Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Deuxième partie. L'armée de la reconquête (1369-1380)

Chapitre V. Les structures

Texte intégral

  • 1 Molinier, « Fragments inédits de la Chronique de Jean de Noyai », p. 263.

1Charles V « recommença la guerre contre Edouard, roy d’Angleterre, le Ve an de son regne, car il defaloit de tenir aucuns poins le traité fait entre lui et le roy Jehan son pere, et maiement qu’il debvoit mettre hors du roiaume de France toutes gens de compaingnes, et par especial Anglés et subgés a lui, laquelle chose riens n’en faisoit, mais de certainne science les y tenoit et maintenoit ; et aussi en autres poins estoit il defaillans. Et pour ce il assambla a Paris les gens de son royaume, clercs, chevaliers et bourgois les plus notables, et fit monstrer les tors que luy faisoit ledit Edouard, roy dessus nommé et, par leur consentement, le envoya deffier. Et puis, nonobstant que il fust moult maladius et qu’il ne se armoit point, li osta il, tant par son frere Loys, duc d’Ango, comme par ses autres freres et ses gens, et aussy par son connestable Bertran de Guesclin, breton, la conté de Ponthieu et la plus grant partie de la duché de Guienne, la conté de Poitiers et autres terres, villes et chastiaulx qu’il tenoit pour lors paisiblement ou royaume de France, et les applicqua a son demainne »1.

2Dans ces quelques lignes écrites à la fin du 14e siècle, Jean de Noyai, abbé de Saint-Vincent de Laon, présente en raccourci les résultats militaires du règne de Charles V.

3De 1369 à 1380, dix années de guerre ouverte, entre lesquelles vint s’intercaler une trêve de vingt et un mois ; les provinces où l’on se battit furent nombreuses : frontières de Calais, Normandie, Bretagne, Centre-Ouest, Languedoc, sans compter les bandes de territoires plus ou moins larges touchées par les quatre grandes chevauchées anglaises de 1369, 1370, 1373 et 1380. Il s’est agi d’un effort multiforme, de longue haleine, ne se traduisant pas par des grandes batailles, mais par de nombreuses démonstrations militaires, des dizaines de sièges, une foule de rencontres et d’escarmouches d’assez médiocre ampleur, un harcèlement constant de l’adversaire. Il fallut encore aux Français conserver le terrain repris, s’y implanter durablement. Bref, de par l’expresse volonté de Charles V, qu’éclairaient les malheurs passés, un style de guerre nouveau s’imposa ; dans quelle mesure entraîna-t-il la mise en place de structures militaires nouvelles, retrouve-t-on dans le domaine des institutions l’originalité qui apparaît dans celui de la stratégie et de la tactique ?

Combattants et effectifs

  • 2 Cf. l’intitulé des comptes des trésoriers des guerres : « Payemens fais par ledit temps aus gens d (...)

4Pour entreprendre sa guerre de reconquête, Charles V ne chercha pas à utiliser de nouvelles variétés de combattants ; ses forces se composèrent essentiellement d’hommes d’armes et d’arbalétriers, soit à pied, soit à cheval. Tels furent les types fondamentaux, auxquels vinrent seulement s’ajouter un petit nombre d’archers, à cheval ou à pied, ainsi que les sergents et pavesiers fournis à l’occasion par les communautés urbaines2. Outre cette évidente volonté de simplification, on doit noter la prépondérance des troupes à cheval par rapport aux combattants de pied. Alors que durant toute la première moitié du 14e siècle, les gens de pied en France furent largement aussi nombreux que les cavaliers, leur importance décrut après les premiers échecs de la guerre de Cent ans ; à partir de 1360—1370, ils ne jouèrent plus qu’un faible rôle, subirent une éclipse prolongée qui ne devait prendre fin qu’au milieu du 15e siècle.

  • 3 Presque toujours, les gens de guerre furent payés par l’un ou l’autre des trois trésoriers des gue (...)

5L’état de la documentation rend particulièrement délicate pour cette période, cependant décisive, l’évaluation des effectifs du côté français. Un certain nombre d’éléments permettent néanmoins une estimation plausible. Il s’agit d’abord des ressources financières dont Charles V put disposer afin de solder ses troupes : bon an mal an, on peut les fixer à environ 825 000 l.t.3

  • 4 Delisle, Mand. Ch. V, n° 562, p. 277 et n° 679, p. 342.
  • 5 Chron. premiers Valois, p. 293, citée par Lehoux, Jean de Berri, t. II, p. 20, n. 58 000 hommes d’ (...)
  • 6 Outre les 5 comptes de Jean le Mercier, publiés par Moranvillé, Jean le Mercier, on s’est servi de (...)
  • 7 Ord. Roys, t. V, p. 537—541. A juste titre, Christine de Pisan insiste sur la continuité de l’effo (...)

6Comment dès lors distribua-t-il cette somme relativement importante ? Durant la période 1369—1380, il exista incontestablement un noyau assez important de gens de guerre entretenus en permanence, d’un bout de l’année à l’autre. Deux mandements royaux, l’un de 1369, l’autre de 1370, paraissent permettre d’évaluer à 6 000 hommes d’armes, pour la seule Languedoïl, les troupes tenues « continuelment sur les champs »4 : mais il s’agit là d’une équivalence purement fiscale, remontant d’ailleurs à l’assemblée d’Amiens qu’avait convoquée Jean le Bon en 1363. En tant que telle, elle demeura valable jusqu’à la fin du règne puisqu’à la mort de Charles V, en 1380, les agents de la monarchie exposaient qu’il fallait « pour la provision et deffense du royaume », Languedoc comprise, 8 000 hommes d’armes, outre « l’estat du roy »5. En revanche, l’examen des copies des comptes des trésoriers des guerres laisse voir que chacun d’eux soldait mois après mois entre 760 et 1 160 hommes d’armes, selon les années, soit en moyenne, puisqu’ils étaient trois, dont l’un, celui de la Languedoc, nettement moins important que les autres, un total de 2 400 hommes d’armes ; à ce chiffre, s’ajoutait, semble-t-il, un millier d’arbalétriers, 40 % à pied, 60 % à cheval. Hommes d’armes et arbalétriers correspondaient respectivement à une dépense mensuelle de 45 000 l.t. et 13 000 l.t., soit en tout 58 000 l.t.6 Il est rassurant de constater que ce montant n’est pas trop éloigné des 42 000 francs prévus pour les dépenses militaires normales par le document de novembre 1372 ; celui-ci en effet ne portant que sur la Languedoïl, il convient d’augmenter cette somme d’environ un quart : on aboutit alors à une dépense mensuelle ordinaire de 52 500 francs7.

  • 8 1369 : 6 000 combattants ; 1373 : 6 000 ; 1375 : 4 000 ; 1380 : 5 200 (Sherborne, « Indentured Ret (...)

