Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Seconde partie. Face à l'Autre : épreuves de soi

Conter les coups : l’exil et ses marques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« – Avant de boxer contre un adversaire, on boxe contre soi : contre ses peurs, contre ses faiblesses. Pour éliminer le faible, tu vois ? Tous les boxeurs ont peur ; peur des coups. Cette peur, tu dois l’affronter [silence appuyé d’un regard insistant]… On dit que les Gants d’Or, c’est un club où il n’y a que des immigrés. Mais en fait, il n’y a que des gens qui ont souffert […]. Ces mecs en ont tous chié et pourtant ils s’imposent encore une contrainte supplémentaire : ils viennent boxer. Tu vois, ça signifie quelque chose ! »

Tandis qu’il appuie ses derniers mots d’un regard térébrant, Boris semble s’abstraire des cliquetis de cuillers, des entrechocs de verres et des éclats de conversations qui nous environnent. La gravité de son propos l’a mené bien loin de cet après-midi de janvier où nous sommes venus partager la table d’un bar du centre-ville. Partant des histoires sinueuses de chacun de ses compagnons de salle, c’est le conte de ses propres ailleurs et celui des signification...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search