Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Première partie. Les forces militaires de la monarchie française au milieu du XIVe siècle (1337-1369)

Chapitre I. Les combattants

Texte intégral

1Avant d’étudier le recrutement et les effectifs des armées françaises, il convient de décrire les types de combattants dont disposèrent les souverains Valois durant les trois premières décennies de la guerre de Cent Ans. A cette fin, les sources archivistiques seront interrogées aussi bien que le témoignage des chroniqueurs contemporains, souvent moins technique, moins précis, mais ayant l’intérêt d’être plus proche du vocabulaire social usuel.

  • 1 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 156 ; Chron. norm., p. 47 et 66 ; Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 67  (...)
  • 2 Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 51.
  • 3 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 173 et 199.
  • 4 Chron. reg. Franc., t. II, p. 138 et 201.
  • 5 Chron. norm., p. 43 ; Jean le Bel, Chron., t. I, p. 130 et 249 ; Chron. reg. Franc., p. 62, 108, 1 (...)
  • 6 Stipencdiarii : Ord. Roy s, t. III, p. 99—110.
  • 7 Chron. norm., p. 44.
  • 8 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 50.
  • 9 Ibid., p. 65.
  • 10 In Normannia vero, Britannia, Pictavia et Gasconia, omnibus portibus et passagiis garnisiones homi (...)
  • 11 S’affirmer soudoyer était aussi une protection : en 1371, le duc de Lancastre, assiégeant Montpon, (...)
  • 12 Chron. norm., p. 184. On trouve aussi « guerrieur » (Froissart, Chron., t. VI, p. 51).
  • 13 B. N., n. a. fr. 9236, p. 286 et 9238, f° 90r°.

2Pour désigner les gens de guerre d’une manière la plus générale possible, on faisait un assez large usage du mot « combattants », pugnati dans les sources en latin1. Parfois les termes employés étaient encore plus vagues : « gens »2, « compaignons »3, hermines, viri4. « Souldoyers », « souldars », soldarii5, « gagiers » sont fréquents, mais ils correspondent à une acception déjà plus restrictive, puisque par définition ils ne désignaient que les combattants « stipendiés »6. S’agit-il d’une armée, on relève des expressions telles que « grant compaignie de princes, de souldoiers et de gens de communes »7, « III homme, que souldoiers que gens du pays »8, ou encore les « souldoiers et alliez »9. La Chronographia regum Francorum parle de Philippe VI installant à ses dépens dans tous les « ports et passages » de Normandie, Bretagne et Gascogne, des garnisons d’hommes d’armes et de soudoyers10. Ce dernier mot a parfois un sens légèrement péjoratif ; il s’applique de préférence soit à des troupes étrangères au pays où elles servent, soit même à des combattants de seconde zone11. Quant à l’expression « gens de guerre », courante, voire prédominante au 15e siècle, elle ne fait qu’une timide apparition dans les écrits du temps12. Enfin, il arrive, par exception, que le terme de « gens d’armes » recouvre la totalité des combattants13.

Gens d’armes

  • 14 Ibid., 7°413, f° 296.

3« Les gens d’armes et de pié »14 : la formule, fréquemment employée vers 1340, implique qu’à cette date l’ensemble des troupes montées était formé de gens d’armes, au sens propre du mot.

  • 15 Ibid., 9240, f° 155r°.
  • 16 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. 385—392 ; B.N., n.a. fr. 9240, f° 43r°. Cf. aussi l’én (...)
  • 17 Ainsi le « baron d’Ivry » (B.N., fr. 21°809, n° 17 : 1391).
  • 18 Cf. Beaumanoir, Cout. Beauv., t. II, p. 23 : « Pour ce que nous parlons en cest livre en pluseurs (...)

4Cependant, au sein de cette catégorie de combattants, des distinctions apparaissent. Certaines sont de nature proprement nobiliaire. La hiérarchie du temps, scrupuleusement respectée par les scribes, énumère dans l’ordre les rois, les princes, les ducs, les comtes, les vicomtes, les barons15. Parfois des seigneurs ecclésiastiques s’intercalent dans cette liste : au niveau des ducs, les archevêques ; avant les comtes ou à leur niveau, les évêques16. La plupart de ces titres ne font pas problème : on est prince, duc, comte, vicomte, parce que l’on tient, par héritage ou mariage, par don ou par achat, une principauté, un duché, un comté, une vicomté. Le terme de baron fait cependant difficulté, puisque, s’il correspond parfois à un titre précis17, il peut aussi désigner l’ensemble de la haute aristocratie laïque jouissant d’un certain statut, possédant certains droits, d’ailleurs variables selon les régions et les époques18.

  • 19 « Damoiseaux bannerets » : B.N., Doat 186, f° 161v°—162r°.
  • 20 Hist. France, t. XXIII, p. 684.
  • 21 Selon Denholm-Young, History and Heraldry, première mention des bannerets dans Matthew Paris à l’a (...)
  • 22 Contamine, « Batailles, bannières, compagnies », p. 21—26.
  • 23 Diez de Gamez, Le Victorial, p. 304—305.
  • 24 Chron. Jean II Ch. V, t. II, p. 161. On pouvait être banneret fort jeune : le comte de Harcourt l’ (...)

5L’ambiguïté est plus grande encore pour les catégories immédiatement inférieures : « chevaliers à bannière » ou « chevaliers bannerets », « écuyers bannerets » ou, parfois, « damoiseaux bannerets »19. Le terme de banneret en effet a un caractère moins nobiliaire que militaire ; apparu en France sous Philippe Auguste20, ayant gagné l’Angleterre au milieu du 13e siècle21, il était attribué aux seigneurs qui, dans les armées, avaient le droit d’avoir un drapeau à leurs armes de forme carrée ou rectangulaire : la bannière22. La création et la diffusion du qualificatif de banneret furent avant tout un moyen pour les chefs d’armée d’articuler leurs troupes en un certain nombre d’unités regroupées autour des bannières23. Dans ces conditions, il fut accordé, stricto sensu, aux seigneurs d’importance qui, tout en n’étant ni ducs, ni comtes, ni barons, possédaient une situation féodale et économique supérieure : « puissant de linaige, de terre et de mise »24, tout banneret était susceptible d’être accompagné à la guerre de quelques dizaines de combattants au moins servant sous son autorité. S’il était chevalier, il portait le titre de chevalier banneret ; s’il n’était qu’écuyer, celui d’écuyer banneret.

  • 25 Ainsi, en 1340, Jean de Chalon, comte d’Auxerre, Jean de Noyers, comte de Joigny, Bouchard, comte (...)

6Mais en même temps, le rang de banneret correspondait à un niveau déterminé dans l’échelle des gages : or, tandis qu’en Angleterre, des tarifs différents étaient prévus pour les ducs, les comtes et les bannerets, en France au contraire, ni les comtes ni les ducs ne bénéficiaient de gages particuliers : ils étaient payés soit comme chevaliers bannerets soit, au mieux, comme doubles bannerets25. C’est dire que le terme de banneret désigne tantôt le chevalier ou l’écuyer banneret par opposition aux seigneurs ayant un titre nobiliaire plus élevé, tantôt la couche socialement et militairement supérieure parmi l’ensemble des hommes d’armes.