7Pour l’ensemble du royaume, 2 400 hommes d’armes, 600 arbalétriers à cheval, 400 arbalétriers à pied : ces effectifs « permanents » se voyaient grossis chaque année, durant les quelques mois d’activité militaire intense des retenues supplémentaires d’hommes d’armes, dont l’importance a varié dans d’assez fortes proportions selon les besoins, les moyens et les circonstances. Les dépenses « ordinaires » se montant à un peu moins de 700 000 francs par an, il en reste quelque 130 000 pour la solde des renforts, soit, en supposant qu’ils furent utilisés pendant quatre mois, 32 500 l.t. par mois, l’équivalent du coût mensuel de 1 800 hommes d’armes. S’il fallait schématiser à l’extrême, il serait acceptable de penser qu’entre 1369 et 1380 les armées de Charles V purent s’élever pendant un tiers de l’année à 5 200 combattants contre 3 400 pendant les deux autres tiers : soit des effectifs du même ordre que ceux engagés dans les expéditions anglaises de 1369, 1373, 1375 et 13808.

  • 9 Ou 1377 (Rey, Finances royales, p. 428). Jean de Lyon est toujours en activité le 10 août 1377 (B. (...)
  • 10 Terrier de Loray, Jean de Vienne, p. XX, p. j. 25.
  • 11 Ainsi lors du siège de Cherbourg en 1378 (B. N., fr. 25764, n° 281 et 282). A la même date, « XIIe (...)
  • 12 Delisle, Saint-Sauveur, p. 193—196 et 237.
  • 13 Grand canon de fer construit à Caen du 22 mars au 3 mai 1375 ; on y emploie 885 livres de fer d’Au (...)
  • 14 Deux documents permettront de préciser la place de l’artillerie nouvelle :

8Quant à l’artillerie royale, elle reste rudimentaire. En 1378, Jean de Lyon céda la place à son fils, Milet de Lyon, qu’on trouve le plus souvent désigné sous le titre de « général maistre des artilleries du roy »9. Les changements les plus notables sont d’ordre quantitatif et surtout technique. Avant de succéder à son père, Milet de Lyon fut « maître des gros canons de Paris » lors du siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 137510. Une documentation un peu moins pauvre permet à cette occasion de constater les progrès de l’artillerie à poudre qui, sans évincer les engins traditionnels11, prend désormais une place importante dans la guerre de siège. Des canons vinrent de Paris, de Saint-Lô et de Caen, fabriqués sous la direction de « maistres des canons », à la fois fondeurs et canonniers12. A Caen, 32 pièces au moins furent fondues, les plus grosses pesant plus de 2 000 livres, lançant des boulets d’un quintal13. Les munitions se comptent maintenant par centaines ; de son côté, en quelques années, de 1350—1360 à 1370—1380, la consommation de poudre semble avoir décuplé, passant pour une entreprise donnée de quelques dizaines à quelques centaines de livres14.

  • 15 Il convient de souligner ici l’importance de l’ordonnance royale du 3 avril 1369, visant à général (...)

9Telles sont les dimensions approximatives des forces consacrées à la reconquête des provinces perdues. Ajoutons que dans un petit nombre de circonstances, d’autres combattants furent réunis pendant quelques jours ou quelques semaines : hommes d’armes d’origine noble et contingents des villes, les uns et les autres convoqués par mandement royal15. Même si l’on inclut ces derniers éléments, le contraste demeure frappant entre la relative petitesse de l’armée de Charles V et les forces imposantes réunies précédemment par Philippe VI et, dans une moindre mesure, par Jean le Bon. Certes, cette opposition s’explique largement par la chute démographique consécutive aux épidémies, par l’épuisement matériel du royaume, par ses amputations territoriales ; mais il faut également tenir compte de la manière dont Charles V utilisa ses disponibilités financières : alors qu’au début de la guerre de Cent ans les effectifs de morte-saison étaient en moyenne quatre fois inférieurs à ceux des mois de pleine activité militaire, le rapport se situe maintenant à un contre deux ; état de chose nouveau traduisant sur le plan numérique une nouvelle conception dans la conduite de la guerre.

Recrutement et organisation

  • 16 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1597.
  • 17 Froissart, Chron., t. IX, p. 82.
  • 18 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 310, n° 727. Morel, « Mutinerie militaire à Arras en 1373  (...)
  • 19 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 386-387, n° DCCCXIII.
  • 20 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 313, n° 732.
  • 21 Ibid., p. 339—340, n° 750.
  • 22 Ibid., p. 313, n° 732.

10Entre 1369 et 1380, Charles V ne se servit des modes de recrutement résultant d’obligations juridiques ou institutionnelles que de façon épisodique. Il ne paraît pas qu’il ait jamais convoqué l’arrière-ban, mais en 1369, 1373, 1375, 1378 et sans doute aussi en 1380, il procéda à des « semonces generales » qui s’adressaient à « toutes manieres de gens d’armes et arbalestriers » de son royaume16. Chacune de ces convocations correspondit à une phase critique de la guerre : expéditions du duc de Lancastre en 1369 et 1373, sièges de Cognac et de Saint-Sauveur-le-Vicomte en 1375, événements de Bretagne et de Normandie en 1378, chevauchée de Buckingham en 1380. C’est ce mode de recrutement que Froissart évoque lorsqu’il montre en 1378 le roi de France faisant un « tres especial et fort mandement auquel nuls n’avoit osé desobeir »17. En recourant à ce procédé, Charles V entendait obtenir d’une part le concours de l’ensemble de la noblesse, d’autre part celui des bonnes villes, où il s’était toujours soucié de développer les exercices militaires ; de fait, en septembre 1373, Arras et Saint-Quentin durent envoyer un certain nombre d’arbalétriers « en France, apres les ennemis du royaume »18, tandis que la même année, Reims, plus heureuse, prétexta de sa situation géographique pour ne pas fournir les 30 arbalétriers et l’artillerie que le roi lui avait demandés19 ; de nouveau, en juin 1375, Saint-Quentin fit partir ses arbalétriers pour le siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte20 ; enfin, en 1380, la levée des gens de trait s’opéra sur une base plus large qui n’est pas sans annoncer celle des francs-archers au siècle suivant : le plat pays dut cette fois apporter sa contribution au même titre que les bonnes villes ; le bailliage de Vermandois, par exemple, eut à fournir 100 arbalétriers, dont 16 provenant de la prévôté de Saint-Quentin21. Tout comme au début de la guerre de Cent ans, les nobles qui répondaient à la convocation royale étaient payés par les soins des trésoriers des guerres au moyen de tailles exceptionnelles ; quant aux arbalétriers, ils étaient normalement soldés par les villes, qui, à cet effet, établissaient des impôts spéciaux22. Par sa semonce générale, le roi obtenait pour quelques semaines des renforts momentanés qui avaient l’avantage de s’intégrer facilement à ses troupes ordinaires puisqu’il s’agissait avant tout dans l’un et l’autre cas d’hommes d’armes et d’arbalétriers.

  • 23 Delisle, Mand. Ch. V, en fournit de nombreux exemples : n° 845, p. 433 — 434 ; n° 880, p. 454-455  (...)
  • 24 Cf. pourtant deux lettres de retenue émanant du duc d’Anjou : B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n (...)
  • 25 B. N., lat. 13868, f° 62v°-63r°.

