannin de Corbie9. La même année, la montre de l’écuyer languedocien Bouzonet de Pau comporte Janequin Lalement, Anequin le Flamand, Petiton le Normand, Perrin le Saintongeais10 ; dans celle d’un autre écuyer, Noli Papillon, on relève Perrot Poitevin, Pierre de Bordeaux, Jehannin le Saintongeais, Jehannot et Jehan d’Angoulême, Antin de Liège, Perot le Limousin, Jehan le Breton11. Plusieurs Espagnols ramenés par du Guesclin de ses aventures ibériques servent dans sa compagnie en 137012 ; d’autres, dans les années suivantes, tiennent garnison au château de Blain, en Bretagne, sous les ordres d’Olivier de Clisson13. Les comptes des trésoriers des guerres, de 1369 à la fin du siècle, contiennent les noms d’une poignée de chevaliers et d’écuyers étrangers, originaires d’Allemagne, du pays de Galles et d’Ecosse14. Au total, parmi les hommes d’armes, la proportion de ceux venus « d’estranges pays »15 ne paraît guère plus élevée que parmi leurs chefs ; en revanche la variété de ces mercenaires extra-régnicoles est plus grande : à côté des Gallois et des Italiens, on compte des Castillans, des Lorrains, des Brabançons, des Allemands, des Savoyards, des Provençaux, des Écossais... Notons enfin que certaines formations ont un recrutement à prédominance régionale, tandis que d’autres rassemblent des combattants venus de tous les horizons géographiques.

  • 16 Cf. Annexe I.
  • 17 Delachenal, Hist. Ch. V, t. IV, p. 264, n. 2, d’après A. D. Isère, B 2°815.
  • 18 Ibid., p. 265, n. 1, d’après B. N., p. o. 1015, dossier Doria.
  • 19 Ord. Roys, t. V, p. 645—651.
  • 20 Annexe I, 27, 67 et 68.
  • 21 Ibid., 99.
  • 22 Ibid., 106 et 112.
  • 23 B. N., n. a. fr. 8603, n° 16. Cf. aussi la revue de Rémont Louvat, connétable, apssée à Honfleur le (...)

7Parmi les capitaines et connétables d’arbalétriers à cheval ou à pied — on en relève aisément plusieurs dizaines de 1370 à la fin du siècle —, beaucoup sont qualifiés de Génois ou bien d’« écuyers du pays de Gênes » ; la plupart en tout cas paraissent bien d’origine italienne : on y compte, par exemple, un Spinola, quatre Doria, treize Grimaldi et aussi Martin de Parme, Guy de Pise, François de Naples, Antoine de Plaisance16. Quant au recrutement des arbalétriers eux-mêmes, il était plus varié : en 1370, deux écuyers du duc d’Anjou se rendent « es parties de Bourc en Bresse et environ » afin d’y chercher « certain nombre de arbalastiers et pavaisiaus » et de les transporter par bateau avec leur équipement de Lyon à Aigues-Mortes17 ; la même année, le même Louis d’Anjou accorde 238 francs à un chevalier génois, Antoine Doria, qui avait recruté à son intention des arbalétriers dans le pays de Gênes et en Savoie18. En 1373, Charles V se plaint que les capitaines des arbalétriers génois gardent en leur compagnie des gens de toute provenance, au surplus dépourvus de valeur militaire : il ordonne de chasser ces éléments inutiles et de ne retenir pour la Languedoïl que 800 arbalétriers soigneusement sélectionnés19. En 1390, Briquet du Carret, écuyer du pays de Gênes, est retenu comme capitaine de 25 arbalétriers à pied, non seulement génois, mais encore espagnols20. Voici en 1387 sous Guy de Pise, officiellement déclaré écuyer du pays de Gênes, Guillaume, Antoine et Huet de Pise, Antoine de Lucques, Antoine de Venise, Mas de Messine, Colin de Saint-Malo, Rodrigue de Santander, Garde, Pierre et Amige de Toulouse [Tolosa ?], Richard de Naples...21 ; la même année, sous Étienne Sauvage, servent Antoine de Burgos, Jean d’Espagne, Rodrigue de Séville, Guillemin de Majorque, et sous Antoine Quinaille, Pietre et Jean d’Espagne, Daniel et Pierre de Venise, Bernard de « Monoghe » [Monaco ?], Jean de Modène et Antoine de Sicile22 ; voici encore, en date du 2 février 1371, la montre faite à Nîmes par Pierre Seatisse, trésorier de France, et Baldo Doria, « maistre des arbalestriers en la langue d’oc », de 118 pavesiers ou arbalétriers sous François d’Aquaire, leur capitaine : parmi eux, Jehannin de Metz en Lorraine, Nicolas d’Allemagne, Guillaume de Malines, J ean d’Ypres, J ean de Flandre ; d’autres viennent de Cambrai, de Savoie, de Picardie, de Langres, de Lyon, d’Arras, de Monté-limar, de Catalogne, de Mâcon, d’Avignon, d’Orange, de Normandie, de Gênes et de Nice23.

  • 24 Cf. la remarque de Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 192—193.

8En résumé, parmi les 2 400 hommes d’armes et les 1 000 arbalétriers entretenus en permanence, bon an mal an, par Charles V, on compte d’abord 50 à 60 chefs de retenues de gens d’armes, dont une poignée d’étrangers seulement et une forte majorité de sujets du roi où dominent les Languedociens, les Normands, les Picards et surtout les Bretons ; on dénombre ensuite un chiffre analogue de capitaines et connétables d’arbalétriers, presque tous génois ou du moins italiens ; au sein des hommes d’armes, les régnicoles l’emportent largement ; chez les arbalétriers en revanche, qu’ils se battent au Nord ou au Sud, les étrangers sont en majorité : Italiens, Savoyards, Provençaux, mais aussi, et de plus en plus, Espagnols. La levée des renforts temporaires ne put qu’abaisser la proportion des étrangers, puisque les contingents des villes étaient normalement recrutés sur place et que la convocation des nobles portait par définition sur les possesseurs de fiefs situés dans le royaume. De façon générale, ces nobles servaient d’autant plus volontiers qu’ils se trouvaient à proximité du théâtre d’opérations24.

  • 25 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 193. Cf. aussi les instructions royales du 29 décembre 1369 : « Po (...)
  • 26 Hist. de Metz, t. IV, p. 270—275.
  • 27 Annexe I, 91.
  • 28 A. N., K 49, n° 30.
  • 29 B. N., p. o. 1603, dossier Karalouet, n° 2. Sur ce personnage cf. la note de Luce dans Froissart, C (...)
  • 30 Froissait, Chron., t. VIII, p. 182.

9Charles V a donc mené une politique de recrutement différente pour les gens d’armes et pour les gens de trait : il n’a pas cru pouvoir trouver parmi ses propres sujets un nombre suffisant d’arbalétriers compétents, alors qu’il a voulu se servir le plus possible pour sa cavalerie lourde d’« hommes nez du royaume de France » qu’il estimait, à l’instar de sa protégée, Christine de Pisan, « bons et vaillans a l’exercice des armes »25 ; si en fait d’assez nombreux étrangers se sont ajoutés à ce recrutement autochtone, c’est largement à son insu, contre son gré. Il n’empêche qu’étrangers ou non, un grand nombre d’hommes d’armes peuvent être tenus au même titre que la plupart des gens de trait comme des déracinés, coupés durablement, voire définitivement, de leur province d’origine, de leurs attaches familiales, soit par un libre choix, soit sous l’effet de circonstances politiques ou économiques diverses. On trouve ici sans doute l’une des raisons qui expliquent la suppression des venues et retours accordés naguère aux hommes d’armes : cette indemnité perdait en effet son sens à partir du moment où une large fraction des combattants, une fois cassés aux gages, ne pouvaient ni ne voulaient regagner leurs « hôtels ». Pour eux, le congé du roi ne signifiait pas la fin d’un service militaire commencé quelques semaines ou quelques mois plus tôt, mais le début d’une vie dangereuse, d’une aventure incertaine, qui risquait fort de se déployer en marge de toute légalité. Tel est le cas non seulement des compagnons d’Owen de Galles se mettant au service de la ville de Metz, une fois perdue la retenue royale26, ou des arbalétriers de François de Naples, engagés par le duc Jean de Berri entre 1381 et 1389 avant de l’être par le comte d’Armagnac en 139027, mais encore, sous Charles V, de l’ensemble des Bretons : en 1368, par exemple, le roi envoie son sergent d’armes Henri de Brucels « es parties d’Anjou » afin d’y « querir environ Vc hommes d’armes bretons » et de les conduire de là jusqu’en Provence, « par devers » le duc d’Anjou28. Trois ans plus tard, un écuyer breton, Jean Kerlouet, reçoit de Jean le Mercier, trésorier des guerres, 500 des 4 000 francs ordonnés par Charles V « pour bailler et distribuer a IIIIe combatans » — ses compatriotes, sans doute — qu’il doit faire passer jusqu’en Guienne29. En 1374, c’est Froissart qui montre le duc d’Anjou et son état-major donnant congé à « toutes manieres de gens d’armes de lointaines marces » et ne retenant à son service que les Bretons30.

  • 31 Deschamps, Œuvres, t. I, ballade CV, p. 217—218 (écrite vers 1377—1380).

10Ainsi s’explique que les contemporains aient eu le sentiment que la guerre, avec son cortège de ruines et de meurtres, était avant tout menée par des gens venus d’ailleurs ; dans une de ses ballades, composée vers 1380, Eustache Deschamps énumère ces étrangers, au sens large, amis ou ennemis, qui s’abattirent successivement sur le royaume et qu’on reconnaissait à leurs jurons familiers : ce fut d’abord le « San Capdet » des Gascons, le « Saint George m’aist » des Anglais ; puis vint le temps des Bretons, dont tous, fous ou sages, contrefaisaient le parler : « A Dieu le veu » ; enfin, maintenant, « l’en ne parle que bourgoignon : Je regny Dé »31. Quelques années plus tard, dans une autre pièce de vers, il revient encore sur les méfaits des étrangers :

  • 32 Ibid., t. I, p. 307-308, ballade CLXXIV (1390).

Le plat pais a esté tel menez
Que l’un est dit Genevoys, Vautre Yrain,
Si que prodoms n’osoit logier a plain32.

11Est-ce à dire que ce déracinement soit seulement apparu sous le règne de Charles V, et sinon, quand, pourquoi, comment ?

  • 33 Et non point, je pense, une simple contribution financière : Hist. France, t. XXIII, p. 792-795.
  • 34 Jusselin, « Comment la France se préparait à la guerre », p. 222 — 226.
  • 35 Ibid., p. 226-228.

12Dès la fin du 13e siècle pour le moins, le roi de France, en vue des grandes expéditions auxquelles il participait lui-même, faisait appel à des gens de guerre venus de toutes les parties du royaume : ainsi la Languedoc fournit des contingents massifs pour les guerres de Flandre de Philippe le Bel33. Cette tendance ne fit que s’accentuer durant les premières décennies du 14e siècle : dans le projet pour la guerre de Gascogne de l’été 1329, les agents de Philippe VI prévoyaient que 4 000 des 5 000 hommes d’armes qui y combattraient seraient levés en « France », tandis que la totalité des 16 000 gens de pied serait recrutée sur place, en Languedoc34. L’année suivante, on escomptait que 3 000 hommes d’armes de Languedoïl viendraient dans le Midi se joindre à 2 000 hommes d’armes originaires de Languedoc35. La collection des Titres scellés de Clairambault, à la Bibliothèque nationale, conserve 361 quittances scellées de gens d’armes ayant servi dans les guerres du Vermandois en 1339. Presque toutes intéressent des régnicoles : on compte seulement un homme d’armes venu de l’évêché de Liège et un autre venu du Viennois. Les 359 autres combattants se répartissent ainsi :

13I. Nord : 97 = 27 % dont : bailliage de Senlis : 50

bailliage de Vermandois : 23

bailliage d’Amiens : 24.

14II. Nord-Est : 86 = 23 % dont : bailliage de Troyes : 19

bailliage de Chaumont : 16

bailliage de Vitry : 15

bailliage de Sens : 33

bailliage de Courtenay : 3.

15III. Centre : 113 = 31,5 %, dont : vicomté de Paris : 29

bailliage de Meaux : 8

bailliage d’Orléans : 39

bailliage de Chartres : 8

bailliage de Tours : 8

bailliage de Bourges : 21.

16IV. Ouest : 59 = 16,5 %, dont : bailliage d’Anjou : 4

bailliage de Gisors : 12

bailliage de Caen : 18

bailliage de Caux : 11

bailliage de Cotentin : 3

bailliage d’Alençon : 1

bailliage de Rouen : 9

Anjou et Maine : 1.

17V. Reste du royaume : 8 = 2 %, dont :

sénéchaussée de Poitou : 4

bailliage de Poitou et Limousin (sic) : 1

sénéchaussée de Périgord : 1

bailliage d’Auvergne : 1

sénéchaussée de Beaucaire : 1.

18Les documents permettent de préciser l’origine de 379 bannerets se trouvant au service du roi à la date du premier septembre 1340 :

19I. Ost de Bouvines :

  • étrangers au royaume : 108 = 35 %, dont : Béarn : 23
    Marches de l’Empire
    (Dauphiné, Savoie, Lorraine, évêchés de
    Metz et de Liège) : 86

  • régnicoles : 200 = 65 %, dont : au nord de la Seine : 86
    entre Seine et Loire : 30
    au sud de la Loire : 84.