  • 26 L’expression la plus courante est celle de « chevalier bachelier ». « Chevalier d’un écu » : Jean (...)
  • 27 B.N., n.a. fr. 9239, f° 201

7En dessous des chevaliers bannerets, viennent les « chevaliers simples », ou « chevaliers bacheliers », ou « chevaliers sans bannière », ou « chevaliers d’un écu »26. Entre les deux catégories, la frontière n’est point infranchissable : durant l’ost de Bouvines de 1340, quelques chevaliers bacheliers, sans doute les plus importants, eurent droit de « lever bannière », devenant chevaliers bannerets et recevant du même coup les gages correspondant à leur nouvel état27.

  • 28 Expression la plus courante : « écuyer ». « Gentilshommes » : A.N., K 47, n° 32 (1355). Hommes d’a (...)

8Puis, sont énumérés les « écuyers », ou « écuyers simples », ou « écuyers sans bannière », ou « gentilshommes », qualifiés parfois, sans plus, d’hommes d’armes28. On retrouvera plus tard le problème de leur origine sociale : il suffit ici de retenir qu’ils sont considérés comme appartenant tous à une même catégorie militaire, à laquelle correspond un tarif déterminé dans l’échelle des soldes.

  • 29 Dont on n’a pas trouvé d’exemple pour cette époque.

9Entre les chevaliers et les écuyers, le passage est possible, voire fréquent. Si, sauf dégradation29, un chevalier ne retombe jamais écuyer, des écuyers, en nombre variable, peuvent devenir chevaliers. Pendant chaque campagne, de préférence au matin d’une rencontre ou lors d’un siège, des promotions de « chevaliers nouveaux » avaient lieu : au témoignage des documents comptables, durant le même ost de Bouvines, 229 écuyers furent faits chevaliers. Quant aux écuyers bannerets ayant été adoubés, ils devenaient tout naturellement chevaliers bannerets.

  • 30 B.N., Clair. 229, p. 1261 sq. ; Chron. norm., app. V, p. 222—223.

10Enfin, il faut aussi ranger parmi les gens d’armes le groupe, d’ailleurs restreint, des sergents d’armes du roi30.

  • 31 B.N., fr. 25764, n° 152 (1364) et 196 (1372) ; Chron. reg. Franc., t. II, p. 322 ; Jean le Bel, Ch (...)
  • 32 Froissart, Chron., t. VI, p. 162
  • 33 « La lance au poing et la targe au col » : l’expression est familière à tout lecteur de Froissart.(...)
  • 34 Sur tout ceci, cf. en dernier lieu la solide synthèse de Blair, European Armour.
  • 35 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 211 ; Chron. reg. Franc., t. II, p. 140.

11En dépit de ces distinctions, les gens d’armes constituaient un ensemble militaire relativement homogène, présentant plusieurs caractères communs. Le plus constant était l’usage de certaines armes offensives : l’épée, et surtout la lance en bois, d’environ trois mètres de long, terminée par un fer. Ceci explique que, surtout dans la seconde moitié du 14e siècle, « homme d’armes » ait eu comme équivalent normal, tant dans les sources archivistiques que narratives, « lance » ou « glaive »31. A cet arsenal classique, chaque combattant ajoutait, à son gré, d’autres armes : hache, fléau, masse d’armes32... Tout homme d’armes disposait également d’un armement défensif, comportant d’abord un petit bouclier triangulaire, appelé targe ou écu, d’usage encore courant au milieu du 14e siècle33 ; ensuite un casque : aux alentours de 1350, l’ancien heaume n’est guère plus qu’une survivance, rapidement supplanté auprès d’une majorité de gens d’armes, riches ou pauvres, par le bassinet, de forme variable, avec ou sans visière mobile34. Ce mode de protection de la tête s’imposa durant toute la seconde moitié du siècle, au point que le terme de « bassinet » est fréquemment employé comme synonyme d’homme d’armes35. Reste l’armure proprement dite. De façon générale, celle-ci peut être répartie en deux types principaux :

  1. l’armure souple où l’on distingue celle faite de cuir non traité ou d’étoffes plus ou moins épaisses et rembourrées et celle faite de mailles, c’est-à-dire d’anneaux de métal entrecroisés ;
  2. l’armure rigide, en métal, cuir bouilli, écailles ou corne, qui se divise à son tour en trois variétés : larges plaques articulées là seulement où l’exigent les mouvements du corps et des membres ; plaques plus réduites attachées à une étoffe par des rivets ou par une couture en vue d’une protection tout à fait flexible ; petites plaques reliées entre elles par un système complexe de laçage36.

12Auquel ou auxquels de ces types, appartiennent les armures des hommes d’armes français au milieu du 14e siècle ?

  • 37 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 159, 160, 162 ; B.N., n.a. fr. 7413, f° 567.
  • 38 Chron., t. VIII. p. 157.
  • 39 Une « monstre et reveue » de la garnison de Conches, en 1357, distingue les hommes d’armes armés « (...)

13Depuis une centaine d’années, les combattants avaient pris l’habitude de munir leurs bras et leurs jambes de plaques de métal qui supplantèrent peu à peu les mailles traditionnelles. Cependant, vers 1350, l’évolution n’était pas achevée et des pièces de maille subsistaient toujours, particulièrement pour couvrir la face postérieure des jambes. La nature de l’armure protégeant le buste est moins claire ; en effet, dans les documents figurés — sculptures, pierres tombales, miniatures —, elle est toujours masquée par un vêtement : cotte d’armes ou autre. Toutefois, la cotte de mailles, ou cotte de fer, ou haubert, ou haubergeon, demeure encore à cette date l’élément le plus important et le plus fréquent. « Armeures de fer », « cottes de fer » : autant de synonymes pour désigner les hommes d’armes37. Mais, pour amortir l’effet contondant des coups, les combattants plaçaient fréquemment par-dessous ou par-dessus le haubert une casaque ou un justaucorps souples, rembourrés, formés d’étoffe, de coton ou de cuir, relevant du premier type d’armure et portant les noms de « cotte gamboisée », « gamboison » ou « jaque » : protection Supplémentaire d’efficacité restreinte, mais qui avait le mérite de ne pas coûter cher. Par ailleurs, et telle est la grande nouveauté qui s’impose à partir des premières décennies du 14e siècle, les guerriers les plus riches, ou les plus prudents, remplacent de plus en plus souvent la casaque de dessus par des « paires de plates » ou des « plates » de fer ou d’acier. Voici la description faite par Froissart d’un homme d’armes surpris par l’adversaire, en 1373 : « Messire Gautier Hues (...) estoit ja demi desarmés. Il eut si grant quoite et si fretilleusement monta a cheval qu’il n’estoit vestis que de une sengle cote de fier [entendons : cotte de mailles] et n’eust mies loisir de prendre ses plates ; mes, la targe ou col et la lance ou poing, s’en vint en ce estât a l’escarmuce ». Son opposant, « durement armés de touttes pièces (...) broche cheval des esporons et s’en vient sur lui et le fiert de son glave si roidement que les armeures que il avoit, ce n’estoient mies gramment, ne li vallerent onques riens »38. Il est certain que les « plates » ressortissent au second type défini plus haut, mais à quelle variété ? Notre ignorance sur ce point reste grande. Du moins peut-on conclure d’une part à un alourdissement certain de l’armement défensif à partir de 1330—1340, d’autre part à une augmentation corrélative de son coût39.

