Version classiqueVersion mobile

Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Tome 1

 | 
Philippe Contamine

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Cf. t. I, p. 17. Sur la place de ce livre dans l’œuvre et la pensée de Lot, cf. Ch.-E. Perrin, Un h (...)

1Si je laisse de côté l’essentiel, c’est-à-dire le rôle des expériences vécues, le poids des problèmes contemporains, à l’origine de ce livre se place la lecture de L’Art militaire et les armées au Moyen Age en Europe et dans le Proche-Orient ; par cet ouvrage, Ferdinand Lot entendait attirer l’attention des historiens « sur les problèmes de première importance que suscite ce grand sujet » ; il soulignait à cette occasion qu’en s’y consacrant ils seraient amenés à étudier « non seulement la composition des armées et l’art militaire... mais aussi leur état politique, économique et social »1 et feraient donc, « au sens plein du terme, de l’histoire générale »1 Depuis la publication de ce travail, il y a plus de vingt ans, d’assez nombreux auteurs, tant français qu’étrangers, ont répondu à son appel. Il m’a semblé cependant que le champ d’investigation qu’il proposait aux médiévistes était loin d’être totalement exploré et qu’en particulier des recherches originales demeuraient possibles sur la guerre en France aux 14e et 15e siècles.

  • 2 Pour le Haut Moyen Age, cf. en particulier E. Salin et A. France-Lanord, Le fer à l’époque méroving (...)

2La guerre : pour cette époque et dans cet espace, l’une des composantes majeures de la vie des hommes. Encore un choix s’imposait-il entre quatre directions principales. Et d’abord l’étude du matériel archéologique : sites, constructions de tous ordres, armes défensives et offensives...Seule l’absence de moyens pratiques m’a amené à ne pas retenir cette direction de recherche : non sans regret, car l’étude de l’outillage militaire, au sens le plus large, ne saurait être réservée aux périodes où la documentation écrite est rare ou inexistante.2

  • 3 Au sein d’une bibliographie abondante, citons, du premier, De Krijgskunst in West-Europa in de Midd (...)

3J’ai écarté avec meilleure conscience les recherches sur l’art militaire proprement dit, tout en reconnaissant volontiers que, comme le montrent, entre autres, les récentes publications de deux historiens belges, MM. J.—F. Verbruggen et Cl. Gaier3, non seulement des mises au point, mais encore des travaux originaux, demeurent possibles et souhaitables dans ce domaine plus classique. En particulier, l’étude de la poliorcétique médiévale demanderait à être reprise.

  • 4 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2e éd., Paris, 196 (...)
  • 5 Pour une tentative de ce genre, concernant l’époque barbare, cf. le livre, d’ailleurs assez déceva (...)

4Une troisième direction s’offrait, dans sa séduisante nouveauté : prendre comme objet de recherche la guerre elle-même, ce « formidable, perpétuel remous » dans l’histoire de l’humanité4, en tant que phénomène social, politique, économique, mental, voire artistique ou religieux, présenter une sociologie de la guerre, situer la guerre en tant que « forme de l’existence humaine »5 à la fin du Moyen Age. Je n’ai pas renoncé à ce projet, mais avant de m’engager dans cette voie plus ambitieuse, j’ai jugé préférable de commencer par l’étude des armées des rois de France aux 14e et 15e siècles.

  • 6 Dans Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 512, n. 1. Cf. aussi Fawtier : « L’Histoir (...)

5Quelques mots de R. Fawtier m’encouragèrent dans ce dessein : « Il n’existe pas d’histoire de l’armée française au moyen âge... Toute la question serait à reprendre et à traiter »6. J’ai donc voulu, à l’intérieur de certaines limites chronologiques, d’une part exposer les liens qui unissaient la monarchie des Valois aux hommes qu’elle employait pour faire la guerre — étude institutionnelle —, d’autre part examiner ces hommes eux-mêmes — étude sociale. C’est dire qu’on ne trouvera pas dans ces pages le récit des campagnes militaires et que les derniers tenants de l’histoire-batailles, les amateurs de coups d’épée, n’y trouveront pas leur compte ; est-il besoin d’ajouter que mon propos n’est pas davantage d’étudier une nouvelle fois les rapports franco-anglais durant la guerre de Cent ans ?