20II. Guerre de Guienne et Gascogne :

  • étrangers au royaume : 10, tous originaires de Savoie

  • régnicoles : 58, tous méridionaux.

21III. Frontières de la mer, en Normandie :

  • régnicoles : 3, tous Normands.

Total : — étrangers : 118 = 31 %

    • 36 B. N., n. a. fr. 9236—9241. J’ai supposé que la moitié des bannerets servant sous le comte de Foix (...)

    régnicoles : 261 = 69 %, dont : au nord de la Loire : 119
    au sud de la Loire : 14236.

22Ainsi, compte tenu des combattants qu’amena le duc Jean de Bretagne à ses dépens, on peut penser qu’en septembre 1340 le quart des bannerets, et sans doute aussi une proportion analogue de gens d’armes, étaient des étrangers, parmi lesquels environ 5 % originaires du Béarn et 20 % venus des marches de l’Empire ; pour les régnicoles, si les zones situées à proximité des différents théâtres d’opérations, aussi bien dans le Midi que dans le Nord’ fournissent davantage, aucune région n’apparaît comme exempte : en particulier, d’une part, la contribution des grands fiefs et principautés ne fut pas sensiblement inférieure à celle du domaine royal, d’autre part les moitiés Sud et Nord du royaume connurent des ponctions à peu près semblables. C’est dire que la proportion des étrangers était nettement plus importante en 1340 que trente ans plus tard sous le règne de Charles V. Mais en réalité leur venue en France affecte des formes différentes : on notera d’abord qu’au-delà de la variété des dialectes, une forte majorité d’entre eux est constituée de francophones ; de plus, leur présence résulte d’alliances politiques conclues entre leur prince territorial et le roi de France ; ce ne sont pas des mercenaires cherchant à s’engager individuellement au service d’une puissance étrangère, essayant de trouver place parmi les soudoyers royaux, mais des combattants se présentant d’emblée en formations toutes constituées, homogènes, commandées par leurs chefs traditionnels ; enfin, à de rares exceptions près, ces hommes d’armes ne sont pas encore des professionnels cherchant à exercer leur métier, mais des amateurs voyant dans les guerres du roi de France l’occasion d’une aventure limitée, d’une sorte de succédané à la croisade, d’une courte expédition, au terme de laquelle ils pourront rentrer chez eux et évoquer en paix leurs faits d’armes réels ou imaginaires.

  • 37 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.
  • 38 Même les titulaires des grands offices militaires servent le roi de façon discontinue. Le Galois de (...)

23Dès cette époque pourtant, bien des batailles, comme celles des maréchaux de France, du connétable ou du duc de Normandie, bien des retenues, comme celle du maître des arbalétriers, le Bressan le Galois de la Baume, qui, en 1338, réunit, outre un certain nombre d’arbalétriers venus de Provence, des gens d’armes levés dans 17 bailliages et sénéchaussées37, quelques garnisons, comme celles de Bourg, Lille ou Tournai, avaient une origine géographique complexe ; de rares chefs de montre avaient même sous leurs ordres des hommes issus de secteurs différents. Chez les gens de pied, d’autre part, le recrutement régnicole est encore plus marqué, les arbalétriers, pavesiers ou sergents étrangers — Génois et Provençaux principalement — ne formant, eu égard à la masse de l’infanterie autochtone, qu’une faible minorité. En d’autres termes, à cette date, l’unité de base donnant naissance à une montre procède encore presque toujours d’un recrutement local ; on ne compte pas de déracinés ; la société militaire est constituée d’hommes sortis temporairement de la société ordinaire, escomptant s’y réintégrer au bout de quelques semaines ou de quelques mois : la guerre n’est qu’une parenthèse dans la paix, les gens de guerre ne sont qu’un groupe éphémère disposé à se fondre de nouveau dans la vie civile38.

  • 39 B. N., n. a. fr. 7413, f° 524-531.

24Dix ans plus tard, en 1350, le cosmopolitisme s’est accentué : en vue d’activités militaires restreintes, intéressant de petits effectifs, des gens d’armes de quinze bailliages et sénéchaussées, de la Picardie jusqu’à la Saintonge, de l’Anjou jusqu’au Maçonnais, servent en Saintonge sous le capitaine général et souverain de cette province, Guy de Nesle, sire de Mello, maréchal de France ; à ces régnicoles s’ajoutent quelques étrangers venus du Viennois, récemment rattaché au royaume, de Savoie et d’autres « marches de l’Empire »39. En 1352, 1 248 gens de guerre combattant en Saintonge, Limousin, Angoumois et Poitou ont les origines suivantes :

  1. Étrangers : 218 = 16,2 %, dont :

  • Italie (Gênes et Lombardie) : 132

  • Marches de l’Empire (Provence, comté de Bourgogne, Alemagne, Metz, Cambrai, Cologne, Liège, Brabant et Hainaut) : 71.

  1. Sujets du royaume : 1030 = 83,8 %, dont :

  • recrutement local (Saintonge, Angoumois, Limousin et Poitou) : 564

  • Bretagne : 23

  • Vallée de la Loire : 22

  • Normandie et Vexin : 58

  • Région parisienne : 133

  • Nord du royaume : 206

  • Languedoc : 11

  • Auvergne : 13

    • 40 B. N., fr. 32510, f° 218-230.

    Maçonnais et duché de Bourgogne : 1540.

  • 41 Ibid., 32510, f° 206 — 216v°

25Ici, une multitude de petits groupes d’hommes, arrivés de tous les horizons, sous des chefs obscurs, ont proposé leurs services et sont venus renforcer le recrutement local qui ne fournit que 45 % de l’ensemble des combattants. Même de faibles garnisons ont une composition géographique très diverse : sur les 61 soudoyers de l’establie de Saint-Jean-d’Angély, sous le maréchal d’Au-drehem, 21 sont Saintongeais, 18 viennent du bailliage d’Amiens, 8 de Bretagne, 4 de Paris, 3 du Poitou, 2 de Gênes, 2 d’Anjou, un de Berri, un de Bourgogne, un de Savoie ; bigarrure identique à Saintes, sous le même chef : 20 des 68 gens de guerre y sont Saintongeais ; 18 viennent de Paris, 13 de l’Amiénois, 8 de Savoie, 4 de Flandre, 4 de Bourgogne, 2 du Limousin. Encore ces volontaires paraissent-ils être arrivés directement de leur région d’origine ; mais la même année, en Languedoc, on voit servir sous Amaury de Craon des formations d’allure différente : compagnies de 25 hommes d’armes ou, plus fréquemment, de 10 hommes d’armes et 20 archers, les unes et les autres commandées par de simples écuyers. Ces troupes sont signalées comme arrivées de Rennes au début du mois de juin 1352 ; mais en réalité, elles ne sont pas uniquement bretonnes ; il s’agit de combattants ayant quitté pour une raison inconnue ce théâtre d’opérations et venus se battre ailleurs : en d’autres termes, des professionnels de la guerre auxquels l’administration militaire accorde seulement une indemnité de déplacement d’un front à l’autre, des déracinés qui, une fois cassés aux gages, donneront naissance, on peut croire, aux Compagnies41.

  • 42 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.
  • 43 B. N., Clair. 20, n° 135.
  • 44 Ibid., 88, n° 159.
  • 45 Ibid., 88, n° 35.
  • 46 B. N., n. a. fr. 1036, f° 36. Mêmes constatations dans la montre des brigands reçue à Troyes le 30 (...)

26On constate dès lors la coexistence d’un recrutement local, homogène, aboutissant à la formation d’unités pour lesquelles les indemnités de venue et retour ont un sens — ainsi, en 1355, à l’occasion de la semonce de Picardie42 — et d’un recrutement composite où le rassemblement des gens de guerre s’opère au hasard des circonstances : voici par exemple la montre de Pierre le Boutelier, reçu aux gages du roi à Saint-Jean-d’Angély le 1er avril 1352 ; parmi les 6 hommes d’armes servant sous lui, on trouve Jean d’Amiens, Hanequin l’Allemand, Robinet le Breton et Jean de Gand43 ; parmi les 31 sergents de la montre de Marmont de Pondons, écuyer, reçue à Angoulême le 19 juin 1351, on compte Pierre Minau le Bascon, Jehannot le Bascon, Martin de Navarre et Denis le Breton44 ; dans celle de Jean de Pouzéac, écuyer, reçu à la bastide Saint-Gilles, devant Surgères, le 23 avril 1353, on relève, parmi les sergents, « le Berruyer », Martin de Navarre, Alphonse d’Aragon, Hanequin de Liège, « le petit Bourgoignon », Guillaume et Jean le Breton45. Rassemblement tout aussi disparate chez les brigands, « tant a pié comme a cheval », passés en revue en Auxois, pour le duc de Bourgogne, le 19 mai 1359 ; plusieurs dizaines de villes apparaissent dans l’onomastique de ces 153 gens de guerre, dont Cavaillon, Carpentras, Carcassonne, Avignon, Montpellier, Alexandrie, Venise, Florence, Chambéry, Nice, Metz, Parme, Bruges, Turin, Aigues-Mortes, Rouen, Pavie, Milan, auxquelles s’ajoutent quelques provinces : Savoie, Brabant, Frise, Normandie, Gascogne46.

  • 47 Ord. Roys, t. III, p. 34 — 37.
  • 48 Ibid., p. 219 — 232. De même, en juillet 1355, Jean de Clermont, maréchal de France et lieutenant d (...)
  • 49 Ord. Roys, t. III, p. 618 — 627.
  • 50 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 273 — 276.

27Face à l’apparition, au développement, bientôt au déferlement de semblables ramassis humains, ni le pouvoir ni le pays ne restèrent sans réaction. Par l’ordonnance du 28 décembre 1355, Jean le Bon, tout en déclarant qu’il ne pouvait se passer de soudoyers venus de « hors nostre royaume », autorisa ses sujets à se défendre contre leurs pillages, à faire sonner la cloche pour se réunir en armes, à demander le secours de la justice et les poursuivre, eux et leurs capitaines47. Mais surtout, l’ordonnance du 14 mai 1358 prévoyait que dans toute la mesure du possible les capitaines régionaux devaient recruter leurs combattants sur place48. Des prescriptions analogues apparaissent dans les ordonnances des 20 avril49 et 5 décembre 136350. Utilisation locale des ressources financières, recrutement local des troupes, inspection et payement des effectifs par des agents locaux agissant sous le contrôle des états provinciaux : autant de mesures concordantes visant, par l’élimination des étrangers non seulement au royaume mais à la région, à modifier du même coup les critères sociaux du recrutement.

28Ce retour en arrière était indispensable pour saisir le caractère de l’armée de la reconquête quant à sa composition géographique : de même en effet que Charles V utilisa des structures militaires défensives pour effacer les conséquences de la paix de Calais, de même il se servit le plus possible du recrutement régional dans le cadre d’une guerre menée à l’échelle du royaume. Aux Saintongeais et aux Angoumois il demanda de préférence de libérer et conserver la Saintonge et l’Angoumois, aux Normands de nettoyer les places navarraises du Cotentin et d’y tenir garnison ; mais en même temps, les nécessités de la guerre l’obligèrent à disposer d’une masse de manœuvre formée de guerriers professionnels déracinés — Bretons de du Guesclin et de Clisson, Gallois d’Owen de Galles, Italiens de Baldo Doria et de Marc de Grimaldi — qu’il n’hésita pas à envoyer d’un secteur de combat à l’autre, systématiquement Au total, un mélange assez heureux de deux tendances, qui n’est pas un de. moindres mérites de Charles V.

B. ORIGINE SOCIALE : LES CHEFS

29Dans la mesure du possible, on a voulu éviter dans cette enquête les dangereuses facilités de l’« impressionisme ». A cette fin, le moyen le moins arbitraire de cerner avec précision le personnel d’encadrement que Charles V donnas à son armée a paru d’examiner les « états de service » des quarante chefs et capitaines de gens d’armes qui — Languedoc exclue, où la documentation est déficiente — jouèrent, à tous les niveaux de responsabilité, le rôle le plus constant, le plus soutenu, le plus régulier, entre 1369 et 1380 (annexe II).

30Pour utiliser les renseignements fournis par cette série de 40 notices, il est nécessaire de distinguer les trois grandes catégories de capitaines :

    • 51 Annexe II, 2, 6, 21, 22, 25, 26 et 37.

    capitaines responsables d’une ville ou d’une place, ayant sous leurs ordres une garnison de quelques dizaines d’hommes d’armes au maximum : on en compte ici 7, parmi lesquels 4 chevaliers et 3 écuyers, dont l’un fut ultérieurement promu chevalier, tandis qu’un chevalier devint chevalier banneret ; un sénéchal et au moins un chambellan du roi ; bref, des représentants de la petite et moyenne noblesse, beaucoup d’entre eux, Bretons, ayant percé grâce à la protection de Bertrand du Guesclin51.

    • 52 Ibid., 1, 3, 8, 13, 15, 16, 19, 20, 23, 24, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 38 et 40.

    capitaines d’une compagnie d’hommes d’armes, se déplaçant sur les divers fronts au gré des nécessités militaires : on en compte 19, parmi lesquels 4 écuyers, dont l’un ultérieurement promu chevalier, 10 chevaliers dont 3 ultérieurement promus chevaliers bannerets, 4 chevaliers bannerets et un comte ; le recrutement social est nettement supérieur à celui de la catégorie précédente ; plusieurs de ces capitaines sont conseillers ou chambellans du roi ou d’un prince de la maison de France, quelques-uns sont baillis ou sénéchaux ; parmi les 4 écuyers, 3 sont d’origine bretonne, un d’origine galloise, c’est à-dire, dans les conditions du temps, des déracinés52.

