Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Première partie. Les forces militaires de la monarchie française au milieu du XIVe siècle (1337-1369)

Chapitre IV. Contrôle et entretien

Texte intégral

A. MONTRE, MONTRE NOUVELLE, REVUE

1Lorsque commença le conflit entre Édouard III et Philippe VI, la monarchie française, depuis longtemps déjà, utilisait pour contrôler les troupes se trouvant à son service le système de la montre. Il a déjà été fait allusion plusieurs fois à cet acte essentiel de la vie militaire dont il s’agit maintenant d’examiner le mécanisme, de préciser la nature, d’énumérer les fonctions.

  • 1 B. N., n. a. fr. 6861, f° 315v°. Sur Jean Boutillier, cf. F. Aubert, « Les sources de la procédure (...)
  • 2 B. N., Clair. 7, n° 153 (1353) et 4, n° 134 (1352) ; B. N., Doat 186, f° 162r° (1338).
  • 3 « La monstre des gens d’armes et de pié touchant nostre office veue tant par nous, Galois de la Bal (...)
  • 4 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 912—913.
  • 5 B. N., Clair. 11, n° 176 (1351) ; 14, n° 98 (1351) et 61, n° 180 (1349) ; n. a. fr. 9236, p. 37 et (...)
  • 6 B. N., Clair. 12, n° 34 (1351) et 27, n° 3 (1355) ; Bibl. min. Armées, A I b 1625, t. IV, n° 1 (135 (...)
  • 7 B. N., Clair. 87, n° 56 ; n. a. fr. 9236, p. 130 et 143 et 9239, f° 214r° et 228r°. De même, le maî (...)
  • 8 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 49 ; B. N., fr. 25764, n° 196 ; n.a. fr. 9240 (...)
  • 9 Cf. par exemple « la monstre des gens d’armes de l’ostel de nous, Arnoul, sire d’Audeneham, maresch (...)

2Le soin de recevoir les montres des gens de guerre appartenait en premier lieu, de par leur office, aux deux maréchaux de France. La Somme rural de Jean Boutillier, composée entre 1370 et 1395, le confirme : ils ont « toutes les monstres des gens d’armes et lez retenues et les doivent avoir par escript »1. Dès le début de la guerre de Cent ans, on les voit accomplir cette tâche, tantôt à titre individuel, tantôt collégialement, sans que dans ce cas soit indiqué lequel d’entre eux était effectivement présent à la montre2. Le maître des arbalétriers avait un rôle analogue, non seulement pour les hommes de pied mais encore pour les hommes d’armes et de cheval3. C’est plus tard seulement que sa compétence se limita aux seuls gens de trait. Les maréchaux et le maître des arbalétriers, dont les responsabilités étaient multiples, ne montraient guère de zèle à passer les montres4 et s’en remettaient souvent à des lieutenants, commis ou prévôts, parfois affectés à une région déterminée5. D’autres personnages étaient désignés pour la même fonction directement par le roi, par son fils aîné, ou par ses lieutenants dans le cadre de leur gouvernement6. Fréquemment, les princes et les grands seigneurs disposaient de leurs propres maréchaux qui recevaient les montres des gens de guerre servant sous leur commandement : en 1340, le comte de Valentinois, le connétable de France, le duc de Normandie, le roi de Navarre, le comte d’Armagnac, avaient chacun un ou deux maréchaux affectés à leur propre bataillé7. Certains grands fiefs — la Bourgogne, le Dauphiné, l’Auvergne, la Champagne, la Normandie, le Berri — disposaient en permanence d’un maréchal dont l’une des missions était de contrôler les gens de guerre originaires de leur province respective ou y combattant8. Ainsi, les montres étaient reçues par une multitude d’individus, appartenant tous à la noblesse militaire, chevaliers plus souvent qu’écuyers, investis par des autorités fort variables et dès lors imparfaitement rattachés à la personne du roi. De plus, la facilité qu’avaient certains chefs, comme le connétable et les maréchaux de France, d’envoyer la montre de leurs propres effectifs permettait tous les abus9.

  • 10 Ord. Roys, t. III, p. 34—37.
  • 11 Ibid., t. III, p. 99-110.
  • 12 B. N., fr. 26298, n° 325 ; p. o. 1479, dossier Hangest, n° 14 et 1987, dossier Montaurel, n° 5.
  • 13 Ibid,., 348, dossier Le Bigot, n° 3.
  • 14 B. N., Clair. 14, n° 190 et n. a. fr. 7413, f° 567. Même chose pour l’Orléanais : p. o. 2008, dossi (...)
  • 15 Ibid., 1440, dossier Guyencourt, n° 6.
  • 16 1356 : B. N., p. o. 2566, dossier Roussel, n° 10 ; 1725, dossier Lindebeuf, n° 2 ; 1311, dossier Ge (...)
  • 17 Le 20 avril 1363, Jean le Bon accorde aux députés des états de la sénéchaussée de Beaucaire et de N (...)
  • 18 B. N., Clair. 114, n° 6.

3Entre 1355 et 1358, les états généraux et provinciaux tentèrent d’imposer à la monarchie des réformes destinées à remédier aux pratiques frauduleuses dont les montres étaient trop souvent l’occasion. L’ordonnance promulguée à la suite de l’assemblée des états de Languedoïl, en décembre 1355, prescrivit la présence aux montres, à côté des représentants du roi, de ses lieutenants ou de ses officiers, de « superintendants » des trois états ou de leurs députés. De plus, elle interdisait aux chefs de guerre, quelles que fussent leur dignité et leur condition, même s’ils étaient du sang ou du lignage royal, de se soustraire aux montres et de fournir eux-mêmes la déclaration de leur propre contingent10. En 1356, les états de Languedoc décidèrent de désigner douze personnes, représentant la noblesse, les « communautés » et même les gens d’Église, si ces derniers du moins le désiraient, pour recevoir les montres des gens de guerre qu’ils comptaient retenir et contrôler de la sorte l’action du « maréchal de la guerre »11. Ces mesures furent partiellement appliquées : en 1356 Pierre de Villers, chevalier, et Guillaume de Chapedelaine, clerc, tous deux « commis quant a ce de par les III Estas », envoyent à Aymar Bourgeoise, trésorier général des impositions et gabelles ordonnées pour les guerres dans les bailliages de Caen et de Cotentin, les montres d’un certain nombre d’hommes d’armes reçues par deux chevaliers, Mahieu de Roquemont et Jean de Troguoison, maréchaux de Jean, sire de Hangest, lieutenant de Jean le Bon « es parties de Normandie par devers la Bretaigne »12. L’année suivante, un bourgeois de Rouen, Jean Philippe, accompagne un noble, Jean le Bigot, seigneur de Condé-sur-Risle, pour inspecter des troupes se battant en Normandie13. En 1358, Jean Deaulx, chanoine de Bourges, Gide de Culant, chevalier, seigneur de Romeffort, et Gautier le Roy, bourgeois de Bourges, sont « commis et esleuz a recevoir la monstre des gens d’armes pour la deffense du pals de Berry »14. En 1359, le même rôle est dévolu pour la prévôté de Paris à un chevalier, Jean de Guyencourt, et à un échevin de la capitale, Jean Coquatrix15. Cependant, même durant cette période, certains commis du roi continuèrent à agir seuls, échappant, semble-t-il, à la surveillance des états16. De plus, à partir de 1360, sauf exceptions17, les prérogatives de la monarchie dans ce domaine furent rétablies, et si, en 1363, l’on voit encore un bourgeois et échevin de Paris, Jean de Bonnes, recevoir les montres de gens de guerre à côté de Philippe de Villiers, chevalier et « mareschal », il est bien précisé que tous deux sont « commis et deputés » à cette tâche par le roi18. En 1368, la monarchie avait donc surmonté sa crise d’autorité, mais n’avait pas pour autant réussi à diminuer le nombre des personnages investis de ce rôle militaire.

4Les montres comportaient deux temps : il s’agissait d’abord de « voir » les gens de guerre, puis de « recevoir » ou de « passer » ceux d’entre eux jugés « convenables » et « suffisants » pour servir le roi. L’importance du déchet variait en fonction de l’offre et de la demande, du zèle des contrôleurs, de l’équipement des contrôlés mais aussi de la qualité de ces derniers : on était vrai-semblablement plus exigeant pour les volontaires que pour ceux accomplissant leur « service ».

  • 19 Froissart, Chron., t. VIII, p. 77 sq.
  • 20 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 264 et t. XIV, p. 223—225.
  • 21 Ord. Roys, t. III, p. 99—110 et 34—37 et t. IV, p. 61 sq. Parfois, inspection des « bagues », c’est (...)

5Les renseignements concernant la façon concrète dont les montres avaient lieu sont rares. Froissart évoque les préparatifs d’une montre de la garnison anglaise de La Rochelle en 1372 ; on peut penser que la pratique n’était guère différente quelques années plus tôt, du côté français. Cette montre doit se passer « en le place devant le chastiel ». A son annonce, les « compaignons » et « saudoiier » se mettent à « fourbir leurs bachinés, a roler leurs cotes de fier et a eclarchir leurs espées ou armeures », car s’ils n’ont pas tout leur « harnas », ils risquent de ne pas recevoir « plains gages ». L’heure venue, toute la garnison quitte le château, n’y laissant « que varlet et meschines »19. Ainsi se déroulait la montre d’une petite troupe de combattants ; lorsqu’il s’agissait d’une armée, les hommes se plaçaient « en front », selon un dispositif linéaire comparable à l’« ordonnance de bataille »20. Les règlements prévoient qu’afin d’éviter les « fausses postes » chacun doit être présent, avec sa propre armure et son propre cheval, revêtu, s’il est noble, d’une « cotte d’armes » ou muni d’un écu peint à son blason ; les montres doivent se faire dans un lieu public, en plein jour. Chacun y est appelé par ses « nom et surnom » ; les chevaux doivent être marqués à la cuisse d’un fer rouge y imprimant un signe identique. Éventuellement, il est demandé aux arbalétriers de se servir de leur arme une ou plusieurs fois. Autant de prescriptions idéales dont il est impossible de connaître le degré d’application21.

  • 22 Parfois le nom du clerc ou scribe est indiqué à la fin de la montre (1368 : B. N., n. a. fr. 8602, (...)
  • 23 Montres sur papier : B. N., fr. 20586, n° 58 (1374) et Clair. 158, n° 70 (1370).
  • 24 En langue d’oc, on parle alors de « mostra » (B. N., Clair. 158, n° 37 : 1352) ; les montres en lat (...)
  • 25 En cas d’effectifs très importants, la montre pouvait se composer de deux membranes cousues bout à (...)
  • 26 B. N., Clair. 103, n° 108 (1351).
  • 27 Ibid,., 74, n° 154 (1352) : allusion probable à l’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351.
  • 28 Ibid., 60, n° 64 (1380).

6La montre aboutissait normalement à la rédaction d’un document écrit, le « rôle de la montre » ou « montre » tout court, sans doute soigneusement mis au net après coup par le clerc accompagnant le personnage chargé du contrôle, à partir de la minute originale plus ou moins informe établie sur-le-champ22. Les premières montres qu’on ait conservées pour la monarchie française datent du début du 14e siècle. Durant les premières décennies de la guerre de Cent ans, le nombre de celles qui ont survécu s’accroît beaucoup ; l’immense majorité d’entre elles est écrite sur parchemin, quelques-unes le sont sur papier23. Même dans le Midi, les montres royales étaient rédigées pour la plupart dans le dialecte d’oïl utilisé par les organes administratifs de la monarchie — langue officielle, langue de la cour —, quelques-unes l’étaient en langue d’oc, d’autres encore en latin24. Leur dimension varie en fonction de l’importance des effectifs qui s’y trouvent énumérés25. Toute montre comporte un préambule de quelques lignes où se trouvent indiqués le nom de son chef, la nature et le nombre des combattants qui l’accompagnent, presque toujours la date et le lieu où elle a été passée. Il arrive que le nom de celui qui l’a reçue soit également signalé ; on dit qu’une montre est « reçue », « vue », « faite », « passée », ou bien ce sont les combattants qui sont « vus », « reçus », « reçus à gages », « reçus aux gages du roi ». Après le préambule, vient la liste des « noms et surnoms » des gens de guerre, placés les uns sous les autres, selon un ordre presque toujours respecté : bannerets, bacheliers, écuyers ou hommes d’armes, gens de cheval, gens de pied. Leur équipement est quelquefois précisé26 ou simplement évoqué par une mention très vague : « Touz sont armez suffisamment si comme il est contenu par les ordenances du roy »27, « souffisamment armez et montez pour servir le roy en ses presentes guerres »28, ou, plus brièvement, « armez entiers ». Lorsqu’il s’agit d’hommes d’armes, la totalité des montres jusqu’en 1360, puis une très large majorité jusqu’en 1370 comportent la description et l’estimation des montures ; dans quelques montres, seule la description des chevaux est consignée ; pour les archers et arbalétriers montés, l’une et l’autre de ces indications manquent le plus souvent.

  • 29 B. N., n. a. fr. 6861, f° 315v°. Même chose pour les montres des gens de guerre soldés par les vill (...)
  • 30 Les montres et leurs lettres d’expédition conservées dans les manuscrits de la Bibliothèque nationa (...)
  • 31 B. N., Clair. 61, n° 180.
  • 32 Ibid., 4, n° 134 ; Roman, t. I, n° 7018—7027. Cf. aussi Demay, t. I, n° 5689-5709.
  • 33 Demay, t. I, n° 5686.
  • 34 Ibid., n° 469-472.

7Il est probable que la montre était rédigée en plusieurs exemplaires, dont l’un, en particulier, destiné à être conservé par le personnage l’ayant passée29. Mais le seul qui ait survécu dans nos archives est celui adressé aux différents payeurs des gens de guerre. Cet envoi faisait l’objet d’un acte indépendant de la montre, généralement écrit sur une petite pièce de parchemin de forme oblongue ; celui qui avait reçu la montre y indiquait le nom de son chef, le nombre et la nature des effectifs qui l’accompagnaient, la date et le lieu de l’envoi ; il s’adressait aux payeurs ou à leurs lieutenants en les priant de faire « prêt, compte et payement » aux gens de guerre dont les noms étaient portés dans la montre. Enfin il signalait que la montre jointe à son envoi était « enclose » sous un sceau à ses armes. De fait les deux actes, — montre et envoi — étaient normalement unis entre eux par une bandelette de par chemin ou une cordelette de chanvre dont les extrémités étaient prises dans le sceau, en sorte qu’on ne pouvait séparer l’envoi et la montre sans couper le lien ou briser le sceau30. Les envois accompagnant les montres étaient donc des lettres d’attache. Lorsque celles-ci étaient rédigées par ou au nom des maréchaux de France, un sceau spécial à leur office était généralement utilisé, comportant parfois, accolés l’un à l’autre, les écus des deux maréchaux31, mais, le plus souvent, un seul écu parti, formé des deux écus des maréchaux coupés par le milieu au moyen d’une ligne perpendiculaire et joints ensemble de telle manière qu’apparaisse seulement la moitié de chacun d’eux. Ce sceau était muni d’une légende : « la mareschaussée de France » ou bien « le scel commun de la mareschaussée de France »32. On trouve également, dès cette époque, la mention d’un sceau commun à la prévôté de la maréchaussée de France33. Mais ce n’est pas avant la fin du 14e siècle que le sceau du maître des arbalétriers se trouva timbré d’une arbalète symbolisant son office34.

  • 35 Cf. le mandement de Louis de Harcourt, sire de Montgommery, chevalier, capitaine souverain pour le (...)
  • 36 A. N., K 49, n° 37 ; B. N., Clair. 158, n° 53.

8Le but de la montre était avant tout financier : elle indiquait aux organismes payeurs la date à partir de laquelle les gages devaient être versés, le nom de celui auquel ils devaient être remis, enfin leur montant calculé en fonction de l’importance des effectifs qui s’y trouvaient inclus. Rien n’indique dans les montres de l’époque la période pour laquelle elles demeuraient valables : en principe leur portée s’étendait jusqu’au jour du cassement ou du congé. Les chefs de montre devaient seulement signaler aux trésoriers ou à leurs clercs les modifications successives qu’avait connues le groupe d’hommes placé sous leur autorité : de caractère qualitatif, certains écuyers pouvant avoir été promus chevaliers, certains chevaliers simples avoir « levé bannière »35, ou quantitatif, des combattants ayant pu s’en aller, avec ou sans la permission de leurs chefs de guerre, ou bien trouver la mort, d’autres au contraire ayant pu rejoindre avec quelque retard leur contingent ; ces nouveaux éléments étaient alors reçus par une montre « en croissance » ou « en crue »36. L’administration militaire s’en remettait donc largement à l’hypothétique probité des chefs de montre, elle ne prévoyait pas le contrôle systématique de leurs déclarations.

  • 37 Ord. Roys, t. I, p. 661.
  • 38 B. N., n. a. fr. 9238, f° 53r°.
  • 39 Ord. Roys, t. IV, p. 61 sq.
  • 40 B. N., Clair. 11, n° 171 (1351) et 12, n° 160 (1352).
  • 41 B. N., fr. 25764, n° 77 et 78.
  • 42 B. N., Clair. 138, n° 10 ; la montre se trouve au n° 7.
  • 43 Ce sens, qui paraît se perdre à partir du milieu du 15e siècle, a échappé à la plupart des historie (...)
  • 44 On relève également, dès cette époque, quelques « monstres ou reveues », ce qui indiquerait que par (...)
  • 45 B. N., lat. 12815, f° 134r°.
  • 46 A. D. Côte-d’Or, B 11733.
  • 47 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1890.

9Mais les fraudes prirent bientôt une telle ampleur qu’il fallut songer à perfectionner ces rouages par trop rudimentaires pour être efficaces. Dès 1318, une ordonnance royale prescrivit, non seulement de ne verser nuls gages aux gens d’armes avant qu’ils ne fussent « deuement » reçus, par les maréchaux ou le maître des arbalétriers, mais surtout de faire une « monstre nouvelle » pour chacun des payements effectués après la « premiere monstre »37. Comme il arrivait souvent, cette règle dut recevoir un commencement d’application puis tomber rapidement en désuétude. Toutefois, on voit Philippe VI, en 1339, mander au trésorier des guerres de compter les gages et l’« estat » de Godemar du Fay, envoyé à Lille le 28 octobre avec 300 hommes d’armes, à partir de ce jour bien que sa commission ne lui ait été remise que le 22 novembre suivant et que ni lui ni ses compagnons n’eussent « renouvelé leurs monstres » devant les maréchaux de France38. L’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351 va beaucoup plus loin : il n’est plus question de renouveler à l’occasion les montres de certains combattants tenant garnison dans une place pendant plusieurs mois, mais d’ordonner que les montres de tous les gens de guerre, « en establie » comme « sur les champs », soient « reveues », « armées et désarmées », au moins deux fois par mois, de façon si soudaine et dans des endroits tels qu’il ne soit pas possible d’emprunter pour la circonstance des chevaux ou un harnois. Si une partie du personnel manque à ces montres répétées ou si leur armement laisse à désirer, les gages doivent être diminués en proportion39. De fait, quelques « monstres reveues » ont subsisté, datant des années 1351 et 1352, mais en nombre trop infime pour qu’on puisse penser à une application étendue de cette ordonnance40. Aucune mention de ce genre ni en 1353 ni en 1354, mais le 29 juillet 1355, les maréchaux du dauphin de Viennois, lieutenant de Jean le Bon, ainsi que le lieutenant pour les bailliages de Rouen, Caux et Gisors, du Baudrain de la Heuse, maréchal « establi » pour la Normandie, envoient à Martin Évrart, chanoine et officiai de Rouen, et au sire de Sainte-Beuve, « enclose » sous leurs sceaux, la « reveue » du sire de Clère, « entière et parfaite », et des hommes d’armes de sa compagnie, « montez » comme il leur est apparu auparavant « par sa monstre »41. La même année, on trouve également mention des « genz de la reveue messire Pierre [d’Aumont] dont la monture est contenue en sa monstre »42. Tel est le sens propre du terme « revue », qui désigne le renouvellement de la montre d’un même groupe de combattants43. L’acte écrit correspondant à la revue se présente tout comme celui correspondant à la montre, à cette différence près qu’en règle générale il ne comporte pas de description ni d’estimation des chevaux, pour lesquelles il suffisait de recourir à la montre44. Sauf exception, une revue n’était pas « reçue » mais « passée », « revue ». Un document datant de 1356 précise la périodicité de ce renouvellement : « De puis la fin du service de l’autre premier moys par la reveue de ma monstre parfaite en la maniere que autre foiz l’a esté ». Faut-il donc penser que dès cette époque les revues aient eu lieu régulièrement tous les mois à compter de la date de la montre initiale ? Une ordonnance royale du 16 septembre 1364 autorise même une périodicité de quinze jours45. Mais jusqu’en 1367, le nombre des revues conservées est proportionnellement trop restreint pour le croire. La mesure a été seulement mise au point et expérimentée dès 1355 ; on ne l’a plus oubliée par la suite46. Désormais il arrive que certains personnages soient expressément commis à voir et recevoir les « monstres et reveues »47.