  • 7 Le conseil du roi aux xive, xve et xvie siècles, Paris, 1888.
  • 8 Le domaine du roi ; du même, Finances royales.
  • 9 Institutions financières ; du même, Nouvelles études sur les institutions financières de la France (...)
  • 10 Les officiers des bailliages.
  • 11 Histoire du Parlement de Paris de l’origine à François 1er (1250—1515), 2 vol., Paris, 1894. Du mê (...)
  • 12 Le Parlement de Toulouse et l’administration royale laïque (1420—1525 environ), 2 vol., Albi, 1953
  • 13 La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois.
  • 14 Guenée, Tribunaux et gens de justice.
  • 15 La cour pontificale d’Avignon.

6Pour le premier aspect de mon enquête, des travaux portant sur différentes institutions monarchiques françaises à la fin du Moyen Age pouvaient me servir de guide et, jusqu’à un certain point, de modèle : ceux de N. Valois7 sur le Conseil du roi, de M. M. Rey8 et G. Dupont-Ferrier9 sur les finances, de ce dernier encore sur les bailliages et sénéchaussées10, de F. Aubert sur le Parlement de Paris11, de M. A. Viala sur le Parlement de Toulouse12. Pour le second aspect, les ouvrages récents ne manquaient pas, tels ceux de MM. R. Cazelles13, B. Guenée14 et B. Guillemain15, qui, au-delà de la diversité de leurs champs de recherche, ont en commun d’étudier un groupe social, ou socioprofessionnel, dont l’existence est liée à certaines institutions. J’ajouterai toutefois que chaque sujet a son propre type de sources et, plus encore, sa problématique particulière et qu’il ne m’était pas possible d’appliquer telles quelles aux gens de guerre combattant pour le roi de France les méthodes qui s’étaient révélées fructueuses pour l’analyse de la société politique au temps du premier Valois, de la Curie au temps de la papauté d’Avignon ou des gens de justice du bailliage de Senlis entre le 14e et le 16e siècle.

7Afin que soit mieux marquée l’évolution à long terme et que soient discernés avec plus de sûreté aussi bien ce qui change que ce qui persiste, il m’a paru souhaitable d’embrasser une période relativement vaste, s’étendant sur plusieurs générations.

  • 16 Si l’on peut attribuer à cet auteur la continuation de la chronique dite de Nangis.
  • 17 Cf. l’importance des « despens faiz en la voye d’Arragon » en 1285 : 1 228 751 l.t. (Hist. France, (...)
  • 18 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1328, p. 186 (supra, n. 6).

8Parmi les motifs qui m’ont amené à faire commencer ce travail en 1337, certains sont d’ordre documentaire : à partir de cette date, en effet, les sources archivistiques sur les armées des rois de France deviennent, en dépit d’immenses destructions, nettement plus importantes. En particulier, d’assez nombreuses montres d’armes, une foule de quittances et de mandements et surtout un très bel ensemble de comptes de la trésorerie des guerres sont parvenus jusqu’à nous, permettant une étude approfondie de la première décennie de la guerre de Cent ans. Par la suite, la documentation se maintient à un niveau satisfaisant, sauf, de façon d’ailleurs significative, pour la période 1420—1445. En même temps, avec Jean le Bel, Froissart, Jean de Venette16, commence l’âge d’or des chroniqueurs, pour lesquels la guerre est un thème de prédilection. Mais surtout, si la date de 1337 fournit un point de départ acceptable, c’est que, pour de longues années, la guerre passa au premier plan des préoccupations de la monarchie française et de ses sujets. Elle est l’une des causes des difficultés économiques, des bouleversements sociaux, elle commande toute l’action politique. On n’aura garde cependant d’oublier que, depuis la fin du 13e siècle, le « voyage d’Aragon17 », les conflits de Flandre et de Guienne, avaient donné aux entreprises militaires royales une dimension inaccoutumée et que « c’est l’armée des grandes défaites de la guerre de Cent ans qui se prépare » sous les derniers Capétiens directs18.

9A la vérité, la date de 1494 ne marque pas de coupure notable, au moins dans le domaine institutionnel. Il faudrait sans doute descendre jusqu’aux guerres de religion pour découvrir un changement de grande ampleur, c’est-à-dire jusqu’au moment où, vers 1570, la secrétairerie d’état à la guerre se définit, où les premiers régiments d’infanterie permanents prennent corps, où les compagnies d’ordonnance n’ont plus, en temps de paix, qu’une existence fantomatique, ne forment plus qu’un cadre vide. Mais, d’une part, j’ai cédé à l’attrait des chiffres ronds : la réforme décidée par Charles VII en 1445 avait exactement un demi-siècle d’existence lorsque commencèrent les guerres d’Italie. L’historien dispose dès lors d’une période suffisamment longue pour qu’il puisse dégager avec sûreté les caractères de l’armée nouvelle issue de la réforme. D’autre part, à partir de 1494, pendant une génération, la majeure partie des troupes du roi de France va devoir se battre à l’étranger, loin de ses bases : situation inédite, entraînant un certain nombre de problèmes inédits.