    • 53 Ibid., 4, 5, 7, 9, 10, 11, 12, 14, 17, 18, 34, 35, 36 et 39.

    chefs de guerre, lieutenants du roi ou « souverains capitaines » ayant été investis, à un moment quelconque de la période 1369—1380, de responsabilités majeures : gouvernement de plusieurs compagnies ou commandement militaire d’une région. On en compte 14, parmi lesquels 2 de rang princier, 9 chevaliers bannerets, 2 chevaliers bacheliers, un écuyer. Les 2 chevaliers bacheliers devinrent plus tard chevaliers bannerets53.

  • 54 Hist. Boucicaut, p. 222 et 233.
  • 55 Chron. premiers Valois, p. 104.
  • 56 Delisle, Mand. Ch. V, p. 53, n° 103 ; Moranvillé, Jean le Mercier, p. 216 ; B. N., n. a. fr. 7414, (...)

31Incontestablement, la carrière des armes, durant la seconde moitié du 14e siècle, favorisait ou accélérait les promotions sociales. Nombre de nobles, grâce aux commandements qu’ils exercèrent, acquirent un prestige, une fortune, un « état » suffisants, pour devenir chevaliers et même obtenir, à la longue, le droit, plus rare et recherché, de « lever bannière ». Mais il serait faux de prétendre pour autant que les capitaines de Charles V furent des hommes sortis du néant. Même avec de moindres services de guerre, certains d’entre eux seraient devenus chevaliers bannerets, quasi automatiquement, en vertu de leur lignage. Il est difficile, dans la réussite de tel capitaine, de distinguer ce qui revient à sa naissance ou à ses alliances de ce qui relève de l’exercice de son métier, ou, plus largement, du service de la monarchie. A cet égard, la rapidité des promotions est un élément déterminant : par opposition au sire de Pons, au vicomte Alain de Rohan, à Jean le Meingre, dit Boucicaut, fait chevalier à l’âge de quatorze ans, levant pour la première fois bannière à vingt-deux ans54, ou bien encore au comte de Harcourt, qui à peine âgé de quinze ans, mène la sienne au combat55, Guillaume des Bordes, Jean de Bueil, Hervé le Coich, Colart d’Estouteville ne se voient qualifiés de bannerets qu’après plusieurs dizaines d’années passées dans les rangs de l’armée royale. Pareillement, Guillaume de Laigue, garde du château de Ségur dès 1375, n’est signalé comme chevalier qu’en 1394 ; Jean Wyn, passé au parti français en 1366 ou 1369, fut fait chevalier entre 1381 et 1384 seulement ; le breton Alain de Taillecol, dit l’abbé de Malepaye, que Charles V, en 1364, appelle son « bien aimé écuyer d’écurie », recevant alors le commandement de 45 glaives et de 20 archers, servant ensuite en 1369, 1375, 1376, 1377, 1378, 1380, ne porte le titre de chevalier qu’à partir de 138656.

  • 57 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. VIII, p. 46 et 426 ; Chron. Jean II Ch. V, t. II, p. 147.
  • 58 Désigné en 1372.
  • 59 A la date de 1345.

32Parmi les 40 noms examinés, apparemment aucun non-noble, aucun bâtard, une minorité seulement d’écuyers, occupant en général les places les plus modestes, les échelons subalternes de l’encadrement. Il semble que l’éclatante réussite d’un du Guesclin, « povre bachelier et d’assez petit lieu », « pauvre homme et de basse venue », comme le présente Froissart, « de mendre lignée qu’autre connestable », comme dit moins brutalement la chronique officielle de la monarchie57, soit restée exceptionnelle ou plutôt ait frappé les contemporains par sa rareté même. Considérons les autres titulaires des grands offices militaires sous Charles V : les maréchaux de Blainville et de Sancerre, l’amiral Jean de Vienne, le maître des arbalétriers Hue de Châtillon, ou encore le porte-oriflamme Pierre de Villiers58 ; ils apparaissent d’origine comparable à celle de leurs prédécesseurs du temps de Philippe VI : Mahieu de Trie et Robert Bertran, Floton de Revel, le Galois de la Baume, Miles de Noyers59.

  • 60 B. N., fr. 7858, f° 221.
  • 61 Robertus Knollis, ex paupere mediocrique valleto, mox factus ductor militum, ad divitias usque rega (...)
  • 62 McFarlane, « « England and the Hundred Years’ War ». Sherborne, « Indentured Retinues », p. 740.

33Si elles connaissent une organisation différente, les grandes armées réunies au début du règne de Charles VI ont un encadrement de « ducs, comtes, barons, capitaines et chefs de chambre »60 assez analogue à celui des osts de Bouvines ou de Buironfosse, un demi-siècle plus tôt. De même qu’en Angleterre la percée d’un Robert Knollys, tenu à l’époque pour un ancien valet devenu chef d’armée61,ne doit pas masquer le rôle toujours prépondérant joué dans les commandements militaires par les plus grands seigneurs du royaume encore à la fin du règne d’Édouard III et durant celui de Richard II62, de même en France, celle de du Guesclin ne saurait faire illusion : le prolongement des hostilités n’abaissa que dans une faible mesure le recrutement social des chefs.

  • 63 Annexe II, 12, 24, 29 et 40.
  • 64 Ibid., 2, 3, 7, 9, 12, 14, 17, 18, 19, 23, 28, 29, 31, 37 et 39.
  • 65 Ibid., 2, 7, 9, 13, 14, 31, 37 et 39.
  • 66 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXI, p. 15.
  • 67 Ibid., t. XV, p. 16.

34D’autres caractères communs apparaissent dans les carrières des capitaines au service de Charles V. Quelques-uns sont des transfuges du camp anglais63 ; beaucoup, avant ou après les campagnes de la reconquête, se battirent hors de France : Espagne, Italie, Orient, Prusse64 ; huit participèrent à une des croisades ou pseudo-croisades du 14e siècle65 ; plusieurs carrières militaires s’étendent sur des dizaines d’années : ce sont bien des professionnels de la guerre. Enfin, les liens du sang ou de l’amitié les unissent fréquemment : Alain de Beaumont est apparenté à du Guesclin ; le maréchal de Blain-ville a pour gendre Colart d’Estouteville ; Hutin d’Aumont et le fils de Guillaume des Bordes épousèrent tous deux des filles de Guillaume, Châtelain de Beauvais ; le fils de Hue de Châtillon se maria à la fille de Bureau de la Rivière ; la fille d’Olivier de Clisson épousa Alain de Rohan ; Alain et Guillaume de la Houssaye, Olivier et Thibaud du Pont sont frères, Guillaume et Raymond de Mareuil cousins ; du Guesclin et Clisson firent alliance et fraternité d’armes le 24 octobre 137066 ; Clisson et Coucy de leur côté « moult s’entre-amoient et se appelloient freres et compaignons d’armes »67.

  • 68 Chron. duc de Bourbon, p. 189—191.
  • 69 Cf. par exemple les listes contenues dans Hist. Languedoc, t. X, col. 1503—1509, n° 603.
  • 70 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne, p. 42—44 ; A.D. Côte-d’Or, B 11733.
  • 71 B. N., n. a. fr. 8603, n° 61 — 68, 71 et 74 ; p. o. 187, dossier Barbazan, n° 13 ; 93, dossier Arma (...)

35S’il est vrai que la plupart des chefs étaient issus d’un milieu social honorable, il reste pourtant que des responsabilités militaires majeures furent parfois confiées à de simples chevaliers : en 1387, Guillaume de Naillac et Gaucher de Passac se virent ainsi offrir le commandement d’une force de 2 000 hommes d’armes destinée à porter secours au roi de Castille, après que le duc de Bourbon se fut récusé. Mais il est significatif qu’avant d’accepter, les deux capitaines aient hésité longuement, estimant que c’était « trop grant entreprise a si pouvres gens que nous sommes, et grant chose est a deux chevaliers mener deux mil hommes d’armes, si loing comme en Espaigne, ou il y a deux mois de chemin ». Ils ne donnèrent leur accord qu’une fois que le duc de Bourbon leur eût promis 400 ou 500 hommes d’armes de ses terres de Bourbonnais et Forez ainsi qu’un encadrement de chevaliers de son hôtel68. D’autre part, désormais, il n’est pas rare de voir de simples écuyers, en raison de leurs capacités militaires supérieures, responsables d’une troupe comprenant un ou plusieurs chevaliers appartenant à de meilleurs lignages. Enfin et surtout, en Languedoc, Charles V ou le duc d’Anjou retinrent souvent comme capitaines, à côté des grands noms de la noblesse méridionale69, des hommes d’origine obscure. On les voit même utiliser des chefs de Compagnies : dès le 7 juillet 1367, plusieurs mois avant d’adresser son appel au roi de France, Jean, comte d’Armagnac, se rendit à Paris et fut chargé par Charles V d’envoyer un émissaire en Espagne qui traiterait avec les Compagnies. Le 10 septembre, cet émissaire l’avertit que celles-ci avaient franchi le « port de Navarre » — sans doute le col de Roncevaux — ; l’accord se fit avec leurs capitaines : par ses lettres de retenue du 28 octobre, Charles V engagea pour une durée de trois mois Jean d’Armagnac avec mille « glaives », dont 100 levés dans son comté et 900 recrutés parmi les Compagnies. Trois jours plus tôt, le 25 octobre, Jean d’Armagnac avait fait son mandement ; le 18 novembre, ses 100 lances quittèrent Rodez pour venir « ença » après avoir reçu un prêt d’un mois sur leurs gages. Dès le 14 novembre, Bérart d’Albret, sans doute le plus important des capitaines de Compagnies, avait été retenu à son tour avec 100 hommes d’armes et 100 francs d’état par mois. Le rendez-vous général fut fixé au 30 novembre ; à cette date, chacune des « rotes des mille glayves » devait faire sa montre, chacun de leurs capitaines prêter serment d’obéissance au roi. Entre-temps, des sauf-conduits seraient accordés, les sentences d’excommunication fulminées contre eux par le pape seraient levées. Pour des raisons inconnues, le rendez-vous fut décommandé, et les Compagnies ne furent pas effectivement retenues70. Mais, en 1369 par exemple, à côté de Jean d’Armagnac, du comte de l’Isle—Jourdain, du vicomte de Villemur, de Hue de Rochefort, de Raymond de Rabastens, de Guillaume-Arnaud de la Monte, de Marquis de Cardeillac, de Bertrand, seigneur de Terride, de Jean de Gourdon, de Pierre—Raymond, comte de Comminges, tous au moins chevaliers bannerets, à côté de plusieurs chevaliers bacheliers, le duc d’Anjou retint comme capitaines de gens d’armes bon nombre de simples « écuyers » : Bouzonet de Pau, Jean Barre, Pierre de Pommiers, le Breton Yvon de la Roche, dit Duant, Noli Papillon, Antoine, bâtard de Terride, Menaud, bâtard de Barbazan, l’Italien Benedetto de Chapperel, la plupart d’entre eux étant expressément désignés par les documents comme capitaines des Compagnies71.

  • 72 Froissart, Chron., t. VIII, p. 214.Encore en 1374, présence sous Louis d’Anjou, en Languedoc, de pl (...)
  • 73 Ibid., t. VIII, p. 20. De même le duc Jean IV de Bretagne accordant 5 000 écus d’or, le 31 décembre (...)

36Il conviendrait donc d’opposer, quant au recrutement des chefs de guerre, la Languedoc et le reste du royaume. Cependant, même en Languedoc, il semble que les capitaines de Compagnies passés au service du roi ne furent pas intégrés au reste de l’armée, conservèrent leur activité marginale, à la manière, si l’on veut, de chefs de corps francs72. Assez vite, ils disparaissent de l’horizon ; c’est en vain qu’on les cherche dans les listes des chambellans ou conseillers du roi, des baillis ou sénéchaux ; ils ne parvinrent pas à prendre place dans la hiérarchie des offices, des honneurs et des dignités. Ils ne se virent confier de responsabilités ni administratives ni diplomatiques. Ils constituèrent un personnel à compétence strictement militaire, utilisé un temps, faute de mieux. Parmi les 40 capitaines et chefs de guerre évoqués plus haut, aucun n’a indubitablement fait partie des Compagnies. Enfin, la monarchie française ne fut pas seule à les employer : le roi d’Angleterre, de son côté, n’agissait pas autrement73.

  • 74 Annexe I, 54, 60 et 120.
  • 75 Parmi les exceptions, ibid. : n° 68.
  • 76 Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, p. 486—488.

37Quant aux capitaines et connétables de gens de trait, on notera qu’ils ne commandent pas seulement à des arbalétriers, mais parfois aussi à des marins et à des « galées »74. En revanche, il est exceptionnel qu’ils aient la responsabilité d’hommes d’armes75 : de même qu’à la Curie pontificale, les laïcs n’avaient pas de clercs sous leurs ordres76, de même, dans l’armée de Charles V, les hommes d’armes échappent normalement à l’autorité des chefs de gens de trait, le maître des arbalétriers de France excepté.

  • 77 Annexe I, 9, 15, 17, 21, 33, 35, 40, 59, 60, 68, 106, 117, 118, 120, 84, 92 : au moins dix ans. Il (...)
  • 78 Description du sceau dans Demay, n °449. Chefs d’arbalétriers plus ou moins « intégrés » : Guillaum (...)
  • 79 Annexe I, n° 38 et 67.
  • 80 G. R., n° 17517. Cf. aussi L. H. Labande, Les Doria en France, Paris, 1899.