  • 48 B. N., Clair. 78, n° 6 (1351) et 99, n° 10 (1356) ; p. o. 1597, dossier Juch, n° 2 (1347) ; « Prest (...)

10Quelle que soit l’importance des montres, elles pouvaient être remplacées par de simples attestations de service ; parfois même le roi, tenant compte de circonstances exceptionnelles, mandait à ses gens de finance de payer telle troupe de combattants bien qu’ils n’aient pas été passés à montre48.

11Durant les trente premières années de la guerre de Cent ans, la monarchie prit progressivement conscience de l’intérêt qu’elle avait à établir un contrôle plus strict du nombre et de la qualité des gens de guerre qu’elle entretenait ; mais son action dans ce domaine fut très incomplète, étrangement timide ; elle ne put ni ne voulut instaurer un corps d’officiers spécialement chargés de passer les montres ; ni les maréchaux de France ni le maître des arbalétriers ne manifestèrent beaucoup de zèle dans l’exercice de leurs fonctions traditionnelles ; le principe de la montre ne fut pas remis en cause ; on tenta seulement de la rendre plus sérieuse, et surtout plus fréquente par le recours, d’ailleurs épisodique, à des revues successives plus ou moins régulièrement espacées.

B. LE PAYEMENT DES GENS DE GUERRE

  • 49 Jean le Bel, Chron., t. II, p. 215.
  • 50 Chron. norm., app. VI, p. 216—222, d’après A. N., JJ 269, f° 86—89 ; Petit, Essai, p. 176—177, n° 2 (...)
  • 51 B. N., n. a. fr. 7961, f° 143r°—150.
  • 52 A. N., JJ 68, n° 136 (1346) ; « Establies a composition sous le gouvernement de mons. Geoffroy de C (...)

12Si on laisse de côté les dons exceptionnels qu’elle accordait à ceux qui la servaient en ses guerres — « rentes, chevaulx et joyaulx »49 — la monarchie faisait usage de trois modes de payement en faveur des combattants. Le premier était relativement rare : quelques privilégiés — dont le connétable de France et les gens de son hôtel — servaient « a tous fraiz et coustz », à « fraiz et a coustz et montures », ou encore à « tous despens de bouche, robes, chevaulx et armures »50 ; en d’autres termes, le roi les entretenait complètement ou bien remboursait intégralement leurs dépenses51. Le second mode de payement était également peu courant : les gages à composition, consistant en une certaine somme versée à un chef de guerre qui devait en échange rendre un service militaire au roi, en général garder une place52. Dans le troisième cas, de loin le plus fréquent, il s’agissait de verser aux combattants une solde établie en fonction de la durée pendant laquelle ils avaient été retenus aux gages du roi : tels étaient les gages journaliers. Ceux-ci étaient fixés conformément à des tarifs précisés par la monarchie pour chaque levée de gens de guerre.

Tarifs de gages

13Les documents permettent de connaître le montant des gages pratiqués dans les armées royales depuis le temps de Philippe Auguste (annexe VI A) ; au moins pour certains types de combattants, on peut donc suivre l’évolution des gages, exprimés en monnaie de compte, pendant plus d’un siècle et demi. Prenons l’exemple du chevalier simple : de 1202 à 1272, sa solde journalière fut fixée, dans la majorité des cas, à 7 s. 6 d.t. ; puis vint une période d’assez grandes variations, à la fin du 13e siècle, qui laisse néanmoins apparaître une indéniable augmentation : on passe fréquemment alors à 10 s.t. ; ce tarif, appliqué pour la première fois, au témoignage de nos sources, en 1285, demeura en usage jusqu’en 1343 ; mais dès 1315, les « grands gages » impliquaient une solde journalière de 15 s.t. Entre 1315 et 1346, ces « grands gages » s’imposèrent de plus en plus fréquemment, perdant leur caractère d’exception. Après 1350, un nouveau barême s’introduisit, correspondant, pour le chevalier bachelier, à une paye quotidienne de 20 s.t., qui, à partir de 1364, devint la norme.

14Pour l’écuyer à cheval, il n’est possible de remonter qu’à 1272 ; auparavant en effet, ce type de combattant n’est pas spécifié dans les sources, d’une part sans doute parce que l’adoubement restait la règle pour une large proportion de nobles, d’autre part aussi parce que la catégorie des écuyers correspondait alors à celle des sergents à cheval. Le tarif de 5 s.t., en usage au début du règne de Philippe III, se retrouve encore en 1355 pour les écuyers les plus mal montés : à cette date par conséquent, ces derniers étaient payés trois fois moins que les chevaliers bacheliers. Mais ceux disposant de meilleurs chevaux recevaient des gages plus élevés, qui variaient, au début de la guerre de Cent ans, entre 6 s.t. et 7 s. 6 d.t. A partir de 1356—1360, on ne tint plus compte pour la solde de la qualité des montures, et en 1364 un tarif uniforme de 10 s.t. s’imposa pour l’écuyer ou pour l’hommes d’armes. Ainsi, tandis qu’au 13e siècle les sergents à cheval et les écuyers touchaient une solde inférieure seulement d’un tiers à celle des chevaliers, au 14e siècle, l’écart se creusa entre eux, les gages du chevalier étant alors au moins du double de ceux de l’écuyer. Il est probable que cette évolution s’explique par la raréfaction de l’adoubement, faisant du chevalier, non plus le type normal du combattant à cheval, mais un guerrier d’élite.

15Au début du 13e siècle, les gages d’un sergent de pied étaient de 10 d.t. ; sous Philippe le Bel, ils n’atteignaient encore que 12 d.t. : augmentation minime, due peut-être à un recrutement facile durant une époque de progrès démographique. Au début de la guerre de Cent ans, le même taux s’était conservé en Languedoc, mais, dans le nord du royaume, la solde était passée à 15 d.t. et même à 2 s.t. lorsque les « grands gages » étaient accordés par le roi. Puis, après 1351, leur paye varia de 2 s. 6 d.t. à 3 s.t. C’est dire que durant la première moitié du 14e siècle, un sergent à pied recevait une somme quatre à cinq fois inférieure à celle perçue par un écuyer, alors qu’à partir de 1351 la proportion se trouva fréquemment ramenée à un contre trois, parfois même contre deux et demi ; il faut sans doute mettre cette augmentation plus rapide en rapport avec les nouvelles conditions du marché du travail résultant de la Peste noire de 1348 et des « mortalités » qui la suivirent.

  • 53 Chron. norm., app. III, p. 210—213 ; B. N., fr. 32510, f° 206-216. Même usage sans doute, en 1355, (...)
  • 54 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 70. Cf. aussi Lafaurie, Les Monnaies des rois de France et Four (...)
  • 55 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 81. Cf. aussi D’Haenens (« Le Budget de Saint-Martin de Tournai (...)

16Il apparaît donc qu’en dépit de leur caractère coutumier, les gages des gens de guerre, à travers les 13e et 14e siècles, connurent une évolution qu’expliquent certes les changements militaires mais plus encore les modifications d’ensemble de la société et de l’économie. Un phénomène a joué également son rôle : les mutations monétaires. Jusqu’en 1355 en effet, à une notable exception près, concernant les marins, arbalétriers et hommes d’armes génois ou lombards dont la solde était habituellement traduite en florins53, les gages des gens de guerre, régulièrement exprimés en monnaie de compte, variaient dans la pratique en fonction des ordonnances royales successives fixant la valeur des espèces réelles. Or, les années 1337—1360 furent l’une des périodes du 14e siècle où les variations dans ce domaine atteignirent la plus grande ampleur. Tel est le phénomène qui est en grande partie responsable du doublement général des gages, exprimés en monnaie de compte, entre ces deux dates. Toutefois, le réajustement des tarifs fut loin de suivre exactement l’évolution de la monnaie réelle. En 1335 en effet, la solde mensuelle d’un chevalier correspondait à 83,88 g d’or fin, celle d’un écuyer à 41,94 g, celle d’un sergent de pied à 11,2 g54. Ayant dévalué la monnaie, Philippe VI dut, en 1338—1340, proposer des gages plus élevés, mais cette augmentation demeura insuffisante puisqu’en mai 1340, par exemple, un chevalier ne touchait plus par mois que 50,96 g d’or, un écuyer bien monté 25,48 g, un écuyer mal monté 16,98 g, un sergent à pied 6,79 g55. Puis un renforcement intervint dans le courant de l’année 1343 en sorte que durant l’automne 1346, lors de la réunion de l’ost dit de Compiègne, les gens de guerre bénéficièrent de gages particulièrement élevés :

  • chevalier : 108,72 g d’or par mois.

  • écuyer bien monté : 54,36 g.

    • 56 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 90.

    écuyer mal monté : 36,24 g56.

  • 57 Ibid., p. 101.

17Par l’ordonnance du 30 avril 1351, Jean le Bon dut proposer un nouveau barême, rendu nécessaire par la « grande chierté de vivres et d’autres biens » que connaissait alors la France jointe à l’insuffisance des « gaiges acoustumez a donner » par ses prédécesseurs. Ce barême correspondait à 81,3 g d’or pour la paye mensuelle du chevalier, à 40,65 g pour celle de l’écuyer, à 10,16 g enfin pour celle du pavesier à pied57. Le niveau de 1335 était donc à peu de chose près retrouvé en valeur réelle grâce à un doublement des gages en monnaie de compte.

  • 58 Ibid., p. 112.
  • 59 Jusqu’en août 1348 en effet, les écus de Philippe VI titrent 24 carats ; on descend à 18 carats pou (...)
  • 60 Encore le mouton, puis le royal, frappés respectivement en 1355 et 1358, sont-ils nominalement purs(...)
  • 61 Ibid., p. 124 et 127.
  • 62 Cf. la levée de l’aide sur le sel par l’ordonnance du 5 décembre 1360 : « Avons ordené que ledit ay (...)
  • 63 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 138.

18Mais les dévaluations s’accélérèrent dans les années qui suivirent ; le pied de monnaie descendit jusqu’au 100e en octobre 1355 alors que la monnaie forte était réputée devoir s’établir au pied 12e58. Aussi, à partir de 1356, les états généraux et provinciaux contraignèrent-ils la monarchie à prendre une mesure dont l’apparition tardive, après des décennies de mutations monétaires, serait pour l’historien un objet d’étonnement s’il ne savait qu’elle allait à l’encontre de toutes les habitudes de la Chambre des comptes : l’établissement des tarifs de solde par référence à la monnaie d’or, française ou étrangère. Sans doute la qualité de certaines pièces risquait-elle de varier, et l’écu de Jean le Bon était-il d’un moins bon aloi que celui de Philippe VI, mais par rapport à l’instabilité de la monnaie de compte, ces différences étaient franchement minimes59. Le but de l’opération fut atteint puisqu’en 1356, même si l’on prend pour base l’écu de 18 carats, un écuyer devait recevoir 50,96 g d’or par mois, un cinquième environ de plus qu’en 133560. Enfin, après les dernières convulsions de l’année 1360, au cours de laquelle le pied de monnaie s’abaissa jusqu’au 500e, intervint le redressement durable du 5 décembre, marqué par la frappe du franc d’or à cheval61. Les gens de finance de la monarchie purent alors réintroduire les anciennes pratiques ; de nouveau les gages furent exprimés en monnaie de compte62. A l’avènement de Charles V en 1364, ils correspondaient pour le chevalier à 114,6 g d’or fin, pour l’écuyer à 57,3 g et pour l’homme de trait à cheval à 45,84 g63. C’était là des sommes nettement plus élevées qu’au début de la guerre de Cent ans, représentant sans doute un pouvoir d’achat accru à une époque où les prix de beaucoup de denrées connaissaient la stagnation ; une catégorie semble être particulièrement avantagée, celle des arbalétriers et archers à cheval, à peine moins payés que les hommes d’armes, alors qu’ils n’avaient pas à entretenir d’auxiliaire — page ou valet — et qu’ils ne disposaient que d’une seule monture. Peut-être l’importance de leur rôle militaire, face à leurs équivalents anglais, permet-elle d’expliquer leur condition favorisée ? Le temps de Charles V marque d’ailleurs une manière d’apogée pour les gages des gens de guerre au service de la monarchie. Par la suite en effet les soldes exprimées en monnaie de compte ne changèrent pas alors que la livre tournois subit à plusieurs reprises de faibles dévaluations :

  • 64 Infra, p. 630—632

Note 6464

19Il apparaît par ailleurs que les états généraux ne cherchèrent nullement à diminuer les gages des gens de guerre en vue de limiter les dépenses publiques et d’alléger le fardeau des impositions : bien au contraire, leur action aboutit à maintenir les soldes à un niveau élevé. Enfin, en dépit de leur relative stabilité et de leur application habituelle à une échelle « nationale », les tarifs conservaient une souplesse suffisante pour s’adapter tant bien que mal à certaines conditions économiques exceptionnelles, voire au prix des marchandises ou de la main-d’œuvre dans les diverses régions où l’on se battait.

20Il n’est guère possible de comparer la paye des gens de guerre avec les gages reçus par les salariés ordinaires, les habitudes de vie étant trop différentes, les dépenses des uns et des autres trop mal connues. En revanche il peut être éclairant de mettre en parallèle les tarifs pratiqués dans les armées des rois de France et ceux en usage dans d’autres systèmes militaires (annexe VI B).

  • 65 Non seulement pour le recrutement des gens de guerre ni Français ni Anglais, qui cherchaient évidem (...)

21Les différents exemples français non royaux indiquent des tarifs analogues ou légèrement supérieurs à ceux offerts par les Valois ; le cas est particulièrement net pour les gens de guerre au service d’une communauté urbaine : Reims, Châlons-sur-Marne, Troyes, Caen ou Saint-Quentin. Même avantage aussi, hors du royaume, pour les soudoyers employés par la ville de Metz comme pour ceux payés par le pape. Quant aux gages anglais, ils étaient en 1337 tout à fait identiques à ceux proposés par le roi de France. Par la suite, ils subirent le contrecoup des remuements monétaires décidés par Édouard III ; mais ces derniers furent plus limités que ceux auxquels à la même époque se résignèrent Philippe VI et Jean le Bon ; ils purent ainsi garder plus longtemps une même valeur nominale. Puis celle-ci doubla dans l’ensemble à partir de 1369, procurant aux gages anglais une petite avance, puisque dans le nouveau barême les 2 s.st. de l’homme d’armes valaient, au cours du change, 12 s.t., alors que l’écuyer français ne touchait que 10 s.t. par jour. De plus, les « regards », habituellement fixés à 100 marcs — soit £ 66. 13. 4. — par trimestre pour chaque groupe de 30 hommes d’armes au service du roi d’Angleterre, accentuaient encore la distance par rapport à la solde qu’offrait Charles V65. Sans qu’il faille en exagérer l’importance ni le rôle, il est indéniable que cette supériorité, plus ou moins affirmée selon les années, ne put dans l’ensemble que jouer en faveur d’Édouard III.

Droitures, brèves, poignées

22Revenons aux armées du roi de France. Plusieurs éléments venaient en déduction des gages reçus. Un sondage portant sur plusieurs centaines de quittances délivrées par des gens de guerre à ceux qui leur versaient leur solde, indique en effet que 38 % d’entre elles portent la mention de certaines sommes prélevées « pour droitures », « pour breves » et « pour poignées ». Si les deux dernières expressions se rencontrent assez rarement, soit conjointement, soit de façon séparée, et si la diminution des gages qu’elles entraînaient était insignifiante, les « droitures » au contraire apparaissent beaucoup plus fréquentes et leurs prélèvements plus importants. Les quittances analysées, dans lesquelles figure au moins un des trois termes ci-dessus, représentent un versement total de 24 526 l.t., sur lequel furent déduits :

  • 10 l. 7 s. 8 d.t. pour les poignées

  • 19 l. 12 s. 11 d.t. pour les brèves

  • 61 l. 16 s. 9 d.t. pour droitures et poignées réunies

  • 920 l.t. pour les droitures.

  • 66 La Somme rural donne cette définition des poignées : le connétable « a la première journée des gage (...)
  • 67 Ord. Roys, t. III, p. 139 ; B. N., p. o. 656, dossier Chambly, n° 2 (1364).
  • 68 Anselme, Hist. maison royale, t. VI, p. 234—235. Cf. aussi Chron. norm., app. VI, p. 216—222, d’apr (...)

23En l’absence de renseignement précis à leur sujet, il est loisible de supposer que les brèves et les poignées correspondaient à des taxes minimes exigées pour la rédaction soit des montres soit des quittances66. Peut-être l’ordonnance royale de mars 1357 y fait-elle allusion, lorsqu’elle prescrit que les trésoriers des guerres ne doivent jamais prendre plus de 12 deniers pour les quittances et les cédules ainsi que pour le sceau et les écritures67 ? De nombreux documents en revanche évoquent le problème des droitures. Des lettres patentes de Philippe VI, datées du mois de février 1341, précisent que doivent s’y soumettre « toutes manières de gens d’armes et de pied » retenus à ses gages, y compris ceux servant sous le gouvernement des membres de son lignage et sous celui des princes n’étant pas du royaume, tels le roi de Bohême, les évêques de Metz et de Liège ou le comte de Savoie. Mais les gens qui, appartenant aux « hôtels » des grands seigneurs, étaient entretenus directement par eux sans qu’il en coûtât rien au roi, devaient y échapper ainsi que tous ceux « servant du leur », à leurs propres dépens68.

  • 69 Anselme, Hist. maison royale, loc. cit. ; Cosneau, Richemont, p. 504—505, app.21.

24Le montant des droitures s’élevait à deux journées des gages que chaque combattant recevait du roi ; aussi, plus la durée du service était limitée, plus le pourcentage représenté par les droitures était élevé : pour un soudoyer servant 100 jours, il était de 2 %, pour un autre servant le double de ce temps il s’abaissait à 1 %. Si un homme de guerre, recevant pour ses gages des sommes d’argent à plusieurs reprises, délivrait une quittance pour chaque versement, les droitures n’étaient normalement décomptées qu’une fois, de préférence lors du payement du premier acompte69. On s’explique dans ces conditions que beaucoup de quittances, faisant suite à une quittance initiale, ne fassent pas mention d’un semblable prélèvement.

  • 70 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.
  • 71 B. N., n. a. fr. 7413, f° 190 ; Clair. 825, n° 143. Répartition différente selon la Somme rural (su (...)
  • 72 Ainsi Baldo Doria, « admiraut de Bretaigne », en 1352 (B. N., Clair. 41, n° 100).

25Une fois rassemblé, le produit des droitures était partagé entre plusieurs preneurs. Celui en provenance des « soudoyers de la mer » revenait, sans doute par moitié, à l’amiral de France et au clerc des arbalétriers, spécifiquement chargé de les payer70. Tout le reste était divisé en deux parts égales, l’une attribuée au seul connétable de France, « pour cause de sa connestablie », l’autre conjointement aux trésoriers des guerres, au maître des arbalétriers, aux clercs des arbalétriers, peut-être aussi aux maréchaux de France71. A l’occasion, d’autres personnages pouvaient être autorisés à prendre la place des bénéficiaires habituels72.

  • 73 B. N., n. a. fr. 7413, f° 240-244.
  • 74 Ibid., 9236—9240.

26Le prélèvement des droitures nécessitait une comptabilité spéciale établie par les trésoriers des guerres et les clercs des arbalétriers73. Les sommes réunies n’étaient pas négligeables ; s’élevant en effet à 4,5 % des versements consignés dans 38 % des quittances, elles peuvent être évaluées à 1,5 % des gages versés chaque année par le roi à ses gens de guerre. Or, d’octobre 1339 à octobre 1340, à une époque, il est vrai, d’affaiblissement graduel de la monnaie, les comptes qui ont survécu indiquent que ces gages montèrent à plus de 2 millions de livres tournois74 ; les droitures peuvent donc être estimées pour cette période à un minimum de 30 000 l.t. dont près de la moitié — compte tenu de ce qui revenait à l’amiral — fut attribué au connétable de France, Raoul, comte d’Eu.