10Aux 14e et 15e siècles, des liens assez étroits existèrent constamment entre les armées de terre et les armées de mer réunies par les souverains Valois. L’amiral de la mer, devenu bientôt amiral de France, fut souvent un chef de guerre comme les autres, faisant campagne sur terre, menant des sièges, participant aux batailles rangées. Parfois, la défense ou la reconquête des provinces maritimes lui revinrent en priorité. Les arbalétriers italiens, les hommes d’armes français ou étrangers, combattirent aussi sur les galées et les nefs royales. Les arsenaux de la marine furent à l’occasion utilisés pour l’équipement des troupes de terre. Les obligations spéciales pesant sur les populations de la côte — ainsi le « guet de la mer » — trouvaient leur équivalent dans celles imposées aux populations des frontières continentales. La réquisition des bateaux dans les ports doit être rapprochée de la réquisition des chevaux, du charroi, des armes ou des vivres à l’intérieur du royaume.

  • 19 Madame A. Merlin-Chazelas annonce un ouvrage sur Les armées de mer du roi de France pendant la gue (...)

11En dépit de ces parallélismes, de ces points de contact à la fois institutionnels et sociaux, ce livre ne traite pas des armées de la mer. Les problèmes techniques propres à celles-ci m’ont paru justifier cette exclusion. La marine royale à la fin du Moyen Age appelle un ouvrage particulier qui reste à écrire malgré les beaux travaux réalisés il y a plus d’un demi-siècle par Ch. de La Roncière19.

  • 20 Hist. de la milice françoise.

12Une armée, un système militaire, sont toujours organisés, conçus, dirigés contre un ou plusieurs adversaires, au moins virtuels, qu’il s’agisse de les attaquer ou de s’en défendre. Il était donc nécessaire de comparer les armées des rois de France avec celles de leurs principaux antagonistes : l’Angleterre durant la guerre de Cent ans, l’état bourguignon durant la seconde moitié du 15e siècle. L’existence dans les deux cas d’une abondante bibliographie a facilité ma tâche.20

  • 21 Institutions militaires de la France avant les armées permanentes.
  • 22 Histoire de l’infanterie française, 5 vol., Paris, 1876. Du même, Histoire de l’artillerie françai (...)
  • 23 « La campagne de juillet—août 1346 et la bataille de Crécy », Le Moyen Age, t. XXVII, 1926. Du mêm (...)
  • 24 Arnoul d’Audrehem.
  • 25 Cf. en particulier Luce, Du Guesclin.
  • 26 Hist. Ch. V.
  • 27 Jean le Mercier.
  • 28 Cf. en particulier Mirot, Une tentative d’invasion. Le même auteur projetait une histoire de l’arm (...)
  • 29 Duc de Berri.
  • 30 Supra n. 8.
  • 31 Supra, n. 10.
  • 32 Hist. Ch. VII.
  • 33 Richemont.
  • 34 M. Ch. Braibant, directeur général honoraire des Archives de France, raconte dans son livre, Un bo (...)
  • 35 « La milice des francs-archers ».
  • 36 « L’artillerie de Louis XI ». Ayant pour ma part parlé ailleurs de l’artillerie française sous Cha (...)