38Certains de ces chefs font en France de longues carrières77, mais ils paraissent rarement s’y fixer définitivement, ils demeurent des soudoyers étrangers, restent cantonnés dans leurs tâches guerrières. Beaucoup sont qualifiés d’écuyers, simple titre de complaisance parfois. Présomption de naissance roturière :le sceau d’Odet d’Ansart, « écuyer du pays de Gênes », connétable de 19 arbalétriers à cheval — un écu au chevron, accompagné de deux étoiles en chef et d’une arbalète en pointe sur champ festonné, timbré d’une trousse garnie de flèches —, est le type même du sceau de circonstance, créé à l’occasion parce que son possesseur était dépourvu d’armoiries familiales78. En revanche, de rares capitaines portent le titre de chevalier79. Quelques-uns appartiennent à de notables familles : les Spinola, les Doria, les Grimaldi, tel Marc de Grimaldi, seigneur d’Antibes, de Cagnes et de Villeneuve80, qui fut un temps capitaine général des arbalétriers de Charles V.

39Concluons : pour encadrer son armée, Charles V recourut à un personnel exercé, relativement stable, recruté en bonne partie dans le milieu étroit des dirigeants traditionnels. A ce groupe d’hommes, reliés fréquemment à sa personne par des liens honorifiques, il accorda souvent des responsabilités proprement administratives, politiques ou diplomatiques, s’ajoutant à leurs fonctions militaires. Lorsque lui-même ou son frère, le duc d’Anjou, durent utiliser des chefs déclassés, ayant eu plus ou moins partie liée avec les Compagnies, ils le firent de façon limitée, temporaire et eurent soin de ne pas favoriser leurs carrières ultérieures. Les capitaines de gens de trait, d’origine sociale très variable, n’ont de toute façon qu’un rôle subalterne. Au niveau des chefs militaires, les bouleversements que connut la France durant le troisième quart du 14e siècle n’eurent guère de conséquences ; la caste nobiliaire réussit dans l’ensemble à maintenir ses positions ; l’état-major victorieux de Charles V était à peine moins aristocratique que les états-majors vaincus de Philippe VI ou de Jean le Bon.

40Il reste à voir s’il en fut de même au niveau des simples combattants.

C. LES COMBATTANTS ORDINAIRES : COHÉSION DES COMPAGNIES ?

41Pour préciser les caractéristiques sociales de l’armée de la reconquête, il a paru préférable, au niveau des combattants ordinaires, d’élargir le cadre chronologique 1369—1380, et de replacer ces douze ans à l’intérieur d’une période plus vaste, s’étendant sur un demi-siècle, de 1340 à 1390 environ.

42Il convient d’abord d’examiner dans quelle mesure les chefs de guerre conservaient sous leurs ordres les mêmes hommes, en d’autres termes si leurs compagnies possédaient une certaine cohésion sociale.

  • 81 Contamine, « Batailles, bannières, compagnies », p. 24 et 25.

43L’enquête porte successivement sur les compagnies de gens de trait et de gens d’armes. Parmi ces dernières, on a d’abord distingué celles qu’amenaient les nobles convoqués par mandement royal ou princier. Il apparaît dans ce cas que, de mandement à mandement, les seigneurs, même d’importance, n’ont pas sous leurs ordres un recrutement identique de vassaux ou d’arrière-vassaux. A chaque nouvelle semonce, il leur faut s’adresser à un cercle plus ou moins vaste de parents, de familiers, d’amis, de compatriotes, voire d’étrangers consentant à servir pour une campagne seulement. C’est dire que dès le milieu du 14e siècle et probablement même plus tôt, ni la bannière du chevalier banneret ni le pennon du chevalier bachelier ne se composaient d’hommes exclusivement ou obligatoirement liés à leur chef par des obligations féodales. Entre le recrutement des volontaires et celui des astreints au service militaire, la différence est moins grande qu’on pourrait à priori le supposer81. Deuxième catégorie : les compagnies dont les capitaines étaient fréquemment ou habituellement retenus par le roi. Troisième : les garnisons établies durablement dans une place. Quatrième enfin : les compagnies à la fois itinérantes et entretenues de façon continuelle (annexe V A).

44Il est difficile de tirer des conclusions uniformes de l’étude de ces diverses situations. Chaque exemple se présente souvent comme un cas d’espèce. Soulignons d’abord la singulière importance du recrutement familial. De façon générale, la permanence du personnel militaire paraît d’autant plus accentuée que les capitaines sont de rang social plus élevé, le contrôle et la solde plus réguliers, les implantations régionales plus durables. Les formations les plus cohérentes sont les troupes de garnison commandées par un seigneur d’importance et payées de façon à peu près normale ; inversement, les unités où le renouvellement des hommes est le plus rapide sont celles dirigées par un chef de modeste origine, se déplaçant fréquemment et touchant des gages intermittents. Souvent par ailleurs, seul un tout petit noyau d’hommes demeure stable aux côtés du capitaine, constitué par les familiers de son hôtel — on n’ose dire ses « retainers » — ; à ces quelques individus s’agrègent, au hasard des circonstances, des combattants d’origine disparate, servant une campagne ou deux sous tel chef, puis cherchant fortune sous tel autre. Encore au temps de Charles V, c’est donc l’instabilité qui l’emporte. Un dernier exemple le confirmera. Charles V, par ses lettres données au Bois de Vincennes le 11 juin 1378, puis vérifiées le lendemain par les généraux de ses finances, accorda une retenue de 300 hommes d’armes supplémentaires au connétable de France, Bertrand du Guesclin. Cette force se trouva rassemblée dès le 12 juin à Pont-Audemer, où elle fut reçue en montre. Le gros de la compagnie gagna Mortain en juillet, se scinda en trois au mois d’août, où elle fut simultanément passée en revue à Saint-Malo, Bayeux et Carentan, se trouva de nouveau rassemblée à Dinan en septembre, éclata enfin une seconde fois en octobre, où elle fut répartie entre Saint-Malo, Carentan, Bricquebec et Valognes. Durant les cinq mois où cette retenue demeura aux gages du roi, ses effectifs ne cessèrent de décroître :

  • 82 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 396—402.

45A cette lente saignée, à cet effritement régulier — forme la plus courante de la désertion — s’ajoute un renouvellement accéléré du personnel : sur les 73 chefs de montre, un seul sert cinq mois de suite, cinq servent quatre mois de suite, 43 un mois82.

46En définitive, tout se passe comme si les institutions militaires se trouvaient largement en avance sur la réalité sociale ; alors qu’elles permettaient et prévoyaient des unités au personnel relativement stable, celui-ci, trop souvent, ne consentait pas à servir longtemps ; il n’était pas encore préparé, ni dans sa mentalité ni dans ses habitudes de vie, à la discipline d’une carrière continue, se déroulant sous un même chef, mais concevait toujours le métier des armes comme une activité à la fois familière et intermittente, marquée de départs incessants, d’absences brèves ou longues, de passages fréquents d’une compagnie à l’autre. La seconde moitié du 14e siècle vit la progressive orientation des structures militaires vers une organisation collective et permanente, alors que la plupart des combattants demeuraient au stade de l’individualisme, sinon de l’anarchie.

47En dépit de cette instabilité foncière, on a malgré tout souvent l’impression d’être en présence de milieux humains relativement limités, de groupements dont l’organisation certes est variable, mais à l’intérieur desquels tout le monde se connaît. C’est le cas surtout des Bretons, tels que les dépeint par exemple G. de Saint-André, l’auteur du Livre du bon Jehan, duc de Bretagne, soudards à l’aspect peu engageant, « bleciez, rompus et destranchiez », « les uns borgnes, les autres tors », leurs visages semblables à une « ecorsse », la bourre saillant hors de leurs jaques, ayant souffert « trop de meschance » « en gardant le royaume de France », ayant « despendu » « touz leurs gages », mais solidaires comme des « pourceaulx » :

  • 83 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. II, p. 436—437 et p. 514.

Car pourceaulx telle nature ont :
Quant l’un fort crie, les autres vont
Tous ensemble pour l’aider83.

D. LES HOMMES D’ARMES : ORIGINE SOCIALE

48Au 14e siècle, l’habitude était largement répandue de considérer la société comme divisée et divisible en trois ordres : les clercs, les nobles et le commun. Peut-on préciser la place que chacun de ces états occupe parmi les hommes d’armes au service du roi de France ?

Clercs et religieux

  • 84 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, Paris, 1959 — 1964, p. 165 et (...)
  • 85 H. Bovet, L’Arbre des Batailles, p. 115. Cf. cette précision du même auteur, ibid., p. 123 : « Les (...)
  • 86 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XX, p. 23.

49Selon le droit canon, les clercs n’avaient pas à se battre personnellement84. Cependant, on admettait qu’ils le fissent en cas de légitime défense, ainsi que l’expose Honoré Bovet, lorsqu’il demande « se ung prestre ou ung clerc peut defendre ses biens temporels par les armes » et « se prestres ou clercs peuvent aller en guerre ou en bataille volontairement »85. En fait, au 14e siècle, l’état d’esprit de beaucoup de clercs, et d’une large fraction des fidèles, était sans doute voisin de celui exprimé en 1374 par Philippe d’Alençon, évêque de Beauvais, promettant au roi de Navarre, « combien qu’il fust clerc », de prendre les armes en sa personne » et de le servir à la guerre tout comme un quelconque chevalier86 : faire la guerre semblait une occupation anormale pour un clerc, mais toutes sortes d’exceptions pouvaient la justifier.

  • 87 Cf. lettres d’Innocent VI du 20 juin 1356, adressées aux rois de France et d’Angleterre (Denifle, L (...)
  • 88 A.N., JJ 88, n° 96 (cité par Luce, Du Guesclin, p. 329 — 330).
  • 89 Froissart, Chron., t. I, p. 177.
  • 90 Ainsi le duc d’Orléans, au voyage du Mans, en 1392 (B. N., fr. 7858, f° 309v°). Ces chapelains, pas (...)
  • 91 Froissart, Chron., t. I, p. 167—168 ; t. II, p. 68 — 69 et éd. Kervyn, t. XIII, p. 224. En 1340, le (...)
  • 92 En 1339, en Languedoc, Jean, évêque de Beauvais (B. N., n. a. fr. 9236, f° 140).
  • 93 En 1340, les évêques de Liège, Metz, Thérouanne et Meaux, ainsi que l’abbé de Corbie, Hue de Ver ; (...)
  • 94 Le plus connu étant Arnaud de Cervole, authentique archiprêtre de Vélines, au diocèse de Périgueux, (...)
  • 95 Ainsi Jean de Nanteuil, prieur d’Aquitaine, qui fut capitaine souverain en Saintonge (Demay, n° 665 (...)

50A maintes reprises, la participation des clercs aux guerres du temps fut dénoncée et condamnée par les papes87. Elle pouvait prendre des formes diverses. Certains clercs se voyaient seulement confier des tâches d’écritures, de comptabilité et d’administration militaires : ainsi, en 1359, Macé Thibout, prêtre, chapelain ou desservant de Saint-Léonard, dans le Perche, que la garnison anglaise du château du Merlerault avait retenu à son service pour la rédaction des sauf-conduits et des quittances88. D’autres exerçaient une activité proprement religieuse, licite et louable, auprès des combattants : célébration des offices, distribution des sacrements, particulièrement importante les veilles de batailles89. Fréquemment, les grands seigneurs, tout comme ils emmenaient dans leur suite un cuisinier, un maréchal ou un ménestrel, se faisaient accompagner d’un chapelain90. Mais certains clercs avaient un rôle militaire actif : on les voit participer, voire présider, à la défense de villes, d’églises ou d’abbayes91. Assez rarement, des clercs eurent le commandement d’une armée, furent lieutenants du roi ou capitaines généraux dans une région92. Il est plus fréquent de constater, jusqu’à la fin du siècle, la présence de prélats dans les grandes armées réunies et mandées par les souverains Valois93. Des clercs de petit état devinrent des professionnels de la guerre, firent partie des Compagnies94. Enfin, jusque dans les premières décennies du 15e siècle, il n’est pas exceptionnel de rencontrer dans les armées des rois de France des religieux appartenant aux ordres militaires — essentiellement des hospitaliers95.

51Cependant, la participation des clercs et des religieux aux guerres menées par les rois de France reste quantitativement infime, marginale, si du moins l’on excepte ceux qui, anonymement, purent se glisser dans les compagnies de gens de guerre. Bien mieux : par rapport aux siècles précédents comme par rapport à l’usage maintenu dans d’autres pays — ainsi l’Allemagne — le haut clergé fut de moins en moins présent dans les armées françaises de la fin du Moyen Age. Il faut voir dans cette abstention croissante un changement à la fois dans l’idéal de vie proposé aux clercs, dans la conduite de la guerre, où la place réservée aux amateurs se restreint, et dans la nature des obligations militaires imposées par la monarchie. De plus, tout comme les clercs parvenaient à échapper dans une large mesure aux aides pour la guerre, à l’entretien des fortifications, au service de guet et garde, au logement des gens de guerre, se tenant le plus possible à l’écart du poids fiscal et économique de la guerre, il était naturel qu’ils refusassent d’y participer activement.