  • 40 B.N., Clair. 99, n° 10.
  • 41 Génicot, Economie rurale namuroise, t. II, p. 212
  • 42 Prince, « The Indenture System », p. 294.
  • 43 A.D. Isère, B 4358.
  • 44 Beauséjour, « Pesmes et ses seigneurs », n° 324, p. 128—129, d’après A.D. Doubs, B 527.
  • 45 A.D. Côte-d’Or, B 11747.
  • 46 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 239—241, n° 672.
  • 47 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.
  • 48 Ibid., t. III, p. 618—627.
  • 49 B.N., fr. 24031, f° 1—14. Encore en 1375, 9 hommes d’armes servant au siège de Saint-Sauveur-le-Vi (...)

14Armement offensif identique, armement défensif en gros comparable : tels sont les points communs à tous les hommes d’armes. Il existe cependant des différences entre eux. Certes tous sont montés ou, comme disent les textes, servent le roi « en chevaux et en armes », « en arroy d’armes et de chevaux »40. Mais tous ne disposent pas du même nombre de montures. Dans la première moitié du 14e siècle, les chevaliers du Namurois avaient chacun en moyenne 6 chevaux, les écuyers, 3 ou 441. Les endentures anglaises du temps d’Édouard III indiquent qu’un comte avait le droit de transporter sur le continent 6 chevaux, un chevalier banneret 5, un chevalier bachelier 4, un simple homme d’armes 342. Trois énumérations de combattants servant en Dauphiné en 1353 indiquent un total de 13 chevaliers dont le nombre de chevaux n’est pas mentionné et de 98 simples nobiles parmi lesquels 10 disposent de 3 chevaux chacun, 52 de 2 chevaux et 36 d’un seul cheval43. Dans une liste de gentilshommes mandés par le duc de Bourgogne, Philippe de Rouvres, en 1359, pour le siège du château de Grattedos, 13 ont deux chevaux et 5 trois ; le seul en ayant 4 se trouve être en même temps l’unique chevalier de cette troupe de 19 hommes d’armes disposant au total de 45 chevaux44. Une montre de 1368 fournit les noms de 4 hommes d’armes, ayant chacun 2 chevaux45. En 1359’ un accord est conclu entre la ville de Saint-Quentin et un certain nombre de « glaives » qui s’engagent à la servir, chacun d’eux avec 2 chevaux46. En 1356, les états de Languedoc prévoient que tout homme d’armes devant être recruté aura 2 chevaux47. 2 chevaux encore : tel est le chiffre minimum que la sénéchaussée de Beaueaire, en 1363, impose aux hommes d’armes qu’elle compte entretenir48. En 1356 enfin, les états du pays d’Auvergne escomptent que chaque écuyer ou bourgeois chargé de sa défense aura 2 chevaux et chaque chevalier 349. Il apparaît donc raisonnable d’estimer qu’au milieu du 14e siècle, la norme était de 2 chevaux pour un homme d’armes ou un écuyer, de 3 pour un chevalier, d’un nombre supérieur encore pour un banneret. Certes il serait naïf de croire que ce barême fut toujours et partout respecté, mais on peut penser que toute infraction à son égard était tenue pour une pratique frauduleuse. Une armée de 5 000 hommes d’armes réunit donc en fait à peu près 10 000 chevaux.

  • 50 Italie (Pouilles et région de Palerme) : Delisle, Mand. Ch. V, p. 145,295 A (1366) et Chron. d (...)

15Selon son rang, chaque homme d’armes dispose ainsi d’un nombre variable de montures. Mais celles-ci sont-elles de qualité égale entre tous les hommes d’armes ? Pour les désigner, le mot le plus courant dans les chroniques est aussi le plus vague : « cheval ». « Destrier » devient rare ; « coursier », en revanche, est assez fréquent. « Monté sur fleur de coursier » est une expression que Froissart affectionne particulièrement. Parmi ceux-ci, certains sont originaires d’Italie, d’autres de la Péninsule ibérique : tels sont les « coursiers d’Espagne » ou « genets d’Espagne » dont parlent plusieurs sources50.

  • 51 Infra, p. 103—106.
  • 52 A.D. Côte-d’Or, B 11746. Cf. aussi la revue de Pierre Trousseau, chevalier, et des gens d’armes de (...)
  • 53 A.D. Côte-d’Or, B 11°746.

16Mais ce sont les montres qui offrent ici la documentation la plus abondante. Jusqu’aux années 1370, en effet, elles comportent presque toujours la description de la robe et l’estimation du prix du cheval de guerre, ou cheval d’armes, des hommes d’armes, telles qu’elles résultent de l’inspection des maréchaux ou des autres commis aux montres en vue du restor51. Par exception ces documents utilisent, pour désigner la monture, non pas le terme neutre de cheval, mais un vocabulaire plus varié et partant plus éclairant : dans le rôle de la montre de Jean de Bourgogne, reçue à Châtillon-sur-Seine, le 22 juillet 1366, sur 24 hommes d’armes énumérés, 5 sont dits avoir un « coursier », les autres ne disposant que de « chevaux »52. La montre de Hugues Aubriot, bailli de Dijon, reçue dans cette ville le 27 juillet de la même année, indique que celui-ci présenta trois coursiers, deux hommes d’armes en présentèrent chacun un, tandis que 19 étaient montés sur des « chevaux » et 12 sur des « roncins »53. H est donc probable qu’une minorité d’hommes d’armes — un quart peut-être — disposait de cette monture de luxe qualifiée de coursier.

  • 54 Voici quelques exemples datant de la période 1364—1378 (monnaie stable et forte) :
    Dates francs sou (...)
  • 55 Ord. Roys, t. II, p. 122—128.
  • 56 Ibid., t. IV, p. 67 sq.
  • 57 Diëudonné, Monnaies capétiennes, p. 101.
  • 58 B. N., fr. 24031, f° 1-14.

17Les mentions d’achats de chevaux de guerre sont trop rares pour permettre des conclusions assurées quant à leur prix54. En revanche, trois documents officiels prescrivent le prix minimal des montures des gens d’armes. Une ordonnance de juin 1338, valable pour la Languedoc, prévoit des gages journaliers de 6 s. 6 d.t. pour l’écuyer ayant un cheval d’au moins 25 l.t. et de 7 s. 6 d.t. pour l’écuyer en ayant un d’au moins 40 1.t. : en monnaie réelle, 25 et 40 écus55. L’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351 exige des hommes d’armes un cheval d’au moins 30 l.t. et des valets armés les accompagnant un cheval d’au moins 20 1.t.56. Or, à cette date, l’écu d’or de 21 carats valant 25 s. t., les deux chiffres cités correspondent respectivement à 24 et 16 écus57. Enfin, selon le règlement proposé en 1356 par les états du pays d’Auvergne, le cheval d’un écuyer devait valoir au moins 20 1.t. et celui d’un chevalier, 40, soit — le denier d’or ou le mouton valant alors 30 s. t. — 13 moutons ou deniers un tiers et 26 moutons ou deniers deux tiers58. Quant aux chiffres inclus dans les rôles de montres, ils n’ont qu’une valeur indicative, dans la mesure où ils dépendaient de la bienveillance de celui qui était chargé de recevoir les hommes d’armes, de sa compétence, des protestations des intéressés eux-mêmes.

