Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Première partie. En privé : là où résonnent les coups

Le gymnase et son organisation : vers l’ethno(bio)graphie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Partant du souci de décrire les ethnométhodes combattantes, ce sont les façons de faire, ainsi que les manières de dire et de transmettre la boxe au quotidien du gymnase qui ont fait l’objet des développements précédents. Pour autant, un tel objet ne saurait se réduire au seul fait de révéler une structure du comportement, réalisée au travers d’un ordre interactionnel fixé par un ensemble de rituels. Explorée au cours du chapitre 3, cette perspective s’est certes révélée fondamentale pour l’ethnographie du gymnase. Mais afin que ses comptes rendus soient en mesure de décrire l’épreuve quotidienne des entraînements, l’enquête a également dû s’atteler à une phénoménologie des perceptions pugilistiques1.

Structure du comportement et phénoménologie des perceptions

Au-delà d’une définition formelle de ses cadres d’expérience, il s’est donc agi d’entrer de plain-pied dans l’épreuve sensible de la boxe, peu à peu organisée par la découverte des techniques et autres rites de la pratique, dont...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search