Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Première partie. Les forces militaires de la monarchie française au milieu du XIVe siècle (1337-1369)

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 89.

1Pour « soutenir »1 sa guerre contre le roi d’Angleterre et ses autres ennemis, Philippe de Valois disposait au départ d’une autorité lui permettant de mobiliser en sa faveur une grande partie des forces du royaume. D pouvait interdire les guerres privées, les gages de bataille, les joutes et les tournois, prohiber l’exportation du fer, de l’acier, des armures, des « grands chevaux », réprimer tout commerce avec l’adversaire, défendre aux nobles et aux non-nobles de quitter la France sans sa permission. Il demandait à l’Église le concours de ses prières pour le succès des armes. Il revendiquait le contrôle de tous les points forts du royaume — villes fermées, châteaux, forteresses —, qu’ils lui appartinssent ou non en propre. Par le droit de prise, aucun bien de consommation n’échappait complètement aux besoins ou à la convoitise de ses agents. Il pouvait exiger l’armement préventif des populations. Mais surtout l’aide militaire active de ses sujets lui était acquise par le recours à la semonce des nobles et, plus encore, à l’arrière-ban. En d’autres termes, par comparaison aux souverains anglais, les rois de France, durant les premières décennies du 14e siècle, avaient largement comblé dans le domaine militaire le retard dont un siècle et demi plus tôt Louis VII souffrait par rapport à Henri II Plantagenêt.

2Par ailleurs, le prestige politique de la monarchie française, sa puissance financière, lui assuraient le concours d’une part appréciable de l’aristocratie occidentale à une époque où aucun autre grand conflit ne s’offrait aux appétits belliqueux d’une société nobiliaire encore pléthorique.

3Enfin, Philippe VI, pour encadrer ses soudoyers, pouvait compter sur un personnel déjà en place : à l’échelon central, les grands officiers militaires — connétable, maréchaux, amiral, maître des arbalétriers —, les chevaliers, écuyers, huissiers, sergents d’armes, chevaucheurs de l’Hôtel, les gens de finance, parmi lesquels les trésoriers des guerres et le clerc des arbalétriers ; à l’échelon régional, les châtelains royaux et surtout les baillis et les sénéchaux.

4Cet ensemble de droits, d’institutions et d’hommes, permit à Philippe de Valois d’entretenir tout un réseau de garnisons installées en Flandre, en Picardie, en Artois, en Thiérache, en Saintonge, en Gascogne, puis en Normandie, en Bretagne et en Poitou, mais aussi de réunir à plusieurs reprises des armées ou osts aux effectifs imposants.

  • 2 Le Patourel, « Edward III and the Kingdom of France ».

5Cependant, le contexte politique, social, économique, mental du temps ne permettait pas au roi de faire un usage illimité de ses immenses pouvoirs. De larges secteurs du royaume échappaient complètement à son autorité. Même là où elle était reconnue, il devait compter avec des résistances et des réticences plus ou moins dissimulées, d’ordre financier et politique. L’esprit des ligues nobiliaires du temps de Louis X était loin d’avoir disparu. Édouard III sut profiter de ces forces d’opposition à l’unité monarchique, les raviver dans la mesure du possible2. De plus, pour beaucoup de Français, le conflit demeurait la guerre du roi et non la leur. Ses sujets le servaient théoriquement au nom d’un principe général, la défense du royaume et de la couronne ; mais ce principe général se traduisait pratiquement en une multitude de contrats, d’alliances, d’accords particuliers, que les circonstances pouvaient amener à remettre en question. Certes, on admettait un effort important, mais limité à une courte période, à une campagne de quelques semaines devant culminer dans un choc décisif, qui permettrait le retour à une paix durable. On se faisait difficilement à l’idée d’un effort continu pour parer à une menace permanente. Par ailleurs, en dépit de ses réels mérites, l’organisation militaire française souffrait du contrôle insuffisant et du financement précaire des troupes, et, plus encore, d’un grave manque de cohésion, chaque seigneur, capitaine ou chef de guerre conservant une très large autonomie d’action au sein d’armées qui ressemblaient davantage à un agglomérat de forces disparates qu’à un ensemble ordonné et hiérarchisé.