  • 75 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.
  • 76 B. N., p. o. 1917, dossier Melun, n° 228. De même, fr. 26006, n° 105 (1364).
  • 77 Ord. Roys, t. III, p. 618—627 et 647.
  • 78 Gages du trésorier des guerres : Moranvillé, Jean le Mercier, p. 205 sq. De plus, le trésorier avai (...)
  • 79 Extrait d’un compte d’Etienne de Montmégean, trésorier des guerres pour la Languedoc : « Au dit Est (...)
  • 80 Des prélèvements étaient également effectués, principalement au profit du maître des arbalétriers, (...)

27On conçoit dès lors la fréquence des plaintes que pouvait susciter ce privilège, donnant au surplus matière à de multiples contestations. Le connétable de France se trouvait particulièrement visé, puisque, premier des bénéficiaires, il prétendait néanmoins servir le roi en ses guerres « à tous frais et coûts » pour lui-même comme pour ses gens75. Faut-il penser que ces revendications aboutirent ? Il est de fait qu’après 1360, aucune quittance de gens de guerre ne comporte de mention de droitures, brèves, ni poignées. Si en 1365 un document fait encore allusion aux droitures, il réserve expressément au roi la responsabilité d’autoriser ou non leur versement aux intéressés76. Par ailleurs, les ordonnances des 20 avril et 5 décembre 1363 interdisent aux connétable, maréchaux, maître des arbalétriers, trésoriers des guerres et autres officiers quelconques, sans préjudice il est vrai pour l’avenir, de prélever aucun droit sur les gens d’armes payés grâce aux nouvelles impositions77. Peut-être faut-il voir dans la fixation des gages des trésoriers des guerres à 600 l.p. par an en plus de leurs indemnités de déplacement, dans la progression de ceux alloués aux maréchaux de France — 500 l.t. en 1345, 1 200 en 1348, puis 2 000 à partir de 1368 —, et surtout dans l’énorme augmentation des sommes allouées au connétable de France pour son office — 24 000 l.t. chaque année à partir de du Guesclin78 — une compensation à l’abolition des anciennes pratiques ? Certes, la suppression officielle des droitures n’augmenta guère les sommes perçues par les soudoyers, d’autant que probablement les trésoriers continuèrent à retenir illégalement leur part sans que cette fois il en apparaisse rien dans leur comptabilité79, mais outre un effort évident de simplification, c’était là un moyen pour le roi d’accentuer son emprise sur ses officiers, qu’il payait désormais directement80.

Venues et retours

  • 81 B. N., n. a. fr. 9240, f° 172r°.
  • 82 « Quoique, par ordonnance des guerres du reaume de France, l’on n’ait accoustumé a compter venue et (...)
  • 83 B. N., n. a. fr. 9238, f° 108v°.

28Si les prélèvements énumérés ci-dessus diminuaient d’autant les soldes, une partie des gens de guerre bénéficiait en revanche de quelques avantages. Le premier correspond à ce que les textes appellent les « venues et retours », en vertu desquels les hommes d’armes se rendant aux mandements du roi ou de ses lieutenants ne percevaient pas seulement leurs gages depuis la date de leur montre jusqu’à celle du cassement général, mais se voyaient compter un certain nombre de jours supplémentaires couvrant la période qu’il leur avait fallu pour parvenir jusqu’au lieu du rassemblement et celle qui leur serait nécessaire pour regagner leur région d’origine. Selon les estimations, chaque journée était comptée pour une trentaine de kilomètres, parcours quotidien moyen d’une troupe de cavaliers ne voulant pas épuiser leurs montures. En 1340 par exemple, durant l’ost de Bouvines, Jean de Lévis, fils du maréchal de Mirepoix, écuyer de la bataille du duc de Normandie, se vit accorder 30 jours de solde supplémentaire pour ses « venue et retour » entre Mirepoix, près de Carcassonne, et la Flandre81. La coutume voulait que normalement, seuls les gens d’armes originaires du royaume pussent bénéficier de cet avantage82, mais le souci d’étendre au maximum la zone de recrutement entraîna de très nombreuses exceptions à cette règle : toujours durant la même année 1340 les gens d’armes de Savoie qui servirent dans la garnison de Cambrai eurent droit eux aussi à leurs « venues et retours », tels Pierre de Chessie, Jaquet de Montpicon, Amé de Peney, Mermet de Corbières, Mermet de Contamine et huit écuyers de leur compagnie qui obtinrent 16 jours pour revenir de Bouvines jusqu’à Chessie en Faucigny83.

  • 84 Ibid., 9241, f° 162 sq.
  • 85 B. N., fr. 4482.
  • 86 B. N., Clair. 198, n° 67
  • 87 A. N., AB XIX 690, s. v. « Crussol ».
  • 88 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 61 et 77—78.
  • 89 Ord. Roys, t. V, p. 658-661.
  • 90 En dehors des indemnités exceptionnelles (Delisle, Mand. Ch. V, p. 812, n° 1642).
  • 91 Copies des comptes de 1350-1352 : B. N., fr. 32510, f° 206—230.

29Les comptes originaux indiquent que cet usage fut respecté jusqu’en 1355 au moins84. Par la suite, notre documentation ne comporte plus que des copies des comptes jusqu’en 1390 : à cette date, les « venues et retours » n’apparaissent plus85. En 1358, le régent les accorde encore à certains hommes d’armes, mais « de grâce especiale »86. De même en 136187. Les sources bourguignonnes y font encore allusion en 1368 et 137288, ainsi que l’ordonnance de Charles V du 13 janvier 1374 : « Est nostre entente que a ceulx qui viendront mandez par nous en nostre service (...) l’en comptera après leur cassement venue et retour raisonnablement »89. On pourrait donc penser que la disparition de cette pratique se situe entre 1374 et 1390, mais les nombreuses copies des comptes des trésoriers des guerres conservées à partir de 1369 ne contiennent aucun renseignement à ce sujet90 ; or des copies de comptes antérieurs, pour les années 1350—1352, réalisées selon les mêmes principes, par les mêmes érudits des 17e et 18e siècles, signalent les « venues et retours » d’un très grand nombre d’hommes d’armes : et de fait, les précisions qu’elles donnent sur leur origine géographique étaient précieuses pour un travail entrepris à des fins généalogiques. On est donc en droit d’estimer que si les mêmes indications avaient été consignées dans les comptes originaux de 1369 et des années suivantes, elles auraient été rapportées par leurs copistes. En dépit de l’ordonnance de 1374, il est vraisemblable qu’en réalité la coutume de compter les « venues et retours » disparut à une date inconnue entre 1361 et 136991.

Restor des chevaux

  • 92 En latin, restaurum, restauratio.
  • 93 English Govern., p. 337 ; Hewitt, The Black Prince, p. 32—33 ; A. D. Côte-d’Or, B 11733.
  • 94 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 715, 803, 828, 831, 867 ; cf. aussi Chron. norm., app. V, p. 222 : « (...)
  • 95 A rapprocher de la pratique de la retenue. Cf. T. Tout : « The King’s army was essentially [12e—13e(...)

30Un autre usage se maintint plus longtemps : celui du « retour », « restour », « restaur » ou, selon la graphie la plus courante, « restor » des chevaux92. Cette pratique n’était pas propre aux institutions militaires françaises : le roi d’Angleterre comme le duc de Bourgogne en faisaient bénéficier leurs propres soudoyers93. Son champ d’application débordait d’autre part le domaine proprement guerrier : la plupart des officiers et serviteurs des hôtels princiers ou royaux avaient également droit au restor de leurs montures94 ; il est même probable qu’à l’origine le souverain étendit aux combattants qu’il retenait à son service pour ses guerres une pratique établie d’abord en faveur des personnages qu’il retenait pour son service domestique ; en ce sens, il ne serait pas interdit de voir dans l’armée royale, avant qu’elle obtienne son autonomie, un accroissement temporaire de l’Hôtel95.

  • 96 B. N., Clair. 56, n° 52. « Affolé » : blessé, mais sans qu’il y ait effusion de sang.
  • 97 Ibid., 29, n° 11 (1356).
  • 98 Ibid., 97, n° 42 (1347).
  • 99 Ibid., 48, n° 77 (1347).
  • 100 Le 18 décembre 1349, Alain Dolo, écuyer, donne quittance à Pierre du Drach, frère et lieutenant de (...)

31Vieil usage féodal, le restor consistait dans le remboursement accordé aux combattants des chevaux qu’ils avaient perdus à la guerre, qu’ils fussent morts ou qu’ils aient été seulement « mehaignés », « navrés », « recrus », « affollés », voire « amblés »96. Si l’animal avait été abattu, son cuir, marqué d’un fer rouge au moment de la montre, était rendu pour servir de preuve à ceux qui l’avaient « prisé » ou « estimé », particulièrement aux maréchaux de France97 ; s’il était encore en vie, on le rapportait de la même manière98. Dans les circonstances exceptionnelles — une bataille rangée par exemple — on se contentait d’une simple déclaration de perte affirmée sous serment. En comparant le cuir rendu avec la description du cheval contenue dans la montre, en examinant aussi la marque du fer ou « seing », le maréchal était en mesure de déceler les fraudes. Or, jusqu’en 1368, à quelques exceptions près, toutes les montres comportent une description et la très grosse majorité, une estimation du prix de la monture. On peut donc penser que le restor demeura à peu près général jusqu’à cette date, du moins pour les hommes d’armes, car les montres des archers et arbalétriers à cheval précisent rarement la couleur de la robe et le prix de l’animal dont ils disposaient99 ; si donc le restor était parfois accordé à cette dernière catégorie de combattants, c’était comme une faveur exceptionnelle100.

  • 101 Robert de Dreux, chevalier, souverain maître de l’hôtel du roi, fait savoir aux trésoriers des guer (...)
  • 102 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.
  • 103 Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 708 — 709. Exceptions à cette règle : par lettres du 29 octobre (...)

32Une fois informé, le maréchal ou tout autre commis aux montres enjoignait par écrit aux organismes payeurs d’effectuer le remboursement101. Celui-ci était rarement intégral : on parlait alors de « plain restor », « au tel pris comme les... chevaux ont cousté »102. Le plus souvent, un tarif forfaitaire était établi, fixé en général depuis le début du 14e siècle à 25 l.t.103.

  • 104 Lehoux. Duc de Berri, t. I, p. 79, n. 1 ; B. N., Clair. 48, n° 77 et 41, n° 192.
  • 105 Chevalier, Recueil documents Dauphiné, p. 30—35.
  • 106 B. N., Clair. 229, p. 1321 sq.
  • 107 B. N., n. a. fr. 9239, f° 255v°—269r° et 9240, f° 186r°—190v°.

33Étant donné l’âpreté de la lutte, le restor fut pratiqué sur une très grande échelle pendant les premières décennies du conflit franco-anglais. Il en coûta des sommes importantes aux finances royales. A défaut de renseignements précis sur le montant des pertes humaines, ce n’est pas sans intérêt, qu’on relève la mention des 17 chevaux perdus par 17 hommes d’armes « receuz aus gaiges du Roy souz la bannière du visconte de Meleun » à la « besoigne devant Cressy en Ponthieu » le 26 août 1346, des 24 chevaux « mors et perdus » par 6 chevaliers et 18 écuyers de la compagnie de Guillaume Flotte, sire de Revel, chancelier de France, depuis le 6 août 1346, jour de son arrivée à Rouen, jusqu’au 5 septembre suivant, « tant a la bataille du mont de Cressy (...) comme ailleurs », ou encore des 21 chevaux perdus à Poitiers par les hommes de la suite de Bernard de Neuville, chevalier104. A Cassel, le 23 août 1328, les hommes d’armes du Dauphiné appartenant à la retenue des deux maréchaux de France perdirent 89 de leurs chevaux105. En 1339, en dépit de la faible activité militaire manifestée pendant la campagne de Buironfosse, 45 des 438 hommes d’armes placés sous le gouvernement du maître des arbalétriers, le Galois de la Baume, obtinrent le restor de leurs montures106. L’année suivante, qui vit s’accroître le nombre des sièges et des escarmouches, les trésoriers des guerres durent rembourser le prix de leurs chevaux à plus de 3 000 hommes d’armes représentant un dixième au moins de l’effectif total107.

États

  • 108 Peut-être le meilleur équivalent serait le « franglais » standing ?
  • 109 B. N., n. a. fr. 9236—9240, passim.

34Restor des chevaux, « venues et retours » étaient accordés par la monarchie à l’ensemble des hommes d’armes ; mais il existait aussi des indemnités réservées aux seuls chefs de guerre pour leur permettre de « soustenir leur estat », ou, plus brièvement, « pour leur estat »108. On les trouve attestées dès le début de la guerre de Cent ans ; les comptes de 1339—1340 permettent de distinguer trois types de bénéficiaires. Des états étaient d’abord attribués à quelques très grands seigneurs, le plus souvent gouverneurs de batailles ou lieutenants du roi, qui, en raison de leur rang, ne consentaient pas à recevoir de gages journaliers pour leur propre personne. Grâce à leur état, ils pouvaient croire et affirmer servir gracieusement leur souverain tout en percevant des avantages pécuniaires substantiels : tel est le cas de l’évêque de Beauvais, du comte de Flandre ou du duc d’Athènes. Certains officiers royaux, comme les baillis et les sénéchaux, disposant des gages ordinaires prévus pour leur office et ne recevant pas, en conséquence, de solde quotidienne pour leur service armé, avaient également droit à un état. D’autres enfin, comme les deux maréchaux de France, ajoutaient un état à leurs gages ordinaires et à la paye qu’ils recevaient des trésoriers des guerres. L’importance des états, comptés par mois ou par jour, variait en fonction de leur destinataire : en 1339-1340, l’échelle quotidienne allait d’une seule à 50 l.t.109.

  • 110 Ibid., 9241, f° 161 sq.
  • 111 B. N., Clair. 194, n° 31.
  • 112 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1102—1105.
  • 113 B.N., Clair. 190, n° 87.
  • 114 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1261—1264.

35Pendant longtemps les états furent le privilège d’un petit nombre de personnes, mais en 1355 Jean le Bon ordonna de les accorder à tout chef de montre présentant au moins 25 hommes d’armes « de son hostel et compaignie ». Dans ce cas, l’état s’ajoutait à la solde régulière établie en fonction de son rang : banneret, bachelier, voire écuyer. Cette mesure faisait perdre à l’état son caractère exceptionnel : s’il continuait à être attribué aux très grands seigneurs, il devait l’être aussi à une quantité de modestes chefs de guerre110. Par la suite, la monarchie se montra un peu moins généreuse : jusqu’en 1369, les états furent surtout réservés aux capitaines responsables d’une région ou à ceux disposant d’une retenue déjà importante. En 1359, Aymery, sire de la Rochefoucauld, capitaine de gens d’armes et de pied « es parties de langue d’oc », qui comptait en permanence dans sa compagnie cent hommes d’armes payés aux gages accoutumés, recevait pour son état 300 écus d’or par mois111. En 1360, l’état mensuel de Louis de Harcourt, vicomte de Châtellerault, lieutenant du roi et du régent dans le duché de Normandie, s’élevait à 600 écus112 ; celui de Jean, sire de la Rivière et de Préaux, capitaine « sur le pays » de Normandie avec 200 combattants, montait, en 1364 et 1365, à 500 francs par mois113 ; en 1368, Jean, sire de la Ferté, maréchal de Normandie, retenu à 50 hommes d’armes, touchait chaque mois 50 l.t. d’état114 : on voit apparaître ici le taux d’une livre tournois par mois pour chaque homme d’armes ou chaque lance, destiné à connaître une fortune durable puisqu’il était encore en vigueur à la fin du 15e siècle.

36Les états n’avaient pas pour seul intérêt d’augmenter les ressources des chefs de guerre ; si la monarchie française répandit cet usage, ce fut aussi afin de renforcer le rôle, le prestige et l’autorité des capitaines qu’elle retenait à son service et dont elle entendait consacrer officiellement la fonction par une indemnité spécifique.

Les organismes payeurs

  • 115 Ord. Roy s, t. I, p. 661.

37Le soin de payer les soudoyers incombait avant tout à des gens de finance spécialisés dans cette tâche : les trésoriers des guerres du roi et les clercs de ses arbalétriers. Bien qu’ils existent antérieurement, leur rôle apparaît en pleine lumière dans l’ordonnance promulguée par Louis X, le 18 mai 1318. Celle-ci prévoyait que les trésoriers de la guerre et le clerc des arbalétriers tout comme les maréchaux et le maître des arbalétriers auraient à leur disposition les noms des gens d’armes, les seings de leurs chevaux ainsi que les noms des gens de pied. Us devaient accomplir en personne les fonctions propres à leur office et se contenter des gages et dépens dont jouissaient traditionnellement leurs devanciers. Le même acte déclarait enfin qu’il y aurait un trésorier de la guerre, Renier Coquatrix, et un clerc des arbalétriers, Jean le Mire115.

  • 116 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 293 et 390.
  • 117 En dépit de Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », les comptes de 1339—1340 (...)

38Ce serait une erreur de croire que le clerc des arbalétriers versait leurs gages aux seuls gens de trait : en réalité, il s’occupait de tous les gens de guerre, qu’ils fussent hommes d’armes ou de pied, faisant partie de la retenue du maître des arbalétriers ; de plus, il payait les « soudoyers » de la mer, dépendant de l’amiral ; enfin, il versait les sommes attribuées à un officier bien modeste encore au milieu du 14e siècle, le maître de l’artillerie du roi116. Inversement, les trésoriers des guerres pouvaient fort bien distribuer leur solde à des arbalétriers117.

  • 118 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 4874, 2198, 1009, 332 ; Pierre Chauvel est qualifié d’aller clericus (...)
  • 119 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq. ; Clair. 11, n° 105 et 99 et 9, n° 172.
  • 120 B. N., p. o. 91, dossier Argouges, n° 5 ; 497, dossier Brécy, n° 2 et 2302, dossier Du Plessis en N (...)

39L’accroissement des effectifs contraignit rapidement la monarchie à augmenter le nombre des payeurs des gens de guerre. En 1340, il y eut deux trésoriers des guerres, Jean du Cange et Barthélemy du Drach, et au moins un clerc des arbalétriers, François de l’Hôpital. Cette dernière fonction fut à coup sûr dédoublée entre 1347 et 1352 où l’on relève l’activité parallèle de Jean de l’Hôpital, neveu du précédent, et de Pierre Chauvel118. Par la suite, le roi en revint à un seul clerc des arbalétriers mais porta à trois le nombre des trésoriers des guerres : en 1355 par exemple, à côté de Jean de l’Hôpital et de Barthélemy du Drach, toujours en place, on compte deux autres trésoriers des guerres, Jean Chauvel et Jacques Lempereur, ce dernier spécialement chargé d’exercer son office en Languedoc119. Enfin, dès cette époque, quelques receveurs locaux se virent confier le soin de payer les gens de guerre avec le produit de leurs propres recettes120.

  • 121 Ord. Roys, t. III, p. 34—37. Dès l’été 1355, les « gens du païs de Normandie » ayant accordé à Char (...)
  • 122 Ord. Roys, t. III, p. 99-110.

40Les trésoriers des guerre ne relevaient que du roi ; leur activité n’était contrôlée que par la Chambre des comptes ; ils maniaient des fonds considérables. Autant de raisons expliquant qu’ils furent tenus par les députés aux états généraux et provinciaux comme les principaux responsables du gaspillage des deniers publics et du désordre des finances. A tort ou à raison, ils furent accusés de malversations accomplies à leur profit sur une très grande échelle. Aussi, dès la fin de l’année 1355, en Languedoïl, fut-il décidé de les écarter au profit des superintendants des trois états, ayant seuls désormais le droit de distribuer l’argent aux gens de guerre121. L’année suivante, ce fut le tour de la Languedoc, dont les états ordonnèrent que les soldes fussent payées par quatre trésoriers généraux, que désigneraient les prélats, les nobles et les communautés, et qui ne devraient plus rendre leurs comptes aux officiers royaux, même si le roi, son lieutenant, les maîtres de la Chambre aux deniers, du Parlement ou de la Chambre des comptes le leur mandaient expressément, mais à douze personnes choisies par les trois ordres à raison de quatre pour chacun d’entre eux122.

  • 123 1356 : B. N., p. o. 2916, dossier La Valette, n° 20 ; 1702, dossier De Lettes, n° 21 et 1531, dossi (...)
  • 124 Ord. Roys, t. III, p. 387. Les deux trésoriers des guerres sont à cette date Jean Chauvel et Nicola (...)
  • 125 B. N., p. o. 358, dossier Blainville, n° 5 (1364).

