Version classiqueVersion mobile

Fin d'un monde ouvrier

 | 
Marion Fontaine

Juges, veuves et nouveaux militants

Ranimer la lutte de l’extérieur ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’enquête sur la catastrophe de Liévin ne s’arrête pas avec la sortie de scène du juge Pascal1. Le 26 octobre 1975, le service des Mines rend enfin son propre rapport qui contredit presque point par point celui des experts judiciaires : la cause principale de l’accident résiderait non dans un coup de grisou à proprement parler mais dans une inflammation des poussières de schiste, ce que l’on appelle un coup de poussier. Si les ingénieurs-experts constatent un certain nombre d’infractions au Règlement général des Mines (concernant par exemple l’aérage), ils estiment qu’aucune n’est en lien direct avec l’accident, et donc qu’aucune faute caractérisée ne peut être retenue contre quiconque. Les syndicats ouvriers, comme la presse de gauche et d’extrême gauche (L’Humanité, Le Quotidien du Peuple), sont, on s’en doute, peu satisfaits par ces conclusions et dénoncent là un avis de complaisance visant uniquement à dédouaner la hiérarchie des Houillères. De son côté, le conseiller Henry Paul...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search