11Pour l’essentiel, l’armée de la reconquête fut donc composée de volontaires dont les chefs étaient retenus au service du roi. Ni dans le fond ni dans la forme les lettres de retenue qui leur étaient délivrées ne connurent de modification sensible durant cette période : elles obéissaient à un formulaire à peu près invariable qui avait trouvé son point d’équilibre dès avant 1369 et demeura inchangé jusqu’au milieu du règne de Charles VII23. Comme auparavant les lettres fixant un terme à la durée du service forment l’exception24. Comme auparavant aussi, elles servaient aux trésoriers des guerres pour établir leur comptabilité. Ainsi le montre par exemple le mandement qu’adressèrent les gens des comptes du roi, peu après la mort de du Guesclin, à l’un des trésoriers des guerres : durant sa dernière campagne, le connétable de France, désigné comme capitaine général en Languedoc, avait retenu aux gages du roi « certaine et grant quantité de genz d’armes et arbalestriers » afin d’assiéger les forts de Chaliers et de Châteauneuf-de-Randon. Mais la maladie l’empêcha de délivrer par écrit leurs retenues aux chefs de ces troupes, qui n’osèrent insister et furent seulement, à la suite d’un ordre oral de du Guesclin, reçus en montre par le lieutenant des maréchaux de France en Languedoc, Henri des Iles ; eux et leurs hommes touchèrent alors leur « premier prest » ; en revanche, ils ne purent obtenir leur compte et payement final, car le trésorier des guerres disposait « fors seulement de leurs monstres » et non de leur retenue. En conséquence, les gens des comptes lui prescrivirent de passer outre à cette absence et d’achever le versement des soldes en l’informant que pour cette fois montres et quittances suffiraient « sanz contredit » à l’établissement et à la justification de ses dépenses25.

  • 26 Ord. Roys, t. V, p. 660.
  • 27 Monicat, Grandes Compagnies en Velay, p. j. XV, p. 224—226.

12Cependant, le souci s’accentue de la part du pouvoir de ne reconnaître que les seuls capitaines de gens d’armes ayant reçu une lettre soit du roi lui-même, soit de ses lieutenants, chefs de guerre, princes et seigneurs26 ; il s’agit en d’autres termes de circonscrire le plus étroitement possible la composition des armées royales, de leur donner un contour strictement défini, d’en exclure formellement les gens « sans gaiges, sans retenue et sans adveu »27, tenant les champs pour leur propre compte, qui cherchaient constamment à abriter leur action de banditisme pur et simple derrière l’autorité légale du souverain ou de ses représentants.

  • 28 B. N., lat. 13868, fo 33v°-34r°.
  • 29 Parmi les exceptions, celle d’Olivier de Clisson, retenant, en 1371, des combattants « par mandeme (...)
  • 30 Cf. Chron. Jean de Noyai, éd. Molinier, p. 271 et Froissart, Chron., t. VIII, p. 92. Cette politiq (...)

13Mais surtout, tandis que dans les phases précédentes du conflit nombreuses étaient les troupes levées par toute une gamme de lieutenants du roi, capitaines généraux ou particuliers, dont le pouvoir central avait bien du mal à contrôler l’action en ce domaine, désormais, si les responsables provinciaux conservent toujours le droit de recruter des hommes afin d’assurer la défense de leur circonscription28, il semble bien que les lettres de retenue, dans leur immense majorité, ne soient plus délivrées que par deux autorités : Louis d’Anjou pour la Languedoc et Charles V pour le reste du royaume29. La centralisation s’est donc renforcée en matière de recrutement ; le contrôle monarchique s’est fait plus étroit et plus direct, avec toutes ses conséquences militaires, financières et politiques. A tout moment Charles V entendait être en mesure de savoir de quels capitaines il disposait et quels effectifs servaient à ses gages. Cette politique paraît complémentaire de celle qu’il observait en matière de stratégie et de diplomatie : tenir la bride la plus courte possible à ses subordonnés30.

  • 31 En revanche, les descriptions des chroniqueurs continuent à y faire allusion
  • 32 Cf. l’emploi du mot par Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 36 et 61.
  • 33 Ord. Roys, t. V, p. 658—661.

14On a vu comment au début de la guerre de Cent ans il existait deux types de groupements militaires majeurs : les batailles et les forces régionales placées sous la responsabilité d’un capitaine général ou d’un lieutenant du roi. Si le premier de ces types n’apparaît pas sous Charles V, du moins dans les documents d’archives31, c’est avant tout parce qu’il n’avait plus sa raison d’être dans un style de guerre nouveau qui écartait délibérément l’éventualité de grandes rencontres au cours desquelles devaient s’affronter les batailles de l’un et l’autre parti. Quant aux troupes qui faisaient campagne sous la direction suprême d’un ou plusieurs chefs de guerre exerçant le plus souvent leur autorité dans un secteur déterminé, elles sont désormais à peu près exclusivement constituées d’un certain nombre d’unités que les sources officielles du temps désignent sous le nom de « routes » : l’expression n’a alors rien de péjoratif, ayant été sans doute choisie, au contraire, pour éviter toute assimilation fâcheuse avec les « Compagnies »32. Le grand règlement du 13 janvier 1374 prévoyait pour chacune de ces routes un effectif normal de 100 hommes d’armes ; les capitaines en ayant le gouvernement étaient libres de recruter eux-mêmes leurs hommes, de renvoyer ceux qui ne donneraient pas satisfaction, d’accorder des congés, du moins pour des motifs raisonnables ; ils avaient le devoir de tenir leur unité au complet, de signaler aux trésoriers des guerres les départs illicites, d’imposer à leurs hommes le triple serment de servir continuellement, de ne pas abandonner la route sans leur permission, de ne causer aucun dommage aux sujets du roi, ni avant, ni pendant, ni après leur service. Bien mieux : les capitaines étaient tenus pour responsables des dégâts et des méfaits commis par leurs propres troupes. En échange, ils devaient régulièrement percevoir sous le nom « d’état » une indemnité de commandement de 100 francs par mois33.

  • 34 Delisle, Mand. Ch. V, p. 510, n° 986.
  • 35 B. N., Clair. 73, n° 37 et 74. Cf. l’expression suivante : « Ducs, comtes et barons, capitaines et (...)
  • 36 Infra, p. 482.

15Ainsi qu’il a été dit précédemment, c’est à partir de 1368 qu’apparaît dans les documents le terme de « chambre », désignant une division de la route ou de la compagnie : or un mandement de Charles V, du 17 octobre 1373, prétendit officialiser, généraliser ou faire revivre cette institution ; le roi y ordonnait en effet qu’à l’avenir chaque capitaine présenterait seulement à la montre ou à la revue les gens d’armes de son hôtel, c’est-à-dire ceux qu’il entretenait lui-même, directement ; quant aux autres combattants de sa retenue, ils devaient être répartis en chambres, dont aucune ne comprendrait plus de 10 hommes d’armes ; le capitaine ne recevrait de gages que pour sa propre montre, chaque chambre étant payée à part. Ainsi espérait-on favoriser une répartition moins arbitraire des sommes versées aux gens de guerre34. Ces prescriptions furent reprises par l’ordonnance du 13 janvier 1374, qui prévoyait, en tant qu’organisation idéale, des routes de 100 hommes d’armes divisées en 10 unités d’égale dimension, la première correspondant à l’hôtel du capitaine, les 9 autres à autant de chambres. La réforme devait faire fortune : bientôt, apparurent le titre et la fonction de chef de chambre, dont l’autorité sur ses hommes se trouva même confirmée, en 1385, par un état d’un franc par mois que la monarchie lui fit allouer35 ; quant au terme de « chambre », on le rencontre fréquemment employé jusqu’à la fin du 15e siècle36.

