Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Première partie. Les forces militaires de la monarchie française au milieu du XIVe siècle (1337-1369)

Chapitre II. Recrutement

Texte intégral

  • 1 « Amas » : Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. III, p. 12. « Cueillotte » : Froissart, Chron., t. II (...)

1Lorsque Philippe VI ou Jean le Bon voulaient lever des troupes ou faire, comme disent les textes du temps, un « amas », une « cueillotte », une « recueillotte » de combattants1, ils pouvaient recourir, conjointement ou séparément, soit à des volontaires, servant librement, soit à des hommes ou à des communautés astreints envers eux, pour des raisons et à des titres divers, à des obligations militaires. Ces deux grandes catégories seront successivement examinées.

A. LES OBLIGATIONS MILITAIRES

L’arrière-ban

  • 2 O. Bloch et W. von Wartburg, dans leur Dictionnaire étymologique de la langue française, voient da (...)
  • 3 Cf. l’expression « semondre par voie d’arriere ban » (Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 297, (...)
  • 4 « Toute manere de gens qui poent porter armes, soient nobles ou non nobles, de posté ou d’autre eo (...)
  • 5 Chanson de Renart, v. 9375 : « Brun regarde devers les rues
    Et voit l’arriere ban venir ».
    Joinville (...)

2Depuis 1302 au moins, les rois de France firent un usage assez fréquent de ce que les textes en langue vulgaire nomment « arrière-ban » ou, beaucoup plus rarement, « ban et arrière-ban », expressions auxquelles correspondent, dans les documents en latin, les termes retrobannus, retrobannum, retrobannium, bannium et retrobannium2.Il s’agit la, au sens strict, d’un mode de convocation spécifique qui, théoriquement, ne pouvait ni ne devait être utilisé que dans les cas d’extrême nécessité3. Alors, « toutes manières de gens pouvant porter armes » et combattre, à cheval ou à pied, nobles ou non-nobles, sujets du roi ou des seigneurs tant laïques qu’ecclésiastiques, entre dix-huit — parfois quatorze — et soixante ans, devaient contribuer à la défense du royaume et de la couronne4. Par dérivation, le même mot désigne également d’une part les éléments militaires résultant de ce mode de convocation5, d’autre part la taxe permettant aux individus comme aux communautés de s’en exempter.

  • 6 Cf. p. 116.
  • 7 Timbal, La guerre de Cent ans, p. 42.
  • 8 Ibid., p. 37—38. Sur les réactions des clercs du 14e siècle à l’égard de leurs obligations militai (...)

3Les formules employées pour la levée de l’arrière-ban ont la portée la plus générale possible. A première vue, elles ne paraissent exclure aucune catégorie sociale. Toutefois, les clercs contestaient cette obligation pour eux-mêmes. Tel est bien aussi l’avis qu’exprime, au début du 14e siècle, Pierre Dubois dans le De Recuperatione Terre Sancte : selon lui, le roi ne peut demander le concours des gens d’Église pour la défense du royaume que si les ressources de l’arrière-ban proprement dit, qui concerne par conséquent les seuls laïques, se révèlent insuffisantes6. Mais la monarchie ne se rallia pas à cette interprétation restrictive : en 1355, ayant proclamé l’arrière-ban, Jean le Bon menaça d’y soumettre les religieuses de Notre-Dame de Soissons si elles ne s’acquittaient pas envers lui de leur service traditionnel de 100 sergents ou 200 1.t.7. En 1362, le même roi accorda à Saint-Médard de Soissons qu’en cas de convocation de l’ost il n’exigerait pas une contribution en hommes, mais uniquement un subside en espèces ; toutefois, si l’arrière-ban était proclamé, il se réservait le droit de choisir le service qui lui semblerait préférable8. Si donc dans la pratique les clercs bénéficièrent à cet égard d’un traitement privilégié et ne durent le plus souvent pour les guerres du roi que leurs services traditionnels ou le versement de décimes, ils ne furent jamais pour autant formellement exemptés de l’arrière-ban.

  • 9 Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 220.
  • 10 C’est-à-dire dans le domaine royal, au sens large.
  • 11 Brussel, Usage des fiefs. En 1355, payement d’une amende par la comtesse de Tonnerre pour n’avoir (...)

4Ayant passé par-dessus l’obstacle, longtemps réputé infranchissable, des barons et seigneurs haut-justiciers9, le roi dès avant le début de la guerre de Cent ans, exerçait sans conteste son droit d’arrière-ban dans les régions du royaume où entre lui et ses sujets ne s’interposait aucun prince territorial10. De plus, quelques-uns des grands fiefs, tel le duché de Bourgogne, ne se considéraient pas comme hors d’atteinte en cas de proclamation de l’arrière-ban11. A fortiori les apanages s’y soumettaient. En revanche, pour de simples raisons de fait plus encore que de droit, d’autres régions du royaume échappaient totalement sur ce point à l’autorité du souverain : non seulement les possessions du duc de Guienne, mais également le duché de Bretagne et le comté de Flandre. Néanmoins, quelle qu’ait été son extension géographique, l’arrière-ban dans la première moitié du 14e siècle, pesait d’un poids plus lourd sur les sujets établis à l’intérieur du domaine royal, au sens strict du terme, et sur ceux qui relevaient d’une seigneurie ecclésiastique ; là en effet s’exerçait le plus intensément la pression des officiers royaux.

  • 12 Cf. pourtant ce passage de l’ancienne coutume de Normandie, cité par Du Cange, Glossarium, t. VII, (...)
  • 13 Tel est l’arrière-ban proclamé generaliter.
  • 14 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 188, n° 603. Jean, évêque de Beauvais, lieutenant du roi en Saint (...)

5Par sa nature même, l’arrière-ban ne comportait aucune limite légale ni coutumière dans le temps : ses effets devaient subsister aussi longtemps que le péril qui l’avait rendu nécessaire. Si la durée de la taxe de remplacement s’étendait souvent sur 4 ou 6 mois, c’est seulement que telle était la durée maximale d’une campagne militaire12. Dans l’espace, les ressources de l’arrière-ban pouvaient être utilisées sans difficulté à l’intérieur des frontières du royaume ; au-delà, à cause du caractère essentiellement défensif de l’institution, leur emploi était plus contestable. L’arrière-ban pouvait être proclamé dans l’ensemble du13, il pouvait aussi ne concerner que telle province spécialement menacée. Dans ce dernier cas cependant, il semble que la levée, tout en affectant le même caractère, n’ait pas toujours été appelée « arrière-ban ». La possibilité de ces convocations partielles risquait de rendre plus fréquente la proclamation de l’arrière-ban, non seulement par le roi ou par son fils aîné, — ce qui était admis — mais encore — ce qui l’était moins — par les grands officiers de la couronne ou par les lieutenants généraux dans les régions sur lesquelles le roi leur avait délégué sa souveraineté14.

  • 15 1338 : B. N., Clair. 472, f° 1 et Moreau 229, f° 27.
    1340 : B. N., fr. 25997, n° 311 ; A. M. Poitie (...)

6Convoqué à plusieurs reprises par Philippe le Bel lors des guerres de Flandre, puis par son fils Charles IV, sans doute en 1324, et par Philippe VI en 1328, ]’arrière-ban général fut crié, semble-t-il, à sept reprises durant les vingt premières années de la guerre de Cent ans : 1338, 1340, 1342, 1346, 1347, 1355 et 135615. Sous la pression des événements, il avait donc perdu en partie son caractère exceptionnel. Toutefois il n’était proclamé que dans des circonstances déterminées. Certaines années d’activité militaire intense ignorèrent cet ultime recours. Qu’apportait-il de spécifique au roi pour la conduite de la guerre ?

7Il convient d’opposer ici les nobles et possesseurs de fiefs aux non-nobles.

  1. Les nobles. Quelques exemples indiqueront la façon dont l’arrière-ban pesait sur eux. En 1304, certains nobles se rendirent à l’ost royal, il ne leur fut demandé aucune contribution financière ; les autres n’y allèrent pas, il leur fallut payer le cinquième des revenus de leurs terres16. En 1314, au moins en ce qui concerne la Normandie, la Champagne et la « France », les obligations furent plus précises : parmi ceux qui devaient au roi un service, les prélats, chapitres et religieux pouvaient, au choix des commissaires royaux et en fonction des besoins de la guerre, ou bien accomplir ce service ou bien s’en libérer moyennant finance ; l’ensemble des nobles devait se rendre à l’ost ; en revanche, les « gentilles femmes veuves », les impotents, les malades, les personnes trop âgées, les clercs possesseurs de fiefs « dont il doivent service d’ost » n’avaient pas à rejoindre le roi mais à verser une somme déterminée17. En 1338, on ne demanda une contribution financière qu’à ceux des nobles qui n’avaient pas été à l’ost ou qui s’y étaient rendus avec un équipement insuffisant, eu égard à leur fortune18.
  2. Les non-nobles. En cas de levée de l’arrière-ban, le roi leur demandait d’abord et surtout une subvention représentant l’équipement d’un certain nombre de gens de guerre ainsi que leur solde pendant un laps de temps donné. En 1304, chaque groupe de 100 feux « francs » dut payer les armures et les gages de 6 sergents pendant 4 mois, au taux journalier de 2 s. 6 d. t. par homme ; chaque groupe de 100 feux « abonnés », les armures et les gages de 4 sergents. Tel fut cette année-là le mode d’imposition le plus courant. Toutefois certaines régions connurent une taxation quelque peu différente. Dans le bailliage de Vitry, chaque groupe de 100 feux ordinaires paya les gages de 4 sergents pendant 4 mois ; chaque groupe de 100 feux taillables haut et bas à volonté, échappant à la justice du roi et soumis à celle des seigneurs, 2 sergents ; certaines prévôtés furent spécialement chargées de payer les armures. Pour la sénéchaussée de Poitou, dans le domaine du roi, chaque groupe de 100 feux devait 6 sergents19 hors du domaine, chaque groupe de 100 feux d’hommes de « pôté » ou « abonnés », 4 sergents ; chaque groupe de 100 feux d’hommes taillables à volonté haut et bas par leurs seigneurs, 2 sergents. Dans la sénéchaussée de Toulouse et d’Albi, chaque groupe de 100 feux d’hommes de corps ou de casalage dut payer deux sergents, chaque groupe de 100 feux d’affranchis, 4 sergents, chaque groupe de 100 feux n’appartenant pas aux catégories précédentes, 6 sergents19. En d’autres termes, si l’on compte l’armure au prix d’une livre tournois, chaque groupe de 100 feux devait payer entre 32 et 96 l. t. ; la contribution demandée à chaque feu était comprise, en moyenne, entre 6 s. 4 d. t. et 19 s. t. Mais les laboureurs, les mendiants, ceux qui n’avaient pas de biens, ceux qui vivaient au jour le jour de leur travail n’étaient pas astreints à la taxe d’arrière-ban20. Ces larges exemptions suffisent à expliquer le faible rapport de l’imposition : l’ensemble des bailliages et sénéchaussées de Sens, Bourges, Touraine, Vermandois, Amiens, Orléans, Rouen, Caen, Cotentin, Gisors, Chaumont, Poitou, Saintonge, Auvergne, Toulouse, Cahors, Périgueux et Beaucaire ne fournit que 464252 l. 16 s. ob. t. Si en effet on diminue par hypothèse ce total de 15 %, représentant l’importante contribution des nobles ne s’étant pas rendus à l’ost, et qu’on adopte le rendement moyen de 65 l. t. pour 100 feux, on trouve que le subside n’a pu toucher dans les régions énumérées plus de 600 000 feux. Toutefois, il était suffisant, théoriquement, pour permettre l’entretien de 24 000 sergents pendant 4 mois.
  • 21 Ord. Roys, t. XI, p. 429—430 et B. N., fr. 16600, f° 396v°—401r°.

8En 1314, il fut prévu que, dans les centres où les transactions commerciales étaient importantes, une taxe indirecte sur la vente ou l’achat des marchandises serait établie. Ailleurs, la tâche des commissaires royaux fut d’amener les communautés à payer plutôt qu’à servir. Les personnes possédant un capital de 2 000 livres ou plus devaient verser en proportion de leur richesse ; pour les autres, chaque groupe de 100 feux devait payer, selon ses ressources, les armures et la solde de 3 à 6 sergents. Le prix de l’armure fut évalué à 30 s. p., les gages journaliers d’un sergent furent fixés à 12 d. p.21.

  • 22 Petit, Essai, p. 203—204, n° 39.

9Un projet d’imposition datant sans doute du règne de Charles IV établit d’une part que les villes devaient fournir, soit de l’argent, soit des sergents, d’autre part que les sujets des nobles devaient payer un minimum de 4 sergents pour 100 feux pendant une durée de 6 mois22.

  • 23 Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 237 sq.
  • 24 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 792 et n. 1.
  • 25 B. N., Clair. 472, f° 1 sq.

10En 1338, l’arrière-ban fut levé selon un principe analogue : en Champagne, tous les hommes dépendant soit de seigneuries ecclésiastiques, soit du roi ainsi que les hommes abonnés de taille dépendant des nobles durent contribuer à l’imposition23. Dans le bailliage de Vermandois la pression fiscale fut particulièrement forte, puisque 100 feux de plat pays devaient payer 20 sergents24. On a conservé le compte de l’arrière-ban pour un certain nombre de châtellenies du pays chartrain : 3 965 feux payèrent ensemble 1 818 1.t., soit, en moyenne, 9 s. t. par feu ou 45 1.t. pour 100 feux. Un sergent étant payé à cette date au taux journalier de 15 d. t., la contribution de chaque groupe de 100 feux permettait de solder 6 sergents pendant 4 mois25.

11Ainsi, l’arrière-ban paraît bien être un moyen pour le roi de se procurer de l’argent, spécialement aux dépens de la population non noble. Mais pour financer les guerres, la monarchie avait recours à maint autre procédé, et on la voit en particulier, sans proclamer l’arrière-ban, lever des subventions comparables aux précédentes, tant par leur rendement que par le mode d’imposition choisi :

  • 26 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 782—784 ; Hist. Languedoc, t. X, col. 769—776.

12En 1337, Philippe VI décida la levée d’une somme de 25 l.t. par mois sur chaque groupe de 100 feux, pendant une durée de 4 mois, les pauvres et les mendiants étant exemptés, puis il diminua le montant de cette taxe et n’exigea plus, par mois, que 20 livres pour 100 feux de ses hommes et des hommes sujets des églises, et 13 l. 6 s. 8. d. t. pour 100 feux des hommes des barons et autres nobles26.

  • 27 B. N., n. a. fr. 20026, f° 1—7.

13En 1345, chaque ville et village de Normandie furent taxés à un certain nombre d’hommes d’armes ou fraction d’homme d’armes. Le montant de la solde était fixé, pour 6 mois, à 67 l. 10 s. t. par homme d’armes. Dans le bailliage de Rouen, les vicomtés de Rouen, Pont-Audemer et Pont-de-l’Arche versèrent, à l’occasion de ce subside, 8 523 l. 7 d. ob. t., soit l’équivalent de la paye de 126 hommes d’armes27.

  • 28 Hist. Languedoc, t. X, col. 984 sq. Sans doute, 1’ « état des paroisses et des feux » de 1328 donn (...)

14En 1346, avant que l’arrière-ban fût encore proclamé, le roi, en Languedoc, imposa à chaque groupe de 100 feux le payement d’un homme d’armes pour un an entier, au taux journalier de 7 s. 4 d. t., soit 132 l. t. par an. En moyenne, chaque feu se voyait donc obligé de verser, au bout du compte, un peu plus del l. 6 s. t. Selon les instructions royales, ce subside devait permettre l’entretien annuel d’une force de 20 000 à 30 000 hommes d’armes, correspondant à une dépense comprise entre 2 640 000 et 3 960 000 l.t. A ces ressources provenant des recettes extraordinaires, le roi devait ajouter le produit des recettes ordinaires. Prévisions à coup sûr trop optimistes, qui supposaient l’existence, à travers le royaume, de 2 à 3 millions de feux imposables28.

  • 29 A. N., P 2292, p. 55, cité par Viard, « La France sous Philippe VI de Valois, état géographique et (...)

15La même année, un avis adressé aux commissaires du roi dans le bailliage de Sens avançait des propositions plus modestes : il prévoyait que, dans les bonnes villes marchandes, 200 feux feraient un homme d’armes payé pour 6 mois, chaque année au cours de laquelle le roi ferait la guerre ; dans les pays pauvres ou les lieux de servitude, on imposerait un homme d’armes pour 300 feux ou même davantage. La solde journalière de l’homme d’armes était fixée à 5 s. t. Les villes avaient la possibilité ou bien de remettre leur contribution au roi, ou bien de payer directement leurs hommes d’armes29.

  • 30 Ord. Roys, t. IV, p. 319—320.

16En 1355, les états du bailliage de Cotentin accordèrent un subside devant être levé durant les trois mois d’été : chaque groupe de 100 feux payerait les gages d’un homme d’armes et d’un archer, à l’exception de ceux situés aux frontières, qui ne devaient qu’un homme d’armes30.

  • 31 Chron. Jean II Ch. V, p. 147.
  • 32 Ibid., p. 172.

17En 1358, à l’époque d’Étienne Marcel, les états généraux se mirent d’accord pour que, dans les villes fermées, chaque groupe de 75 feux, et, dans le plat pays, chaque groupe de 100 feux, fissent un homme d’armes pour un an, au taux de 10 s. p. par jour31. Deux mois plus tard, pour la Champagne, il fut prévu que, dans les bonnes villes, chaque groupe de 100 feux ferait tin homme d’armes ; de même, dans le plat pays, chaque groupe de 100 feux de personnes franches ou chaque groupe de 200 feux de « personnes serves, de mortes mains et de fors mariages »32.

  • 33 Varin, Arch. adm. Remis, t. II, 2, p. 792 et n. 1 et p. 819, n. 1.