Nobles et non-nobles

52Tenter de préciser l’importance respective des nobles et des non-nobles parmi les hommes d’armes n’a de sens que si l’on admet qu’il existait au 14e siècle un concept assez strictement défini de noblesse, de telle sorte que, dans une large majorité de cas, il était possible de dire de quelqu’un s’il appartenait ou non au milieu des gentilshommes ou des seigneurs. Or, il semble que ce concept ait été reconnu non seulement par le pouvoir royal, mais — à quelques exceptions près — par l’ensemble des populations au sein desquelles se recrutaient les hommes d’armes. En d’autres termes, même si des cas douteux se présentaient, les contemporains, obéissant à une habitude mentale, se demandaient couramment, spontanément, si tel ou tel soudoyer du roi était noble ou non. Dans cette perspective, au-delà des définitions juridiques plus ou moins sujettes à caution, on désignera ici sous le terme de nobles les individus reconnus comme tels par les pouvoirs, par leurs pairs, par l’ensemble de la société.

53Officiellement, les hommes d’armes se trouvaient répartis en quatre catégories : les chevaliers bannerets — auxquels on peut rattacher ici les princes, les ducs, les comtes, les barons —, les chevaliers bacheliers, les écuyers bannerets et les écuyers. En apparence autant de qualificatifs qui, dans la France du 14e siècle, impliquent la noblesse. Déceler les non-nobles parmi les hommes d’armes n’est pas pour autant une vaine tentative, car si les trois premiers de ces qualificatifs ne furent attribués qu’à des nobles, il n’en va pas de même pour le quatrième, qui a pu ne correspondre qu’à une dénomination dépourvue de valeur sociale, ayant un caractère simplement administratif ou financier.

  • 96 Livre Charles V, t. I, p. 200—201. Idées identiques exprimées par Philippe de Mézières dans son « E (...)

54Certes, il était couramment admis à l’époque que les hommes d’armes se recrutaient dans la noblesse : telles étaient aux yeux des contemporains la norme et la règle. Évoquant la prise de Limoges par les Français en 1370, Christine de Pisan expose : « Aux dittes besoignes traire a fin moult aidierent, avec les gentilz hommes, les communes du païs, lesquelles, comme dit Vegece en son Livre de chevalerie, souvent sont proffitables en bataille, quant ycellegent de commune est conduitte et gouvernée soubz ordre de bons chevetains, et meismement sont aucuns auteurs qui dire veulent que les populaires soient plus convenables es fais d’armes et batailles que les gentilz hommes, et meismement ceulz des villages, leur raison est pour ce que mieulx ont acoustumé travaulx, a porter peine et vivre rudement et grossement que les nobles si ne leur est si dur le travail des armes, mais meilleur raison y a, qui ceste destruit, c’est que sens et avis, noblece de courage, desir d’onneur, paour du contraire fait plus en fait d’armes que ne fait peine et long travail de corps, lesquelles condicions sont plus communement es nobles que es populaires. Bien est voir, comme dit le prealigné livre, que, pour ce que ceulz du peuple sont duis de dures peines, proffitables sont es batailles a pié, et pour ce, en telz fais, les sages ordeneurs des batailles les mettent devant et les premiers a l’assemblée »96. Pour elle, tout bien considéré, les hommes d’armes doivent être des nobles, les hommes de pied des populaires.

  • 97 Cf. t. I, p. 373, 289, 52 sq. ; t. II, p. 344, 348 sq.
  • 98 A.N., JJ 113, n° 260 (Hist. Languedoc, t. X, n° 641, col. 1618-1619), JJ 121, n° 75 (Bertrand de Br (...)
  • 99 B. E. G., t. XII, 1861, p. 260-263. Sur la réalité de ces pratiques, cf. B. N., n. a. fr. 9240, f° (...)
  • 100 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 225.
  • 101 B. N., Clair. 12, n° 77.
  • 102 A. N., K 49, n° 34bis.
  • 103 Ibid., K 53, n° 6. Ailleurs, les mêmes sont qualifiés simplement de « gentiz hommes » (B. N., fr. 2 (...)
  • 104 Ord. Roys, t. V, p. 658-661.

55Certaines notations cependant permettent de penser que cet idéal ne fut pas toujours respecté. Si la plupart des non-nobles dont les activités guerrières sont mentionnées dans les lettres de rémission ou dans le Registre criminel du Châtelet de Paris servent comme gens de pied, pages ou gros valets, soignant les chevaux, portant le bassinet et la lance de leurs maîtres97, quelques-uns en revanche combattent à l’occasion comme hommes d’armes98. Pour l’auteur anonyme de « La complainte sur la bataille de Poitiers », les nobles portent la responsabilité de la défaite car il leur revenait de se battre et de vaincre ; mais il ajoute aussitôt que de simples valets, en masse, furent comptés et reçus comme hommes d’armes99. Dans sa narration de l’expédition d’Afrique en 1390, Froissart, après avoir complaisamment énuméré les principaux « bannerets » et « pennonchiers », ajoute : « Encoires y avoit-il grant foison de bons chevalliers et escuiers, tous vaillans hommes de courage et d’emprise, qui estoient logiés sur les champs, lesquels je ne puis pas tous nommer par nom et surnom, car il y fauldroit trop d’escripture mais ils estoient XIIIIc, tous gentils hommes »100. Peu importe la vérité de son témoignage : il suffit ici qu’il ait cru nécessaire de fournir cette dernière précision parce qu’il arrivait assez fréquemment que de prétendus écuyers fussent en réalité d’origine roturière. Entre le milieu du 14e et le milieu du 15e siècle, l’expression « homme d’armes », qui n’implique par elle-même aucune référence sociale précise, gagna sans cesse du terrain aux dépens du terme d’écuyer, écarté progressivement parce qu’on sentait plus ou moins qu’il ne répondait qu’imparfaitement à la réalité. Dans un acte du 6 octobre 1351, Artaud de Beausemblant, chevalier, certifie par son serment et affirme sous son sceau que lui, un autre chevalier et 18 écuyers sont partis de Paris le 18 août de la même année pour aller assiéger Saint-Jean-d’Angély et sont demeurés devant cette ville au service du roi jusqu’au congé général ; il croit nécessaire d’ajouter : « lesquels escuiers nous tesmoignons tous estre gentilz hommes »101. Par lettres du 14 octobre 1368, Charles V désigne Raoulin de Foucaucourt, écuyer, comme garde, châtelain et capitaine de son château de Choisy ; il lui accorde les gages de 100 francs d’or par an « parmi ce qu’il sera tenus de tenir avecques lui et en sa compaignie un escuier gentil homme »102. Dans la revue du 1er mars 1381, les écuyers tenant garnison au château de Caen sont qualifiés de « gentilz hommes d’armes »103. De même qu’elle s’efforça de ne retenir que le plus petit nombre possible de capitaines d’origine obscure ou incertaine, de même la monarchie des Valois, durant la seconde moitié du 14e siècle, tenta de limiter au maximum l’intrusion des non-nobles parmi les hommes d’armes qui la servaient. A lire les lettres de rémission du temps, on croirait volontiers qu’avoir participé aux guerres du roi était une circonstance atténuante pour les chevaliers ou les écuyers, qui ne faisaient alors qu’obéir à leur vocation providentielle, mais aggravante pour le commun, que le service armé faisait indûment sortir de son état. En généralisant l’exemption fiscale de la noblesse, les Valois n’entendirent pas seulement décharger de l’impôt d’argent un groupe social soumis à l’impôt du sang, mais assurer un recrutement de classe à leurs armées en instaurant un système qui contraignait matériellement et moralement les gentilshommes à servir. Parvinrent-ils à réaliser cette sélection ? On en peut douter, tout comme on peut douter que fut intégralement appliquée la clause de l’ordonnance du 13 janvier 1374, prescrivant que les capitaines recruteraient, non point des « gens de petit estat », « armez et monstez moins suffisans », pillant les bonnes villes et le plat pays, mais « de bonnes gens d’armes de fait, telz comme ilz les prandroient pour leur propre fait », connus d’eux, bref, des « gens de tel estat qu’ilz doivent estre receuz a nos gaiges »104.

  • 105 B. N., n. a. fr. 9237, p. 562 — 566, 581 et 593. Parmi ces bourgeois, peut-être y avait-il des nobl (...)
  • 106 B. N., fr. 24031, f° 1—14.
  • 107 Ord. Roys, t. III, p. 219—232. Ainsi pour le siège de Saint-Valery, contribution du capitaine de Ro (...)
  • 108 L’assemblée des trois états de la sénéchaussée de Beaucaire et de Nîmes ordonne la levée de ducenti (...)
  • 109 J. Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, p. 453 et n. 11.
  • 110 Il semble que la coutume de verser des gages à des bourgeois pour la garde de leur ville ait duré p (...)

56Parmi les non-nobles, une catégorie cependant est normalement admise au service du roi : celle des bourgeois défendant leur propre ville. Vingt bourgeois de Tonneins servent pour la garde de leur cité du 17 juillet au 21 octobre 1340, recevant du trésorier des guerres des gages doubles de ceux des sergents. La même année, dix bourgeois de Marmande sont chargés de protéger leur ville. A La Réole, semblable mission est dévolue à 200 sergents, recrutés on ne sait où, mais également à 50 bourgeois, payés « à demi-gages d’hommes d’armes » et à 6 jurés payés aux gages d’hommes d’armes105. Certains patriciens purent même dans les premières années du conflit participer aux campagnes proprement dites. Mais c’est surtout à partir de 1356, que l’opinion publique, violemment montée contre les nobles, rendus responsables des défaites, tenta d’obtenir en faveur des bourgeois assez riches pour s’équiper eux-mêmes une place de choix non plus seulement parmi les communes mais parmi les hommes d’armes : en 1356, les états d’Auvergne ordonnent que des bourgeois puissent servir, avec le même équipement et la même solde que les écuyers106. L’ordonnance du 14 mai 1358 prescrit que « les gensz des bonnes villes abiles pour les armes soient receuz pour gens d’armes, puisqu’il soient souffisamment armez et montez » et interdit aux capitaines de les écarter sous prétexte de leur origine107. L’utilisation militaire des bourgeois est encore prévue dans une ordonnance de 1363108. Autant de mesures qui se heurtèrent aussi bien aux réticences des chefs de guerre, soucieux de maintenir les privilèges de la caste à laquelle ils appartenaient et d’écarter la concurrence de ces intrus, qu’au manque d’enthousiasme des bourgeois eux-mêmes, peu désireux de s’éloigner de leur domicile, de quitter leurs occupations professionnelles, d’assumer les risques et les charges de la guerre. Durant le reste du 14e siècle comme au siècle suivant, patriciens et riches bourgeois ne paraissent avoir servi le roi dans ses guerres que par exception et surtout pour la défense de leur ville : ou plutôt, si tels d’entre eux font encore campagne dans les armées de la monarchie, c’est le signe de leur intégration — ou de leur volonté d’intégration à la noblesse109. Les bonnes villes furent sollicitées pour fournir de l’argent, du matériel, des vivres, des combattants réputés de seconde zone — gens de trait, pionniers — mais on ne leur demanda à peu près plus d’hommes d’armes110.

57A côté des bourgeois proprement dits, des non-nobles de petit état s’introduisirent à coup sûr parmi les écuyers ou prétendus tels retenus aux gages du roi. Pour tenter de les saisir, et, d’une façon plus générale, pour cerner la place des nobles et des non-nobles au sein du groupe des hommes d’armes, l’analyse sera menée selon quatre méthodes différentes :

  • 111 Mêmes références qu’à la note 71.
  • 112 B. N., n. a. fr. 8604, n° 84.
  • 113 B. N., Clair. 73, n° 100.

581. Parmi les hommes d’armes que retint le duc d’Anjou en 1368—1369, on trouve des noms comme Boit l’eaue, Philippot la Vache, le Turc, Pierre le Piquart, Pierre le Bonhomme, Mauservent, le duch Allemant, Guillonnet le Petit, Petit Penot, Beaupoil, Janequin l’Alement, Anthoine de Savoie, Petit Jehan de Lohereigne111 De même, en 1387, sous Gaucher de Passac : L’Espagnolat, Piquot, Jacomin, Petit Jehan, Langlois, Brigant, Le Payot112 ; en 1395, dans la compagnie du maréchal Boucicaut : Tercelet, Boutefeu, La Caille113. Autant de noms qui trahissent une piètre origine sociale. Or, les montres de la période 1340—1350 sont à peu près exemptes d’une telle onomastique, sinon pour les arbalétriers et sergents de pied. Tout se passe comme si, dans la seconde moitié du 14e siècle, des hommes de niveau social analogue à celui des gens de pied étaient devenus hommes d’armes. Leur nombre est variable selon les formations, mais on ne saurait dire qu’il augmente sensiblement au fil des aimées.

  • 114 Ibid., 57, n° 143.
  • 115 B. N., fr. 25764, n°83 et 84 et Clair. 176, n° 74. De même, en 1358, « Petit Raoulet », qualifié d’ (...)

59Que le terme d’écuyer, tel que l’emploient les montres, les quittances, les comptes des trésoriers des guerres, ait une résonance plus militaire, financière ou administrative que sociale, deux faits viennent le confirmer : en 1355, les deux frères Conrart et Jean Hanover, maîtres mineurs de Bohême, reçoivent de Gautier Petit, changeur du trésor, une certaine somme pour le reste des gages qui leur étaient dus ainsi qu’à « treze escuiers mineurs » de leur compagnie ; il est manifeste que ces mineurs ne sont pas des écuyers allemands, mais qu’ils ont seulement bénéficié de la solde journalière réservée aux écuyers114. En 1369—1370, un certain nombre de combattants normands se trouvent qualifiés tour à tour, dans les différentes montres et revues les concernant, d’« écuyers » ou d’« archers armés » : ici non plus pas d’allusion à leur origine sociale mais aux modifications de leur équipement, en fonction des besoins militaires115.