41Les désirs des états furent loin d’être intégralement exaucés, et l’on voit les trésoriers des guerres et le clerc des arbalétriers maintenir leur activité, à un niveau il est vrai modeste, en 1356 et 1357123. Par une ordonnance du 27 janvier 1360, promulguée dans une phase particulièrement critique de la guerre, le régent décide qu’« en l’office des tresoriers des guerres seront a present et doresenavant deux et non plus » et qu’en celui de la « clergie des arbalestriers sera a present et doresenavant un tant seulement »124. Toutefois, jusqu’en 1368, le rôle de ce personnel spécialisé, susceptible d’exercer ses fonctions n’importe où dans le royaume, passa au second plan, cédant la place à un grand nombre de receveurs locaux chargés de payer les combattants qui assuraient la sécurité de leur propre région. Si ces gens de guerre demeuraient « au service du roi », ils étaient en revanche « aux gages » des villes, provinces ou diocèses qui les entretenaient125. En d’autres termes, bien que n’échappant pas au contrôle des organes centraux de la monarchie, puisque les comptes continuèrent d’être rendus à la Chambre des comptes — c’est ainsi en effet que des débris purent en parvenir jusqu’à nous —, le produit des finances locales servit en majeure partie à la guerre locale : la régionalisation de la défense, manifeste au niveau du commandement comme à celui du contrôle des effectifs, alla de pair avec une régionalisation des dépenses.

  • 126 Origine italienne possible de ce personnage. On pense aux célèbres Biche et Mouche du temps de Phil (...)
  • 127 B. N., n. a. fr. 9237, p. 862-866.

42L’examen des « despens communs » énumérés à la fin des comptes originaux conservés permet de préciser sur certains points la façon dont opéraient les trésoriers des guerres. Du 12 août 1338 au 20 janvier 1342, les fonctions du trésorier des guerres et du clerc des arbalétriers furent exercées « es parties de Gascongne », par un lieutenant de Barthélemy du Drach et de François de l’Hôpital, Jean Mouche126. Ce dernier disposa, jusqu’au 13 mai 1339, de 4 clercs et de 9 valets ; puis, les effectifs augmentant, on lui adjoignit 2 autres clercs et un valet. Un nouveau gonflement de son personnel intervint à partir du 1er août 1339 : pendant 7 mois, jusqu’au 1er mars 1340, il put compter en tout sur 9 clercs et 16 valets. Du 1er mars 1340 au 10 mars 1341, il n’eut plus que 6 clercs et 11 valets ; enfin, une fois les trêves conclues avec les Anglais, le nombre des combattants diminua fortement, et on put revenir au chiffre initial de 4 clercs et 9 valets. C’est dire que dans ce théâtre d’opérations où l’extrême dispersion des soudoyers répartis en centaines de garnisons ne facilitait pas la tâche, on estimait qu’un clerc était susceptible d’assurer le payement de 1 000 à 2 000 hommes représentant une solde mensuelle comprise entre 10 000 et 20 000 l.t. ; chaque année il assumait donc, à lui seul, le rassemblement et la distribution de 120 000 à 240 000 l.t. Dans l’exercice de leurs fonctions, Jean Mouche et ses adjoints disposaient de coursiers, palefrois, roncins, mulets, empruntaient des sommiers et des voitures pour transporter les fonds, achetaient des coffres, des cordes, des toiles, louaient des locaux à La Réole, Sainte-Foy, Montségur, Marmande, Moissac, Toulouse où les gens de guerre se rendaient pour recevoir leur solde127.

  • 128 Ibid., 9241, f° 157 sq. Sur les déplacements des trésoriers des guerres, cf. aussi Mézières, Songe (...)

43Pour la semonce de Compiègne d’octobre 1346, un trésorier des guerres fut désigné, Barthélémy du Drach, qui quitta Paris pour gagner Compiègne, dès le 2 octobre, accompagné de 6 clercs, 3 valets de pied et 3 écuyers pour sa sécurité. Ses déplacements durèrent jusqu’au 29 octobre ; pendant tout ce temps, il fit des « prêts » aux gens d’armes qui s’étaient rendus au mandement royal, ainsi qu’aux soudoyers tenant garnison sur les frontières de Flandre, de la mer et de Picardie. Au même moment deux autres clercs de son équipe étaient restés dans la capitale, accordant des prêts à d’autres gens d’armes. Du 29 octobre au 2 décembre, l’ensemble du personnel se retrouva à Paris pour faire leurs « comptes » aux gens de guerre retournant de Compiègne après leur cassement. Puis, de nouveau, le 2 décembre, Barthélemy du Drach quitta la capitale pour gagner les frontières de Picardie128.

44Il n’est pas invraisemblable d’estimer que, durant les premières années de la guerre de Cent ans, une vingtaine de clercs ait suffi au payement de l’armée, dans les périodes de faible activité militaire, et une quarantaine au plus fort du conflit.

  • 129 B. N., n. a. fr. 9241, f° 157 sq.

45Une fois les versements effectués, les trésoriers devaient rassembler leurs écritures — mandements du roi et de la Chambre des comptes, montres et revues, quittances diverses — et rédiger leurs comptes : travail considérable, exigeant beaucoup de temps et de soin. La seule mise en forme du compte de la semonce de Compiègne, où furent réunis pour quelques semaines seulement 3 000 à 4 000 hommes d’armes, demanda quatre mois à trois clercs installés en permanence dans l’hôtel du trésorier des guerres ; à son tour, ce compte original fut copié en trois exemplaires, destinés à la Chambre des comptes, par deux autres scribes qui y consacrèrent un trimestre129.

Prêt, compte et payement

  • 130 L’examen de 300 quittances datant de la période 1350—1368 indique que dans un cas sur 5 il s’agit d (...)
  • 131 Mandement de Philippe VI donnant ordre aux trésoriers à Paris de faire à Mâcon un prêt d’un mois de (...)

46« Prêt, compte, et payement » : l’expression est de celles qui reviennent le plus fréquemment dans les documents financiers relatifs aux gens de guerre. De fait, un jour ou deux après leur montre, les soudoyers du roi se voyaient accorder un « prêt à compter », ou plus brièvement « un prêt », en d’autres termes une avance consentie soit sur leurs gages « à desservir », soit sur leurs gages « desservis et à desservir »130. Jusqu’en 1363, le montant de ces prêts varia beaucoup selon les circonstances, en fonction d’abord des ressources à la disposition de la monarchie, mais aussi des exigences du recrutement : il fallait en effet donner aux gens de guerre extérieurs au royaume des sommes suffisantes dès le départ pour les inciter à servir131.

  • 132 Bovet, L’Arbre des Batailles, p. 126. Cf. aussi Giovanni da Legnano. De bello, p. 122.
  • 133 Supra, p. 61.
  • 134 Prince, « The Indenture System », p. 292—293. Quatre mois payés d’avance pour l’expédition d’Ecosse (...)

47Le recours au prêt était conforme à la nature même de la solde accordée aux gens de guerre : Honoré Bovet, à la fin du 14e siècle, fait remarquer que, si l’on peut payer au terme du service ceux qui prennent leurs gages « plus pour leur paine que pour leur vivre », mangeant et buvant les biens du seigneur, acceptant des « robes de sa livrée », en revanche il est normal de payer dès le début un homme d’armes, un sergent ou un arbalétrier, « lesquels doivent vivre et eulx vestir et habiller de ce qu’ils prendrent de leurs gaiges »132. Les avances consenties représentaient de quelques jours à un mois de gages. A partir de 1363, à de rares exceptions près, la durée maximum d’un mois fut généralisée et devint la règle pendant plusieurs générations. Grâce au prêt, les gens de guerre auraient donc dû avoir en permanence toujours quelques ressources, car l’avance devait être renouvelée une fois desservis les gages correspondant au dernier versement. Le prêt à compter avait l’avantage pour la monarchie de limiter les départs et les désertions puisqu’en principe on ne pouvait quitter l’armée qu’après avoir accompli un service égal aux sommes allouées par anticipation133. Toutefois, la durée d’un mois, maximum des avances, était bien faible par rapport aux trois et même six mois dont bénéficiaient à la même époque, en vertu de leurs endentures, les combattants retenus par le roi d’Angleterre134.

  • 135 Le 10 septembre 1357, Richard, seigneur de Chiffrevast, fils et « hoir » aîné de feu messire Nicole (...)
  • 136 B. N., n. a. fr. 9236—9240. Un problème se posait pour le payement des étrangers ayant regagné leur (...)

48Une fois le service accompli, il appartenait aux organismes payeurs d’établir le compte et d’achever le payement des gens de guerre ; le nombre de jours de solde était calculé, puis le montant des gages, dont étaient défalquées les sommes déjà reçues. La différence était ensuite versée au chef de montre, voire, s’il était mort dans l’intervalle, à ses héritiers135. En bonne règle, un compte général n’aurait dû être considéré comme clos qu’après que tous les prêts eussent été décomptés. Mais il s’écoulait fréquemment plusieurs années entre la date d’achèvement d’un service donné et le payement intégral des gages en découlant. Aussi, dès le début de la guerre de Cent ans, les comptes se terminent-ils par l’énumération des prêts « faiz aux gens d’armes qui en doivent compter ». Celui de Barthélemy du Drach et de François de l’Hôpital relatif à la guerre de Gascogne de 1338 à 1341 contient ainsi les noms de 708 hommes d’armes auxquels 27 529 l. 8 s. 5 d.t. ont été avancés en tant que prêts, plus 54 noms barrés, les comptes de ces derniers ayant été ultérieurement apurés. En 1340, les prêts contenus dans les deux comptes de l’ost de Bouvines intéressent un millier de gens d’armes. Étant donné que chacun des noms cités représente un chef de montre ayant plusieurs combattants sous lui, on peut conclure qu’à la date où les comptes furent rendus, plusieurs milliers de gens de guerre n’avaient pas encore reçu tout ce que le roi leur devait. Toutefois ils ne représentaient encore qu’une assez faible minorité par rapport aux soudoyers ayant déjà obtenu le remboursement intégral de leurs créances. Les noms de ceux auxquels des prêts avaient été accordés étaient groupés dans les documents comptables en fonction de leur origine géographique : tels les gens de Savoie, du Viennois et autres « hors du royaume », ceux des bailliages de Tours, de Vermandois, de Senlis, des sénéchaussées de Toulouse, de Carcassonne ou de Poitou. Le trésorier des guerres ou ses clercs pouvaient donc ultérieurement se rendre dans telle province et y faire savoir qu’ils étaient disposés à s’acquitter des sommes n’ayant pas encore été versées136.

  • 137 En attendant d’être payés, les gens de guerre recevaient des cédules ou des « escroes » attestant l (...)
  • 138 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 332 ; autres exemples : n° 3097, 1009, 847, 775, 1141, 2115. D’une m (...)
  • 139 Ibid., n° 4017. Cette période de très faible monnaie va d’avril 1339 à avril 1343. Rapport d’ un à (...)

49Mais les gens de guerre n’avaient pas seulement à supporter des retards de solde souvent importants ; lors même qu’ils obtenaient leur dû137, non sans de longues attentes, d’incessantes démarches, de multiples pots-de-vin, ils subissaient le contrecoup des remuements monétaires. Voici par exemple un certain Jean Bataille, du bailliage d’Amiens, ayant servi dans la garnison d’Aire du 27 avril au 6 août 1347, en compagnie de 23 gens de pied. Jean de l’Hôpital, clerc des arbalétriers, lui devait 138 l. 19 s. 5 d.t. ; le 7 janvier 1348, il ne reçut que 6 l. 10 s.t. ; le reste, soit 132 l. 9 s. 5 d.t., ne lui fut remis que le 28 février 1349 ; mais on estima ne lui devoir cette somme qu’en monnaie faible, et on ne lui en versa que la moitié convertie en monnaie forte, courant à la date de son dernier versement, soit 66 l. 4 s. 7 d. ob. t. Or le pied de monnaie, au début de 1349, était du 36e, et il s’était situé à un niveau comparable durant toute l’année 1347. Sous les apparences d’une parfaite régularité comptable, le vol était manifeste138. Quant aux sommes dues pour les services accomplis en 1340, les gens du roi estimèrent qu’elles correspondaient à une période de « très faible monnaie » et qu’elles ne valaient du coup que le cinquième en monnaie forte139. Si donc la monarchie fut en mesure de payer à peu près intégralement ses gens de guerre pendant les premières campagnes du conflit franco-anglais, c’est d’abord en étalant sur plusieurs années le remboursement de ses dettes, c’est ensuite en dévaluant la monnaie, qui passa du pied 18e, le 1er janvier 1337, au pied 60e, le 26 juin 1342, c’est enfin, grâce à une banqueroute partielle soigneusement dissimulée, en réduisant de façon arbitraire les sommes qui lui restaient à verser.

  • 140 Jean le Bel, Chron., t. II, p. 65—66.

50Une semblable attitude justifie le parallèle établi par Jean le Bel, dans ses Chroniques, entre le « noble roy Edowart », payant « bien » et « largement » ses « soubdoiers et alliez », et le « roy Philippe de France », se fiant, non point « aux seigneurs et barons de son pays », mais à « povre conseil de clercs et de prélats », « a ses maistres des comptes et tresoriers », pressurant « durement » ses sujets de maltôtes, son Eglise de décimes, faisant toujours forger « mauvaise monnoye », la faisant refondre et reforger pour la « ravaler » ensuite, « quant luy plaisoit », « ne oncques ses souldoiers ne furent bien payez, ains leur a convenu souvent despendre du leur de deffaute de payement, aussy souvent leurs chevaulx et armeures vendre en poursuivant les tresoriers »140.

  • 141 B. N., fr. 32510, f° 206—230.
  • 142 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.
  • 143 Parfois cependant payements assez fréquents et complets. Tels ceux dont bénéficia Arnaut de Saint-G (...)

51Autant qu’on puisse en juger à l’aide des copies très incomplètes des comptes des trésoriers des guerres, la place des prêts, à partir de 1350, devint très importante par rapport à celle des gages déjà comptés141. Au témoignage du seul compte original préservé pour cette période, la moitié environ des hommes d’armes de la bataille de Jean le Bon réunie à l’automne 1355, lors de la semonce de Picardie, obtint le payement intégral des services accomplis, l’autre moitié n’ayant touché que des prêts142. C’est dire que, durant cette seconde phase, la monarchie française ne dut pas seulement recourir à de constants remuements monétaires ; en dépit des dévaluations répétées de la livre tournois, elle ne fut plus capable, semble-t-il, de s’acquitter régulièrement de ses dettes envers ses soudoyers143.

  • 144 Cf. Delachenal, « Journal des Etats Généraux d’octobre 1356 » : « Quant les subcides et imposicions (...)
  • 145 Ord. Roys, t. III, p. 618-627.
  • 146 B. N., Clair. 190, n° 87, 88 et 89. Cf. aussi ce mandement de Charles V aux gens de ses comptes à P (...)

52Puis la fixation des gages en espèces réelles, qui s’imposa à partir de 1356, et, quatre ans plus tard, le retour à la stabilité monétaire, supprimèrent une des causes principales de l’insuffisance des soldes. On peut croire par ailleurs que la politique des états, soucieux à la fois d’assurer une défense efficace et d’éviter le pillage des combattants en mal d’argent, visa à imposer un payement rapide et régulier144. En 1363, par exemple, l’assemblée des trois ordres de la sénéchaussée de Beaucaire et de Nîmes prescrivit, pour les 200 hommes d’armes et les 200 sergents à cheval qu’elle entendait retenir en permanence, le versement par moitié, au début et à la fin de chaque mois, de la demi-solde prévue pour les périodes de paix145. Cependant, tous les retards ne disparurent pas : les 2 et 3 mars 1366, Nicolas Odde, trésorier des guerres, reconnaissait, « par compte fait », devoir à Jean de la Rivière pour les gages que lui et ses compagnons avaient « desservis » depuis le 4 juin 1364 la somme de 5 356 l.t.146.

  • 147 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1102—1105.
  • 148 Ibid., t. IV, p. 1261—1264.

53Par ailleurs, tandis qu’auparavant chaque compte des trésoriers des guerres couvrait une période maximum de trois ou quatre ans, celui du même Nicolas Odde commence le 24 mars 1359 pour se terminer seulement dix ans plus tard, le 18 mars 1369147 : c’est là le signe d’institutions financières encore désorganisées. Faut-il penser néanmoins que la situation s’améliora progressivement ? On a conservé le détail des prêts à compter délivrés par un lieutenant de Nicolas Odde, Macy de Meun, à Jean de la Ferté, maréchal de Normandie, pour ses services de quatre mois, de février à mai 1368. Au début de chaque mois, il toucha certaines sommes dont le montant s’élève à 4 733 francs ; or, il aurait dû percevoir en tout, eu égard aux effectifs dont il disposait, 5 105 francs ; c’est dire que ces prêts versés sans retard représentaient 93 % de ce qu’il aurait dû toucher. Au surplus, il n’est pas exclu qu’il ait obtenu ultérieurement son arriéré de 372 francs148.

  • 149 On trouve aussi la mention : « monnoie courant a present » (A. N., K 47, n° 24 : 1353). Quelquefois (...)
  • 150 Cf. Viard, n° 853 et 859.
  • 151 B. N., n. a. fr. 9239, f° 278—282.
  • 152 Mention de florins d’or à l’écu, d’écus, de florins de Florence, de royaux ou réaux, de doubles de (...)
  • 153 Ibid., 97, n° 47 (1364).
  • 154 On notera toutefois que le compte d’Arnoul Boucher, trésorier des guerres, mentionne presque unique (...)

54Quelles que soient la fréquence et l’importance des sommes qu’ils recevaient, est-il possible de préciser en quelles espèces monétaires les gens de guerre étaient payés ? Jusqu’en 1355, on l’a vu, le barême des gages, calculé en monnaie de compte, ne fournit aucune indication à ce sujet ; quant aux quittances, bien que le plus souvent elles aussi exprimées en monnaie de compte, elles offrent quelques rares mentions de pièces réelles : écus d’or, deniers d’or à l’écu, florins d’or à l’écu, écus de Philippe VI, « de second coing, de bon poids », florins d’or de Florence ; pour quelques-unes de ces pièces, l’équivalence en monnaie de compte est fournie149. Les Journaux du Trésor de Philippe VI de Valois comportent quelques payements en doubles tournois destinés aux gens de guerre150. Les comptes de l’ost de Bouvines énumèrent différentes espèces de « monnoie d’or » et aussi de « monnoie blanche » et « noire » remises aux combattants151. Le plus souvent la monnaie d’argent ne constitue pas la majorité des sommes versées. A partir de 1355, cette présomption, renforcée par le fait que les barèmes sont désormais exprimés en monnaie d’or, se trouve confirmée par l’examen des quittances qui, jusqu’en 1363, mentionnent dans leur grande majorité des pièces d’or et dans quelques cas seulement des doubles tournois et des « blancs »152. A partir de 1364, les sommes calculées en monnaie de compte l’emportent de nouveau, mais il est fait de fréquentes allusions au franc d’or. Un exemple assez représentatif du mode de payement est celui de Mahieu de Roye, chevalier, seigneur d’Aunoy en Normandie, capitaine des gens d’armes imposés sur la cité et le diocèse de Soissons pour la défense du royaume, percevant de Jean de Guise, receveur général dans cette circonscription de l’aide ordonnée pour le payement des gens d’armes, 700 l.t. en 240 francs d’or, 274 moutons, 38 royaux, 18 « vieilles mailles d’or », et l’équivalent de 130 l.t. seulement en blancs ou en gros153. Dans l’ensemble la monnaie d’or, dès le milieu du 14e siècle, paraît jouer un grand rôle dans le payement des soudoyers retenus aux gages du roi de France, analogue à celui qu’il joue dans le trafic international ; la circulation de l’or intéressait donc d’assez vastes secteurs de la population ; même un modeste sergent de pied avait l’occasion de recevoir du roi, pendant ou après son service, quelques écus ou quelques florins154.

La distribution des gages entre les gens de guerre

  • 155 C’est à partir de la fin du 14e siècle seulement qu’outre le sceau, la quittance comporte le seing (...)

