Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Première partie. En privé : là où résonnent les coups

Quand les boxeurs « mettent les gants » : le sparring et les limites de l’institution du combattant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« – Faut quand même être taré ou un peu con pour venir tous les soirs ici se foutre sur la gueule entre potes, non ? »

Fendu d’un large sourire, le visage d’Éric n’exprime l’attente d’aucune réaction particulière de notre part. Adossés au mur extérieur du gymnase, nous attendons que Luis ouvre sa manufacture de la frappe. Dans un moment, certains d’entre nous y disputeront ce que George Herbert Mead, inspiré par l’exemple pugilistique, concevait comme autant de « conversations de gestes »1. Faites d’une multitude de combinaisons de coups, d’esquives, de feintes, de parades et de ripostes, elles mettent en œuvre l’ensemble des principes que doivent suivre les combattants afin d’agir adéquatement sur le ring. Ces modèles prédéfinis de conduites qui tendent à s’imposer aux boxeurs constituent l’institution pugilistique que tous incarnent sous la direction de l’entraîneur. Engagé entre les cordes, aux côtés des combattants qui travaillent leurs affrontements, le regard ethnographique que...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search