18En dépit de ces réserves, on peut conclure qu’entre 1335—1340 et 1360— 1365, le prix moyen des montures des simples hommes d’armes est passé, en monnaie de compte, de 25—301.t. à 35—40 ; mais cette augmentation, traduite en monnaie réelle, est beaucoup moins sensible : environ 120 g d’or dans le premier cas contre 140 dans l’autre. En outre, on peut admettre grossièrement que les chevaux des chevaliers simples valaient couramment au moins le double de ceux des écuyers et les chevaux des chevaliers bannerets au moins le double de ceux des chevaliers simples (annexe XII A). On notera que ce rapport d’un à deux se retrouve dans la hiérarchie des gages, un chevalier banneret étant payé le double d’un chevalier simple, et ce dernier le double d’un écuyer.

  • 59 Ord. Roys, t. II, p. 120-128.
  • 60 Blair, European Armour, p. 184—187.

19Ces chevaux étaient-ils protégés ? Les indications sont rares à ce sujet. Au début de la guerre de Cent ans, un certain nombre d’entre eux, appartenant aux nobles les plus fortunés, étaient au moins partiellement recouverts de « plates » ou de mailles de fer, de cuir, de corne59. Mais dès les premières rencontres avec les Anglais, on s’aperçut que cette protection était insuffisante contre les flèches de l’adversaire. On en vint donc après le milieu du siècle, à combattre le plus souvent à pied, les chevaux étant maintenus à l’écart, en réserve, pour la fuite ou la poursuite. Il était donc de peu d’intérêt de prévoir pour eux un équipement défensif, qui, les sources iconographiques le confirment, est très peu fréquent durant toute la seconde moitié du 14e siècle60.

  • 61 Beaurepaire, « Complainte de Poitiers », p. 261, v. 39.
  • 62 Froissart, Chron., t. III, p. 327.
  • 63 B. N., n. a. fr. 23645, n° 162 (1374).
  • 64 Ibid.
  • 65 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq. : aux termes de l’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351, le valet (...)
  • 66 Ceci est sans doute un minimum : pour l’envoi en Ecosse de 1 200 hommes d’armes, les gens des Comp (...)

20Il reste à savoir quel personnel les hommes d’armes avaient à leur disposition. Chaque fois qu’on les saisit concrètement, il apparaît qu’ils sont accompagnés soit d’un page, soit d’un valet, ou « soillar »61, ou « gros valet »62, ou « pilhard »63, parfois même de l’un et de l’autre64. Si le page n’avait pas de valeur ni de fonction proprement militaires, il n’en va pas de même des autres catégories qui, dans certains cas, comportaient de véritables combattants65. On peut donc estimer raisonnable de conclure à l’existence d’autant d’hommes que de chevaux. Complétons l’exemple précédent : sauf fraudes massives, 5 000 hommes d’armes représentaient en réalité 10 000 chevaux et 10 000 hommes dont la moitié environ de véritables combattants66.

Gens de cheval

  • 67 B. N., fr. 32510, f° 206r° (extrait du premier compte de Jacques Lempereur au lieu de feu Jean du (...)
  • 68 B. N., n. a. fr. 9236, p. 258 et Clair. 229, p. 1261 sq. Cette rareté des « gens de cheval » est v (...)
  • 69 B. N., Clair. 32, n° 94 (1352).
  • 70 « Flechiers a cheval » : B. M. Rouen, Martainville 209, n° 13 (1348—1349).
  • 71 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.
  • 72 Prince, « The Indenture System », p. 294.
  • 73 B. N., Clair. 57, n° 30 (1357) ; fr. 25764, n° 150 (1364) ; n.a. fr. 7414, f° 106r°.

21A partir du milieu du siècle, en tête des comptes des trésoriers des guerres, ou du moins des copies qui en subsistent pour cette époque, l’expression « gens d’armes et de pied » fait place à celle de « gens d’armes, de cheval et pied »67. C’est le signe qu’un nouveau groupe de combattants s’est alors constitué, celui des « gens de cheval » qui ne sont pas pour autant des hommes d’armes. Auparavant, on rencontre bien quelques sergents ou arbalétriers montés, mais en nombre insignifiant68. Désormais, leur importance militaire se développe : à côté des sergents et des pavesiers, on trouve également des arbalétriers et même des archers69 ou « fléchiers »70. Les uns et les autres, au combat, servent à pied, mais ils font campagne à cheval. On n’est guère renseigné sur leur équipement ; tout au plus voit-on que chacun d’eux ne disposait que d’une monture71, tout comme d’ailleurs à la même époque les archers anglais72 et que parmi les archers français, les uns étaient dits « armés » ou « étoffés », les autres « désarmés » ou « non étoffés »73, les premiers ayant donc une protection assez complète, proche de celle de l’homme d’armes, les seconds disposant au mieux d’une armure sommaire. On n’est guère renseigné non plus sur la valeur de leurs chevaux, car les montres qui les concernent ne comportent le plus souvent ni leur description ni surtout leur estimation. Quelques exemples indiquent des bêtes assez peu chères (annexe XII A).

22Entre les gens d’armes et les gens de cheval, la distance apparaît donc grande : armement défensif non seulement différent mais plus médiocre, montures de moindre valeur, un seul cheval par combattant, ce dernier n’ayant, selon toute vraisemblance, ni page ni valet à son service.

Gens de pied

  • 74 Chron. norm., p. 46 ; Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 203 ; en latin : pedites (Chron. reg. Franc., (...)
  • 75 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 100. « Peon », « peonier », « peonaille », désignant des gens de pie (...)
  • 76 B. N., Clair. 9, n° 78 (1355).
  • 77 Ibid., 229, f° 1321 sq.
  • 78 Ibid., f° 1261 sq. ; en latin, lanceati : Journ. Trés. Ph. VI, p. 169, n° 893.
  • 79 En latin, pavesiati (ibid., p. 247, n° 1331) ou paveserii (Ord. Roys, t. III, p. 99—110). En princ (...)
  • 80 En latin, balistarii : Chron. reg. Franc., t. II, p. 99 et 145.
  • 81 B. N., Clair. 37, n° 92 (1352).
  • 82 Journ. Très. Ph. VI, p. 169, n° 894 ; B. N., fr. 32510, f° 198v°.
  • 83 Du Cange, Glossarium : Brigancii. On dit aussi en latin brigandi. Du Cange cite une référence du D (...)
  • 84 Hist. litt. France, t. XXXIX, p. 384—385. Le terme brigade pour désigner une troupe de gens de gue (...)
  • 85 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 6, et Clair. 81, n° 55.