  • 37 Olivier de Clisson : Dom Morioe, Preuves, t. II, col. 100—104 et 172—173. Owende Galles : B. N., n (...)

16Tel fut le schéma théorique que Charles V entendit imposer à l’ensemble de son armée. Comme il est de règle, la réalité s’en éloigna assez sensiblement. Certaines unités semblent avoir échappé à la division en chambres : c’est le cas des compagnies d’Olivier de Clisson, d’Owen de Galles et de Jean Wyn, chacune d’entre elles se présentant en une seule montre ou revue, bien que leurs effectifs allassent de 100 à 200 hommes d’armes37. Très fréquemment, les chambres eurent un effectif supérieur ou inférieur à 10.

  • 38 En fait, l’état tenait largement compte de la personnalité des capitaines (Delisle, Mand. Ch. V, p (...)

17De plus, le terme de « chambre » ne fut pas adopté par l’ensemble de l’administration militaire : s’il est d’un emploi courant dans les comptes et les quittances rédigés par le trésorier des guerres sire Jacques Renart et son successeur Pierre Cauchon, on ne le trouve qu’exceptionnellement dans les documents émanant d’autres trésoriers des guerres, Pierre Chanteprime et Jean le Flament ; ajoutons que c’est là une pure question de terminologie, puisque les mêmes unités de 10 noms, qualifiées de « chambres » par les uns, continuèrent à être appelées « compagnies » par les autres. Mais surtout, avant comme après 1374, de nombreuses routes eurent des effectifs largement inférieurs, ou largement supérieurs, à 100 hommes d’armes, tandis que la règle d’un franc d’état par homme et par mois attribué aux capitaines fut loin d’être toujours respectée38.

  • 39 Ibid. L’un des buts de l’ordonnance de 1374 était de rendre plus rare, et, partant, plus prestigie (...)

18Enfin, en plus des unités d’hommes d’armes, on comptait de nombreuses compagnies d’arbalétriers, à pied ou à cheval, les plus importantes commandées par des capitaines assistés d’un ou plusieurs connétables, les plus modestes placées sous la responsabilité d’un seul connétable39.

  • 40 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1465.
  • 41 Dom Morice, Preuves, t. II, col. 100—104 et 416—420.

19En même temps qu’il s’efforçait de s’attacher plus directement, plus étroitement, les chefs de guerre qu’il retenait ou faisait retenir à son service, Charles V voulut mettre en place un contrôle plus étroit et plus fréquent des troupes. A cet effet, le système de la revue mensuelle fut généralisé : parmi de multiples exemples, citons celui de Jacques de Harcourt, chevalier, faisant partie avec 3 autres chevaliers et 6 écuyers — on reconnaît ici la chambre réglementaire — des 400 hommes d’armes installés en Picardie sous le commandement du maître des arbalétriers, Hue de Châtillon ; les documents indiquent que ces 10 combattants furent passés en revue à Thérouanne tous les mois, entre mai 1372 et mars 137340. Pareillement, on a la preuve que les 200 hommes d’armes d’Olivier de Clisson furent inspectés chaque mois à Vannes de janvier à août 1376 puis en divers lieux de Bretagne de février 1379 à août 138041. De plus, à partir de 1369, les montres et les revues eurent fréquemment lieu — ou furent censées avoir lieu — le premier jour du mois : tel est le cas des deux exemples mentionnés ci-dessus, et, d’une façon plus générale, celui de 36 % des montres et de 61 % des revues examinées pour la période 1369-1380.

  • 42 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq. et t. III, p. 99—110.
  • 43 Ord. Roys, t. V, p. 658—661.

20Ces mesures d’uniformisation visaient en partie à simplifier la tâche des trésoriers des guerres, qui pouvaient ainsi calculer la durée du service en mois et non plus en jours ; un effort tout aussi important fut entrepris pour préciser la tâche du personnel chargé des montres et des revues : l’ordonnance du 13 janvier 1374 lui prescrivit de n’admettre que les gens de guerre qui seraient présents au moment du contrôle et disposeraient d’une monture et d’un équipement personnels ou du moins appartenant à leur maître. A chaque montre ou revue, les combattants devaient jurer de servir « pour le temps » où ils recevraient la solde du roi, et de ne se faire remplacer que s’ils étaient renvoyés, appelés ailleurs, blessés ou malades. En outre, ils devaient s’engager à ne pas piller et à payer au juste prix les biens qu’ils consommeraient. C’est dire que désormais tout homme de guerre retenu au service du roi dut prêter, non plus un seul serment, comme le prévoyaient les ordonnances de 1351 et 135642, mais deux : le premier une fois pour toutes au moment de son engagement initial, le second renouvelable périodiquement à l’occasion de chaque contrôle. Aux termes de la même ordonnance, douze personnes seulement avaient mission de passer les montres et les revues pour l’ensemble de l’armée royale, deux désignées par le connétable de France et le maître des arbalétriers et chargées des hommes de leurs hôtels ; les deux maréchaux de France ; enfin huit lieutenants choisis par ces derniers pour les remplacer au cas où leurs occupations les empêcheraient de remplir leur rôle traditionnel. Ce petit groupe d’hommes devait jurer au roi de respecter toutes les clauses de l’ordonnance concernant les montres et les revues43.

  • 44 Toutefois, c’est seulement au début du 15e siècle que fut nettement affirmé le principe selon lequ (...)
  • 45 Il s’agit d’Etienne Braque et de Jacques Renart : B. N., Clair. 14, n° 192 et fr. 25764, n° 303.

21Autant de prescriptions qui ne furent pas sans influer sur la pratique réelle : tandis qu’entre 1369 et 1373 les maréchaux du duc d’Anjou en Languedoc et les maréchaux de France en Languedoïl ou leurs lieutenants ne jouèrent qu’un faible rôle dans l’inspection des troupes, leur place s’accrut notablement à partir de 13 7444. De plus, un type nouveau de commis aux montres et revues apparut à côté du personnel purement militaire utilisé jusqu’alors : en 1380, Charles V n’hésita pas à confier à deux anciens trésoriers des guerres le soin de recevoir 2 000 hommes d’armes qu’il avait fait rassembler à Mantes et à Meaux45.

Régularité de la solde

  • 46 D’où la suppression de l’estimation et de la description des chevaux dans les montres. Pour les ge (...)