55Il s’agit maintenant d’examiner dans quelle mesure les gages distribués par le roi au chef de montre, qui, en échange, devait délivrer une quittance scellée de son sceau155, parvenaient réellement, intégralement, aux gens de guerre servant sous lui. La question est d’autant plus importante que certains capitaines, d’un rang supérieur, touchaient des sommes considérables, correspondant à la solde de la totalité des combattants placés sous leur gouvernement. Tel fut le cas, en 1340, de sept chefs de batailles sur douze.

  • 156 A. D. Pas-de-Calais A 621, n° 24 (1342) ; A. D. Côte-d’Or, B 11733 (1341) et B 358 (1347).

56Puissants seigneurs, responsables de plusieurs centaines d’hommes de guerre, notables chevaliers sous la bannière ou le pennon desquels servaient quelques dizaines de gens d’armes, modestes chefs de montre accompagnés d’une poignée de soudoyers, capitaines de garnisons, connétables de gens de pied : quelles pressions pouvaient s’exercer sur eux en vue de les amener à répartir honnêtement, entre tous leurs « compagnons », la manne royale ? S’efforçaient-ils de les entretenir au plus juste et de conserver tout le surplus à leur profit ? Préféraient-ils remettre à chacun sa portion plus ou moins congrue ? Faisaient-ils preuve de cette largesse que recommandait l’éthique chevaleresque ? Leurs attitudes varièrent sans doute en fonction des circonstances, des tempéraments, voire des accords, tacites ou écrits, passés entre eux et leurs hommes. En 1340, le duc de Bourgogne et comte d’Artois solde lui-même ses gens de guerre avec l’argent reçu de Philippe VI, accorde aux gentilshommes qui l’avaient servi le restor de leurs montures156. En décembre 1338, Miles de Noyers, grand bouteiller de France, ayant été mandé par le roi pour aller contre les Anglais, convoqua ses gens d’armes et se trouva bientôt à la tête d’une troupe comprenant son fils, Jean de Noyers, comte de Joigny, « plusieurs chevaliers, escuiers et autres », « tant a gaiges comme a despens » et même quelques arbalétriers. Le compte des dépenses qu’il fit à cette occasion montre qu’il accorda aux gens de sa compagnie pour leur service les sommes suivantes :

  • 157 Petit, Miles de Noyers, p. 259 — 278, d’après A. D. Côte-d’Or, B 1274bis. De même le comte de Blois (...)

57Conversion faite, les gens de guerre énumérés ci-dessus reçurent au total de Miles de Noyers 72 l.t. ; or ce dernier, au tarif des gages admis à cette date, a dû toucher du roi en leur nom 74 l.t. Dans ce cas, son bénéfice fut presque inexistant157.

  • 158 A. N., JJ 269, f° 64r°.
  • 159 Ibid., f° 67v°.
  • 160 Ibid., f° 59v°.
  • 161 Ibid., f° 57r°.
  • 162 Ibid., f° 36v°.
  • 163 C’est le cas de Geoffroy de Charny (ibid., f° 90v° et 92r°).
  • 164 Ibid., f° 90v°.
  • 165 Ibid., f° 30r° et 36v°.

58On a conservé le détail des dettes dues à différents créanciers par Raoul, comte d’Eu, connétable de France, au moment de sa mort, survenue en janvier 1345. Au témoignage de ce document, il apparaît d’abord qu’il ne payait pas rapidement les chevaliers ayant servi sous ses ordres dans les guerres du roi : les arriérés de solde remontent jusqu’en 1337158. Pour leur verser leurs gages, le connétable utilisait les sommes qu’il touchait des trésoriers des guerres, y compris ses « droitures » ou « drois des guerres »159, les rentes que lui accordait la monarchie160, mais aussi ses propres revenus seigneuriaux161. Il défalquait également les rentes à vie qu’il versait ordinairement à quelques chevaliers162. D’autres l’accompagnaient à « touz couz et fraiz »163. Parfois, le connétable accordait des avances supérieures à ce qu’il devait ou à ce qu’il recevait des trésoriers des guerres ; dans ce cas, on lui devait le remboursement du trop-perçu164. Enfin, la valeur des restors consentis par le connétable est supérieure au tarif habituel dans les armées du roi de France165. Au total, le connétable ne faisait guère de bénéfice au détriment des nobles servant dans son hôtel ou dans sa bataille : il leur remettait à peu près intégralement ce qu’il touchait de l’administration militaire. Les retards dans le versement des gages n’étaient pas supérieurs à ceux constatés dans les comptes des trésoriers des guerres. Soucieux de sa gloire et de son prestige, le connétable se devait d’être libéral envers les siens ; on conçoit qu’il n’ait eu aucune peine à recruter des gentilshommes pour peupler sa compagnie lors des différentes expéditions auxquelles il participait.

  • 166 Philippe de Troismons, chevalier, conseiller du roi et du duc de Normandie, Jean de Malleville, écu (...)

59Il est exceptionnel au milieu du 14e siècle que les organismes payeurs se voient prescrire de faire les prêts et payements de leurs gages à chaque homme d’armes, individuellement166. Si la monarchie française n’a pas voulu, à cette époque, entreprendre de solder un à un ses combattants, c’est que son but primordial était de respecter le plus possible la solidarité du groupe de gens de guerre lui offrant ses services dans le cadre d’une montre.

  • 167 Le Barrois d’Orgeval, Tribunal de la connétablie, p. 334 — 335, p. j. VIII, d’après A. N., Xla 21, (...)

60Ce mode de distribution des gages suscita néanmoins des différends : en 1356, Raoul, seigneur de Joiecourt, chevalier, fut retenu par un autre chevalier, Raoul de Clermont, pour l’accompagner avec trois écuyers dans les guerres du roi ou bien partout où son maître voudrait l’emmener ; il s’était vu promettre un écu pour lui et un demi-écu pour chaque écuyer par jour ; en revanche, Raoul de Clermont toucherait seul les gages versés par le roi ; or ils avaient servi 65 jours dans l’ost de Breteuil et ailleurs et les trésoriers des guerres avaient délivré la somme correspondante ; mais Raoul de Clermont était mort avant d’avoir rien versé, et Joiecourt assigna sa veuve devant les lieutenants des maréchaux de France. Douze ans plus tard, en 1368, le procès était toujours pendant167.

C. ARMEMENT ET RAVITAILLEMENT : LE RÔLE DE LA MONARCHIE

61C’est essentiellement par l’intermédiaire des soldes que la monarchie entretenait les gens de guerre. Toutefois, elle intervenait aussi dans leur équipement et leur armement d’une part, dans leur ravitaillement de l’autre. Il convient d’examiner les modalités et l’ampleur de son rôle dans ces deux domaines.

  • 168 B. N., p. o. 1522, dossier La Heuse, n° 22.
  • 169 Ibid., 1070, dossier D’Espinole, n° 2 et 265, dossier Behuchet, n° 4 ; Clair. 165, n° 53 ; Delisle,(...)
  • 170 Le problème est tout différent pour les armées de mer.
  • 171 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 272 ; B. N., p. o. 2629, dossier Sans Avoir, n° 9. L’art. 3 de l’ord (...)
  • 172 Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 610-615, 616-625 et 661-678.

62A titre individuel, par manière de « don » ou de « recompensation », le roi pouvait offrir à ses hommes d’armes un cheval, un harnois de guerre ou bien de l’argent pour en permettre l’achat168. Il se montrait plus généreux envers ses gens de trait169. Mais ses interventions restaient exceptionnelles : d’une façon générale, en ce qui concerne les armées de terre170, chaque combattant avait à se procurer son équipement personnel tantôt par ses propres moyens, tantôt grâce aux libéralités de son seigneur, de son maître ou de son capitaine171. On ne constate rien d’analogue, durant les premières années de la guerre de Cent ans, à ce qu’avait par exemple pratiqué Philippe le Bel à la fin du 13e et au début du 14e siècle, faisant de larges commandes d’armures à l’intention de ses troupes, quitte à leur en demander ensuite le remboursement172.

  • 173 Le mot dérive de l’ancien français « atilier », au sens de parer, attesté depuis 1170, puis modifié (...)
  • 174 Cf. par exemple Bréard, Le compte du Clos des Calées de Rouen.
  • 175 Delisle, Mand. Ch. V, n° 359, 392 et 439.
  • 176 B. N., fr. 25996, n° 210 ; Luce, Du Guesclin, p. 521 et 537, p. j. VII et XV.
  • 177 Ramundus Arquerii, atilhator Tholose domini nostri Francie regis (Hist. Languedoc, t. X, col. 967 — (...)
  • 178 Chron. norm., app. V ; B. N., p. o. 596, dossier Cardaillac, n° 23.
  • 179 Roman, n° 6740. Le même que Jean du Louvre, maître de l’artillerie du roi, donnant quittance au suj (...)
  • 180 L’extrait du « Compte de Jehan de Lyons, jadis souverain maistre des artilleries du roy depuis 1358 (...)
  • 181 B. N., Clair. 47, n° 143 (1362).
  • 182 Ibid., 31, n° 122 (1368).
  • 183 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 308, n° 724.
  • 184 B. N., Clair. 71, n° 62 (1359) et 5, n° 56 (1358).
  • 185 Pour un ordre de grandeur, cf. B. N., p. o. 1531, dossier Hôpital, n° 82 (1351). En 1349, il touche (...)
  • 186 Chron. norm., p. 258, n. 5.
  • 187 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 4508.
  • 188 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 1153—1154 et t. III, p. 62.

63En revanche, le rôle du roi et de ses agents était plus fréquent, plus régulier dans le domaine de l’armement offensif, spécialement celui relevant de ce que les textes du temps appellent « artillerie »173. Celle-ci était commandée à des artisans, entreposée, distribuée174. Le garde du Clos des Galées, près de Rouen, n’était pas seulement le fournisseur de la flotte et des gens de mer ; à l’occasion, il envoyait du trait, des arbalètes, des pavais aux habitants des villes ou aux capitaines des châteaux175. Ces derniers, de leur côté, avaient pour tâche d’équiper leur place en armes de toutes sortes176. Il existait dans plusieurs villes du Midi des « artilleurs du roi » dont les services étaient largement utilisés177. Dès 1339, le maître et le clerc des arbalétriers de France achètent des canons, du salpêtre, du soufre vif178. Mais le rôle majeur revenait au « maistre des artilleries du roy », ou « maistre de l’artillerie du roy » — en latin magister artillerie regis —, qu’on trouve également qualifié de « maistre et garde de l’artillerie du roy », « artilleur du roy » ou artilliator regis, « maistre artilleur de l’artillerie du roy », « garde et gouverneur de l’artillerie du roy », « souverain maistre de l’artillerie du roy » : de 1339 au moins jusqu’en 1377, la fonction fut confiée à un simple sergent d’armes du roi, Jean de Lyon179. Quelques pièces éparses survivent seules de la comptabilité de ce personnage180. Elles suffisent toutefois à montrer qu’il était responsable d’un arsenal logé au Louvre où il pouvait puiser pour ravitailler le connétable181, les capitaines182, les villes183, le clerc et surtout le maître des arbalétriers, ce dernier assurant ensuite la répartition du matériel entre les combattants184. Les livraisons semblent souvent minimes et on peut penser que la dépense annuelle du maître de l’artillerie ne dépassait pas quelques milliers de livres tournois185. Il pouvait avoir un lieutenant pour l’assister186 ; ses gages, dès 1345—1346, étaient de 4 s.p. par jour187. Tout cela était modeste ; il est vrai que ce n’était pas là les seules ressources du roi : celui-ci pouvait aussi contraindre les villes à lui remettre tout ou partie de leur armement188.

  • 189 Froissart, Chron., t. IX, p. 16.
  • 190 Ibid., t. VIII, p. 150-151 ; t. I, p. 170 ; t. VII, p. 192. En 1338, Philippe VI retarde sa semonce (...)
  • 191 Mirot, « Instructions défense Bourgogne ». C’est à cause de mesures du même type qu’en 1360 Edouard (...)
  • 192 Froissart, Chron., t. I, p. 449. Sur l’attention que doit porter le prince au ravitaillement de son (...)

64Selon une opinion couramment admise par les historiens, les armées, pendant les derniers siècles du Moyen Age, auraient, en campagne, principalement vécu sur le pays. Sans doute, comme en témoignent les chroniqueurs, ce fut là pratique courante : en 1377, les Français, qui assiégeaient Castillon-sur-Dordogne, souffrirent d’une très grande famine ; même à prix d’or, ils ne pouvaient se procurer des vivres, et il fallait à leurs fourrageurs parcourir le pays dans un rayon de douze à quinze lieues pour subvenir aux besoins des troupes189. Lors de leurs grandes chevauchées à travers le royaume de France, les Anglais prenaient soin de consommer le moins possible les vivres dont ils s’étaient pourvus au départ et qu’ils transportaient dans leurs chariots ; ils préféraient se ravitailler sur place, aux dépens des populations locales. Pour exploiter une plus large bande de territoire, ils divisaient leur armée en trois corps, progressant parallèlement, sur une distance d’une vingtaine de kilomètres et à une vitesse de déplacement comprise entre dix et vingt kilomètres par jour190. Cependant, vivre sur le pays était difficile, aléatoire, dès que la concentration et l’importance des armées atteignaient un certain niveau. S’il s’agissait d’une force de plusieurs milliers d’hommes — la dimension d’une ville notable — stationnant à l’occasion d’un siège ou bien s’implantant dans une région pour la conquérir, les ressources locales, drainées de gré ou de force, risquaient de se révéler rapidement d’autant plus insuffisantes que les paysans prenaient soin de cacher leurs réserves dans les bois ou de se réfugier, avec leurs troupeaux et, si possible, leurs récoltes, entre les murailles de quelque ville ou forteresse voisine191. Le difficultés du ravitaillement local augmentaient durant la mauvaise saison192. De plus, s’en remettre à l’initiative individuelle des gens de guerre pour assurer la subsistance quotidienne apparaissait aux chefs un palliatif dangereux, qui ne pouvait que favoriser l’indiscipline des troupes, interdisait leur contrôle, multipliait les risques d’embuscade. Enfin, le pillage systématique était, malgré tout, d’application moralement délicate lorsque l’armée du roi se trouvait dans des provinces soumises au roi. Son intérêt bien compris le poussait à protéger ses sujets contre les exactions les plus ruineuses. Pour cet ensemble de raisons, à la fois économiques, politiques et militaires, il y eut de la part du commandement et de l’administration monarchique, un effort assez vigoureux d’organisation du ravitaillement.

  • 193 Cf. t. I, p. 265.
  • 194 Ibid., t. I, p. 533. Racontant le même épisode, Jouvenel des Ursins (Hist. Ch. VI, p. 376) précise  (...)

65Pour assurer la subsistance de ses troupes, le roi de France, au 14e siècle, se contentait parfois de faire appel aux bonnes volontés. En 1383, l’entourage de Charles VI réunit une force de plusieurs milliers de combattants destinée à contenir un débarquement anglais qui s’était produit en Flandre. Tel fut l’« ost de Bourbourg », ravitaillé par un gros marchand de Paris, Nicolas Boullard. Non sans exagération, Le religieux de Saint-Denis assure qu’« il envoya par terre et par mer des convois si considérables que pendant quatre mois plus de cent mille hommes purent acheter comme à l’ordinaire les choses nécessaires à leur subsistance »193. Ce fut sans doute pour Boullard une opération fructueuse car, en 1388, le même personnage aurait avancé 100 000 écus pour acheter des vivres auprès de « tous les peuples des bords du Rhin » et les mettre à la disposition de l’armée de Charles VI pendant son expédition contre le duc de Gueldre194.

  • 195 Cf. par exemple B. N., fr. 14371, f° 65r°.
  • 196 Funck-Brentano, De exercituum commeatibus, p. 43, n. 2. Cf. aussi Timbal, La guerre de Cent ans, p. (...)
  • 197 Funck-Brentano, De exereituum commeatibus, p. 44. La sauvegarde du roi s’étendait « entre soleil le (...)
  • 198 B. N., n. a. fr. 9239, f° 236v°.
  • 199 Escouchy, Chronique, t. I, p. 325 sq.

66D’autres fois, des mesures d’ordre administratif étaient prises. Par l’intermédiaire des baillis, sénéchaux et autres officiers royaux, les marchands de telle région se voyaient intimer l’ordre de se rendre à l’ost royal. Une mesure de ce genre était assez courante pour que les formulaires de la chancellerie royale aient comporté le plus souvent un ou plusieurs spécimens de « commission a mener vivres en ung ost »195. Ces marchands étaient alors exempts de toute taxe de circulation. Cependant, les détenteurs des droits de péage pouvant contester la destination des vivres, il était prévu qu’à l’aller les marchands leur laisseraient un gage qu’ils reprendraient au retour en montrant les attestations du « maréchal de l’ost », du prévôt des maréchaux, de leurs lieutenants ou députés196. Si, en effet, pendant tout le temps de leurs déplacements, ils étaient placés sous la sauvegarde du roi, pouvaient exiger l’aide de ses officiers197, obtenir au besoin une escorte armée dans les zones dangereuses198, une fois parvenus à l’armée, les marchands étaient surveillés et protégés par les chefs militaires, et plus spécialement par le prévôt des maréchaux qui devait réprimer toute exaction à leur égard et fixer le prix de vente des marchandises199.

  • 200 Arch. hist. Poitou, t. XI, p. 4 et 5, d’après A. N., JJ 35, n° 138. Cf. aussi les achats massifs de (...)
  • 201 B. N., n. a. fr. 7614, f° 784 sq.

67Dans certaines circonstances, la monarchie ne se bornait pas à ces prescriptions administratives. Elle intervenait directement en faisant acheter les vivres par ses agents. Son rôle était alors financier. En 1304, Philippe le Bel manda au sénéchal de Poitou de se procurer auprès de riches marchands, mais sans contrainte, 1 000 tonneaux de vin, 10 tonneaux de vinaigre et 500 aumailles200. En 1366, Charles V ordonne de consacrer une somme de 3 000 francs pour les « provisions et garnisons de vivres » des châteaux de Touques, Caen, Falaise, Exmes, Bayeux, Vire et Vaudreuil201.

  • 202 Cité par Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Age, de la fin du XII au milieu du XIVe siècle,(...)
  • 203 Sur le droit de prise pour l’hôtel du roi, cf. Rey, Finances royales, p. 84.
  • 204 Ainsi, en 1346, Enguerran du Petit-Cellier, qualifié indifféremment de provisor garnisionum granoru (...)
  • 205 En 1349, les religieux du monastère de Sainte-Colombe de Sens obtiennent le prix du vin qu’ils livr (...)
  • 206 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 897 et 1934.

68« Les droiz s’i accordent : en necessité de guerre, les biens dou peuple sont au prince »202. Au lieu de s’adresser aux marchands, le roi pouvait exercer directement sur ses sujets un droit de prise, qui se présente comme une extension de celui dont il jouissait pour le ravitaillement de son hôtel203. Il arrivait d’ailleurs que le même personnel fût chargé de l’une et l’autre missions204. Dans les deux cas, les marchandises prélevées étaient payées, avec un retard plus ou moins considérable205, selon un tarif qu’imposaient souvent les agents royaux, mais qui, à l’occasion, pouvait être établi par des jurés locaux206.

  • 207 B. N., fr. 25996, n° 184.
  • 208 Ibid., 14371, f° 65r° et n. a. fr. 3654, n° 241, p. 38-39.
  • 209 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 317, n° 736.

69Individus et communautés, clercs et laïques, réguliers et séculiers207 devaient consentir à ces réquisitions et ouvrir leurs « granges, greniers et hostels »208. Non sans protestation : en 1377, Sandré Warni, commissaire royal pour l’approvisionnement de l’armée de la mer, se rendit à Saint-Quentin et y saisit des vins et des grains appartenant à une abbaye et à plusieurs bourgeois et gens d’Église ; il comptait transporter ces vivres dans la région d’Abbeville, mais les victimes parvinrent à convaincre Charles V d’ordonner la restitution des prises, en alléguant leur situation aux frontières de l’Empire, la nécessité d’assurer leur défense, les difficultés de leur propre ravitaillement dans un pays sans rivière, enfin l’absence de vignes qui les contraignait à faire venir leur boisson, à grands frais, de Laon, Soissons et Beauvais209.

  • 210 Viard, Journ. Tré&s. Ph. VI, n° 1905. Le roi remboursait parfois les achats au seul chef de l’ordre (...)
  • 211 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 1918 et 1919.
  • 212 Ibid., n° 897, 934, 805, 1918, 335, 2844 ; B. N., fr. 25996, n° 189 et Clair. 4, n » 116 ; n. a. fr (...)
  • 213 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 897, 2577, 2579, 2580 et 2581.
  • 214 Ibid., n° 3007 et 3025.