18Il apparaît que ces diverses impositions sont du même type que celles mises en place en cas d’arrière-ban. Du même ordre de grandeur aussi : en 1338, pour se racheter de l’arrière-ban, l’échevinage de Reims versa à Philippe VI un subside de 8801. p. ; l’année suivante, un mandement royal, crié par le bailli de Vermandois, ordonna « a touz communement, nobles et non nobles, sus painne de corps et d’avoir », de se trouver à Amiens, le jour de l’Ascension, « en armes et en chevaux et a pié, chascun selon son estat ». Puis la date de la convocation se trouva repoussée jusqu’au début du mois d’août. Est-ce là la proclamation de l’arrière-ban ? On pourrait le croire, mais il n’en est rien : en effet, pour protester contre ce service, les habitants de Reims, dans une lettre adressée à Philippe VI, alléguèrent d’abord la situation de la ville « près des frontières d’Alemaingne » et l’insuffisance de ses fortifications, mais aussi le fait que, lorsque le roi se rendait à la guerre, ils faisaient une aide à l’archevêque, qui lui-même le servait dans cette guerre. Telle était, selon eux, leur seule contribution, levée non point directement par les agents du roi, mais « par moien ». « D’ancienneté », affirmaient-ils, ils n’étaient tenus à rien d’autre, « fors par arriere ban ». S’ils mirent en avant cette dernière raison, c’est donc bien que l’arrière-ban, en dépit des apparences, n’était pas alors proclamé. Dans sa réponse adressée au bailli de Vermandois, le 25 septembre 1339, Philippe VI ne fait pas davantage allusion à la proclamation de l’arrière-ban ; il se contente, pour la sûreté de la ville, d’exempter les bourgeois de Reims de cette convocation à condition qu’ils payent une somme égale à celle de l’année précédente. De fait, alors qu’en 1338, l’arrière-ban proclamé, ils avaient versé 880 l. p. pour s’en dispenser, en 1339, sans arrière-ban, ils remirent 800 l. p33.

  • 34 Viard, Documents parisiens du règne de Philippe VI, t. I, p. 291—293, n° 188, d’après A.N., JJ 70, (...)
  • 35 Félibien, Hist. Paris, t. V, p. 319a.
  • 36 Ibid., p. 319b. Cf. aussi Moranvillé, « Journaux du Trésor », p. 162.
  • 37 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 951, n° DXXI. Cf. aussi Ord. Roys, t. II, p. 394 et t. III, (...)

19D’autres documents peuvent aider à saisir la nature exacte de l’arrière-ban. En 1337, la ville de Paris accorde à Philippe VI de lui faire une aide de 400 hommes de cheval pendant 6 mois si lui-même se rend à l’ost et pendant 4 mois s’il n’y va pas. Mais il est prévu que cette aide cesserait « se il avenoit par aventure que il convenist que le commun des gens de la dicte ville alast ou dit host par maniere de arrere ban ou autrement »34. Ce texte semble indiquer, d’une part que l’arrière-ban ne se traduit pas seulement par une imposition, mais bien par une mobilisation du « commun », et d’autre part qu’une mobilisation de ce type peut être décidée par d’autres moyens que par la proclamation de l’arrière-ban. En 1339, le roi accepte l’offre des bourgeois et habitants de Paris lui proposant une aide de 800 hommes d’armes entretenus pour 40 jours, à raison de 6 s. p. par homme et par jour, soit 12 000 l.t., si lui ou son fils se rendent à la guerre en personne. Là aussi, il est prévu que, si l’arrière-ban était convoqué avant l’Ascension, « par quoi il convinst aux dits bourgeois venir en l’ost pour servir le roy », cette aide serait interrompue et qu’on restituerait les sommes avancées35. En 1343, le prévôt, les échevins et les habitants de la même ville, consentent au roi une aide de 500 hommes de cheval entretenus pour 6 mois, à raison de 6 s. p. par homme et par jour ; en compensation de cette subvention de 33 750 1.t., « les bourgeois ne seront tenus aller ou envoyer » à l’armée, si ce n’est par arrière-ban36. En 1345 Philippe VI, ayant décidé la levée d’un subside sur les habitants de la ville de Reims, souligne qu’il s’agit là de la seule imposition qu’il exigera d’eux, « si ce n’estoit pour arreban que nous feissons par neccessité, qui n’a-vendra ja, si Dieu plaist »37.

  • 38 Champollion-Figeac, Doc. hist. inéd., t. II, n° XLVI et XLVII, p. 181—184.

20Par ses lettres du 11 juillet 1347, Philippe VI mande aux mayeur et échevins d’Abbeville de lui envoyer, pour secourir Calais, « tous ceulx de la ditte ville de Abbeville et de la banlieue qui armes peuvent porter » « en tout le meilleur arroy qu’il pourra estre fait, soit a cheval, soit a pié, chascun selon son estat ». Une semaine plus tard, il écrit cette fois aux gouverneurs du bailliage d’Amiens et du Ponthieu : Abbeville a déjà envoyé 200 hommes ; de plus elle est « le refuge de tout le pays », la démunir serait dangereux ; à condition qu’elle fournisse encore 50 arbalétriers et 50 sergents à pavois et à lances, il la dispense de l’arrière-ban durant cet ost, « non contrestant que, par nous ou nos gens commandés et enjoints leur eust esté que tout homme de laditte ville d’Abbeville qui armé se pourrait allast a Boulogne a certain jour ». En d’autres termes, eu égard à son importance stratégique, Abbeville se trouve exemptée de l’arrière-ban contre un envoi de 300 combattants38.

21Ainsi, par rapport à d’autres modes d’imposition, la taxe d’arrière-ban ne paraît pas toujours plus élevée, ni toucher un nombre plus grand de contribuables. Du moins pour le plat pays, sa seule originalité se traduit par le fait que l’unité d’imposition n’est pas la paye d’homme d’armes ou de cheval mais celle de sergent de pied. Ce caractère peut paraître bien secondaire : qu’importe en effet au contribuable de payer une somme établie en fonction des gages d’un homme de cheval ou de ceux d’un homme de pied si, en définitive, cette somme était la même ? Mais il permet de dégager la nature de l’arrière-ban. Dans son principe, sa proclamation avait pour but de fournir au roi pour la défense du royaume le maximum d’hommes de cheval et de pied, ou, comme disent les textes narratifs, de « nobles » et de « communes ». Pour convaincre ses sujets que l’arrière-ban répondait bien à une nécessité militaire et non à une exigence fiscale, le roi devait le présenter aux non-nobles comme une taxe de substitution ou de rachat destinée à assurer effectivement l’entretien de gens de pied pour la durée de la campagne, quitte, une fois les sommes obtenues, à en disposer à sa guise.

  • 39 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 94, n° 678. Jean le Bon mande à cette occasion au bailli de Ve (...)
  • 40 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 79 — 81.
  • 41 Ibid., t. II, 2, p. 1124. De même la ville de Montferrand, avertie au début d’août 1346 que « lo r (...)

22Par l’arrière-ban, le roi cherchait à obtenir de l’ensemble de la population du royaume, nobles ou non-nobles, quel que soit leur statut particulier, quels que soient les liens qui les rattachaient à sa personne, au prix d’un minimum de contestations, à son choix, de l’argent ou des hommes. Si dans le cas des non-nobles, la demande en argent, particulièrement pour le plat pays, l’emporte de loin, à l’occasion le roi peut bel et bien exiger et obtenir une contribution en hommes ; en 1340, 93 localités du Rouergue envoient vers la Flandre ou la Picardie 339 sergents ; en 1355, l’arrière-ban ayant été proclamé au début de novembre par Jean le Bon, les habitants lais de Reims envoyèrent à l’ost 30 hommes à cheval et en armes, équipés et soldés à leurs dépens39. Le 16 août 1356, le même roi permet aux 18 gens de guerre, en armes et en chevaux fournis par la même communauté à cause d’un arrière-ban, de quitter son armée et de regagner Reims40. La proclamation de l’arrière-ban en date du 29 juillet 1346 montre, par ses modalités, qu’elle ne répond pas seulement à des exigences fiscales : en effet, il est prévu en premier lieu que les hommes âgés de moins de dix-huit ans et de plus de soixante enverront des combattants à leur place, de même que les malades et les femmes veuves ou mariées. Sans doute peut-on penser que cette obligation est destinée à obtenir la contribution de certaines catégories de la population. Mais l’ordonnance va plus loin et prescrit aux baillis de veiller à ce que les villes restent suffisamment pourvues en gens de métier. L’instruction complémentaire du 31 juillet 1346 précise même qu’il faut n’envoyer à l’ost que les hommes suffisamment armés, les autres ne servant qu’à consommer des vivres41.

  • 42 A. N., JJ 84, n° 456.

23Durant l’été 1355, après qu’Édouard III eut débarqué à Calais, Jean le Bon se rendit à Amiens et y fit son « mandement ». Puis, la menace grandissant, il fit crier à plusieurs reprises l’arrière-ban « solennelment et publiquement », à Paris, dans tous les lieux importants du royaume et plus spécialement dans les régions proches de la Picardie ; « toutes manieres de gens de l’aage de dix huit jusques a soixante ans » devaient se rendre auprès de lui pour le servir. Le prévôt des marchands et les échevins de Paris obéirent à l’injonction et arrivèrent en compagnie d’un « grant nombre de gens d’armes et de pié ». Mais toute la population de la capitale, dans les limites d’âge prescrites, n’obéit pas à cet appel et les agents du roi s’efforcèrent sans doute de mettre à l’amende les défaillants. Les notables s’adressèrent alors à Jean le Bon et obtinrent qu’il pardonnât aux absents et que toute poursuite s’interrompît42.

  • 43 Comme a tendance à, le penser Fawtier, Institutions françaises, p. 220—221.
  • 44 Petit, Ducs de Bourgogne, t. IX, p. 48, n. 2, d’après A. D. Côte-d’Or, B 1401, f° 53. Sur l’armeme (...)
  • 45 Chron. reg. Franc., t. II, p. 232.
  • 46 Froissart, Chron., t. IV, p. 270—271.
  • 47 Chron. premiers Valois, p. 46.
  • 48 Cité par Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 216, n. 2, d’après B. N., fr. 22542, f° 315.
  • 49 Ainsi, en 1326, pour la guerre de Guienne, Toulouse avait fourni un secours de 100 hommes d’armes (...)
  • 50 B. N., fr. 2765, f° 118v°.

24L’arrière-ban, même pour les non-nobles, n’est donc pas un simple mode d’imposition43. Sa portée réelle est plus complexe. Il laisse au roi la liberté d’exiger des combattants ou de prélever de l’argent. Mais en même temps, il est d’un maniement difficile et d’une efficacité douteuse. Les éléments roturiers qu’il procure ont une valeur militaire contestable que le roi cherche vainement à améliorer en faisant recenser par avance les hommes susceptibles de servir44. Dans les premières années de la guerre de Cent ans, Philippe VI n’hésita pas à utiliser largement les « communes », mais à partir du siège de Caen et de la défaite de Crécy, où toutes l’abandonnèrent-sauf celles d’Orléans45, son attitude changea, et en 1347, il congédia ces fore ces réputées inutiles, fondant comme neige au soleil, pour ne conserver que. les arbalétriers de ses cités et bonnes villes ainsi que les gentilshommes46 En 1356, avant la bataille de Poitiers, Jean le Bon agit de même47. A partir des premières défaites de la guerre de Cent ans, l’arrière-ban dans la mesure où il porte sur les non-nobles ne présente donc plus qu’un intérêt mie litaire réduit. Tel est bien l’avis exprimé, à la fin du 14e siècle, par Philippu de Mézières dans Le Songe du Vieil Pelerin : « Par mon conseil, beau filz, tu useras pou du droit royal qui s’appelle l’arriere ban, pour lequel plusieurs inconvenienz s’ensuivent qui seroient trop longs a declairer. Il te doit souvenir, beau filz, que une bonne quantité de gens d’armes d’eslite avec ta vaillant et royalle magesté, meur conseil precedant, par la grâce de mon pere, te fera avoir plus grant victoire que telz subgiez amassez, les ungs voulentiers et les autres envis, par l’arriere ban communaument, sans reigle, venans comme a une foire ne feraient »48. Cependant même s’il proclamait l’arrière-ban, le roi pouvait ne plus demander une aide massive en hommes, comme il l’avait fait auprès de certaines villes pendant la première moitié du 14e siècle49 mais une sélection restreinte des seuls « habiles a porter les armes »50.

  • 51 « Chronique parisienne anonyme », p. 176.
  • 52 Ord. Roys, t. III, p. 34—37.
  • 53 Ibid., p. 138. Encore en 1356, au témoignage du Journal des Etats Généraux, la portée financière d (...)

25De plus, l’arrière-ban correspondait à un état d’urgence imprévisible ; le roi n’était pas libre de le lever quand et comme il voulait ; il ne pouvait prévoir sa proclamation suffisamment à l’avance pour que les ressources financières qu’il devait procurer fussent disponibles en temps utile. H lui fallait obtenir l’approbation de son conseil, voire celle de ses sujets. Faisant allusion à la campagne de 1338, la Chronique française de Guillaume de Nangis précise : « Le roy de France, laissiés gens d’armes es frontières, s’en retourna a Paris et donna congié a son host ; et, pour ceste assemblée, il tailla moult durement son peuple, quar il leur fist paier subside au double du subside qu’ilz avoient paié l’an devant ; et disoient les impositeurs que s’estoit pour l’arriere ban que il avoit fait crier des le commancement d’esté, combien que en vérité il ne peust estre dit arrere ban quar nul ost n’estoit alé devant »51. En 1355, les états de Languedoïl imposèrent même à Jean le Bon de faire grâce à ceux qui ne s’étaient pas rendus au dernier arrière-ban ; il dut admettre que seuls lui et son fils aîné pussent dorénavant, en cas de nécessité, proclamer l’arrière-ban, de préférence après accord, non seulement de son entourage, mais encore des gens des trois états52. L’année suivante, nouvelle concession : il ne pourra faire crier l’arrière-ban qu’après « bataille » — entendons : après une défaite dans une bataille rangée — et une fois obtenu le consentement des états53. Dans l’esprit du roi, c’était là autant de concessions tactiques, qui ne pouvaient le lier définitivement. Mais il reste qu’après cette date, pour lui et pour ses conseillers, l’arrière-ban se présentait comme une mesure impopulaire, impliquant des risques politiques notoires, et dont il valait mieux en fin de compte se passer.

26Enfin, l’intérêt financier de l’opération apparaissait bien moindre, presque négligeable, dans la mesure où la monarchie pouvait compter par avance sur des sommes comparables obtenues par des modes d’imposition plus réguliers ou moins contestés. Tel fut le cas à partir de 1355, et surtout de 1360. D’un point de vue fiscal, le consentement à l’impôt rendait inutile le recours à l’arrière-ban, sinon comme simple élément d’appoint.

27De fait, l’âge d’or de l’arrière-ban se situe entre 1302 et 1356. Durant ce demi-siècle, le roi l’utilisa comme le seul puis le meilleur procédé lui permettant d’obtenir directement de ses sujets, par-dessus les intermédiaires et les autorités traditionnels, des hommes et de l’argent. Dès le milieu du 14e siècle, le roi put exiger les mêmes éléments par d’autres moyens, plus souples, plus normaux, qui eurent sa préférence.

28Jusqu’alors, la notion d’arrière-ban répondait à un triple contenu : une levée massive des nobles, une levée massive des « communes », une importante ponction fiscale. Désormais, ce dernier aspect s’estompe en face des nouveaux modes d’imposition ; la levée des « communes » se fait étroitement sélective ; reste celle des nobles : or, on va le voir, elle pouvait être décidée sans recours à l’arrière-ban.

La semonce des nobles

  • 54 Froissart, Chron., t. IV, p. 140.

29En 1355, lorsque Jean le Bon sut qu’Edouard III avait débarqué à Calais, il fit, raconte Froissart, « un tres grant et especial mandement par tout son royaume que tout chevalier et escuier, entre l’eage de quinze ans et de soissante fuissent a un certain jour que il y assist en le cité d’Amiens ou la environ, car il voloit aler contre les Englés et yaus combatre »54. Telle est la semonce des nobles.

  • 55 En 1355, seuls les nobles « meindres d’age » ou trop « anciens » sont dispensés d’obéir en personn (...)
  • 56 Dubois, De recuperatione Terre Sancte, p. 114 sq. : Si vero dominus rex, saniori quo potest fungen (...)
  • 57 Brussel, Usage des fiefs, t. II, p. LV—LXI.

30Elle présente avec l’arrière-ban quelques traits communs : elle implique les mômes limites d’âge55 et ne prévoit aucune borne au service qui en résulte, ni dans le temps ni dans l’espace. Aussi bien, si le roi peut convoquer les nobles sans proclamer l’arrière-ban, en revanche, l’arrière-ban implique nécessairement la convocation des nobles. Pour Pierre Dubois, cette dernière ne constitue rien d’autre que la première partie de l’arrière-ban, en sorte que si la levée des tenants en fiefs nobles suffit au roi pour assurer la défense de la couronne, il n’a pas à utiliser l’autre partie de l’arrière-ban, le « peuple », c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui ne tiennent pas en fief56. Pour Pierre Dubois, le roi ne peut donc exiger le service de tous ceux qui dans le royaume tiennent en fief qu’en proclamant l’arrière-ban, en d’autres termes dans des circonstances particulièrement critiques. Telle est bien, semble-t-il, l’interprétation qu’une partie de la noblesse parvint à imposer à la monarchie lors des mouvements de 1315 : « Quant aux fieffés des ducs de Bourgogne, comte de Forez et seigneur de Beaujeu ou leurs autres sujets immédiats », concéda alors Louis X, « s’ils ne sont pas nos hommes(...) nous ne les contraindrons nullement à se rendre à nos osts ou à nous verser une finance ou une amende, sinon en cas d’arrière-ban, auquel cas chaque homme de notre royaume est tenu, pourvu cependant que l’arrière-ban soit crié de par nous, à travers tout notre royaume, si la nécessité est générale »57. Selon ce texte, les nobles de ces grands fiefs ne pouvaient donc être convoqués que si l’arrière-ban était proclamé par le roi lui-même pour l’ensemble du royaume.

  • 58 B. N., fr. 2765, f° 118v°, cité par Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 290, n. 99.
  • 59 Ord. Roys, t. VI, p. 549.