13Si je n’ai trouvé que peu de secours dans les ouvrages généraux, aujourd’hui bien vieillis, du Père Daniel, d’Edgard Boutaric21, du général Susane22, d’autres travaux, en revanche, m’ont été d’une aide précieuse en ce qui concerne la France. Le livre de M. P. —C. Timbal, La guerre de Cent ans vue à travers les registres du Parlement (1337—1369), éclaire, grâce à une source jusqu’alors trop négligée, les problèmes militaires des trente premières années du conflit franco-anglais. On trouve d’utiles renseignements sur les armées de Philippe VI et de Jean le Bon dans les articles de J. Viard23, la monographie de E. Molinier24 sur le maréchal d’Audrehem et dans l’œuvre de S. Luce25. Le livre contestable et irritant de J.-M. Tourneur-Aumont, La bataille de Poitiers (1356) et la construction de la France, contient d’intéressantes suggestions. Pas d’étude systématique de l’armée de Charles V dans le grand ouvrage de R. Delachenal26 ; quelques bons développements, en revanche, dans la biographie que H. Moran-villé27 a consacrée à Jean le Mercier. Grâce aux recherches de L. Mirot28, au copieux ouvrage de Melle F. Lehoux29 sur Jean de Berri, et plus encore, aux deux livres de M. M. Rey30, de nombreux aspects militaires du règne de Charles VI sont désormais bien dégagés : j’ai donc mis l’accent, pour cette période, sur quelques problèmes négligés, dont celui des obligations militaires. Pour le 15e siècle, l’important travail de G. Dupont Ferrier sur les officiers royaux des bailliages et sénéchaussées fournit des données abondantes31. Les aspects institutionnels de la réforme de 1445 ont été soigneusement étudiés dans les ouvrages contemporains de G. du Fresne de Beaucourt32 et de E. Cosneau33. La deuxième moitié du 15e siècle est nettement moins favorisée34 : j’ai surtout utilisé pour cette période le livre de M. R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, les articles de A. Spont35 et de M. Ed. Perroy36.

  • 37 La formule est de M. Leroy, cité par G. Duveau, Sociologie de l’Utopie et autres essais, Paris, 19 (...)
  • 38 Ancien Cabinet des titres.

14« L’histoire, sociologie comportant des noms propres »37. Afin de mener à bien les analyses sociales que demandait ma conception du sujet, j’ai été conduit à introduire dans ce travail les prémices d’une Gallia militaris, que je ne désespère pas de compléter ultérieurement. Mes recherches prosopographiques ont été à la fois facilitées et rendues moins imparfaites grâce à l’ample moisson amassée pendant les siècles classiques par toute une pléiade de généalogistes, qui se trouve aujourd’hui intégrée aux collections manuscrites de la Bibliothèque nationale38, grâce aussi à deux monuments d’érudition : les neuf volumes de l’Histoire généalogique de la maison de France du P. Anselme et les quelque 24°000 articles rassemblés dans les six volumes de la Gallia regia de G. Dupont-Ferrier.

  • 39 Cité par M. David, Les travailleurs et le sens de leur histoire, Paris, 1967, p. 140, n. 3.
  • 40 Ibid.

15Plus que toute autre, l’histoire des armées est étroitement liée aux événements, à la conjoncture politique. Il eût donc été illégitime de ne pas adopter un plan chronologique. Au reste, comme le soulignait naguère Madame A. Kriegel, la référence trop unilatérale à la structure risque de laisser échapper ce que l’histoire comporte de plus radicalement neuf39. Je me suis cependant efforcé de prendre un certain recul par rapport aux péripéties, au « flot tumultueux et confus des faits »40, en isolant un petit nombre de périodes relativement longues et en dégageant les permanences et les différences qui les éloignent ou les rapprochent.

16La première partie, d’ordre avant tout institutionnel, est consacrée à l’organisation du système militaire français depuis le début de la guerre de Cent ans jusqu’à la reprise du conflit, en 1369. L’étude de l’armée de Charles V, entre 1369 et 1380, constitue l’objet de la deuxième partie ; en y ajoutant les notices et analyses contenues dans les annexes I, II et V, qui viennent l’étayer et l’étoffer, on verra que l’analyse sociale y occupe une place importante. Il m’est apparu que, durant le troisième quart du 14e siècle, un type défini, stable, d’organisation militaire, répondant à un certain contexte social et mental, s’était fixé. Ce type fit ses preuves lors de la reconquête de la France par Charles V puis il entra en sommeil avec le retour progressif à la paix qui marqua la fin du 14e siècle, mais demeura pendant toute cette période un modèle pratiquement inchangé. La survie, puis, à partir de 1415—1420, la désintégration de ces structures militaires sont étudiées, plus sommairement, dans la troisième partie. Enfin, la quatrième partie, la plus longue, examine les débuts de l’armée de la France moderne et les contours de la société militaire qui prit forme dans la seconde moitié du 15e siècle. Ce livre s’organise ainsi autour de deux temps forts, correspondant à la deuxième et à la dernière partie, auxquels s’opposent deux temps faibles, la première et la troisième.