70Au témoignage des Journaux du Trésor de Philippe VI de Valois, les prélèvements s’exerçaient de préférence aux dépens d’établissements religieux, surtout réguliers, qui offraient les amples disponibilités de leurs granges dîmières210. Fréquemment alors, le prix d’achat n’était pas versé directement, mais devait être déduit des prochains versements des décimes accordées au roi par la papauté211. D’assez nombreux agents étaient chargés d’opérer sur place les réquisitions. La variété de leurs titres montre que c’était là, encore au milieu du 14e siècle, des missions temporaires et irrégulières : « pourvoyeurs des garnisons de grain et de fourrage pour la guerre du roi », « pourvoyeurs des garnisons d’animaux pour la guerre de Gascogne », « commis à faire provision de certaine quantité de vin pour les gens d’armes de Calais », « pourvoyeurs des animaux et des lards », « pourvoyeurs des garnisons du roi pour l’armée de la mer », « receveur du bailliage de Senlis pour les garnisons des blés et avoine », « commissaire sur la prise et distribution des vivres et garnisons pour la guerre ès parties de Saintonge », « maître des garnisons des bestiaux et lards pour la guerre du roi », « commis pour faire venir et conduire les vivres en l’ost du roy »212. Les gens de l’Hôtel — et surtout ces hommes à tout faire qu’étaient, au 14e siècle, les sergents d’armes — fournissaient une grande partie de ce personnel d’occasion213, mais les baillis et sénéchaux, les prévôts, en Normandie les vicomtes, parfois même les capitaines de places, les assistaient dans cette tâche214.

  • 215 Ibid., n° 1153-1156.
  • 216 Ibid., n° 1741, 1742, 1744, 1811 et 1927.

71Les prises pouvaient être importantes : entre juin et septembre 1338, les religieux du monastère de Saint-Jean, près d’Amiens, durent livrer aux commissaires royaux 12 muids de « blé » et 79 muids et demi d’avoine mesure d’Amiens, représentant, en forte monnaie, une valeur de 251 l. 4 s.t.215. Elles pouvaient être fréquentes : les religieux de Saint-Barthélemy de Noyon les subirent par exemple en 1339, 1342, 1344, 1345, 1346 et 1347216.

  • 217 Besse, Recueil, p. 154—160.
  • 218 Richard (J. M.), Inventaire sommaire des Archives départementales du Pas-de-Calais, série A, t. II, (...)

72On demandait parfois aux gens de guerre convoqués par mandement royal d’être munis d’une certaine quantité de vivres217. Enfin, la monarchie comptait sur les ressources du domaine et demandait à ses prévôts des livraisons en nature. Pour le ravitaillement des troupes qui servaient sous leurs ordres, les grands seigneurs n’agissaient pas autrement : entre 1339 et 1346, Eudes IV, duc de Bourgogne, utilisa les rentrées de son domaine en Artois, dont il était le comte218.

  • 219 Petit, Essai, p. 204-210, n° 40 (1336 ou 1338) ; il s’agit d’un projet d’expédition en Ecosse : « T (...)
  • 220 B. N., Clair. 18, n° 53 et 11, n° 4 ; fr. 25947, n° 754.

73Le plus souvent, le roi n’achetait directement des vivres, soit aux marchands, soit à l’ensemble de la population, que dans des cas bien déterminés : pour le ravitaillement d’une flotte, d’une place, enfin pour celui de son propre hôtel s’il participait à la campagne. C’est dire que, dans leur ensemble, les troupes devaient se pourvoir à titre individuel auprès des marchands et acquérir leurs vivres contre de l’argent. Bien mieux : même quand les agents de la monarchie les achetaient, ce n’était point à fonds perdus ; car si le ravitaillement de l’Hôtel était assuré aux dépens du roi, il n’en était pas de même pour celui d’une flotte ou d’une place, où le prix des marchandises consommées était généralement déduit des gages des gens de guerre219. De la sorte, le capitaine d’une forteresse ravitaillée par les soins de l’administration monarchique, devait donc, en principe, rendre compte ultérieurement de ses dépenses et rembourser les avances consenties220.

  • 221 Cf. pourtant pour 1339, Chron. reg. Franc., t. I, p. 84 et 113 ; pour le siège de Cherbourg en 1378 (...)
  • 222 B. N., fr. 25996, n° 171. Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 328 et 366.
  • 223 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 1741 et 1918.
  • 224 B. N., p. o. 1791, dossier Magnac, n° 2 ; Viard, Journ. Trés. Ph. VI, passim. Il convient également (...)

74Il est difficile de déterminer l’efficacité de ces divers procédés. Il semble toutefois que durant les campagnes de Philippe le Bel en Flandre et en Guienne, durant les premières années de la guerre de Cent ans, entre 1337 et 1347, comme durant les débuts du règne de Charles VI, entre 1382 et 1392, des effectifs importants purent être réunis dans une région déterminée, pour une période de quelques semaines, voire de quelques mois, sans que les difficultés du ravitaillement aient constitué un élément notable de leur dispersion ou de leurs échecs221. Lorsque les conditions économique étaient convenables, les désordres limités, les rouages administratifs et financiers fonctionnèrent assez bien pour permettre un apport de vivres en provenance de régions éloignées. En dépit d’un déchet inévitable, on n’hésitait pas à faire parcourir des centaines de kilomètres à des troupeaux de bœufs, de moutons, de porcs destinés à pourvoir en viande fraîche les armées222. Au passage, on prélevait du fourrage, on utilisait les pâtures privées, quitte à dédommager ensuite leurs possesseurs223. Pour la chevauchée de Bourg et de Blaye, en 1339, des charretiers vinrent de Normandie ; pour l’armée de Crécy et de Calais, en 1346 et 1347, on eut recours aux ressources de la Normandie, de l’Ile-de-France, du Beauvaisis, du Vermandois, de la Picardie, du Ponthieu224.

75Durant les trente premières années de la guerre de Cent ans, en dépit des efforts et des progrès de l’administration militaire, la monarchie ne parvint qu’imparfaitement à contrôler, solder, équiper, ravitailler son armée. Dans de larges secteurs, son intervention était très limitée : elle s’en remettait aux initiatives personnelles, aux mécanismes naturels. Les rouages qui se trouvaient à sa disposition étaient trop simples, trop frustes, pour s’adapter à la diversité des circonstances et-des milieux humains. Les gages n’avaient souvent qu’un rapport lointain avec les dépenses réelles qui incombaient, ou auraient dû incomber, aux combattants. On peut douter que Philippe VI ou Jean le Bon aient eu à tout moment une idée précise des effectifs de leurs forces armées. La monarchie se fiait dans une large mesure à la bonne foi, à l’honnêteté des gens de guerre et de leurs chefs. Certes les lacunes du système militaire français s’expliquent aisément par la faiblesse numérique du personnel d’administration : cent ou deux cents individus, au mieux, suffisent pour contrôler et solder des troupes sans doute peu nombreuses mais dispersées à travers un vaste espace, pour accélérer leur ravitaillement, pour assurer la liaison entre le pouvoir central et les différentes zones d’opérations. Mais n’est-ce pas là le propre de toute administration médiévale, et ne faut-il pas plutôt admirer en fin de compte l’efficacité de cette poignée d’hommes face à une tâche apparemment écrasante ?

Notes

1 B. N., n. a. fr. 6861, f° 315v°. Sur Jean Boutillier, cf. F. Aubert, « Les sources de la procédure au Parlement de Paris au xive siècle », B. E. C., t. LXXX, 1919, p. 121—144.

2 B. N., Clair. 7, n° 153 (1353) et 4, n° 134 (1352) ; B. N., Doat 186, f° 162r° (1338).

3 « La monstre des gens d’armes et de pié touchant nostre office veue tant par nous, Galois de la Balme, maistre des arbalestriers du roy nostre seigneur comme par nos lieuxtenans pour cause de l’assemblée d’Amiens en l’an MCCCXXXVIII en la manière qui ensuit » (B. N., Clair. 229, p. 1261).

4 Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 912—913.

5 B. N., Clair. 11, n° 176 (1351) ; 14, n° 98 (1351) et 61, n° 180 (1349) ; n. a. fr. 9236, p. 37 et 159 et 9240, f° 148r°.

6 B. N., Clair. 12, n° 34 (1351) et 27, n° 3 (1355) ; Bibl. min. Armées, A I b 1625, t. IV, n° 1 (1356).

7 B. N., Clair. 87, n° 56 ; n. a. fr. 9236, p. 130 et 143 et 9239, f° 214r° et 228r°. De même, le maître de l’hôtel du roi revendiquait le privilège de passer les montres de la bataille du roi (B. N., Duchesne 57, f° 196r°).

8 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 49 ; B. N., fr. 25764, n° 196 ; n.a. fr. 9240, f° 44r° ; G. R., n° 8214-8220 ; ibid., n° 16264-16275 ; Lehoux, Duc de Berri, t. I, p. 240, n. 9 et 269, n. 7 ; p. 251, 311, 312, 406, 422.

9 Cf. par exemple « la monstre des gens d’armes de l’ostel de nous, Arnoul, sire d’Audeneham, mareschal de France », lieutenant du roi entre les rivières de Loire et de Dordogne, passée à Limoges le 8 juillet 1353 (B. N., Clair. 7, n° 148).

10 Ord. Roys, t. III, p. 34—37.

11 Ibid., t. III, p. 99-110.

12 B. N., fr. 26298, n° 325 ; p. o. 1479, dossier Hangest, n° 14 et 1987, dossier Montaurel, n° 5.

13 Ibid,., 348, dossier Le Bigot, n° 3.

14 B. N., Clair. 14, n° 190 et n. a. fr. 7413, f° 567. Même chose pour l’Orléanais : p. o. 2008, dossier Montaut, n° 23.

15 Ibid., 1440, dossier Guyencourt, n° 6.

16 1356 : B. N., p. o. 2566, dossier Roussel, n° 10 ; 1725, dossier Lindebeuf, n° 2 ; 1311, dossier Genouilly, n° 8 et 3038, dossier Voisins, n° 3.

1357 :B. N., Clair. 13, n° 157 ; 95, n° 106 et 112, n° 90.

1358 :B. N., p. o. 1574, dossier Jauly, n° 6 et 1065, dossier Espagne, n° 3.

17 Le 20 avril 1363, Jean le Bon accorde aux députés des états de la sénéchaussée de Beaucaire et de Nîmes de désigner les receptores nostrarum [pour monstrarum ?] gentium, armorum et servientium, qui praedictam nostram [pour monstram ?] recipere habeant una cum dicto capitaneo seu deputato ab eo ; et dictus capitaneus recruvas [pour revuas ?] gentium armorum facere vel eas cassure, si et quando eidem fuerit, de et cum consilio consiliariorum super presenti provisione ordinandorum (Ord. Roys, t. III, p. 618—627). En 1364, « monstre ou reveue » des gens d’armes en la compagnie de Mouton, sire de Blainville, capitaine de par le roi au diocèse de Rouen, faite par Renaud des Illes, chevalier, bailli de Caux : ce dernier est commis par les élus sur le dit fait à Rouen, et non par le roi (B. N., p. o. 358, dossier Blainville, n° 4).

18 B. N., Clair. 114, n° 6.

19 Froissart, Chron., t. VIII, p. 77 sq.

20 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIII, p. 264 et t. XIV, p. 223—225.

21 Ord. Roys, t. III, p. 99—110 et 34—37 et t. IV, p. 61 sq. Parfois, inspection des « bagues », c’est-à-dire des bagages : « Pluseurs autres prennent et portent bouges soubz eulx et jurent que c’est leur hernois mais il n’y a que vieulx soliers et pillage » (B. N., fr. 5059, f° 55r° : le texte est de 1419—1420).

22 Parfois le nom du clerc ou scribe est indiqué à la fin de la montre (1368 : B. N., n. a. fr. 8602, n° 52). En plus de clercs « pour faire les escriptures », les commis aux montres pouvaient disposer de quelques gens de guerre assurant leur sécurité (Teilhard, « Registre de Barthélemy de Noces », p. 249—250).

23 Montres sur papier : B. N., fr. 20586, n° 58 (1374) et Clair. 158, n° 70 (1370).

24 En langue d’oc, on parle alors de « mostra » (B. N., Clair. 158, n° 37 : 1352) ; les montres en latin ont été rédigées dans le midi de la France (B. N., n. a. fr. 23645, n° 162 : 1374).

25 En cas d’effectifs très importants, la montre pouvait se composer de deux membranes cousues bout à bout : on inscrivait alors en haut de la seconde le nombre des combattants énumérés dans la première (B. N., n. a. fr. 8603, n° 52 : 1368).

26 B. N., Clair. 103, n° 108 (1351).

27 Ibid,., 74, n° 154 (1352) : allusion probable à l’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351.

28 Ibid., 60, n° 64 (1380).

29 B. N., n. a. fr. 6861, f° 315v°. Même chose pour les montres des gens de guerre soldés par les villes (Guesnon, « Documents inédits sur l’invasion anglaise », p. 18—22, n° 5 : 1340) ; « Et lesdictes monstres ou reveues ou copie d’icelles en la maniéré que receu et veu les avez, nous renvoiez soubz vos sceaulx et au tresoriei des guerres qui sera en l’ost » (ordonnance de Charles V du 16 septembre 1364 : B. N., lat. 12815, f° 134r°).

30 Les montres et leurs lettres d’expédition conservées dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale ont été après coup disjointes par les érudits qui en firent collection à partir du 17e siècle, puis collées sur des registres ; mais la disposition primitive a été respectée pour les documents conservés dans la chambre des comptes des ducs de Bourgogne à Dijon : cf. A. D. Côte-d’Or, B 11746 et 11747, ainsi que dans le fonds Martainville conservé à la bibliothèque municipale de Rouen (n° 198 à 215).

31 B. N., Clair. 61, n° 180.

32 Ibid., 4, n° 134 ; Roman, t. I, n° 7018—7027. Cf. aussi Demay, t. I, n° 5689-5709.

33 Demay, t. I, n° 5686.

34 Ibid., n° 469-472.

35 Cf. le mandement de Louis de Harcourt, sire de Montgommery, chevalier, capitaine souverain pour le roi ès parties de Poitou et de Saintonge, adressé à Jacques Lempereur, trésorier des guerres, ou à son lieutenant, le 20 avril 1353 : « Savoir vous faisons que Jehan de Beuville, qui fu receuz aus gaiges comme escuier en la compaignie mons. Jehan, sire de Beuville, chevalier, a Saint Jehan d’Angeli, a aujourduy esté fait chevalier nouvel es places devant Surgieres. Si vous mandons que audit sire de Beuville des gaiges dudit Jehan de Beuville comme chevalier vous li comptez et paiez doresenavant ainsi qu’il appartient » (B. N., Clair. 57, n° 159) ; cf. aussi les comptes des trésoriers des guerres de 1339—1340 : B. N., n. a. fr. 9236—9240, passim.

36 A. N., K 49, n° 37 ; B. N., Clair. 158, n° 53.

37 Ord. Roys, t. I, p. 661.

38 B. N., n. a. fr. 9238, f° 53r°.

39 Ord. Roys, t. IV, p. 61 sq.

40 B. N., Clair. 11, n° 171 (1351) et 12, n° 160 (1352).

41 B. N., fr. 25764, n° 77 et 78.

42 B. N., Clair. 138, n° 10 ; la montre se trouve au n° 7.

43 Ce sens, qui paraît se perdre à partir du milieu du 15e siècle, a échappé à la plupart des historiens (cf. par exemple J. Richard, « Les institutions du duché do Bourgogne » dans Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. I, p. 216, ainsi que Rey, Finances royales, p. 405). La Chauvelays l’avait cependant déjà aperçu : Les armées des trois premiers ducs, p. 19, n. 1. Au lieu du terme « revue » Philippe de Mézières, à la fin du 14e siècle, emploie parfois le terme « remonstre » (B. N., fr. 22542, f° 152). Il arrive, du moins au 15e siècle, que les documents distinguent les « premieres reveues », « deuxiemes reveues », et ainsi de suite (B. N., n. a. fr. 20521, n° 231 et 244 : 1411). Au 15e siècle, Thomas Basin, Hist. Louis XI, t. II, p. 350, parle de revisiones et ostentationes.

44 On relève également, dès cette époque, quelques « monstres ou reveues », ce qui indiquerait que parfois la distinction était difficile à faire (B. N., fr. 25764, n° 174 et A. N., K 49, n° 8 : 1365). Dans la « reveue et monstre faite des gens messire Thibaut de Chantemelle », à Mantes, le 3 mars 1365, par Sarrazin de Richebourt, connétable de Mantes et lieutenant des maréchaux, 11 chevaliers et 24 écuyers sont revus, 4 écuyers en revanche étant de « monstre nouvelle » (B. N., Clair. 28, n° 119).

45 B. N., lat. 12815, f° 134r°.

46 A. D. Côte-d’Or, B 11733.

47 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1890.

48 B. N., Clair. 78, n° 6 (1351) et 99, n° 10 (1356) ; p. o. 1597, dossier Juch, n° 2 (1347) ; « Prests a compter fais a plusieurs gens d’armes sous le gouvernement de mons. de Craon en la langue d’oïl sans monstre » (B. N., fr. 32510, f° 218—230 : 1352) ; n. a. fr. 9238, f° 154v° (1340). L’absence de montre s’explique parfois par le risque qu’il y avait à contrôler une garnison dans une zone d’insécurité (Teilhard, « Registre de Barthélémy de Noces », p. 544—546 : 1374). De même l’absence de quittance (B. N., p. o. 3046, dossier Wargnies, n° 24 : 1354). Cf. ce que dit des montres Philippe de Mézières dans le Songe du Vieil Pèlerin ; le capitaine « doit souvent sans negligence veoir la monstre de ses gens d’armes et de pié et de tous les officiers des engins et des mestiers qui sont neccessaires en l’ost et doit commancier le chevetaine a veoir la monstre des gens d’armes de son hostel, mais se garde bien que ladicte monstre ne soit pas faicte toute a une journée ne a une foiz » afin d’éviter que l’ennemi ne connaisse les effectifs ; « cette monstre soit faicte souvent pour obvier aux malices de faulses postes qui se font par l’avarice des gens d’armes » (B. N., fr. 22542, f° 152).

49 Jean le Bel, Chron., t. II, p. 215.

50 Chron. norm., app. VI, p. 216—222, d’après A. N., JJ 269, f° 86—89 ; Petit, Essai, p. 176—177, n° 29 et p. 177—178, n° 30 ; B. N., Duchesne 57, f° 196r° ; n. a. fr. 4°736, f° 9r°.

51 B. N., n. a. fr. 7961, f° 143r°—150.

52 A. N., JJ 68, n° 136 (1346) ; « Establies a composition sous le gouvernement de mons. Geoffroy de Charny » (B. N., fr. 32610, f° 194r°—204v° : 1350—1352) ; mandement de Charles, fils aîné du roi de France, duc de Normandie et dauphin de Viennois, à son trésorier en Normandie, donné à Paris le 10 novembre 1357 : « Nous avons traittié et accordé avecques nostre amé et feal chevalier et chambellan messire Guillaume Martel, chastellain de nostre chastel de Gaillart, que pour la garde dudit chastel et gouvernement des genz estanz ou qui seront en ycellui, il aura mil deniers d’or au mouton par an, a compter de la date de ces présentes, et, parmi ce, il sera tenuz garder et faire garder ledit chastel et gouverner les dictes genz a ses propres couz et despens contre tous noz ennemis excepté de host et de siege » (Clair. 176, n 60 ; quittance de 1 000 moutons d’or, en date du 16 novembre : ibid., n° 61). Rôle également des payements en terres et droits seigneuriaux (Hist. Languedoc, t. IX, p. 621, n. 2).

53 Chron. norm., app. III, p. 210—213 ; B. N., fr. 32510, f° 206-216. Même usage sans doute, en 1355, en faveur des soudoyers amenés par le comte de Savoie (Clair. 89, n° 30).

54 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 70. Cf. aussi Lafaurie, Les Monnaies des rois de France et Fournial, Les Villes et l’économie d’échange en Forez, p. 560—568. Du même, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Parie, 1971, p. 98—112. L’évaluation en or a été choisie pour des raisons de commodité et aussi parce que les versements s’effectuaient fréquemment en espèces d’or (infra, p. 117) ; si l’argent avait été retenu, les résultats eussent été quelque peu différents à cause des variations de la ratio entre l’or et l’argent durant cette période.