31En revanche, un commentaire du Grand Coutumier de Normandie, datant du 14e siècle, adopte une position différente : la publication de l’arrière-ban signifie que « chascun qui tient noblement et qui doibt service d’oost y vienne, et qui est habille a porter armes, soient nobles ou non nobles, voisent en l’oost » ; inversement, l’ost général implique seulement la convocation par le prince de « chascun qui tient noblement et doibt service d’oost »58. Ce document est confirmé par la seconde Charte aux Normands, accordée par le roi et le duc de Normandie en 1339, qui prévoyait que l’arrière-ban ne pourrait être proclamé que « dans le cas où nous saurions ou aurions la ferme conviction que nos ennemis et ceux du royaume seraient en telle force et puissance de gens d’armes pour nous détruire, nous, nos successeurs et notre royaume, qu’au moyen de la première semonce ou convocation générale, nous ou nos collaborateurs ne serions pas assez forts pour les arrêter et leur résister ou pour ramener à l’obéissance nos sujets rebelles, sans procéder à l’appel de cet arrière-ban, selon notre conscience. Dans ce cas, il pourrait y avoir arrière-ban, et tous seraient tenus d’y obéir, et alors, de tous ceux du dit pays qui viendraient comme ils le doivent nous ne lèverons ni ne ferons lever aucune amende ou finance quelconque »59. La distinction entre la convocation générale et l’arrière-ban était beaucoup plus favorable au roi, puisqu’elle lui permettait de semondre les nobles en dehors de tout arrière-ban. Il est donc naturel que, dès le début de la guerre de Cent ans, il l’ait faite sienne, parvenant même presque toujours à la traduire dans les faits. Il pouvait ainsi convoquer à son ost, non seulement ceux qui lui devaient un service déterminé, en fonction de leurs obligations propres, qu’elles fussent ou non de nature féodale, mais encore tous les possesseurs de fiefs ou de biens nobles.

  • 60 A. N., K 47, n° 35.
  • 61 B. M., Add. Ch. 25827.
  • 62 Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 336, n. 3.
  • 63 A. M. Poitiers, casier 12, E 7.
  • 64 Hist. Languedoc, t. X, col. 769.
  • 65 Chron. reg. Franc., t. II, p. 59.
  • 66 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 223.
  • 67 Delachenal, Hist. Ch. V, t. II, p. 315.
  • 68 B. N., fr. 25997, n° 311.
  • 69 Ibid.
  • 70 A. N., K 47, n° 35.
  • 71 Chron. premiers Valois, p. 203.

32Pour désigner cette levée d’hommes devant se rendre à une « assemblée », on se servait d’expressions fort diverses, dont la variété même indique bien que le roi innove, introduit une nouvelle coutume : « semonse »60, « semonse general »61, « mandament et semonse des nobles et autres de nostre royaume », « cemonce de ses gens d’armes »62, « nostre general semonce de gens d’armes »63 ; il convoque « touz ceux qui tiennent en fié generalment, sanz aucun en excepter »64, omnes nobiles regni sui65 ; il mande « les barons et nobles » de son royaume pour être avec lui « en chivaus et en armes », « les nobles qui doivent service d’ost », « tous nobles », « toutes maneres de gens qui ont esté enobli » par ses prédécesseurs, depuis Philippe le Bel, y compris les non-nobles « qui tiegnent fiex nobles »66, « tous nobles de quelque estat que il soient »67, tous ceux lui devant « feauté »68, « touz les gentizhommes et autres franz tenans » ainsi que ceux qui doivent service à lui et au duc de Normandie69, les « dames ou damoiselles veves ou a marier qui tiengnent fiés, justices ou nobleces » devant fournir un remplaçant70. Tel est « le ban du roy »71. En d’autres termes, le roi appelle à la fois :

  • ceux qui lui doivent un service de nature militaire ;
  • ceux qui tiennent noblement ou en fief ;
  • l’ensemble des nobles du royaume.
  • 72 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 216.
  • 73 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 782—784. On a conservé pour la prévôté et vicomté de Paris l (...)
  • 74 A. M. Poitiers, casier 12, E 7.
  • 75 Arsenal, 6024, n° 61. De même, en 1342, « Johannes Ayulli, domicellus » sert le roi en sa guerre d (...)

33On laissera provisoirement de côté la première catégorie. Pour les deux autres, il convient de souligner qu’en règle générale les sanctions prévues à l’encontre de ceux qui ne s’étaient pas rendus à l’ost, ne concernaient que les seuls possesseurs de fiefs, dont le roi confisquait les revenus, au moins temporairement72. De même, le rachat du service était admis, mais il ne touchait que ceux jouissant des revenus de biens nobles : rien n’était prévu pour les nobles ne possédant aucune rente en propre. En 1337 par exemple, les nobles n’allant pas à la guerre payèrent le cinquième de ce qu’ils avaient de rente ; les non-nobles possédant des fiefs ou tenant franchement durent également le cinquième des rentes provenant de leurs terres réputées nobles73. En 1342, Philippe VI autorisa ceux qui « tiennent en fié » et qui ne voulaient ou ne pouvaient le servir, à se faire exempter moyennant une certaine somme d’argent74. Dans la montre de Pierre de Beaumont, chevalier banneret, reçue à Paris le 14 juillet 1355, on relève plusieurs hommes d’armes servant pour un autre personnage : Galhaut de Courvilheret pour son père, Jean ; Jean de Courtenay pour messire Philippe de Courtenay, Ancolet de Bourron pour Jean de Bourron. Manifestement, il s’agit de parents de nobles qui devaient servir à cause de leurs fiefs mais ne le pouvaient pour diverses raisons. Si tous les nobles avaient dû servir, les trois personnages ci-dessus auraient été dans l’obligation de trouver leurs remplaçants non point parmi des parents, nobles comme eux, mais parmi des étrangers, roturiers75.

  • 76 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.
  • 77 Chron. Rich. Lescot. app. VI, p. 229.
  • 78 B. N., p. o. 2802, dossier Tavel, n° 3.
  • 79 Viard, « Lettres d’état sous le règne de Philippe VI », n° 276, 308, 313, 317, 321.

34L’obligation n’est donc pas personnelle, mais réelle. On conçoit alors que le roi ait pu exiger des fieffés les plus riches qu’ils ne vinssent pas seuls à l’armée, mais accompagnés de plusieurs combattants. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que dans certaines montres de gens de guerre retenus par lui, en face des noms des hommes d’armes, la valeur de leurs fiefs ou de leurs terres soit indiquée. Tel est le cas, par exemple, de la retenue du maître des arbalétriers, le Galois de la Baume, en 133876. Toutefois, la valeur des fiefs n’est pas fournie pour tous les gens de guerre énumérés ; elle est absente, ce qui paraît normal, en face des noms des sergents d’armes qui doivent servir le roi en tant que membres de son hôtel, mais aussi en face des noms des gentilshommes combattant à pied et même de ceux de 215 hommes d’armes servant à cheval sur 534. Certes, ce peut être une simple omission, mais qui réserve la possibilité que certains nobles aient servi, quand bien même ils ne possédaient rien. En 1339, Philippe VI convoqua les anoblis et les non-nobles tenant des fiefs nobles « sous poine de perdre tous privileges et rejoissement de leurs nobleces »77. Tout se passe donc comme si le roi, au-delà des simples possesseurs de fiefs, ou de terres nobles, avait tenté d’atteindre l’ensemble de la noblesse. Il est douteux néanmoins qu’il y soit parvenu ; rien n’indique Qu’il ait fait dresser des listes de tous les nobles du royaume ; il lui était difficile de frapper, de punir, de contrôler des individus sans ressources, d’exiger d’eux un équipement militaire valable. En 1356, Charles, duc de Normandie, prescrit de lever 10 sous « sur touz les nobles tenans fieux » demeurant dans un certain nombre de vicomtés du duché, en exceptant toutefois ceux qui auront envoyé « soufisamment » en ses guerres. Apparemment, les nobles n’ayant pas de fiefs n’avaient pas à contribuer à ce subside car ils n’avaient pas à servir le duc dans son armée, faute sans doute qu’on pût prendre des sanctions pécuniaires à leur égard78. Le caractère réel et non point personnel de cette obligation de service explique encore que les femmes détentrices de fiefs ainsi que les nobles trop âgés aient dû envoyer à l’armée du roi un ou plusieurs remplaçants, choisis fréquemment parmi les membres de leur famille : fils ou neveux79. En fait, il est probable que la convocation des nobles correspondit, dès le milieu du 14e siècle, à celle des seuls possesseurs de fiefs, comme ce fut le cas, indubitablement, au siècle suivant.

  • 80 Lot, « L’état des paroisses et des feux de 1328 », p. 306.
  • 81 Belleval, Nobles et fieffés du bailliage d’Amiens.
  • 82 Petit, Ducs de Bourgogne, t. VII, p. 282, d’après B. N., Colbert 189.
  • 83 B. N., n. a. fr. 9239, f° 202v° sq. De même, en 1340, pour assembler les gens de guerre de sa bata (...)
  • 84 Secousse, Recueil de Charles le Mauvais, p. 141.
  • 85 Petit, Ducs de Bourgogne, t. VIII, p. 308, p. j. 7277, d’après A. N., P 13772, cote 2972.
  • 86 Arch. hist. Gironde, t. II, p. 129—130.

35Un document de 1337 permet de voir comment s’opérait la levée des nobles. Philippe VI avait « semons » les nobles du bailliage d’Amiens pour se trouver dans cette ville aux alentours du 8 septembre. Mais il voulait connaître auparavant avec précision leur nombre et leur équipement. Il manda donc à trois commissaires appartenant à la noblesse locale, Gérard, sire de Béchicourt, Bernard, sire de Moreuil et Renaud d’Aubigny d’organiser une montre préalable ; les commissaires ordonnèrent aux différents prévôts du bailliage d’ajourner par-devant eux « tous les nobles et fievez » de leur prévôté. De fait, durant les premières semaines de septembre, les nobles eux-mêmes, ou bien ceux qui les remplaçaient, s’ils ne pouvaient servir en personne, mais également des « gentilles femmes » qui promettaient de trouver en temps voulu un combattant pour assurer leur service, répondirent aux convocations. Des listes furent établies, regroupant par prévôté d’une part les gens d’armes armés et montés, d’autre part, les nobles à pied « a haubert et bachinez ». Pour le bailliage d’Amiens proprement dit, ces listes comprennent 1 115 hommes d’armes, dont 12 chevaliers bannerets parmi lesquels la « dame de Lonvillers, heritiere », et 462 nobles servant à pied. Or, neuf ans plus tôt, au témoignage de l’« état des feux » de 1328, le bailliage d’Amiens comptait 1 144 paroisses80. A supposer — ce qui paraît vraisemblable — que ses limites n’aient pas changé dans l’intervalle, on voit qu’en moyenne il y avait un homme d’armes par paroisse, ce qui indiquerait, surtout si l’on ajoute les gentilshommes de pied, une participation massive de la noblesse, dans cette région il est vrai toute proche de la menace anglaise. Puis, le 14 septembre, devant les trois commissaires royaux, comparurent les baillis de Saint-Omer, de Hesdin et de Calais ainsi que plusieurs autres officiers d’Eudes IV, duc de Bourgogne et comte d’Artois, qui leur demandèrent de fixer une « journée » où ils apporteraient par écrit les noms de tous les nobles du comté d’Artois. Le rendez-vous fut prévu à Arras pour le 18 septembre ; mais là, le bailli d’Artois déclara, au nom du comte, être en possession de lettres de Philippe VI, en date du 23 juillet, l’autorisant à ne pas fournir cette liste aux officiers royaux et lui permettant d’agir librement par l’intermédiaire du personnel comtal. Les commissaires royaux se bornèrent donc à inscrire les noms des nobles de la prévôté de Beauquesne, de la « chastellerie » d’Aire et de celle d’Oisy, « qui sont exempts et hors dudit conté d’Artois »81. Si donc, contrairement à ce que Louis X avait consenti en 1315, les ordres du roi, en 1337, étaient, dans le bailliage d’Amiens proprement dit, transmis et appliqués à tous les niveaux de la hiérarchie féodale par ses propres officiers, en revanche, pour les grands fiefs, le problème se posait différemment : l’application de ses ordres y résultait d’un accord personnel entre le roi et les princes territoriaux ; bien mieux, ces derniers, une fois cet accord obtenu, faisaient agir leurs officiers. De fait, on constate qu’Eudes IV opéra dans son fief d’Artois de la même manière que le roi dans les régions qu’il contrôlait directement : en 1340, des lettres furent adressées de la part du comte à tous les baillis d’Artois ainsi qu’au sénéchal du Boulonnais, faisant mention « que il fassent savoir a tous les nobles de leur baillies qu’il fussent en armes et chevaus » quand le comte les manderait « pour aler ou il vouroit mener »82. Ces ordres furent bien exécutés : dans la « bataille » que le duc de Bourgogne et comte d’Artois réunit et commanda la même année, lors de l’ost de Bouvines, la seule noblesse d’Artois fournit un contingent de près de 500 hommes d’armes : 6 bannerets, 92 chevaliers et 397 écuyers83. A cette date, tout comme le roi chez lui, les princes territoriaux pouvaient donc convoquer et atteindre directement, pour leurs guerres84 aussi bien que pour celles qu’ils menaient au service du souverain, l’ensemble des possesseurs de fiefs de leur principauté, quand bien même ils ne leur prêtaient pas directement hommage. En cas de refus, tout comme le roi, les princes confisquaient les fiefs et s’en appropriaient les revenus85. Mais les possibilités d’action du roi dans leur domaine dépendaient de leur bonne volonté : s’ils consentaient à se comporter en « amis, alliés, sujets, vassaux ou parents » « féaux et loyaux », alors le roi pouvait compter sur l’aide de leur noblesse ; si, au contraire, tel Bernard-Ezi, sire d’Albret, au début de la guerre de Cent ans, ils ne ralliaient pas sa cause, il n’avait pas de moyen d’action juridique et pratique pour exiger le service de l’ensemble de leurs tenants en fief86.

  • 87 Delisle, Saint-Sauveur, p. j. 82, p. 113—114.
  • 88 B. M., Add. Ch. 25827.
  • 89 Viard, « Lettres d’état sous le règne de Philippe VI ».
  • 90 B. N., fr. 25996, n° 235. Cf. aussi la mention de gens d’armes de la sénéchaussée de Toulouse venu (...)

36Le mandement du roi pouvait s’étendre à tout le royaume ; il pouvait également n’être que régional, et dans ce cas, être promulgué en son nom par ses capitaines et lieutenants généraux87. Pour permettre aux nobles de répondre à la convocation et, plus encore, pour éviter les mauvaises excuses, un moratoire des dettes était publié88. Des lettres d’état suspendant toute action judiciaire étaient libéralement accordées par le roi à ceux qui le servaient « en armes et en chevaux »89. En principe, les nobles ainsi semons ne pouvaient quitter l’armée royale qu’après avoir obtenu leur congé90.

  • 91 Ainsi en 1340 (B. N., fr. 25997, n° 311 ; Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes, p. 26 (...)
  • 92 « Que l’on face crier et assavoir que tuyt li gentilhomme qui ne sont aysié de chevaulx convennabl (...)

37Les convocations générales des nobles furent plus fréquentes que l’arrière-ban ; même les années où l’arrière-ban fut levé, elles précédèrent souvent de plusieurs semaines sa proclamation91. C’est donc là un mode de recrutement plus normal, plus régulier, que les états, lors de la crise de 1356—1359, ne songèrent ni à limiter ni à contrôler. Par le jeu des amendes et des subventions, ces semonces pouvaient procurer de l’argent à la monarchie. Cependant elles étaient essentiellement destinées à fournir des hommes, servant à pied mais surtout et de plus en plus à cheval, même si, depuis Crécy, la cavalerie combattait généralement « démontée » au cours des batailles92.

  • 93 Cf. infra, p. 70.

38Le rendement de ces convocations variait en fonction des circonstances et des nécessités politiques, militaires, économiques, sociales. En particulier, avant chaque campagne, le roi et son entourage établissaient une estimation des effectifs souhaitables ; selon l’importance de cette estimation et compte tenu de l’apport fourni par les autres types de recrutement, ils décidaient une convocation plus ou moins large et surtout plus ou moins stricte. Il semble que jusqu’à Crécy et Calais, une foule de nobles ait répondu, avec un minimum de contrainte, aux mandements de Philippe VI : en septembre 1340 par exemple, sur 28 000 hommes d’armes soldés par le roi, dans le Nord comme dans le Midi, environ 20 000 viennent de toutes les régions du royaume de France, à l’exception de la Guienne anglaise et de la Bretagne ; sur ce total, on compte plus de 200 chevaliers bannerets et à peu près 3 000 chevaliers bacheliers93. Les premiers désastres, les retards dans le payement des gages, les mutations monétaires, la Peste noire, le renchérissement temporaire des vivres, l’effritement de l’autorité royale, tout contribua, à partir de 1348, à tempérer fortement le bel enthousiasme des premières années : il est fort vraisemblable qu’à Poitiers, Jean le Bon disposa de moins d’hommes que dix ans plus tôt son père à Crécy. Toutefois, les contemporains n’attribuèrent pas les défaites successives à un manque d’hommes. En revanche, tout comme l’arrière-ban, l’appel des nobles aboutissait au rassemblement de forces mal organisées, disparates, dénuées d’expérience ; ni financièrement ni militairement, il ne répondait aux exigences d’une guerre de longue durée, d’un effort prolongé ; son seul intérêt était d’assurer au roi une supériorité numérique dans le cadre d’une campagne courte, dont le point culminant devait être une bataille rangée. A partir du moment où le futur Charles V, en 1359, prit la décision de ne plus heurter de front l’adversaire, mais de le laisser s’user dans des escarmouches secondaires et dans des chevauchées dépourvues de résultats tactiques durables, la semonce générale des nobles perdit une grande partie de sa raison d’être, un recrutement plus souple parut dès lors préférable.

Les contingents des villes

  • 94 Guesnon, « Documents inédits sur l’invasion anglaise », p. 18—26 ; Chron. premiers Valois, p. 90.
  • 95 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 160, n° 717.
  • 96 Ord. Roys, t. III, p. 360—362 et t. V, p. 66—69.
  • 97 A.N., K 47, n° 10 (1351).

