Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Seconde partie. Face à l'Autre : épreuves de soi

La dispute des forts : combattre en public

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« – Moi, j’ai l’impression qu’il y a le monde des boxeurs et des entraîneurs – c’est-à-dire le monde de ceux qui mettent de leurs couilles – et le monde des organisateurs, des promoteurs qui, eux, mettent de l’argent. […] C’est un monde de spéculation : on ne donne rien, on cherche à gagner, on ne mise pas de soi, mais des autres. » (Boris.)

Dudelange, Luxembourg, 26 février 2000. Ce soir, Mohand fait ses débuts de boxeur professionnel. Tandis qu’une musique tonitruante accompagne sa marche vers le ring, les premières manifestations d’hostilité commencent à émaner du public. En tant que Français venu affronter le jeune espoir local des poids welters (moins de 67 kg), Mohand a d’emblée le mauvais rôle. Qui plus est, sa qualité de boxeur extérieur l’incline à se présenter le premier entre les cordes. Le pugiliste luxembourgeois en profite pour le faire attendre, tout immergé dans l’inimitié de ce premier bain de foule. Puis les voix du public se font à nouveau plus fortes, leur tonalit...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search