23Restent les gens de pied. « Hommes a pié », « hommes de pié », telles sont les expressions générales pour les désigner74. On rencontre aussi « bideaux », « bedeaux »75, « compagnons de pied »76. Un groupe joue un certain rôle jusqu’au milieu du siècle mais disparaît ensuite à peu près totalement : les « ecuyers non montés », « gentilshommes a pié », ou « hommes d’armes a pié », dont l’équipement est parfois précisé : pourpoint, haubert, gants, épée, couteau et glaive77. Trois types en revanche dominent largement durant toute la période : les sergents dits parfois à cause de leur armement, sergents à lance et à pavois, ou « lanciers », ou « sergents à lance et à targe »78, les pavesiers, « paviseurs », ou « talevassiers » dont les grands boucliers — pavois, talvas, taloches — permettent aux gens de trait de tirer à l’abri79, enfin les arbalétriers80. Après 1350, les archers à pied font une timide apparition81. Il arrive que l’expression employée précise l’origine géographique : arbalétriers génois, sergents de pied de Gênes. Un type nouveau de mercenaires étrangers se répand à partir de 1347 : les « brigands », venus d’Italie ou de Provence82. Progressivement le mot s’impose jusqu’à désigner une certaine variété de combattants, quelle que soit leur provenance. Un glossaire latin-français fournit cette définition du mot brigancii : « Veles, brigand, c’est une maniere de gens d’armes courant et apert, a pié »83. Pierre Bersuire, vers 1354—1356, emploie le même mot dans sa traduction de Tite-Live pour expliquer à ses lecteurs ce qu’étaient les « chevaliers » romains : « Chevalier et chevaucheur ont ceste difference entre les Romains et par la maniere du parler en cest livre, quar chevalier sont cil qui estoient gens de piet, toutesfois endoctrinés et apris en l’art de chevalerie, desquiex toutes les legions des Romains communement faisoient leur bataille, si comme sont au jour duy servans ou brigans : quar communement Romain se combatent plus a pié que a cheval. Mais chevaucheurs estoient ceuls que nous apelons maintenant gens d’armes, dont il y avoit tous jours suffisant quantité, si comme sis pour douze, et cuels ci n’estoient pas tant pour combatre comme il estoient pour rompre la bataille des anemis ou pour les enchacier quant il fuioient »84. En 1355—1356 enfin il est fait mention de quelques « ragacins » (ragazzini ?), venus d’au-delà des Alpes au service de Jean le Bon85.

  • 86 L’ordonnance du 30 avril 1350 prévoyait que tout arbalétrier aurait une arbalète adaptée à sa forc (...)
  • 87 B. N., Clair. 87, n° 137 (1369). Sur l’armement des gens de pied, cf. aussi B. N., Doat 53, f° 47-5 (...)

24La plupart des gens de pied disposaient d’un armement défensif : sur la tête, le bassinet, le « chapeau de Montauban », ou la « cervelière », le cou étant protégé soit par un « camail » de mailles rattaché au bassinet, soit par une « gorgerette » ou « gorgière » de coton ou de « plates », le corps, par une simple « cotte gamboisée », ou « tunique gamboisée », un haubergeon ou des plates ; les bras enfin pouvaient être couverts d’un « harnas » de « fer » ou de cuir86 ; à la différence des gens d’armes, ceux de pied ne disposaient d’aucune protection pour les jambes ; ils étaient seulement, au mieux, « armés de corps, de bras et de teste »87. Quant à leur harnois de corps, il consistait en l’un des trois types utilisés mais jamais deux à la fois : bref, une armure moins coûteuse et plus légère.

  • 88 Dons individuels : Delisle, Mand. Ch. V, n° 133, p. 65—66 ; Journ. Trés. Ph. VI, n° 272 ; B. N., p (...)

25Telles sont, au milieu du 14e siècle, les principales catégories de combattants qui composent les armées de terre des souverains Valois. Soulignons que cette évocation ne présente pas seulement un intérêt militaire, mais social, dans la mesure où les hommes de guerre devaient se procurer eux-mêmes, à leurs frais, leur équipement et, le cas échéant, leurs montures. Les mieux pourvus étaient donc le plus souvent les plus riches ; le recrutement s’opérait largement en fonction de la fortune. Quelques exceptions cependant à cette règle commune : le roi, les princes, les grands pouvaient consentir des dons à un nombre restreint de fidèles en vue de leur permettre l’achat d’un cheval ou d’un harnois ; on pouvait se procurer par le vol ce qu’on était incapable d’acheter, utiliser la monture ou la cuirasse d’un ennemi vaincu ; les villes équipaient fréquemment les contingents qu’elles devaient fournir ; mais surtout la monarchie prévoyait l’armement systématique, sur une grande échelle, des soudoyers qu’elle engageait pour ses « armées de la mer »88.

  • 89 B. N., fr. 25764, n° 165 (1365) montre que les ménestrels et les trompettes correspondent à deux r (...)
  • 90 « Queux » et « maréchaux » sont énumérés dans les montres ou revues des grands seigneurs seulement (...)
  • 91 B. N., n. a. fr. 9°237, p. 584 et 586. « Frere Robert Biaufiz, prestre de la tierce ordre Saint Fra (...)
  • 92 Ibid., 92236, p. 295 et 9237, p. 584.
  • 93 Ibid., 9236, p. 306 et 9238, f° 25r°.
  • 94 B. N., p. o. 1481, dossier Hardy, n° 6 ; Clair. 52, p. 3903 ; 83, p. 6563 et 99, p. 7681 ; B. N., (...)
  • 95 B. N., n.a. fr. 9238, f° 84v° ; Froissart, Chron., t. III, p. 348 ; Journ. Trés. Ph. VI, n° 2091. (...)

26D’autres variétés se rencontrent encore, des spécialistes cette fois, mais en nombre restreint : les « menestrels a cheval », « trompettes » ou « trompeurs », « corneurs » ou « naquaires », ainsi que les « tabours » italiens89, les maréchaux (au sens de maréchal-ferrant) les « armuriers », les « queux », quelques « sirurgiens », « maistres en medecine », « mires » ou « physiciens »90, des « prestres » ou chapelains91,des « nauteurs » et « mariniers » gardant les rivières92, des « artilleurs » et armuriers, entretenant ou fabriquant le matériel de guerre93, des charpentiers, « fosseurs » ou fossiers, des pionniers et des charretiers, des maîtres, compagnons ou valets mineurs pour la guerre de siège94, enfin des spécialistes des « engins », appelés fréquemment « maistres enghineours »95.

  • 96 English Govern., t. I, p. 336—343°; Wrottesley, Crécy and Calais, p. 2—4 et 8 ; Prince, « The Stre (...)

27Au terme de cette étude des combattants réunis dans les armées des rois de France, la comparaison s’impose avec celles des rois d’Angleterre ayant servi sur le continent. Vers 1340, quatre catégories principales y apparaissent : les hommes d’armes, les archers à cheval, la cavalerie légère des hobelars, montés sur leurs petits chevaux ou hobyns, armés d’une épée, d’un couteau, d’une lance, protégés par un « hauqueton » et un bassinet, enfin les gens de pied où le type militairement le plus valable est représenté par l’archer à pied. En d’autres termes, les archers à pied jouent du côté anglais le rôle dévolu aux arbalétriers à pied du côté français ; de plus, les archers montés et les hobelars n’ont pas leur équivalent dans les forces réunies par Philippe de Valois. Une quinzaine d’années plus tard, le prince de Galles, dans sa chevauchée à travers la Languedoc tout comme à Poitiers, dispose des mômes types de combattants à l’exception des hobelars, qui ont disparu. Du côté français, à la suite des premières défaites, les archers, arbalétriers et brigands montés se sont imposés, en sorte qu’une différence seulement — capitale il est vrai — subsiste entre les deux armées quant à la variété des combattants : prédominance de l’arc d’une part, de l’arbalète de l’autre96.