39Comme on l’a vu, les villes, à l’occasion de l’arrière-ban ou d’une convocation similaire, devaient répondre aux mandements royaux par l’envoi de combattants : hommes d’armes à cheval, sergents, arbalétriers, pavesiers à pied94. Ainsi qu’on l’indiquera plus loin, certaines villes devaient également des services au roi, en tant que ce dernier était leur seigneur. Mais il existe aussi des mandements royaux adressés aux villes ne comportant aucune base proprement contractuelle : le 8 avril 1360 par exemple, le régent écrit aux Rémois de lui envoyer sans délai, pour l’aider à lutter contre les Anglais établis devant Paris, « par devers le costé de Saint Marcel », la « meilleure compagnie de gens d’armes » qu’ils pourront. Sa requête est seulement fondée sur « toute la feauté et amour » qu’ils ont pour le roi et lui-même95. De plus, à partir du milieu du 14e siècle, la monarchie favorisa la création, dans un nombre croissant de villes, de compagnies d’arbalétriers et d’archers devant s’exercer régulièrement ; leurs membres recevaient divers privilèges, en particulier l’exemption de la plupart des impôts royaux ; ces francs-archers ou francs-arbalétriers avant la lettre étaient chargés de défendre leur ville ; il leur fallait également répondre aux mandements royaux, dans les mêmes conditions, en somme, que les possesseurs de fiefs96. La semonce des nobles et des contingents urbains peut donc passer, du point de vue militaire, comme un substitut efficace à l’arrière-ban, fournissant au roi, selon les conceptions du temps, les forces nécessaires en cas d’effort soutenu ou de danger important : une masse d’hommes d’armes et un nombre relativement restreint de gens de trait possédant en principe une certaine qualification technique97.

Les services particuliers dus au roi

40Le roi pouvait encore compter sur les services d’ordre militaire qu’on lui devait. Ceux-ci ne résultent pas d’une obligation générale, pesant indistinctement sur telle catégorie ou sur l’ensemble de ses sujets, mais d’une multitude d’obligations particulières auxquelles sont soumis, en vertu de liens d’origine et de nature diverses, nombre d’individus ou de communautés.

  • 98 Hist. France, t. XXIII, p. 753 sq.
  • 99 Brussel, Usage des fiefs, t. II, p. LXII—LXVI. Voir aussi, pour 1’Auvergne, E. Boutaric, Actes du (...)

41Ces liens peuvent être féodaux. Comme tout seigneur, le roi a des vassaux qui lui doivent, à cause des fiefs dont il les a investis, des services de nature militaire : ost, chevauchée et garde, voire prestations en nature — un cheval, des éperons, une épée, une lance... La nature de ces services, leur importance, sont fixées par les coutumes propres à chaque province ; il arrive, mais ce n’est pas la règle, du moins au 14e siècle, qu’ils soient énumérés dans les aveux et dénombrements conservés individuellement ou en registres dans les archives des différentes chambres des comptes. Or, les vassaux du roi se comptaient par centaines, par milliers. Ils ressortissaient à des coutumes nombreuses. On imagine la difficulté pour le roi et ses agents d’exiger ces services, les multiples contestations qu’ils pouvaient susciter. Un document de 1272 relatif à l’ost de Foix montre la variété des services que les vassaux du roi avouaient lui devoir : le comte de Ponthieu devait 5 chevaliers pendant 40 jours ; le comte de Blois, 10 chevaliers pour le comté de Champagne, mais aux dépens du roi, « en allant et revenant ». Un certain Jean de la Bretonnière reconnaissait devoir servir pendant 40 jours mais ignorait aux dépens de qui ; un chevalier devait 5 jours, un autre 20, un autre 25, un autre 33 « pour la tierce part de II chevaliers et demi »98. En 1315, les nobles du comté de Champagne soutenaient que lorsque le roi les mandait pour le service d’ost et de chevauchée, sa semonce devait avoir lieu « dedans les termes de Champaigne » ; ils affirmaient en outre qu’il pouvait les mener à l’intérieur du comté moyennant certains gages, mais que, s’il les entraînait hors du comté, c’était « a tous frais et a tous cousts », autrement dit qu’il devait alors les entretenir intégralement99.

42A la rigueur, il n’eût pas été impossible aux agents du roi d’exiger ces services, quelles que fussent leur variété et leur incertitude. Si on laisse de côté la question des limites géographiques, deux moyens eussent été praticables. Le premier aurait été de faire « recevoir » les vassaux du roi par les maréchaux de France le jour de leur arrivée à l’ost, puis, à une deuxième reprise, une fois écoulé le temps de leur service gratuit. D’où l’établissement de deux montres, la seconde seule étant transmise aux organismes payeurs — trésoriers des guerres et clercs des arbalétriers — pour servir de point de départ au versement des gages. Mais, du fait que, pendant la campagne militaire, les maréchaux ne pouvaient disposer des documents écrits permettant d’établir la nature et la durée du service, tout le système aurait reposé sur les affirmations des vassaux eux-mêmes, puis, au prix d’un énorme contentieux, sur les vérifications des gens des comptes après les hostilités. Quant au second moyen, il aurait consisté à ne « recevoir » les vassaux qu’une seule fois, à leur arrivée, à comptabiliser les jours de service effectués, puis, lors de l’apurement des comptes, à défalquer du total la période de service gratuit.

43Or, l’existence d’une double série de montres, impliquée par le premier système, ne se constate jamais. On pourrait certes imaginer que les seules à être conservées ont été les montres de caractère financier, transmises à la Chambre des comptes par les trésoriers des guerres en même temps que les quittances destinées à justifier leurs opérations ; les premières montres auraient été détruites au moment de la rédaction des secondes. Mais c’eût été ne pas prévoir les contestations possibles et s’en remettre uniquement à la bonne foi des vassaux. Si on voulait confronter leurs déclarations avec les documents écrits, il fallait de toute évidence conserver les deux séries de montres. On peut donc penser que le premier système n’a pas été pratiqué.

  • 100 A cette date, écuyer à prix : celui dont le cheval vaut au moins 25 l. t. ; écuyer à non prix : ce (...)
  • 101 B. N., n.a. fr. 9241, f° 133r°.
  • 102 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.
  • 103 B. N., n.a. fr. 9239, f° 215r°.
  • 104 Ibid., 9237, p. 694—696.
  • 105 Infra, p. 54.
  • 106 Chron. reg. Franc., t. II, p. 162.
  • 107 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. j. 35, p. 136—140.
  • 108 B. N., Clair. 37, n° 90.

44Le second, en revanche, est d’autant moins invraisemblable que d’une part les trésoriers des guerres calculaient effectivement le nombre exact de jours, aller et retour compris, qu’avait duré le service de chaque homme d’armes ou groupe d’hommes d’armes et que, d’autre part, au début de la campagne, ils n’accordaient aux hommes d’armes que des prêts et ne complétaient leur payement qu’une fois la totalité du service connue et accomplie. Imaginons un vassal devant au roi un service de 40 jours, aller et retour compris : il a servi 80 jours, plus 8 jours pour ses déplacements ; il a reçu au départ un prêt de 15 jours ; le trésorier des guerres, au terme de sa campagne, ne lui doit donc pas 88 jours moins 15, soit 73 jours, mais 88 jours moins 15 moins 40 soit 33 jours. De fait, le compte de la « semonce de Compiègne » d’octobre 1346 comporte la mention suivante : « Jehan de Mondrainville, au pris, et un escuyer, a non pris100, des le IXe jour d’octobre jusques au XXVIIe jour dudit mois, par XIX jours, et pour leur venue de Saint Jorre d’Aunay a Compieigne et retour audit lieu, par XII jours, sont XXXII jours, dont on rabat X jours de service que il devoit au roy nostre seigneur. Restent XX jours »101. Dans la montre du maître des arbalétriers, en 1338, parmi les 135 nobles de la prévôté et vicomté de Paris servant à cheval, 6 « ne doivent prendre nul gaige pour certain service qu’il doivent au roy »102. Un compte de 1340 renferme la mention : « L’evesque de Miaus, oultre les gens de quoy il servoit a ses despens le roy »103. On relève dans un autre compte de la même année la mention des services accomplis par plusieurs villes de Languedoc : c’est ainsi que le connétable de la commune de Montauban servit avec 69 sergents de pied du 4 septembre au 14 octobre 1340, soit pendant 47 jours, mais ils ne furent payés que pour les 7 derniers jours. La même règle fut appliquée pour d’autres communes : Figeac, Caussade, Gourdon104. Manifestement, Philippe VI utilisa ici le service de quarantaine que lui devaient à leurs dépens de nombreuses communautés méridionales105. Toujours en 1340, au cours de l’ost de Bouvines, le duc Jean de Bretagne aurait servi gratuitement le roi avec 1 500 hommes d’armes106. L’année précédente, le comte de Hainaut, s’acquittant de sa foi et loyauté envers Philippe de Valois demeura à son service pour l’aider à défendre son royaume, avec tous ses gens d’armes, à ses coûts et frais jusqu’au terme de la campagne107. Le 25 août 1346, Jean de Keursy, sire de Minet, chevalier du roi et lieutenant du maître des arbalétriers, envoie à Jean de l’Hôpital, clerc des arbalétriers, la montre de Jean de Crespy, bailli de Sens, et des gens d’armes de son bailliage servant « sous lui » au nombre de 158, parmi lesquels 4 « ne sont mie auz gaiges du roy »108.

  • 109 B. N., p. o. 751, dossier Chilly, n° 2 et 3 et p. o. 2940, dossier Vaucelles, n° 2. Cf. aussi Froi (...)

45Toutefois, les notations de ce type sont rares. De plus, rien n’indique que les deux premiers exemples cités concernent les obligations féodales d’ost et de chevauchée. Le service offert par le duc de Bretagne en 1340 dépassait très largement les obligations résultant de l’hommage lige qu’il prêtait traditionnellement au roi de France. Enfin, on a la preuve que des services gratuits pouvaient avoir une origine autre que féodale : en 1342, Pierre de Chilly, chevalier, avait emprunté à des usuriers lombards 370 l. t., faible monnaie. Philippe VI ayant confisqué leurs biens, il se trouvait donc redevable de cette dette au roi, qui lui permit de s’en acquitter en le servant avec 4 hommes d’armes à ses dépens « jusques a la value de la dicte somme », soit « par l’espace de IIII moys ». Ce qu’il fit, en sorte que le 14 juillet 1348, le roi pouvait attester aux gens de son secret conseil à Paris que Chilly ne lui devait plus que 13 jours de service109.

  • 110 A l’exception, semble-t-il, de la Normandie (Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 912—913 : 13 (...)
  • 111 Enumération de services pour le Poitou, datant sans doute de la première moitié du 14e siècle dans (...)

46Tout porte à croire en fait que le dernier document indiquant la volonté de la monarchie d’obtenir l’ensemble des services traditionnels qu’on lui devait est celui de 1272. Dans une grande majorité de cas, dès le début du 14e siècle et, a fortiori, au moment où commence la guerre de Cent ans, elle prit à peu près complètement le parti de négliger l’innombrable variété des services coutumiers qu’elle était en droit d’obtenir de ses vassaux110. Pendant longtemps encore, ces services continuèrent d’être portés dans les hommages, aveux et dénombrements111 ainsi que dans les coutumiers provinciaux, mais ils ne répondaient plus à rien de réel, ils n’étaient plus qu’une survivance, une reprise inlassable d’antiques formules qu’on ne se résolvait pas à abandonner.

  • 112 Dubois, De recuperatione Terre Sancte, p. 118—119.

47Si le roi renonça à ces services traditionnels, ce n’est pas seulement qu’il les considérait comme inadaptés aux nouvelles conditions de la guerre ; c’est aussi qu’avec le droit de convoquer l’ensemble des fieffés, il disposait désormais d’un pouvoir d’une toute autre portée : celui d’utiliser, sans limite de temps ni d’espace, les services de ses arrière-vassaux au même titre que celui de ses vassaux. Vis-à-vis du souverain, les obligations militaires des uns et des autres étaient devenues identiques ; elles ne dépendaient plus de la nature du lien, mais de la valeur du fief. Cette uniformisation s’exerçait au détriment des arrière-vassaux du roi et à l’avantage de ses vassaux directs, mais c’est en vain qu’au début du 14e siècle Pierre Dubois protestait contre ce qu’il tenait pour une injustice majeure : « De même, pour les duchés, les comtés, les baronnies, les châtellenies et autres fiefs que le seigneur roi a acquis depuis cent ans, il doit demander le même nombre de combattants que demanderaient et auraient, s’ils avaient ces fiefs, ceux dont il a pris la place et dans les droits desquels il a succédé. Le seigneur roi doit aussi contraindre chacun de ses vassaux, ducs, comtes, barons, châtelains, chevaliers, et de façon générale ceux qui lui doivent des services déterminés, à rendre et accomplir ces services sans tromperie ni diminution ; il ne doit pas leur en abandonner une partie ni négliger de les exiger, au détriment de ceux qui ne doivent être convoqués que par le moyen de l’arrière-ban. Or, on raconte que le seigneur roi, ne tenant pas compte de ce qui précède et confiant sa personne et son gouvernement à ses conseillers, a pris l’habitude d’appeler parfois pour sa guerre, à ses gages, les comtes, barons, chevaliers et écuyers qui, devant le service des armes, devraient combattre à leurs frais et s’acquitter de leurs fiefs par le service des armes »112.

  • 113 Au contraire de l’arrière-ban ? Cf. B. N., lat. 14660, f° 184r° : « Nota que toutesfois que arrier (...)
  • 114 Delisle, Saint-Sauveur, p. j. n° 82, p. 113—114 ; Vuitry, Régime financier de la France, t. II. p. (...)
  • 115 Chron. Jean II Ch. V, p. 237. On notera ce délai d’un mois, différent des 40 jours d’ost coutumier (...)
  • 116 Cazelles, Lettres closes, p. 187, n° 184.
  • 117 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 220—221.
  • 118 Lyon, From Fief to Indenture, p. 301, d’après A.N., J 524, n° 31.

48Pierre Dubois souligne ici opportunément l’un des traits essentiels de cette sorte de nouveau service féodal que constitue la semonce des nobles : il n’est pas gratuit113 ; les nobles doivent servir, mais ils sont payés dès le premier jour à un taux identique à celui que le roi offre aux volontaires. Bien mieux : jusqu’aux environs de 1360 leurs déplacements entre leur lieu d’origine et le théâtre d’opérations sont comptés114, Même si les retards de solde entraînent dans la pratique des services gratuits, le principe demeure sauf. C’est exceptionnellement, par pur don, que les nobles proposaient, comme en 1358, de servir un mois à leurs dépens115. Encore la monarchie répugnait-elle à ces solutions, car elle savait ne pouvoir compter sur une aide militaire efficace que dans la mesure où elle payait ses combattants : en 1347, à une date où ses difficultés financières étaient à leur comble, Philippe VI repoussa formellement la suggestion de la reine de demander aux nobles de l’Ile-de-France un service à leurs propres frais pendant un certain temps116. Même les gentilshommes servant à pied se voient offrir une solde117. Les gages du roi : tel est le grand fait qui explique, conjointement à l’établissement ou à la consolidation de ses privilèges fiscaux, la facilité avec laquelle l’ensemble de la noblesse admit cette xetension considérable du pouvoir monarchique et répondit largement aux mandements des souverains à travers tout le 14e siècle. Cependant, si le roi négligea le plus souvent les services particuliers de ses vassaux, préférant englober ces derniers dans la masse anonyme des tenants en fief du royaume, voire de l’ensemble de la noblesse — tout comme d’ailleurs à la même époque, le faisaient chez eux la plupart des princes territoriaux— les services déterminés d’une certaine catégorie de fiefs continuaient d’être exigés, encore au début de la guerre de Cent ans : les fiefs-rentes. Le 8 juillet 1332, par exemple, Jean III, duc de Brabant, prête hommage lige à Philippe VI, qui lui consent une rente annuelle viagère de 2 000 1.t. En échange, le duc s’engage à servir le roi dans ses guerres contre tous, l’empereur germanique excepté, avec 200 hommes d’armes à ses dépens, 2 mois par an, aller et retour compris. Au-delà de ce laps de temps, le roi doit verser des gages identiques à ceux qu’il accorde à ses autres hommes d’armes ; plusieurs convocations peuvent avoir lieu chaque année ; si le roi veut demander une quantité plus grande de gens de cheval ou de pied, tout le surplus sera soldé par ses soins dès le premier jour118. La convention n’était pas désavantageuse pour Philippe VI puisqu’elle lui procurait des hommes étrangers au royaume, qu’il n’aurait eu, autrement, aucun moyen d’atteindre et que, par ailleurs, 2 mois de service gratuit pour 200 hommes représentaient une économie de 4 420 l. t. à compter la solde journalière de l’homme d’armes à 7 s. 6 d. t., soit plus du double du montant du fief-rente.

  • 119 Cité par Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 22, d’après A. N., J 432, n° 3, 3bis et 11.
  • 120 Cordey, Comtes de Savoie et France, p. 291, p. j. 13 ; Lyon, From Fief to Indenture, p. 308, d’apr (...)

49Toutefois, quelques années plus tard, les clauses des contrais de ce type s’étaient en général modifiées, comme en témoignent les deux traités d’alliance conclus successivement entre le roi de Bohême et son fils d’une part, et Philippe VI, de l’autre. Selon le premier, en date de janvier 1332, le contingent qui devait être fourni au roi de France avait été fixé à 400 hommes d’armes si la guerre se déroulait sur les frontières de la Champagne, du Vermandois et de l’Amiénois, à 300 si elle se passait dans une région plus éloignée. Mais dans les deux cas, les hommes d’armes devaient servir aux frais du roi de Bohême ; au contraire, selon le traité du 6 août 1337, le contingent, porté à 500 hommes d’armes, devait servir « aux gages et restors du roy de France » ; bien mieux : pour leur « arroy et inonteure », Jean de Bohême recevait la somme de 30 000 l. p.119. De fait, aussi bien pour l’alliance conclue en 1347 avec Guillaume, comte de Namur que pour celle passée en 1338 avec le comte de Genève le roi de France paye dès le départ les gens de guerre qu’on lui offre120.

50Cependant, à partir du milieu du 14e siècle, le nombre et l’importance des fiefs-rentes ou des contrats similaires diminuent singulièrement. Tout se passe comme si cette institution ne correspondait plus ni aux besoins, ni aux possibilités de la monarchie. Les fiefs-rentes en effet coûtaient cher, puisqu’au versement de la rente annuelle s’ajoutait la solde des gens de guerre que le vassal devait fournir ; or, cette solde était identique à celle que recevaient les mercenaires de type courant. Les exigences financières résultant des fiefs-rentes se faisaient sentir d’autant plus que les ressources de la monarchie allaient en diminuant. Par ailleurs, l’expérience fâcheuse des premières années de la guerre n’incitait pas les seigneurs étrangers à contracter de semblables engagements. Enfin, il ne s’agissait plus pour le roi désormais de réunir pendant une courte période de l’année le plus grand nombre possible de combattants ; cette politique avait manifestement échoué sur le plan militaire ; il valait mieux disposer plus longuement d’éléments restreints et de qualité : or, à cet égard, le fief-rente n’était pas l’institution la mieux adaptée puisqu’il visait surtout à procurer des effectifs d’appoint.