602. Montres et revues contiennent les noms d’un certain nombre de bourcs ou de bâtards nobles qui apparaissent, selon divers sondages, dans les proportions suivantes :

  • 116 Quelques bâtards cependant parmi les piquenaires, qui servirent dans les garnisons du nord du royau (...)

61Ainsi pas d’augmentation sensible du nombre des bâtards de nobles, dans le demi-siècle s’étendant de 1340 à 1390. Le fait le plus net est qu’ils étaient inégalement nombreux selon les régions : en particulier, ils étaient très rares en Bretagne et en Normandie, ce qui explique leur faible pourcentage dans la Languedoïl en 1368—1370, où beaucoup de montres et revues examinées concernent des Bretons et des Normands ; plutôt que dans la différence de la moralité selon les provinces, il faut sans doute chercher l’explication de ces contrastes dans le statut juridique réservé aux bâtards de nobles dans les diverses coutumes régionales. Les bâtards de Gascogne, avant même le début de la guerre de Cent ans, formaient un groupe déjà compact, ayant son activité guerrière propre. Par ailleurs, la présence de bâtards de nobles dans une formation revêt une double signification : elle est la preuve d’un certain abaissement du niveau social, mais aussi d’un recrutement qui n’est pas d’origine entièrement roturière ; c’est ainsi que les bâtards de nobles ne se rencontrent pratiquement pas à l’époque parmi les gens de pied116.

  • 117 Un problème se pose ici : comment les commis aux montres et revues et les trésoriers des guerres ét (...)

623. On admettra que le recrutement d’un groupe donné est d’autant plus aristocratique que la proportion des princes, ducs, comtes, barons, chevaliers bannerets, écuyers bannerets et chevaliers simples y est plus élevée117.

63Ainsi, en un demi-siècle, le nombre des chevaliers bannerets a sensiblement diminué, passant de 1,4 % à 1 % en moyenne : vers 1340, il y avait un banneret pour 70 hommes d’armes ; vers 1390, il y en a un pour 100. Même diminution pour les chevaliers bacheliers, dont la proportion tombe de 15 % à 10 % en moyenne. Corrélativement, le nombre des écuyers est en constante augmentation.

  • 118 Tous les historiens sont d’accord pour constater cette raréfaction croissante de l’adoubement depui (...)

64On pourrait donc conclure à un abaissement progressif du recrutement social des hommes d’armes. Cependant, deux remarques préalables s’imposent. En premier lieu, il est possible, sinon probable, qu’au 14e siècle, tout comme déjà à la fin du 13e siècle, l’adoubement ait été de plus en plus rare au sein de la noblesse dans son ensemble, en sorte que la diminution du pourcentage des chevaliers parmi les hommes d’armes ne signifie pas nécessairement une diminution du pourcentage des nobles118. En second lieu, de même que pouries bâtards, d’importantes différences régionales se manifestent. Voici l’exemple de l’ost de Bouvines de 1340 :

65Un second exemple porte sur les hommes d’armes venus des sénéchaussées de Beaucaire, Rouergue, Bigorre, Carcassonne, Toulouse, Agenais et Périgord, et retenus aux gages du roi en 1342 :

  • 119 P. j. 24 du tome XVIII de l’éd. des Chron. de Froissart par Kervyn, p. 67-73.
  • 120 Ces hommes d’armes servent sous Mouton de Blainville (B. N., p. o. 358, dossier Blainville, n° 3 sq (...)

66Inversement, les chevaliers sont particulièrement nombreux en Normandie : en 1339, il est prévu que sur 100 hommes d’armes fournis par cette province en vue d’une grande expédition vers l’Angleterre, il y aura 4 chevaliers bannerets et 16 chevaliers simples119. En 1364, pour la défense du diocèse de Rouen, assurée par un recrutement local, on trouve 2,8 % de bannerets et 28,6 % de chevaliers simples120. En Bourgogne, cinq sondages correspondant aux années 1359, 1363, 1372, 1379 et 1387, font apparaître un pourcentage de chevaliers bannerets compris entre 0,5 et 2 et un pourcentage de chevaliers simples compris entre 8,1 et 18. Il apparaît donc que la pratique de l’adoubement au 14e siècle était beaucoup moins répandue dans le midi que dans le nord du royaume : ainsi s’explique la présence parmi les combattants d’origine méridionale d’assez nombreux écuyers bannerets, c’est-à-dire de puissants seigneurs ne s’étant pas souciés d’ obtenir la chevalerie, assez étrangère à leur mentalité — catégorie qui au contraire ne se rencontre qu’exceptionnellement dans le Nord.

  • 121 Mêmes références qu’à la note 71.
  • 122 B. N„ n. a. fr. 8604, n° 84.

67Compte tenu de l’évolution générale de la société nobiliaire et des différences locales qui existent en son sein, il est donc difficile de conclure à un abaissement net, massif, dans le recrutement des hommes d’armes. On ne peut le saisir vraiment que dans certains cas extrêmes : en 1368—1369, chez les hommes d’armes retenus au service du duc d’Anjou, en Languedoc, où l’on trouve 0,6 % de chevaliers bannerets, 2,75 % de chevaliers bacheliers, aucun écuyer banneret et 96,65 % d’écuyers simples121 ; ou encore en 1387, parmi les 1311 hommes d’armes envoyés en Espagne sous Guillaume de Naillac, un seul banneret, 42 chevaliers bacheliers (3,2 %), tout le reste étant des écuyers ou prétendus tels122.

684. Enfin, il est intéressant de comparer la composition sociale des armées qui groupaient des nobles ayant obéi au mandement royal à cause de leurs fiefs, servant donc en vertu d’obligations militaires, avec celle des armées réunissant uniquement des volontaires. Si en effet les premières comportent une proportion plus importante de chevaliers bannerets ou simples que les secondes, on peut penser qu’elles comptent également un pourcentage plus important de nobles ; si au contraire, les compositions sociales sont identiques, on conclura que dans l’un et l’autre cas les nobles dominent.

  • 123 Cf. supra, p. 180 : ost de Bourbourg, passage de la mer et voyage du Mans.

69Or, les osts de la même époque, rassemblant principalement des nobles astreints à servir, connaissent des pourcentages tout à fait comparables123. Il ne semble pas illégitime de conclure à des compositions sociales analogues.

70Au terme de ces diverses analyses, il apparaît en premier lieu que, si l’armée de Charles V présente des caractères institutionnels relativement originaux, elle ne correspond, du point de vue social, à aucune rupture décisive avec le passé, elle n’est marquée par aucune volonté d’innovation ; le « sage roi », par-delà le désordre exacerbé des années 1356—1360, voulut renouer avec la tradition et mener une politique « conformiste » en matière de recrutement. Dans l’ensemble, il y est parvenu ; son armée trouve sans difficulté sa place au sein de l’évolution générale de la société militaire française du 14e siècle.

  • 124 Pénétration limitée, mais qui n’épargnait pas les compagnies des plus grands seigneurs : cf. la lis (...)

71En outre, si l’on excepte quelques cas tout à fait nets, il est impossible de conclure, pour la période envisagée, à une intrusion massive de non-nobles, à un recul général ni même marqué des nobles parmi les hommes d’armes au service des Valois. Bien que le rôle des semonces royales ait diminué et que la première place soit désormais occupée par les volontaires, il ne s’en est pas suivi une véritable révolution sociale, les nobles dominent toujours, ils forment toujours l’ossature de l’armée. Sans doute, après le milieu du siècle, on trouve plus d’éléments hétéroclites, de déracinés, de déclassés, d’aventuriers, voire de hors-la-loi, que durant les premières campagnes du conflit franco-anglais, mais ils se sont introduits en petit nombre dans la plupart des routes124 et ne peuplent massivement que les formations plus ou moins marginales qu’on peut rattacher aux Compagnies. Sans doute aussi, les brigands puis les arbalétriers étrangers, sont devenus un élément habituel, indispensable, des armées françaises, mais ils conservent une position subalterne et sont toujours en large infériorité numérique. En outre, le fait que les communes soient utilisées de façon de plus en plus rare, de plus en plus étroitement sélective, a diminué en fin de compte l’importance des combattants d’origine populaire.

  • 125 A. N., KK 315.

72Une autre politique de recrutement était cependant possible : en 1394—1395, pour ses aventures italiennes, Louis d’Orléans retint à son service 426 hommes d’armes — parmi lesquels 3 chevaliers bannerets et 47 chevaliers bacheliers — et 190 archers, les uns et les autres d’origine française, commandés par des bannerets ou des bacheliers. Il recruta aussi 160 hommes d’armes italiens et 1 189 gens de guerre à cheval, originaires d’Italie et d’Armagnac, ayant presque toujours à leur tête de simples écuyers ou des hommes dépourvus de tout qualificatif nobiliaire, dont les noms de guerre, « Le François », « La Pièce », trahissent la médiocre origine : deux types d’encadrement, de recrutement, de structure sociale125. Or, il est significatif qu’inversement les armées de Charles V et de Charles VI, du moins jusqu’à la fin du siècle, accordèrent toujours une place prépondérante au premier de ces types, une place limitée au second.

73Que la guerre du roi soit par excellence l’affaire des nobles du royaume : non seulement cet idéal s’est maintenu entre 1360 et 1390, pendant comme après les campagnes de la reconquête, mais encore, conformément au vœu des dirigeants, et avec le consentement de la plupart des sujets, il a continué à s’inscrire dans les faits ; face à la tumultueuse poussée des événements, les hiérarchies traditionnelles ont résisté.

Notes

1 On s’est servi pour établir cette liste, qui reste incomplète, des lettres de retenue émanant du duc d’Anjou (B. N., p. o. 751, dossier Chiperel, n° 3 et 9 et 93, dossier Armagnac, n° 35 ; Clair. 156, n° 107 ; p. o. 2809, dossier Terride, n° 8 ; 1826, dossier Mandole, n° 5 ; 213, dossier Bâtards, n° 19 ; 1065, dossier Espagne, n° 25) ; des montres et revues (B. N., n. a. fr. 8603, n° 61 à 68, 4, 71, 74, 55, 49 à 60 ; Clair. 154, n° 57 ; 156, n° 105 ; 158, n° 53 ; 162, n° 69 et 67 ; 164, n° 52 et 53 ; p. o. 187, dossier Barbazan, n° 13 ; 1603, dossier Karaleu, n° 3 ; fr. 20°586, n° 32 ; A. N., K 49, n° 37).

2 Annexe II : pour établir cette liste, on a pris les noms de tous les capitaines ayant servi au moins deux années complètes ou bien ayant été retenus par Charles V durant quatre années différentes.

3 Telle est en effet l’habitude des contemporains lorsqu’ils veulent relever l’origine géographique des chefs de guerre (cf. la liste des « contes, ducs et chevaliers banerets qui ont esté avoeq le roy nostre sire en le bataille de Rosebecque en Flandres », imprimée par Kervyn de Lettenhove dans son édition des Chroniques de Froissart, t. XXI, p. 360—362).

4 Cf. les notices de chacun de ces personnages à l’annexe II.

5 Source : B. N., n. a. fr. 20528, p. 25—53.

  • Bourgognes : Jean de Vienne, Gautier de Vienne, les sires de Ray et de Vergy.

  • Vermandois et Picardie : Enguerran de Coucy, Guillaume, Châtelain de Beauvais, Robert de Béthune, vicomte de Meaux, Jean de Fransures, Jean de Nesle, sire d’Offemont, Waleran de Raineval.

  • « France » : le Bègue de Villaines, le vidame de Chartres.

  • Bretagne : Olivier du Guesclin, sire de la Rochetesson, Hervé de Mauny, sire de Torigny, Olivier de Mauny, Olivier de Montauban, Raoul, sire de Montfort, Pierre de Tournemine.

  • Normandie : le sire de la Ferté, Guillaume Painel, sire de Hambye, le sire de Tournebu, Mouton de Blainville, maréchal de France, Georges, sire de Clère, Guillaume de Villers, sire du Hommet.

  • Marche : Jean de Bourbon, comte de la Marche.

  • Vivarais : Louis, sire de la Voulte.

  • Champagne : Ogier d’Anglure.

  • Touraine : Hue d’Amboise.

  • Dauphiné : François, seigneur de Sassenages.

  • Nivernais : Bureau de la Rivière.

6 En 1374, cependant, présence, au service du roi, du duc de Lorraine et du comte de Genève : B. N., n. a. fr. 7414, f° 196—209.

7 Hist. Languedoc, t. X, col. 1503—1505.

8 B. N., Clair. 114, n° 77 et n. a. fr. 8603, n° 55.

9 B. N., n. a. fr. 8603, n° 67.

10 Ibid., n° 63.

11 Ibid., n° 60.

12 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 333—335.

13 B. M. Nantes, 1684, dossier 2.

14 Gallois : B. N., fr. 32510, f° 314v° et 330v.
Ecossais : ibid., 32510, f° 277r° et 296v° ; 25765, n° 326.
Allemands : Moranvillé, Jean le Mercier, p. 250 et 261 ; B. N., fr. 32°510, f° 309v° et 326v° ; Delisle, Mand. Ch. V, p. 398, n° 775 ; B. N., Clair. 26, n° 136 ; 10, f° 4627v° ; 43, f° 3164 ; p. o. 632, dossier Cederich, n° 2. Pour les Gallois, cf. aussi Denis d’Aussy, Les registres de l’échevinage de Saint-Jean d’Angély, 1332—1496, t. I, Paris et Saintes, 1895, p. 380.