55 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 81. Cf. aussi D’Haenens (« Le Budget de Saint-Martin de Tournai, 1331—1348 »), qui fournit pour cette période les cours du florin de Florence et de l’écu. Cet auteur est en désaccord avec Fourquin (Les Campagnes de la région parisienne, p. 192—204) sur le rôle des mutations monétaires pour l’économie des seigneuries rurales. Néanmoins, le tableau de la page 193 indique bien que le prix du setier de blé, dans la région parisienne aussi bien que dans le nord du royaume, s’est élevé en fonction directe des dévaluations monétaires.

56 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 90.

57 Ibid., p. 101.

58 Ibid., p. 112.

59 Jusqu’en août 1348 en effet, les écus de Philippe VI titrent 24 carats ; on descend à 18 carats pour l’écu d’or émis le 22 septembre 1351 — soit une diminution d’un quart, alors que le poids reste identique : 4,53 g (ibid., p. 94 et 103).

60 Encore le mouton, puis le royal, frappés respectivement en 1355 et 1358, sont-ils nominalement purs (ibid., p. 108 et 117).

61 Ibid., p. 124 et 127.

62 Cf. la levée de l’aide sur le sel par l’ordonnance du 5 décembre 1360 : « Avons ordené que ledit ayde sera levé a soulz et a livres et non pas a taxacion de florins : par quoy nous voulons qu’il appere clerement au pueple que nous avons entencions et propos ferme de tenir et garder et faire tenir et garder la forte monoie » (Ord. Roys, t. III, p. 438).

63 Dieudonné, Monnaies capétiennes, p. 138.

64 Infra, p. 630—632

65 Non seulement pour le recrutement des gens de guerre ni Français ni Anglais, qui cherchaient évidemment à se louer au plus offrant, mais également pour celui des gens de guerre français (particulièrement gascons) hésitant entre deux fidélités. McKisack pense que les soldes militaires, à elles seules, exerçaient auprès de la population anglaise un grand pouvoir d’attraction (The Fourteenth Century, p. 245—246). Je serais moins affirmatif pour la France : un sou, 15 deniers par jour ne paraissent pas très attirants pour beaucoup de salariés des années 1337 ; il est de fait que le roi est obligé d’offrir des sommes deux à trois fois supérieures aux arbalétriers et sergents génois pour les retenir à son service.

66 La Somme rural donne cette définition des poignées : le connétable « a la première journée des gages de tous ceulx qui sont receuz en fait d’armes a monstrer, les trésoriers la seconde, les clercs des tresoriers la tierce pour leur pugnie » (B. N., fr. 21010, f° 183v°). Allusion aux « pugnies » dans les comptes de Raoul d’Eu, connétable de France (A. N., JJ 269, f° 90r°). Cf. aussi le passage cité par Godefroy, Dictionnaire, t. VI, p. 249 B. « Poignée » : quelques pièces de monnaie tenant dans le creux de la main dont bénéficiait le personnel subalterne ?

67 Ord. Roys, t. III, p. 139 ; B. N., p. o. 656, dossier Chambly, n° 2 (1364).

68 Anselme, Hist. maison royale, t. VI, p. 234—235. Cf. aussi Chron. norm., app. VI, p. 216—222, d’après A.N., JJ 269, f° 86—89.

69 Anselme, Hist. maison royale, loc. cit. ; Cosneau, Richemont, p. 504—505, app.21.

70 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.

71 B. N., n. a. fr. 7413, f° 190 ; Clair. 825, n° 143. Répartition différente selon la Somme rural (supra, n. 66).

72 Ainsi Baldo Doria, « admiraut de Bretaigne », en 1352 (B. N., Clair. 41, n° 100).

73 B. N., n. a. fr. 7413, f° 240-244.

74 Ibid., 9236—9240.

75 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.

76 B. N., p. o. 1917, dossier Melun, n° 228. De même, fr. 26006, n° 105 (1364).

77 Ord. Roys, t. III, p. 618—627 et 647.

78 Gages du trésorier des guerres : Moranvillé, Jean le Mercier, p. 205 sq. De plus, le trésorier avait droit à 4 francs par jour pour lui-même et 2 francs pour chacun de ses clercs lorsqu’ils chevauchaient hors de Paris (B. N., Clair. 33, n° 76 : 1379). Gages ou pension des maréchaux de France : Anselme, Hist. maison royale, t. VI, p. 714—715, 723 et 756—757. Gages ou pension du connétable de France : Marchand, « Un compte inédit de Bertrand du Guesclin », p. 262—265. Cf. l’enquête faite sous Charles VIII, à partir de 1314 (B. N., lat. 12815, f° 133r°—134r°).

79 Extrait d’un compte d’Etienne de Montmégean, trésorier des guerres pour la Languedoc : « Au dit Estienne, pour ce que monseigneur [le duc d’Anjou] lui promis a paier les droitures de 818 hommes d’armes qui estoient venuz de France a monseigneur, et il ne voulu que ledit Estienne les levast d’eulz, mes les lui promist paier du sien propre : 818 francs » (B. N., n. a. fr. 20027, f° 36 : 1378 ; on notera le montant particulièrement élevé des droitures, correspondant à 2 journées de solde). Droitures en faveur du même trésorier des guerres en 1379 (B. N., Clair. 216, n° 84). Ces deux faits incitent à penser que les droitures, abolies en Langue-doïl, purent se maintenir longtemps encore en Languedoc. Cf. aussi les conseils de Philippe de Mézières : le capitaine d’une armée doit prendre garde qu’ « au recevoir les gens d’armes par escript aux monstres et remonstres, les gens d’armes et de piéne soient ranconnez par les mareschaulx des mares-chaulx [sic], par tresoriers, notayres, clercs d’une toute seule maille ne par vendicion excessive de chevaulx ou d’armeures aux gens d’armes faicte par les dessusdiz officiers qui ont les groz gaiges ordonnez et leur doit bien souffire sans asservir et rançonner les gens d’armes » (B. N., fr. 22542, f° 152).

80 Des prélèvements étaient également effectués, principalement au profit du maître des arbalétriers, sur les « engins et abillemens » faits pour la guerre. Des ordonnances de 1363 (B. N., Clair. 825, n° 1431) et 1381 (Varin, Arch. adm. Reims, t. III, n° DCCCLIX, p. 512-516) les interdisent.

81 B. N., n. a. fr. 9240, f° 172r°.

82 « Quoique, par ordonnance des guerres du reaume de France, l’on n’ait accoustumé a compter venue et retour a gens d’armes dehors ledit reaume » (1368 : La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 61). Cf. aussi B. N.,n. a. fr. 9240, f° 60r° et 61v° : seuls les retours sont accordés aux gens d’armes venus de Savoie et d’Allemagne (1340).

83 B. N., n. a. fr. 9238, f° 108v°.

84 Ibid., 9241, f° 162 sq.

85 B. N., fr. 4482.

86 B. N., Clair. 198, n° 67

87 A. N., AB XIX 690, s. v. « Crussol ».

88 La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 61 et 77—78.

89 Ord. Roys, t. V, p. 658-661.

90 En dehors des indemnités exceptionnelles (Delisle, Mand. Ch. V, p. 812, n° 1642).

91 Copies des comptes de 1350-1352 : B. N., fr. 32510, f° 206—230.

92 En latin, restaurum, restauratio.

93 English Govern., p. 337 ; Hewitt, The Black Prince, p. 32—33 ; A. D. Côte-d’Or, B 11733.

94 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 715, 803, 828, 831, 867 ; cf. aussi Chron. norm., app. V, p. 222 : « L’estat des sergens d’armes est tel : il doivent avoir III chevaux, a restor pour cheval XL l., pour pallefroix XII l. et pour sommier X I. tournois ». Pratique du restor attestée dans l’armée royale dès 1226 (Hist. France, t. XXIV, p. 79, n° 531).

95 A rapprocher de la pratique de la retenue. Cf. T. Tout : « The King’s army was essentially [12e—13e siècles] the household in arms » (Chapters in the Administrative History of Medieval England, Manchester, 1933, t. II, p. 133, cité par J. O. Prestwich, « Anglo-Norman Feudalism and the Problem of Continuity », Past and Present, n° 26, 1963, p. 39—57, qui ajoute pour sa part : « If we are looking for a single thread of continuity in the organization of medieval armies, it is tempting to find it in the king’s military household, familia regis » et « The so-called indenture-system was no innovation of Edward I’s reign : its essential features were already established household custom, mos familiae Regis, at the beginning of the XIIth century »). Encore en 1285, les « chevaliers l’ostel le Roy » forment le cœur de l’armée de Philippe III (Hist. France, t. XXI, p. 516).

96 B. N., Clair. 56, n° 52. « Affolé » : blessé, mais sans qu’il y ait effusion de sang.

97 Ibid., 29, n° 11 (1356).

98 Ibid., 97, n° 42 (1347).

99 Ibid., 48, n° 77 (1347).

100 Le 18 décembre 1349, Alain Dolo, écuyer, donne quittance à Pierre du Drach, frère et lieutenant de Barthélemy du Drach, trésorier des guerres, d’une somme de 15 l. t. qui lui fut accordée en don « pour le retour » de 3 chevaux sur les quels étaient montés trois archers reçus aux gages du roi sous le gouvernement de Guy de Nesle, sire de Mello, maréchal de France, capitaine général de par le roi ès parties de Saintonge, ces trois chevaux ayant été « affolez et recreuz » au service du roi (ibid., 41, n° 43). Cf. aussi les montres contenues dans A. D. Côte-d’Or, B 11744 : en face de l’estimation des montures des archers, un scribe a écrit : « non », sans doute pour signaler que les restors n’étaient pas accordés à cette catégorie de combattants.

101 Robert de Dreux, chevalier, souverain maître de l’hôtel du roi, fait savoir aux trésoriers des guerres ou à leurs lieutenants « que le cheval sur le quel estoit montez Millet le Buef, escuier, en la compaignie du sire d’Argenteuil, prisé quarante livres, ledit cheval a esté mors en la besogne (...) devant Cressy en Pontieu », le 26 août 1346. Il mande de faire au dit écuyer « retor » en la manière accoutumée. Le trésorier des guerres a ajouté au haut de l’acte la mention suivante : « ent. escuiers de la bataille du Roy » (B. N., Clair. 14, n° 123). Le 4 octobre 1356, Pierre de la Chapelle et l’Ermite de Bachivillers, chevaliers, maréchaux ès parties de Pont-Audemer de par le duc de Normandie en la compagnie du Baudrain de la Heuse et de Jean Souvain, capitaine ès dites parties de par le duc, font savoir à Jacques Lempereur, trésorier des guerres, que Jean de Sains, chevalier, leur a rendu ce jour « le cuir d’un cheval gris moucheté prisié en monstre » 50 l. t., « sus lequel il avoit fait monstre », qui était mort devant le château de Pont-Audemer. Ils signalent en outre que le dit chevalier « s’est remonté sus un autre cheval brun bay audit pris » (ibid., 29, n° 11).

102 Chron. norm., app. VI, p. 216—222.

103 Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 708 — 709. Exceptions à cette règle : par lettres du 29 octobre 1340, Philippe VI mande au trésorier des guerres d’accorder non point 25 l. t. mais 28 l. p. pour chaque cheval perdu par le comte de Foix et ses gens à Tournai (B. N., Doat 187, f° 74).

104 Lehoux. Duc de Berri, t. I, p. 79, n. 1 ; B. N., Clair. 48, n° 77 et 41, n° 192.

105 Chevalier, Recueil documents Dauphiné, p. 30—35.

106 B. N., Clair. 229, p. 1321 sq.

107 B. N., n. a. fr. 9239, f° 255v°—269r° et 9240, f° 186r°—190v°.

108 Peut-être le meilleur équivalent serait le « franglais » standing ?

109 B. N., n. a. fr. 9236—9240, passim.

110 Ibid., 9241, f° 161 sq.

111 B. N., Clair. 194, n° 31.

112 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1102—1105.

113 B.N., Clair. 190, n° 87.

114 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1261—1264.

115 Ord. Roy s, t. I, p. 661.

116 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 293 et 390.

117 En dépit de Mirot, « Dom Bévy et les comptes des trésoriers des guerres », les comptes de 1339—1340 (B. N., n. a. fr. 9236—9240) le prouvent surabondamment.

118 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 4874, 2198, 1009, 332 ; Pierre Chauvel est qualifié d’aller clericus istorum balistariorum (n° 4535) ; B. N., p. o. 721, dossier Chauvel en Blaisois, n° 3 (1352). D’origine étrangère, Jean de l’Hôpital obtint en 1349 de Philippe VI des lettres de naturalité (A. N., JJ 78, n° 88).

119 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq. ; Clair. 11, n° 105 et 99 et 9, n° 172.

120 B. N., p. o. 91, dossier Argouges, n° 5 ; 497, dossier Brécy, n° 2 et 2302, dossier Du Plessis en Normandie, n° 2.

121 Ord. Roys, t. III, p. 34—37. Dès l’été 1355, les « gens du païs de Normandie » ayant accordé à Charles, dauphin de Viennois, lieutenant du roi en Normandie, 2 000 hommes d’armes pour 3 mois, soit un subside de 90 000 l. t., ce ne sont pas les trésoriers des guerres, mais d’autres payeurs — Aymar Bourgeoise, Gilles Daniel, Nicole le Conte — qui en distribuent le montant aux soudoyers. (B. N., Clair. 167, n° 154 ; p. o. 971, dossier Daniel, n° 4).

122 Ord. Roys, t. III, p. 99-110.

123 1356 : B. N., p. o. 2916, dossier La Valette, n° 20 ; 1702, dossier De Lettes, n° 21 et 1531, dossier Hôpital, n° 39. 1357 : B. N., Clair. 25, n° 130 ; 7, n° 86 et 31, n° 173.

124 Ord. Roys, t. III, p. 387. Les deux trésoriers des guerres sont à cette date Jean Chauvel et Nicolas Odde ; quant au clerc des arbalétriers, il s’agit de Jean de l’Hôpital (ibid., p. 390). En fait, le troisième trésorier des guerres, Jacques Lempereur, chargé des payements en Languedoc, conserva son activité au moins jusqu’en 1361 (B. N., Clair. 6, n° 80 et 88bis) : il est vraisemblable que l’ordonnance du régent ne tenait pas compte de la situation de la Languedoc.

125 B. N., p. o. 358, dossier Blainville, n° 5 (1364).

126 Origine italienne possible de ce personnage. On pense aux célèbres Biche et Mouche du temps de Philippe le Bel. Il était encore en activité en 1355 (B. N., p. o. 706, dossier Chatelier, n° 7).

127 B. N., n. a. fr. 9237, p. 862-866.

128 Ibid., 9241, f° 157 sq. Sur les déplacements des trésoriers des guerres, cf. aussi Mézières, Songe du Vieil Pclerin, t. I, p. 459.

129 B. N., n. a. fr. 9241, f° 157 sq.

130 L’examen de 300 quittances datant de la période 1350—1368 indique que dans un cas sur 5 il s’agit du payement, soit intégral, soit « en décompte », de gages desservis ; dans 2 cas sur 3, il s’agit du payement, toujours sous forme de prêt, de gages desservis et à desservir ; En 1315 déjà, Louis X, fixant les gages des soudoyers qu’il retient, mande à son pour le reste — à peine un cas sur 10 — il s’agit du payement, là aussi sous forme de prêt, de gages à desservir.
En 1315 déjà, Louis X, fixant les gages des soudoyers qu’il retient, mande à son trésorier des guerres, Renier Coquatrix, que « n’est pas nostre entention que ce soit par maniéré de gaiges, mais par maniere de prest » (B. N., n. a. fr. 7413, f° 77).
En juin 1338, Philippe VI ordonne que désormais, lorsqu’il mandera pour ses guerres ses sujets nobles et non nobles de Languedoc, on leur fasse un prêt avant leur départ, chacun selon son état, « soit plus, soit moins, selon la distance des lieux » (B. N., Doat 186, f° 178—190). Cf. aussi ses lettres du 10 juin de la même année prescrivant au sénéchal et au trésorier de Toulouse ou à leurs lieutenants d’accorder à Gaston, comte de Foix, s’il était mandé pour ses guerres, « tel prest de deniers et si convenable dont il puisse bonnement amener et faire venir sesdites gens en nostre dite guerre » (ibid., f° 209). Parfois, les payements s’effectuaient « aux champs », dans des abris de fortune : « Pour toile, pour faire une habitacion a payer les gens d’armes de monseigneur » le duc de Bourgogne (B. N., Bourgogne 100, p. 419—426).

131 Mandement de Philippe VI donnant ordre aux trésoriers à Paris de faire à Mâcon un prêt d’un mois de gages de 300 hommes d’armes accompagnant le comte de Savoie (Cordey, Comtes de Savoie et France, p. 287, p. j. 6 : 1337).

132 Bovet, L’Arbre des Batailles, p. 126. Cf. aussi Giovanni da Legnano. De bello, p. 122.

133 Supra, p. 61.

134 Prince, « The Indenture System », p. 292—293. Quatre mois payés d’avance pour l’expédition d’Ecosse sous Jean de Vienne en 1385 (Mirot, Une tentative d’invasion, p. 14). De même, prêt de quatre mois consenti par le comte de Nevers lors de la croisade de Nicopolis en 1396 (Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XV, p. 396) ; un trimestre d’avance pour l’expédition projetée par Charles VI en 1391 (ibid., t. XIV, p. 282). Ce sont les nécessités militaires qui commandent le mode de f-einnac ment.

135 Le 10 septembre 1357, Richard, seigneur de Chiffrevast, fils et « hoir » aîné de feu messire Nicole de Chiffrevast, donne quittance au trésorier du roi d’une somme de 104 l. 8 d. t., en 104 écus et 8 deniers, reçus de la main de Berthaut Jobelin, collecteur des arrérages des décimes au diocèse de Reims, somme à laquelle le roi était tenu envers son père pour ses gages et ceux de 8 écuyers de sa compagnie, desservis en ces présentes guerres, selon la cédule de Jean Chauvel, trésorier des guerres, contenant une somme de 258 l. 13 s. 8 d. t., faible monnaie courant en novembre 1355, évaluée au chiffre précédent par la Chambre des comptes (B. N., Clair. 103, n° 119). Cf. aussi Clair. 8, n° 23 (1341). Faut-il cependant croire que Froissart ait tout à fait tort lorsqu’il déclare à propos des marins morts à L’Ecluse en 1340 : « Li rois de France a a lor mort gaegniet deux cens mille florins. On lor devoit lors gages de quatre mois, et si en est la mer delivrée » (Chron., t. II, p. 226) ?

136 B. N., n. a. fr. 9236—9240. Un problème se posait pour le payement des étrangers ayant regagné leur pays : ils pouvaient recourir à des procureurs, recevant à leur place les sommes qui restaient dues (B. N., Clair. 100, n° 91 : 1340). Prêt : « Regnaudin le Mauvais, XXe jour du dit mois CCCXXXIX [janvier 1340, n. st.] envoie a Cambray, a Bouhain et a Crevecuer porter lettres a monseigneur de Honcourt, aus chastellains des diz lieus pour venir querre leur prest et que l’argent qu’il devoit recevoir a Theroenne estoit venuz » (B. N., n. a. fr. 9239, f° 272r°). « Thibaut Waillart, envoie IIIIe de may de Saint Quentin a Marie et a Vervin porter lettres a mons. de Morueil et a mons. de Hangest faisant mention que leur argent estoit tout prest a Saint Quentin pour le prest de XV jours en la maniere que nosseigneurs [de la Chambre des comptes] l’avoient ordené » (ibid., f° 273r°) ; « Martin Morel, envoie de Cambray a Lens en Artois Ville jour d’aoust porter unes lettres au dit tresorier faisant mention qu’il envoiast encore DCCCCLXXX l. pour parfaire le prest commencié a Cambray derrain jour de juillet, lequel Jehan estoit si tenuz et gardiez des gens d’armes qui avoient failli au dit prest qu’il ne se povoit mouvoir de la dicte ville » (ibid., f° 275v°). Compte : « Robin Mouton, Xe de decembre [1339] pour porter lettres du Roy nostre sire de Paris a Amiens au bailliage d’illec pour hastivement faire publier que touz nobles qui avoient esté a gaiges en l’ost de Buironfosse venissent compter au tresorier des guerres a Amiens » (B. N., n. a. fr. 9239, f° 271v°). On a conservé une série de quittances délivrées par Alexandre de Caumont en 1339—1340 aux clercs des trésoriers des guerres :
Image 2.jpg
On notera la grande variété dans le montant et la date de ces « prêts » (B. N., p. o. 622, dossier De Caumont, n° 4—15). Les retards de solde ne pouvaient qu’entraîner des désertions : « Jaquemin de Marchinelles, messagier a pié, envoie XXVIe decembre [1339] d’Amiens a Paris hastivement porter lettres du dit Berthelemi du Drach [trésorier des guerres] a nosseigneurs de la Chambre des comptes pour eulz faire savoir le grant deffaute d’argent que les gens d’armes qui servoient sur les frontieres avoient et que les capitainnes li avoient escript que les dictes gens d’armes s’en vouloient partir (...) Jehannot Lescot, premier jour de janvier [1340] pour porter lectres dudit Berthelemi d’Amiens a Tournay a monseigneur Godemart du Fay pour lui faire savoir qu’il appaisast les gens d’armes le miex qu’il pourroit et qu’il avoit escript a nosseigneurs la deffaute qu’il en avoient » (B. N., n. a. fr. 9239, f° 271v°). Les trésoriers des guerres prenaient souvent le soin de disposer « selonc l’ordre de l’ABC » les gens de guerre ayant touché des sommes, ce qui facilitait le travail ultérieur de vérification (ibid., 9236, p. 1 et fr. 32510, f° 206 sq.). Il arrivait que les avances consenties au départ fussent supérieures aux sommes dues en fin de compte. Les bénéficiaires devaient alors restituer la différence aux gens de finance du roi (B. N., Clair. 212, n° 13 : 1326 ; La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1047 : 1352 ; B. N., Clair. 100, n° 85 : 1347). Un exemple de retard : en 1369, Louis de Neuchâtel réclame à Charles V des sommes dues pour différents services de guerre accomplis en 1340 et 1346 (archives de l’Etat de Neuchâtel, Suisse, N 5, n° 15 : cf. à ce sujet G. A. Matile, Monuments de l’histoire de Neuchâtel, Neuchâtel, 1844—1849, et Ed. Bauer, « Les campagnes de Louis de Neuchâtel au service de la France », Musée neuchâtelois, 1933).