  • 121 A. N., JJ 55, n° 63 et 58, n° 423 ; B. N., n. a. fr. 7413, f° 64—66.
  • 122 Ibid., 7606, f° 40.
  • 123 Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes, p. 372—373.

51Un des résultats de l’abandon des services traditionnels fut que le roi n’exigea plus le service militaire des prélats. En 1317, Philippe V convoqua pour l’année suivante, en même temps que 309 nobles de haut rang, 8 archevêques, 50 évêques des différentes parties du royaume, ainsi que de Normandie 6 doyens, 41 abbés, 3 prieurs et 4 abbesses. En 1319, il mande aux prélats de Normandie d’envoyer à Arras, à la quinzaine de la Madeleine, les hommes d’armes qu’ils sont tenus de lui fournir et, au-delà de ce nombre, autant qu’il leur plaira, dans la mesure où ils désirent défendre son honneur. Pour l’ost de Buiron-fosse de 1339, Hugues de Vienne, chevalier, sert « pour l’arcevesque de Lyon » et un autre chevalier, Jean Fandra, « pour l’evesque de Clermont »121. Encore en 1346, Fouques, évêque de Paris, reçut de Philippe VI l’ordre de fournir le nombre de chevaliers qu’il devait au roi ; en conséquence, par l’intermédiaire de ses sergents, il manda à ses vassaux de se tenir prêts à l’accompagner lorsqu’il rejoindrait l’armée122. En 1348, Jean le Bon, alors duc de Normandie, fit « crier generalment » à travers son duché que « tous prelas, gens d’egliae, nobles et autres qui estoient tenus a [lui] faire service en temps de guerre » l’accomplissent123. Mais après le milieu du siècle, de telles mentions deviennent exceptionnelles : à partir du moment où le roi néglige les services d’ost et de chevauchée traditionnels et préfère ceux, indifférenciés, de tous les tenants en fief, les évêques, qui ne tiennent pas leur bénéfice comme un fief du roi, sont pratiquement dispensés de ce service, auquel en revanche restent astreints leurs propres vassaux et arrière-vassaux.

  • 124 Arch. hist. Poitou, t. XI, p. 340—341, d’après A.N., JJ 67, n° 72.
  • 125 A. N., J 624, n° 18.
  • 126 Petit, Essai, p. 191—200, n° 37 et A. N., J 621, n° 89.
  • 127 A. N., J 623, n° 106.
  • 128 B. N., fr. 1223, f° 5v°.
  • 129 « C’est assavoir que, quant ilz furent a Paris, ilz furent aus despens du Roy, si comme il appert (...)

52Toutefois, il est un service coutumier que le roi continua d’exiger assez régulièrement : celui d’un certain nombre d’abbayes et monastères qui lui devaient soit des sergents, des chariots ou des charrettes, soit une redevance équivalente en espèces. En 1329, par exemple, Philippe VI accepte une contribution de 200 1.t. payée par l’abbé de Saint-Maixent, pour le rachat de l’obligation qui lui incombait de lui fournir 50 sergents de pied en temps de guerre124. En 1326, Charles IV manda à ses baillis d’avertir les religieux et autres personnes de leur bailliage de fournir pour la guerre de Gascogne les chariots, charrettes et sommiers qu’ils doivent. 55 abbayes des bailliages de Chaumont, Vitry, Sens, Rouen, Gisors, Amiens, Troyes, Senlis, Vermandois, Bourges et Orléans et de la prévôté de Paris devaient en tout 20 chariots, 7 charrettes et 32 sommiers. En fait, certaines d’entre elles, comme Saint-Maur-des-Fossés, ne paraissent pas avoir rempli leurs obligations ; mais d’autres les dépassèrent, d’assez nombreuses villes fournirent leur apport, et le roi put disposer de 41 chariots et 62 charrettes125. En 1328, pour l’ost de Flandre, villes et abbayes firent un effort moins insignifiant126. En juillet 1355, les bailliages touchés furent les mêmes qu’en 1326, à l’exception de celui de Rouen, remplacé par celui de Chartres. Les baillis devaient exiger ce qui était dû au roi par 60 abbayes et 2 « villes » : 20 chariots, 20 charrettes et 26 sommiers ; ils se procurèrent également d’autres chariots, charrettes et sommiers « non deus », qui montèrent à 294 charrettes, 121 chariots et 125 sommiers127. On voit donc qu’eu égard aux dimensions de l’effort militaire royal, les services de ce type étaient modestes ; de plus, selon la coutume, ils ne pouvaient être exigés que si le roi lui-même allait à l’ost ; or, à partir de 1356, non seulement, momentanément, il se trouva dans l’incapacité de mener la guerre lui-même, mais encore, par la suite, on jugea longtemps plus prudent de ne pas risquer un nouveau Poitiers128. Enfin, ces services étaient d’autant moins intéressants qu’en 1326 et 1328 au moins, et probablement aussi en 1355, chevaux, convers et valets furent entretenus aux dépens du roi à partir du moment où ils arrivèrent à Paris à raison de 20 d. t. par cheval et par jour, 18 d. t. par convers, 12 d. t. par valet129.

  • 130 Borrelli de Serres, Recherches, t. III, p. 467—527 et surtout 505 sq.
  • 131 Arch. hist. Poitou, t. XLIV, p. 373—382 ; t. XLVI, p. XXVII sq. et 61 sq.
  • 132 A. N., J 167, n° 2.
  • 133 Hist. Languedoc, t. X, col. 671—676. Sur les obligations militaires des habitants de Lunel en 1295 (...)
  • 134 Inv. arch. Toulouse, AA 5, n° 161.
  • 135 Ménard, Hist. Nîmes, t. II, n° 63, p. 113—114.
  • 136 Hist. Languedoc, t. X, col. 884—885.
  • 137 Thierry, Monuments de l’histoire du Tiers-Etat ; t. I, p. 476.
  • 138 B. N., Languedoc 159, f° 82, cité par Lehoux, Duc de Berri, t. I, p. 68, n. 2 et p. 96, n. 5. De m (...)
  • 139 Dictus dominus locumtenens dictam appellationem non admizit tanquam frivolam et inanem et interjec (...)

53Tout comme ses vassaux, tout comme certains prélats et certaines abbayes, plusieurs villes devaient à leur seigneur-roi des services déterminés : sergents, charrettes et charrois. Ces redevances sont énumérées dans les prisées du service roturier, qu’on peut suivre à partir de 1194130. Encore dans la première moitié du 14e siècle le roi convoqua les communes de certaines villes en vertu des services traditionnels qu’elles lui devaient : en 1324, le sénéchal de Poitou, Pierre-Raimond de Rabastens, mande aux sergents royaux d’ajourner de par le roi un certain nombre de villages autour de Poitiers qui doivent « especiaument host et chevauchée » au roi « en la secte do mayre et de la commune de Poyters » ; la liste des hommes fournis par ces villages monte à 171 sergents, auxquels s’ajoutaient vraisemblablement les hommes de la prévôté de Poitiers, de l’abbaye de Montierneuf, du chapitre de Saint-Hilaire et du bourg de Saint-Hilaire-de-la-Celle. Ce service d’ost et de chevauchée qui reposait sur les chartes de 1214 et 1222 fut exigé de nouveau en 1334, 1336, 1337, 1338, 1339, 1340, 1342 et 1345. Après cette date, il n’en est plus fait mention131. En 1328, les habitants de Clermont-de-l’Oise adressèrent une supplique au roi parce que le bailli de Senlis voulait les forcer à se rendre à l’ost de Flandre, contrairement à leurs anciens privilèges132. La même année, ceux de Lunel refusèrent d’aller à l’ost du roi parce qu’ils n’étaient pas tenus de participer à la guerre en chevaux et en armes. Les lettres de Philippe VI disaient en effet que « ceux-là doivent être contraints d’aller à la dite guerre qui tiennent quelque chose en fief du roi notre seigneur, à cause desquels fiefs ils sont tenus d’aller en armes et en chevaux ». Or les gens de Lunel soutenaient ne pas avoir de tels fiefs. Ils prétendaient également ne pas devoir la « quarantaine au roi notre seigneur » ; s’ils l’avaient accomplie dans d’autres circonstances, c’était contraints et forcés. Il y avait donc selon eux à la base de toute obligation militaire l’existence de services déterminés. En leur absence, ils ne devaient rien. Mais le lieutenant du sénéchal de Beaucaire et de Nîmes n’admit pas leur interprétation et leur enjoignit de fournir un homme suffisamment armé par maison afin de suivre le sénéchal et d’accomplir leur quarantaine tout comme les autres habitants de la sénéchaussée133. Le 23 février 1339, le sénéchal Pierre de la Palu notifia aux viguier et juge de Toulouse qu’il avait prescrit aux capitouls de diriger sur Penne d’Agenais, tous les bourgeois de la ville en état de porter les armes, afin de servir le roi en ses guerres pendant 40 jours134. En 1340, Philippe VI ordonna pareillement au sénéchal de Beaucaire de faire crier que tous ceux tenus à lui faire « quarantaine pour ses guerres » fussent prêts à remplir leurs obligations quand ils en seraient requis135. Le 23 mars 1341, les habitants de Montpellier furent convoqués à l’ost du roi, chaque maison devant fournir un sergent convenablement équipé pour accomplir le service de quarantaine136. En 1340, Philippe VI accorda une lettre de non-préjudice à la ville d’Amiens : celle-ci avait en effet envoyé à l’armée du roi un certain nombre de ses habitants qui avaient servi plus de quarante jours et elle craignait que ce service ne créât un précédent137. Enfin, en 1356, le fils de Jean le Bon, Jean, comte de Poitou et lieutenant de son père en Languedoc, prescrivit à son propre lieutenant, le comte d’Armagnac, de mander l’« ost général » (exercitus generalis) en vertu duquel tous les hommes, de quatorze à soixante ans, devaient se trouver à Toulouse, en armes et en chevaux, chacun selon son état, pour suivre le lieutenant du roi pendant 40 jours à leurs dépens, de par la fidélité et le serment auxquels ils étaient astreints envers le roi138. Toutes ces contributions, exigées par le roi, non en tant que souverain, mais en tant que seigneur, prêtaient à contestation : pour passer outre, les agents du roi devaient fréquemment alléguer non point tel droit déterminé possédé par leur maître, mais la notion, abstraite et générale, de défense du royaume139.

  • 140 A. N., J 623, n° 106 sq.

54Ces services pouvaient se traduire par des commutations en argent. Par définition, on ne les relève que dans le domaine royal. A partir du milieu du 14e siècle, ils ne sont à peu près plus mentionnés : c’est que le roi agit à leur égard comme il l’avait fait à l’égard des services féodaux traditionnels, il les engloba dans les nouveaux services de caractère général qu’il imposait à l’ensemble des communautés du royaume. Cependant, en 1355, sans doute sous la pression des états, l’administration monarchique s’efforça, en utilisant les archives de la Chambre des comptes, d’énumérer un certain nombre de services traditionnels concernant la Languedoïl, de les tirer de l’oubli en les consignant dans un document écrit qui contient la liste des sommiers et charrettes dus par les abbayes, « le service que certains prelaz doivent au Roy et au duc de Normandie », enfin une « prisée des sergents » dont l’assiette avait été fournie par les registres de Philippe Auguste140. Rien ne montre que cette tentative, apparemment la dernière du genre, ait eu une portée pratique.

55Concluons : en 1369 au terme de la période évoquée ici, parmi les différents systèmes de recrutement reposant sur une obligation, l’un n’avait presque plus aucune importance : les services traditionnels dus au roi en tant que seigneur, tombés dans une désuétude quasi totale ; un second, l’arrière-ban, avait un intérêt militaire et même financier médiocre et aléatoire, il était d’utilisation politique délicate ; les deux derniers en revanche, définis plus récemment, étaient susceptibles de jouer un rôle important et s’accordaient à la fois aux réalités sociales et aux nécessités de la guerre : la convocation des nobles et celle des contingents urbains.

B. LES VOLONTAIRES

  • 141 Le terme de « mercenaire » se rencontre parfois, mais pour désigner les serviteurs à gages (Le Son (...)

56En dépit du nombre et de la variété des combattants que leur assuraient les divers modes d’obligations militaires, Philippe VI et Jean le Bon firent largement appel à des volontaires de toute origine. Mais entre les combattants accomplissant un service qu’ils devaient remplir et ceux s’engageant librement, de leur plein gré, la distinction est difficile à saisir. Il est frappant de constater qu’on ne saurait trouver, dans le vocabulaire utilisé à l’époque tant dans les sources narratives que dans les documents d’archives, un terme général désignant de façon spécifique les volontaires. En particulier, le mot de « soudoyer », d’emploi courant, ne s’applique pas seulement à ces derniers, puisque, comme on l’a vu, la plupart de ceux qui servent le roi en fonction d’une obligation perçoivent aussi des gages141. De plus, combien parmi eux sont en réalité des volontaires ? Tel seigneur doit, en vertu d’un fief-rente qu’il perçoit chaque année, servir le roi avec dix combattants ; pour recruter ce contingent, il fait appel à des volontaires ; lui seul stricto sensu servira donc en fonction d’une obligation. Le roi exige de telle ville 30 arbalétriers ; pour lever cette troupe, elle s’efforcera de recourir aux offres spontanées et c’est seulement dans la mesure où celles-ci seront insuffisantes qu’elle devra éventuellement désigner d’office un certain nombre de ses habitants. Opposer les volontaires aux non-volontaires est donc une tentative indispensable mais en partie anachronique, légitimée par nos curiosités contemporaines davantage que par les réalités de l’époque.

  • 142 Cf. les lettres adressées par Jean le Bon au Galois de la Baume, important seigneur bressan qui, s (...)
  • 143 Action des recruteurs royaux : Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 626—630 (1295) ; B. N., Languedo (...)

57Pour convoquer les gens de guerre servant en vertu d’une obligation légale, voire morale, le roi avait recours soit à des lettres particulières, adressées à un individu ou à une communauté, soit à des lettres générales, diffusées à travers le royaume par « cri public ». Pour réunir des volontaires, il pouvait également envoyer ses lettres142, mais aussi se fier à des agents recruteurs venant chercher les combattants sur place ; d’autres au contraire se rendaient d’eux-mêmes jusqu’au théâtre d’opérations, proposant leurs services soit à titre individuel, soit comme chefs d’une petite troupe143.

Retenue et lettres de retenue

  • 144 Joinville, Histoire de saint Louis, éd. N. de Wailly, Paris, 1867, p. 292.
  • 145 B. N., n.a. fr. 4736, f° 4v°.
  • 146 Cf. par exemple Lewis, « The Organization of Indentured Retinues in Fourteenth Century England » e (...)
  • 147 B. N., Clair. 193, n° 97 et 179, n° 18. Cf. aussi les diverses lettres de retenue incluses dans le (...)
  • 148 Froissart, Chron., t. IX, p. 81. On parle aussi de gens de guerre « hors » ou « hors la retenue » (...)
  • 149 B. N., Clair. 23, n° 120.
  • 150 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 168.
  • 151 B. N., Clair. 487, f° 88 (1369) et 194, n° 38 (1383).

58Quel que soit le mode de recrutement, entre le roi et ceux qui s’engagent à le servir dans sa guerre, il se créait un certain lien qui se trouve exprimé et contenu par et dans le terme de « retenue » ; autrement dit, le roi ou bien ceux auxquels il avait conféré ce pouvoir retenaient pour le fait de sa guerre des combattants à son service et à ses gages. Ce n’est pas là une pratique nouvelle ; elle existait déjà de longue date lorsqu’en 1248 Joinville, au cours de la septième croisade, fut retenu par Louis IX144. Ce n’est pas là non plus une pratique uniquement royale : dans ses Demandes pour la jouste, composées au milieu du 14e siècle, Geoffroy de Charny donne l’exemple d’un « riches home » qui « retient uns banneres » « pour certain fuer et pour la saison » ; désormais, ce banneret appartient à sa « retenue »145. Pour le service de son hôtel, tout seigneur « retient » des domestiques et des familiers. Ce n’est pas là davantage une pratique uniquement française, mais internationale, largement utilisée outre-Manche sous le nom de retinue146. Enfin, elle n’a pas nécessairement un caractère militaire : le roi de France retient tout aussi bien un conseiller, un secrétaire, un chambellan, un huissier147. Pour les gens de guerre, le contraire de la retenue est le « cassement ». Froissart raconte comment, après la prise d’Evreux, en 1378, les troupes françaises demeurèrent en Normandie sur ordre de Charles V, aucun des capitaines ne fut « cassé », tous demeurant « retenus et toudis paiiés avant de leurs gaiges »148. Le 13 octobre 1380, Louis d’Anjou mande au trésorier des guerres Jean le Flament de « casser des gaiges » du roi tous les gens d’armes « retenus » par Charles V pour le servir en ses guerres, en la compagnie et sous le gouvernement du duc de Bourgogne, à l’exception de 420 hommes d’armes qu’Olivier de Clisson, Jean de Bueil et Pierre de la Rocherousse ont « de retenue de pieça »149. Normalement donc, lorsque le roi retient un capitaine, ou des gens de guerre, il les retient à ses gages ; toutefois, des retenues sans gages ne sont pas impossibles : en 1391, Mérigot Marchés, l’un des plus célèbres parmi les « pilleurs » qui écumaient alors l’Auvergne, ne se souciant pas de respecter les trêves conclues entre la France et l’Angleterre, décida de poursuivre ses opérations de brigandage ; il fit alors appel à « toutes manieres de gens aventureux », « cassés de leurs gaiges » depuis les dernières trêves ; ceux-ci vinrent en foule le trouver, et Froissart note à ce propos qu’ils ne demandaient nuls « gaiges, fors la retenue de luy », pensant bien gagner assez « puisquè l’abandon du pillier et du rober ils auroient »150. Notons enfin que, tandis que le roi « retient » un capitaine, ce dernier « tient » les gens de guerre en sa compagnie151.