Notes

1 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 156 ; Chron. norm., p. 47 et 66 ; Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 67 ; Chron. reg. Franc., t. II, p. 390.

2 Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 51.

3 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 173 et 199.

4 Chron. reg. Franc., t. II, p. 138 et 201.

5 Chron. norm., p. 43 ; Jean le Bel, Chron., t. I, p. 130 et 249 ; Chron. reg. Franc., p. 62, 108, 182, 187, 188, 198. « Gagiers » : B.N., n. a. fr. 5216, n° 6.

6 Stipencdiarii : Ord. Roy s, t. III, p. 99—110.

7 Chron. norm., p. 44.

8 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 50.

9 Ibid., p. 65.

10 In Normannia vero, Britannia, Pictavia et Gasconia, omnibus portibus et passagiis garnisiones hominum armorum et soldariorum suis denariis idem rex stabilivit (t. I, p. 64).

11 S’affirmer soudoyer était aussi une protection : en 1371, le duc de Lancastre, assiégeant Montpon, somme la garnison de se rendre à sa merci. Il entend sans doute la mettre à mort car le seigneur de cette place, Guillaume de Montpon, a quitté le parti anglais et a livré sa forteresse à Charles V ; mais, craignant les représailles, il s’est mis en sûreté à Périgueux ; Montpon n’est défendu que par des troupes restées toujours fidèles à la France ; leur chef, Louis de Mailly, peut donc proclamer : « Il nous seroit moult dur de nous rendre en la maniéré que vous voles avoir qui ci sommes envoiiet comme saudoiier, gaegnans nostre argent ». En conséquence, il demande à être pris « courtoisement, sus certainne composition de raençon » (Froissart, Chron., t. VIII, p. 16).

12 Chron. norm., p. 184. On trouve aussi « guerrieur » (Froissart, Chron., t. VI, p. 51).

13 B. N., n. a. fr. 9236, p. 286 et 9238, f° 90r°.

14 Ibid., 7°413, f° 296.

15 Ibid., 9240, f° 155r°.

16 Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XVIII, p. 385—392 ; B.N., n.a. fr. 9240, f° 43r°. Cf. aussi l’énumération des « dux, comtes, dalphins, prelas, vicomtes, seneschaus, baillifs et bannerez » présents à l’ost de Buironfosse (ibid., 7413, f° 64-66).

17 Ainsi le « baron d’Ivry » (B.N., fr. 21°809, n° 17 : 1391).

18 Cf. Beaumanoir, Cout. Beauv., t. II, p. 23 : « Pour ce que nous parlons en cest livre en pluseurs lieus du souverain et de ce qu’il puet et doit fere, li aucun pourroient entendre pour ce que nous ne nommons conte ne duc, que ce fust du roi ; mes en tous les lieus la ou li rois n’est pas nommés, nous entendons de ceus qui tienent en baronie, car chascuns barons est souverains en sa baronie ».

19 « Damoiseaux bannerets » : B.N., Doat 186, f° 161v°—162r°.

20 Hist. France, t. XXIII, p. 684.

21 Selon Denholm-Young, History and Heraldry, première mention des bannerets dans Matthew Paris à l’année 1240 (Chron. Maj., R. S., t. IV, p. 44). Sur le caractère militaire du titre de banneret en Angleterre, cf. English Covern., t. I, p. 337.

22 Contamine, « Batailles, bannières, compagnies », p. 21—26.

23 Diez de Gamez, Le Victorial, p. 304—305.

24 Chron. Jean II Ch. V, t. II, p. 161. On pouvait être banneret fort jeune : le comte de Harcourt l’était déjà en 1359, lors de l’assaut de la ville de Blangy, alors qu’il n’avait que quatorze ou quinze ans (Chron. premiers Valois, p. 104).

25 Ainsi, en 1340, Jean de Chalon, comte d’Auxerre, Jean de Noyers, comte de Joigny, Bouchard, comte de Vendôme, tous trois qualifiés de chevaliers bannerets (B.N., n.a. fr. 9°240, f° 155v°—156v°) ; Jean, comte de Clermont, dauphin d’Auvergne, écuyer banneret (ibid., f° 44r°) En 1392, Guillaume, vicomte de Melun, Olivier du Guesclin, comte de Longueville, Pierre de Villaines, comte de Ribadeo, sont qualifiés de chevaliers bannerets ; Louis de Chalon, comte de Tonnerre, Philippe d’Artois, comte d’Eu, Jean de Bourbon, comte de la Marche, Jean, comte de Harcourt, Charles, comte de Dammartin, de chevaliers doubles bannerets (B.N., fr. 4482, passim et 7858, f° 309v° sq.).

26 L’expression la plus courante est celle de « chevalier bachelier ». « Chevalier d’un écu » : Jean le Bel, Chron., t. I, p. 147. Froissart (Chron., éd. Kervyn, t. V, p. 74) évoque la présence à Crécy du côté français de « environ XIIc chevaliers d’un escut ou de II ». Un chevalier était dit d’un écu quand il n’avait aucun autre chevalier servant sous lui, sous son pennon, faisant partie de sa mesnie (Beaumanoir, Cout. Beauv., t. II, p. 185).

27 B.N., n.a. fr. 9239, f° 201

28 Expression la plus courante : « écuyer ». « Gentilshommes » : A.N., K 47, n° 32 (1355). Hommes d’armes et écuyers parfois distingués dans un même compte (B.N., n.a. fr. 7604, f° 114 sq.)

29 Dont on n’a pas trouvé d’exemple pour cette époque.

30 B.N., Clair. 229, p. 1261 sq. ; Chron. norm., app. V, p. 222—223.

31 B.N., fr. 25764, n° 152 (1364) et 196 (1372) ; Chron. reg. Franc., t. II, p. 322 ; Jean le Bel, Chron., t. I, p. 148

32 Froissart, Chron., t. VI, p. 162

33 « La lance au poing et la targe au col » : l’expression est familière à tout lecteur de Froissart. Cf. aussi Jean le Bel, Chron., t. I, p. 317 : « Le glaive au poing, l’escu au col ». L’écu était en effet suspendu au cou par des courroies qu’on bouclait avant le combat, ce qui, de la sorte, libérait les deux bras (Froissart, Chron., éd. Kervyn, t. XIV, p. 125). Il est parfois fait mention de porte-targes, accompagnant chaque homme d’armes, ayant ainsi les mêmes fonctions que les scutiferi des 12e et 13e siècles (Morice, Preuves, t. I, col. 1501—1502 : 1356).

34 Sur tout ceci, cf. en dernier lieu la solide synthèse de Blair, European Armour.

35 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 211 ; Chron. reg. Franc., t. II, p. 140.

36 Blair, European Armour, p. 19

37 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 159, 160, 162 ; B.N., n.a. fr. 7413, f° 567.