22Cependant la réussite la plus importante du roi se situe dans le domaine financier. Certes, la période 1369—1380 vit la suppression du restor des chevaux morts ou blessés, qui ne fut plus dès lors consenti qu’à titre exceptionnel46 ; le tarif des soldes accordées aux gens d’armes ne connut par ailleurs aucune augmentation, sinon toute passagère. Mais la monnaie demeura stable ; de substantielles indemnités de commandement furent accordées plus fréquemment aux chefs de guerre, les arbalétriers étrangers à pied ou à cheval, se virent offrir, à partir de 1370, des gages spécialement avantageux (annexe VI A).

  • 47 Il subsiste cependant d’autres payeurs, jouant un rôle secondaire, occasionnel : Jean Gencien, gén (...)
  • 48 Cf. pour les clercs des arbalétriers, B. M. Rouen, Leber 3401 (Menant, t. IV), f° 116 sq.
  • 49 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres ». Sur le retard dans la reddition des (...)

23Le montant des prêts fut de plus en plus souvent égal à un mois de solde ; enfin et surtout, le payement des gens de guerre s’opéra dans l’ensemble avec une remarquable régularité. A cet égard, en contraste avec la période précédente, il convient de souligner le rôle de nouveau primordial des trésoriers des guerre, qui évincèrent à peu près complètement les payeurs régionaux mis en place depuis 135547. C’est là le signe que la conduite de la guerre n’est plus le fait des clercs, nobles et bourgeois se trouvant placés à la tête des états provinciaux, responsables de la défense à l’échelon local, mais revient au roi lui-même et à ses agents, centralisant les recettes et les affectant librement, sans tenir compte de leur origine, à l’entretien d’une armée unifiée. Indice patent de la réorganisation des finances de guerre : au début du conflit franco-anglais, chaque compte des trésoriers des guerres ou des clercs des arbalétriers s’étendait sur plusieurs années48, puis une périodicité à peu près annuelle s’imposa entre 1351 et 1361 : mais de 1361 à 1369, le même compte put de nouveau couvrir plusieurs années ; enfin, de 1369 à 1380, chacun des comptes correspond à une période de neuf mois au minimum, de treize au maximum, beaucoup d’entre eux étant même exactement d’un an, allant tantôt du 1er mars au 28 février suivant, tantôt du 1er janvier au 31 décembre. Ainsi la Chambre des comptes avait-elle la possibilité de contrôler plus étroitement, plus fréquemment, l’action des trésoriers des guerres ; il n’est pas impossible de voir dans cette volonté de simplification l’action personnelle de Charles V : de fait, sous son successeur, les comptes eurent de nouveau tendance à connaître une périodicité irrégulière49.

24Cependant, la réorganisation n’alla pas jusqu’à modifier la structure des comptes, où les dépenses continuèrent à se répartir en deux grands secteurs : celui correspondant aux gens d’armes et arbalétriers qui ont compté, d’une part, celui correspondant aux prêts à compter, d’autre part. Mais le problème essentiel est ici de savoir dans quelle mesure les combattants reçurent, entre 1369 et 1380, une solde régulière et complète. L’état de la documentation ne fournit à cet égard qu’un petit nombre d’exemples partiels (annexe VII). Du moins laissent-ils une impression convergente : les gens de guerre au service du roi furent à peu près régulièrement et complètement payés. Dans l’ensemble, Charles V resta fidèle à l’avis que le bon trouvère Cuvelier place dans la bouche de du Guesclin, avant que celui-ci revienne d’Espagne pour reprendre part au conflit :

  • 50 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. II, p. 136, v. 1)257—1)266. La relative régularité de la solde (...)

Se li rois me voloit connestable establir,
Ses soudoiers baillier -pour estour maintenir
Lor soudées briefment lor ferai deservir.
Je sai bien que li rois que tant fait a cremir,
Assamblera grant gent si li vient a plaisir ;
Mais tout ce ne doit-on prisier ne chier tenir,
S’on ne lor fait argent souffisamment offrir ;
Car soudoiers qui veulent lor soudées tenir,
Si ne sont bien paie, ilz ne veulent servir
Et se les fait souvent fors pillars devenir50.

Permanence de quelques compagnies

  • 51 En août 1370, « on consilla au duch d’Ango de desrompre pour celle saison sa chevaucie et d’envoii (...)

25Charles V ne se contenta pas d’entretenir continuellement des combattants en nombre relativement important, eu égard du moins aux effectifs de pointe : il garda à son service, sous les mêmes chefs, durant plusieurs années consécutives, quelques compagnies d’hommes d’armes et d’arbalétriers, qui s’éparpillaient dans des garnisons en prenant leurs quartiers d’hiver, puis se regroupaient pour faire campagne durant la belle saison, là où l’exigeaient les impératifs militaires51 ; Bertrand du Guesclin, Louis de Sancerre, Olivier de Clisson, Guillaume des Bordes, Owen de Galles, Alain de Beaumont, Thibaud du Pont, d’autres encore, furent ainsi constamment au service du roi avec leur compagnie : pareillement, Hue du Boulay et ses 20 hommes d’armes, continuellement présents autour de la personne de Charles V entre 1369 et 1379, formèrent, avec Etienne Présent et sa troupe de 24 arbalétriers à cheval français pour la garde du corps, l’embryon de la maison militaire des rois de France. Ces capitaines disposèrent, selon les termes du temps, d’effectifs « ordinaires », « retenus pieça » ou « ja pieça », auxquels venaient s’ajouter des combattants « de creue » servant sous le même personnel pour une durée limitée à quelques mois. Cette organisation nouvelle était certes coûteuse, obligeant les services financiers à entretenir des gens de guerre en inactivité. Mais les avantages l’emportaient sur les inconvénients : en particulier ces troupes ordinaires échappaient à la pratique des cassements aussi néfaste pour la discipline que ruineuse pour les populations ; elles se trouvaient à la constante disposition du roi, qui pouvait dès lors répondre rapidement à toute menace, aussi imprévue fût-elle. Plus encore : cette nouvelle structure favorisait la formation de professionnels de la guerre, pour lesquels le service du roi constituait, non point une occupation plus ou moins passagère, mais un authentique métier.

26Ainsi se présente l’armée de la reconquête. Parmi les principaux rouages utilisés, aucun n’est tout à fait inédit : le barême des soldes, la variété des types militaires, le prêt à compter et la revue mensuels, le rôle des trésoriers des guerres et des maréchaux de France, les compagnies et les routes, avec leur division en chambres, la place et les responsabilités des capitaines, les obligations militaires, les lettres de retenue, autant de données qui existaient dès avant 1369. Dans le domaine des innovations, la période antérieure — à partir de 1350 — fut bien plus féconde. Mais le mérite de Charles V n’en reste pas moins réel : il généralisa des expériences qui s’étaient révélées efficaces, opéra une sélection judicieuse entre les différentes options qui s’offraient à lui en matière de recrutement et d’organisation ; il sut ajuster les dimensions de ses forces à ses possibilités financières et administratives, établir un rapport étroit entre la nature de son armée et la tactique qu’il lui imposait ; dès le départ, il prévit une guerre longue, des campagnes répétées, requérant un effort que le pouvoir et le pays devaient être en mesure de maintenir et de renouveler ; son originalité fut d’avoir utilisé pour son œuvre de reconquête des structures militaires mises en place précédemment dans un but essentiellement défensif ; enfin il sentit l’impérieuse nécessité de disposer en permanence d’un important noyau de combattants solidement encadrés par un petit nombre de capitaines dont il prit soin à la fois de surveiller l’activité et de renforcer l’autorité. En d’autres termes, il se servit de rouages déjà en place, éprouvés, pour organiser une force d’intervention permanente.