6Il faut croire que Philippe VI et ses conseillers soupçonnaient les insuffisances de leur instrument militaire car, dès avant les premières défaites, on les voit hésiter à livrer bataille en dépit de leur supériorité numérique, préférant, dans le nord du royaume, opposer à Édouard III une résistance prudente, jusqu’à ce qu’il se lasse et épuise ses moyens financiers, et dans le Sud-Ouest, mener une guerre obstinée de sièges, de coups de main, de razzias.

  • 3 Sur les difficultés d’ordre financier, cf. Prince, « The Payment of Army Wages ».

7Toutefois les imperfections d’ordre institutionnel ne suffisent pas à expliquer les échecs subis par Philippe VI dans les dernières années de son règne. L’armée du roi d’Angleterre avait elle aussi ses déficiences et ses difficultés3. Sa grande force venait surtout de ce que, sur le terrain, elle recourait à un procédé réputé imparable, où la tactique de la cavalerie démontée, du grand arc et d’un système de fortification rudimentaire, lui assurait à la fois la certitude de vaincre et la victoire.

8Face à la longue série de leurs malheurs, il serait faux de prétendre que les Valois demeurèrent passifs Sans chercher proprement à étendre leurs pouvoirs ni leurs moyens d’action, ils s’efforcèrent d’en faire une meilleure utilisation. La revue fut introduite à côté de la montre ; les gages s’adaptèrent tant bien que mal aux mutations monétaires ; l’usage de la lettre de retenue fut développé, perfectionné ; les commandements régionaux furent multipliés ; une autorité croissante fut accordée aux capitaines de gens d’armes et de pied. Philippe VI et surtout Jean le Bon négligèrent dans l’ensemble les communes, militairement inutilisables, politiquement dangereuses, mais ils voulurent répandre la pratique de l’arc et de l’arbalète parmi leurs sujets et demandèrent aux villes de petits contingents d’hommes de trait bien exercés. Ils eurent recours à de nouveaux types de combattants : brigands, pavesiers montés, archers à pied ou à cheval.

9Certes, ces réformes ou ces innovations n’eurent rien de révolutionnaire : pas de bouleversement, mais d’assez timides retouches. Faut-il pour autant accuser d’impéritie un pouvoir aveuglément attaché à des idéaux surannés ? Les adversaires des Valois ne se présentèrent-ils pas, eux aussi, comme des modèles achevés de chevalerie ? En fait, l’organisation militaire reflétait celle de la société française dans son ensemble. Vouloir la transformer radicalement, c’était, à une époque de tensions sociales latentes ou ouvertes, remettre en cause les fondements de l’ordre établi. La monarchie ne pouvait prendre un tel risque. De plus, chacun avait plus ou moins le sentiment que les réformes institutionnelles n’étaient pas l’essentiel, et qu’il fallait surtout des réformes morales et tactiques.

10Dix ans après Crécy, la défaite de Poitiers détruisit toutes les illusions. Alors sonna l’heure des états généraux et provinciaux, qui prétendirent écarter ou surveiller étroitement les grands commis de la monarchie, établir une solde stable et régulière, réfréner l’indiscipline des combattants, mener une guerre pure et dure, qu’aucune trêve ne viendrait interrompre, consacrer toutes les ressources du royaume à la défense, recourir au recrutement, au financement local pour assurer la protection locale. Autant de mesures qui modifiaient profondément les structures politiques de la France, mais qui n’entraînaient aucune véritable révolution militaire. Beaucoup d’entre elles étaient en accord avec la nouvelle conception de la guerre qui prévalut dans l’entourage du régent à partir de 1359 : se tenir sur la défensive, refuser à l’adversaire la bataille rangée. Aussi, après avoir surmonté la crise où la centralisation avait été menacée, où son autonomie avait failli sombrer, la monarchie des Valois ne les écarta pas mais préféra les utiliser durant la période de paix relative, ou de guerre « couverte », qui suivit la conclusion du traité de Calais. Jusqu’en 1367 au moins, aucune mesure militaire ne peut être décelée, annonçant la réouverture des hostilités. L’élément le plus positif était sans doute que désormais la royauté française disposait de tout un passé guerrier, au cours duquel les rouages des institutions militaires s’étaient progressivement mis en place, ajustés, simplifiés, s’affinant et se fortifiant tout à la fois à la lumière d’expériences tragiques qui lui avaient appris à la longue l’art de mettre en accord les ambitions et les possibilités.

Notes

1 Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 89.

2 Le Patourel, « Edward III and the Kingdom of France ».

3 Sur les difficultés d’ordre financier, cf. Prince, « The Payment of Army Wages ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search