15 Froissart, Chron., t. V, p. 194—195.

16 Cf. Annexe I.

17 Delachenal, Hist. Ch. V, t. IV, p. 264, n. 2, d’après A. D. Isère, B 2°815.

18 Ibid., p. 265, n. 1, d’après B. N., p. o. 1015, dossier Doria.

19 Ord. Roys, t. V, p. 645—651.

20 Annexe I, 27, 67 et 68.

21 Ibid., 99.

22 Ibid., 106 et 112.

23 B. N., n. a. fr. 8603, n° 16. Cf. aussi la revue de Rémont Louvat, connétable, apssée à Honfleur le 1er avril 1374 par Henri Cravy, lieutenant et commis de Marc Grimaldi, capitaine général de tous les arbalétriers étant aux gages du roi : parmi ses 15 compagnons, « Rodiguo Falles, de Barcilone », « Arnaut Sedal, de Narbonne », « Anthonin Pourcel, de Mayorque », « Lourens Serra, de Monpellier » (ibid., n° 43).

24 Cf. la remarque de Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 192—193.

25 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 193. Cf. aussi les instructions royales du 29 décembre 1369 : « Pour ce que les gentilhz hommes de nostre dit royaume aient mielx le cuer a nostre service et se puissent mielx passer de mendres gaiges que les estranges, avec ce, pour meilleur amour et union nourrir et garder ensemble avec touz noz subgiez, avons ordenné que les gens d’armes qui nous serviront ou fait de noz guerres seront prins et esleuz du païs par certains capitaines par nous deputez et ordennez en chascun diocèse » (Delisle, Mand. Ch. V, n° 625, p. 311—315).

26 Hist. de Metz, t. IV, p. 270—275.

27 Annexe I, 91.

28 A. N., K 49, n° 30.

29 B. N., p. o. 1603, dossier Karalouet, n° 2. Sur ce personnage cf. la note de Luce dans Froissart, Chron., t. VII, p. XLIX, n. 1.

30 Froissait, Chron., t. VIII, p. 182.

31 Deschamps, Œuvres, t. I, ballade CV, p. 217—218 (écrite vers 1377—1380).

32 Ibid., t. I, p. 307-308, ballade CLXXIV (1390).

33 Et non point, je pense, une simple contribution financière : Hist. France, t. XXIII, p. 792-795.

34 Jusselin, « Comment la France se préparait à la guerre », p. 222 — 226.

35 Ibid., p. 226-228.

36 B. N., n. a. fr. 9236—9241. J’ai supposé que la moitié des bannerets servant sous le comte de Foix venait du Béarn.

37 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.

38 Même les titulaires des grands offices militaires servent le roi de façon discontinue. Le Galois de la Baume, maître des arbalétriers, sert du 16 mars 1341 au 10 février 1342, puis du 13 avril 1342 au 10 février 1343, puis du 17 mars 1343 au 14 mai suivant. Entre-temps, il se tient dans ses châteaux de Bresse ou de Savoie. (B. M. Rouen, Leber, 3401 : Menant, t. IV, f° 166).

39 B. N., n. a. fr. 7413, f° 524-531.

40 B. N., fr. 32510, f° 218-230.

41 Ibid., 32510, f° 206 — 216v°

42 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.

43 B. N., Clair. 20, n° 135.

44 Ibid., 88, n° 159.

45 Ibid., 88, n° 35.

46 B. N., n. a. fr. 1036, f° 36. Mêmes constatations dans la montre des brigands reçue à Troyes le 30 mars 1359 (A. M. Troyes, BB 5), ainsi que dans une autre montre datant des mêmes années (B. M. Rouen, Martainville 215, n° 5).

47 Ord. Roys, t. III, p. 34 — 37.

48 Ibid., p. 219 — 232. De même, en juillet 1355, Jean de Clermont, maréchal de France et lieutenant du roi ès pays d’entre les rivières de Loire et de Dordogne, ayant manifesté l’intention de faire le siège d’Exideuil, les états de Limousin et des pays voisins lui accordèrent une aide, moyennant certaines concessions, dont celle-ci : « Et que les nobles desdiz païs souffisans soient receus o gaiges avant touz autres ». Il s’agissait de donner la préférence à la fois aux nobles sur les non-nobles et à la noblesse locale sur les étrangers, même gentilshommes (ibid., p. 686). Inversement, à la fin du siècle, Philippe de Mézières déconseille le recrutement local des « chevetaines », car alors « ilz sont trop occupés de leurs grans terres et seigneuries » et ne peuvent se consacrer assez à leur office (Songe du Vieil Pelerin, t. II, p. 394-395).

49 Ord. Roys, t. III, p. 618 — 627.

50 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 273 — 276.

51 Annexe II, 2, 6, 21, 22, 25, 26 et 37.

52 Ibid., 1, 3, 8, 13, 15, 16, 19, 20, 23, 24, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 38 et 40.

53 Ibid., 4, 5, 7, 9, 10, 11, 12, 14, 17, 18, 34, 35, 36 et 39.

54 Hist. Boucicaut, p. 222 et 233.

55 Chron. premiers Valois, p. 104.

56 Delisle, Mand. Ch. V, p. 53, n° 103 ; Moranvillé, Jean le Mercier, p. 216 ; B. N., n. a. fr. 7414, f° 218v°, 239v°, 266v° ; 20528, p. 34 ; fr. 32510, f° 292r° ; Clair. 105, n° 5 et 19, f° 5355v° ; en 1372, il reçoit différents biens de la part du duc de Berri (A. N., JJ 103, n° 374). Sert encore en 1391 (B. N., fr. 32510, f° 317v°). Cf. également Froissart, Chron., t. V, p. 52, citant un écuyer qui devint « chevaliers pour le grant pourfit que il eut de son prisonnier, le signeur de Bercler ».

57 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. VIII, p. 46 et 426 ; Chron. Jean II Ch. V, t. II, p. 147.

58 Désigné en 1372.

59 A la date de 1345.

60 B. N., fr. 7858, f° 221.

61 Robertus Knollis, ex paupere mediocrique valleto, mox factus ductor militum, ad divitias usque regales excrevit (Walsingham, Historia Anglicana, p. 286) ; Quidam tunc valletus, postea per processum temporis miles magnus et validus dominus (Knighton, Chronicle, t. II, p. 102). En fait, il était le fils d’un petit gentilhomme du Cheshire (cité par Delachenal, Hist. Ch. V, t. II, p. 32, n. 2).

62 McFarlane, « « England and the Hundred Years’ War ». Sherborne, « Indentured Retinues », p. 740.

63 Annexe II, 12, 24, 29 et 40.

64 Ibid., 2, 3, 7, 9, 12, 14, 17, 18, 19, 23, 28, 29, 31, 37 et 39.

65 Ibid., 2, 7, 9, 13, 14, 31, 37 et 39.

66 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXI, p. 15.

67 Ibid., t. XV, p. 16.

68 Chron. duc de Bourbon, p. 189—191.

69 Cf. par exemple les listes contenues dans Hist. Languedoc, t. X, col. 1503—1509, n° 603.

70 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne, p. 42—44 ; A.D. Côte-d’Or, B 11733.

71 B. N., n. a. fr. 8603, n° 61 — 68, 71 et 74 ; p. o. 187, dossier Barbazan, n° 13 ; 93, dossier Armagnac, n° 36 ; 2809, dossier Terride, n° 8 et 13 ; Clair. 156, n° 107 ; n. a. fr. 8603, n° 55 ; Clair. 158, n° 53 ; 154, n° 57 ; 156, n° 105 ; 162, n° 69 ; 164, n° 52 ; 162, n° 67 ; 164, n° 53 ; n. a, fr. 8603, n° 54, 4, 57, 60, 59 et 56 ; p. o. 751, dossier Chiperel, n° 2, 3 et 9 ; A. N. K 49, n° 37 ; Lehoux, Duc de Berri, t. II, p. 27 et n. 3 et p. 43, n. 3. Cf. aussi Froissart, Chron., t. VII, p. 115—116 ; B.N., Clair. 193, n° 67 ; Hist. Languedoc, t. IX, p. 878, n. 3. En 1369, Noli Papillon (ou Pavalhon, ou Pabeilhon) voulut, avec quatre compagnons de son acabit, enlever le duc d’Anjou et le livrer aux Anglais ; les conspirateurs furent découverts, jugés, mis à mort (ibid.., t. IX, p. 806). Cf. aussi ibid., t. X, col. 1460 et Petit Thalamus, p. 384.

72 Froissart, Chron., t. VIII, p. 214.Encore en 1374, présence sous Louis d’Anjou, en Languedoc, de plusieurs chefs de Compagnies : Garciot du Castel, Bérart d’Albret, Yvon Duant, Jacques de Bray, Sylvestre Bude (Hist. Languedoc, t. X, col. 1503— 1506).

73 Ibid., t. VIII, p. 20. De même le duc Jean IV de Bretagne accordant 5 000 écus d’or, le 31 décembre 1368 à « Geffroy Worselay, cappitaine de partie des routiers des Anglays de la Grant Compaignie » (B. N., n. a. fr. 5216, n° 12). Cf. M. Jones, Ducal Brittany, 1364—1399. Relations with England and France during the Reign of Duke John IV, Oxford, 1970, p. 216.

74 Annexe I, 54, 60 et 120.

75 Parmi les exceptions, ibid. : n° 68.

76 Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, p. 486—488.

77 Annexe I, 9, 15, 17, 21, 33, 35, 40, 59, 60, 68, 106, 117, 118, 120, 84, 92 : au moins dix ans. Il est probable que de fois à autre, ils rentraient quelque temps chez eux : Conrart Grimaldi, qui sert entre 1370—1395 (n° 59) se bat en Italie l’année précédente (Boüard, France et Italie au temps du Grand Schisme d’Occident, p. 185).

78 Description du sceau dans Demay, n °449. Chefs d’arbalétriers plus ou moins « intégrés » : Guillaume le Blond, sergent d’armes du roi ; Antoine Mous, écuyer d’écurie du duc d’Orléans.

79 Annexe I, n° 38 et 67.

80 G. R., n° 17517. Cf. aussi L. H. Labande, Les Doria en France, Paris, 1899.

81 Contamine, « Batailles, bannières, compagnies », p. 24 et 25.

82 Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 396—402.

83 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. II, p. 436—437 et p. 514.

84 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, Paris, 1959 — 1964, p. 165 et 278. Cf. le Décret de Gratien, pars IIa, causa XXIII, quaestio VIII.

85 H. Bovet, L’Arbre des Batailles, p. 115. Cf. cette précision du même auteur, ibid., p. 123 : « Les evesques et aultres clercs, lesquels ont contez, baronnies, chasteaulx ou forteresses soubs le fief du roy sont tenuz de aller avecques le roy en ses guerres et batailles et peuvent bien dire aux gens du roy, „Prenez, frappez, emprisonnez", mais ils ne peuvent pas dire „Tuez” car ils seroient irreguliers ». Ce qui sous-entend leur présence, mais non leur participation à la guerre. Cf. aussi ce court passage d’un traité du 15e siècle, reflétant, dans sa banalité, l’opinion moyenne : « S’il est licite a prestre batailler, se veriffie que non par la raison qui s’ensuit, car au bien de l’humaine societé sont plusieurs choses necessaires, requises et a eulx qui sont deputés aux choses divines sont les mondaines prohibées par ce mesmement qu’exercice de guerre » (B. N., -n. a. fr. 10017, f° 49r°—53v°). Cf. encore Giovanni da Legnano, De Bello, p. 134—138.

86 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XX, p. 23.

87 Cf. lettres d’Innocent VI du 20 juin 1356, adressées aux rois de France et d’Angleterre (Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, p. 187).

88 A.N., JJ 88, n° 96 (cité par Luce, Du Guesclin, p. 329 — 330).

89 Froissart, Chron., t. I, p. 177.

90 Ainsi le duc d’Orléans, au voyage du Mans, en 1392 (B. N., fr. 7858, f° 309v°). Ces chapelains, passés en revue au même titre que les autres combattants, recevaient des gages. Cf. aussi B. N., Clair. 73, n° 139 : 1388. En 1340, don de 60 s. t. par Philippe VI à « frere Robert Biaufiz, prestre de la tierce ordre saint François, qui ala en l’armée (...) pour faire office de prestre » (B. N., n. a. fr. 9241, f° 39r°).