  • 52 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 185. Cf. aussi du même écrivain, Livre de la Paix, p. 141 : « La (...)
  • 53 Froissart, Chron., t. XIV, p. 133

27Cependant cette mise au point de tout un ensemble militaire ayant en quelque sorte trouvé son équilibre, fruit d’un effort tenace, réfléchi, ne suffit pas à expliquer l’ampleur ni surtout la constance des succès français. D’une part, en effet, la reconquête fut grandement facilitée par les erreurs stratégiques monumentales d’un adversaire qui dirigea l’essentiel de son effort dans des chevauchées souvent prestigieuses mais toujours inutiles : que serait-il advenu si les troupes anglaises débarquées sur le continent avaient exclusivement servi à renforcer les places du Poitou, de la Saintonge ou du Quercy, ou si les secours amenés par le comte de Pembroke en 1372 n’avaient pas été détruits par la flotte castillane ? D’autre part, il est probable qu’un changement d’ordre psychologique se produisit alors, dont Charles V n’est que partiellement responsable : au temps de l’« endormie chevalerie de France », pour reprendre l’expression de Christine de Pisan52, succéda une période où une large fraction de la noblesse française retrouva le goût de la guerre. Ce fut alors au tour des Français de se « truffer » de leurs adversaires : « Les Anglois souloient dire que nous savions mieulx danser et caroler que mener guerre. Or est le temps retourné ; ilz se reposeront et caroleront, et nous garderons noz marches et noz frontières tellement que n’y prendront point de dommaige »53.

Notes

1 Molinier, « Fragments inédits de la Chronique de Jean de Noyai », p. 263.

2 Cf. l’intitulé des comptes des trésoriers des guerres : « Payemens fais par ledit temps aus gens d’armes et arbalestriers qui ont servy le roy en ses guerres » (B. N., n. a. fr. 7414, f° 196r° : compte de Jacques Renart, du 7 décembre 1373 au 1er janvier 1375).

3 Presque toujours, les gens de guerre furent payés par l’un ou l’autre des trois trésoriers des guerres en exercice : l’un pour la Languedoc, les deux autres poulie reste du royaume. On ne possède que deux chiffres de recettes :

  • compte de Jean le Mercier, du 1er avril 1369 au 1er mars 1370 (11 mois) : 295 344 l. 7 s. 2 d. t. (Moranvillé, Jean le Mercier, p. 213).
  • compte de Jean le Flament de 1378 : 366 142 l. t. (B. N., n. a. fr. 20528, p. 25).

Si l’on admet que le trésorier des guerres de Languedoc avait des ressources montant au cinquième des ressources totales des trésoriers des guerres, on aboutit à des recettes annuelles de l’ordre de 825 000 l. t. On peut penser que les dépenses furent du même ordre de grandeur ; certes, toutes n’étaient pas proprement destinées à la guerre, mais ces détournements se trouvent largement compensés par le produit d’autres recettes. Le chiffre de 825 000 l. t. paraît pouvoir correspondre à la seule solde des gens de guerre (gages et états des chefs), à l’exclusion des dépenses pour le matériel, l’artillerie, les fortifications, la marine. Un document publié et utilisé par Rey lui permet de conclure qu’en 1372—1373, recettes du domaine, des tailles exceptionnelles et de la Languedoc exclues, Charles V put disposer d’environ 1 530 000 l.t. Si même on néglige les ressources domaniales et les tailles exceptionnelles et si l’on admet que la Languedoc fournissait le cinquième des recettes totales du royaume, il est plausible d’estimer ces dernières à 1 900 000 l. t. ; il y aurait donc eu un peu moins de la moitié de cette somme consacrée à l’entretien de l’armée royale, ce qui, par comparaison avec le 15e siècle, n’a rien d’invraisemblable (Rey, Le domaine du roi, p. 36 sq. et 371 sq.). Pour la part revenant à la Languedoc, cf. ibid., p. 262.

4 Delisle, Mand. Ch. V, n° 562, p. 277 et n° 679, p. 342.

5 Chron. premiers Valois, p. 293, citée par Lehoux, Jean de Berri, t. II, p. 20, n. 58 000 hommes d’armes représentent, théoriquement, une dépense de 1 440 000 l. t. Cf. aussi le « fet sus de 6 000 hommes d’armes » auquel il est fait allusion dans un compte de 1380 (Champollion-Figeac, Doc. hist. inéd., t. III, n° 28, p. 471).

6 Outre les 5 comptes de Jean le Mercier, publiés par Moranvillé, Jean le Mercier, on s’est servi des 5 comptes de Jacques Renart, allant du 7 décembre 1373 au 27 janvier 1379 (B. N., n. a. fr. 7414, f° 196—281), des 2 comptes de Jean le Flament pour la période 1378—1380 (B. N., n. a. fr. 20528, p. 25—77) et du compte de Pierre Cauchon de 1379 à 1380 (B. N., n. a. fr. 7414, f° 282—303). Le règlement des finances du 6 décembre 1373 prévoit, Languedoc exclue, un effectif de 800 arbalétriers (Ord. Roys, t. V, p. 645—651). Or, en Languedoc, en 1374, Baldo Doria, a sous ses ordres 500 arbalétriers (Hist. Languedoc, t. X, col. 1503—1505). En 1379, les deux trésoriers des guerres de la Languedoïl soldent 375 arbalétriers à cheval et 645 arbalétriers à pied. Pour le calcul de la dépense, j’ai appliqué les gages courants à l’époque, en tenant compte de la présence éventuelle de chevaliers bannerets, de chevaliers bacheliers, de capitaines et de connétables d’arbalétriers et des états qui leur sont généralement accordés.

7 Ord. Roys, t. V, p. 537—541. A juste titre, Christine de Pisan insiste sur la continuité de l’effort militaire entrepris par Charles V : « Pour lesquelz guerres convenoit tenir continuellement gens d’armes en V ou VI lieux, es frontieres et par le royaume ou mesmement sur mer, c’est assavoir en Guienne tres grant ost, si que dit est, en Picardie, semblablement en Bretaigne, en Languedoc, en Auvergne (...) Item, sur mer, a garder les passaiges continuellement y tenoit le bon amiral Monseigneur Jehan de Vienne, a tout XXV ou XX galées tres bien garnies de gens d’armes et de trait et de quanque il convient, sans les autres barges et autres vaisseaux qui, courant la mer, maint encombrier faisoient aux ennemis » (Livre de la Paix, p. 111).

8 1369 : 6 000 combattants ; 1373 : 6 000 ; 1375 : 4 000 ; 1380 : 5 200 (Sherborne, « Indentured Retinues »).

