Version classiqueVersion mobile

L'empreinte du poing

 | 
Jerôme Beauchez

Première partie. En privé : là où résonnent les coups

L’étranger : portrait du pugiliste en jeune homme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Banlieue nord d'Esteville. L’artère principale trace une frontière symbolique entre les lacis d’immeubles qu’elle coupe de toute sa longueur. D’un côté, l’usure pauvre du béton décati où les stridences des accélérations de scooters disputent l’espace sonore aux éclats de voix des jeunes qui semblent toujours là, bien campés dans leur rôle de piliers du quartier. De l’autre, les bâtiments paraissent un rien plus cossus. Les pelouses sont entretenues et les murs moins bariolés de messages graffités. Ce sont toujours des ouvriers qui vivent là. Mais ils résident du « bon » côté de l’avenue : celui où la plupart ont encore un emploi. Après être arrivé de la Réunion à l’âge de dix ans, Chuck a d’abord grandi en face avant de s’installer avec sa famille dans cet à-côté de la cité qui, tout en la gardant à distance, la maintient tout près.

Le « petit monde » des boxeurs

Arborant un large sourire en signe de bienvenue, le pugiliste m’a ouvert sa porte à peine quelques secondes après le faible...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search