  • 152 Ibid., 229, p. 1321. « Retenues » du connétable de France, Raoul, comte d’Eu, entre 1314 et 1341 : (...)
  • 153 B. N., Clair. 190, n° 109.
  • 154 B. N., n.a. fr. 9238, f° 90r°.

59La retenue du roi ou de ses agents ne concerne pas les seuls volontaires, mais l’ensemble des combattants ; c’était en vertu de cette retenue, aboutissant à un document écrit, qu’ils étaient payés par les trésoriers des guerres152. « Retenue » et « montre » pouvaient donc se confondre153. « Retenir » avait aussi comme synonyme « recevoir » : le 16 février 1340, Philippe VI mande à Humbert de Cholay, bailli de Chaumont, de « recevoir » ou de « retenir » aux gages accoutumés « touz les nobles et hommes d’armes bien montez et armez qui vendront » par devers lui « des marches de Viennois et de Savoie »154.

  • 155 Hist. Languedoc, t. X, col. 842—844.
  • 156 B. N., n.a. fr. 9236, p. 37.
  • 157 Exception pour la lettre de retenue de Bernard d’Armagnac, sénéchal d’Agenais, par Louis d’Anjou, (...)

60S’il arrivait fréquemment au roi ou à ses lieutenants de retenir ou recevoir un nombre indéterminé de gens de guerre, en d’autres termes tous ceux qui se présentaient ou offraient leur service, ils pouvaient également retenir un personnage donné accompagné d’une troupe dont l’effectif était fixé à l’avance ; par ses lettres du 19 juillet 1339, Jean de Marigny, évêque de Beauvais, lieutenant de Philippe VI en Languedoc, retient par exemple, aussi longtemps qu’il leur plaira ou qu’il plaira au roi, le comte de Foix avec un effectif de 300 hommes d’armes et 1 800 hommes de pied155 ; la môme année, le même lieutenant du roi retient le sénéchal de Toulouse, Pierre de la Palu, seigneur de Varambon, au nombre de 330 hommes d’armes et 300 sergents156. Ainsi apparaissent deux grands types de retenue : le premier, se confondant pratiquement avec la montre, correspond au simple recensement ou enregistrement des gens de guerre ayant répondu aux mandements du roi ou de ses lieutenants ; il intéresse aussi bien les volontaires que ceux servant en fonction d’une obligation quelconque ; le second, au contraire, suppose un accord préliminaire entre deux parties, celle qui retient et celle qui est retenue, trouvant son point d’aboutissement dans une lettre de retenue transcrite en plusieurs exemplaires et transmise ensuite par le roi ou ses lieutenants, d’abord au bénéficiaire de la retenue, puis au personnage prévu pour recevoir la montre des effectifs qui y sont indiqués, enfin au trésorier chargé du payement. C’est ce dernier exemplaire qui nous est seul parvenu157, dans la mesure où il servait aux trésoriers pour justifier leurs dépenses vis-à-vis de la Chambre des comptes. Il est naturel que ce second type de retenue, résultant d’un accord entre deux parties, ait essentiellement concerné des volontaires.

61Les renseignements portant sur le déroulement de ces tractations préliminaires sont rares. Parfois, le roi ou ses lieutenants confiaient à tel personnage le soin de recruter des gens de guerre : un subside pouvait l’aider dans sa tâche. Au bout de quelques semaines, une fois la troupe réunie, elle était retenue avec son chef. D’autres fois, la formation offrant ses services se présentait toute constituée. L’accord se faisait entre son effectif et les besoins militaires de la monarchie : le chef d’une troupe d’une centaine de combattants pouvait fort bien n’être retenu que pour 70 ou 80 hommes ; inversement, il arrivait que le chiffre de la retenue ne fût pas réellement atteint. Troisième possibilité : le roi désignait un certain nombre de capitaines, leur accordait un effectif déterminé ; chaque capitaine réunissait son effectif juste au début de la campagne en recrutant les hommes qui, de leur propre mouvement, s’étaient rendus sur les lieux du rassemblement.

62De toute façon, le payement était fonction, non point du chiffre indiqué dans la lettre de retenue, mais des effectifs passés en montre.

63Un intervalle plus ou moins long s’écoulait, d’une part entre le moment où l’unité se trouvait à pied d’œuvre et celui où son chef obtenait sa retenue, d’autre part entre la date de cette retenue et celle de sa première montre. Si le premier de ces intervalles est impossible à évaluer avec précision, le second, tel qu’il apparaît dans les documents, ne dépassait pas normalement quelques jours.

  • 158 Ibid., 1104, dossier Faudoas, n° 4 (1352) et 595, dossier De Cardaillac, n° 151 (1354).
  • 159 B. N., Clair. 36, n° 179 (1352) et 60, n° 150 (1356).
  • 160 Gf. par exemple B. N., p. o. 2237, dossier Pernet, n° 4 (1352).
  • 161 Sur le sens de ces expressions, infra p. 110.
  • 162 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 6 (1355).
  • 163 Ibid., 1310, dossier Genève, n° 4 (1359) et Clair. 36, n° 179.
  • 164 Ibid., 1574, dossier De Jauly, n° 3 (1352).
  • 165 Ibid., 1104, dossier Faudoas, n° 4 (1352).
  • 166 Ibid., 1574, dossier De Jauly, n° 5 et 6.
  • 167 Ibid., 2237, dossier Pernet, n° 4 et 1574, dossier De Jauly, n° 3.
  • 168 B. N., Clair. 60, n° 150 (1356) et p. o. 1280, dossier Garencières en Normandie, n° 17 (1357).

64Les lettres de retenue n’obéissent pas à une diplomatique uniforme. Rédigées parfois en latin, mais le plus souvent en langue vulgaire, elles peuvent se présenter sous la forme de lettres patentes destinées à tous ceux qui les verront158. Mais elles sont plus fréquemment adressées au trésorier des guerres ou à son lieutenant, ou, d’une manière générale, à l’organisme payeur, quel qu’il soit159. Elles contiennent toujours le nom du chef de la retenue ainsi que les effectifs auxquels il commande160, et prescrivent régulièrement aux trésoriers de leur faire « prêt, compte et payement » pour leurs gages « desservis et à desservir », ou bien « à desservir »161. Le tarif de ces gages peut parfois y être précisé162, mais souvent elles indiquent seulement que les payements s’effectueront selon les gages accoutumés : ad vadia ordinaria163 ; quelquefois même, rien n’est dit quant à ce barême164. Elles peuvent contenir la destination militaire des troupes retenues : défense de telle place, participation à telle campagne dans un théâtre d’opérations déterminé165. Elles ne précisent pas toujours la date à partir de laquelle les gages devront être payés ; d’autres fois, elles indiquent que c’est à compter de la réception de la montre ; Jean, comte de Poitiers, futur duc de Berri, lieutenant de son père en Languedoc, retient par lettres du 1er août 1358 Gérard de Jauly, chevalier, avec 14 hommes d’armes et 30 sergents de pied pour la garde de deux places ; il mande par le même acte au trésorier des guerres ou à son lieutenant de le payer de ses gages selon la teneur des lettres de sa montre. On a conservé cette dernière, qui a été reçue quelques jours plus tard seulement, le 5 août, par Raoul de Mer, chevalier, lieutenant des maréchaux de France166. La façon dont les prêts, comptes et payements doivent intervenir est rarement précisée, les lettres prescrivant seulement qu’ils auront lieu « en la manière accoutumée » ou encore « en la manière qu’il appartiendra »167 ; toutefois, au moins à partir de 1356, il peut y être dit que le prêt aura lieu à partir du jour de la montre, qu’il correspondra à un mois de gages, enfin qu’il sera renouvelé de mois en mois, jusqu’au cassement168.

  • 169 « Tant comme il plaira au Roy nostre dit seigneur et a nous » : ainsi le souligne Jean, comte de l (...)

65C’est dire que la lettre de retenue contient un assez grand nombre de données. Bien mieux, durant les trente premières années du conflit franco-anglais, son formulaire se fit plus riche et plus précis, manifestant la progressive amélioration des institutions militaires. Cependant, même si derrière elle un accord préalable se dissimule entre le chef de la retenue et le pouvoir, aucune trace n’en apparaît dans l’acte lui-même, qui se présente comme émanant de l’unique volonté du roi ou de ses lieutenants. Enfin, la lettre de retenue ne précise jamais à l’avance la durée du service prévu, qui dépend expressément de la seule décision du pouvoir169.

  • 170 B. N., Clair. 36, n° 179 (1352).

66Par la lettre de retenue, un chef de guerre et sa troupe se voyaient offrir pour une durée indéterminée un certain payement : si incontestablement ils risquaient d’être cassés aux gages n’importe quand, pouvaient-ils de leur côté abandonner le service du roi à leur gré ? Rien ne l’indique habituellement : c’est par exception qu’on rencontre dans les lettres de retenue une mention de ce genre : « tant comme a lui [le chef de la retenue] plaira et a nous [le roi ou son lieutenant] »170.

  • 171 B. N., fr. 25997, n° 311. Cf. aussi la lettre adressée le 5 mai 1340 par Philippe VI à tous les ju (...)
  • 172 B. N., Clair. 31, n° 156.
  • 173 Ibid., 63, n° 156.
  • 174 Ibid., 15, n° 3, 8, n° 7 et 5, n° 41.
  • 175 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.
  • 176 A.N., JJ 99, n° 337.

67On a vu que le service militaire des nobles et de l’arrière-ban ne comportait pas de limite légale dans le temps, bien que pratiquement il ne dépassât jamais une campagne ou une saison. C’eût été un non-sens que d’autoriser les gens de guerre servant en vertu de ces obligations à quitter l’armée à leur fantaisie ; il est donc naturel de voir Philippe VI, en 1340, mander de mettre en prison tous ceux ayant abandonné son ost sans son « congié » ni celui de ses maréchaux, et de confisquer leurs biens171. Il est probable qu’en l’occurrence les sergents chargés d’accomplir l’ordre royal ne firent pas la différence entre les volontaires et les autres. Mais c’est là une circonstance exceptionnelle ; qu’en était-il plus couramment ? Voici un écuyer étranger, servant sous le gouvernement du comte de Savoie ; le 30 juillet 1355, à Mâcon, le trésorier des guerres, Barthélemy du Drach, lui remet en prêt un mois de gages pour lui et les trois hommes d’armes de sa suite. A cette occasion, il promet par son serment de « servire leaulment le roy » en ses guerres. Mais pour quelle durée ? On l’ignore172. En 1362, deux écuyers promettent, par la foi de leur corps, de servir le roi partout où il le voudra avec 50 glaives et 200 archers pendant un mois, en échange d’une somme de 3 750 l.t., correspondant à un prêt d’un mois de gages, qu’ils ont reçu de Nicolas Odde, commis par le roi à faire les prêts et payements aux gens d’armes et archers venus ou devant venir le servir en ses guerres173. Il apparaît ici que l’engagement de service ne dépassait pas la durée du prêt. En 1356, un certain nombre de gens d’armes reçoivent à Paris de Jean Chauvel, trésorier des guerres, un prêt sur leurs gages, qu’ils promettent de « desservir » à Chartres et au Mans pour la défense de ces villes174. Une fois ces gages desservis, il est possible, sinon probable, qu’ils aient été libres de renoncer à tout service. La même année, les états de Languedoc prescrivirent que tous les soudoyers qui seraient retenus jureraient de servir fidèlement avec les chevaux et les armes présentés au moment de leur montre, ou bien avec d’autres chevaux ou d’autres armes d’égale valeur, pour le temps où ils auraient reçu leurs gages et qu’ils ne pourraient quitter le service sans raison impérative et sans la permission du lieutenant du roi ou de ses maréchaux de la guerre175. Plus explicites encore sur ce point, voici enfin les lettres de rémission qu’accorda Charles V, le 21 septembre 1368, à un chevalier, Thibaud de Frainville, et deux écuyers, Guillaume Roger et Guillaume le Gogue. Tous trois s’étaient « montrés » comme hommes d’armes par-devant les commis ordonnés par le roi à recevoir les montres des combattants servant sous le comte de Dammartin, chevalier et conseiller du roi. Ils avaient reçu en prêt le payement de leurs gages à desservir pour un certain temps, mais avaient quitté la compagnie du comte, « leur capitaine, sanz son congié ou licence et sanz avoir deservi tout ledit payement ». Or Charles V avait auparavant promulgué une « loy, constitucion et ordonnance » aux termes de laquelle les gens d’armes qui seraient reçus montre et auraient accepté ses gages pour le servir en ses guerres, et qui quitteraient ensuite ce service sans la permission du capitaine sous lequel ils se seraient montrés et sans avoir servi le temps correspondant aux gages reçus, seraient réputés « faux, desloyaux et traîtres » envers lui et la couronne de France et punis comme criminels de lèse-majesté. En vertu de cet acte, Charles V avait donc mandé au bailli de Chartres de s’emparer de leurs personnes et de confisquer leurs biens. Puis, libérés, ils avaient pu fournir des excuses à leur conduite, avaient servi le roi en armes et en chevaux dans son voyage en Picardie et ailleurs, en considération de quoi ils obtinrent leur grâce176. En l’absence de l’ordonnance à laquelle Charles V fait ici allusion, il reste difficile de savoir s’il était loisible au capitaine d’accorder congé à ses hommes, même s’ils n’avaient pas accompli le service correspondant aux gages reçus, et inversement si, une fois ce service effectué, ils pouvaient partir sans le consentement exprès de leur chef. Il est donc seulement probable d’estimer qu’en fait ni le roi ni les chefs de guerre ne se souciaient de retenir indéfiniment des volontaires contre leur gré : d’abord parce que la recherche de ces déserteurs aurait singulièrement dépassé les moyens de contrôle et de police à la disposition du pouvoir ; ensuite parce que retenir des hommes n’ayant aucune volonté de combattre eût été une absurdité coûteuse et dangereuse du point de vue militaire ; en troisième lieu, parce qu’un tel système eût fait hésiter par avance les volontaires éventuels, qui, compte tenu de la mentalité du temps, largement étrangère à la discipline et aux efforts continus, auraient hésité à se mettre au service d’un prince sans limitation de durée ; c’eût donc été risquer à la longue de tarir ou de diminuer le recrutement ; enfin parce que l’offre était, sauf exception, supérieure à la demande et qu’il était relativement facile de combler les vides causés par des départs. En d’autres termes, selon toute vraisemblance, on peut estimer que le système de la retenue utilisé en France laissait une grande liberté à la fois au roi et aux hommes employés à son service ; pour le pouvoir monarchique, avantages et inconvénients se compensaient, ce qui explique sans doute qu’en dépit des échecs militaires répétés on n’ait point songé avant longtemps à le modifier.

  • 177 Chron. norm., app. III, p. 210—213 ; le contrat passé en 1358 entre le régent Charles et Baldo Dor (...)

68Cependant, dans un petit nombre de cas particuliers, le roi recourait à d’autres formes de recrutement. C’est ainsi qu’en 1337 des « convenances » furent établies entre Philippe VI et le Génois Ayton Doria, ce dernier promettant de servir contre le roi d’Angleterre et ses alliés jusqu’à concurrence de 20 galées dont les effectifs et l’armement étaient précisés ; l’accord ne prévoyait pas seulement le montant des sommes à verser, mais aussi le partage du butin par moitié entre les Italiens et le roi de France, qui se réservait toutefois la totalité des châteaux, des cités, des prisonniers et des héritages. Le service des galées devait durer quatre mois, mais Philippe VI gardait la possibilité de les retenir davantage177. Ici par conséquent, un temps minimum étant indiqué pour la durée de l’engagement, le caractère contractuel de l’accord est plus visible.

  • 178 B. N., p. o. 2236, dossier Périgord, n° 2 (1352).
  • 179 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq. ; Chron. norm., app. V, p. 222—223.

69Pour la défense du royaume, le souverain pouvait encore s’appuyer sur les seigneurs gardant à leurs frais leurs propres terres, châteaux et forteresses, auxquels il lui arrivait fréquemment d’apporter un secours financier plus ou moins important178. Enfin, il ne se fit pas faute d’utiliser au maximum le personnel dont il disposait constamment : châtelains de son domaine par exemple, mais aussi membres de son entourage ou de son hôtel, depuis les grands officiers de la couronne, comme le connétable, les deux maréchaux de France, l’amiral de la mer, le maître des arbalétriers, jusqu’aux « chevaliers le Roy », au maître de l’artillerie et aux sergents d’armes, ces derniers, particulièrement dans les premières années du conflit avec l’Angleterre, ayant joué un rôle d’encadrement subalterne non négligeable179.

70Il convient, en conclusion, de porter un rapide regard sur le recrutement des armées adverses. Pas plus qu’en France, il n’existait en Angleterre, durant les premières décennies de la guerre de Cent ans, une force d’intervention permanente : là aussi, il fallait recourir à des combattants levés ou engagés pour la circonstance.

  • 180 English Govern., t. I, p. 344. Palmer, « The Last Summons, p. 771—775, en désaccord avec Lewis, «  (...)

71En 1327, à l’occasion de la campagne contre Robert Bruce, Edouard III se servit de la levée générale des tenants-en-chef. Mais, par cette semonce, il n’entendait pas obtenir l’accomplissement des services féodaux gratuits dus par ses vassaux : son objectif véritable était, par le rappel de leurs obligations légales, de les convaincre de se présenter avec des forces plus substantielles, qu’il solderait dès le premier jour. De fait, durant le 14e siècle, l’ancien writ féodal cum servitio debito fut progressivement supplanté par le writ non féodal quanto potentius poteritis, qui convoquait les barons au nom de leur devoir d’allégeance. On doit rapprocher ce nouveau service de la « semonce des nobles » usitée en France à la même époque. Mais, de même qu’en France le recours à la « semonce des nobles » ne supprima pas d’un seul coup les services coutumiers traditionnels, de même en Angleterre on constate quelques survivances du servitium debitum. C’est afin d’accomplir ce dernier, dans sa forme la plus coutumière, qu’en 1327 l’archevêque d’York, William Melton, conclut un accord avec un chevalier, Sir Robert Constable, qui lui fournira 10 hommes d’armes — soit l’équivalent des 5 chevaliers légaux — pour la campagne royale. Jusqu’en 1385, les Plantagenêts s’efforcèrent d’exiger l’écuage, et il n’est pas totalement exclu qu’à cette date encore certains tenants-en-chef ecclésiastiques aient accompli, ou fait accomplir, leur service gratuit de 40 jours180.