17Afin d’alléger l’ensemble, j’ai réuni dans les annexes des analyses et des développements de caractère spécialement minutieux ou technique, dont seules les conclusions sont incorporées au fil des chapitres.

18Ce livre ne prétend pas tout dire sur un sujet aux multiples aspects, implications et interférences. J’ai tenté seulement de répondre aux questions les plus importantes, qui sont souvent aussi les plus simples.

19Ma reconnaissance s’adresse à tous ceux qui, à des titres divers, m’ont aidé, encouragé, conseillé dans la réalisation de ce travail. A plusieurs reprises, j’ai soumis quelques-uns de ses thèmes à la critique de Robert Fawtier et d’André Bossuat ; ce dernier m’a en outre fourni avec une grande libéralité nombre de renseignements et de références. Madame F. Callu-Turiaf, MM. E. Bauer, Ch. Brucker, A. D. Carr, B. Chevalier, R. Delort, P. Desportes, H. Dubois, P. Gasnault, P. S. Lewis, le comte R. du Mesnil du Buisson, le comte G. de Neuf-bourg, M. Nortier, G. Soutou, m’ont signalé ou communiqué divers documents. Je me suis efforcé de tenir compte des conseils avertis qu’ont bien voulu me donner MM. Ch.-E. Perrin, Ed. Perroy et J. Schneider. J. Favier, R. Fossier et P. Toubert m’ont fait part de leurs amicales suggestions. Mademoiselle F. Lehoux m’a signalé l’existence, quelque peu confidentielle, des inventaires sur fiches du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale. J’ai eu l’occasion de présenter des aspects de mes recherches devant M. Mollat, à son séminaire sur la pauvreté, ainsi qu’au cours d’une rencontre d’historiens français et anglais à Dijon, en 1964, à laquelle j’avais été convié par la bienveillance d’Yves Renouard. Quelques mots ne sauraient suffire à exprimer tout ce que je dois à mon père, Henry Contamine. Il m’est agréable d’évoquer la constante et, j’ose dire, amicale sollicitude dont mon maître Robert Boutruche a fait preuve à mon égard tout au long des années où ce livre a été conçu, élaboré, mené à son terme.

Notes

1 Cf. t. I, p. 17. Sur la place de ce livre dans l’œuvre et la pensée de Lot, cf. Ch.-E. Perrin, Un historien. Ferdinand Lot, 1866—1952, Genève, 1968, p. 65.

2 Pour le Haut Moyen Age, cf. en particulier E. Salin et A. France-Lanord, Le fer à l’époque mérovingienne. Étude technique et archéologique, Paris, 1943 ; E. Salin, La civilisation mérovingienne, 4 vol., Paris, 1949—1959 ; M. Fixot, Les fortifications de terre et les origines féodales dans le Cinglais, Caen, 1968, ainsi que les travaux entrepris par le Centre de recherches archéologiques médiévales de la Faculté des lettres et sciences humaines de Caen, sous la direction de M. M. de Boüard ; G. Fournier, « Vestiges de mottes castrales en Basse-Auvergne », Revue d’Auvergne, 1961 ; du même, « Les enceintes de terre en Auvergne », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, t. LXXXI, 1961, p. 89—110 ; du même, Le peuplement rural en Basse-Auvergne durant le haut Moyen Age, Paris,1962 ; J. Werner, « Bewaffnung und Waffenbeigabe in der Merowingerzeit », Ordinamenti militari in Occidente nell’alto Medioevo, Spolète, 1968, t. I, p. 96—108 (Settimane di Studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, XV) ; 6. Schmiedt, « Le fortificazioni altomedievali in Italia viste dall’aereo », ibid., t. II, p. 859—927 ; H. Vetters, « Von der Spätantiken zur frühmittelalterlichen Festungsbaukunst », ibid., t. II, p. 929—960.
Pour le bas Moyen Age, cf. par exemple B. Thordemann, P. Norlund et B. E. Ingelmark, Armour from the Battie of Wisby, 1361, 2 vol., Stockholm, 1939 ; G. Fournier, « La défense des populations rurales en Basse-Auvergne ».

3 Au sein d’une bibliographie abondante, citons, du premier, De Krijgskunst in West-Europa in de Middeleeuwen (ixe tot Begin xive Eeuw), Bruxelles, 1954, et, du second, Art et organisation militaires dans la principauté de Liège et dans le comté de Looz au Moyen Age.

