Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Première partie. En privé : là où résonnent les coups

Une manufacture de la frappe : les boxeurs et le quotidien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« – Je sais pas si t’as remarqué, mais quand tu rentres à la salle tout le monde fait la même chose, ou plutôt tout le monde sait déjà ce qu’il doit faire. […] Tout le monde va directement dans les vestiaires, ensuite tout le monde va dans la salle : “– Bonjour”, tout le monde se dit bonjour, règle de politesse. Et après tout le monde travaille : court, saute à la corde. C’est un truc automatique ; et après, on met tous le bandage. Tu vois, c’est par étapes. C’est pas le gars qui vient et qui fait ce qu’il veut : “– Bon, je discute un peu, allez, je vais directement au sac !” Non, c’est par étapes : on s’échauffe, après on saute à la corde et ensuite Luis dit : “– Tel et tel vont mettre les gants.” Quand certains vont sur le ring, d’autres vont au sac et d’autres font des assouplissements ; personne reste là à glander : “– Mais qu’est-ce que je fais ?” » (extrait d’entretien enregistré).

Ainsi que l’indique Naïma, les mouvements des corps au gymnase ne sauraient être aléatoires. Lors...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search