  • 181 Murimuth, Chron., p. 192—193.
  • 182 Ibid., p. 198.

72D’autre part, des obligations différentes se maintinrent, ou même se créèrent : en 1345, Edouard III ordonna que tous ceux disposant d’un revenu de £ 5 eussent un archer destiné à combattre sur le continent ; si le revenu était de £ 6.13.4., il fallait fournir un hobelar ; s’il était de £ 13.6.8., un homme d’armes. La mesure fut considérée comme inouïe, car il s’agissait d’un service au-delà de la mer181. Il semble d’ailleurs que le roi ait obtenu peu de troupes par ce procédé, qui avait surtout un but fiscal182.

  • 183 English Oovern., t. I, p. 346 sq. ; Hewitt, The Organization of War, p. 36 sq.

73En revanche, l’obligation de défense incombant à tout homme physiquement apte entre seize et soixante ans fut assez largement utilisée, même pour le recrutement des armées destinées à se battre outre-Manche : à plusieurs reprises, une levée sélective des meilleurs archers eut lieu dans chaque comté, opérée par les commissions d’array. Les combattants ainsi rassemblés formaient le posse comitatus ; ils étaient groupés en centaines et en vingtaines et étaient entre tenus par le roi dès qu’ils avaient quitté les limites de leur comté. A eux tous, ils ne constituaient qu’une partie seulement des troupes à pied, l’appel aux volontaires fournissant le reste183.

  • 184 Lyon, From Fief to Indenture, p. 216.

74Tout comme en France, l’Angleterre recourut largement, jusqu’au milieu du 14e siècle, aux fiefs-rentes accordés à nombre de grands seigneurs des Pays-Bas et de l’Empire germanique184.

  • 185 N. B. Lewis, « An Early Indenture of Military Service » [1287], Bulletin of the Institute of Histo (...)
  • 186 Prince, « The Indenture System ».

75Mais la majeure partie des troupes fut recrutée au moyen des endentures de guerre. Apparus à la fin du 13e siècle185, s’étant multipliés et perfectionnés par la suite, ces contrats fixaient le nombre et le type des combattants retenus, la destination de leur service, leur solde, les obligations diverses qui leur incombaient, les récompenses auxquelles ils pouvaient prétendre, les facilités matérielles qui leur étaient garanties, par exemple lors des traversées, et surtout la durée de leur engagement : 40 jours, un trimestre, deux trimestres, une année, parfois deux, ou même « tant corne plerra le roy » ; les gages étaient payés d’avance, le plus souvent pour un trimestre186.

76En définitive, par rapport au système de recrutement français, deux différences majeures apparaissent. En premier lieu, surtout pour les hommes d’armes, ce sont les volontaires qui dominent, peut-être simplement parce qu’il s’agit d’une guerre offensive tandis que les souverains Valois mènent, inversement, une guerre défensive. En deuxième lieu, les lettres de retenue françaises, qui correspondent aux endentures anglaises, n’ont pas l’apparence d’un contrat, leurs clauses sont moins précises, et surtout elles ne fixent pas la durée de l’engagement : celui-ci se limite à la seule durée du prêt, c’est-à-dire, dans la meilleure des hypothèses, à un mois. On peut donc voir dans les lettres de retenue françaises une sorte d’endenture fixant un terme d’un mois. Une fois accompli le service correspondant au prêt, le cassement peut intervenir soit à la volonté du pouvoir, soit à l’initiative du chef retenu. Pourquoi ce recours à un système si rudimentaire ? Il serait erroné sans doute de l’expliquer par l’incapacité de l’administration militaire française : en réalité, la demande étant presque toujours supérieure à l’offre, la monarchie pouvait presque indéfiniment prolonger la durée des lettres de retenue ; le plus souvent, le cassement intervenait par son fait et non par celui des combattants ; en revanche, il était financièrement intéressant de pouvoir renvoyer ces derniers dès que leur service n’était plus indispensable ; dans cette perspective, la lettre de retenue semblait le procédé le plus souple, celui qui limitait au maximum les engagements de la monarchie. Au contraire, s’il s’agissait de recruter une force dont il était prévisible qu’elle devrait servir plusieurs mois — ainsi les galées génoises —, les Valois n’hésitaient pas à recourir à des contrats qui peuvent pratiquement se confondre — à la forme près — avec les endentures anglaises.

Notes

1 « Amas » : Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. III, p. 12. « Cueillotte » : Froissart, Chron., t. II, p. 224 et t. VII, p. 377. « Recueillotte » : ibid., t. III, p. 190. On parle aussi d’ « assemblée » : B. N., fr. 17267, f° 130r°.

2 O. Bloch et W. von Wartburg, dans leur Dictionnaire étymologique de la langue française, voient dans le mot arrière-ban une altération par étymologie populaire de l’ancien français arban, herban. Ils rapprochent le terme de l’allemand moderne Heerbann. On peut supposer qu’à un certain moment, avant le début du 12e siècle, le sens étymologique de herban, représentant le francique hariban, n’a plus été compris ; d’où la traduction latine de retrobannum. Le mot se trouve dans un passage de l’enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêque de Bayeux : Si vero dominus Normanniae submoneret exercitum nomine prelii ad retrobannium suum, non poterat aliquis remanere qui feodum militis tenet quin ad exercitum iret (Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 289—299) eten 1141 dans une charte de Louis VII : In exercitu regis ad retrobannum homines istius terre quatuor debent mittere servientes (Teulet, Layettes du Trésor des Chartes, t. I, Paris, 1863, p. 53, n° 74). Dès 1124, selon Guilhiermoz, c’est la même expression qui apparaît dans une charte du comte d’Anjou en faveur de Saint-Maur-sur-Loire sous la traduction pédante retroedictum : Excepto exercitu et equitatu, retroedicto clamato (Marchegay. Arch. d’Anjou, t. I, p. 412, n° 67).

3 Cf. l’expression « semondre par voie d’arriere ban » (Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 297, n. 119).

4 « Toute manere de gens qui poent porter armes, soient nobles ou non nobles, de posté ou d’autre eondicion, soient souz nous [le roi] ou souz autres seigneurs, d’eglise ou de siecle » (1302 : Notices et extraits des manuscrits, t. XX, 2, p. 143—144).
Doivent répondre, non seulement « chacun qui tient noblement et qui doibt service d’oost » mais aussi tous ceux qui sont « habille[s] a porter armes, soient nobles ou non nobles » (B. N., fr. 2765, f° 118v°, cité par Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 290° n. 99).
« Toutes manieres de gens, nobles et non nobles » (Ord. Roys, t. XI, p. 429—430 : 1314).
« Toutes personnes non nobles, de quelque estât que ils soient » (Hist. Languedoc, t. X, col. 674—676).
De dix-huit à soixante ans : Arch. hist. Poitou, t. XIII, p. 17 (1304), d’après A. N., JJ 35, n° 184 et 36, n° 183.
A cette « semonce d’armes », faite « generaument », doivent obéir « toutes personnes nobles, non nobles, communes et universitez, des citez, villes grans, moyennes et petites et (...) toutes autres manieres de gens » (1314 : B. N., fr. 16600, f° 56 sq.).
« Toutes manieres de gens, en chevaux et en armes ou autrement » (ibid., f° 53 : 1314).
« Toutes manieres de gens, nobles et autres » (Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 236—237).
« Toutes manieres de gens, nobles et non nobles, de quelque condicion qu’il soient de l’aage de dix et huict ans » (1338 : Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 215).
« Tot hom, nolet o non noble, de caval et de pe, de XIIII ans [sic] jusquas LX ans (...) cascun segon son poder » (1345 : Artières, Documents sur la ville de Millau, p. 82 — 83, n° 185).
« Toutes meneres de gens de XVIII jusques a LX, a cheval, a pié, a lances et estendars, a arc, a arbalestes » (Petit, Ducs de Bourgogne, t. IX, p. 48, n. 2 et p. 49, n. 1).
« Toutes manieres de gens de XVIII a LX ans » (B. N., fr. 26001, n° 656).
In casu retrobanni, in quo casu quilibet de regno nostro tenetur (1315 : Brussel, Usage des fiefs, t. II, p. LV—LXI).
Il apparaît que parfois la limite d’âge inférieure n’était pas dix-huit ans mais quatorze ans (B. N., Languedoc 159, f° 82, cité par Lehoux, Duc de Berri, t. I, p. 68, n. 2 ; A. N., K 47, n° 35 : 1355).

5 Chanson de Renart, v. 9375 : « Brun regarde devers les rues
Et voit l’arriere ban venir ».
Joinville, Histoire de saint Louis : « Le roy ot conseil que il ne partiroit de Damiette jusques a tant que son frere li conte de Poitiers seroit venu, qui amenoit l’ariere ban de France » (éd. N. de Wailly, Paris, 1867, p. 118).
Chanson de Oirart de Roussillon, J. Stürzinger et F. Apfelstedt, Halle, 1880, v. 4741 : « Banc et ariere banc, tout le povoir de France ».

6 Cf. p. 116.

7 Timbal, La guerre de Cent ans, p. 42.

8 Ibid., p. 37—38. Sur les réactions des clercs du 14e siècle à l’égard de leurs obligations militaires, cf. Bécet, « Fortifications de Chablis », p. 21. Au 15e, Douët d’Arcq, Pièces inédites du règne de Charles VI, t. I, p. 385—386, n° 186.

9 Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 220.

10 C’est-à-dire dans le domaine royal, au sens large.

11 Brussel, Usage des fiefs. En 1355, payement d’une amende par la comtesse de Tonnerre pour n’avoir pas obéi au mandement royal sur le dernier arrière-ban (B. N., Dupuy 728, f° 45). Petit, Ducs de Bourgogne, t. IX, p. 48, n. 2 et p. 49, n. 1. Cependant, le roi ménageait parfois les grands feudataires : en 1338, Philippe VI mande aux commis et députés sur le fait de l’arrière-ban pour les bailliages de Vitry, Chaumont et Sens, ainsi qu’aux baillis et à leurs lieutenants de ne plus lever l’arrière-ban à Bar, en la châtellenie de Bar, ni en tous les autres lieux de la « nouvelle reprise » que Henri, comte de Bar, tenait autrefois en franc-alleu et dont il fit hommage lige à Philippe le Bel ; Philippe VI ordonne même de restituer ce qui a déjà été levé (B. N., Dupuy 576, f° 35).

12 Cf. pourtant ce passage de l’ancienne coutume de Normandie, cité par Du Cange, Glossarium, t. VII, p. 167 : « L’arriere ban si souloit estre dit quant le prince de Normandie, pour repeler et pour oster la force et l’embraissement de ses ennemis, il fet fere un ban commun par toute la Normandie pour garder le profiet del commun peuple, que tous ceux qui seraient convenables por armes porter, soient au secours et en l’aide nostre sire le duc, bien armez et appareillez, chescun en droit soi selon son poer pour repeller et oster la force de ses ennemis, quicunque mauferas d’armures que il porront trouver et avoir. Et quant il auront esté par 40 jours de service del prince et les 40 jours seront acomplis, si come le besoing et la necessité del prince sera requis et d’ilec en avant, il seront as deniers et as gages del prince »pour son service. Les quarante jours constituent donc seulement le service gratuit. La proposition faite par les états de Normandie en 1339 confirme le fait. Deux éventualités sont envisagées :

  • une seconde conquête de l’Angleterre, un nouveau 1066 : dans ce cas, les Normands s’engagent à fournir 4 000 hommes d’armes « en bon estat » et 20 000 hommes de pied, dont 5 000 arbalétriers. Ces hommes serviront aux dépens des Normands pendant 70 jours, et, éventuellement, encore 15 jours ; au-delà de ce laps de temps, le duc s’engage à les solder.
  • une action défensive, en cas d’invasion du royaume. Le même service sera fourni, gratuitement, mais pour une durée de 42 jours, pourvu que le roi ou son fils commandent en personne. La taxe d’arrière-ban est suspendue pour ceux qui participent à cette armée. En d’autres termes, ceux qui restent se libèrent de l’arrière-ban effectif en payant une taxe d’arrière-ban (Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. 6 7 et Coville, Les états de Normandie, p. 48—49). Cette proposition n’eut pas de suite, et l’arrière-ban ne fut pas proclamé, semble-t-il, cette année-là.

13 Tel est l’arrière-ban proclamé generaliter.

14 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 188, n° 603. Jean, évêque de Beauvais, lieutenant du roi en Saintonge et en Languedoc, mande en 1339 au sénéchal de Périgord et de Quercy de convoquer tous les hommes de sa sénéchaussée, tam nobiles quam innobiles, pour qu’ils se rendent auprès de lui ad certam diem, pro tuendo et deffendendo jus et honorem regis. Ce rassemblement est désigné par l’expression generalis exercitus (A. D. Dordogne, F 1).

15 1338 : B. N., Clair. 472, f° 1 et Moreau 229, f° 27.
1340 : B. N., fr. 25997, n° 311 ; A. M. Poitiers, casier 12, E 5 ; Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 141—142, n° 575.
1342 : P. Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 912—913.
1346 : Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 1124 ; Inv. arch. com. Lyon, série AA, 2.
1347 : Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 1159—1160.
1355 : A. N., K 47, n° 35.
1356 : Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 184—186.

16 B. N., fr. 16600, f° 393 sq.

17 Ord. Roys, t. XI, p. 429—430.

18 Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 237 sq.

19 B. N., fr. 16600, f° 393 sq. ; Hist. Languedoc, t. X, n° 131, col. 432—434.

20 Arch. hist. Poitou, t. XIII, p. 17.

21 Ord. Roys, t. XI, p. 429—430 et B. N., fr. 16600, f° 396v°—401r°.

22 Petit, Essai, p. 203—204, n° 39.

23 Longnon, Doc. Champagne, t. III, p. 237 sq.

24 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 792 et n. 1.

25 B. N., Clair. 472, f° 1 sq.

26 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 782—784 ; Hist. Languedoc, t. X, col. 769—776.

27 B. N., n. a. fr. 20026, f° 1—7.

28 Hist. Languedoc, t. X, col. 984 sq. Sans doute, 1’ « état des paroisses et des feux » de 1328 donne, pour 23 671 paroisses, un total de 2 469 987 feux, mais, ainsi que le souligne F. Lot, il est vraisemblable que les agents du roi ont fait état de tous les feux, imposables et non imposables (Lot, « L’état des paroisses et des feux de 1328 », p. 290—291).

29 A. N., P 2292, p. 55, cité par Viard, « La France sous Philippe VI de Valois, état géographique et militaire ».

30 Ord. Roys, t. IV, p. 319—320.

31 Chron. Jean II Ch. V, p. 147.

32 Ibid., p. 172.

33 Varin, Arch. adm. Remis, t. II, 2, p. 792 et n. 1 et p. 819, n. 1.

34 Viard, Documents parisiens du règne de Philippe VI, t. I, p. 291—293, n° 188, d’après A.N., JJ 70, n° 371.

35 Félibien, Hist. Paris, t. V, p. 319a.

36 Ibid., p. 319b. Cf. aussi Moranvillé, « Journaux du Trésor », p. 162.

37 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 951, n° DXXI. Cf. aussi Ord. Roys, t. II, p. 394 et t. III, p. 677.

38 Champollion-Figeac, Doc. hist. inéd., t. II, n° XLVI et XLVII, p. 181—184.

39 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 94, n° 678. Jean le Bon mande à cette occasion au bailli de Vermandois de contraindre à payer la taille destinée à la solde des 30 hommes d’armes tous les habitants de la ville, non obstante quod aliqui sint sexaginta annorum et ultra, seu quod nonnulli decimum octavum annum non compleverint.
Contribution du Rouergue : Constans, Livre de l’épervier, p. 192—195 et B. N., n.a. lat. 185, f° 147—150. La contribution s’étend d’un sergent à 20 sergents (Villefranche-de-Rouergue) par localité.

40 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 79 — 81.

41 Ibid., t. II, 2, p. 1124. De même la ville de Montferrand, avertie au début d’août 1346 que « lo reis avia mandat que totz homs de XVIII sica a LX anes a la guerra », envoya à l’ost d’Amiens un contingent qui fut de retour le 23 septembre (A. M. Montferrand, CC 162, f° 7r°) ; en septembre 1356, en vertu du « mandament quera benguen que touts homs anes a la guerra », la même ville dirigea vers Poitiers 12 hommes d’armes, auxquels elle versa pour leurs gages 160 pièces d’or (ibid., CC 166, f° 12v°, 13r° et 18r°).

42 A. N., JJ 84, n° 456.

43 Comme a tendance à, le penser Fawtier, Institutions françaises, p. 220—221.

44 Petit, Ducs de Bourgogne, t. IX, p. 48, n. 2, d’après A. D. Côte-d’Or, B 1401, f° 53. Sur l’armement des populations : le 24 mai 1356, 38 habitants de la prévôté de Bracieux vinrent à Blois pour la « monstrée ». 10 d’entre eux avaient une « mauvaise épée », 7 un « godandart », 3 un simple bâton ferré, un, une hache, un une épée, une demi-pique et un « coustel à pointe » ; 15 ne portent aucune arme (cité par Guérin, Vie rurale en Sologne, p. 273, d’après B. M. Blois, Joursanvault, n° 259). Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 184—186, qui cite le même document, pense qu’il s’agit là de la convocation de l’arrière-ban. Cf. aussi Chassaing, Spicilegium brivatense, p. 330—332, n° 121, d’après A. N., Z2 54, p. 75—77.

45 Chron. reg. Franc., t. II, p. 232.

46 Froissart, Chron., t. IV, p. 270—271.

47 Chron. premiers Valois, p. 46.

48 Cité par Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 216, n. 2, d’après B. N., fr. 22542, f° 315.

49 Ainsi, en 1326, pour la guerre de Guienne, Toulouse avait fourni un secours de 100 hommes d’armes et 2 000 gens de pied, à la solde de la ville pendant 30 jours (Inv. arch. mun. Toulouse, AA 3, n° 162).

50 B. N., fr. 2765, f° 118v°.

51 « Chronique parisienne anonyme », p. 176.

52 Ord. Roys, t. III, p. 34—37.

53 Ibid., p. 138. Encore en 1356, au témoignage du Journal des Etats Généraux, la portée financière de l’arrière-ban était tenue pour essentielle (Delachenal, « Journal des états généraux », p. 449—450). L’arrière-ban était conçu comme une mesure extrême, après un échec initial : « Les nobles tiennent que l’en ne peut fere crier ariere ban devant que les mares-chaulx ou les connestables auront esté desconfis » (B. N., lat. 14669, f° 184r°).