38 Chron., t. VIII. p. 157.

39 Une « monstre et reveue » de la garnison de Conches, en 1357, distingue les hommes d’armes armés « de plates, bachinet et ce qui s’ensuit », ceux armés de « cote de fer et ehapel de fer » et ceux armés de « cote de fer et bachinet et ce qui s’ensuit » (B.M. Rouen, Martainville, 199, n° 16). Possible « démocratisation » ou uniformisation de l’équipement des hommes d’armes surtout après 1350 : « Aussi bien et aussi noblement est maintenant armé ung povre garchon qu’est un noble chevalier » (Jean le Bel, Chron., t.1, p. 126—127).

40 B.N., Clair. 99, n° 10.

41 Génicot, Economie rurale namuroise, t. II, p. 212

42 Prince, « The Indenture System », p. 294.

43 A.D. Isère, B 4358.

44 Beauséjour, « Pesmes et ses seigneurs », n° 324, p. 128—129, d’après A.D. Doubs, B 527.

45 A.D. Côte-d’Or, B 11747.

46 Lemaire, Arch. Saint-Quentin, p. 239—241, n° 672.

47 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.

48 Ibid., t. III, p. 618—627.

49 B.N., fr. 24031, f° 1—14. Encore en 1375, 9 hommes d’armes servant au siège de Saint-Sauveur-le-Vicomte disposaient chacun d’un valet et de 2 chevaux (Delisle, Saint-Sauveur, p.j. 158, p. 236 et 194, p. 280).

50 Italie (Pouilles et région de Palerme) : Delisle, Mand. Ch. V, p. 145,295 A (1366) et Chron. duc de Bourbon, p. 254 (1390). Espagne : B.N., p.o. 2793, dossier Tanques, n° 27 (1391) ; Chron. duc de Bourbon, p. 111 ; Froissart, Chron., t. XIV, p. 117. Cf. aussi Y. Renouard, « Un sujet de recherches : l’exportation de chevaux de la Péninsule ibérique en France et en Angleterre au Moyen Age », Homenaje a Jaime Vicens Vives, Barcelone, 1965, t. I, p. 671—577.
Sur les types de chevaux, cf. les vers d’Eustache Deschamps :
« Trois maniérés truis de chevaux qui sont :
Pour la jouste, les uns nommez destriers,
Haulz et puissans et qui très grant force ont.
Et les moyens sont appeliez coursiers,
Ceuls vont plus tôt pour guerre et sont legiers.
Et les derrains sont roncins ; et plus bas
Chevaulx communs qui trop font de debas,
Ceux labours vont, c’est de genre villain »
(Cité par H. de Curzon dans son édition de la Règle du Temple, Paris, 1886, p. 88, n. 2)

51 Infra, p. 103—106.

52 A.D. Côte-d’Or, B 11746. Cf. aussi la revue de Pierre Trousseau, chevalier, et des gens d’armes de sa compagnie, faite le 18 août 1371. Trousseau était alors monté sur « un courssier bay, les crins touz noyrs et une estoille blanche ou front, prisié C 1. », ses cinq compagnons, « armés de toutes armes », avaient seulement des roncins, estimés respectivement 30 1., 25 1., 20 1., 30 1. et 30 francs. (Delaville Le Roulx, Comptes Tours, t. II, p. 347—348 d’après B.N., p.o. dossier Trousseau, n° 12). De même, B.N., Clair. 108, n° 22 (1364) et 164, n° 50 (1369).

53 A.D. Côte-d’Or, B 11°746.

54 Voici quelques exemples datant de la période 1364—1378 (monnaie stable et forte) :
Dates francs sources.
1364 un cheval 60 Delisle, Saint-Sauveur, p. 65—66, n° 133.
un « coursier » gris 140 Ibid., p. 70, n° 143.
1365 un « coursier » 140 Ibid., p. 81, n° 168.
1367—1370 chevaux 25, 12, 18, 40, 15, 25, 13, 14, 10, 10, 20, 25, 12, 40, 40, 15, 14, 20, 24, 24, 50, 13, 25, 10, 25,30, 16,
haquenées 60, 53, 50, 35.
roncins 60, 25, 10, 10, 10, 14, 60, 35, 35, 60.
Coursier 80. Izarn, Compte Charles le Mauvais, p. 83—88.
1372 10 chevaux destinés à des arbalétriers 250 B. N., Clair. 165, n° 52.
1378 coursiers 200, 100, 100, 100, 100, 100.
roncins 30, 50, 50, 60, 70, 80.
chevaux 40, 200. B. N., n. a. fr. 20027, f° 36—37.
Pour la période 1338-1340, cf. A. N., JJ 269, f° 14r° et 39v°.

55 Ord. Roys, t. II, p. 122—128.

56 Ibid., t. IV, p. 67 sq.

57 Diëudonné, Monnaies capétiennes, p. 101.

58 B. N., fr. 24031, f° 1-14.

59 Ord. Roys, t. II, p. 120-128.

60 Blair, European Armour, p. 184—187.

61 Beaurepaire, « Complainte de Poitiers », p. 261, v. 39.

62 Froissart, Chron., t. III, p. 327.

63 B. N., n. a. fr. 23645, n° 162 (1374).

64 Ibid.

65 Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq. : aux termes de l’ordonnance de Jean le Bon du 30 avril 1351, le valet d’un écuyer, s’il est armé de « haubergeon, de bacinet a camail, de gorgerette, de gantellez et chope [?] par dessus le haubergeon », a droit à une solde journalière de 5 s. t. De fait, mention de deux « haubergeons » dans une quittance du 19 août 1351 (B. N., Clair. 11, n° 101). Cf. aussi le traité de Charles V et de Jean d’Armagnac, en date du 28 octobre 1367 : ce dernier devait amener au service du roi de France 1 000 glaives ou hommes d’armes, « entre lesquieux mille glayves aura mil autres combatans » ; en d’autres termes un glaive devra compter 2 combattants : l’homme d’armes et son auxiliaire (La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs, p. 42—44). Cf. encore la « monstre » de Jacques, seigneur de Hans, chevalier, 6 chevaliers bacheliers, 34 écuyers et « XXI vallets armez a cheval », reçue sous et en la compagnie du comte de Vaudémont le 28 juillet 1355 (B. N., fr. 21539, p. 499).

66 Ceci est sans doute un minimum : pour l’envoi en Ecosse de 1 200 hommes d’armes, les gens des Comptes de Philippe VI, vers 1336—1338, estimaient nécessaire le transport de 4 000 chevaux (Petit, Essai, p. 204—210, n° 40).

67 B. N., fr. 32510, f° 206r° (extrait du premier compte de Jacques Lempereur au lieu de feu Jean du Cange, par lettres du 5 février 1352, n. st.). Mention de « gens d’armes, de cheval et de pié » dès 1347 (Coville, Les états de Normandie, p. 60).

68 B. N., n. a. fr. 9236, p. 258 et Clair. 229, p. 1261 sq. Cette rareté des « gens de cheval » est vraie pour la première moitié du 14e siècle, mais non pour le 13e, où ils abondent.

69 B. N., Clair. 32, n° 94 (1352).

70 « Flechiers a cheval » : B. M. Rouen, Martainville 209, n° 13 (1348—1349).

