Version classiqueVersion mobile

Fin d'un monde ouvrier

 | 
Marion Fontaine

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’issue de cette analyse, on ressort partagé entre trois sentiments : le pessimisme, l’intérêt et l’interrogation. Le premier est le plus évident. Il n’est pas facile de travailler sur une aporie, aussi lourde par ailleurs de vies interrompues ou gâchées, d’amertume, de tristesse et de désillusion. Au moins peut-on tenter d’en discerner les raisons. Certaines d’entre elles sont circonscrites et/ou conjoncturelles : le poids d’un contexte politique et économique qui minore à moyen terme l’importance de l’événement, la stratégie pour le moins malavisée, en tous les cas très exclusive, qu’ont déployée les militants d’extrême gauche, les maladresses procédurales du juge Pascal, etc. On mettra aussi en avant l’emprise que continue à exercer, à cette époque, l’entreprise minière sur la vie du territoire, et les effets patents d’inertie et de blocage que cela entraîne. Certes, les dirigeants des Houillères n’ont pas voulu la catastrophe mais ils ont d’une certaine façon accepté d’en pren...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search