91 Froissart, Chron., t. I, p. 167—168 ; t. II, p. 68 — 69 et éd. Kervyn, t. XIII, p. 224. En 1340, les chanoines de Cambrai sont inscrits dans le compte du trésorier des guerres pour la défense de leur ville ; certains d’entre eux ne touchent une solde que pour les hommes placés sous leurs ordres, d’autres la reçoivent à titre personnel (B. N., n. a. fr. 9238, f° 93v° sq.). Il était considéré comme normal pour un clerc ou un religieux de défendre son église, son monastère. Voici deux exemples tirés d’une enquête de 1386 sur le guet dans la prévôté de Château-Thierry. Le premier concerne l’abbaye d’Essomes : « Des environ l’an MCCCLVIII, ladicte abbaye fut fortiffiée et emparée pour forteresse » ; « jusques ad present, icelle c’est tenue et deffendue contre les annemis qui plusieurs assaulx y ont fais » : elle abrite 32 arbalètes, 3 000 traits, 4 canons à plommées, une arbalète à tour, des armures pour 20 combattants ; de fait, les « religieux illuec demourant continuelment », plus les serviteurs, représentent « vint hommes de deffense ». Ce sont eux qui assurent le guet de leur abbaye, avec, en cas de péril, le secours volontaire de ceux qui s’y abritent. Au contraire, au prieuré Saint-Pierre de Chézy-l’Abbaye, les fortifications sont toutes récentes. Pas même de fossé. L’abbé est sexagénaire, invalide. Seulement « trois religieux de deffence et deux ou trois vallés charretiers » ; il faudrait 10 lances pour garder la place et l’abbé est incapable de les solder ; mieux vaudrait pour les gens du plat pays se réfugier à Château-Thierry ou à Nogent-l’Artaud (Moranvillé, « Le guet dans la prévôté de Château-Thierry », p. 169 et 165—166).

92 En 1339, en Languedoc, Jean, évêque de Beauvais (B. N., n. a. fr. 9236, f° 140).

93 En 1340, les évêques de Liège, Metz, Thérouanne et Meaux, ainsi que l’abbé de Corbie, Hue de Ver ; ce dernier, compté comme chevalier banneret, servit du 22 mai au 26 septembre avec 5 chevaliers bacheliers et 36 écuyers (B. N., n. a. fr. 9239, f° 219r°) ; en 1341, Béranger de la Barrière, archidiacre de Rodez (ibid., 9237, p. 509) ; en 1345, Robert de Foix, évêque de Lavaur (Hist. Languedoc, t. IX, p. 581) ; en 1346, l’évêque de Noyon, Bernard le Brun, fut fait prisonnier par Edouard III à Crécy et ne put s’acquitter de sa rançon que plusieurs années après ; dans un document du 10 mars 1361, le roi d’Angleterre l’appelle « nostre prisonnier de guerre » (cité par Kervyn dans son éd. de Froissart, t. XXIII, p. 74—75). Guillaume de Melun, archevêque de Sens, servit Jean le Bon en 1355 (B. N., n. a. fr. 9°241, f° 162 sq.) ; il est alors qualifié de banneret, et a sous ses ordres 9 chevaliers bacheliers et 50 écuyers ; en 1356 (montre du 25 juin, où il est monté sur un cheval de 600 écus ; sa bannière est portée par Jean de Beaulieu ; il a 22 hommes sous lui, dont son frère, Simon de Melun : B. N., fr. 21539, p. 167) fait prisonnier à Poitiers, où l’évêque de Châlons trouva la mort (Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. 390 et 391). En 1375, présence des évêques de Beauvais et de Coutances au siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte (Chron. premiers Valois, p. 253) ; 1383 : Miles de Dormans, évêque de Beauvais, et l’évêque de Bayeux (B. N., fr. 32510, f° 246r° et v°) ; 1386 : évêques de Beauvais et Laon, archevêque de Sens (ibid., f° 282r°, 280v° et 286v° ; montre et revue de l’évêque de Beauvais : Clair. 24, f° 1774 et 41, f° 3076). Cf. encore sur ce dernier, Deschamps, Œuvres, t. I, p. 134, ballade XLVI, v. 13 et 14 :
« A Rosebech fut armez sur la plaine
Contre Flamens en li conflis fut fais ».
A Azincourt, présence de l’archêveque de Sens, réprouvée par le Religieux de Saint-Denis, t. V, p. 572.

94 Le plus connu étant Arnaud de Cervole, authentique archiprêtre de Vélines, au diocèse de Périgueux, mais sans avoir reçu les ordres majeurs (Denifle, La guerre de Cent ans et la désolation des églises, p. 189 sq.) ; voici le cas de Guillaume Chabot, clerc non marié, qui servit Charles VI en ses guerres de Flandre, « en la compaignie et soubz le gouvernement de nostre amé et feal chevalier et chambellain Guy de la Tremoille, sire de Suly » (Arch. hist. Poitou, t. XXI, p. 297—298, d’après A. N., JJ 128, n° 242 : lettres de rémission de 1386).

95 Ainsi Jean de Nanteuil, prieur d’Aquitaine, qui fut capitaine souverain en Saintonge (Demay, n° 6650 : 1346) et amiral de la mer. Dans la revue de ses gens, à Caen, le 10 juin 1356, on le voit qualifié de chevalier banneret ; sous lui, un chevalier bachelier et 59 écuyers, dont « frere Loys Brivant », « frere Pierre de Javercy » et « frere Richart du Fosset » : il est curieux de constater que ces frères, à coup sûr des chevaliers de l’Hôpital, sont ici rangés parmi les écuyers ; question d’équipement ? (B. N., fr. 25764, n° 92). De même, en 1368, sous le Grand Prieur de Champagne, frère Jean Garnier, chevalier de l’Hôpital, frère Humbert de la Chaume est compté parmi les écuyers : A. D. Côte-d’Or, B 11745. On notera à ce propos l’attribution de la dignité laïque de banneret à des clercs d’importance ; voire de double banneret (Demay, n° 8564 : archevêque de Sens).
1369—1370 : frère Ithier de Pérusse, chevalier de l’Hôpital, commandeur de Belle-Chassagne, ainsi qu’Hélie Brachet et Bayart de Lastic, tous trois chevaliers (Moranvillé, Jean le Mercier, p. 205 sq. ; on sait d’ailleurs qu’I. de Pérusse, combattant au service du roi de France, fut fait prisonnier en Languedoc avant 1360 [Catalogue arch. Joursanvault, t. I, p. 5, n° 29] et qu’il adhéra au parti du roi de France le 8 juin 1369 (A. N., J 642, n° 166).
1386 : Philibert de Chazerau, chevalier de Rhodes (B. N., fr. 32510, f° 284r°).
1388 : frère Adam Boulart, prieur de l’Hôpital en France, chevalier banneret (ibid., f° 306r°) et Guy d’Avoines, commandeur de Sommereux, chevalier (ibid., f° 306v°).
On peut rattacher aux clercs les quelques administrateurs et bureaucrates que les grands emmenaient avec eux et incorporaient sans vergogne parmi les gens d’armes de leurs hôtels : ainsi en 1388, « maistre Gontier Col », qu’il faut assimiler au célèbre humaniste, est compté parmi les écuyers de l’hôtel du duc de Berri qui allèrent servir le roi dans son voyage d’Allemagne (Arsenal, 4219, f° 12 : le fait n’est pas signalé dans la biographie, cependant très précise, de Gontier Col par Aima de L. Le Duc, « Gontier Col and the French Renaissance », The Romanic Review, t. VII, 1916, p. 414-457).

96 Livre Charles V, t. I, p. 200—201. Idées identiques exprimées par Philippe de Mézières dans son « Epistre lamentable et consolatoire » (éd. par Kervyn dans son éd. des Chron. de Froissart, t. XVI : cf. surtout p. 467—468 et 474).

97 Cf. t. I, p. 373, 289, 52 sq. ; t. II, p. 344, 348 sq.

98 A.N., JJ 113, n° 260 (Hist. Languedoc, t. X, n° 641, col. 1618-1619), JJ 121, n° 75 (Bertrand de Broussillon, Doc. inéd. pour l’histoire du Maine au xive siècle, n° 258, p. 291-292), JJ 122, n° 2 (Arch. hist. Poitou, t. XXI, p. 199-200). Aucun des trois personnages cités dans ces lettres de rémission ne porte le titre d’écuyer.

99 B. E. G., t. XII, 1861, p. 260-263. Sur la réalité de ces pratiques, cf. B. N., n. a. fr. 9240, f° 51r°.

100 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 225.

101 B. N., Clair. 12, n° 77.

102 A. N., K 49, n° 34bis.

103 Ibid., K 53, n° 6. Ailleurs, les mêmes sont qualifiés simplement de « gentiz hommes » (B. N., fr. 25764, n° 201 et 236).

104 Ord. Roys, t. V, p. 658-661.

105 B. N., n. a. fr. 9237, p. 562 — 566, 581 et 593. Parmi ces bourgeois, peut-être y avait-il des nobles habitant la ville et y ayant droit de bourgeoisie ?

106 B. N., fr. 24031, f° 1—14.

107 Ord. Roys, t. III, p. 219—232. Ainsi pour le siège de Saint-Valery, contribution du capitaine de Rouen, « bourgois de la dicte ville, o cent glaives, cinquante arbalestriers et cinquante archiers de la ville mesmez » (Chron. premiers Valois, p. 90).

108 L’assemblée des trois états de la sénéchaussée de Beaucaire et de Nîmes ordonne la levée de ducenti hommes armorum, tam milites quam scutiferi quam etiam burgenses aut aliœ personœ habiles oriundi de senescallia (Ord. Roys, t. III, p. 618-627).

109 J. Schneider, La ville de Metz aux xiiie et xive siècles, Nancy, 1950, p. 453 et n. 11.

110 Il semble que la coutume de verser des gages à des bourgeois pour la garde de leur ville ait duré plus longtemps en Languedoc : on la constate encore en 1379 (B. N., Clair. 216, n° 84).

111 Mêmes références qu’à la note 71.

112 B. N., n. a. fr. 8604, n° 84.

113 B. N., Clair. 73, n° 100.

114 Ibid., 57, n° 143.

115 B. N., fr. 25764, n°83 et 84 et Clair. 176, n° 74. De même, en 1358, « Petit Raoulet », qualifié d’archer puis d’écuyer (personnage identique, même sceau ibid., 93, n° 140, 141 et 142).

116 Quelques bâtards cependant parmi les piquenaires, qui servirent dans les garnisons du nord du royaume à la fin du siècle (cf. par exemple, B. N., n. a. fr. 8604, n° 105). J’ai présumé bâtards ou bourcs nobles les noms du type suivant : « Le bastard de Montoviller », « Le bastard de Croy », « Le bastard de Moncavrel », et non « André le bastard » (B. N., Clair. 183, n° 120 ; 156, n° 16 ; 105, n° 51 ; 16, n° 59). Sur l’activité des bâtards de Gascogne, cf. la guerre qu’ils menèrent contre le royaume en 1327 (Grandes chron. France, t. IX, p. 61).

117 Un problème se pose ici : comment les commis aux montres et revues et les trésoriers des guerres étaient-ils en mesure d’attribuer à chaque homme d’armes le titre qui lui revenait, en ne se fiant pas seulement à sa parole ? Pour les ducs, comtes, barons, chevaliers et écuyers bannerets — quelques centaines au plus pour toute la France —, on conçoit que les chefs de l’administration militaire aient su exactement à quoi s’en tenir. Pour les simples chevaliers, la difficulté est plus grande, car ils étaient en moyenne dix fois plus nombreux que les précédents. C’est ici qu’il faut placer le rôle des poursuivants, hérauts et rois d’armes dont l’une des tâches était d’enregistrer les promotions de chevaliers nouveaux, d’établir leur liste (Contamine, « Batailles, bannières, compagnies », p. 19 et surtout Wagner, [Sir A.], Heralds and Heraldry, Oxford, 1956). Il est possible que la monarchie elle-même ait également disposé de semblables listes, dressées en vue des convocations militaires. Enfin et surtout, la société nobiliaire formait un groupe suffisamment limité et cohérent pour que chacun do ses membres, dans une région donnée, sût exactement les titres de ses pairs. Il y avait en d’autres termes un contrôle constant exercé par la société nobiliaire sur ses membres. Tout ceci explique que les titres de banneret et de chevalier ne paraissent jamais avoir été attribués au hasard dans les documents utilisés pour le présent travail.

118 Tous les historiens sont d’accord pour constater cette raréfaction croissante de l’adoubement depuis la fin du 13e siècle. Le rythme seul demeure inconnu. Cf. M. Bloch, La société féodale. Les classes et le gouvernement des hommes, Paris, 1940, p. 68-69.

119 P. j. 24 du tome XVIII de l’éd. des Chron. de Froissart par Kervyn, p. 67-73.

120 Ces hommes d’armes servent sous Mouton de Blainville (B. N., p. o. 358, dossier Blainville, n° 3 sq.).

121 Mêmes références qu’à la note 71.

122 B. N„ n. a. fr. 8604, n° 84.

123 Cf. supra, p. 180 : ost de Bourbourg, passage de la mer et voyage du Mans.

124 Pénétration limitée, mais qui n’épargnait pas les compagnies des plus grands seigneurs : cf. la liste des 182 « genz d’armes qui ont servi monseigneur de Bourgongne en son hostel » au cours de l’ost de Bourbourg de 1383 ; on y compte 3 chevaliers bannerets, 32 chevaliers simples et 147 « écuyers » : plusieurs de ces derniers sont attachés à la personne d’un chevalier (« Pierre d’Aligny, escuier messire Guy de Tramblay », « l’escuier messire Charles de Chambli », « l’escuier messire le Galoy d’Aunoy ») ; mais aussi quelques « intrus » : « Le grant Jobin », « Le petit Jobin », « maistre Richart », « maistre Thiebaut », « Le Normandian », « Hennequin », « Franchequin » (B. N., fr. 25900, n° 5). Même constatation pour les gens de l’hôtel du duc de Bourbon lors de l’expédition de Gueldre en 1388 : une forte proportion de chevaliers ; parmi les « écuyers », de véritables gentilshommes, et quelques cas pour le moins douteux : « Le Goujat », « Piquet », « Le Lymonnier », « Tiercelet » (Arsenal, 4219, f° 8 et 12).

125 A. N., KK 315.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search