71 Ord. Roys, t. III, p. 99—110.

72 Prince, « The Indenture System », p. 294.

73 B. N., Clair. 57, n° 30 (1357) ; fr. 25764, n° 150 (1364) ; n.a. fr. 7414, f° 106r°.

74 Chron. norm., p. 46 ; Chron. Jean II Ch. V, t. I, p. 203 ; en latin : pedites (Chron. reg. Franc., t. II, p. 61).

75 Jean le Bel, Chron., t. I, p. 100. « Peon », « peonier », « peonaille », désignant des gens de pied (l’origine du mot pion, d’abord utilisé pour le jeu des échecs) ne se trouvent pas, à ma connaissance, dans les documents d’archives de cette époque ; quelques exemples dans les sources narratives (cf. Godefroy, Dictionnaire, t. VI, p. 89).

76 B. N., Clair. 9, n° 78 (1355).

77 Ibid., 229, f° 1321 sq.

78 Ibid., f° 1261 sq. ; en latin, lanceati : Journ. Trés. Ph. VI, p. 169, n° 893.

79 En latin, pavesiati (ibid., p. 247, n° 1331) ou paveserii (Ord. Roys, t. III, p. 99—110). En principe, la proportion est d’un pavesier pour 2 arbalétriers. « Talevassiers » : Chron. premiers Valois, p. 107. « Taloche » : Cuvelier, Chron. B. du Guesclin, t. I, p. 28, v. 690.

80 En latin, balistarii : Chron. reg. Franc., t. II, p. 99 et 145.

81 B. N., Clair. 37, n° 92 (1352).

82 Journ. Très. Ph. VI, p. 169, n° 894 ; B. N., fr. 32510, f° 198v°.

83 Du Cange, Glossarium : Brigancii. On dit aussi en latin brigandi. Du Cange cite une référence du Dauphiné, datant de 1345. Gf. aussi Chron. Iiich. Lescot, p. 138 : cum mille servientibus levis armature armatis, qui tune brigantes vocabantur. On trouve aussi quelques brigands à cheval (B. N., n. a. fr. 1036, f° 36). Des brigands pouvaient être archers (Luce, Jacquerie, p. 238).

84 Hist. litt. France, t. XXXIX, p. 384—385. Le terme brigade pour désigner une troupe de gens de guerre n’apparaît que plus tard (« messire Guillaume de Neullae et messire Gaulchier de Passac, a toute leur brigade » : Ghron. duc de Bourbon, p. 201, écrite en 1429).

85 B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 6, et Clair. 81, n° 55.

86 L’ordonnance du 30 avril 1350 prévoyait que tout arbalétrier aurait une arbalète adaptée à sa force, un baudrier, et serait armé « de plates, de crevelliere, de gorgerette, d’espée, de coustel et de harnais de bras de fer et de cuir » tandis que chaque pavesier serait armé de plates ou d’un haubergeon, de bacinet à camail, de gorgerette, de harnois de bras, de gantelets, d’une épée d’un, couteau, d’une lance, d’un « pavas » « ou d’autre armeure » (Ord. Roys, t. IV, p. 67 sq.) ; cf. aussi B. N., Clair. 229, p. 1321 sq. et 84, p. 6605 ; fr. 25996, n° 160, 165, 167, 170, 173, 174, 176, 182, 195, 213, 229, 246 et 25997, n° 266 et 267 ; p. o. 968, dossier Danes, n° 2 et 1503, dossier Helies, n° 3 ; fr. 21539, p. 307. Dans une montre de 1356, mention d’archers à cheval « a plates, a capeline et a colerette », distingués d’autres archers à cheval, dont la protection était sans doute plus sommaire (B. N., n. a. fr. 8603, n° 33).

87 B. N., Clair. 87, n° 137 (1369). Sur l’armement des gens de pied, cf. aussi B. N., Doat 53, f° 47-50 (1342).

88 Dons individuels : Delisle, Mand. Ch. V, n° 133, p. 65—66 ; Journ. Trés. Ph. VI, n° 272 ; B. N., p. o. 1280, dossier Garencières en Normandie, n° 25. Équipement par les villes : Inv. arch. com. Clermont-Ferrand, CC 162. Équipement des armées de la mer : B. N., p. o. 1503, dossier Helies, n° 3 (1339) ; n. a. fr. 20026, n° 145 (1369) ; Terrier de Loray, Jean de Vienne, p. LXXXIV— LXXXVI, p. j. 89 (1384). Les distributions étaient le plus souvent assurées par le garde du Clos des Galées, à Rouen ; parfois elles pouvaient être destinées à des troupes de terre : B. N., p. o. 1070, dossier D’Espinole, n° 2 (1339). Sous Philippe le Bel, armement d’assez nombreux combattants assuré directement par la monarchie (Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 610—625 et 661—678 ; Ph. Wolff, « Achats d’armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine », Annales du Midi, 1948, p. 84—91). Je ne trouve rien de semblable pour tout le reste du 14e siècle.

89 B. N., fr. 25764, n° 165 (1365) montre que les ménestrels et les trompettes correspondent à deux réalités différentes ; B. N., p. o. 93, dossier Armagnac, n° 6. On trouve aussi parmi les « brigands » italiens des « cornemuses » (B. M. Rouen, Martainville 215, n° 5 : vers 1360). « Corneur » et « naquaire » : B. N., fr. 32510, f° 170r° (1339).

90 « Queux » et « maréchaux » sont énumérés dans les montres ou revues des grands seigneurs seulement (B. N., Clair. 23, n° 119 ; revue de Jean de Bueil, reçue à Angers le 1er décembre 1380 et 35, n° 80 : revue d’Enguerran, sire de Coucy, en date du 1er août 1380). « Chirurgien » : B. N., n.a. fr. 9239, f° 270r° « Maître en médecine » : ibid., 9236, p. 149. « Physicien » : ibid., p. 259. « Mire » : ibid., 9237, p. 586. « Armurier » : B. N., fr. 32510, f° 170r° et n. a. fr. 9236, p. 287

91 B. N., n. a. fr. 9°237, p. 584 et 586. « Frere Robert Biaufiz, prestre de la tierce ordre Saint François qui ala a l’armée dont ledit Houdetot fu capitaine pour faire office de prestre » (ibid., 9241, f° 39r°). D’autres clercs participent directement à la guerre, en tant que combattants : leur origine est examinée infra, p. 171—174.

92 Ibid., 92236, p. 295 et 9237, p. 584.

93 Ibid., 9236, p. 306 et 9238, f° 25r°.

94 B. N., p. o. 1481, dossier Hardy, n° 6 ; Clair. 52, p. 3903 ; 83, p. 6563 et 99, p. 7681 ; B. N., n.a. fr. 9238, f° 152v° ; Clair. 57, p. 4377 ; B. N., n. a. fr. 9236, p. 306.

95 B. N., n.a. fr. 9238, f° 84v° ; Froissart, Chron., t. III, p. 348 ; Journ. Trés. Ph. VI, n° 2091. « Services » du même type dans les armées anglaises du temps : cf. Hewitt, The Organization of War, p. 38.

96 English Govern., t. I, p. 336—343°; Wrottesley, Crécy and Calais, p. 2—4 et 8 ; Prince, « The Strength of Engl. Armies », p. 354—355, 356—357 et 364 ; Hewitt, The Black Prince, p. 114.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search