4 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2e éd., Paris, 1966, t. II, p. 164.

5 Pour une tentative de ce genre, concernant l’époque barbare, cf. le livre, d’ailleurs assez décevant, de J. P. Bodmer, Der Krieger der Merowingerzeit, Zurich, 1957.

6 Dans Lot et Fawtier, Institutions françaises, t. II, p. 512, n. 1. Cf. aussi Fawtier : « L’Histoire de l’armée française au Moyen Age n’est pas faite », dans Histoire du Moyen Age (histoire générale publiée sous la direction de G. Glotz), Paris, 1940, t. VI, première partie : L’Europe occidentale de 1270 à 1328, p. 178, n. 3.

7 Le conseil du roi aux xive, xve et xvie siècles, Paris, 1888.

8 Le domaine du roi ; du même, Finances royales.

9 Institutions financières ; du même, Nouvelles études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age. Les origines et le premier siècle de la Chambre ou Cour des aides de Paris, Paris, 1933.

10 Les officiers des bailliages.

11 Histoire du Parlement de Paris de l’origine à François 1er (1250—1515), 2 vol., Paris, 1894. Du même, Le Parlement de Paris de Philippe le Bel à Charles VII (1314-1422), 2 vol., Paris, 1886 et 1890.

12 Le Parlement de Toulouse et l’administration royale laïque (1420—1525 environ), 2 vol., Albi, 1953.

13 La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois.

14 Guenée, Tribunaux et gens de justice.

15 La cour pontificale d’Avignon.

16 Si l’on peut attribuer à cet auteur la continuation de la chronique dite de Nangis.

17 Cf. l’importance des « despens faiz en la voye d’Arragon » en 1285 : 1 228 751 l.t. (Hist. France, t. XXI, p. 516-517).

18 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1328, p. 186 (supra, n. 6).

19 Madame A. Merlin-Chazelas annonce un ouvrage sur Les armées de mer du roi de France pendant la guerre de Cent ans. Cf. son article sur « Etienne du Moustier, vice-amiral de France », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du comité des travaux historiques et scientifiques, année 1966, t. I, Paris, 1968, p. 15—33.

20 Hist. de la milice françoise.

21 Institutions militaires de la France avant les armées permanentes.

22 Histoire de l’infanterie française, 5 vol., Paris, 1876. Du même, Histoire de l’artillerie française, Paris, 1874 et Histoire de la cavalerie française, 3 vol., Paris, 1874.

23 « La campagne de juillet—août 1346 et la bataille de Crécy », Le Moyen Age, t. XXVII, 1926. Du même, « Le siège de Calais », ibid., t. XXX, 1929 et « La France sous Philippe VI de Valois : état géographique et militaire ».

24 Arnoul d’Audrehem.

25 Cf. en particulier Luce, Du Guesclin.

26 Hist. Ch. V.

27 Jean le Mercier.

28 Cf. en particulier Mirot, Une tentative d’invasion. Le même auteur projetait une histoire de l’armée des Valois, qu’il n’eut pas le loisir d’écrire (renseignement communiqué par M. R.-H. Bautier).

29 Duc de Berri.

30 Supra n. 8.

31 Supra, n. 10.

32 Hist. Ch. VII.

33 Richemont.

34 M. Ch. Braibant, directeur général honoraire des Archives de France, raconte dans son livre, Un bourgeois sous trois Républiques (Paris, 1961, p. 252), comment, lorsqu’il était élève à l’École des chartes, Christian Pfister lui avait donné comme sujet de thèse « L’armée sous Louis XI », sujet qu’il s’empressa « d’envoyer promener à jamais »... Indications très sommaires dans G. Rolloff, « Die französische Armee unter Ludwig dem Elften », Delbrück-Festschrift, Berlin, 1908.

35 « La milice des francs-archers ».

36 « L’artillerie de Louis XI ». Ayant pour ma part parlé ailleurs de l’artillerie française sous Charles VIII, j’ai été volontairement rapide sur cette partie de l’armée royale dans la deuxième moitié du 15e siècle.

37 La formule est de M. Leroy, cité par G. Duveau, Sociologie de l’Utopie et autres essais, Paris, 1961, p. 112.

38 Ancien Cabinet des titres.

39 Cité par M. David, Les travailleurs et le sens de leur histoire, Paris, 1967, p. 140, n. 3.

40 Ibid.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search