9 Ou 1377 (Rey, Finances royales, p. 428). Jean de Lyon est toujours en activité le 10 août 1377 (B. N., Clair. 17, n° 138). Titre de Milet de Lyon : Delisle, M and. Ch. V, p. 912, n° 1862. Autre différence : le père était simple sergent d’armes ; le fils est qualifié d’écuyer dans les documents officiels (B. N., p. o. 1726, dossier De Lion, n° 23 : 1386) ; on le voit participer h la guerre en tant que combattant, ayant sous lui des « escuiers » (ibid., n° 24 : 1388).

10 Terrier de Loray, Jean de Vienne, p. XX, p. j. 25.

11 Ainsi lors du siège de Cherbourg en 1378 (B. N., fr. 25764, n° 281 et 282). A la même date, « XIIe grosses pierrez d’engin » furent transportées dans la tour du château de Regnéville (B. N., fr. 26040, n° 5000).

12 Delisle, Saint-Sauveur, p. 193—196 et 237.

13 Grand canon de fer construit à Caen du 22 mars au 3 mai 1375 ; on y emploie 885 livres de fer d’Auge, 1 200 livres de fer d’Espagne et 200 livres d’acier. Toutefois, le plus grand nombre des pièces était de fort petite dimension. La consommation de poudre, par rapport au poids du projectile, était très faible.

14 Deux documents permettront de préciser la place de l’artillerie nouvelle :

  1. Inventaire de « l’artillerie, trait et autres choses touchans deffence » étant au château de Vire en 1379 :
  2. 60 arbalètes.
  3. 20 caisses de viretons.
  4. 12 « falos ».
  5. 200 « tourteaus ».
  6. 2 canons perriers, jetant des pierres de 40 et 30 livres.
  7. 100 livres de poudre à canon.
  8. 200 pierres pour les canons.
  9. un « engin perrier tout prest en double cordage ».
  10. 200 pierres pour l’engin. (Moranvillé, Jean le Mercier, p. j. 55, p. 324).
  11. Inventaire de « l’artillerie, trait et autres choses touchant deffences » étant au château de Caen en 1379 :
  12. outre diverses sortes de trait, 98 arbalètes et 2 « espringales ».
  13. deux « grans engins periers garnis de double cordage ».
  14. deux canons perriers jettant des pierres de 40 et 30 livres.
  15. 200 livres de poudre à canon. (B. M., Add. Ch. 6743).

15 Il convient de souligner ici l’importance de l’ordonnance royale du 3 avril 1369, visant à généraliser les oonfréries urbaines d’archers et d’arbalétriers (Luce, La France pendant la guerre de Cent ans, t. I, p. 102 et Ord. Roys, t. I, p. 172—173).

16 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1597.

17 Froissart, Chron., t. IX, p. 82.

18 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 310, n° 727. Morel, « Mutinerie militaire à Arras en 1373 » : envoi de 35 arbalétriers, répartis en deux connétablies, celle « dedens la ville », sous la conduite d’un ancien échevin, Regnault Wion, et celle « de dehors ». La première était sans doute constituée par la confrérie des arbalétriers privilégiés.

19 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 386-387, n° DCCCXIII.

20 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 313, n° 732.

21 Ibid., p. 339—340, n° 750.

22 Ibid., p. 313, n° 732.

23 Delisle, Mand. Ch. V, en fournit de nombreux exemples : n° 845, p. 433 — 434 ; n° 880, p. 454-455 ; n° 983, p. 509.

24 Cf. pourtant deux lettres de retenue émanant du duc d’Anjou : B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 35 (1369) et 751, dossier Chiperel, n° 3 (1369).

25 B. N., lat. 13868, f° 62v°-63r°.

26 Ord. Roys, t. V, p. 660.

27 Monicat, Grandes Compagnies en Velay, p. j. XV, p. 224—226.

28 B. N., lat. 13868, fo 33v°-34r°.

29 Parmi les exceptions, celle d’Olivier de Clisson, retenant, en 1371, des combattants « par mandement du roy » pour tenter de lever le siège de la forteresse de Moncontour de Poitou (A. M. Poitiers, B 2, 9 ; mandement de Charles V dans Delisle, Mand. Ch. V, p. 417-418, n° 814).

30 Cf. Chron. Jean de Noyai, éd. Molinier, p. 271 et Froissart, Chron., t. VIII, p. 92. Cette politique impliquait le renforcement du réseau des chevaueheurs et des messagers (ibid., t. VIII, p. 210). Cf. aussi Philippe de Mézières dans le Songe du Vieil Pelerin, B. N., fr. 22542, f° 154 : « Le chevetaine doit avoir ses chevaucheurs plusieurs et messaigés a pié pour faire assavoir au roy son seigneur de l’estat de l’ost en actendant tousjours par le moyen desdiz chevaucheurs le commandement du roy, et est expedient au roy et a son chevetaine que le chevetaine ayt du roy certains signes vocables ou nouvelles ABC que nulz ne saiche lire, fors tant seulement le roy et son privé secretaire et le chevetaine, s’il scet scripre [la notation est typique] tant seulement, et s’il ne scet escripre son secretaire loyal que le roy lui ara baillé, par lesquels signes ou ABC le chevetaine pourra escripre plainement au roy de toutes choses ».

31 En revanche, les descriptions des chroniqueurs continuent à y faire allusion

32 Cf. l’emploi du mot par Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 36 et 61.

33 Ord. Roys, t. V, p. 658—661.

34 Delisle, Mand. Ch. V, p. 510, n° 986.

35 B. N., Clair. 73, n° 37 et 74. Cf. l’expression suivante : « Ducs, comtes et barons, capitaines et chefs de chambre de gens d’armes, archers et arbalestriers qui étaient et sont venus servir le roy en ses guerres en la 2e chevauchée qu’il fit et a faite l’an 1383 au pays de Flandres pour le fait de Bourbourg » (B. N., fr. 7858, f° 221). On trouve toujours l’expression traditionnelle « chef de montre » (ibid., 4493, f° 3v° : 1395). Faut-il voir dans cette nouvelle organisation une imitation de l’Antiquité gréco-romaine î Venant d’évoquer du Guesclin et les « nobles barons » de son entourage, Christine de Pisan poursuit : « A ce propos, dit Aristote la ou il parle de chevalerie, que en chascune baniere des chevetaines doit avoir lettres ou enseignes affin que chascun homme d’armes se sache retraire soubz qui il est commis, et anciennement faisoient chevetains qui soubz eulx avoient C chevaliers, c’est assavoir hommes d’armes, et chascune Xe avoit aussi un chief et puis tous ensemble se retreoient soubz le centurion » (Livre Charles V, t. I, p. 218—219).

36 Infra, p. 482.

37 Olivier de Clisson : Dom Morioe, Preuves, t. II, col. 100—104 et 172—173. Owende Galles : B. N., n. a. fr. 8603, n° 55. Jean Wyn : B. N„ Clair. 114, no 77.