137 En attendant d’être payés, les gens de guerre recevaient des cédules ou des « escroes » attestant le montant des sommes dues par le roi ; lors du payement final, ils restituaient ces documents aux trésoriers des guerres (cf., entre autres, B. N., p. o. 2880, dossier Trenis, n° 2 : 1371) ; pressés par le besoin, ils pouvaient également les vendre avec un rabais plus ou moins important à des tiers qui se chargeaient ensuite de récupérer ces créances à leur profit. Le roi interdisait non point la circulation des cédules mais les rabais (Ord. Roys, t. I, p. 799 : 1327).

138 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 332 ; autres exemples : n° 3097, 1009, 847, 775, 1141, 2115. D’une manière générale, les dettes contractées en 1345, 1346 et 1347, et remboursées en 1349 et 1350, furent divisées par deux en monnaie de compte.

139 Ibid., n° 4017. Cette période de très faible monnaie va d’avril 1339 à avril 1343. Rapport d’ un à trois pour octobre et novembre 1343 (ibid., n° 1141).

140 Jean le Bel, Chron., t. II, p. 65—66.

141 B. N., fr. 32510, f° 206—230.

142 B. N., n. a. fr. 9241, f° 162 sq.

143 Parfois cependant payements assez fréquents et complets. Tels ceux dont bénéficia Arnaut de Saint-Genès, sergent d’armes du roi et châtelain de Montcuq pour ses gages et, ceux do ses compagnons :

Image 3.jpg

Image 4.jpg

144 Cf. Delachenal, « Journal des Etats Généraux d’octobre 1356 » : « Quant les subcides et imposicions ont esté octriez, plusieurs foys treves ont esté tantost prinses, et pendant ycelles treves par les dessusdiz qui avoient le gouvernement du royaume ordonnance ou preparacion pour la guerre future n’estoit point faicte, ne mot n’en estoit parlé, mais se dormoit-on en toutes negligences jusques aux treves faillies (...) Les subcides et aides que l’en prenoit pour les guerres se despendoient et gastoient pendant les treves en dons inutiles » (p. 449) ; « Se on faisoit aucunes foiz aucune delivrance d’argent ce n’estoit que de envoyer aux trésoriers qui menoient les gens d’armes par longz delaiz et par mençonges, dont plusieurs s’en aloient souvent de la court tous desconfortez » (p. 435). Sur les mesures prises en vue de la répression des pillages, cf. Ord. Roys, t. III, p. 34—37 et p. 124—146. Elles furent parfois appliquées avec vigueur : témoin l’action menée par Gaucher de Châtillon, capitaine de Reims en 1359—1360 (Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 160—162).

145 Ord. Roys, t. III, p. 618-627.

146 B. N., Clair. 190, n° 87, 88 et 89. Cf. aussi ce mandement de Charles V aux gens de ses comptes à Paris, datant du 20 août 1367 : « Guillaume de Longueil nous a fait exposer que, comme en l’an mil CCCLVI et LVII, il eust esté establi receveur du subside ordenó en la viconté d’Arques et contée de Longueville de VI s. I denier pour feu pour chascuns deux mois, lequel subside n’ot pour lors cours que par cinq mois et toutes voies fu en icellui temps par moult de foiz empeschié en pluseurs maneres, et entre les autres choses les gens d’armes qui pour lors gardoient le chastel de Longueville pour nostre amé et feal cousin Charles d’Artois, lors conte de Longueville, alerent de fait et de leur volenté en l’ostel de Guillaume de Franville audit lieu de Longueville et illec rompirent un cofre ou quel le dit receveur mettoit les deniers de sa recepte, et tout ce qui dedans estoit prinrent et emporterent soubz umbre de ce qu’il disoient leur estre deuz grans sommes de deniers pour leurs gaiges du temps passé » ; ils prirent ainsi 500 écus (B. N., p. o. 1740, dossier Longueil, n° 7) ; cf. encore la demande de payement adressée au duc de Normandie par Jean de Brocheronde, chevalier, qui, tenant garnison à Dieppe en 1357, y demeura 10 mois et ne toucha rien pendant 4 mois, « la quelle chose est ou grant grief, prejudice et dommaige dudit suppliant, mesmement que ses gens, s3s chevaulx et hernois sont arrestez en la dicte ville pour ses despens, et n’en a povoir de partir se par vous ne li est point [fait don] gracieux et convenable » (ibid., 525, dossier Brocheronde, n° 3).

147 La Roque, Hist. maison de Harcourt, t. IV, p. 1102—1105.

148 Ibid., t. IV, p. 1261—1264.

149 On trouve aussi la mention : « monnoie courant a present » (A. N., K 47, n° 24 : 1353). Quelquefois, la quittance contient la somme exprimée en monnaie de compte, mais on y a ajouté l’équivalence par rapport à telle espèce réelle (B. N., Clair. 22, n° 158 et 159 : 1353). Parfois aussi conversion en monnaie forte (ibid., n° 157). Payements en écus pour l’année 1354 signalés dans ibid., 12, n° 151 et Languedoc 109, f° 40.

150 Cf. Viard, n° 853 et 859.

151 B. N., n. a. fr. 9239, f° 278—282.

152 Mention de florins d’or à l’écu, d’écus, de florins de Florence, de royaux ou réaux, de doubles de 2 d. t. et de blancs de 12 d. p. Toutefois, le libellé de certaines quittances peut être trompeur : Jean de Genouilly, chevalier, maréchal du comte de Tancarville, chambellan de France, connétable de Normandie et lieutenant des maréchaux de Normandie, a reçu, pour les gages des gens d’armes du dit comte, d’Aymar Bourgeoise, receveur général du subside ordonné pour les guerres du royaume de France aux bailliages de Caen et de Cotentin, 222 deniers d’or à l’écu et 4 s. t. ; on pourrait croire à un payement en or, mais il est ajouté que cette somme fut versée en « IIe l. en gros de VIII d., a compter XVIII s. pour un escu » ; en d’autres termes, l’écu n’est ici qu’une monnaie de compte et Jean de Genouilly a reçu 6 000 gros. (B. N., Clair. 178, n° 74).

153 Ibid., 97, n° 47 (1364).

154 On notera toutefois que le compte d’Arnoul Boucher, trésorier des guerres, mentionne presque uniquement le transport de pièces blanches de 10 d. t. pour le payement des troupes (B. N., fr. 4482, p. 295—305).

155 C’est à partir de la fin du 14e siècle seulement qu’outre le sceau, la quittance comporte le seing manuel du bénéficiaire de la somme reçue. L’un des premiers exemples date de 1376 (B. N., Clair. 64, n° 17). A l’occasion, utilisation du sceau d’une autre personne, en l’absence de celui du bénéficiaire (ibid., 8, n° 7). Le dessin de certains sceaux est parfois évocateur : une bêche pour un fossier (Demay, n° 3980, 6997, 8070), un arbre pour un mineur (ibid., n° 4450, 4451, 8148), une arbalète pour le maître de l’artillerie (ibid., n° 449 et 6096). Cf. aussi cet extrait d’une plaidoirie au Parlement : « C’est la coustume des gens d’armes d’obliger 8oubz les sceaulx pour ce que il connoissent les armes » (Molinier, Arnoul d’Audrehem. p. j. XCV, p. 322).

156 A. D. Pas-de-Calais A 621, n° 24 (1342) ; A. D. Côte-d’Or, B 11733 (1341) et B 358 (1347).

157 Petit, Miles de Noyers, p. 259 — 278, d’après A. D. Côte-d’Or, B 1274bis. De même le comte de Blois, en 1345 : B. N., n. a. fr. 3637, n° 56.

158 A. N., JJ 269, f° 64r°.

159 Ibid., f° 67v°.

160 Ibid., f° 59v°.

161 Ibid., f° 57r°.

162 Ibid., f° 36v°.

163 C’est le cas de Geoffroy de Charny (ibid., f° 90v° et 92r°).

164 Ibid., f° 90v°.

165 Ibid., f° 30r° et 36v°.

166 Philippe de Troismons, chevalier, conseiller du roi et du duc de Normandie, Jean de Malleville, écuyer, capitaine des gens d’armes et archers ordonnés pour la défense et sûreté de la ville et du pays de Caen, Richard de Bray et Jean Pilet, bourgeois jurés de la dite ville, mandent à Robert de la Colombe, receveur du subside octroyé pour les dits gens d’armes, de faire prêt et payement de leurs gages pour le mois de juillet « a chascun des dictes gens d’armes et archers », en prenant « lettres de quittance souz leurs seaux ou sur scel autentique » (B. N., Clair. 213, n° 94 : 1357).

167 Le Barrois d’Orgeval, Tribunal de la connétablie, p. 334 — 335, p. j. VIII, d’après A. N., Xla 21, f° 259v°.

168 B. N., p. o. 1522, dossier La Heuse, n° 22.

169 Ibid., 1070, dossier D’Espinole, n° 2 et 265, dossier Behuchet, n° 4 ; Clair. 165, n° 53 ; Delisle, Mand. Ch. V, p. 137—138, n° 277.

170 Le problème est tout différent pour les armées de mer.

171 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 272 ; B. N., p. o. 2629, dossier Sans Avoir, n° 9. L’art. 3 de l’ordonnance royale du 13 janvier 1374 prévoit que les gens d’armes devront se présenter à la montre « montez et armez souffisamment de son propre harnoix et son cheval ou de son maistre » (Ord. Roys, t. V, p. 658—661).

172 Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 610-615, 616-625 et 661-678.

173 Le mot dérive de l’ancien français « atilier », au sens de parer, attesté depuis 1170, puis modifié en « artillier » sous l’influence du mot « art » (O. Bloch et von Wartburg, Dictionnaire étymologique).

174 Cf. par exemple Bréard, Le compte du Clos des Calées de Rouen.

175 Delisle, Mand. Ch. V, n° 359, 392 et 439.

176 B. N., fr. 25996, n° 210 ; Luce, Du Guesclin, p. 521 et 537, p. j. VII et XV.

177 Ramundus Arquerii, atilhator Tholose domini nostri Francie regis (Hist. Languedoc, t. X, col. 967 — 968 : 1345).

178 Chron. norm., app. V ; B. N., p. o. 596, dossier Cardaillac, n° 23.

179 Roman, n° 6740. Le même que Jean du Louvre, maître de l’artillerie du roi, donnant quittance au sujet de son office pour l’ost de Buironfosse, en 1339 (Demay, n° 5409 ; Lemaire, Arch. Saint-Quentin, n° 574, p. 138—140).
« Maistre des artilleries du roy » : B. N., Clair. 97, n° 41 (1347).
« Maître de l’artillerie du roi » : ibid., 9, n° 9 (1359).
« Maistre et garde de l’artillerie du roy » : ibid., 59, n° 7 (1362).
Magister artillerie régis : Moranvillé, « Journaux du Trésor », p. 178, n° 116 (1346).
« Maistre artilleur de l’artillerie du roy » : B. N., Clair. 114, n° 17 (1377).
« Garde et gouverneur de l’artillerie du roy » : ibid., 8, n° 52 (1373).
« Souverain maistre de l’artillerie du roy » : Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 308, n° 724 (1373).
Artilliator regis : Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 401.
« Artilleur du roy » : B. N., p. o. 1726, dossier De Lion, n° 3 (1344).

180 L’extrait du « Compte de Jehan de Lyons, jadis souverain maistre des artilleries du roy depuis 1358 » reproduit dans B. N., fr. 20682, p. 172—173, ne fournit aucun renseignement utilisable.

181 B. N., Clair. 47, n° 143 (1362).

182 Ibid., 31, n° 122 (1368).

183 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 308, n° 724.

184 B. N., Clair. 71, n° 62 (1359) et 5, n° 56 (1358).

185 Pour un ordre de grandeur, cf. B. N., p. o. 1531, dossier Hôpital, n° 82 (1351). En 1349, il touche des clercs des arbalétriers au moins 3555 l. t. (Viard, Journ. Trés. Ph. VI, passim). Les documents conservés permettent de voir les types d’ « artillerie » livrés : arcs, arbalètes et « espringales », trait de toutes sortes, y compris du trait inflammable, sous le nom de « garros », « tourteaus » et « fallos » ; « dars », « javelos », lances, « archeguaies » ; pavais ; canon, plombées et poudre (quelques livres à la fois).

186 Chron. norm., p. 258, n. 5.

187 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 4508.

188 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 1153—1154 et t. III, p. 62.

189 Froissart, Chron., t. IX, p. 16.

190 Ibid., t. VIII, p. 150-151 ; t. I, p. 170 ; t. VII, p. 192. En 1338, Philippe VI retarde sa semonce de la Pentecôte au 24 juin car les hommes « ne trouveroient pas bien encore de quoy vivre euls ne leurs chevaux aus champs » (Arch. hist. Gironde, t. II, p. 127-128).

191 Mirot, « Instructions défense Bourgogne ». C’est à cause de mesures du même type qu’en 1360 Edouard III se trouva en difficulté (Chron. premiers Valois, p. 114 et 117).

192 Froissart, Chron., t. I, p. 449. Sur l’attention que doit porter le prince au ravitaillement de son ost, cf. Deschamps, Œuvres, t. III, n° CCCXXVI, p. 24—26.

193 Cf. t. I, p. 265.

194 Ibid., t. I, p. 533. Racontant le même épisode, Jouvenel des Ursins (Hist. Ch. VI, p. 376) précise : « Ceux aussi du Traict [Utrecht] et de Brabant en amenoient assez. Car les genz du Roy estoient trés bien payez par quoy ils payoient bien ».

195 Cf. par exemple B. N., fr. 14371, f° 65r°.

196 Funck-Brentano, De exercituum commeatibus, p. 43, n. 2. Cf. aussi Timbal, La guerre de Cent ans, p. 87 — 88.

197 Funck-Brentano, De exereituum commeatibus, p. 44. La sauvegarde du roi s’étendait « entre soleil levant et couchant » : Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 217.

198 B. N., n. a. fr. 9239, f° 236v°.

199 Escouchy, Chronique, t. I, p. 325 sq.

200 Arch. hist. Poitou, t. XI, p. 4 et 5, d’après A. N., JJ 35, n° 138. Cf. aussi les achats massifs de vivres par Jean d’Ays pour le voyage d’Aragon de 1285 (Hist. France, t. XXII, p. 672-723). On relève de nombreuses mentions de « comptes de garnisons » de la fin du 13e siècle et du début du 14e dans l’inventaire des comptes de Robert Mignon (Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon sous le règne de Philippe de Valois, publ. par Ch.-V. Langlois, Recueil des historiens de la France, Documents financiers, t. I, Paris, 1899, n° 2494 sq. L’importance des achats apparaît spécialement dans les n° 2513 et 2514).

201 B. N., n. a. fr. 7614, f° 784 sq.

202 Cité par Ch.-V. Langlois, La vie en France au Moyen Age, de la fin du XII au milieu du XIVe siècle, t. III, La connaissance de la nature et du monde, Paris, 1927, p. 143.

203 Sur le droit de prise pour l’hôtel du roi, cf. Rey, Finances royales, p. 84.

204 Ainsi, en 1346, Enguerran du Petit-Cellier, qualifié indifféremment de provisor garnisionum granorum pro hospiciis Regis, Regine et liberorum et de provisor garnisionum granorum et fourragiorum pro guerra Regis (Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 4831 et 1153).

205 En 1349, les religieux du monastère de Sainte-Colombe de Sens obtiennent le prix du vin qu’ils livrèrent aux agents de Philippe le Bel en 1302, à l’occasion des guerres de Flandre (ibid., n° 2712 et 2713). Sur les contestations auxquelles donnait lieu le droit de prise, voir les exemples fournis par les registres du Parlement (Timbal, La guerre de Cent ans, p. 90—103).

206 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 897 et 1934.

207 B. N., fr. 25996, n° 184.

208 Ibid., 14371, f° 65r° et n. a. fr. 3654, n° 241, p. 38-39.

209 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, t. II, p. 317, n° 736.

210 Viard, Journ. Tré&s. Ph. VI, n° 1905. Le roi remboursait parfois les achats au seul chef de l’ordre qui centralisait le montant des prises : Compotus abbatis Gisterciensis de garnisionibus captis super coabbates suos, pro eodem Flandrie et Vasconie exercitu, redditus curie die dominica ante sanctum Thomam Apostolum anno MGGGVIII. Et fuit summa dictarum garnisionum a dictis abbatiis captarum IXm IXc XIIII lib., XIX sol., III den. tur., que debuit capi super regem per cedulam datam decima quinta die Decembris MGGGVIII et reddi ei pro decima Cisterciensi (Inventaire R. Mignon, n° 2517. Supra, n.199).

211 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 1918 et 1919.

212 Ibid., n° 897, 934, 805, 1918, 335, 2844 ; B. N., fr. 25996, n° 189 et Clair. 4, n » 116 ; n. a. fr. 9240, f° 200r°.

213 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 897, 2577, 2579, 2580 et 2581.

214 Ibid., n° 3007 et 3025.

215 Ibid., n° 1153-1156.

216 Ibid., n° 1741, 1742, 1744, 1811 et 1927.

217 Besse, Recueil, p. 154—160.

218 Richard (J. M.), Inventaire sommaire des Archives départementales du Pas-de-Calais, série A, t. II, Arras, 1887, p. 43 B.

219 Petit, Essai, p. 204-210, n° 40 (1336 ou 1338) ; il s’agit d’un projet d’expédition en Ecosse : « Toutes voyes, tout ce que les dits hommes d’armes et de pied prendront des dites pourveances, tant de vivres pour gens comme pour chevaux, leur sera rabattu et déduit de leurs gages devisez cy dessus au commencement de cet escript ». Cf. aussi B. M. Rouen, Martainville 217, n° 3. Contra, B. N., fr. 1278, f° 73 — 74 ; Notices et extraits de manuscrits, t. XX2, p. 116.

220 B. N., Clair. 18, n° 53 et 11, n° 4 ; fr. 25947, n° 754.

221 Cf. pourtant pour 1339, Chron. reg. Franc., t. I, p. 84 et 113 ; pour le siège de Cherbourg en 1378, Chron. premiers Valois, p. 278 — 279.

222 B. N., fr. 25996, n° 171. Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 328 et 366.

223 Viard, Journ. Trés. Ph. VI, n° 1741 et 1918.

224 B. N., p. o. 1791, dossier Magnac, n° 2 ; Viard, Journ. Trés. Ph. VI, passim. Il convient également de souligner le rôle des châteaux comme centres de ravitaillement (B. N., Clair. 141, n° 167 : 1370).

Table des illustrations

Légende Note 6464
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search