54 Froissart, Chron., t. IV, p. 140.

55 En 1355, seuls les nobles « meindres d’age » ou trop « anciens » sont dispensés d’obéir en personne à la semonce royale (A. N., K 47, n° 35).

56 Dubois, De recuperatione Terre Sancte, p. 114 sq. : Si vero dominus rex, saniori quo potest fungens consilio, judicat omnium debentium armorum servicium auxilium sibi non sufficere, potest vocare retrobannium, videlicet primo auxilium franca feoda tenentium, et, si sufficiat, debet esse contentus ; si non sufficiat, vocare debet, quatinus secundum verum et rectum judicium sibi deest, et non ultra, auxilium populi, id est omnium feoda non franca tenentium.

57 Brussel, Usage des fiefs, t. II, p. LV—LXI.

58 B. N., fr. 2765, f° 118v°, cité par Guilhiermoz, Origine de la noblesse, p. 290, n. 99.

59 Ord. Roys, t. VI, p. 549.

60 A. N., K 47, n° 35.

61 B. M., Add. Ch. 25827.

62 Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 336, n. 3.

63 A. M. Poitiers, casier 12, E 7.

64 Hist. Languedoc, t. X, col. 769.

65 Chron. reg. Franc., t. II, p. 59.

66 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 223.

67 Delachenal, Hist. Ch. V, t. II, p. 315.

68 B. N., fr. 25997, n° 311.

69 Ibid.

70 A. N., K 47, n° 35.

71 Chron. premiers Valois, p. 203.

72 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 216.

73 Varin, Arch. adm. Reims, t. II, 2, p. 782—784. On a conservé pour la prévôté et vicomté de Paris la « recepte des fiez » tenus par des non-nobles devant payer le cinquième de ce que valait leurs fiefs en rente par an (B. N., Clair. 471, f° 183 sq.).

74 A. M. Poitiers, casier 12, E 7.

75 Arsenal, 6024, n° 61. De même, en 1342, « Johannes Ayulli, domicellus » sert le roi en sa guerre de Gascogne pro nobili viro domino Pilojorte, domino de Ventagione qui infirmatur antique infirmitate gute (B. N., p. o. 159, dossier Ayul, n° 2).

76 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.

77 Chron. Rich. Lescot. app. VI, p. 229.

78 B. N., p. o. 2802, dossier Tavel, n° 3.

79 Viard, « Lettres d’état sous le règne de Philippe VI », n° 276, 308, 313, 317, 321.

80 Lot, « L’état des paroisses et des feux de 1328 », p. 306.

81 Belleval, Nobles et fieffés du bailliage d’Amiens.

82 Petit, Ducs de Bourgogne, t. VII, p. 282, d’après B. N., Colbert 189.

83 B. N., n. a. fr. 9239, f° 202v° sq. De même, en 1340, pour assembler les gens de guerre de sa bataille et les conduire jusqu’à l’ost de Philippe VI, le comte de Foix fit sa « semonse » au pont d’Orthez (ibid., f° 231).

84 Secousse, Recueil de Charles le Mauvais, p. 141.

85 Petit, Ducs de Bourgogne, t. VIII, p. 308, p. j. 7277, d’après A. N., P 13772, cote 2972.

86 Arch. hist. Gironde, t. II, p. 129—130.

87 Delisle, Saint-Sauveur, p. j. 82, p. 113—114.

88 B. M., Add. Ch. 25827.

89 Viard, « Lettres d’état sous le règne de Philippe VI ».

90 B. N., fr. 25996, n° 235. Cf. aussi la mention de gens d’armes de la sénéchaussée de Toulouse venus en. Agenais au mandement du comte de Valentinois à la Saint Jean 1341 qui servirent « des jours qu’ils se monstrerent » jusqu’au 12 juilliet suivant « qu’ils eurent congié » (B. N., n. a. fr. 9236, p. 296).

91 Ainsi en 1340 (B. N., fr. 25997, n° 311 ; Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes, p. 269 : la convocation des nobles est du 28 mai, le cri de « l’ariere ban du duc nostre seigneur » du 26 juillet).

92 « Que l’on face crier et assavoir que tuyt li gentilhomme qui ne sont aysié de chevaulx convennables qu’il aillent audit mandement » (Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 220—221).

93 Cf. infra, p. 70.

94 Guesnon, « Documents inédits sur l’invasion anglaise », p. 18—26 ; Chron. premiers Valois, p. 90.

95 Varin, Arch. adm. Reims, t. III, p. 160, n° 717.

96 Ord. Roys, t. III, p. 360—362 et t. V, p. 66—69.

97 A.N., K 47, n° 10 (1351).

98 Hist. France, t. XXIII, p. 753 sq.

99 Brussel, Usage des fiefs, t. II, p. LXII—LXVI. Voir aussi, pour 1’Auvergne, E. Boutaric, Actes du Parlement, t. I, Paris, 1863, p. 264 et 399.

100 A cette date, écuyer à prix : celui dont le cheval vaut au moins 25 l. t. ; écuyer à non prix : celui dont le cheval vaut moins de 25 l. t.

101 B. N., n.a. fr. 9241, f° 133r°.

102 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq.

103 B. N., n.a. fr. 9239, f° 215r°.

104 Ibid., 9237, p. 694—696.

105 Infra, p. 54.

106 Chron. reg. Franc., t. II, p. 162.

107 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. j. 35, p. 136—140.

108 B. N., Clair. 37, n° 90.

109 B. N., p. o. 751, dossier Chilly, n° 2 et 3 et p. o. 2940, dossier Vaucelles, n° 2. Cf. aussi Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XXII, p. 304.

110 A l’exception, semble-t-il, de la Normandie (Anselme, Hist. maison royale, t. VII, p. 912—913 : 1342 ; B. M. Rouen, Leber 3401, f° 166 : mention du rachat des 40 jours de service dus par un prêtre normand ; Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes, p. 372—373 : 1348). Cf. aussi l’ordonnance de Philippe IV de 1294 (Ord. Roys, t. XI, p. 376).

111 Enumération de services pour le Poitou, datant sans doute de la première moitié du 14e siècle dans B. N., fr. 25948, n° 471 ; cf. aussi Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. II, p. 391, d’après A. N., J 381.

112 Dubois, De recuperatione Terre Sancte, p. 118—119.

113 Au contraire de l’arrière-ban ? Cf. B. N., lat. 14660, f° 184r° : « Nota que toutesfois que arriere ban si est par l’usage de France, touz nobles sont tenuz de y aler a leurs despens et aussi les non nobles ». Mais il s’agit là d’un simple principe : la réalité est fort différente.

114 Delisle, Saint-Sauveur, p. j. n° 82, p. 113—114 ; Vuitry, Régime financier de la France, t. II. p. 17.

115 Chron. Jean II Ch. V, p. 237. On notera ce délai d’un mois, différent des 40 jours d’ost coutumiers.

116 Cazelles, Lettres closes, p. 187, n° 184.

117 Chron. Rich. Lescot, app. VI, p. 220—221.

118 Lyon, From Fief to Indenture, p. 301, d’après A.N., J 524, n° 31.

119 Cité par Delachenal, Hist. Ch. V, t. I, p. 22, d’après A. N., J 432, n° 3, 3bis et 11.

120 Cordey, Comtes de Savoie et France, p. 291, p. j. 13 ; Lyon, From Fief to Indenture, p. 308, d’après A. N., J 531, n° 9. Cf. aussi Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. j. 17 et p. 284 sq. On notera que les fiefs-rentes et les alliances non féodales prévoient la fourniture d’hommes d’armes, tandis que les services féodaux traditionnels étaient le plus souvent exprimés en chevaliers ; il est possible que les transformations de la société nobiliaire, au sein de laquelle au 14e siècle il n’existe plus qu’une minorité de chevaliers et celles de la structure des armées où l’unité est désormais l’homme d’armes aient contribué à rendre plus malaisée encore l’utilisation par le roi des services que lui devaient ses vassaux.

121 A. N., JJ 55, n° 63 et 58, n° 423 ; B. N., n. a. fr. 7413, f° 64—66.

122 Ibid., 7606, f° 40.

123 Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes, p. 372—373.

Mode de convocation des personnes ecclésiastiques de Normandie en 1319 : A.N., JJ 55, n° 160 (Registres du trésor des chartes, t. II : Inventaire analytique, t. II, p. 300, n° 1621). En 1356, à la semonce du roi Jean, l’archevêque de Reims, Jean de Craon, répondit qu’ « on ne trouvoit point qu’archevêque de Reims eût fait service au roi de Franoe » (cité par d’Avout, Etienne Marcel, p. 60, n. 4).

124 Arch. hist. Poitou, t. XI, p. 340—341, d’après A.N., JJ 67, n° 72.

125 A. N., J 624, n° 18.

126 Petit, Essai, p. 191—200, n° 37 et A. N., J 621, n° 89.

127 A. N., J 623, n° 106.

128 B. N., fr. 1223, f° 5v°.

129 « C’est assavoir que, quant ilz furent a Paris, ilz furent aus despens du Roy, si comme il appert par les registres de la Chambre » (A. N., J 624, n° 18). Gages indiqués dans Petit, Essai, p. 191—200, n° 37. On relève toutefois dans ce même document cette mention, unique en son genre : « La ville et les habitants de Fresnoy en Beauvoisis, une charette attelée de quatre bons ronsins, quarante jours a leurs despens ».

130 Borrelli de Serres, Recherches, t. III, p. 467—527 et surtout 505 sq.

131 Arch. hist. Poitou, t. XLIV, p. 373—382 ; t. XLVI, p. XXVII sq. et 61 sq.

132 A. N., J 167, n° 2.

133 Hist. Languedoc, t. X, col. 671—676. Sur les obligations militaires des habitants de Lunel en 1295, cf. Maillard, « Enquête sur Lunel », p. 67.

134 Inv. arch. Toulouse, AA 5, n° 161.

135 Ménard, Hist. Nîmes, t. II, n° 63, p. 113—114.

136 Hist. Languedoc, t. X, col. 884—885.

137 Thierry, Monuments de l’histoire du Tiers-Etat ; t. I, p. 476.

138 B. N., Languedoc 159, f° 82, cité par Lehoux, Duc de Berri, t. I, p. 68, n. 2 et p. 96, n. 5. De même, en 1355, le comte d’Armagnac, lieutenant du roi en Languedoc, mande à tous les habitants de la ville et de la viguerie de Toulouse, au-dessus de quatorze ans, de s’armer à raison d’un par maison et de se tenir prêts à partir à la quinzaine de la Pentecôte pour servir pendant 40 jours (Hist. Languedoc, t. IX, p. 649).

139 Dictus dominus locumtenens dictam appellationem non admizit tanquam frivolam et inanem et interjectam contra jura regia et impedimentum deffensionis dicte guerre (Hist. Languedoc, t. X, col. 673).

140 A. N., J 623, n° 106 sq.

141 Le terme de « mercenaire » se rencontre parfois, mais pour désigner les serviteurs à gages (Le Songe du Vergier, éd. 1737, t. II, p. 21 et Ord. Roys, t. II, p. 492—494). Peut-être l’équivalent le plus exact de mercenaire serait-il, pour l’époque, « souldoiers adventureulx » (Chron. premiers Valois, p. 82) ?

142 Cf. les lettres adressées par Jean le Bon au Galois de la Baume, important seigneur bressan qui, sous le règne précédent, avait été maître des arbalétriers de France (A. D. Ain, E 142 : 1350).
En 1304, Philippe le Bel mande les seigneurs les plus importants par lettres patentes et closes, les autres par lettres patentes seulement (Hist. France, t. XXIII, p. 795). Même distinction au 15e siècle dans l’Etat bourguignon : certains seigneurs reçoivent de Philippe le Bon des lettres personnelles, tandis que d’autres lettres sont adressées indistinctement à tous ceux accoutumés à porter les armes (B. N., fr. 1278, f° 67—72).

143 Action des recruteurs royaux : Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 626—630 (1295) ; B. N., Languedoc 109, f° 28 (1348) ; p. o. 1957, dossier Mez, n° 2 (1353) et 2469, dossier Du Rey, n° 2 (1356) ; A. N., K 49, n° 30 (1368) et P 13771 n° 88 et 133 (1339). Sur la venue des gens de guerre, Froissart, Chron., t. IX, p. 18. On procédait également par voie d’affiches (ibid., t. VII, p. 216). Les volontaires attendaient parfois assez longtemps avant d’être retenus par le roi (Delisle, Mand. Ch. V, p. 506, n° 978 : 1373).Les étrangers cherchaient à obtenir l’appui d’un grand seigneur afin d’obtenir plus facilement leur engagement (B. N., n. a. fr. 7962, f° 38—39 : 1386).

144 Joinville, Histoire de saint Louis, éd. N. de Wailly, Paris, 1867, p. 292.

145 B. N., n.a. fr. 4736, f° 4v°.

146 Cf. par exemple Lewis, « The Organization of Indentured Retinues in Fourteenth Century England » et, du même, « Indentures of Retinues with John of Gaunt ».

147 B. N., Clair. 193, n° 97 et 179, n° 18. Cf. aussi les diverses lettres de retenue incluses dans le formulaire B. N., fr. 5909. Il est à penser qu’on appliqua aux structures militaires une pratique courante dans la société nobiliaire et princière du temps : vers 1350, la « compagnie » du duc Philippe d’Orléans comptait le dauphin Charles et ses trois frères, Louis, Jean et Philippe, Louis de Bourbon, arrière-petit-fils de Robert de Clermont, Edouard, comte de Bar, son frère Robert, Godefroy de Brabant, ainsi que Louis de Navarre, frère de la reine Blanche, « retenu de nouvel de ladite compaignie » (Lehoux, Duc de Berri, t. I, p. 20).

148 Froissart, Chron., t. IX, p. 81. On parle aussi de gens de guerre « hors » ou « hors la retenue » (B. N., fr. 32510, f° 147—148).

149 B. N., Clair. 23, n° 120.

150 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 168.

151 B. N., Clair. 487, f° 88 (1369) et 194, n° 38 (1383).

152 Ibid., 229, p. 1321. « Retenues » du connétable de France, Raoul, comte d’Eu, entre 1314 et 1341 : B. N., fr. 32510, f° 86, 147, 162, 165, 168, 175, 179, 182, 185 et 188.

153 B. N., Clair. 190, n° 109.

154 B. N., n.a. fr. 9238, f° 90r°.

155 Hist. Languedoc, t. X, col. 842—844.

156 B. N., n.a. fr. 9236, p. 37.

157 Exception pour la lettre de retenue de Bernard d’Armagnac, sénéchal d’Agenais, par Louis d’Anjou, dont on possède deux exemplaires, en tous points dentiques (B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 40 et 43 : 17 février 1370).

158 Ibid., 1104, dossier Faudoas, n° 4 (1352) et 595, dossier De Cardaillac, n° 151 (1354).

159 B. N., Clair. 36, n° 179 (1352) et 60, n° 150 (1356).

160 Gf. par exemple B. N., p. o. 2237, dossier Pernet, n° 4 (1352).

161 Sur le sens de ces expressions, infra p. 110.

162 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 6 (1355).

163 Ibid., 1310, dossier Genève, n° 4 (1359) et Clair. 36, n° 179.

164 Ibid., 1574, dossier De Jauly, n° 3 (1352).

165 Ibid., 1104, dossier Faudoas, n° 4 (1352).

166 Ibid., 1574, dossier De Jauly, n° 5 et 6.

167 Ibid., 2237, dossier Pernet, n° 4 et 1574, dossier De Jauly, n° 3.

168 B. N., Clair. 60, n° 150 (1356) et p. o. 1280, dossier Garencières en Normandie, n° 17 (1357).

169 « Tant comme il plaira au Roy nostre dit seigneur et a nous » : ainsi le souligne Jean, comte de l’Isle-Jourdain, capitaine général pour le roi ès parties de la Languedoc en 1352 (B. N., p. o. 1574, dossier De Jauly, n° 3).

170 B. N., Clair. 36, n° 179 (1352).

171 B. N., fr. 25997, n° 311. Cf. aussi la lettre adressée le 5 mai 1340 par Philippe VI à tous les justiciers de son royaume (Bulletin du comité des travaux historiques, 1895, p. 525, n° 6).

172 B. N., Clair. 31, n° 156.

173 Ibid., 63, n° 156.

174 Ibid., 15, n° 3, 8, n° 7 et 5, n° 41.

175 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.

176 A.N., JJ 99, n° 337.

177 Chron. norm., app. III, p. 210—213 ; le contrat passé en 1358 entre le régent Charles et Baldo Doria prévoit un service minimum de 2 mois (Luce, Du Guesclin, p. j. 13, p. 534—535). Cf. aussi les « traicté, instruction et accord » du 4 février 1379 entre les représentants de Charles V d’une part, ceux du roi de Castille de l’autre (Hay du Châtelet, Du Guesclin, p. 403 — 405). La lettre par laquelle Charles V, le 28 octobre 1367, retient son cousin Jean d’Armagnac avec 1000 glaives, dont 900 recrutés parmi les « Compaignes », s’éloigne sensiblement des clauses des retenues françaises habituelles et s’apparente à la condotta italienne (La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 42—44 et A. D. Côte-d’Or, B 11733). Sur la condotta, cf. entre autres W. Block, Die Condottieri, Berlin, 1913 et C. C. Bayley, War and Society in Renaissance Florence. The « De militia » of Leonardo Bruni, Toronto, 1961.

178 B. N., p. o. 2236, dossier Périgord, n° 2 (1352).

179 B. N., Clair. 229, p. 1261 sq. ; Chron. norm., app. V, p. 222—223.

180 English Govern., t. I, p. 344. Palmer, « The Last Summons, p. 771—775, en désaccord avec Lewis, « The Last Medieval Summons » et « Summons of the English Feudal Levy ».

181 Murimuth, Chron., p. 192—193.

182 Ibid., p. 198.

183 English Oovern., t. I, p. 346 sq. ; Hewitt, The Organization of War, p. 36 sq.

184 Lyon, From Fief to Indenture, p. 216.

185 N. B. Lewis, « An Early Indenture of Military Service » [1287], Bulletin of the Institute of Historical Research, t. XIII, 1933, p. 85—89.

186 Prince, « The Indenture System ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search