38 En fait, l’état tenait largement compte de la personnalité des capitaines (Delisle, Mand. Ch. V, p. 895 sq„ n° 1830).

39 Ibid. L’un des buts de l’ordonnance de 1374 était de rendre plus rare, et, partant, plus prestigieux, le titre de capitaine. Même tendance pour les chefs d’arbalétriers : dans le compte d’Arnoul Boucher, trésorier des guerres, pour 1390—1392, il est fait allusion à une ordonnance promulguée par Charles VI « sur le fait des frontieres de son royaume », prévoyant que « nul ne doie estre capitaine d’arbalestriers s’il n’a le nombre de cinquante compaignons ou de XL, ne aussy connestable d’arbalestriers s’il n’en a XXV ou XX du moins » ; la règle souffrit des exceptions (B. N., fr. 4482, p. 161).

40 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1465.

41 Dom Morice, Preuves, t. II, col. 100—104 et 416—420.

42 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq. et t. III, p. 99—110.

43 Ord. Roys, t. V, p. 658—661.

44 Toutefois, c’est seulement au début du 15e siècle que fut nettement affirmé le principe selon lequel il appartenait « aux mareschaulx et maistre des arbalestriers de France seulz et pour le tout a cause de leursdits offices » de voir, recevoir et passer respectivement les hommes d’armes et archers d’une part, les arbalétriers de l’autre (Ord. Roys, t. IX, p. 589 et t. X, p. 57—58).

45 Il s’agit d’Etienne Braque et de Jacques Renart : B. N., Clair. 14, n° 192 et fr. 25764, n° 303.

46 D’où la suppression de l’estimation et de la description des chevaux dans les montres. Pour les gens de guerre au service du roi (il en va en effet différemment pour ceux au service du duc de Bourgogne par exemple), les derniers exemples d’estimation et de description des chevaux datent respectivement de 1375 et 1380.

47 Il subsiste cependant d’autres payeurs, jouant un rôle secondaire, occasionnel : Jean Gencien, général maître des monnaies du roi, receveur du prêt fait à Charles V « pour certain nombre de paies de gens d’armes pour enforcier le connestable de France », Bertrand du Guesclin (B. N., p. o. 1306, dossier Gencien, n° 7 : 1370) ; Aymeri Renout, bailli de Cotentin, receveur des aides pour le payement du comte d’Alençon, lieutenant du roi en Basse-Normandie (B. N., p. o. 1134, dossier La Ferté-Fresnel, n° 10 : 1370) ; Jean Cornevallois, receveur dans la vicomté de Montivilliers (ibid., 2000, dossier Du Moustier, n° 9 : 1373) ; Michel Durant, receveur général de Normandie (ibid., 375, dossier Boby, n° 2 : 1374) ; Guillaume du Hazel, receveur des aides pour les gens d’armes des bastides d’Evreux, Breteuil et Beaumont-le-Roger (ibid., 1699, dossier Lestandart, n° 14 : 1377, et 1636, dossier Landes en Normandie, n° 9 : 1378). S’il n’existe plus de clerc des arbalétriers — encore que Jean le Flament, en 1378, ait conjointement porté les deux titres de trésorier des guerres et de clerc des arbalétriers (ibid., 1160, dossier Le Flament, n° 33) —, on relève, comme par le passé, trois trésoriers des guerres :

  • Languedoc : entre 1368 et 1380, Etienne de Montmégean, qualifié de trésorier des guerres du roi et du duc d’Anjou, ce qui manifeste l’autonomie très grande de ce dernier dans son domaine, véritable vice-roi de la France méridionale entre 1364 et 1380. Ce bourgeois de Toulouse fut anobli, dès 1358, par Jean de France, futur duc de Berri. Sa nomination comme trésorier des guerres date du 12 novembre 1368 ; il fut renouvelé dans cet office le 6 novembre 1369 (ibid., 2029, dossier Montmégean, n° 5, 8 et 9). Il fut remplacé par Jean de la Garde en 1380 (Mirot « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », p. 293 ; pouvoirs accordés à ce dernier dans B. N., lat. 13868, f° 62v°).
  • Nomination de Jean le Mercier comme trésorier des guerres le 27 mars 1369, à la place de Nicolas Odde, qui « ne peut en personne faire ledit office » et obtient du roi « certaine rente ou pension à vie » (Moranvillé, Jean le Mercier, p. 205). Nicolas Odde était sans doute assez âgé en 1369 : il est signalé dès 1347 comme changeur du trésor (B. N., p. o. 232, dossier Bavelinghem, n° 2), accomplit différentes tâches financières en 1349—1350 (Viard, Journ. Trés. Ph. VI, qui distingue, apparemment sans raison, deux Nicolas Odde), est receveur général pour le roi outre la rivière de Loire et en tout le pays de Languedoc en 1356 (Arch. hist. Poitou, t. XX, p. 281, n° 20) ; son compte comme trésorier des guerres du 24 mars 1359 au 28 mars 1369 (B. N., fr. 20692, f° 137—140v°). Les successeurs de Jean le Mercier furent Pierre Chanteprime, à partir de 1374, et Jean le Plament, à partir de 1378.
  • En 1369, nomination d’Etienne Braque à la place de Nicolas de Mauregart. Les successeurs d’Etienne Braque furent, à partir de 1373, « sire » Jacques Renart puis, à partir de 1379, Pierre Cauchon (Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres »).

48 Cf. pour les clercs des arbalétriers, B. M. Rouen, Leber 3401 (Menant, t. IV), f° 116 sq.

49 Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres ». Sur le retard dans la reddition des comptes des trésoriers des guerres, cf. A. N., JJ 99, n° 650.

50 Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. II, p. 136, v. 1)257—1)266. La relative régularité de la solde n’empêcha pas la pratique des prélèvements gratuits aux dépens de la population de se poursuivre et même de se généraliser ; cf. Chron. reg. Franc., t. II, p. 295 — 296, cité par Lehoux, Duc de Berri, t. II, p. 9, n. 1

51 En août 1370, « on consilla au duch d’Ango de desrompre pour celle saison sa chevaucie et d’envoiier toutes ses gens ens es garnisons et de guerriier par garnisons, car il en avoient asses fait pour ce temps » (Froissart, Chron., t. VII, p. 241). Cf. aussi ibid., t. VIII, p. 118 et 182.

52 Pisan, Livre Charles V, t. I, p. 185. Cf. aussi du même écrivain, Livre de la Paix, p. 141 : « La chevalerie de France, qui estoit devenue comme toute amortie par l’espoventement des males fortunes passées fut par lui [Charles V] resveillée, source et remise sus en ttres grant hardiece et bonne fortune ». Cf. aussi le témoignage de Mézières, Songe du Vieil Pelerin, t. I, p. 530 : « Troys estaz de personnes se treuvent en la dicte chevalerie francoise, exercans le fait d’armes, sans les chevetaines cy dessus assez largement recitez ; c’est assavoir le commun des nobles qui ne sieuvent pas la guerre se n’est quant le roy va en l’ost ; le second ordre des personnes si est des chevaliers et escuiers qui continuelment sieuvent la guerre contre les adversaires ; mais le tiers ordre si est des personnes non nobles, de petit estât et aucunesfoiz laboureurs ou de me6tier, qui, les ungs par hardiesse, les autres par pillage, se sont faiz gens d’armes, et sont sans nombre, et les aucunes de grant puissance et de horrible tyrannie, si comme Teste Noyre et plusieurs de sa route »

53 Froissart, Chron., t. XIV, p. 133

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search